Navigation – Plan du site

Musiques actuelles et religion Vodoun au Bénin

Contemporary music and traditional religion of Voodoo in Benin
Mélaine Bertrand Poda
p. 13-30

Résumés

La république du Bénin, ancien royaume du Dahomey, est un pays qui dispose d’un important patrimoine culturel et historique. Terre de tradition et du Vodoun par excellence, le Bénin représente aujourd’hui un ensemble d’atouts culturels très prisés. Pour les jeunes générations béninoises, à l’heure de la mondialisation, le Bénin doté de richesses culturelles diversifiées doit s’affirmer sur l’échiquier international en mettant en valeur ses différentes potentialités culturelles. Parmi ces dernières figurent les musiques traditionnelles inspirées de la religion Vodoun, éléments importants issus des pratiques ancestrales. Le premier festival des arts et cultures Vodoun organisé à Ouidah en 1993 sous le haut patronage de l’Unesco témoigne d’un véritable engouement au niveau international. Les exemples sont nombreux, et nous pourrions également mentionner les rencontres panafricaines avec le Marché des arts du spectacle africain (Masa) en Côte d’ivoire, l’un des symboles de rencontre entre peuples et cultures d’Afrique. Plusieurs cultures ont été représentées à cette occasion. En 2003, le groupe Gangbé Brass Band, de renommée mondiale, a fait partie des trois groupes de musiques du Bénin présents à ce festival et dont l’inspiration est puisée dans la tradition Vodoun, s’inscrivant ainsi nettement dans une démarche de promotion des valeurs culturelles béninoises. Entre l’improvisation au rythme du jazz et un style digne d’une fanfare, tout en paradant dans les rues du Bénin et sur les scènes internationales, leur message est clair : ils affirment que courir aujourd’hui derrière la modernité en laissant de côté la tradition apparaît comme un leurre. En mêlant les sons de leur métal au jazz et aux rythmes hérités dans les couvents Vodouns, lieux des rites d’initiation par excellence, ils parviennent à revigorer les racines de la musique noire d’une façon originale.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article propose une étude sur les musiques actuelles du Bénin et sur les manières dont elles se réfèrent à la tradition. Les jeunes musiciens béninois souhaitent montrer au monde la richesse de leur patrimoine tout en s’affirmant modernes. La question préalable est de définir les modes de construction d’une tradition béninoise et ses interrelations avec différentes échelles : Bénin, aire culturelle ouest-africaine, cultures du monde. Cela nous permettra ensuite de montrer comment cette musique traditionnelle, considérée comme un patrimoine culturel, est valorisée aujourd’hui dans un marché émergent des musiques du monde (World Music), d’une part à travers les politiques culturelles des Nations Unies (Unesco), ou du Bénin d’autre part. Pour tenter de cerner ces logiques tout en montrant le parcours singulier et créatif des musiciens béninois, nous nous intéresserons aux trajectoires, aux productions et à l’influence sur la société béninoise de musiciens locaux qui ont acquis une notoriété aussi bien à l’intérieur de leur pays que sur la scène internationale. Nous évoquerons un certain nombre de carrières artistiques en nous attardant particulièrement sur le groupe Gangbé Brass Band, à travers le contenu des musiques et des textes qui font leur renommée internationale. Nous montrerons ainsi comment ces musiciens se trouvent au centre de multiples systèmes de sens et d’échelles territoriales qui font de leur création artistique un élément important dans la compréhension du Bénin mais aussi un opérateur de sa construction territoriale. Enfin, nous analyserons en quoi la musique béninoise peut être définie comme une « musique noire » et comment cette désignation peut être valorisée et appropriée par toutes les catégories de la population béninoise.

Les musiques traditionnelles au Bénin, ancrage territorial et impacts sociaux

  • 1 Poda M. B., 2009. "Appropriation territoriale dans les rituels festifs à Ouidah (Bénin)", Colloque (...)

2Certaines musiques béninoises actuelles s’inspirent explicitement des cultes Vodoun. Elles traduisent les formes d’appropriation ou de réappropriation de la tradition par les jeunes générations, qui revendiquent cependant une créativité ouverte aux influences extérieures. Elles sont donc susceptibles de donner des indications sur la réalité sociale et culturelle béninoise et sur les représentations que les musiciens et leur public se font de leur « place » dans le monde qui les entoure. Les textes des chansons montrent comment, à partir d’évènements ordinaires tels que les rituels festifs1 célébrés dans les familles ou des collectivités ou, à l’inverse, lors des rencontres nationales et internationales au Bénin et à l’étranger, les musiciens décrivent les bienfaits des cultes Vodoun, décodent les interactions entre le Vodoun et les groupes sociaux, évoquent les endroits où les cultes sont pratiqués. Les musiciens béninois agissent comme des producteurs d’idées qui, à partir des pratiques sociales ordinaires, réfléchissent sur les problèmes de l’humanité en général, particulièrement sur ceux de la société dans laquelle ils vivent. Les musiciens sont donc à la fois autonomes dans leur création et hétéronomes par leur référence au répertoire traditionnel de la société dont ils sont issus et qui est, au Bénin, puissamment imprégné par la religion Vodoun. Cela leur permet de revendiquer une position idéologique et de se déclarer porteurs des idéaux du peuple (Kouvouama, 2007).

