Navigation – Plan du site

Mui Ne (Vietnam) : deux approches différenciées de la plage par les touristes occidentaux et domestiques

Mui Ne (Vietnam): Western tourists and lovals, two different perceptions
Emmanuelle Peyvel
p. 79-92

Résumé

Mui Ne est une station balnéaire vietnamienne qui accueille à la fois des touristes occidentaux et vietnamiens. L’été venu, elle constitue ainsi une excellente occasion pour le géographe de comparer le fonctionnement spatial de territoires que se sont construits des touristes de cultures différentes. Confronter ces plages, c’est aussi revisiter le cliché qui voudrait que, dans un pays pauvre comme le Vietnam, seuls de riches Occidentaux pourraient faire du tourisme. Non seulement les Vietnamiens font du tourisme à Mui Ne, mais ils y ont développé leur propre stratégie spatiale afin de satisfaire leur appétit de tourisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Donnée récoltée auprès de M. Ngo Minh Chinh, directeur du tourisme dans la province de Phan Thiet, (...)

1Mui Ne est une station balnéaire vietnamienne qui se situe à environ 175 kilomètres au nord-est de Hô Chi Minh Ville, dans le Sud du pays (Figure 1). Le tourisme y constitue une activité récente. En effet, si à l’époque coloniale, la présence de quelques Français faisant de la villégiature est attestée à Phan Thiet, chef-lieu provincial à une vingtaine de kilomètres de Mui Ne, le tourisme n’y est véritablement apparu qu’au milieu des années 1990. Cette période correspond à un mieux-être de la société vietnamienne qui goûte aux retombées positives du Doi Moi (l’ouverture économique et politique du pays), initié en 1986. Les Vietnamiens accueillent alors de plus en plus de touristes et ils ont eux-mêmes davantage d’argent et de temps libre à consacrer à cette activité. En 1995, une éclipse solaire totale fut particulièrement visible à Mui Ne. Ce sera son acte de naissance : la plage commence à être connue. On lui attribue même un caractère unique car, non loin s’étendent de grandes dunes de sable, paysage singulier au Vietnam. Dès lors, la croissance touristique de Mui Ne ne se démentira plus. En 2006, elle accueillait 1,6 million de touristes1.

Figure 1 : Carte de localisation

Emmanuelle Peyvel

Image 1.jpg

2Ces touristes ne se sont toutefois pas construits le même territoire touristique, suivant qu’il s’agissait de Vietnamiens ou d’Occidentaux. Si ces derniers se concentrent sur la plage de Mui Ne même, les Vietnamiens se sont choisis une plage à moins de 5 kilomètres au Nord : Hon Rom. Pourquoi des pratiques balnéaires a priori proches ont donné naissance à une telle juxtaposition spatiale de lieux touristiques ?

Le Mui Ne des Occidentaux : sun, fun and surf

3Les principaux guides pour Occidentaux mentionnent Mui Ne pour ses dunes, mais aussi et surtout pour sa plage. Le Lonely Planet la décrit ainsi comme « une plage magnifique et paisible […[ un endroit ravissant où les palmiers se balancent doucement sous la brise » (Ray et Yanagihara, 2004). Si ces ouvrages mentionnent tous cette plage, ils ne lui consacrent cependant que peu de pages par rapport à d’autres stations balnéaires vietnamiennes beaucoup plus développées, comme Nha Trang, plus au nord ou Vung Tau, station balnéaire proche de Hô Chi Minh Ville. Les quatre pages qui lui sont en moyenne consacrées dans les guides de voyages pour Occidentaux laissent penser que le tourisme à Mui Ne n’est pas encore très développé.

