Navigation – Plan du site

Jazz et tourisme

Construction et patrimonialisation d’une musique noire aux États-Unis
Jazz and tourism: building black music and its heritage in the United States
Pauline Guedj
p. 31-46

Résumés

Depuis quinze ans, la scène jazz du quartier de Harlem à New York connaît une renaissance populaire et médiatique. Dans les clubs, l’audience se compose de plus en plus de touristes, venus des quatre coins des États-Unis, de l’Europe mais aussi du Japon. À Harlem, ceux-ci cherchent à découvrir le jazz « authentique », témoignage d’une culture noire américaine dont l’histoire et les origines pourraient se chercher aujourd’hui dans l’Uptown new-yorkais. Cet article, résultat d’un travail en cours sur les processus de patrimonialisation du quartier noir états-unien, s’intéresse aux dynamiques de mise en tourisme de la scène jazz harlémite. Nous y analysons la manière dont le jazz devient, dans ce contexte, à la fois l’emblème d’une culture noire sans cesse réinventée et d’un quartier revalorisé et décrit comme multiculturel.

Haut de page

Texte intégral

1En 1999, l’anthropologue Sara Le Ménestrel (1999) publie les résultats d’une enquête de terrain menée pendant plusieurs années en Louisiane auprès de populations cadiennes. Elle s’intéresse principalement à la dimension touristique de la région étudiée, décrit les relations entre différentes catégories de touristes et Cadiens et analyse, entre autres, le rôle de la musique comme vecteur du processus de patrimonialisation. Toutefois, malgré l’ampleur du tourisme dans le Sud de la Louisiane et son rôle dans les recompositions identitaires qu’elle y observe, Sara Le Ménestrel (1999 et 2002) n’hésite pas à préciser que, pour certains de ses interviewés, la découverte de la culture cadienne est accueillie avec une certaine déception. Dans un article de 2002, elle cite les propos du directeur du centre international de Lafayette qui regrette cette situation :

« Il y a toujours ces stéréotypes. Le [Français] veut voir ce qu’il veut voir. Il veut voir les images qu’il a en tête et qui sont parfois stéréotypées aussi. C’est toujours la robe de crinoline devant une maison de plantation. Ou alors ils sont déçus, s’ils vont écouter un orchestre de jazz, si ce sont des Blancs qui jouent. Alors que c’était un orchestre d’une qualité fabuleuse. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ! Ils veulent un Noir avec des lèvres très épaisses » (cité par Le Ménestrel, 2002).

2Ainsi, d’après les propos de cet homme, il semblerait que s’opposent, dans la vision du touriste, une culture perçue comme « blanche » qui n’exciterait la curiosité que de certains visiteurs, et un ensemble de traditions musicales « noires » qui, si elles sont interprétées par des Afro-Américains, intéressent massivement les touristes et restent conformes à leur imaginaire d’une tradition louisianaise. La quête d’authenticité, une des motivations centrales du tourisme (MacCannell, 1976 ; Cousin et Réau, 2009), la recherche des traditions passeraient donc nécessairement par une approche des cultures afro-américaines, des populations noires, de leurs musiques et du jazz. Ce faisant, c’est une population minoritaire et discriminée aux États-Unis qui serait au cœur de l’expérience touristique dans la région.

3Dans cette logique, depuis plusieurs décennies déjà, La Nouvelle-Orléans est devenue l’objet d’un tourisme culturel important dans lequel la musique constitue une pierre angulaire. Le carnaval de mardi gras, dans lequel on retrouve orchestres et marching bands est au centre de ce processus, et des anthropologues comme Mark J. Souther (2003) ont déjà bien montré comme le tourisme est au fondement de la réputation de la ville en tant que berceau du jazz.

  • 1 La Motown est une maison de disque créée à Détroit en 1959 par Berry Gordy. Elle a permis la paruti (...)
  • 2 Manhattan est souvent considéré comme divisé en trois secteurs. Les quartiers downtown s’étendent d (...)
  • 3 Une jam-session est une prestation musicale improvisée basée sur l’interprétation de standards à la (...)

4Toutefois, aux États-Unis, La Nouvelle-Orléans est loin d’être l’unique ville perçue comme un lieu de foisonnement créatif pour la musique noire : Chicago, conçue comme la terre du blues, Kansas City et ses jazz bands, Détroit et sa Motown1 et bien sûr New York sont des références incontournables pour qui s’intéresse à ces pratiques artistiques. Dans ces métropoles, on trouve des musées, des clubs, des studios d’enregistrement que le touriste peut découvrir lors de visites organisées ou dans ses propres pérégrinations. À Chicago, la soirée dans un club de blues est un passage obligé des circuits touristiques, au même titre que la découverte du musée d’art moderne et la visite des gratte-ciel de la ville. À New York, les quartiers downtown2 et en particulier Greenwich Village, attirent des groupes de touristes qui peuvent y choisir de découvrir la musique d’artistes « tête d’affiche » dans des clubs mythiques comme le Village Vanguard ou assister à des jam-sessions3 dont le droit d’entrée est souvent moins onéreux au Small’s ou au Fat Cat.

