Navigation – Plan du site

La reconstruction des Eski Chahar à Tachkent et à Boukhara (Ouzbékistan) : à la recherche d’un mythe ?

The reconstruction of eski chahar in Tashkent and Bukhara (Uzbekistan): research of a myth
Guillemette Pincent
p. 15-32

Résumés

La reconstruction qui consiste à « construire de nouveau (ce qui était démoli) », à « réédifier, refaire » ou à « reconstituer »1, bouleverse le tissu urbain. Remet-elle en question l’identité des lieux ? Est-elle acceptée par les habitants ? En Ouzbékistan, les quartiers hérités de la période précoloniale, les eski chahar (« vieille ville », en ouzbek) sont peu à peu reconstruits par les pouvoirs publics, attachés à rebâtir ou à reconstituer des monuments disparus. L’état le fait au nom de logiques économiques, politiques ou religieuses. Bien que l’authenticité historique des sites soit bafouée, les habitants ne remettent pas en cause cette démarche : l’identité des lieux n’est pas forcément liée aux briques des édifices. Bien au contraire : désormais, la cité devenue décor est façonnée pour correspondre à une image mythifiée de Tachkent et de Boukhara.

Haut de page

Texte intégral

1Selon Maurice Halbwachs :

« Lorsqu’un groupe humain vit longtemps en un emplacement adapté à ses habitudes, non seulement ses mouvements, mais ses pensées aussi se règlent sur la succession des images matérielles qui lui représentent les objets extérieurs. Supprimez, maintenant, supprimez partiellement ou modifiez dans leur direction, leur orientation, leur forme, leur aspect, ces maisons, ces rues, ces passages, ou changez seulement la place qu’ils occupent l’un par rapport à l’autre. Les pierres et les matériaux ne vous résisteront pas. Mais les groupes résisteront, et, en eux, c’est à la résistance même sinon des pierres, du moins de leurs arrangements anciens que vous vous heurterez. » (Halbwachs, 1997).

2Transformer le tissu urbain bouleverserait l’organisation sociale qu’il abrite, au point d’opposer les aménageurs aux habitants. Qu’en est-il lorsqu’une cité est reconstruite par l’état ? Les valeurs qu’il propose à travers ses projets concordent-elles avec les aspirations de la population ? « Reconstruire » consiste à « construire de nouveau (ce qui était démoli) », « réédifier, refaire » ou « reconstituer » (Le Nouveau Petit Robert, 2007). D’autres critères peuvent compléter cette définition. Le premier est celui de l’intensité : la reconstruction d’un lieu est-elle partielle ou totale ? Est-elle appliquée à un monument isolé ou à l’ensemble du tissu urbain ? Le second critère porte sur l’authenticité : cette dernière est-elle recherchée ? La reconstruction fait-elle référence à des documents historiques ou se détache-t-elle complètement du passé ? Le troisième critère est celui de la temporalité : combien de temps s’est écoulé entre la destruction et la reconstruction ? Un édifice peut être rebâti quelques jours ou quelques mois après avoir été mis à terre, mais cette durée peut être beaucoup plus longue, parfois de plusieurs siècles. À travers ces trois critères, la « reconstruction » permet de montrer comment les héritages urbains sont pris en compte par des acteurs aux logiques parfois différentes. Elle devient ainsi un outil d’analyse.

  • 3 1865 : conquête de Tachkent par les Russes.
  • 4 Medresseh : école coranique. L'écriture de ce terme varie : madrasa en langue arabe, medresseh ou m (...)
  • 5 L'expression eski chahar peut être utilisée en nom commun (les eski chahar d'Asie centrale) et en n (...)
  • 6 Turkestan : "Division administrative fondée par la Russie en 1867 dont Tachkent est le siège et le (...)

3En Ouzbékistan, à Tachkent et à Boukhara, subsistent quelques quartiers hérités de la période précoloniale3 : des habitations en brique crue d’un à deux étages, articulées autour d’une cour centrale, sont entourées d’étroites ruelles. Ce tissu urbain est ponctué d’édifices religieux (mosquées, medresseh4, mausolées) ou commerciaux (coupoles marchandes, caravansérails). Il est parcouru d’un dense réseau d’alimentation en eau, indispensable dans ces oasis cernées de déserts. L’eski chahar5, la « vieille ville » en ouzbek, fait encore partie du paysage centrasiatique : à la fin du XIXe siècle, elle n’est presque plus que ruines, mais tout au long du XXe siècle, ses principaux monuments sont redécouverts puis rebâtis. Cette reconstruction lente et volontaire doit être confrontée aux bouleversements politiques que traverse l’Asie centrale depuis 1865. À cette époque débute la colonisation russe. Puis en 1917, la Révolution agite les steppes du Turkestan6. Le régime tsariste s’écroule, il est remplacé en 1922 par un état fédéral, l’URSS, dans lequel s’intègre la République socialiste et soviétique d’Ouzbékistan, créée en 1924. En 1991, l’URSS se disloque et l’Ouzbékistan devient un pays indépendant, souverain, dirigé d’une main de fer par son président, I. Karimov : dans ce jeu de pouvoirs, comment et pourquoi les eski chahar ont-elles été reconstruites par l’état ? À quelles logiques répondent ces projets urbains qui émanent aujourd’hui d’un état fort ? Sont-ils acceptés par les habitants ?

