Navigation – Plan du site
Lectures

Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 142-143
Référence(s) :

Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique, Paris, Belin, 2006, 297 p.

Texte intégral

  • 1 Olivier Lazzarotti, 2006, Habiter, la condition géographique, Paris , Belin, 297 p.

1Au travers d’un verbe relativement simple « Habiter » cet ouvrage1 met en perspective la question de l’identité de l’individu et de son devenir sur la planète Terre. Il se veut une réflexion sur l’habiter mais aussi une contribution pour repenser la manière d’être sur la terre selon une perspective remontant à Eric Dardel et à l’ontologie de Heidegger. Tout lecteur sera surpris à la lecture d’une bibliographie incluant aussi bien des géographes que des philosophes et des psychalanystes, comme Aristote, Attali, Baudrillard, Derrida, Freud, Habermas, Hegel, Heidegger, Lacan, Locke, Marx et Engels, et Prigogine. La bibliographe atteste de la diversité des sources scientifiques mobilisées par l’auteur tout en étant résolument ancrée dans la géographie. La réflexion prend tout son sens dans un monde où tout compte fait l’individu est de plus en plus mobile. L’ hypothèse de Lazzarotti est en fait partagée avec d’autres chercheurs comme Rémi Knafou dont les publications sur le tourisme sont largement diffusées et connues, comme « la planète nomade ».

2L’ouvrage s’organise autour de trois parties bien délimitées : (1) l’espace habité, condition géographique de l’humanité, (2) l’habitant : carte d’identité et signature géographique et (3) Habiter cohabiter. L’auteur argumente tout au long des chapitres l’idée selon laquelle la géographie ne se limite pas à l’espace habité mais s’attache plus particulièrement aux hommes qui habitent le monde. à la question traditionnelle de « comment l’homme est dans le monde ?  », l’auteur estime qu’il faut ajouter la question de « comment le monde est dans l’homme ?  » Il prône alors le principe d’une science dans le monde. Cela signifie une science qui non seulement pense le monde mais une science qui, de ce fait, agit sur l’homme. Produire de la science, a fortiori géographique, c’est habiter le monde. L’objectif d’une discipline comme la géographie est donc de donner à tout habitant les moyens de définir ce qui est le « meilleur » et de tendre vers ce « meilleur » avec l’ensemble de la collectivité. L’auteur conclut d’ailleurs l’ouvrage en affirmant combien la science géographique est une des manières d’habiter le monde parmi d’autres. La science n’est pas en dehors de la vie mais est la vie.

3Tout lecteur géographe sera sensible aux propos défendus tout au long de ce livre illustré par ailleurs de photos (généralement prises par l’auteur), par quelques cartes et par des tableaux. Le texte inclut de nombreuses citations qui agrémentent la lecture et fait référence à une très grande variété d’exemples. On passe ainsi de l’habitant du quartier disqualifié ou sensible, à des exemples puisés dans la Révolution française ou encore aux récits des habitants des villages bouddhistes du Ladakh central. Il est toutefois regrettable que l’auteur n’ait pas cherché à clarifier en permanence son raisonnement, notamment lorsqu’il parle de l’avènement ou encore de la construction de l’Europe, ou encore lorsqu’à partir d’une analyse géographique, il en déduit quelques principes pour mieux comprendre la question du clonage. Cet ouvrage témoigne d’une grande culture du géographe qui sait également inclure dans sa démonstration les propos de St Augustin ou encore de Freud.

Haut de page

Notes

1 Olivier Lazzarotti, 2006, Habiter, la condition géographique, Paris , Belin, 297 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique », Géographie et cultures, 67 | 2008, 142-143.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Olivier Lazzarotti, Habiter, la condition géographique », Géographie et cultures [En ligne], 67 | 2008, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1071

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS – UMR 8185

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org