4En effet, une fois sur place, on constate que le Mui Ne des Occidentaux s’étend seulement sur une dizaine de kilomètres. Il s’organise le long de la route nationale 706 qui relie Hô Chi Minh Ville à Nha Trang, et comprend tout au plus une vingtaine d’établissements touristiques composant l’écrasante majorité du paysage. Ce sont surtout des hébergements touristiques qui s’étirent le long de la plage, des restaurants, des agences de voyage et des boutiques de souvenirs. Cette excroissance du village de pêcheurs de Mui Ne, situé à quelques kilomètres au Nord en direction du cap, apparaît ainsi très monoactive. Les touristes occidentaux y ont bien fait émerger un territoire qui leur est propre. Les langues des enseignes commerciales en offrent un bon aperçu : le vietnamien côtoie presque toujours l’anglais, voire le russe et le japonais. Les Européens, Nord-Américains, Australiens, mais aussi Russes et Japonais constituent en effet la grande majorité de la clientèle.

5Toutefois, à y regarder de plus près, ces établissements touristiques présentent une étonnante variété en matière de prix et de standing. Cette diversité est le résultat d’une montée en gamme progressive qui s’accompagne d’un changement de propriétaires. Au début, ce sont surtout des routards et des expatriés de Hô Chi Minh Ville qui venaient faire du tourisme à Mui Ne, en logeant dans de petites guest houses. Petit à petit, l’activité s’accroissant, les établissements se sont améliorés, comme le Coco Beach, premier établissement fondé en 1994 par un Français, jouant alors le rôle de pionnier sur cette plage. Des hôtels de luxe se sont ensuite construits, comme le Novotel en 1995 ou le Victoria en 1997. Les Vietnamiens ont alors repris les infrastructures les plus modestes. Ce sont souvent des pêcheurs qui ont vendu leur terrain de bord de mer (longtemps sans valeur) pour y construire une grande maison où la famille vit tout en accueillant des touristes. Le Mui Ne des Occidentaux n’est donc pas une enclave : des Vietnamiens habitent et travaillent sur place, et pas seulement comme employés.

6Si ces établissements offrent des gammes variées de prix, ils reposent cependant sur les mêmes principes touristiques et spatiaux. Mui Ne fait figure de petit paradis touristique, car elle cultive savamment une représentation bien connue chez les Occidentaux : la plage de sable blanc et fin, les cocotiers, les transats au bord d’une mer turquoise… Tous ces éléments ne sont pas spécifiquement vietnamiens, mais leur présence montre bien que les lieux touristiques sont délocalisables et que les Vietnamiens savent en tirer profit. En effet, ne nous y trompons pas : aussi préservée qu’elle puisse paraître, la plage a bien été aménagée à des fins touristiques, en respectant des codes esthétiques occidentaux. Mui Ne a su en effet créer un cadre qui ménage les repères des touristes occidentaux tout en les faisant vivre quelques jours dans un paysage vécu comme dépaysant. Si l’exotisme est bien là, avec le sable blanc, les cocotiers, l’architecture restituant une ambiance considérée comme asiatique (bois sombre et toits de palme…), les aménagements ont été considérables pour rendre Mui Ne accueillant aux yeux des touristes occidentaux, même dans les guest houses. L’électricité, l’eau courante, des sanitaires à l’occidentale et Internet ont été installés. La nature a été apprivoisée : des cocotiers ont été abattus et les cocoteraies productives ont cédé la place à des cocotiers ne faisant plus office que de décor sur la plage ; les liserons de sable ont été arrachés pour éloigner les puces de mer ; le sable a été égalisé et la piste est devenue une route goudronnée équipée de feux tricolores. C’est tout un décor exotique qui a été crée, afin d’être conforme aux représentations qu’en ont les touristes occidentaux.