Un siècle de reconstruction au cœur des eski chahar

4À la fin du XIXe siècle, les principaux édifices des eski chahar ne sont que ruines. L’analyse des récits de voyage et des photographies de cette époque tend à montrer qu’avant même l’arrivée des Russes, l’état général de Boukhara et de Tachkent est altéré. Pourtant, en quelques décennies, ces briques branlantes retrouvent un nouveau visage, preuve d’une lente reconstruction de l’héritage bâti.

Des sources éloquentes

  • 7 Grand jeu : "Terme employé par le romancier Rudyard Kipling (1865-1936) pour désigner la rivalité e (...)

5Dans un contexte de conquête colonisatrice – le Grand jeu7 qui occupe Russes et Anglais – de multiples espions sont envoyés dans les cités centrasiatiques. Ceux qui sont revenus de ces périples ont ramené avec eux les descriptions des lieux qu’ils ont parcourus.

6En 1815, l’émir de Boukhara fait savoir qu’il souhaite conclure des accords commerciaux entre sa cité et celle de St Petersbourg. Le conseiller au ministère des Affaires étrangères de Russie, M. Negri, forme une équipe de marchands et de scientifiques : en 1820, la troupe part d’Orenbourg pour rejoindre les vastes étendues centrasiatiques. G. von Meyendorff (1794-1863 ?) participe à cette mission. Arrivé à destination, il décrit minutieusement Boukhara et ses mœurs (Von Meyendorff, 1826). C’est dans un tout autre cadre que l’orientaliste hongrois A. Vambéry (1832-1913) parvient à entrer dans cette ville quelques années plus tard, au début des années 1860. Cet homme haut en couleur, confident du sultan de Constantinople et agent des Britanniques, parcourt dans le cadre de ses études les rues de Budapest, Paris, Londres, Vienne et Constantinople. Il s’infiltre ensuite à Boukhara non par la voie diplomatique, mais déguisé sous un costume de derviche. C’est grâce à cette dangereuse ruse qu’il nous transporte dans l’atmosphère frémissante de la ville inaccessible (Vambéry, 1994).

7Ces récits de voyage doivent être utilisés avec prudence : empreints de subjectivité, ils proviennent d’hommes, bercés par des mythes orientaux (Saïd, 1997), qui se trouvent soudain plongés dans la réalité centrasiatique. Mais confrontés aux photographies de l’époque, ces témoignages nous apportent un éclairage utile sur l’état de Tachkent et de Boukhara à la fin du XIXe siècle.

Tachkent et Boukhara : les ruines d’une gloire passée

8Tous les voyageurs qui aperçoivent au loin Boukhara et Tachkent ont l’intuition d’arriver dans un lieu prestigieux, de toute beauté. Mais dès que les caravanes approchent, la réalité est toute autre. G. von Meyendorff souligne ce contraste : la cité semble ponctuée de glorieux édifices et produit sur l’étranger un « effet fort agréable », mais cette première impression change complètement une fois franchies les portes de Boukhara : « l’illusion cesse aussitôt ». En 1820, Boukhara n’est plus que l’ombre d’une gloire passée. Les principaux édifices tombent en ruines, les rues sont défoncées et rendues impraticables par la présence de pierres sur la voie :

« Tout annonce que Boukhara fut autrefois plus florissante qu’elle ne l’est aujourd’hui ; les medresseh et les mosquées s’écroulent en partie ou sont mal entretenues ; j’ai vu de larges crevasses à des voûtes d’une medresseh toute neuve […]. Une partie des plus belles rues de Boukhara est encombrée de pierres qui autrefois formaient le pavé. »(von Meyendorff, 1826).

9Près de quarante ans plus tard, les impressions produites sur les voyageurs sont les mêmes. A. Vambéry traverse l’Asie centrale de 1862 à 1864. Il remarque lui aussi un fort contraste entre la ville perçue de loin et sa vision de près :

« Nous n’étions pas en route depuis plus d’une demi-heure, dans une campagne où de magnifiques jardins alternent avec des champs cultivés, lorsque Boukhara chérif, comme on l’appelle ici, finit par se montrer avec ses nombreux édifices et ses tours massives, presque toutes surmontées d’un nid de cigognes. […] À tout prendre, on ne voit aux environs de cette cité, la première de l’Asie centrale, presque aucune trace de son ancienne grandeur […]. La ’noble Boukhara’, par l’irrégularité de ses rues, le délabrement de ses édifices, reste bien au-dessous de la moindre cité persane ; une couche épaisse de poussière lui donne le plus misérable aspect ». (Vambéry, 1994).

10Les descriptions de Tachkent ne sont pas plus élogieuses. En 1820, G. von Meyendorff explique que « Tachkent, qui a au moins trois mille maisons, est entourée d’un mur de terre qui tombe en ruines, ainsi que les maisons ; elles sont beaucoup plus mal construites que celles de Boukhara ». Ces extraits de récits de voyage montrent qu’avant la colonisation russe, les cités centrasiatiques ne sont plus que le reflet de leur grandeur d’antan. Et voilà qu’un siècle plus tard, de nombreux monuments, notamment à Boukhara, sont sortis de terre. Peu à peu dépoussiérés, consolidés, rebâtis, ils s’affichent aujourd’hui sous un nouveau jour. C’est le cas de la medresseh Ulug Beg à Boukhara, partiellement en ruines en 1880 et désormais restaurée.

1865-1991 : L’eski chahar, un produit politique à modeler

  • 8 Plan cadastral de Tachkent consulté à l'IFEAC (Institut français d'études sur l'Asie centrale) - 1/ (...)
  • 9 Entretien réalisé en français avec M. Z. Klitchev, architecte, le 8 septembre 2004, à Boukhara.
  • 10 Registan : en tadjik, "lieu de sable". "Nom commun désignant la vaste place publique devant le pala (...)