3Par ailleurs, compte tenu des origines sociales et ethniques des membres de ces groupes et de la diversité des langues locales qu’ils utilisent dans leurs chansons, la musique qu’ils font multiplie les références aux différents « terroirs » béninois, sources d’inspirations pour les artistes. Ainsi, à travers leur production artistique, il est possible de faire une lecture de la société béninoise dans sa complexité. Aux yeux de la classe politique qui dirige le pays, ces productions musicales sont un objet de fierté pour le peuple : elles peuvent donc participer à créer une identité nationale. L’importance symbolique de la musique pour les Béninois est renforcée par l’organisation de grands concerts publics, souvent gratuits, et par des festivals internationaux organisés dans le pays. Ces événements mettent en valeur la production musicale béninoise aux côtés des productions musicales d’autres pays d’Afrique et du monde, permettant aux musiciens béninois de se comparer à d’autres, de se faire connaître et de se faire inviter dans des festivals analogues organisés partout dans le monde. Cela contribue à donner une bonne image du pays et de ses dirigeants, souvent controversés à l’intérieur comme à l’extérieur.

Tradition musicale et culte Vodoun

4Les jeunes musiciens béninois de musique actuelle ont en commun une volonté de mêler tradition et modernité pour donner une originalité à leurs compositions musicales, demeurées pendant longtemps sous influences musicales étrangères. La principale influence béninoise qu’ils revendiquent dépasse la simple tradition musicale puisqu’ils se réfèrent tous au culte Vodoun (Vaudou) et particulièrement à ses rythmes, tels qu’ils sont pratiqués dans les couvents lors des initiations ou dans les cultes familiaux. Ajoutés aux influences jazz et rap, mais aussi aux chorégraphies populaires, ces rythmes très reconnaissables (par leurs structures et par les instruments qui les jouent) donnent une sonorité particulière et une empreinte musicale unique, reflétant une identité locale d’autant plus forte que le Vodoun est encore très largement pratiqué par toutes les couches de la société béninoise.

5Issu des anciennes religions animistes africaines, le Vodoun fait partie des pratiques béninoises modernes, même chez ceux qui pratiquent une autre religion. Selon certains auteurs, 75 % des Béninois seraient animistes (Chanez, 1997). Le mot Vodoun au royaume du Dahomey (actuel Bénin) signifie simplement Dieu, mais au sens large « tout ceci est Vodoun » (Herskovits, 1967). Mawu (Dieu) est Vodoun. Quand quelqu’un meurt et que son âme a été établie, lui aussi est Vodoun (Chanez, Op.cit., p. 133).

« Le mot Vodoun désigne ce qui est mystérieux pour tous, indépendamment du moment et du lieu, donc, ce qui relève du divin » (Maupoil, 1943, p. 54).

6De ce fait, différentes sortes de Vodoun sont représentées par des divinités, telles que Sakpata (qui donne de l’argent et guérit les malades), Hoho (qui porte chance), Avlékété (père du bonheur), Tohosou (père des richesses), Hébiosso (gardien), Agbé (mélange des divinités), Houawo (protège la femme mariée, punit et dévoile l’adultère), Vodoun assin (statues représentant les parents décédés dans chaque famille animiste au Bénin), Legba (protecteur de la maison, sentinelle), Gou (la divinité du fer, qui offre des opportunités), le son du métal accompagnant les Zangbétos, Ogoun ou Egungun (les esprits des morts), ont inspiré le groupe Gangbé Brass Band qui revendique leur filiation. Au Bénin, les adeptes de ces divinités portent, représentent leurs ancêtres, chantent en utilisant du fer et d’autres métaux pour entrer en contact avec les esprits lors des rituels.

7La rencontre entre le Vodoun (présent partout dans l’espace) et les initiés se fait sur des lieux consacrés, plus ou moins secrets ou connus de tous. Pour finir cette brève présentation, on pourrait définir le Vodoun comme :

« une force immatérielle existant partout dans l’espace, mais à qui on peut assigner un point matériel ou les initiés peuvent l’invoquer par des formules connues d’eux seuls. La jarre encastrée dans les sanctuaires des grands dieux, certains rochers, certains arbres, certaines rivières ne sont pas le séjour permanent du Vodoun, mais un lieu de rendez-vous convenu entre la divinité et ses fidèles, lieu qui se trouve sacralisé par son contact privilégié avec la divinité » (L. Desquiron, 2003, p. 27).

Les origines béninoises du Vodoun et leur rayonnement dans le monde

  • 2 Premier festival des Arts et Cultures Vodous, tenu à Ouidah (Bénin) en 1993, Les Rencontres, Afriqu (...)

8Cet art musical et les danses rituelles qui l’accompagnent ont une importance d’autant plus grande pour la société locale que les origines du Vodoun se trouvent au Bénin. Les cultes Vodoun se sont répandus dans le monde entier par le biais du commerce des esclaves dont le royaume du Dahomey était, jusqu’au début du XIXe siècle, une des plaques tournantes en Afrique. De nombreuses études et rencontres2 ont été réalisées, rétablissant les similitudes entre la religion traditionnelle béninoise et les cultes Vodouns actuellement pratiqués à Cuba, au Brésil, en Haïti, en Europe et aux USA. Ces études et la publicité qui en a été faite ont eu le double effet de valoriser le culte Vodoun (pendant longtemps interdit ou déclassé au profit des grandes religions monothéistes européennes et du monde arabe) et de réunifier des pratiques qui s’étaient développées séparément, de façon souvent clandestines, de part et d’autre de ce que P. Gilroy nomme « l’Atlantique noir » (Gilroy, 2003).

  • 3 Même si cette filiation repose sur des éléments musicologiques et organologiques très minces et dis (...)

9Si personne aujourd’hui ne semble douter de l’influence de la culture musicale africaine dans les musiques noires ou afro-américaines modernes (jazz, rumba, salsa, reggae…)3, il est certain que le « retour d’Amérique » de ces musiques vers l’Afrique a profondément influencé à son tour la production musicale béninoise, ce que nous verrons par la suite. Les musiques qui s’appuient sur le culte Vodoun représentent certainement un niveau intéressant pour les tenants d’une hypothétique « musique noire », dont l’Afrique serait le berceau, dans la mesure où ces musiques sont liées à des traditions religieuses secrètes et clandestines qui se sont perpétuées dans de nombreux pays où vivaient des populations à la peau noire déportées par la traite des esclaves. Ces cultes étant très intimement liés à la musique et à la danse, il est donc utile d’étudier les musiques qui se réfèrent au Vodoun comme des exemples particulièrement intéressants du point de vue de l’étude des musiques noires.