5Fondé sur une recherche en cours sur les processus de patrimonialisation des quartiers noirs de New York, cet article dresse un premier bilan et interroge les relations complexes entretenues entre jazz et tourisme dans le quartier de Harlem. En effet, à New York, la valorisation touristique de la musique afro-américaine s’accompagne depuis les années 1990 d’une réhabilitation de certains quartiers qui, à côté de ceux du downtown, deviennent des lieux périodiquement investis par les visiteurs. Harlem, autrefois considéré comme un lieu dangereux de la mégapole est à présent vanté dans les guides touristiques comme « le berceau de la culture noire » (Collectif, 2006, p. 72), culture noire dont le jazz resterait l’un des emblèmes majeurs.

6Dans cet article, nous analyserons comment l’explosion d’activités touristiques en relation à la musique à Harlem est l’occasion d’une mise en scène codifiée des relations raciales américaines. Entre mise en tourisme d’une culture noire sans cesse recréée et promotion d’un modèle multiculturel, nous verrons comment cette performance des relations raciales pose la question épineuse des liens entre cultures minoritaires, appropriation nationale et tourisme. Ce faisant, le processus de patrimonialisation fera écho à une histoire vécue et reconstruite du quartier, l’histoire d’un âge d’or, d’un déclin traumatique et d’une renaissance contestée.

Harlem : du ghetto à la patrimonialisation

7Harlem se situe dans la partie Nord de l’île de Manhattan entre la 110e et la 168e rue. Le quartier débute à l’extrémité nord de Central Park et s’étend sur une soixantaine de pâtés de maisons (blocks). À l’intérieur de l’ensemble Harlem, on trouve plusieurs enclaves de taille plus restreinte et aux réputations contrastées. La partie Ouest est celle qui, dans les années 1990, s’est trouvée réhabilitée le plus rapidement. Elle recoupe les pâtés de maison de Morningside Heights autour de l’université de Columbia. C’est également à West Harlem, autour de Saint Nicholas Avenue que s’étend le district de Sugar Hill, bien connu pour avoir été entre 1920 et 1950 le lieu d’habitation de nombreux artistes et intellectuels du quartier.

  • 4 La notion de gentrification est apparue dans les années 1960 pour désigner les transformations à la (...)

8La partie Est de Harlem est aussi appelée Spanish Harlem. Elle constitue, depuis la fin des années 1950, une destination privilégiée pour des populations caribéennes et hispaniques, en particulier portoricaines et cubaines, immigrées aux États-Unis (Moreno Vega, 2004). Enfin, la partie centrale du quartier, Central Harlem se déploie autour de l’intersection des deux artères principales du lieu, la 125e rue, rebaptisée Martin Luther King, et Lenox Avenue, aujourd’hui Malcolm X. Les habitants de Central Harlem sont majoritairement afro-américains, bien que, nous le verrons, le quartier est actuellement l’objet d’un vaste processus de gentrification4 qui tend à modifier profondément sa population.

9Il semble que Harlem ait reçu ses premières vagues significatives de migrations afro-américaines à partir de 1905. Pour Gilbert Osofski (1964), l’apparition de communautés afro-américaines dans le quartier est indissociable de l’entreprise de Philip A. Payton Jr, un Afro-Américain qui, en créant l’Afro-American Realty Company, décida de s’ériger en intermédiaire entre les propriétaires blancs des maisons du quartier et les Noirs expulsés du Sud de la mégapole.

10Entre 1910 et 1930, les migrations noires à Harlem ne cessèrent de s’intensifier et ce, dans un contexte général états-unien de déplacement des populations afro-américaines du Sud vers le Nord. Le Nord allait représenter pour les Afro-Américains à la fois un lieu d’emplois potentiels, emplois dans les industries surtout, laissés vacants par l’effort de guerre, ainsi qu’une vaste terre de prétendue liberté où la ségrégation légale n’était pas de mise. En 1930, la population afro-américaine de Harlem s’élevait à 164 566 individus (Osofski, 1964, p. 130).

11Dès les années 1930, des écrits sociologiques tentèrent d’analyser les transformations survenues à Harlem. De manière générale, les premières études sur les quartiers afro-américains étaient apparues à la fin du XIXe siècle. À Philadelphie d’abord, W.E.B. Du Bois (1899), dans The Philadelphia Negro, s’attachait à décrire les conditions d’extrême pauvreté des populations afro-américaines de l’Old Seventh Warth et analysait les relations entre stigmatisation sociale et hausse de la criminalité (Du Bois, 1940, p. 58-59). Plus tard, en 1930, l’intellectuel et artiste afro-américain James Weldon Johnson (1930) dans son écrit Black Manhattan décrivait pour la première fois Harlem comme ce que Loïc Wacquant (2005, p. 26) appellera « une ville noire dans le giron de la blanche » avec ses propres institutions, sa propre histoire, voire même sa propre culture.

« Voici Harlem ; écrivait-il, pas simplement une colonie, une communauté ou un peuplement ; pas du tout un quartier ou un taudis, mais une ville noire située au cœur du Manhattan blanc, et qui contient plus de Noirs au kilomètre carré que n’importe quel autre coin de la terre » (cité par Wacquant, 2005, p. 26).

  • 5 Sur la Harlem Renaissance, voir, entre autres, Marable et Mullings (2000, p. 276-287) et West et We (...)