7Mui Ne a donc modifié son espace pour accueillir des touristes occidentaux dont la culture touristique prévaut dorénavant sur le lieu. Ainsi, à Mui Ne, l’activité touristique se concentre autour d’un lieu précis : la plage, support de plusieurs fonctions. La première est contemplative : le sable blanc, les cocotiers et la mer sont autant d’éléments considérés comme beaux chez les Occidentaux. Ils aiment les admirer, les prendre en photo et s’y promener au coucher du soleil. Cette plage polarise par ailleurs tous les hébergements : quelle que soit leur catégorie, tous les hôtels se situent en contact direct avec elle. Ils en font un décor, voire une extension sous forme de terrasses ou de terrains de sport par exemple. Enfin, elle remplit une fonction récréative : se promener, se baigner, se faire bronzer, se reposer, ou s’amuser dans un bar le soir. Toutes ces activités se déroulent sur la plage où les touristes occidentaux recherchent le soleil et la chaleur, éléments importants de leur culture touristique. Ils y passent donc la majorité de leur temps.

8Une nouvelle activité nautique y a également vu le jour, inconnue jusqu’alors au Vietnam : le surf et ses corollaires, la planche à voile et le kitesurf. Mui Ne est en effet suffisamment ventée pour accueillir de telles activités. Surfer à Mui Ne n’a rien de mineur. La baie est devenue un des spots mondiaux de glisse en Asie, salué par le New York Times (Gross, 2005), qui consacrait son article au premier établissement nautique de ce genre : le Jibes tenu par un Français, pionnier en la matière, dont la photo 1 donne un aperçu. Une compétition internationale de kitesurf a désormais lieu chaque année : la Vietnam Fun Cup Slalom. Les adeptes de sports de glisse sont d’autant plus les bienvenus à Mui Ne qu’ils constituent un segment de clientèle intéressant pour les professionnels du tourisme : leur durée moyenne de séjour varie entre deux et trois semaines contre quelques jours pour de simples touristes.

Photo 1 : Club de surf sur la plage de Mui Ne (Vietnam)

Emmanuelle Peyvel, juillet 2007

Image 2.jpg

9Les clubs de surf sont une invention touristique récente à Mui Ne, correspondant à une pratique balnéaire occidentale et mondialisée : on pourrait en effet retrouver ce même club dans bien d’autres pays que le Vietnam (cliché de l’auteur).

10Les vacances des touristes à Mui Ne sont placées sous le signe de valeurs très occidentales. L’altérité est probablement la première : les touristes viennent à Mui Ne pour se récréer dans un cadre du hors-quotidien. Cette plage ne ressemble pas à celles dont ils ont l’habitude dans leurs pays. Les dunes qu’ils peuvent visiter aux alentours, en s’essayant aux plaisirs de la moto, moyen de transport le plus répandu au Vietnam actuellement, participe de ce même désir d’expérimenter du nouveau, synonyme de dépaysement, d’inconnu et d’exotisme, sentiments que la culture occidentale valorise. Le repos est par ailleurs une activité favorite de ces touristes. Se lever tard, lézarder au soleil, lire de longues heures sur un transat… participent d’un même plaisir : le farniente.

11Mui Ne peut satisfaire cette attente, car elle a été aménagée pour être paisible et calme : elle ne donne pas directement sur la route, n’accueille pas de groupes de touristes et ménage des espaces suffisamment grands entre chaque individu, pour que l’intimité et le repos de chacun soient respectés. L’entre-soi est en effet une autre grande valeur qui organise cet espace. La rencontre avec l’autre est toujours possible, surtout entre touristes occidentaux et anglophones. Si la rencontre est favorisée, la promiscuité reste bannie ; si bien que nombre de touristes choisissent finalement de rester entre amis ou en couple. Mui Ne correspond en effet, selon les critères occidentaux, à un lieu romantique.

12Une autre dimension indique également que Mui Ne est bien un territoire touristique occidental : la temporalité dans laquelle il vit. La grasse matinée est respectée, les repas sont pris tard, voire se transforment en brunch, les restaurants et les bars ferment à une heure avancée, en proposant des divertissements très occidentaux : pistes de danses, billards et bains de minuit.