  • 4 On trouvera une approche musicologique et organologique complète des musiques traditionnelles bénin (...)

10F. Mazzoleni, dans son ouvrage intitulé L’épopée de la musique africaine, fait l’inventaire de ce que le Bénin a conservé de ces traditions musicales dans les cérémonies liées au culte des ancêtres et des rites de transe qui ont été décrits et photographiés par les ethnologues P. Verger et G. Rouget (dans Mazzoleni, 2008). Ces cérémonies Vodoun se distinguent notamment par leurs polyrythmies, qui mélangent aussi bien cloches, hochets, incantations et tambours4. On peut discuter de la plus ou moins grande authenticité de ces productions et de leur inventaire, qui prétendent représenter l’ensemble d’une production nationale, dans un pays qui compte encore des dizaines de langues et les cultures ethniques les plus diverses. On notera plutôt l’importance que prend cet héritage aux yeux des musicologues et chercheurs en sciences sociales en raison de l’historicité et de l’étendue de l’aire géographique qui correspond à la diffusion du culte Vodoun, le Bénin étant souvent considéré comme un lieu d’origine de cette religion. Ainsi, c’est à Ouidah, au Bénin, qu’a été organisé en 1993 le premier festival des Arts et Cultures Vodoun sous le haut patronage de l’Unesco.

11Sur le plan musical, la diffusion d’une tradition béninoise explicitement inspirée du Vodoun s’exprime à présent au sein des grandes manifestations des musiques du monde dans lesquelles les groupes nationaux font reconnaître leur différence et la richesse de leur création artistique. On peut citer l’exemple du Marché des arts du spectacle africain (MASA) en Côte d’Ivoire, qui a connu une présence remarquée du Bénin lors de sa sixième édition en 2003 avec la participation des trois groupes de danse et de musique précédemment cités (Gangbé Brass Band, H20 Assouka et Ori Dance Club). Ces trois groupes disent puiser leur inspiration dans la tradition Vodoun. Ils s’inscrivent explicitement dans une démarche de promotion des valeurs culturelles béninoises en se référant à la religion animiste de leurs ancêtres, tout en dénonçant les conditions de vie difficiles du peuple béninois et de l’Afrique en général. Dans cette même veine, associant Vodoun, musiques actuelles et discours revendicatif, on peut également citer d’autres musiciens béninois mondialement reconnus, comme le « Tout puissant orchestre Poly-Rythmo de Cotonou », devenu un des plus grands ensembles africains qui, lui, s’inspire à la fois de la tradition Vodoun et des productions des pays voisins tels que le Ghana, le Nigeria, le Togo. On peut également citer la chanteuse Angélique Kidjo, originaire de Ouidah au Bénin, dont le parcours montre bien les réseaux de production et de diffusion des musiques noires. Remarquée à Paris par Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain de la maison de disque Island Records qui distribuait, entre autres, Bob Marley, elle débute sa carrière en 1985 comme chanteuse dans le groupe Pili Pili (jazz africain) accompagnée d’un pianiste hollandais. Depuis 1998, elle s’est installée aux États-Unis où elle a eu un grand succès, notamment avec l’album « Orémi », marqué par le jazz, le R&B et la Soul Music. Ce premier album est explicitement consacré aux racines de la musique noire, chemin qu’elle a poursuivi ensuite avec deux autres albums, Black Ivory Soul et Oyaya.

Rayonnement et circulation des artistes béninois

  • 5 Elie Mambou, La diaspora africaine aux États-Unis de 1960 à nos jours : intégration et/ou assimilat (...)

12Comme le souligne E. Mambou5 dans son travail de thèse :

« entre 1970 et 1990, le continent africain a vu partir près de 12 000 artistes-musiciens vers l’Occident pour des raisons idéologiques et culturelles, voire économiques, entre autres » (Mambou, 2008, p. 246).

13La république du Bénin n’a pas été épargnée par cette vague d’émigration vers un nouveau monde qui semble plus accueillant pour les musiciens.

« L’émigration des artistes-musiciens vers l’Occident serait motivée par la reconnaissance artistique et professionnelle, c’est-à-dire la recherche d’une notoriété internationale, ou par la recherche de meilleures conditions de travail (studios d’enregistrement, producteurs, salles de concert, marketing…) » (Kofi, 1994, p. 98).

14Ces migrations vers le Nord participent à l’évolution des productions par la rencontre avec des producteurs et des musiciens venus d’autres parties du monde, d’une part, la confrontation avec un public qui recherche l’authenticité, d’autre part (E. Da Lage, 2008).

  • 6 Le style béninois tchinkoumey est un rythme de funérailles mahi du centre du Bénin. Il se joue avec (...)

15Cependant, les migrations de ces artistes ne signifient pas qu’ils renoncent à leur identité béninoise. Revenons sur l’exemple d’Angélique Kidjo. C’est une musicienne de jazz, de soul et de funk music, mais elle chante en fon ou en yourouba, langues parlées un peu partout au Bénin. Agolo, un de ses plus grands succès sorti en 1994, confirme sa notoriété en mélangeant soul music et les danses béninoises connues sous le nom de tchinkoumey6ou gogbahoun, dont les rythmes sont empruntés aux rythmes funéraires Vodoun. Dans les années 2000, lors d’une de ses visites au Bénin, elle rencontre le groupe Gangbé Brass Band et enregistre avec lui, quelques années après, l’album Djin Djin. Aujourd’hui, Angélique Kidjo est aussi ambassadrice de l’Unicef et fait preuve de nombreuses distinctions parmi lesquelles le Prix Octave RFI en 1992, le Prix Kora Music (meilleure artiste féminine africaine) en 1997, le Grammy Award 1995, 1999, 2003, 2005, 2007, 2008, etc.