12À l’image de ces écrits, Harlem connaîtra successivement dans la littérature sociologique deux réputations contrastées. D’abord, le quartier sera qualifié, dans la lignée des écrits de Weldon Johnson, de « La Mecque du peuple noir ». Il est considéré comme un lieu de renégociation de l’identité et de l’art afro-américains, le carrefour emblématique d’une renaissance artistique, la Harlem Renaissance, vaste mouvement qui rassemble des auteurs, des militants, des musiciens et des artistes noirs5. Harlem est la terre d’accueil des New Negroes, cette nouvelle génération d’hommes et de femmes qui, malgré l’héritage de l’expérience traumatique de l’esclavage, a recouvré sa fierté raciale, son estime propre. Ce faisant, les habitants du quartier se distinguent de l’image classique du Noir du Sud qu’Allan Locke n’hésitait pas à qualifier d’« homme malade de la démocratie américaine » (Locke, 1925). Ainsi, entre 1915 et 1930, le quartier est, pour reprendre l’expression de David Levering Lewis (1969), « en vogue ». Il est un symbole de renouveau, la promesse d’un avenir glorieux pour la communauté noire.

13À partir des années 1960, cette image positive de Harlem disparaîtra progressivement de la littérature pour laisser place à des écrits dénonçant sa détérioration, la violence qui y aurait cours ainsi que son extrême pauvreté. C’est alors le terme « ghetto » qui est massivement utilisé pour décrire Harlem mais également pour analyser l’ensemble des enclaves dites noires des villes américaines. En 1964, Gilbert Osofsky rédige son ouvrage phare Harlem : The Making of a Ghetto, et un an plus tard paraît Ghetto noir de Kenneth B. Clarke dans lequel le quartier est décrit comme souffrant d’un état pathologique (Clarke, 1965, p. 14). Il ne s’agit plus du Harlem guide pour l’humanité noire ; le quartier rejoint le South Side de Chicago comme emblème d’un ghetto « sans fin », terre de la surpopulation, de la détérioration de l’habitat, du ressentiment, de l’hostilité et du désespoir (Clarke, 1965, p. 13).

14Il semble que cette situation de détérioration de Harlem se soit intensifiée entre les années 1960 et 1990. Dans son analyse des quartiers afro-américains de Chicago, Loïc Wacquant (2006) décrit la transformation des ghettos états-uniens en ce qu’il qualifie d’hyper-ghetto. S’appuyant sur les écrits du sociologue William Julius Wilson (1997), il montre comment le quartier afro-américain des années 1980 est l’objet d’une profonde paupérisation. Cet appauvrissement fut provoqué principalement par la disparition des aides sociales dont bénéficiaient de nombreux membres de la communauté noire et par le départ de Harlem ou de Bronzeville à Chicago des classes moyennes et bourgeoises afro-américaines. À la ségrégation raciale du ghetto s’ajoutait une nouvelle ségrégation, cette fois-ci sociale, déterminée par l’appartenance à une classe. Pour beaucoup d’habitants de Harlem, cette période, entre 1970 et la fin des années 1980, sera qualifiée d’« années de la lutte » (years of struggle).

15Depuis les années 1990, Harlem entre dans une nouvelle phase de son histoire. À une période d’hyper-ghettoïsation succéderait une phase d’embourgeoisement (gentrification). Charlotte Recoquillon (2009) nous montre ainsi comment le quartier est aujourd’hui victime d’une vision néolibérale de la ville, faisant de la gentrification :

« un processus dynamique de reconquête territoriale de quartiers (préalablement désinvestis) par les classes supérieures qui, par leur statut et leurs ressources, exercent une pression financière (principalement dans le secteur immobilier), morale (stigmatisation/pénalisation des habitudes de la communauté autochtone) et culturelle (usages et habitudes rompant avec le style de vie local) » (Recoquillon, 2009).

  • 6 Le terme brownstones s’applique aux demeures victoriennes que l’on retrouve dans plusieurs quartier (...)

16Là où à Bedford Stuyvesant, quartier noir de Brooklyn, ce sont principalement les classes moyennes et bourgeoises afro-américaines qui, aujourd’hui, réinvestissent le lieu, la gentrification s’opère ici massivement par le biais de populations catégorisées comme blanches qui rénovent les brownstones6 et s’y installent. À Harlem, une nouvelle frontière voit alors le jour séparant le quartier noir situé au sud de la 130e rue et un voisinage décrit comme « mélangé » (mixed) entre la 100e et la 125e.

17En outre, le processus de gentrification observé et le départ d’un certain nombre d’habitants noirs du quartier provoqué par la hausse des loyers s’accompagnent d’une importante dynamique de patrimonialisation et de mise en tourisme. Là où le quartier tend, dans certaines de ses rues déjà, à se vider de sa population noire, il est dorénavant l’objet d’une véritable entreprise de muséification destinée à valoriser la culture afro-américaine.

Harlem, jazz et patrimonialisation

  • 7 En août 2010, lors d’une enquête de terrain menée sur les parcours des bus New York Sightseeing, je (...)
  • 8 Entretien avec Gordon Polatnick, New York, août 2009.

18Sur la 42e rue, à proximité du district de Times Square à Manhattan, les bus de l’entreprise New York Sightseeing mènent les visiteurs dans les quartiers uptown de l’île. Les bus rouges de l’Uptown loop accompagnent ainsi les touristes dans leurs découvertes des abords de Central Park, du quartier du Lincoln Center et surtout de Harlem qu’on visitera dans sa partie Sud, jusqu’à la 125e rue. Ce parcours des cars de touristes à Harlem est salué comme une nouveauté par les habitants du quartier. Au passage des bus, certains se retournent, commentent ; d’autres continuent leur chemin7. Pour Gordon Polatnick, guide touristique spécialisé dans l’organisation de visites harlémites, Harlem a fait son apparition sur les plans touristiques de New York au début des années 19908. Avant cette date, il n’était que très rarement évoqué par les professionnels du tourisme et s’il était mentionné, ce n’était que pour mieux appeler les curieux à éviter absolument de s’y rendre.