11Lorsque les Russes conquièrent Tachkent, ils pratiquent une juxtaposition urbaine8 qui permet d’épargner l’Eski Chahar. Le pouvoir tsariste n’a que faire des bâtiments d’antan, plus préoccupé par les objectifs militaires et économiques développés dans Yangi Chahar, la « ville nouvelle ». En 1917, la Révolution d’octobre éclate. La ville est alors adaptée aux nouvelles normes marxistes-léninistes, qui rejettent la religion et prônent un discours hygiéniste et égalitaire. De 1917 à 1953, le tissu précolonial et la plupart des édifices voués au culte sont donc détruits ou endommagés, l’eski chahar est percée par de nouvelles infrastructures, les habitations et les monuments sont collectivisés. Seuls quelques bâtiments sont protégés : sélectionnés par les responsables politiques locaux ou fédéraux9, ils sont peu à peu consolidés ou reconstruits, puis mis au service de l’idéologie soviétique. Selon M. Bogouslavski, un monument n’est pas détruit s’il contribue à « l’éducation communiste des travailleurs » (Bogouslavski, 1983). De nouveaux usages idéologiquement conformes voient le jour dans des édifices choisis au cœur des eski chahar. À Boukhara, le registan10 vidé de son bazar est utilisé lors de manifestations politiques où les voiles des femmes sont brûlés, et la medresseh Koukeldach (XVIe siècle) accueille un bureau de recensement et une salle de projection cinématographique.

  • 11 À partir des années 1960, les organisations internationales proposent des mesures de protection et (...)
  • 12 "Aujourd'hui, de nombreux monuments des villes anciennes de la République – Samarcande, Boukhara, K (...)

12à partir des années 1950, le quartier précolonial est considéré comme un objet patrimonial puis comme un produit touristique. Les transformations des eski chahar se poursuivent mais désormais, les objectifs visés sont politiques et économiques. Il s’agit de développer le tourisme culturel et de montrer aux yeux des Occidentaux que l’URSS prend soin de ses héritages historiques11. À Boukhara, le bassin du Liabi-khauz est restauré puis à nouveau rempli et la mosquée Kalon est renforcée dès les années 1970. La reconstruction est alors une méthode peu utilisée à Tachkent et à Boukhara, même si elle apparaît parfois dans d’autres villes12 : à Khiva, la porte Ota Darvoza est rebâtie, tout comme la mosquée Bibi Khanum à Samarcande. Aujourd’hui, les transformations réalisées dans les eski chahar au nom d’impératifs politiques et économiques se poursuivent. Mais la reconstruction est désormais intégrée aux documents d’urbanisme.

Depuis 1991, la reconstruction comme méthode d’aménagement urbain

13Depuis 1991, l’état ouzbékistanais réhabilite l’héritage urbain en le reconstruisant. En octobre 2003, I. Karimov inaugure l’ensemble B. Naqchbandi, situé à quelques kilomètres de Boukhara. Les monuments autrefois en ruines forment aujourd’hui un complexe touristique avec échoppes et parcours piétonniers. Une plaque datée d’octobre 2003 indique que le complexe architectural a été « re-créé et restauré grâce à l’initiative du premier président de la république d’Ouzbékistan ». La reconstruction est un procédé planifié par les pouvoirs publics, elle touche les monuments historiques protégés par l’état, elle n’est pas liée à une destruction imprévue (guerre, catastrophe naturelle) mais à des logiques économiques, politiques ou religieuses.

Le plan de développement touristique de Boukhara

  • 13 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov, architecte de la province de Boukhara, le 18 octobre 2 (...)
  • 14 Entretien réalisé en russe avec M. T. Babaev, inspecteur en chef des monuments historiques de la pr (...)
  • 15 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov (op. cit.).
  • 16 Entretien réalisé en russe avec M. T. Babaev (op. cit.).

14À Boukhara, le concept de « reconstruction » est abordé dans le plan de développement touristique en cours de réalisation. Selon M. Akhmedov, architecte de la province boukhariote, l’objectif du projet est de faire de l’Eski Chahar la capitale culturelle de l’Ouzbékistan. Les traces historiques de la cité doivent être mises en évidence, il faut « garder l’ambiance, la nature de l’ancienne ville, l’image de la ville »13. M. Akhmedov explique qu’il s’agit de montrer « ce qui existait là avant » (Ibidem). Boukhara était autrefois entourée de remparts percés de portes. Aujourd’hui, sur la dizaine de portes qui encadraient la cité, il en subsiste seulement deux. Les autres ont toutes été détruites avant 1955. Mais celles de Karchi14 et de Samarcande15, dont il ne reste que les fondations, vont être reconstruites. M. Akhmedov dispose de nombreuses photographies anciennes qui apportent un témoignage sur ces édifices. T. Babaev, inspecteur en chef des monuments historiques de la province de Boukhara, déclare que grâce à ces documents, il sera possible de « refaire les portes d’après la tradition, avec des matériaux traditionnels »16. Déjà, la porte Djouybar, qui aux dires des habitants avait disparu sous la poussière, trône aujourd’hui au milieu de la rue.

  • 17 Les travaux de restauration ont été achevés en 1997 (Nekrasova et Fillimonov, 1998).