  • 7 Et les plus appréciées de leur public, en particulier les jeunes, les moins de 25 ans, qui représen (...)

16On comprend pourquoi cet héritage a suscité un engouement chez les jeunes musiciens d’aujourd’hui, et pourquoi ils ne veulent pas couper le pont entre les modes musicales les plus récentes7 et les traditions béninoises. Le Vodoun en sort renforcé, car il apparaît, à travers la création artistique contemporaine, comme la religion mondiale qui se rapproche le plus du récit légendaire qui attribue à l’animisme africain et les musiques qui l’accompagnent la paternité de toutes les musiques noires.

17Nous allons évoquer maintenant brièvement la biographie de quelques-uns de ces musiciens, leurs conditions de travail et leur carrière à travers une courte monographie du groupe Gangbé Brass Band.

Le groupe Gangbé Brass Band

Photo 1. Le groupe Gangbé Brass Band

Photo 1. Le groupe Gangbé Brass Band

Michel de Bock

  • 8 Bois et cuivres issus de formations musicales de type "harmonie" dont l’origine est européenne et i (...)

18Créé en 1994, le groupe Gangbé Brass Band est composé de musiciens béninois dont certains sont déjà connus internationalement dans le monde du jazz. Dans les années 1998, il se renforce grâce à l’arrivée de musiciens venus de l’Union des Instrumentistes à Vent du Bénin8. Le premier objectif affiché par ce groupe est le caractère national de sa musique, qu’il présente comme héritière de la tradition musicale béninoise. Les parties rythmiques des morceaux joués par Gangbé Brass Band se réfèrent au son du métal (Gangbé) qui évoque certaines divinités invoquées par les adeptes du Vodoun au Bénin, telles que Egungun (esprits des morts) et Ogun (nommée parfois Shango) ou encore les Zangbétos (la danse des revenants). Ces rythmes et ces sons s’intègrent sans difficulté dans des créations d’inspiration jazz et musiques actuelles, styles musicaux qui autorisent et même encouragent (en tant que musiques non académiques et le plus souvent non écrites) l’improvisation et l’hybridation des cultures (Amselle, 2001).

19Les musiciens utilisent simultanément des percussions traditionnelles africaines et des instruments à vent tels que la trompette, le trombone ou encore le saxophone. Les structures rythmiques interprétées par les percussions se réfèrent de façon précise aux rythmes Vodouns. Les paroles sont interprétées dans les langues vernaculaires béninoises telles que le yoruba, le fon, le goun, mais aussi parfois en créole. Si les percussions et les paroles évoquent assez précisément les cultures béninoises, les cuivres, les vents, les mélodies, les arrangements musicaux se réfèrent tour à tour aux standards des musiques issues du jazz et des musiques caribéennes (salsa, reggae, rumba), telles qu’elles ont été réappropriées par tous les courants de la musique africaine moderne, notamment au moment des indépendances dans les années 1960 : les scènes de Brazzaville, de Dakar, de Kinshasa ou d’Addis Abeba étaient alors des lieux majeurs de l’importation des musiques afro-américaines au profit de nouveaux courants musicaux africains (Da Lage, 2008).

20La principale qualité du groupe est donc d’associer une culture musicale typiquement béninoise avec une connaissance des modes musicales mondiales, portées par des musiciens d’exception. Ce mélange d’authenticité et de standards internationaux plaît au public français, qui fait connaissance avec Gangbé Brass Band grâce au groupe angevin Lo´Jo en France (introducteur d’un autre groupe africain devenu mondialement célèbre, le groupe touareg Tinariwen (Nadia Belalimat, dans Raibaud, 2008). Comme beaucoup de groupes africains, Gangbé Brass Band se caractérise par une prestation scénique très animée, dans laquelle les musiciens extériorisent leurs émotions, dansent et mettent en jeu leur corps d’une façon exubérante. On retrouve dans ce type de prestation scénique à la fois une référence aux traditions de danse et de transe béninoise et un standard des musiques noires, telles qu’elles ont été forgées, probablement, par la mise en scène des musiques noires afro-américaines faite par les producteurs états-uniens dans la première moitié du XXe siècle (Tagg, 2008). Une autre qualité de ce groupe composé principalement de cuivres et de percussions est de pouvoir également se « débrancher » et descendre de scène pour parader dans les rues à la rencontre de leurs fans.

  • 9 "Le Vodoun fait peur, parce que nous ne le connaissons pas. Le Vodoun fascine, parce que l’Occident (...)

21Assez consensuel au Bénin, le culte Vodoun ne fait pas l’unanimité auprès du public européen : d’après certains musiciens du groupe que nous avons interrogés, beaucoup de personnes leur renvoient une vision négative du Vodoun et pensent que c’est du fétichisme, un culte du mal9. Pour les musiciens de Gangbé Brass Band, on s’en doute, ces allégations ne sont pas fondées. Ils plaident au contraire pour l’aspect positif du Vodoun, essentiel à une culture béninoise partagée par le plus grand nombre. Pour eux, le Vodoun n’est pas une sous-culture, ni un folklore, il est sacré : ils rappellent qu’on ne peut accéder au temple Vodoun sans avoir suivi une initiation. Tous ont été initiés dans les couvents du Vodoun et déclarent avoir l’autorisation des hauts dignitaires spirituels pour s’en inspirer et chanter ses vertus. Leur démarche consiste donc à explorer la richesse infinie des rythmes des couvents, basés sur les innombrables chansons traditionnelles des adeptes, afin d’exploiter la diversité de ces richesses et de les valoriser aux yeux de la société contemporaine béninoise et du monde.

