Navigation – Plan du site

Itinéraire d’une plage méditerranéenne : Argelès-sur-Mer

Argelès-sur-Mer, a Mediterranean beach itinerary
Anthony Simon
p. 113-124

Résumé

La station d’Argelès-sur-Mer, réputée surtout pour ses multiples campings, bénéficie également d’une longue plage sablonneuse. Son évolution témoigne d’une attractivité durable et renouvelée par des usages multiples. D’abord occupée par les cabanes des pêcheurs puis les cabines de bains des premiers estivants, son histoire bascule avec la Retirada et le camp installé sur le sable pour rassembler les réfugiés fuyant le franquisme.
L’après-guerre consacre la plage comme scène privilégiée de la vie estivale des campeurs toujours plus nombreux. Or, elle est désormais concurrencée par des aires de loisirs à proximité et les micro-plages hors-sol retenant les clientèles dans leurs campings. Toujours prisée, elle profite de pratiques nouvelles et d’une saisonnalité plus longue.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’elles soient valorisées pour les valeurs hédonistes qu’elles véhiculent ou décriées pour leur surfréquentation en saison estivale, les plages représentent plus que jamais la principale zone récréative au sein de la Méditerranée, premier foyer touristique mondial.

  • 1 D'après l'office municipal du tourisme, Argelès-sur-Mer a accueilli 650 000 touristes en 2006, soit (...)

2Dans le chapelet des grandes stations balnéaires du littoral languedocien et roussillonnais, la station d’Argelès-sur-Mer occupe une place particulière par son exceptionnelle concentration d’espaces dédiés à l’hôtellerie de plein air. L’important potentiel d’hébergement que constituent ses 60 campings pouvant accueillir jusqu’à 90 000 personnes simultanément, justifie le statut envié de « capitale européenne du camping » octroyé à la station depuis près de 50 ans. Argelès-sur-Mer se positionne comme la seconde station du littoral languedocien et roussillonnais derrière Le Cap d’Agde, tant pour sa capacité d’accueil que par le nombre de touristes la fréquentant, estimé à 650 000 par an1. Cette attractivité de masse jamais démentie depuis les années 50, la station la doit avant tout à sa plage, un cordon sableux de sept kilomètres de long et de 100 mètres de large en moyenne, qui contraste par ses dimensions avec l’étroitesse de ses homologues azuréennes.

3De fait, la plage est un territoire très fréquenté, au centre de ce lieu touristique, mais recoupant des pratiques multiples en fonction de la saisonnalité touristique et des temporalités journalières. Cette grande diversité des usages de la plage interroge sur les modes d’appropriation de cet espace public par ses acteurs : estivants, professionnels du tourisme, habitants locaux, et de leur évolution au cours de l’épopée touristique du lieu balnéaire. Ainsi, toujours mise en avant pour « vendre » la station, la plage témoigne d’une attractivité durable et renouvelée, mais confrontée désormais à la concurrence de territoires récréatifs privés, telles les plages hors-sol des campings les mieux équipés, et de multiples distractions réparties au sein de la station.

La plage d’avant la station : cabanes de pêcheurs, cabines de bains et camps de réfugiés

4Autrefois vécue comme un espace de travail, la plage d’Argelès a été le théâtre de la pêche côtière avec l’implantation de cabanes de pêcheurs en dur ou parfois en roseaux, constituant les premières habitations temporaires du futur front de mer.

  • 2 Cf. Guide touristique et historique d'Argelès-sur-Mer, Argelès, éditions Massana, numéro hors série (...)

5 Cependant, l’histoire de ce lieu touristique ne se révèle que dans les années 1860 avec la plantation du Bois de Pins, à l’initiative de l’administration des Eaux et forêts, dans le but de fixer les dunes qui bordent alors le littoral roussillonnais2. Sous la Troisième République, cette forêt improvisée en bord de mer suscite l’intérêt touristique pour la plage, la fraîcheur du petit bois attirant les premiers campeurs. Il s’agit en fait des habitants des villages voisins qui, à la belle saison, viennent passer les fins de semaine et les jours de fête au bord de la mer. à cette époque, les conditions d’accueil sont plus que sommaires et les visiteurs s’abritent simplement sous les bâches qui servent en temps normal à protéger le foin chargé sur les charrettes.