13La plage de Mui Ne est donc bien une plage vietnamienne pour Occidentaux. Son existence est certainement à relier à la mondialisation, rendant les lieux touristiques exportables. Mui Ne a été choisie par les touristes occidentaux, non pour ses qualités spécifiques typiquement vietnamiennes, mais parce qu’elle correspondait à un « air du temps » touristique bien connu : la mer turquoise suffisamment ventée pour y faire du surf, la plage de sable blanc et fin parsemée de cocotiers au bord de laquelle des établissements touristiques peuvent s’implanter, un endroit paisible mais facilement accessible depuis Hô Chi Minh, une des principales portes d’entrée du pays pour les touristes étrangers. Le Mui Ne des Occidentaux montre finalement que non seulement le Vietnam, pays pourtant pauvre, n’est pas à l’écart de la mondialisation, mais qu’il sait de plus en plus en jouer afin d’attirer à lui de nouvelles activités rémunératrices.

Le Mui Ne des Vietnamiens : récréation collective, ombre et fraîcheur

14Quelque cinq kilomètres plus loin, l’espace touristique est bien différent. Hon Rom est une plage qui n’accueille que des Vietnamiens, et pour cause : elle a été pensée pour eux. La figure 2 montre combien son aménagement spatial est singulier. Il intègre les mêmes éléments que la plage occidentale – la mer, le sable et le soleil – mais le rapport que les Vietnamiens entretiennent avec eux est différent.

Figure 2 : Hon Rom, les Vietnamiens vont à la mer

Image 3.jpg

15éviter le soleil est ainsi une des données fondamentales pour comprendre l’agencement de ce territoire touristique. Les Vietnamiens cherchent surtout à s’en protéger, d’abord pour des raisons médicales (à cette latitude, le soleil est en effet particulièrement agressif), mais aussi parce qu’esthétiquement, une peau blanche est bien plus belle qu’une peau bronzée. Cette dernière renvoie en effet aux paysans, à leur peau burinée par le soleil à force de travailler dehors. être bronzé, c’est ressembler à un nha que en vietnamien, c’est-à-dire à un « plouc de la campagne ». C’est ce qui explique que le mot même n’existe pas en vietnamien : bronzer se dit den di, den signifiant noir et di dénotant un accroissement négatif. En vietnamien, bronzer se dit donc « noircir », il sert à bien d’autres choses qu’à définir la peau hâlée et reste dépréciatif.

16Plus qu’une simple analyse de discours, ces mots reflètent surtout un autre rapport au soleil, bien différent de celui des Occidentaux, et qui explique que la plage soit un espace répulsif. Ce n’est ni un espace de détente, ni un espace de sociabilité. C’est seulement un espace de passage entre la mer et l’établissement balnéaire couvert où l’on reste à l’abri du soleil. La plage est tellement répulsive dans la mentalité vietnamienne, « qu’aller à la plage », expression si courante chez les Occidentaux, n’existe pas ici. Les Vietnamiens disent plutôt di biên, aller à la mer ; et c’est littéralement ce qui se passe : ils vont d’abord et surtout se baigner. Il ne s’agit pas de nager (la plupart ne sachant pas), mais bien de se baigner, c’est-à-dire de se rafraîchir, de jouer dans l’eau et de profiter des bienfaits associés à l’eau de mer, considérée comme tonifiante et bonne pour la peau. Les baigneurs (symbolisés par des figurés ponctuels noirs sur la figure 2) se concentrent ainsi sur les premiers mètres du bord de l’eau, là où ils ont encore pied. Ils utilisent beaucoup de bouées et de chambres à air, que des vendeuses ambulantes leur louent (en figurés ponctuels gris sur la figure 2). Certains esquissent même quelques mouvements de tap the duc, la gymnastique nationale. Les femmes portent souvent dans l’eau des vêtements couvrants les protégeant du soleil et préservant leur pudeur.