Parcours, héritage, actualité du message

22L’entrée dans la musique des membres de Gangbé Brass Band au Bénin résulte en grande partie de la transmission d’un héritage culturel qui s’opère de génération en génération. Certains avaient déjà, dans leur famille, des musiciens attitrés. Le père d’un des musiciens est percussionniste, adepte du Vodoun et enseigne ses connaissances du Vodoun dans les couvents du Bénin. Sa mère chante dans une chorale religieuse (chrétienne) et dans les groupes d’animation de quartier de son village. Par cet exemple, on voit comment un héritage familial peut donner à un jeune musicien une grande habileté sociale lorsqu’il doit démarrer sa carrière artistique. D’autres portes avaient été également ouvertes aux musiciens de Gangbé Brass Band par des vedettes béninoises qui les avaient précédés. Jean Adagbenon, musicien bien connu autrefois dans le pays, est resté longtemps élève des percussionnistes et des grands chefs religieux du couvent de Vodoun, dont il a dit avoir reçu beaucoup d’inspiration et de savoir qu’il a transmis à son tour au groupe Gangbé Brass Band. Dans les entretiens avec les musiciens de Gangbé Brass Band, nous remarquons qu’ils mettent sur le même plan leurs maîtres béninois et des figures telles que Miles Davis, Louis Amstrong ou Jonas Pedro qui fut un des pionniers de la salsa en Afrique avec le groupe Africando.

23Ces parcours et ces influences (ici résumés en quelques phrases) forment le contexte des créations, qui se réfèrent à la fois aux ancêtres béninois, aux conséquences de la mondialisation, ou bien en appellent au renouveau de l’Afrique et du Bénin. Après leur premier album inaugural Gangbé, en 1998, dont le contenu était déjà orienté vers la promotion du culte Vodoun, Gangbé Brass Band sort deux albums qui connaissent un grand succès (Togbé, 2001, Whendo, 2004). Le mot Togbé veut dire ancêtre en langue fon. Dans Whendo, les musiciens saluent l’ancienneté de leur musique qui continue de favoriser leur succès et remercient leurs ancêtres de leur protection et de leur aide. Dans un des morceaux de ce disque nommé Tagbavo, ils expliquent qu’il ne sert à rien de se battre dans la vie pour des choses de la terre qui ne sont pas éternelles et ne sont que vanité. Le morceau Aou Whan parle de l’homme polygame qui ne se soucie pas de sa famille et de ce fait est irresponsable. Dans Gbedji (exode en français), il en appelle à la diaspora noire pour prendre conscience qu’il est nécessaire de reconstruire l’Afrique originelle, laissée à l’abandon.

24Dans une interview accordée au journaliste Philip Ojo en 2007 dans West Africa Review, le groupe Gangbé Brass Band rappelle que le Bénin est un pays dont la population, qui a augmenté de façon considérable, est composée de sept millions d’habitants et d’une quarantaine d’ethnies. La plupart de ces ethnies ont une particularité musicale et le plus souvent des structures rythmiques particulières liées à leur tradition. La démarche de Gangbé Brass Band consiste aujourd’hui, et de plus en plus, à mettre en valeur chaque groupe ethnique qui forme la nation béninoise. Ce fait est remarquable si l’on se souvient que le groupe, au début de sa carrière, reprenait plutôt des musiques venant du Nigeria voisin, du Togo ou encore du Ghana, musiques elles-mêmes inspirées par les traditions musicales locales, ce que F. Mazzoleni relate également dans son ouvrage consacré aux musiques africaines :

« L’euphorie des années suivant l’indépendance du Bénin est mise en musique par des orchestres largement influencés par les formations de danse ghanéenne qui sillonnent alors toutes les grandes villes du golfe du Bénin, du Nigeria jusqu’au Libéria » (Mazzoleni, 2008, p. 95).

25Cette transition d’une influence musicale ouest-africaine vers une création musicale locale s’est faite, d’après ce qu’ils disent, avec les encouragements et l’autorisation des hauts dignitaires du Vodoun. Par leur statut d’initiés, les musiciens du Gangbé Brass Band sacralisent leur musique et peuvent prétendre à la valorisation et à l’unification des cultures béninoises de différentes régions du Bénin (Ouidah, Porto Novo, Parakou, Dassa). À leur référence au culte des morts (référence principale dont ils se réclament) s’ajoutent maintenant des références à la culture de réjouissance de la cour royale d’Abomey (Azemin), marquant par là qu’ils interfèrent aussi sur la sphère politique en flattant le passé prestigieux du royaume de Dahomey. Ce mélange de rythmes et des cultures qui leur sont liées leur permet d’afficher une vocation sociale en diffusant dans les principales langues parlées au Bénin des messages de sensibilisation afin d’interpeller la conscience du peuple. Ils critiquent ainsi la situation de la femme au Bénin et le système patriarcal. Ils dénoncent les conditions des enfants déshérités et orphelins qui traînent dans les rues des grandes villes, ils parlent de la reconstruction de l’Afrique, et de sa plus forte participation aux grandes décisions prises par les instances internationales, etc.