6 En parallèle, des cabines de bains en bois sont implantées sur le sable et quelques Argelésiens conscients des atouts de leur plage se lancent dans le commerce. D’abord installés eux aussi sur le sable dans des cabines de bois, ces novateurs commencent par vendre quelques boissons et sucreries aux promeneurs. Puis en 1896, un cultivateur local prend en location un lopin de terre à côté du Bois de Pins pour créer le premier hôtel de La Réserve. Cette modeste bâtisse offre aux visiteurs la possibilité d’une dégustation de crustacés conservés dans un vivier flottant à proximité du rivage… à la même époque, un pâtissier du village installe une buvette sur la plage avant de créer le Café-Hôtel des Pins. Ces premiers établissements seront détruits pendant la Seconde Guerre mondiale avant d’être reconstruits, agrandis et modernisés sous leurs aspects actuels.

7La fin du XIXe siècle consacre la plage argelésienne comme lieu de villégiature avec l’apparition des premières villas dont il reste encore quelques témoignages. Ces élégantes bâtisses alors appelées « chalets », s’étirent en front de mer et appartiennent pour la plupart aux riches familles de la région (Photo 1). Dès le début du XXe siècle, elles font de la plage un hameau dont le développement s’accroît jusqu’en 1939 et la notoriété se renforce tant auprès de la bonne société perpignanaise et toulousaine, qu’auprès des premiers bénéficiaires des congés payés venus camper dans le Bois de Pins.

8 Dans la même période de l’Entre-deux-guerres, les cabanes en bois du Racou, destinées à l’accueil des baigneurs, laissent la place à des aménagements en dur. Des Argelésiens ainsi que des Roussillonnais font construire sur la plage de petites villas entourées de jardins et séparées de ruelles étroites (Ibidem). Le petit village ainsi constitué au bord de son anse sableuse conservera son aspect initial jusqu’à aujourd’hui.

Photo 1 : Deux des derniers « chalets » de la plage d’Argelès (juillet 2007)

Ces villas construites sur la plage, entretenues et transmises au sein des familles aisées de la région, constituent le fleuron du patrimoine de la station. Au premier plan, la promenade végétalisée en espèces tropicales comme autant d’appels à l’exotisme.

Anthony Simon

Image 1.jpg

  • 3 L'histoire de la Retirada et des camps du littoral méditerranéen est analysée dans l'ouvrage de Gen (...)

9Cette période s’interrompt brutalement avec la Guerre civile espagnole suivie de la Seconde Guerre mondiale. Pendant sept années (1938-1944), le sable d’Argelès accueille des réfugiés républicains fuyant le franquisme , des internés du régime de Vichy et l’occupant militaire allemand. La plage trouve alors un nouvel usage, devenant en partie un important camp de réfugiés chargé de recueillir les milliers de déplacés fuyant l’Espagne à travers les Pyrénées-Orientales3.

  • 4 Les témoignages des réfugiés espagnols reproduits dans le numéro d'Autrement déjà cité font état de (...)

10 Le premier camp est édifié à la hâte sur la plage divisée en rectangles d’un hectare chacun, entourés de barbelés, avec des abris de fortune faits de roseaux et de tôles, très vite insuffisants devant l’afflux des réfugiés. La plage devient alors synonyme d’un enfer au quotidien, sur lequel il faut tenter de survivre : on s’enterre dans le sable pour passer la nuit froide, l’eau de mer pompée à quelques mètres de profondeur sert pour la boisson et la toilette, ne tardant pas à provoquer une épidémie de dysenterie et les besoins élémentaires sont satisfaits à même le sable4. Puis, passé l’affolement des premiers jours, des baraquements sont édifiés qui apportent les moyens d’une hygiène élémentaire. Le camp prend alors une nouvelle physionomie qui ne supprime en rien la précarité des conditions de vie endurées par les quelque 80 000 réfugiés de la plage d’Argelès jusqu’à leur rapatriement en Espagne, leur dispersion dans d’autres camps français ou l’exil dans un pays acceptant de les accueillir (URSS, Grande-Bretagne, Mexique…). La « prison sur la plage » voit ainsi ses effectifs s’amenuiser très nettement après la débâcle française de 1940, pour changer d’usage en 1941, devenant un « camp de rassemblement des étrangers ». Les baraquements serviront jusqu’à la fin du conflit pour des prisonniers politiques et des étrangers, avec de surcroît l’occupant allemand qui fortifie l’ensemble des plages du littoral méditerranéen avec l’occupation de la Zone Sud, à la fin de l’année 1942. La guerre et les destructions qui l’accompagnent marquent ainsi un coup d’arrêt dans le développement de la plage avant son renouveau dans les années suivant la Libération.