17Se rafraîchir est donc un élément fondamental pour les touristes vietnamiens. Il constitue un des objectifs principaux de leur séjour touristique car il assure le repos. Il existe d’ailleurs une expression typiquement vietnamienne pour l’expliquer : di nghi mat, que l’on pourrait traduire par « partir se reposer au frais ». Cette expression est synonyme de prendre des vacances pour les Vietnamiens, à la mer ou à la montagne. à Hon Rom, de nombreux dispositifs spatiaux s’expliquent par cette recherche de fraîcheur : la proximité de la mer bien sûr, mais aussi ce vaste espace en forme de halle couverte sous toit de tôle représentée sur la figure 2. C’est là que les Vietnamiens se concentrent, à raison de plusieurs centaines en haute saison. Des chaises, tables, transats et hamacs y sont disposés, afin de se reposer à l’ombre. Des ventilateurs sont disposés ça et là, et beaucoup de touristes apportent leur éventail. Quant à l’hôtel, il offre la climatisation dans chaque chambre, et c’est avec délice que ses hôtes en profitent pour dormir, à l’heure de la sieste par exemple. Enfin, à proximité du restaurant se trouvent des douches payantes et un grand bassin d’eau douce gratuite. Les Vietnamiens s’y rincent toujours après la baignade, et disposent ainsi d’eau douce fraîche en permanence au cours de leur journée.

18En assurant confort et fraîcheur, cette halle couverte constitue le pôle central de ce territoire touristique, à la différence de la plage de sable chez les Occidentaux. Les Vietnamiens y restent une bonne partie de la journée, sauf pour aller se baigner. S’il existe un espace de sociabilité sur les plages vietnamiennes, c’est bien celui-là. Les Vietnamiens y mangent, y boivent, y discutent, y jouent aux cartes et y dorment. Ils s’y installent confortablement, car il est hors de question pour eux de s’asseoir à même le sable : c’est désagréable, voire sale, et en plus il y fait trop chaud. Ils peuvent se reposer dans des transats et des hamacs, se faire servir un repas sur une table (et non pique-niquer comme les Occidentaux aiment le faire sur le sable) et laisser leurs affaires en toute sécurité lorsqu’ils vont se baigner.

19Cette halle couverte est aussi un espace de commerce : le restaurant y sert des repas bien sûr, mais de nombreuses vendeuses ambulantes y circulent aussi, pour vendre des souvenirs, des billets de loterie ou de quoi boire et manger, comme des calamars séchés ou du jus de canne à sucre frais. Les figurés ponctuels blancs, situés au sud de la halle couverte sur la figure 2, correspondent en effet à des vendeuses de crustacés et de poissons. Comme le montre la photographie 2, elles se sont installées sur des chaises en plastique, et faute de banques réfrigérées, elles conservent leurs animaux vivants dans des bassines de fer blanc remplies d’eau et de bulleurs pour les oxygéner. Quand un touriste veut goûter quelques crevettes, bigorneaux, langoustines ou crabes, il lui suffit de négocier le prix et d’apporter le tout au restaurant qui les cuisinera, à moins que le petit poêlon de fortune de la vendeuse suffise. Déguster des spécialités culinaires est en effet un grand plaisir des touristes vietnamiens à la mer, car elles sont savoureuses et très bon marché par rapport à la ville.