26Un autre fait marquant qui inspire les créations artistiques du Gangbé Brass Band est la politique menée par l’État béninois pour restaurer la mémoire de la traite négrière, autrement dit la mise en esclavage, la vente et la déportation massive vers le Nouveau Monde de millions d’Africains par des entreprises hollandaises, danoises, françaises, anglaises et portugaises pendant près de quatre siècles. Là encore, les dimensions nationales et internationales se croisent, puisque cette politique mémorielle menée au Bénin est contemporaine d’un effort des nations européennes et américaines pour reconnaître cet épisode tragique des relations Europe-Afrique-Amérique et restaurer la mémoire de la traite négrière. Ce travail de mémoire, fondé sur une recherche historique de plus en plus précise, devient ainsi, depuis le début des années 1990, un phénomène mondial (loin d’être achevé) : de même que les grandes villes européennes impliquées dans le commerce des esclaves commencent à redécouvrir et montrer les archives de la traite (Bordeaux, Bristol, Nantes, Lisbonne), les lieux de déportation sont peu à peu réhabilités et muséifiés (Antilles françaises, Caraïbes). Le royaume du Dahomey (devenu le Bénin moderne) est un des lieux emblématiques de cette traite négrière, puisque la ville de Ouidah était un des plus importants lieux de concentration des populations déportées, avant leur vente aux armateurs européens et leur embarquement sur des navires négriers. L’État du Bénin s’est engagé lui aussi dans cette politique de mémoire, en créant un circuit que les musiciens béninois animent, notamment lors de fêtes et événements culturels à caractère touristique, le long d’un itinéraire mémoriel qui va de Ouidah à la côte : concerts sur la « Place des enchères », défilés musicaux sur la « Route des esclaves », station musicale à « l’Arbre du retour », etc. Des groupes de musiques traditionnelles, comme les Egungun et les Zangbétos qui vénèrent les esprits des morts, s’approprient peu à peu ces lieux de mémoire. En vulgarisant dans leurs textes cette histoire, telle qu’elle a été dévoilée peu à peu par le travail de recherche, et vulgarisée par la patrimonialisation des sites, les musiciens construisent les contours d’un imaginaire national profondément ancré dans l’histoire du monde, puisqu’il rappelle la filiation des populations noires d’outre-Atlantique avec leurs lointains ancêtres africains. Vodoun, traite négrière et diaspora noire forment ainsi la trame d’une histoire de la population noire dans le monde, dont le Bénin peut « s’enorgueillir » d’être un des lieux originels symboliques et dont la musique béninoise est présentée comme un des vecteurs privilégiés.

La musique africaine, racine des musiques noires ?

  • 10 À lire aussi De Courtilles, I. et L. Prevost, 2009, Les racines des musiques noires, Paris, L'harma (...)

27Bien avant les musiques et les chants des artistes africains médiatisés d’aujourd’hui, les populations d’Afrique (comme bien d’autres dans le monde) connaissaient des modes d’expression aujourd’hui nommés artistiques liés à leur vie quotidienne ordinaire (travail, chasse, tâches domestiques…) ou extraordinaire (cérémonies, rituels, fêtes)10. Pour les béninois, comme pour tous les peuples d’Afrique occidentale voisins, la musique fait partie de la vie sociale, ce qui s’exprime peut-être plus encore que dans d’autres régions du monde par une participation toujours très active de l’assistance. Cette forte participation, qui démontre la force spectaculaire du lien communautaire à travers le rythme, la danse et la transe, a souvent été interprétée comme un signe distinctif des musiques noires, en particulier outre-Atlantique. Est-ce suffisant pour affirmer :

  • 11 Gates, Louis Henry et Anthony Appiah, 1999, Africana: The Encyclopedia of the African and African-A (...)

« La musique africaine constitue l’héritage culturel le plus important pour bon nombre d’Africains-Américains11 » ?

28Nous laissons à chacun le choix de faire la part entre ce qui est purement légendaire et la part de vérité qu’elle contient, d’autant plus si l’on considère l’apport des musiques afro-américaines dans les musiques actuelles béninoises. Mais il faut considérer également une autre circulation que celle entre l’Afrique et l’Amérique. Ces musiques, chantées dans les langues et sur les rythmes du pays, sont très appréciées des béninois expatriés (pour la plupart en Europe) et fonctionnent, comme toutes les musiques de diaspora, sur le mode de la nostalgie du pays natal. La musique béninoise circule donc de façon permanente autour de ces trois pôles, Afrique Europe Amérique, ce qui valide pleinement l’image d’Atlantique noir développée par P. Gilroy (2003).

29Ces circulations peuvent éclairer en partie la recréation de ces musiques et leur vitalité sur la scène musicale mondiale. Il faut tenir compte également d’un certain nombre de « contextes structurants » qui encadrent ces circulations. Le premier est le développement d’un marché musical mondial qu’on peut définir sous le terme de World Music (Raibaud, 2008). La World Music met en scène les cultures du monde à travers des productions variées, réunies dans des catalogues et présentées lors de grandes manifestations musicales organisées sous formes de marchés (telle le MASA, Marché des arts du spectacle africains). Les productions musicales, dans ce cadre, doivent être à la fois conformes au goût du consommateur standard (c’est ce qu’apporte l’influence des musiques actuelles) et authentiques, pour se différencier des autres productions par des stéréotypes aisément identifiables.

30Le deuxième est l’effet de patrimonialisation réalisée par des organismes supranationaux tels que l’Unesco à travers le classement de certaines productions sous la rubrique « Patrimoine culturel international ». On a vu ainsi l’intérêt que pouvait porter l’Unesco à la culture Vodoun, et l’on peut craindre que la charte de la diversité culturelle adoptée par cet organisme (Convention Unesco, 2003), visant à « préserver des objets culturels vivants » renforce pour les musiciens l’assignation à produire de la musique authentique, ce qui peut être un frein important à la création artistique.