Le tournant décisif : plage et camping de masse à partir de 1950

  • 5 Cf. C. Claret, 1994, "Argelès-sur-Mer, station européenne", Massana, n° 55, p. 6-20.
  • 6 Mission interministérielle pour l'Aménagement du Languedoc-Roussillon, créée en 1963 pour piloter s (...)

11Après la guerre, le conseil général des Pyrénées-Orientales, pressentant le retour des estivants sur son littoral et conscient des aménités offertes par la plage d’Argelès, réalise en 1950 en bordure immédiate de la plage, le premier grand camping du département : le « Camp pilote », devenu aujourd’hui « camping municipal roussillonnais ». Il sera suivi en 1954 par la création du premier camping privé : le camping Bouix, du nom de la famille de son propriétaire. Ces deux réalisations amorcent ainsi l’évolution la plus importante de la station qui devient très vite la capitale du tourisme estival populaire et du camping5, avant les grands chantiers supervisés par la MIAL6 au début des années 60.

12Dans ce nouveau contexte, la plage se positionne au centre de la vie de la commune, classée station de tourisme et balnéaire en 1962. Elle incarne la scène permanente du théâtre de la vie estivale qui bat son plein du 15 juillet au 15 août. La clientèle des campeurs occupe l’essentiel de ses journées à la plage, jouissant du farniente, de la baignade ou de jeux divers. De plus, la plage constitue le point de ralliement de bandes de jeunes venus principalement du Nord de la France et de la région parisienne, pour se retrouver sur le sable le temps des vacances. Le contraste est alors prononcé entre ces groupes de jeunes dont les membres se disposent en étoile en guise d’appropriation de leur territoire et les familles qui adoptent une localisation plus linéaire, le regard tourné vers la mer. Et si les bandes sont les plus nombreuses sur la Plage-Centre, au débouché du rond-point de l’Arrivée qui matérialise le terminal des principaux campings de l’époque, les autres plages se caractérisent davantage par une clientèle familiale de campeurs, mais aussi de locataires des premiers meublés de la station. Les premiers clubs installés sur la plage proposent des activités sportives et ludiques aux enfants et adolescents.

13Dans cette nouvelle donne estivale, les habitants de la région se retrouvent en minorité et ne fréquentent la plage que les dimanches et les jours de fêtes nationales ou religieuses. Ils se distinguent nettement des touristes en maintenant leur habillement sur la plage et en se regroupant au sein de la communauté familiale. Pour ces Catalans, le bain est secondaire au profit d’une attitude contemplative de la mer héritée du siècle passé. Cette tradition s’étiolera en même temps que le sentiment religieux pour exposer davantage son corps sur la plage publique.

14 Enfin et parallèlement à l’extension des campings, de grands ensembles architecturaux sont réalisés amorçant une diversification progressive de la clientèle : la main-d’œuvre espagnole immédiatement disponible contribue ainsi à la construction des patios de la Massane, des trois tours de la Plage-Nord et de plusieurs villas en front de mer. Par la suite, Argelès-Plage poursuit son développement en refusant l’urbanisation de masse et en privilégiant les constructions modestes, la création d’espaces verts et des aménagements divers pour satisfaire les désirs d’une clientèle renouvelée.

La plage au cœur des politiques municipales depuis les années 70

15Aujourd’hui, la capacité d’accueil d’Argelès ne se limite pas à ses soixante terrains de campings dont les deux-tiers sont classés en trois et quatre étoiles. Elle compte également 5 000 appartements en location saisonnière, trente hôtels, plusieurs résidences de tourisme et villages de vacances. Pour répondre aux attentes d’une clientèle désormais diversifiée, la municipalité aménage son territoire communal en proposant de multiples activités sportives et festives, en favorisant les espaces verts, et en multipliant les efforts pour obtenir une eau de baignade de qualité et un sable propre en saison.