19Avec le développement du processus de gentrification dans le quartier, la situation change drastiquement et rapidement. La vaste politique de rénovation a abouti à la restructuration du Studio Museum of Harlem qui rassemble des collections d’art contemporain afro-américain et à la réhabilitation du Schomburg Center for Research in Black Culture, antenne de la New York Public Library qui contient à présent un musée sur l’histoire afro-américaine.

  • 9 Aujourd’hui, c’est l’Abyssinian Baptist Church qui accueille le nombre le plus important de tourist (...)
  • 10 L’Apollo Theater est une salle de concert située sur la 125e rue. Les mercredis soir, elle accueill (...)

20Toutefois, c’est surtout autour de deux manifestations que se concentrent les activités menées par les touristes dans le quartier : la visite d’une église le dimanche matin et la participation à une messe9 ; la sortie nocturne soit dans un club de jazz recommandé par l’office du tourisme de la ville, soit pour l’Amateur’s Night de l’Apollo Theater10. Les touristes peuvent aller seuls dans un club de jazz, en métro ou en taxi, ou faire appel à un guide qui viendra les chercher directement à leur hôtel. Des agences de voyage comme Harlem Heritage ou Big Apple Jazz Tour proposent également des visites à pied ou en minibus lors desquelles les touristes peuvent découvrir les vestiges de clubs célèbres du lieu, le Savoy’s Ballroom, Connie’s Inn, le Cotton Club et écouter de la musique dans des salles de concert ouvertes plus récemment, le Lenox Lounge, le Saint Nick’s Pub ou Showman’s Room.

21Parmi l’ensemble des clubs du quartier, le Lenox Lounge, Bill’s Place et le Saint Nick’s Pub sont privilégiés par les guides touristiques et recommandés par l’office du tourisme de Times Square. Le Lenox Lounge a fêté en 2010 ses soixante-dix ans. Il se compose de deux espaces, un vaste bar fréquenté principalement par des habitués et une salle de concert, la zebra room, ensemble art déco qui doit son nom à son papier peint zébré. Au mur, on trouve des photographies de musiciens célèbres ayant joué ou habité dans le quartier : Duke Ellington, Cab Calloway, Charlie Parker et Miles Davis. Par ailleurs, une banquette, considérée comme étant celle que choisissait systématiquement Billie Holiday lorsqu’elle se rendait au Lenox Lounge est communément appelée la « banquette de Billie Holiday » (Billie Holiday’s booth).

  • 11 Le concert de jazz est la plupart du temps divisé en plusieurs parties qualifiées chacune de set.

22Les dimanches soir, la zebra room est réservée à une jam-session vocale à laquelle participent des chanteurs de la ville ou de passage à New York. Cet événement est placé sous l’égide de Billie Holiday. Le lundi soir, le Lenox Lounge reçoit la jam-session du saxophoniste Patience Higgins et son groupe le Sugar Hill Quartet. Le Lenox Lounge se caractérise par un prix d’entrée onéreux, 25 dollars plus deux boissons minimum par set11. Il est également le lieu d’un important merchandising comprenant la vente de tee-shirts et de casquettes. Lors de ses jam-sessions du lundi soir, Patience Higgins prend grand soin de présenter ces différents articles à l’effigie du club et propose à l’auditoire des enregistrements de son Quartet qu’il promet de signer à l’entracte : « Ainsi, vous pouvez emporter Harlem et le Lenox Lounge chez vous » commente-t-il.

  • 12 Le festival Jazz mobile repose sur l’organisation de concerts gratuits effectués sur une scène ambu (...)

23Le Saint Nick’s Pub existe depuis 1990. Il a été fondé par l’entremise d’une jeune femme afro-américaine originaire de Sugar Hill et qui aurait décidé de faire revivre la musique dans le quartier de Harlem. Le Saint Nick’s Pub se situe dans les locaux de l’ancien Lucky’s Rendez-vous, autrefois dirigé par le pianiste Lucky Roberts. À l’image du Lenox Lounge, le Saint Nick’s Pub propose une programmation de concerts réguliers et des jam-sessions comme celle dirigée par le claviériste Donald Smith. Lors de mon dernier passage au Saint Nick’s Pub, la scène accueillait des musiciens qui s’étaient produits l’après-midi au festival Jazz Mobile12stationné pour la journée au Marcus Garvey Park.

24Enfin, Bill’s Place est le club harlémite le plus récent. Il a été créé par le saxophoniste Bill Saxton en 2005. Celui-ci a fait l’acquisition d’un appartement situé au rez-de-chaussée d’une brownstone sur la 133e rue. L’appartement a ensuite été réhabilité et transformé en club de jazz, avec une scène, un petit bar et une terrasse extérieure. Bill’s Place organise des concerts tous les mercredis soir. Dans son club, Bill joue essentiellement ses propres compositions. La deuxième partie de la soirée, pour les deuxième et troisième sets, selon la présence de musiciens dans la salle, peut donner l’occasion à une jam-session. Lorsqu’il accueille les visiteurs venus découvrir son club, Bill Saxton met l’accent sur la mission dont il se considère investi. Il est le fondateur d’une association dont le but est de promouvoir et de perpétuer la musique à Harlem, Harlem Jazz Scene Inc.

