Navigation – Plan du site

Une ville se refait-elle ?

Augustin Berque
p. 3-4

Texte intégral

1Années vingt du siècle dernier, Paris. Le « plan Voisin » de Le Corbusier (raser la ville existante pour y substituer une trame orthogonale semée de gratte-ciel, en sauvegardant quelques monuments comme Notre-Dame) fait hurler au scandale, et ne sera jamais réalisé. Tournant du millénaire, Pékin. Ce qui n’avait pas été fait là-bas se fait ici, du reste en invoquant souvent le nom de Le Corbusier...

2Comment de tels contrastes sont-ils possibles dans l’attachement des sociétés à leurs lieux ? On dit qu’en Chine, l’identité se perpétue autrement qu’en Europe, et que les formes matérielles de la ville n’y ont pas la même valeur. On dit qu’à Tokyo, une spatialité spécifique s’est maintenue en dépit des métamorphoses que la ville a subies depuis Meiji. On dit en revanche qu’à Bucarest, l’urbanisme à la Ceausescu a été mal supporté. Sans doute, mais encore ? Qu’est-ce qui se perd, qu’est-ce qui se maintient quand une ville détruite – par la guerre, par une catastrophe naturelle, par un urbanisme autoritaire... – est reconstruite, serait-ce à l’identique ?

3Cette question touche au plus profond l’objet de la géographie culturelle : le sens de la relation des sociétés humaines à l’étendue terrestre, et l’expression de ce sens. On s’est ici proposé de la traiter à l’occasion des jeux Olympiques de 2008, qui auront fourni son prétexte à la mise en œuvre d’un véritable « plan Voisin de Pékin ». Une première piste était en effet de comparer la manière dont les diverses métropoles qui ont accueilli des jeux Olympiques ont, plus ou moins, fait peau neuve à cette occasion. Mais on ne pouvait se borner aux villes olympiques ; car, bien entendu, la question est plus vaste. Elle est posée par les reconstructions d’après-guerre (Le Havre, Varsovie…), par les reconstructions d’après catastrophe (Lisbonne, Tangshan…), par les restructurations urbanistiques de tous ordres. Une ville peut-elle vraiment faire peau neuve ? Ou encore : si une ville est effectivement refaite, l’identité de la société qui l’habite se maintient-elle, et si oui, comment et dans quels lieux ? Dans la recréation des formes urbaines, comment s’articulent le monde des aménageurs et celui des habitants ? Le conçu, le perçu, le vécu ?

4On ne s’est pas interdit de remonter dans l’histoire à la recherche de précédents, ni de tenter des comparaisons entre cultures diverses, ni d’évaluer en fin de compte l’intention même d’une pareille question : après tout, faut-il vraiment chercher un lien entre l’être humain et les formes de son habitat ?

5La taille nécessairement limitée d’un numéro de revue ne permettait évidemment pas que les articles ici retenus couvrent l’ensemble de ces questions de manière systématique. La singularité de chaque ville se marie donc aux penchants propres à chaque auteur pour nous donner, finalement, quelque chose qui relève plus de l’échantillon que du panorama. Qu’à cela ne tienne ; le lecteur ira néanmoins, sous des éclairages toujours divers, de Rome en Ouzbékistan, de la Nouvelle-Orléans à Bucarest, de Beyrouth à Phnom Penh… et bien sûr à Pékin, que l’on ne pouvait laisser passer !

6 Pour autant, saura-t-on mieux si les villes peuvent se refaire ? Cela dépend de ce qu’on prend en compte ; et cela, ce sont les cultures qui en décident. Aussi, finalement, à la question posée, l’on trouvera ici autant de réponses que de villes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Une ville se refait-elle ? », Géographie et cultures, 65 | 2008, 3-4.

Référence électronique

Augustin Berque, « Une ville se refait-elle ? », Géographie et cultures [En ligne], 65 | 2008, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1131 ; DOI : 10.4000/gc.1131

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org