16Dans un premier temps, l’accent est mis sur l’animation estivale que la municipalité concentre à proximité immédiate de la plage. Le casino, inauguré en 1964 sur un terrain jouxtant le Bois de Pins, est très vite complété par une discothèque et deux cinémas dont un est toujours en activité aujourd’hui. Depuis le milieu des années 70, l’aménagement de l’aire des festivités sur la promenade bordant la plage permet la tenue de podiums et de manifestations à destination d’une large clientèle. La gratuité étant de mise, un public nombreux se presse le soir en bordure de la plage qui voit sa fréquentation se renouveler pour de multiples usages nocturnes. Nos observations soulignent le caractère éclectique de la clientèle : il est frappant de constater que tous les âges se côtoient le temps d’une chanson populaire. Certains prolongent la soirée sur la plage qui devient alors le théâtre de micro-feux d’artifice improvisés par les plus jeunes, de flâneries au clair de lune, voire de bains de minuit pour les plus courageux… Cependant, la multiplication des espaces d’animation situés en front de mer et gérés par la station induit une concurrence pour la plage. Une partie des flux convergeant habituellement vers elle est ainsi détournée vers la promenade et ses distractions. Cette tendance est accentuée par la création de plages hors-sol dans les campings, retenant sur place des touristes susceptibles d’occuper la plage publique.

17Dans un deuxième temps, la plage se trouve aussi au cœur des actions communales en faveur de l’environnement et participe pleinement à la construction de l’image d’une station balnéaire qui se veut certes de tourisme de masse, mais aussi respectueuse de son cadre naturel. De fait, la commune s’est dotée très tôt d’une station d’épuration, modernisée en 2002 avec une capacité conçue pour une population de 120 000 habitants, afin de limiter les retombées polluantes dans ses eaux de baignade. Chaque année, la station obtient ainsi le pavillon bleu des plages propres depuis sa création de ce label en 1987. Et depuis en 1989, elle est aussi une des premières communes de France équipée du procédé Meractive qui permet le nettoyage écologique du sable par eau de mer ionisée.

18 La station offre également une pinède de 12 hectares en bord de mer complétée par une promenade piétonne et arborée, aménagée depuis 1973 sur trois kilomètres le long de la plage ainsi que de nombreuses pistes cyclables. En 1984, la commune accepte la création d’une réserve naturelle autour de l’embouchure du Tech : la réserve du Mas Larrieu. Tolérant baigneurs et promeneurs, elle s’ajoute à la réserve de la Massane existante depuis 1973, située dans la montagne des Albères.

19 Enfin, dernier grand aménagement d’accompagnement touristique, le port de plaisance d’Argelès est inauguré en 1989. Situé à l’embouchure du petit cours d’eau de la Massane sur des terrains autrefois marécageux, il permet d’accueillir quelque 700 bateaux de plaisance. Cette marina est ceinturée d’immeubles aux façades colorées qui laissent place à des promenades bordées de patios. Les rez-de-chaussée abritent de nombreux commerces, cafés et restaurants qui animent les quais durant la saison touristique.

20Ces aménagements lourds sont complétés par de multiples installations temporaires sur la plage faisant alterner :