31Le troisième élément vient de la difficulté qu’ont les autorités politiques béninoises à créer une identité nationale sur des frontières héritées de l’époque coloniale. Le pouvoir politique a donc tout intérêt à laisser se renforcer une scène musicale béninoise, d’autant plus si elle s’appuie sur ce qui est peut-être le plus consensuel pour la mosaïque ethnique qui compose le paysage socioculturel du Bénin : la religion Vodoun. Le soutien qu’apporte l’État à Angélique Kidjo lors de ses prestations internationales, ou encore aux groupes de musiques tels que Gangbé Brass Band, en est un exemple. Des centres d’enregistrement musicaux se créent avec des aides publiques. Les collectivités subventionnent des écoles de chant et de danses traditionnelles. Des festivals voient le jour un peu partout, tels que le festival de cinéma « La Quintessence » à Ouidah qui coïncide avec une date traditionnelle du calendrier Vodoun et s’accompagne de spectacles et de concerts publics et gratuits en plein air.

32À travers tous ces éléments, la musique béninoise apparaît comme un élément fort de la construction territoriale du Bénin. Elle s’inscrit dans de multiples systèmes de sens et à différentes échelles territoriales comme une composante extrêmement vivante du vaste ensemble des musiques noires. Pour un musicien de la scène béninoise, il ne fait aucun doute qu’il existe bien une musique noire mondiale, et que ses origines sont à chercher au Bénin, du côté du culte Vodoun et de la traite négrière.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE, J.-L., 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Flammarion, Paris, 265 p.

AGBOTON, G., 2000, Culture des Peuples du Bénin. Paris, Dakar, Agence de la Francophonie, Présence Africaine, 207 p.

AMISSAH, C. K., 1994, The Socio-Economic Achievement of Sub-Saharan African Immigrants in the United States. Ph.D. thesis, University of Illinois at Chicago, http://www.inmotionaame.org/migrations/bibliography.cfm?migration=13

ANDRÉ, P., 1986, « Artiste peintre à la croix des bouquets », dans Michel Le Bris (dir.) Vaudou, Hoëbeke, 2003, 216 p.

CHANEZ, P–O., 1997, Le Vaudou, Enquêtes au Pays des Zombis, France, De Bressac. 147 p.

DA LAGE, E., 2008, « Politiques de l’authenticité », dans Raibaud Y. (dir.), Géographie, musique et postcolonialisme), Bordeaux, Séteun, p. 17-33.

DE COURTILLES, I. et L. PREVOST, 2009, Les racines des musiques noires, Paris, L’harmattan, 359 p.

DESQUERON, L., 2003, Les racines africaines du Vodoun, Paris, Hoëbeke, 120 p.

FEIDANGA, B., 2007, « Les intellectuels populaires de la musique centrafricaine. Vecteurs de construction et de revendications identitaires urbaines », dans Intellectuels populaires : un paradoxe créatif, Presses de l’université de Pau, UPPA, p. 77-89.

GENNEP, V.-G., 1909 [1981], Les Rites de passage, Paris, rééd. A&J Picard, 288 p.

GILROY, P., 2003, L’Atlantique noir : modernité et double conscience, Paris, Kargo, 235 p.

GUMPLOWICZ, P., 1988, Les Travaux d’Orphée, Paris, Aubier, réed. Flammarion, 2001. 228 p.

HERSKOVITS, Melville J., 1967, Les bases de l’anthropologie culturelle, Paris, François Maspero Éditeur, Coll. Petite collection Maspero, 331 p.

KOFI, A.-C., 1994, The Socio-Economic Achievement of Sub-Saharan African Immigrants in the United States. Ph.D. thesis, University of Illinois at Chicago, 320 p., non publié.

KOUVOUAMA, A., 2001, Modernité africaine. Figures du politique et du religieux, Paris, Paari, 192 p.

KOUVOUAMA, A., 2007, « Franco et Zao, deux figures d’intellectuels populaires de la chanson congolaise de variétés », dans Intellectuels populaires : un paradoxe créatif, Presses le l’université de Pau, UPPA, p. 53-65.

LE BRIS, M., 2004, Vaudou, Hoëbeke, 215 p.

MAMBOU, E., 2008, « La diaspora africaine aux États-Unis de 1960 à nos jours : intégration et/ou assimilation ? » École doctorale science de l’homme et de la société groupe de recherche anglo-américaine de Tours (GRAAT), thèse, 629 p., non publié. http://www.applis.univ-tours.fr/theses/elie.mambou_3287.pdf

MAUPOIL, B., 1943, Géomancie à l’ancienne école des esclaves, Paris, Institut d’Ethnologie, 694 p.

MAZZOLENI, F., 2008, L’épopée de la musique africaine. Rythmes d’Afrique atlantique, Paris, Hors collection, 158 p.

METRAUX, A., 1958, Le vaudou haïtien, Paris, Gallimard, 357 p.

OJO, P., 2007, « Gangbe Brass Band. Partager notre culture avec les autres peuples du monde », West Africa Review, n° 10. http://www.africaknowledgeproject.org/index.php/war/article/view/269

PODA, M.B., 2010, « Enjeux de la patrimonialisation de la route de l’esclave dans la cité ancienne de Ouidah (Bénin) », dans Ma Castro Fernández, B., L. Lopez et Ma José Piñeira Mantiñán (dir.), Processes of heritage making in geographical space, Santiago de Compostella, Universidade - Servizo de Publicacións e Intercambio Científico, coll. Cursos e Congresos, p. 97-109.

PODA, M.B., 2010, « Les enjeux de la patrimonialisation des lieux de mémoire à Ouidah (Bénin). Entre une expérience régionale enfouie et les perspectives mondialistes de l’Unesco », dans Hébert K. et J. Goyette (dir.), Histoire et idées du patrimoine, de la régionalisation à la mondialisation, Multimondes, coll. Cahier de l’Institut du patrimoine de l’Université du Québec, Montréal (UQAM), n° 9, p. 93-112.