25Lorsqu’il évoque, pendant les concerts, l’histoire de son club, Bill Saxton insiste sur l’emplacement stratégique du lieu. Bill’s Place se situe sur la 133e rue, une rue qui dans les années 1920 était qualifiée de Swing Street ou Jungle Alley. On y retrouvait de nombreux clubs où, en pleine ère de la prohibition, les clients pouvaient se fournir en alcool. Bill’s Place portait alors le nom de Tillie’s Chicken Shack et, à partir de 1930, devint Covan’s. Covan’s aurait alors, lui aussi, été fréquenté par Billie Holiday qui s’y produisait régulièrement. Aujourd’hui, Saxton a accroché sur les murs du club de nombreuses photographies de la chanteuse. À l’entrée, des articles de journaux mentionnant l’histoire du club sont disponibles et Saxton invite les visiteurs à prendre le temps de lire l’épopée extraordinaire du lieu où ils viennent de passer la soirée. L’histoire du lieu, son ancrage dans la scène jazz de Harlem des années 1920 et 1930 permettent à Saxton de légitimer son entreprise actuelle. Lors d’un entretien mené en août 2009, celui-ci me précisait pourtant qu’il ignorait tout de ce passé lorsqu’il fit l’acquisition du local. « La 133e rue était pour moi juste la 133e rue. Je ne savais rien sur Swing Street ».

26Aujourd’hui, le Lenox Lounge, Bill’s Place et le Saint Nick’s Pub sont fréquentés en grande partie par des touristes. On y rencontrera des Français, des Britanniques, des Italiens, des Japonais, des Américains provenant des États alentours mais aussi des New Yorkais venus découvrir Harlem. Les clubs ont également des arrangements avec des guides qui leur amènent leur clientèle. Le Saint Nick’s Pub accueille par exemple tous les vendredis soir un groupe de touristes japonais accompagné par Tommy Tomita. Guide touristique à Harlem depuis le début des années 1990, il réserve toujours la même table et s’attache à présenter les musiciens qu’il connaît bien aux touristes qui le suivent.

27Pour les visiteurs, assister à un concert de jazz à Harlem revient, dans une large mesure, à découvrir la musique afro-américaine dans ce qu’ils considèrent comme l’un de ses lieux de naissance. Ainsi, au lieu de fréquenter les clubs du downtown de New York, ceux-ci choisissent de se rendre à Harlem pour faire une expérience musicale qu’ils jugent plus authentique. La visite du club de jazz de Harlem est alors conçue comme une immersion dans la culture afro-américaine, comme une découverte de son exotisme jugé chaotique et débridé. Ainsi, Loren, un visiteur venu de Pennsylvanie rencontré au Saint Nick’s Pub, m’expliquait la différence qu’il reconnaissait entre les salles de concerts du Sud de la ville et celles de Harlem :

« Dans un club downtown, tu ne verras jamais un gars assis dans le public s’adresser directement au contrebassiste pendant qu’il joue. Tout ça est très guindé. C’est tellement commercial. Ici, si tu veux parler, tu parles. Si tu veux bouger une table, tu la bouges. Si tu veux manger du poulet frit, tu en manges ! Harlem, c’est la liberté ! » (Propos recueillis le 19 août 2009).

Harlem, la valorisation d’un âge d’or et la mise en avant d’une Amérique multiculturelle

  • 13 L’expression Black owned insiste sur le fait que certains commerces de Harlem constituent la propri (...)

28Les propriétaires du Saint Nick’s Pub, du Lenox Lounge et de Bill’s Place sont tous des Noirs américains qui affichent leur spécificité « Black owned13 ». Avec un merchandising important pour le Lenox Lounge, un droit d’entrée relativement onéreux pour le quartier à Bill’s Place et une vente d’alcool importante au Saint Nick’s Pub, ces clubs constituent des entreprises commerciales lucratives et en plein développement. De leurs côtés, les musiciens qui s’y produisent s’assurent la permanence de prestations régulières. Ils y jouent parfois plusieurs fois par semaine et peuvent y être découverts par une audience souvent nombreuse, à laquelle il est possible de commercialiser pour plusieurs dizaines de dollars des enregistrements gravés sur un compact disque.

29Entreprises commerciales indéniables, les clubs de jazz de Harlem affichent également une mission éthique. En effet, tous tendent à mettre en avant sur leur site Internet, dans leurs prospectus ou lors des paroles prononcées sur scène par les musiciens, leurs origines, leurs rôles dans l’histoire du quartier et l’histoire du jazz ainsi que la mission dont ils se reconnaissent les détenteurs. Cette mission pourrait se résumer par ces paroles prononcées par Bill Saxton tous les mercredis soir : « Nous voulons ramener la musique dans la communauté ». Dans cette logique, Bill Saxton et Patience Higgins se font les représentants d’un effort de revalorisation de la scène musicale harlémite dans le but de rendre à Harlem son histoire et son originalité culturelles.