21 - des clubs de loisirs aux équipements sans cesse améliorés et diversifiés pour attirer une clientèle jeune et avide de distractions : piscines, toboggans, jeux d’eau… ;
- des centres de sports proposant en fonction de la mode de telle ou telle activité : ski nautique dans les années 70, planche à voile dans les années 80 et jusqu’au milieu des années 90, voile, jets ski aujourd’hui… ;
- des plages privées soit pour les hôtels du front de mer, soit pour une clientèle désirant se démarquer du commun des baigneurs avec transats, bars et restaurants sur le sable. Il faut cependant souligner la volonté municipale de limiter ces espaces clos à la différence des stations de la Côte d’Azur qui les ont généralisés ;
- enfin et surtout, les périmètres de baignade et d’activités nautiques surveillés par des postes de maîtres nageurs sauveteurs s’égrenant le long de la côte sableuse. Au-delà de leur stricte raison d’être, ils rythment également le temps quotidien de la plage avec des annonces et des consignes selon leurs horaires de fonctionnement. Le rituel ainsi instauré conforte la re-création d’un quotidien du touriste qui calque sa fréquentation de la plage sur les heures de surveillance. L’atout majeur de cette plage réside dans les possibilités de baignade jusqu’à 300 mètres du bord, fait rare dans les stations balnéaires du Roussillon, région dans laquelle la retombée brutale des Albères dans la mer provoque le développement de bas-fonds, favorables à la plongée sous-marine, mais défavorables au balnéarisme ainsi qu’à l’activité halieutique. Mais les baigneurs, par réflexe grégaire, préfèrent se cantonner au bord de l’eau, là où l’activité balnéaire est la plus intense avec notamment les jeux d’enfants.

La plage maritime concurrencée par les nouveaux loisirs et les micro-plages hors-sol

  • 7 Sur ces pratiques, on lira avec profit J.-D. Urbain, 1994, Sur la plage, Paris, Payot, coll. Petite (...)

22La plage déploie des usages et des territorialités différenciées selon les saisonnalités touristiques. La plage du quotidien de l’été met en scène le farniente, la contemplation de la mer, voire les loisirs nautiques. Elle connaît sa fréquentation maximale le temps en la moyenne et de la haute saison, soit en juillet et en août. L’appropriation temporaire du sable est avant tout le fait des familles qui cohabitent le mieux possible, tout en défendant leur « pré carré » : s’agrégeant autour du parasol, de préférence au bord de l’eau pour mieux surveiller les enfants, elles forment la majorité des occupants. Au milieu de cette « grenouillère » balnéaire, les jeunes adoptent une attitude grégaire, se disposant bien volontiers en étoile pour privilégier la communication aux dépens de l’intérêt porté à leur environnement immédiat7.

23La plage subit la concurrence de nouveaux lieux de déambulation et de récréation situés à proximité immédiate : rues commerçantes et piétonnes (allée Jules Aroles, piétonne depuis 1982), promenade, pistes cyclables, fêtes foraines (Luna Park, derrière la plage de la Marenda), centres et parcs d’attractions (Tropical Golf, Argelès Aventure, voire Aqualand vers Saint-Cyprien). La plage « naturelle » voit sa légitimité contestée par les mutations du camping en hôtellerie de plein air : les terrains deviennent des villages, les tentes des mobil-homes, les piscines des complexes aquatiques avec leurs propres plages recréées (Photo 2). Au sein de cette nouvelle centralité (le plus grand camping d’Argelès peut accueillir 4 000 personnes !), les touristes utilisent au mieux les infrastructures mises à leur disposition, parfois aux dépens de la station choisie pour leur séjour. Les plages artificielles aménagées dans chaque camping sont bondées quel que soit le moment de la journée, et l’espace-temps du campeur contemporain se restreint au profit de son « village », limitant ainsi les déplacements vers la plage et le centre commerçant de la station.

  • 8 Cette estimation est calculée à partir d'un relevé moyen de touristes par tranche de 100 m2 de plag (...)

24La conséquence la plus visible de ces plages hors-sol est l’occupation somme toute réduite de la plage maritime, même au plus fort de la saison. Nous l’estimons à quelque 10 000 personnes au maximum de sa fréquentation, entre 11 heures et 14 heures8. Elle demeure le lieu favori de la clientèle locative des meublés, de l’hôtellerie traditionnelle, des diverses résidences de tourisme, mais aussi des derniers campings originels encore privés de centres aquatiques.

Photo 2 : Le complexe aquatique du camping de la Sirène (juillet 2007)

Cette « plage » hors-sol du plus grand camping-club de la station est l’archétype du parc aquatique tropical présent dans la plupart des villages de mobil homes d’Argelès classés en quatre étoiles.