20D’une manière générale, faire un bon repas convivial est un autre grand plaisir des Vietnamiens en vacances. Leur culture touristique ne repose en effet pas sur l’entre-soi, comme chez les Occidentaux, mais sur une culture touristique du collectif. Les touristes vietnamiens partent le plus souvent avec la famille élargie (le temps des vacances étant un temps de retrouvailles, parfois même avec des Viet Kieu, des Vietnamiens de l’étranger revenus au pays pour les vacances), avec les collègues de travail, la tontine ou l’association de quartier (que le système communiste a multiplié : celle des jeunes, des femmes, des personnes âgées, des anciens combattants…). Le territoire touristique qu’ils se constituent doit donc être surtout capable d’accueillir des groupes, ce que montre également la figure 2 : des parkings spacieux ont été aménagés pour garer facilement cars, voitures et motos ; et la halle couverte s’étale sur plus de 40 mètres de long de manière à pouvoir accueillir des groupes. En découle une ambiance très vivante et joyeuse pour les Vietnamiens qui n’associent pas la foule au bruit et à la gêne, mais au succès du lieu et à la gaieté. Si les touristes occidentaux recherchent des lieux « exotiques » et « authentiques » à Mui Ne, les Vietnamiens apprécient davantage un lieu fonctionnel, capable de les accueillir dans de bonnes conditions s’ils sont nombreux.

Photo 2 : La halle de Hon Rom (Vietnam)

Emmanuelle Peyvel, juillet 2007

Image 4.jpg

21Les Vietnamiens apprécient de manger des crustacés sur la plage en revenant de la baignade, en étant abrités du soleil et confortablement installés (cliché de l’auteur).

22Une autre dimension est également à prendre en compte pour cerner la spécificité de ce territoire touristique : sa temporalité. Recherchant surtout la fraîcheur et fuyant le soleil, les Vietnamiens ne suivent pas du tout le même rythme que les touristes occidentaux. Ils viennent se baigner très tôt (à partir de 5 ou 6 h du matin), avant le petit-déjeuner. Aux heures les plus chaudes de la journée, le bord de mer est déserté : chacun rentre à l’hôtel se reposer au frais ou s’abriter sous une halle couverte pour déjeuner. Les touristes vietnamiens ne réinvestissent le lieu que plus tard, entre 16 h et 17 h, lorsque le soleil sera moins agressif. Les divertissements nocturnes au bord de l’eau sont loin d’être aussi répandus que chez les Occidentaux. La journée se termine donc en général par une promenade digestive en bord de mer, avant de regagner sa chambre entre 22 h et minuit au plus tard.

23Hon Rom est donc bien une plage vietnamienne pour des Vietnamiens. Elle résulte de l’appropriation aboutie d’un territoire par les populations locales afin que leur culture touristique s’y épanouisse. Que deux plages aussi différentes que celles de Mui Ne et de Hon Rom coexistent si près l’une de l’autre peut sembler a priori intriguant. Pourtant, elles sont les conséquences d’un même processus : la mondialisation. Dans un cas, cette dernière aura véhiculé un « air du temps touristique » ; dans l’autre, elle aura participé à la diffusion d’une société des loisirs et du tourisme adaptée à la culture locale. Ces plages sont des lieux touristiques qui incarnent, au-delà de la mondialisation souvent caricaturée dans ses excès, la glocalisation ; c’est-à-dire l’imbrication étroite de phénomènes mondiaux et locaux en un même endroit. En effet, la mondialisation n’a pas eu pour conséquence d’imposer un seul et même modèle touristique, ravageant la culture locale. Elle a permis la coexistence de cultures touristiques différentes dont les Vietnamiens sont les premiers bénéficiaires, en tant que touristes et/ou professionnels de ce secteur.

De l’ombre à la lumière : deux cultures et territoires touristiques à l’œuvre

24Si Mui Ne présente un fonctionnement spatial aussi dual, ce n’est pas par volonté politique de séparer strictement les étrangers des Vietnamiens, c’est parce que décidément les Occidentaux et les Vietnamiens n’ont pas la même culture touristique balnéaire. Pour autant, ces différences n’ont pas été la source de conflits territoriaux : chacun de ces groupes a eu suffisamment d’espace pour se ménager un territoire touristique conforme à ses goûts. Ainsi, les lieux touristiques sont des lieux communs, car ce sont des espaces publics où de nouvelles formes de sociabilité sont à l’œuvre, mais aussi des lieux de l’entre-soi. En effet, un lieu touristique reste toujours ancré dans une culture spécifique, doté d’un fonctionnement spatial original.