15L’héritage urbain est créé de toutes pièces, à partir de fondations dont ne subsistent que quelques traces fragiles (Fromont, Roux). La démarche adoptée se veut scientifique : au milieu des années 199017, Mme E. Nekrasova, archéologue, met à jour le Tok-i-Sarrafon. Enfoui dans le sol boukhariote, le monument est déblayé. Reconstruit, il abrite désormais de multiples échoppes d’artisanat. Ce travail de restauration repose sur des fouilles minutieuses et des documents iconographiques : l’objectif est alors la recherche de l’authenticité historique.

Le plan de reconstruction de Tachkent 

  • 18 Le TachGenPlan est une agence privée d'urbanisme (en réalité, sous la tutelle de l'état), chargée d (...)
  • 19 Entretien réalisé en russe avec M. A. Kasinov, architecte en chef de la société Sharqona Uslub, le (...)

16Le quartier précolonial tachkentois est lui aussi au cœur d’une vaste opération de reconstruction. A. Kasinov, architecte en chef de la société Sharqona Uslub, explique que son entreprise et le TachGenPlan18 réalisent un projet commun dont l’objectif est « la reconstruction de la vieille ville »19. Les travaux ont débuté il y a près de trente ans, le rythme est régulier mais s’accélère parfois grâce aux soudaines impulsions présidentielles. M. Kasinov raconte ainsi qu’en 2004, « il y a eu une initiative présidentielle pour faire attention à la vieille ville, avec beaucoup de reconstructions » (Ibidem). Le programme repose sur trois méthodes de reconstruction. La première est synonyme de rénovation : ce qui existait précédemment est anéanti tandis que de nouveaux bâtiments sont implantés au cœur du quartier précolonial. C’est le cas de la Maison des enfants : ce bâtiment pyramidal et monumental domine désormais le bazar Chorsou. La seconde méthode est ambiguë : les abords de la rue Beruny sont détruits puis reconstruits par l’état selon un « type traditionnel, oriental » (Ibidem). Au-delà, « les vieilles maisons peuvent être rénovées » (Ibidem). La « reconstruction » consiste alors à détruire l’héritage bâti puis à le remplacer par un décor urbain construit de toutes pièces selon des références architecturales inspirées du passé. La « reconstruction » est enfin considérée comme un moyen d’améliorer l’habitat. A. Kasinov explique que :

« Pendant la période soviétique, il était défendu de reconstruire. Depuis l’indépendance, il y a plus de possibilités. L’organisation en profite pour faire de la reconstruction en aidant les habitants […]. Il y a des financements pour aider les gens à reconstruire » (Ibidem).

17Lorsque les propriétaires de maisons situées dans une zone classée le souhaitent, ils peuvent demander une aide financière à la Mairie pour « reconstruire » leur domicile. L’objectif est alors de sauvegarder la demeure tout en l’adaptant aux aspirations de ses habitants.

L’ensemble Khazrati Imam à Tachkent : des logiques politiques et religieuses

18Dernier exemple de reconstruction, celui de l’ensemble religieux du Khazrati Imam, situé au cœur de l’Eski Chahar. Le Khazrati Imam se composait de la medresseh Bara khan (XVIe siècle), siège administratif du mufti de l’Ouzbékistan. À proximité se trouvait la mosquée Tellia Cheikh, qui était la Grande mosquée de Tachkent. À l’intérieur, une bibliothèque du XIXe siècle abritait le Coran d’Osman. À quelques mètres se dressaient le mausolée de l’imam K. Shashi (XVIe siècle) et l’institut islamique Al-Boukhari.

19En janvier 2007, l’organisation internationale islamique pour l’enseignement, la science et la culture (ISESCO) choisit Tachkent comme capitale de la culture islamique. Le 20 février, I. Karimov décide par arrêté présidentiel de reconstruire l’ensemble Khazrati Imam. Un fonds public de 500 millions de soums (environ 400 000 dollars)20 est débloqué. Les travaux sont réalisés en quatre mois. Pour ceux qui connaissaient cet endroit, le site est aujourd’hui méconnaissable : la bibliothèque, une école publique et une tchaykhâna21 ont été détruites. Le mausolée et la medresseh Bara khan ont été restaurés. Des coupoles ont été ajoutées aux édifices. Le bureau du grand mufti et une mosquée ont été rebâtis. Cette dernière, ornée des plus hauts minarets d’Asie centrale, remplace l’école publique. Tous ces bâtiments s’articulent autour d’une esplanade de près de 120 mètres de long, entourée d’un parc verdoyant (Figure 1).

Figure 1 – Les évolutions de l’ensemble Khazrati Imam en 2007

Guillemette Pincent

Image 1.jpg

20À travers ce vaste chantier, I. Karimov a voulu montrer au monde musulman qu’il prend soin de l’ouma ouzbékistanaise et des principaux édifices qui la représentent. Le 6 juin 2007, le Président de la République affirme ainsi que « c’est sur la terre sacrée, bénie par le Dieu, que de telles constructions peuvent être effectuées et cela prouve nos racines profondes et solides »22. Depuis déjà quelques années, I. Karimov souhaite contrer l’influence du fondamentalisme religieux dans son pays. Par crainte du développement de l’islamisme radical, il ferme les mosquées : selon M. Laruelle et S. Peyrouse, « leur nombre est passé de six mille dans la première moitié des années 1990 à moins de deux mille à la fin de la décennie » (Laruelle, Peyrouse, 2006). En parallèle, I. Karimov crée des lieux de culte officiels, aisément contrôlables. Les travaux réalisés en 2007 dans l’ensemble Khazrati Imam sont là pour montrer à la communauté musulmane que les croyants ouzbékistanais sont respectés – et encadrés – par l’état.