PODA, M.B., 2010, « Les notions du patrimoine culturel dans une approche pluridisciplinaire. Essai sur les patrimoines matériels et immatériels en géographie », Journal électronique de l’Association des Masters et Doctorants de l’Adour (AMDA), UPPA, article n° 5, 2 p. http://amda.univ-pau.fr/live/Journal+des+doctorants+%3A+la+th%C3%A8se+pour+l’%C3%A9mule/Num%C3%A9ro+1+%3A+Juin+2010/Les_notions_du_patrimoine_culturel

PODA, M.B., 2009, « Appropriation territoriale dans les rituels festifs à Ouidah (Bénin) », Colloque International « Musique, territoire et développement local », Les rencontres de Grenoble, 19 et 20 novembre, Laboratoire CNRS PACTE, UMR 5194. http://www.pacte.cnrs.fr/spip.php?article1301

PODA, M.B., 2008, « Le matériel et l’immatériel dans les représentations des lieux de mémoire liés à la traite des esclaves à Ouidah (Bénin) ». Actes du colloque Icomos 2008 « Où se cache l’esprit du lieu ? », Québec (Canada), 29 septembre-4 octobre, Cdrom, 12 p. http://www.international.icomos.org/quebec2008/cd/toindex/78_pdf/78-Ew8D-122.pdf.

RAIBAUD, Y. (dir.), 2008, Géographie, musique et postcolonialisme, Paris, Copyright Volume !, n° 6, Séteun, 300 p.

ROYOT, D., J.-L. BOURGET et J.-P. MARTIN, 1993, Histoire de la culture américaine, Paris, PUF, 614 p.

TAGG, P., 2008, « De l’actualité du doute radical sur ce qui est noir dans les musiques noires. À propos de la lettre ouverte de Philip Tagg », dans Raibaud, Y. (dir.), Géographie, musique et Postcolonialisme, Copyright Volume !, n° 6 (1/2), Paris, Séteun, p. 168-170.

Haut de page

Notes

1 Poda M. B., 2009. "Appropriation territoriale dans les rituels festifs à Ouidah (Bénin)", Colloque international "Musique, territoire et développement local", 19 et 20 novembre, Grenoble, CNRS PACTE, UMR 5194, à paraître.

2 Premier festival des Arts et Cultures Vodous, tenu à Ouidah (Bénin) en 1993, Les Rencontres, Afrique, Europe, Amériques et les Caraïbes sont organisées sous le haut patronage de l’Unesco.

3 Même si cette filiation repose sur des éléments musicologiques et organologiques très minces et discutables du fait de l’absence de traces écrites ou enregistrées et du remplacement des musiques d’origine africaine par la production de musiques afro-américaines influencées par les musiques populaires des migrants européens (P. Tagg, 2008).

4 On trouvera une approche musicologique et organologique complète des musiques traditionnelles béninoises dans l’ouvrage de Florent Mazzoleni L’épopée de la musique africaine. Rythmes d’Afrique atlantique, Hors collection, 2008, p. 95.

5 Elie Mambou, La diaspora africaine aux États-Unis de 1960 à nos jours : intégration et/ou assimilation ? École doctorale Science de l’homme et de la société, groupe de recherche anglo-américaine de Tours (GRAAT), thèse soutenue le 21 octobre 2008, p 246-252.

6 Le style béninois tchinkoumey est un rythme de funérailles mahi du centre du Bénin. Il se joue avec le tohoun, une calebasse retournée sur un récipient rempli d’eau que l’on frappe avec des baguettes, le gotta, une gourde au son grave, et des cloches, doubles ou simples qui établissent un dialogue entre elles. Ce style a été modernisé et électrifié dans les années 1960 sous le nom de "tchink system" par Anatole Alokpon, surnommé "le grand roi du tchink" et, dans les années 1970, par Stan Tohon, un artiste influencé par la soul music. De nombreux artistes béninois l’ont adopté, comme Vovo Vilaup, Bobo D. ou encore Teriba Trio.

7 Et les plus appréciées de leur public, en particulier les jeunes, les moins de 25 ans, qui représentent, ne l’oublions pas, la part la plus importante de la population africaine contemporaine.

8 Bois et cuivres issus de formations musicales de type "harmonie" dont l’origine est européenne et importée pendant l’époque coloniale (cf. Les travaux d’Orphée, Gumplowicz, 1988). Le Brass Band, aux États-Unis et en Europe, peut être défini par ses instruments et son répertoire, fanfare de cuivres jouant des airs de Ragtime et de jazz New-Orleans.

9 "Le Vodoun fait peur, parce que nous ne le connaissons pas. Le Vodoun fascine, parce que l’Occident y a inscrit au fil des siècles ses fantasmes, sa peur de l’autre, de l’inconnu – et de l’inconnu en soi" (Le Bris, M., 2004, Vaudou, Hoëbeke, 215 p.).

10 À lire aussi De Courtilles, I. et L. Prevost, 2009, Les racines des musiques noires, Paris, L'harmattan, 359 p.

11 Gates, Louis Henry et Anthony Appiah, 1999, Africana: The Encyclopedia of the African and African-American Experience. New York, Perseus, p. 1856.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Le groupe Gangbé Brass Band
Crédits Michel de Bock
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélaine Bertrand Poda, « Musiques actuelles et religion Vodoun au Bénin », Géographie et cultures, 76 | 2010, 13-30.

Référence électronique

Mélaine Bertrand Poda, « Musiques actuelles et religion Vodoun au Bénin », Géographie et cultures [En ligne], 76 | 2010, mis en ligne le 12 avril 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1073 ; DOI : 10.4000/gc.1073

Haut de page

Auteur

Mélaine Bertrand Poda

Laboratoire SET-UMR 5603 du CNRS – Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)

melainepoda@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org