30Ainsi, si les touristes fréquentant le quartier de Harlem entendent y découvrir une musique intemporelle, née et préservée dans le quartier, les artistes qui se produisent à Bill’s Place et au Lenox Lounge se pensent eux les détenteurs d’une mission de revalorisation, de retour à une tradition musicale qui, pour paraphraser leurs propos, « aurait quitté la communauté ». Par conséquent, à l’imaginaire de préservation immuable véhiculé par les touristes s’oppose une rhétorique du déclin et de la résurgence adoptée par les musiciens et les propriétaires des clubs. Harlem aurait connu son âge d’or, celui du Jazz age, où Swing Street était parsemée de clubs, où le Lenox Lounge accueillait Billie Holiday et où le Saint Nick’s Pub alors Lucky’s rendez-vous comptait parmi ses habitués Duke Ellington, habitant de Sugar Hill. Ce Jazz age, inscrit dans la Harlem Renaissance, correspond également à l’époque où le quartier abritait les leaders politiques phares dans la communauté noire, Marcus Garvey par exemple, ainsi que des artistes et auteurs majeurs et influents.

  • 14 Entretien avec le percussionniste et vocaliste Mansur Scot, New York, août 2010.

31Puis, à partir des années 1960, le quartier serait progressivement tombé dans la décrépitude. Nous sommes dans la phase que Loïc Wacquant (2006) décrivait comme celle de l’hyper-ghettoïsation. La drogue s’est emparée des rues, les classes moyennes ont quitté les lieux, les artistes aussi et progressivement « la musique serait partie » (« music left »)14. Aujourd’hui, l’ampleur des transactions immobilières tantôt contestée, tantôt considérée comme un renouveau potentiel pour Harlem donnerait à ces individus s’autoproclamant « garants de la mémoire » l’occasion de revigorer la scène jazz harlémite et surtout d’en restituer la grandeur d’antan.

32Au déclin des années 1960-1980, succéderait alors la résurgence des années 2000 et le Harlem d’aujourd’hui pourrait effacer ses années de décrépitude pour se revendiquer comme la progéniture directe de la Harlem Renaissance. Ainsi, les « garants » de la mémoire harlémite tentent de sauvegarder une histoire artistique glorieuse et novatrice, pour mieux effacer la rupture tragique de l’hyper-ghettoïsation. Dans les jam-sessions de Harlem, les artistes mettent en scène cette continuité, cette absence de rupture dans l’histoire du quartier. Ce faisant, leur performance trouve un écho dans l’imaginaire d’un jazz intemporel promu par les touristes amateurs de musique.

  • 15 Voir, entre autres, l’autobiographie de Miles Davis (Davis et Troupe, 1989).

33Processus de revalorisation, l’entreprise de patrimonisalisation du jazz observée à Harlem s’appuie sur une logique de sélection des éléments, des histoires et des musiciens. Il est ainsi troublant de constater que dans les lieux précédemment cités, l’accent soit systématiquement mis sur des musiciens du Jazz age, Duke Ellington, Billie Holiday en tête, au détriment de ceux qui, plus récemment, se sont investis dans la formation des mouvements be-bop et hard-bop en particulier. À l’intérieur du club Minton’s Playhouse, pourtant mentionné par beaucoup de musiciens comme le lieu de naissance du be-bop15, pas de précision sur cette histoire et ce sont encore des portraits de Billie Holiday que l’on retrouve affichés sur les murs. Dans une même logique, le discours fondé sur la dialectique du « La musique est partie et est revenue » (Music left and it came back) est adopté par de nombreux musiciens contemporains, habitants de Harlem, ayant traversé les « années difficiles » (rough years) et qui n’évoqueront que rarement leurs activités musicales, pourtant foisonnantes, pendant cette période.

34Dans la valorisation de la période du Jazz age et de la Harlem Renaissance, se cache alors un autre discours destiné à promouvoir Harlem non seulement comme un quartier authentiquement noir mais aussi comme un lieu multiculturel. En juillet 2009, le Jazz Museum in Harlem, un musée en construction qui consiste pour l’instant en un appartement de la 125e rue, organisa une exposition intitulée Ghosts of Harlem accompagnant la réédition de l’ouvrage du même nom rédigé par le producteur Hank O’Neal. Dans cet ouvrage, Hank O’Neal s’était attaché à photographier le devenir des grands clubs de jazz de Harlem dans les années 1980 et à effectuer des entretiens avec des musiciens phares des grands orchestres du Jazz age qui, lorsqu’il les rencontre, ont majoritairement quitté le quartier. À tous ces musiciens, Andy Kirk, Cab Calloway, Al Casey, O’Neal (1997) demande de témoigner sur leur vie à Harlem et d’analyser les causes du déclin de sa scène musicale.

35Les raisons invoquées sont nombreuses ; la Seconde Guerre mondiale, l’invention du be-bop qui n’était plus une musique de danse, le crack. Mais pour beaucoup, c’est en réalité la transformation du public qui explique la progressive disparition de la scène. Ainsi, le saxophoniste Greely Walton explique :

« Il est arrivé un moment où il n’y a plus eu d’endroit pour jouer. Les habitués ont cessé de venir. À l’époque du Connie’s Inn, du Cotton Club, du Savoy et du Renaissance, il y avait de la musique tous les soirs. Harlem n’était plus qu’un vaste club de jazz. L’un des problèmes est que la plupart des clubs de Harlem dépendaient d’une clientèle blanche. Bien sûr, les jeunes, blancs ou noirs, venaient danser au Savoy… Mais quand les Blancs ont cessé de venir à Harlem, le déclin a commencé » (cité par O’Neil, 1997, p. 99).