21Les reconstructions initiées par les pouvoirs publics dans les quartiers précoloniaux répondent donc à de multiples logiques. À Boukhara, il faut rebâtir les monuments pour attirer les touristes. À Tachkent, le tissu urbain de l’Eski Chahar est profondément remanié au nom de la modernisation des logements et des espaces publics. Le principal ensemble architectural est quant à lui reconstruit pour satisfaire des attentes religieuses et politiques. Le quartier précolonial, situé au cœur de la capitale ouzbékistanaise, devient la vitrine d’un pouvoir qui cherche à s’imposer, à une échelle locale, nationale et internationale, à travers des formes monumentales bâties rapidement, selon les vœux du Président.

De la ville reconstruite à la cité mythifiée ?

22Il est encore trop tôt pour étudier avec précision la manière dont les habitants perçoivent les récentes reconstructions réalisées par l’état. Nous pouvons cependant apporter quelques premiers éléments d’analyse : les édifices rebâtis par les pouvoirs publics ne sont pas remis en cause par les Tachkentois et les Boukhariotes, et cela n’est sans doute pas dû seulement au climat politique actuel qui proscrit toute critique.

La reconstruction : un procédé accepté par les habitants

23Une partie du Khazrati Imam a été démolie, de même que de larges pans de l’Eski Chahar tachkentoise. Pourtant, ce ne sont pas ces destructions qui sont tout d’abord critiquées. Certains habitants dénoncent plutôt la manière dont les travaux sont réalisés : à Tachkent, quelques voix s’indignent de la piètre qualité architecturale et de l’absence d’authenticité historique du nouvel ensemble Khazrati Imam. Selon des témoignages, les minarets, d’une hauteur de 63 mètres, auraient été bâtis avec des canalisations d’eau faites en béton armé. De tailles différentes, elles auraient été superposées les unes aux autres, donnant aux minarets leur forme élancée.

  • 23 Entretien réalisé en ouzbek avec M. M. T. Boymuxammedov, ingénieur en génie civil, le 9 novembre 20 (...)

24La reconstruction est une méthode familière aux Tachkentois et aux Boukhariotes. En Ouzbékistan, rebâtir sa maison est un processus traditionnel de renouvellement spatial, comme l’atteste la multiplicité des chantiers quotidiennement visibles dans les ruelles des eski chahar. La brique crue et le bois se détériorent rapidement car soumis à des conditions climatiques continentales rigoureuses : les toits en paille des maisons sont rebâtis tous les ans avant les rigueurs de l’hiver, et les murs en brique crue, tous les deux ou trois ans. Chaque famille répare régulièrement sa demeure selon les matériaux utilisés et les aléas climatiques. À cette démarche traditionnelle s’ajoutent de nouvelles aspirations. Les maisons précoloniales ne sont pas munies de salles de bains, elles n’ont pas de sanitaires ni de chauffage. Un Tachkentois raconte qu’il a vécu des années durant dans une habitation de plus de cent ans. Il souhaite que les maisons inconfortables soient détruites ou reconstruites car « les hommes vivent une seule fois, ils doivent donc vivre dans un bon confort »23. Les habitants qui ont des moyens financiers et techniques suffisants transforment donc voire détruisent leur maison pour que le confort s’installe peu à peu.

25Enfin, l’espace est empreint de valeurs qui subsistent malgré la destruction de leur support matériel. Les bâtiments liés au culte ne se réduisent pas à un assemblage de briques. Ils ont une âme, une signification qu’il faut respecter au-delà de la dégradation. En avril 2003, à Boukhara, je me rends dans une mosquée transformée en atelier d’urbanisme pendant la période soviétique. L’édifice est en ruines, mais une bougie brille au milieu des gravats. C’est un jour sacré et dans un syncrétisme liant croyances zoroastriennes et musulmanes, quelqu’un a pensé à allumer cette lumière. Mme C. Poujol explique que :

« La quasi-totalité des éléments du paysage qui constituent l’espace centrasiatique est investie à un degré plus ou moins accentué de parcelles de sacré. Celles-ci ne font pas que pérenniser l’interaction des forces supérieures à travers le filtre de la mort, elles sont aussi manifestes dans le quotidien, dans les lieux de culte, sans conteste, mais également dans les lieux de vie que sont les habitations, tant celles des citadins que celles des nomades. » (Poujol, 2000).

26La ville centrasiatique baigne dans une sacralité détachée des briques : cette dernière n’est donc pas remise en cause par les projets de reconstruction. L’espace ne dicte pas l’identité des lieux, bien au contraire : en Ouzbékistan, c’est le mythe qui redessine la ville.

La création d’un décor mythifié

27À travers leurs projets de reconstruction, les acteurs publics proposent aux Tachkentois et aux Boukhariotes une vision urbaine inspirée du passé. Tous se réunissent derrière l’image rêvée et rassurante d’un mythe, derrière une « représentation de faits souvent réels déformés ou amplifiés par l’imagination collective » (Le Nouveau Petit Robert, 2007), derrière des récits merveilleux autrement plus beaux que la réalité.