Anthony Simon

Image 2.jpg

25 La plage montre ainsi des distinctions sociales en fonction de son rétrolittoral immédiat :

26- la plage-Centre et la plage de la Marenda (ancienne plage Nord à côté du camping roussillonnais) restent le lieu de prédilection des campeurs et des dernières bandes de jeunes la fréquentant entre le 15 juillet et le 15 août.

27- la plage des Pins et la plage du Tamariguer sont prisées par les familles des villas et des divers meublés, habituées à la station depuis des années, et retrouvant avec plaisir leurs habitudes et leurs connaissances d’un été à l’autre.

28- la plage-Sud borde encore les derniers « chalets » des débuts de la station, mais s’est vue chamboulée par la construction du port qui l’interrompt brutalement. Accueillant une clientèle de propriétaires aisés, de plaisanciers et d’adeptes des sports nautiques (planches à voile, jet-skis), elle est la plus équipée de toute la station, notamment avec la présence d’une plage privée.

29- enfin, la plage du Racou accueille une clientèle de nostalgiques et d’étrangers (Anglais surtout) sensibles aux charmes de ce petit village et de sa crique éloignée des tumultes de la vie estivale argelésienne. En plus de ces visiteurs journaliers, le Racou constitue aussi le point de départ d’excursions vers les premières criques de la côte rocheuse : l’anse de Porteil et la plage de l’Ouille, réputées pour la beauté de leurs fonds marins auprès des plongeurs qui s’y pressent durant la saison. Surtout, nous avons pu relever une clientèle différente de la majorité de la station : cette partie d’Argelès témoigne d’une identité affichée, comme dans la dénomination de ses ruelles en catalan, et les habitués aiment rendre compte de leur passage temporaire dans le hameau, sa plage et ses criques. On séjourne rarement au Racou, mais le lieu revient fréquemment dans les discussions du quotidien de la plage, tel un point de passage obligé lors de son séjour argelésien.

30Cette différenciation spatiale se double de variations temporelles dans la fréquentation de la plage. Au quotidien de l’été, le début et la fin de journée sont prisés par le troisième âge et les familles avec enfants en bas âge, tandis que les heures chaudes entre 11 heures et 15 heures ne rebutent pas les noctambules, les Nords-Européens et les campeurs délogés de leurs tentes par le soleil. Les fins de semaine voient également arriver une clientèle de proximité, souvent propriétaire d’un bien à Argelès-Plage. Les habitudes sont prises et répétées d’une saison à l’autre : cette re-création du quotidien se traduit par une fréquentation de la même plage, au même moment de la journée, sur un territoire précis et peuplé de connaissances. D’espace balnéaire, la plage se change en territoire de rencontres et d’échanges d’une famille à l’autre, d’une bande de jeunes à l’autre, d’une personne à l’autre, même si la sociabilité reste un critère minoritaire de la fréquentation d’une plage. à Argelès, c’est l’habitude du lieu et du moment de l’année, source de retrouvailles temporaires, qui débouche souvent sur des alliances durables. Plusieurs couples de notre connaissance se sont construit sur la plage, parmi des habitués en général propriétaires d’un bien sur place.

31 Enfin et dans l’ensemble, la fréquentation s’étale sur l’ensemble de l’année et ce d’autant plus que la station accueille sans cesse davantage de retraités et résidents permanents. L’allongement de la saison vers le printemps et l’automne induit une ouverture prolongée des commerces et une occupation de la plage à l’année mais selon un rythme inverse de l’été : les heures les plus chaudes de la journée sont évidemment les plus recherchées pendant les saisons intermédiaires, et les bains se raréfient d’autant plus que l’eau se refroidit.