36Nous le voyons, le souvenir du Harlem glorieux du Jazz age est donc celui d’un quartier flamboyant, centre mondial de la culture et de la musique noires mais aussi quartier ouvert sur le monde, vers les autres populations de la métropole et vers les Blancs en particulier. Or ce désir d’inclusion des Blancs et des autres habitants de la ville est aujourd’hui au cœur du processus de patrimonialisation observé. Là où la gentrification supposerait la modification, voire la diversification, de la population autochtone, la patrimonialisation pourrait, elle, permettre de démontrer que Harlem est aussi historiquement un quartier multi-ethnique.

37Ainsi, lors de sa visite de l’Apollo Theater, le guide Billy Mitchell explique :

« Ils sont tellement nombreux à être venus à l’Apollo Theater. Parce que quand on pense à l’Apollo Theater, la première chose qui vient à l’esprit, ce sont tous les incroyables talents africains-américains qui sont passés par ici. Mais, en réalité, toutes les races, toutes les cultures, tous les groupes ethniques ont joué un role dans l’histoire de l’Apollo. La contribution africaine-américaine a été la plus importante. Mais il ne faut pas oublier la contribution des Blancs, des Asiatiques, des Indiens... Ils ont tous contribué à cette histoire mais peu de gens en parlent » (propos recueillis le 04 août 2009, New York).

  • 16 Notons que l’on retrouve ici le spectre de débats présents dans de nombreuses études sur le jazz et (...)

38À Harlem, quartier noir, l’Apollo Theater devient dans les propos de Billy Mitchell un lieu pluri-ethnique, digne représentant d’une Amérique multiculturelle. Tout se passe donc comme si la valorisation du jazz aux États-Unis, la patrimonialisation du quartier ghetto supposaient son détachement d’un simple ancrage afro-américain pour en faire un symbole d’une Amérique multi-ethnique et contemporaine. Par conséquent, le jazz joue aujourd’hui à Harlem un rôle complexe. Acteur dans le processus de patrimonialisation, sa promotion en tant qu’ingrédient majeur de l’histoire glorieuse de la communauté noire s’accompagne toujours de sa description comme le symbole d’une Amérique libérée, multi-ethnique et ouverte sur le monde16.

39Parfois considéré comme « La Mecque du peuple noir », autrefois craint pour sa violence, Harlem est devenu un lieu touristique important dans la ville de New York. Le dimanche matin, ses églises affichent complet, réservant leurs coursives à des visiteurs curieux ; le soir, ses clubs de jazz, de plus en plus nombreux, accueillent eux aussi des touristes du monde entier venus se perdre dans des jam-sessions vécues comme les emblèmes d’un art noir vivant et libéré. Recherche d’exotisme, le tourisme à Harlem est aussi la pierre angulaire d’un important processus de patrimonialisation visant à chanter le passé glorieux du lieu et à justifier ses transformations et son embourgeoisement actuels. Ainsi, par un effet troublant, patrimonialisation et gentrification avancent main dans la main, jouant sans cesse avec les représentations et les imaginaires associés au quartier.

Haut de page

Bibliographie

BIDOU-ZACHARIASEN, Catherine (dir.), 2003, Retour en ville. Des politiques de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris : Descartes et Cie, 267 p.

CHIVALLON, Christine, 2008, « Black Atlantic Revisited. Une relecture de Paul Gilroy pour quelques prolongements vers le jazz », L’Homme, 187-188, p. 343-374.

CLARKE, Kenneth B., 1965, Dark Ghetto: Dilemnas of Social Power, Middletown, Wesleyan University Press, 251 p.

COLLECTIF, 2006, Un grand week-end à New York, Paris, Hachette Tourisme, 141 p.

COUSIN, Saskia et Bertrand RÉAU, 2009, Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte, 126 p.

DAVIS, Miles et Quincy TROUPE, 2005 [1989], The Autobiography of Miles Davis, New York, Simon and Schuster Paperbacks, 448 p.

DU BOIS, W.E.B., 1940, Dusk of Dawn. An Essay Toward an Autobiography of a Race Concept, New York, Harcourt, Brace and Company, 355 p.

DU BOIS, W.E.B., 1996 [1899], The Philadelphia Negro: A Social Study, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 520 p.

JAMIN, Jean et Patrick WILLIAMS, 2001, « Jazzanthropologie », L’Homme, n° 158-159, p. 7-28.

LE MENESTREL, Sara, 1999, La voie des Cadiens. Tourisme et Identité en Louisiane, Paris, Belin, 430 p.

LE MENESTREL, Sara, 2002, « L’expérience louisianaise. Figure touristique et faux-semblants », Ethnologie française, tome XXXVII, p. 461-473.

LEVERING LEWIS, David, 1969, When Harlem was in vogue, New York, Powell’s Books, 448 p.

LOCKE, Allan, 1968 [1925], The New Negro, New York, Atheneum, 452 p.

MACCANNELL, Dean, 1976, The Tourist: A New Theory of the Leisure Class, New York, Schocken Books, 277 p.

MARABLE, Manning et Leith MULLINGS, 2000, Let nobody turn us around: Voices of Resistance, Reform and Renewal. An African American Anthology, New York, Rowan and Littlefield Publishers Inc., 704 p.

MORENO VEGA, Marta, 2004, When the spirits dance mambo. Growing up Nuyorican in El Barrio, New York, Random House, 288 p.

O’NEAL, Hank, 1997, Ghosts of Harlem, Paris, Filipacchi, 429 p.