28Croyances locales et rêveries occidentales déposent une auréole sacrée sur les pierres de Boukhara. Ville aux origines troublantes, elle aurait été fondée par le prince perse Siyâvuch il y a près de trois mille ans et tel le Phénix, elle se renouvelle toujours sur les mêmes lieux (Gutkind, 1972). Boukhara, berceau du soufisme, est l’une des sept villes sacrées de l’islam. L’Eski Chahar se trouve sur le trajet des routes de la soie, des épices, des caravanes qui arpentaient les steppes de la Chine jusqu’à Venise. Sa dimension mythique est renforcée par le regard étranger, par l’islam mais aussi par l’orientalisme du XIXe siècle. La cité est interdite, mystérieuse, au cœur du « Grand jeu » qui préoccupe Russes et Anglais au XIXe siècle. C’est une ville littéraire. Parcourez les récits de Marco Polo, d’A. Vambéry ou d’E. Maillart et les portes de Boukhara s’ouvriront à vous. Se promener dans les ruelles de l’Eski Chahar, c’est toucher des murs trois fois millénaires, c’est marcher dans les pas des pèlerins, des marchands, c’est effleurer une légende rendue visible par son héritage bâti – ses coupoles bleues, ses céramiques et ses monuments prestigieux. Les faits historiques, urbains ou religieux, alimentés par les croyances locales et la curiosité occidentale ont façonné un mythe aujourd’hui réinventé.

  • 24 Entretien réalisé en français avec M. B. Lane, directeur de l'UNESCO à Tachkent, le 24 octobre 2003 (...)
  • 25 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov (op. cit.).

29La république d’Ouzbékistan est à la recherche d’une identité nationale, et c’est le passé qui l’apporte (Dudoignon, 1998). L’état a compris que le mythe attire les touristes : les publicités de l’agence nationale Uzbekistan Airways parlent d’un conte des 1001 nuits que les responsables de l’aménagement tentent de créer. Selon B. Lane, leur souhait serait de « tout reconstruire comme au XIVe siècle »24. Les projets de reconstruction boukhariotes témoignent de cette volonté de modeler la légende. M. Akhmedov explique que les portes de la cité précoloniale enfouies sous la poussière vont être rebâties25 et des perspectives visuelles sont aménagées par la municipalité : elles offrent de grandioses panoramas aux touristes assoiffés d’images rêvées. Pourtant, point de perspectives dans la ville d’antan.

  • 26 Enquête réalisée avec Rukhangis, le 6 septembre 2004 à Boukhara.
  • 27 Ces enquêtes portaient sur la perception d'Eski Chahar par les habitants. Elles ont été réalisées e (...)

30Les acteurs privés acceptent cette démarche. Les habitants sont à la recherche d’un passé prestigieux, d’une grandeur révolue qui, selon eux, transpire à travers les briques de l’Eski Chahar. Rukhanguis vit à Boukhara. Elle déclare qu’elle aime sa ville car elle ressemble à un « conte des 1001 nuits »26. Lors des enquêtes menées auprès des habitants27, nombreux sont ceux qui ont souligné la spécificité de la ville : près de 25,8 % des réponses décrivent la cité en faisant référence à sa dimension mythique (Tableau 1).

Tableau - Boukhara, ville mythique

Selon vous, quel est le mot qui décrit le mieux…

… la ville de Boukhara ?

… le quartier précolonial de Boukhara ?

Mots faisant référence au mythe urbain, religieux, historique et littéraire de Boukhara

Boukhara-Sharif,

Boukhara- la-Noble,
Boukhara fille de l’islam,
Pierre précieuse de l’islam,
La perle de l’Orient,
Route de la soie,
Conte,
1001 nuits,
Le rêve irréel,
Ville merveilleuse.

Boukhara-Sharif,

Boukhara-la-Noble,
Boukhara la Sainte,
Boukhara fille de l’islam,
Lieu saint, divin,
La perle de l’Orient,
Le conte,
La légende

Pourcentage des réponses

25,8 %

17 %

  • 28 Entretien réalisé en français avec Mme A. Leuenberger, experte en mercatique touristique, le 16 aoû (...)

31Ces propos sont relayés par les acteurs étrangers qui prônent le développement touristique. Pour attirer les clients, il faut, selon Mme A. Leuenberger, « travailler avec les Ouzbeks pour donner une autre image car celle qui existe actuellement ne correspond pas au standard international. Il faut une ville qui corresponde au rêve des 1001 nuits, il faut construire une deuxième réalité […]. Les medresseh, c’est joli, mais ça ne suffit pas. Il faut reconstruire la culture »28.

32Pour accéder au succès touristique, reconstruisons le passé. Pour cela, inspirons-nous des modèles proposés par les magazines – Mme A. Leuenberger cite IKEA, Salon, Vogue – ou bien butinons des idées marocaines. Selon cette femme dynamique, il faut que la ville « se développe vers le vieux temps, vers l’arrière, même si c’est artificiel, sans que cela devienne un Disneyland. Il faut à la fois des boutiques et de l’Orient » (Ibidem). L’Eski Chahar doit correspondre aux rêves occidentaux des 1001 nuits : aujourd’hui, ce n’est plus la ville qui dicte le mythe mais le mythe qui la transforme.

  • 29 Tamerlan (1336-1405), régnant sur la Transoxiane à partir de 1369, conquiert le Khorassan, l'Irak, (...)