32Dernière grande plage de sable fin avant la côte rocheuse et l’Espagne, la station d’Argelès est dominée par le massif des Albères, ultime maillon des Pyrénées qui tombe dans la Méditerranée en un dénivelé de près de 1 000 mètres. Cette combinaison exceptionnelle de la mer, de la montagne et du soleil donne au lieu touristique et à sa plage une personnalité particulière qui la différencie de ses voisines. Associée à un climat chaud et sec l’été, doux et agréable le reste de l’année malgré des vents continentaux fréquents et parfois violents (tramontane), cette addition d’aménités naturelles, propices à la balnéarité, entraîne une lente « désaisonnalisation » du tourisme. Ainsi, la mer redoutée et évitée, est devenue à partir du début du XXe siècle le pilier de l’essor économique d’Argelès. Le petit bourg halieutique et agricole a su valoriser au mieux son environnement littoral pour devenir une station de premier plan du tourisme méditerranéen français et de l’hôtellerie de plein air. La plage incarne toujours la raison d’être de ce succès, en s’appuyant sur une forte dualité faite de permanences et de mutations profondes et rapides. D’abord fréquentée pour elle-même par des contemplatifs, elle constitue ensuite l’espace public prisé des campeurs argelésiens, avant de se voir concurrencer par d’autres lieux publics ou de loisirs, voire pour certains par de micro-plages recréées dans les villages d’hôtellerie de plein air. La variété de ses usages contemporains conduit aussi à des distinctions sociales en fonction de l’arrière-plage.

Haut de page

Bibliographie

CLARET, C., 1994, « Argelès-sur-Mer, station européenne », Massana, n° 55, p. 6-20.

COLLECTIF, 2000, Guide touristique et historique dArgelès-sur-Mer, Argelès, éditions Massana, numéro hors série, 72 p.

Dreyfus-Armand, G. et E. Termime, 1995, Les camps sur la plage, un exil espagnol, Paris, éditions Autrement, n° 88.

Urbain, J.-D., 1994, Sur la plage, Paris, Payot, coll. Petite bibliothèque, 375 p.

Haut de page

Notes

1 D'après l'office municipal du tourisme, Argelès-sur-Mer a accueilli 650 000 touristes en 2006, soit des visiteurs ayant séjourné au moins une nuit dans la station, pour 5,9 millions de nuitées et un chiffre d'affaires estimé à 208 millions d'euros. La population permanente est de 10 000 habitants, chiffre multiplié par 10 en juillet et en août par l'afflux de touristes estivaux. à titre de comparaison, Le Cap d'Agde est la première commune touristique française avec ses 175 000 lits touristiques et le million de touristes qui la fréquentent chaque année (estimations de l'office de tourisme de la station).

2 Cf. Guide touristique et historique d'Argelès-sur-Mer, Argelès, éditions Massana, numéro hors série, 2000, 72 p.

3 L'histoire de la Retirada et des camps du littoral méditerranéen est analysée dans l'ouvrage de Geneviève Dreyfus-Armand et émile Termime : Les camps sur la plage, un exil espagnol, Paris, éditions Autrement, n° 88, mai 1995.

4 Les témoignages des réfugiés espagnols reproduits dans le numéro d'Autrement déjà cité font état de leurs conditions déplorables d'hygiène et de promiscuité : l'eau utilisée au quotidien, simplement filtrée à travers le sable mais polluée par l’occupation intensive de la plage, engendre des maladies qui coûtent la vie à de nombreux enfants et adultes. Les poux pullulent "par millions", et "l'on s'étonne seulement que des épidémies plus graves ne se soient pas déclarées".

5 Cf. C. Claret, 1994, "Argelès-sur-Mer, station européenne", Massana, n° 55, p. 6-20.

6 Mission interministérielle pour l'Aménagement du Languedoc-Roussillon, créée en 1963 pour piloter sept unités touristiques nouvelles sur le littoral méditerranéen, de Port Camargue à Saint-Cyprien.

7 Sur ces pratiques, on lira avec profit J.-D. Urbain, 1994, Sur la plage, Paris, Payot, coll. Petite bibliothèque, 375 p.

8 Cette estimation est calculée à partir d'un relevé moyen de touristes par tranche de 100 m2 de plage, rapportée ensuite à la longueur totale de la plage d'Argelès, pour la période allant du 14 juillet au début du mois d'août 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Simon, « Itinéraire d’une plage méditerranéenne : Argelès-sur-Mer », Géographie et cultures, 67 | 2008, 113-124.

Référence électronique

Anthony Simon, « Itinéraire d’une plage méditerranéenne : Argelès-sur-Mer », Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/1052 ; DOI : 10.4000/gc.1052

Haut de page

Auteur

Anthony Simon

Institut de recherche géographique (IRG), université Lyon2 - UMR 5600 Environnement, ville et société
anthony.simon@univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org