25Comparer deux territoires touristiques aussi différents contient ainsi une valeur heuristique indéniable. Cet exercice permet en effet de prendre du recul sur les outils utilisés habituellement par la recherche occidentale pour analyser le tourisme, car ces derniers ont surtout été bâtis à partir de la culture occidentale. Les pratiques touristiques autochtones développées dans les pays dits pauvres comme le Vietnam ne sont ni l’apanage de riches étrangers, ni une pâle copie de leurs pratiques. Le tourisme occidental ne constitue donc ni une référence ni un modèle exclusif pour guider le développement touristique de ce pays.

26La culture touristique des Occidentaux et celle des Vietnamiens reposent certes sur les mêmes éléments : le sable, le soleil et la mer. Cependant, ces groupes ne leur accordent pas la même valeur, comme le montrent les territoires touristiques qu’ils ont construits. La plage de Hom Ron constitue en effet un modèle touristique spatial original, adapté à la culture vietnamienne, mais ne convenant que difficilement à des attentes occidentales. C’est ce que montre pour finir la figure 3, comparant de manière synthétique ces deux territoires et cultures touristiques.

27Les deux plages coexistant à Mui Ne apparaissent ainsi comme un lieu privilégié d’études du tourisme balnéaire vietnamien dans ses dimensions spatiales. Servant un temps fort du calendrier touristique domestique, la plage de Hon Rom constitue un territoire récent du plaisir et de la détente pour les Vietnamiens. Nulle culpabilité à l’oisiveté ici, puisque nous ne sommes pas dans une civilisation judéo-chrétienne qui l’instaure comme péché. Nulle libération des corps non plus, un corps dénudé et hâlé n’étant pas considéré comme beau et en bonne santé pour les Vietnamiens. D’autres critères esthétiques et culturels prévalent pour comprendre le fonctionnement de ces territoires typiquement vietnamiens, à la fois représentatifs de l’évolution récente de la société, accédant à plus de richesses et de loisirs ; mais aussi de ses mentalités, révélatrices d’une autre conception du beau, du sain, du moral et du reposant.

28Mui Ne permet aussi de comprendre la manière dont le tourisme domestique vietnamien cohabite avec le tourisme balnéaire à l’occidentale. Ce dernier n’est ici à considérer ni comme modèle pour le tourisme domestique ni comme agent destructeur. à Mui Ne, les plages actuelles ne sont pas des territoires partagés entre Vietnamiens et Occidentaux, car l’acculturation y est difficile. Elles montrent surtout les réticences qu’ont parfois ces deux populations touristiques à cohabiter, car les Vietnamiens ont développé une culture balnéaire spécifique. Même si celle-ci a été initiée par les Occidentaux, la plage vietnamienne diffère des attentes occidentales, ce qui montre à quel point l’appropriation effectuée par les Vietnamiens est réussie.

Figure 3 : Comparaison thématique du tourisme balnéaire vietnamien et occidental

Chez les Vietnamiens

Chez les Occidentaux

Sociabilité

Ils viennent en famille, avec leur association, leur tontine, leur groupe de collègues…

Un lieu touristique très fréquenté est signe de gaieté.

Ils viennent avec la famille nucléaire, en couple ou avec quelques amis.

Ils fuient la foule, les endroits bruyants et la promiscuité. Préserver l’entre-soi est important.

Culture touristique du collectif

Culture touristique de l’individu

Qualité du lieu

Le lieu doit être capable d’accueillir beaucoup de monde.

Il doit y avoir tout ce qu’il faut pour s’installer confortablement : tables, chaises, transats, hamacs, etc…

Il doit donner l’impression d’être « préservé » et « naturel » (constructions basses, faible densité du bâti…).

Il doit être « authentique » en reflétant la manière dont on se représente le lieu et son identité.

La fonctionnalité du lieu est primordiale.