33L’héritage bâti tachkentois se trouve lui aussi au cœur d’un paradoxe : le quartier précolonial disparaît peu à peu, modelé par les besoins de la modernité et les souhaits gouvernementaux. Mais ses traces architecturales sont réinterprétées selon un style néo-ouzbékistanais. Un décor urbain est créé, symbole politique et religieux d’une république en construction. Tamerlan29 est le nouveau héros national : tout bâtiment construit aujourd’hui par l’état se doit d’être orné d’une coupole bleue, lointain rappel de celles édifiées au XVe siècle à Samarcande par le célèbre conquérant (Photo 1). V. Lohyn explique ainsi que : « les nouveaux bâtiments liés au passé de par leur fonction et les nouveaux monuments en l’honneur de personnages historiques, reprennent des éléments de l’architecture timouride, en adaptant la réalisation à l’époque contemporaine. » (Lohyn, 1998-1999).

  • 30 Khauz : en ouzbek, "un bassin, citerne, élément d'urbanisme très important dans les cités caravaniè (...)

34Ce processus est visible dans la conception des parcs et des places, très prisés par les Tachkentois. Selon Mme A. Gangler, les formes actuelles d’architecture s’inspirent du passé précolonial (Gangler, 1996) (Photo 2) : les jets d’eau qui bordent la place Mustakillik ne sont-ils pas les successeurs des khauz30 ? Et le nouveau parc Kodiry inauguré en 2005 par I. Karimov n’est-il pas l’éloge de l’oasis située au milieu d’un désert de béton et de brique crue ? Au nom de l’identité nationale, l’héritage urbain est mis à terre tandis qu’un autre est construit, inspiré de celui qui est en train d’être anéanti.

Photo 1 – L’esplanade et la nouvelle mosquée de l’ensemble Khazrati Imam en août 2007.

Guillemette Pincent

Image 2.jpg

Photo 2 : Un exemple du style néo-ouzbékistanais : la Maison de la mode à Tachkent en 2005

Guillemette Pincent

Image 3.jpg

35Tachkent, esplanade du Khazrati Imam, juillet 2007, entre 18h et 19h : lorsque les rayons du soleil se font moins virulents, les femmes et les enfants viennent paresser dans le parc qui entoure l’esplanade. Les plus jeunes jouent au toboggan dans les escaliers et s’amusent avec les fontaines, certains veulent être photographiés devant les nouveaux édifices. Cette place qui était autrefois peu animée est désormais un lieu vivant, sans cesse traversé par les habitants du quartier. Certes, l’authenticité historique a été bafouée lors de la reconstruction de ce pôle religieux. Mais en Ouzbékistan, là n’est pas l’essentiel. L’héritage urbain est façonné par l’état selon des logiques économiques, politiques ou religieuses. Il fait référence non au passé mais à l’image que l’état s’en fait, et cette image est acceptée par les habitants. La reconstruction, considérée comme une méthode d’aménagement urbain, crée un décor unificateur. Peu importe si l’histoire est fausse, déformée, inventée : elle réunit. Faut-il y croire ? Depuis 1993, Boukhara est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais les projets étatiques de réhabilitation sont de moins en moins conformes aux principes d’authenticité et de protection des eski chahar. L’UNESCO s’inquiète : en filigrane, ce sont deux conceptions de l’héritage urbain qui se confrontent.

Haut de page

Bibliographie

BOGOUSLAVSKI, M., 1983, L’Union soviétique et la protection internationale des biens culturels, Paris, éd. du progrès.

Congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques, 1964, Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites : charte de Venise, Venise, ICOMOS, Congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques.

DUDOIGNON, S., 1998, « Culturellement correct », Le courrier de l’UNESCO, n° 51, octobre, p. 40-42.

FROMONT, R. et E. ROUX, 2002, « Ouzbékistan, reconstruction identitaire ou restauration architecturale ? », Regard sur l’Est, http://www.regard-est.com/Revue/Numero27/Ouzbekistan.htm

GANGLER, A., 1996, « Bukhara from the Russian conquest to the present », dans A. Petruccioli, Bukhara, the myth and the architecture, Cambridge (Massachusetts), Agha Khan program for islamic architecture.

GUTKIND, E.-A., 1972, « Cities of Central Asia », International history of city development, vol. 8, p. 38-41.

HALBWACHS, M., 1997, La mémoire collective, Paris, A. Michel, 1ère édition, 1950.

KHAIROULLAEV, M., 1981, L’élimination de la pauvreté et de l’inégalité sociale dans une république soviétique : l’expérience de la RSS d’Ouzbékistan, Paris, UNESCO.

LARUELLE, M. et S. PEYROUSE, 2006, Asie centrale, la dérive autoritaire. Cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Autrement.

Le nouveau Petit Robert, 2007.

LOHYN, V., 1998-1999, « Entre renouveau et acculturation : comment se redéfinit le patrimoine culturel en Ouzbékistan ? (1985-1999) », mémoire de DEA de civilisation russe sous la direction de C. Poujol, Paris, INALCO.

NAUMKIN, V., 1993, Bukhara, Londres, Garnet Publishing Limited.

NEKRASOVA, E. et V. FILLIMONOV, 1998, « L’ensemble architectural de Taq-e Sarrafjan à Boukhara », Cahiers d’Asie centrale, n° 5-6, p. 95-124.

POUJOL, C., 2000, « Géographie sacrée de l’Asie centrale : des lieux et des dieux », dans D. Balland, Hommes et terres d’islam. Mélanges offerts à X. de Planhol Téhéran, Institut français de recherche en Iran, Téhéran, tome 1.

POUJOL, C., 2001, Dictionnaire de l’Asie centrale, Paris, Ellipses.

SAïD, E., 1997, L’orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil.

UNESCO, 1972, La convention du patrimoine mondial de l’UNESCO, Paris, UNESCO.