OSOFSKI, Gilbert, 1964, Harlem: The Making of a Ghetto, New York, Harper and Row, 259 p.

RECOQUILLON, Charlotte, 2009, « Les enjeux de la revitalisation urbaine. Harlem, du ghetto au quartier chic », Hérodote, n° 132, p. 181-201.

SOUTHER, Mark J., 2003, « Making the birthplace of jazz: tourism and musical heritage marketing in New Orleans », Louisiana Historical Society, Winter, p. 39-73.

WACQUANT, Loïc, 2005, « Les deux visages du ghetto. Construire un concept sociologique », Actes de la recherche en sciences sociales, V, n° 160, p. 22-31.

WACQUANT, Loïc, 2006, Parias urbains. Ghettos, banlieues, État, Paris, La Découverte, 331 p.

WELDON JOHNSON, James, 1930, Black Manhattan, New York, Alfred A. Knopf, 354 p.

WEST, Aberjhani et Sandra L. WEST, 2003, Encyclopedia of the Harlem Renaissance, New York, Checkmark Books, 448 p.

WILSON, William Julius, 1997, When work disappears, New York, Albert Knopf, 352 p.

Haut de page

Notes

1 La Motown est une maison de disque créée à Détroit en 1959 par Berry Gordy. Elle a permis la parution des enregistrements de musiciens afro-américains célèbres comme Marvin Gaye et Stevie Wonder.

2 Manhattan est souvent considéré comme divisé en trois secteurs. Les quartiers downtown s’étendent du sud de l’île à la quatorzième rue. Puis midtown recoupent les pâtés de maisons situés entre la quinzième rue et l’extrémité sud de Central Park, 59th street. Suit uptown, la ville haute, se déployant de la soixantième rue au quartier d'Inwood au Nord.

3 Une jam-session est une prestation musicale improvisée basée sur l’interprétation de standards à laquelle peuvent se joindre plusieurs musiciens.

4 La notion de gentrification est apparue dans les années 1960 pour désigner les transformations à la fois matérielles, sociales et symboliques des centres-villes, liées à l´arrivée d´habitants relativement aisés (Bidou-Zachariasen, 2003).

5 Sur la Harlem Renaissance, voir, entre autres, Marable et Mullings (2000, p. 276-287) et West et West (2003).

6 Le terme brownstones s’applique aux demeures victoriennes que l’on retrouve dans plusieurs quartiers de New York. Elles tirent leur appellation de la couleur sombre de leurs pierres.

7 En août 2010, lors d’une enquête de terrain menée sur les parcours des bus New York Sightseeing, je fus témoin d’un événement qui démontre des difficultés parfois rencontrées par les professionnels du tourisme à Harlem. En effet, dans la matinée, à l’approche du quartier, le bus suivait son parcours habituel en empruntant la 120e rue depuis le mausolée du Général Grant jusqu’au cœur de Harlem. Or dans l’après-midi, des adolescents décidèrent d’asperger, à chacun de leurs passages, les cars de touristes avec l’eau de pompes à incendie défectueuses. Pour ne pas gêner les visiteurs et éviter toutes confrontations avec la population locale, les dirigeants de l’entreprise New York Sightseeing décidèrent de modifier le parcours de la visite.

8 Entretien avec Gordon Polatnick, New York, août 2009.

9 Aujourd’hui, c’est l’Abyssinian Baptist Church qui accueille le nombre le plus important de touristes, environ cinq cents, chaque dimanche. Notre recherche en cours sur les processus de patrimonialisation de Harlem comprend également un volet sur les Églises et le gospel. Une première enquête de terrain sur le sujet a été réalisée au cours de l’été 2010.

10 L’Apollo Theater est une salle de concert située sur la 125e rue. Les mercredis soir, elle accueille une soirée concours lors de laquelle des musiciens amateurs sont soumis à l’appréciation du public. L’Amateur's Night a constitué un tremplin dans la carrière de plusieurs artistes, Ella Fitzgerald et Michael Jackson en particulier.

11 Le concert de jazz est la plupart du temps divisé en plusieurs parties qualifiées chacune de set.

12 Le festival Jazz mobile repose sur l’organisation de concerts gratuits effectués sur une scène ambulante.

13 L’expression Black owned insiste sur le fait que certains commerces de Harlem constituent la propriété de membres de la communauté noire. La valorisation de la propriété noire se retrouve dans les discours de nombreux dirigeants afro-américains depuis le XIXe siècle.

14 Entretien avec le percussionniste et vocaliste Mansur Scot, New York, août 2010.

15 Voir, entre autres, l’autobiographie de Miles Davis (Davis et Troupe, 1989).

16 Notons que l’on retrouve ici le spectre de débats présents dans de nombreuses études sur le jazz et qui cherchent à le définir tantôt comme une musique ethnique, communautaire et proprement noire, tantôt comme une manifestation artistique à vocation universelle. À ce sujet, voir, entre autres, Chivallon (2008) et Jamin et Williams (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Guedj, « Jazz et tourisme », Géographie et cultures, 76 | 2010, 31-46.

Référence électronique

Pauline Guedj, « Jazz et tourisme », Géographie et cultures [En ligne], 76 | 2010, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/1096 ; DOI : 10.4000/gc.1096

Haut de page

Auteur

Pauline Guedj

CREA/CEAN – Université Lyon 2 Louis Lumière
pauline.guedj@univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org