La beauté du lieu est primordiale.

Usage de la mer

Ils s’y baignent, pour se rafraîchir, s’amuser et profiter des bienfaits de l’eau de mer.
Peu de personnes savent nager.

Ils aiment se rafraîchir et se divertir dans l’eau.
La majorité des gens savent nager.
Les sports nautiques sont très développés.

Espace récréatif

Espace récréatif et sportif

Usage de la plage

Ils n’aiment pas bronzer.
Ils fuient donc les espaces trop chauds et ensoleillés.

Les Occidentaux trouvent qu’une peau hâlée est belle et signe de bonne santé.
Ils recherchent la chaleur et le soleil.

Espace répulsif

Espace attractif

Hygiène et propreté

Alimentaire : des restes de crustacés et des bouteilles vides sont à même le sol pour garder la table propre.
Corporelle : il y a des douches à l’eau douce pour se rincer après le bain de mer.

Alimentaire : jeter par terre est sale. Il y a des poubelles partout. La nourriture est conservée au frais. Elle est préparée et présentée à l’occidentale.
Corporelle : Se doucher à l’hôtel est plus confortable.

Le propre et le sale sont des notions éminemment culturelles.

Achats et commerce

Il y a des vendeuses ambulantes et des points fixes de vente. C’est pratique.
Ils négocient les prix, ce qui peut permettre de payer moins cher.

Les vendeuses ambulantes sont rares et vues comme une gêne.
Ils préfèrent aller dans des boutiques,
Les prix sont fixes : la négociation est inutile, ils ont moins l’impression de se faire arnaquer.

Le rapport à l’argent n’est pas le même dans les cultures asiatique et occidentale

Haut de page

Bibliographie

COMBES, Jean-Marc, 2005, « Synthèse sur le tourisme au Vietnam », Les cahiers de la coopération française au Vietnam, n° 1, 50 p.

éQUIPE MIT, 2002, Tourismes 1. Lieux communs, Paris, Belin, 319 p.

éQUIPE MIT, 2005, Tourismes 2. Moments de lieux, Paris, Belin, 349 p.

HUU, Ngoc, 1997, Dictionnaire de la culture traditionnelle du Vietnam, Hanoi, The Gioi, 1043 p.

HUU, Ngoc, 2007, à la découverte de la culture vietnamienne, Hanoi, The Gioi, 1212 p.

GROSS, M., 2005, « A vietnamese resort is shaped by the wind », New York Times, 21 août.

LUSSON, Sylvie, 2005, Le tourisme au Vietnam en 2004, Hô Chi Minh Ville, Missions économiques françaises, 5 p.

PAGE, Olivier, 2006, Vietnam, Paris, Hachette, collection Guide du routard, 539 p.

PAPIN, Philippe, 2003, Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris, Belin, 207 p.

PHAM, Dinh Phuong, 2002, « Le développement du tourisme vietnamien à lépoque de l’ouverture », Actes du séminaire Le tourisme du Vietnam et le développement durable, université en sciences sociales et humaines de Hanoi, p. 48-59.

RAY, Nick et Wendy YANAGIHARA, 2005, Vietnam, Lonely Planet, 540 p.

Haut de page

Notes

1 Donnée récoltée auprès de M. Ngo Minh Chinh, directeur du tourisme dans la province de Phan Thiet, au cours d’un entretien personnel réalisé le 23/07/2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Peyvel, « Mui Ne (Vietnam) : deux approches différenciées de la plage par les touristes occidentaux et domestiques », Géographie et cultures, 67 | 2008, 79-92.

Référence électronique

Emmanuelle Peyvel, « Mui Ne (Vietnam) : deux approches différenciées de la plage par les touristes occidentaux et domestiques », Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1036 ; DOI : 10.4000/gc.1036

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Peyvel

Université Nice Sofia Antipolis - Espace-UMR 6012
empeyvel@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org