VAMBERY, A., 1994, Voyage d’un faux derviche en Asie centrale. 1862-1864, Paris, Phébus.

VON MEYENDORFF, G., 1826, Voyage d’Orenbourg à Boukhara, fait en 1820, à travers les steppes qui s’étendent à l’Est de la mer d’Aral et au-delà de l’ancien Jaxartes, Paris, Librairie orientale de Dondey-Dupré Père et fils.

Dépêche du 6 juin 2007. Site de l’ambassade de France en Ouzbékistan : http://www.ambafrance-uz.org.

Dépêche du 21 février 2007. Site de l’ambassade de France en Ouzbékistan : http://www.ambafrance-uz.org.

Haut de page

Notes

3 1865 : conquête de Tachkent par les Russes.

4 Medresseh : école coranique. L'écriture de ce terme varie : madrasa en langue arabe, medresseh ou medreseh en langues turciques.

5 L'expression eski chahar peut être utilisée en nom commun (les eski chahar d'Asie centrale) et en nom propre lorsqu'elle est appliquée à un lieu précis (l'Eski Chahar de Tachkent). La typographie entre ces deux termes peut donc varier en fonction de leur usage spécifique.

6 Turkestan : "Division administrative fondée par la Russie en 1867 dont Tachkent est le siège et le général Von Kaufman (1867-1881), le premier gouverneur général" (Poujol, 2001).

7 Grand jeu : "Terme employé par le romancier Rudyard Kipling (1865-1936) pour désigner la rivalité entre l'Empire russe et l'Empire britannique en Asie (Great Game). Il s'étend sur tout le XIXe siècle et la Perse, l'Afghanistan et le Turkestan en constituent les principaux enjeux. Il perd en intensité en 1895 après la délimitation des frontières entre la Russie et l'Afghanistan, puis est résolu en 1907 avec l'accord sur la Perse." (Poujol, 2001).

8 Plan cadastral de Tachkent consulté à l'IFEAC (Institut français d'études sur l'Asie centrale) - 1/10 000 - Topographie - Tachkent - 1890.

9 Entretien réalisé en français avec M. Z. Klitchev, architecte, le 8 septembre 2004, à Boukhara.

10 Registan : en tadjik, "lieu de sable". "Nom commun désignant la vaste place publique devant le palais des souverains ouzbeks (ark)." (Poujol, 2001).

11 À partir des années 1960, les organisations internationales proposent des mesures de protection et de contrôle pour gérer le patrimoine devenu mondial. Deux textes font alors référence : la charte de Venise (1964) et la convention du patrimoine mondial de l'UNESCO (1972).

12 "Aujourd'hui, de nombreux monuments des villes anciennes de la République – Samarcande, Boukhara, Khiva – sont entièrement reconstruits." (Khairoullaev, 1981).

13 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov, architecte de la province de Boukhara, le 18 octobre 2005, à Boukhara, avec l'aide de M. Z. Klitchev, architecte.

14 Entretien réalisé en russe avec M. T. Babaev, inspecteur en chef des monuments historiques de la province de Boukhara, le 17 octobre 2005, à Boukhara, avec l'aide de Mlle N. Asadova, interprète.

15 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov (op. cit.).

16 Entretien réalisé en russe avec M. T. Babaev (op. cit.).

17 Les travaux de restauration ont été achevés en 1997 (Nekrasova et Fillimonov, 1998).

18 Le TachGenPlan est une agence privée d'urbanisme (en réalité, sous la tutelle de l'état), chargée de concevoir et de mettre en œuvre les plans généraux de Tachkent et de Samarcande.

19 Entretien réalisé en russe avec M. A. Kasinov, architecte en chef de la société Sharqona Uslub, le 30 novembre 2005 à Tachkent, avec l'aide de Mlle D. Usmonova, interprète.

20 Dépêche du 21 février 2007 : http://www.ambafrance-uz.org.

21 Tchaykhâna : en ouzbek et en tadjik, "maison de thé".

22 Dépêche du 6 juin 2007 : http://www.ambafrance-uz.org.

23 Entretien réalisé en ouzbek avec M. M. T. Boymuxammedov, ingénieur en génie civil, le 9 novembre 2005 à Tachkent, avec l'aide de M. D. Kamilov, interprète.

24 Entretien réalisé en français avec M. B. Lane, directeur de l'UNESCO à Tachkent, le 24 octobre 2003, à Paris.

25 Entretien réalisé en russe avec M. Akhmedov (op. cit.).

26 Enquête réalisée avec Rukhangis, le 6 septembre 2004 à Boukhara.

27 Ces enquêtes portaient sur la perception d'Eski Chahar par les habitants. Elles ont été réalisées en 2004 et 2005. 194 échantillons ont été récoltés (98 à Tachkent et 96 à Boukhara).

28 Entretien réalisé en français avec Mme A. Leuenberger, experte en mercatique touristique, le 16 août 2004, à Boukhara.

29 Tamerlan (1336-1405), régnant sur la Transoxiane à partir de 1369, conquiert le Khorassan, l'Irak, l'Azerbaïdjan, puis Delhi, Alep, Bagdad et fait de Samarcande sa capitale, où il est enterré dans le tombeau du Gur Emir.

30 Khauz : en ouzbek, "un bassin, citerne, élément d'urbanisme très important dans les cités caravanières d'Asie centrale, généralement situé aux abords d'une mosquée pour permettre les ablutions rituelles, il est aussi destiné à la consommation urbaine." (Poujol, 2001).

1 Le nouveau Petit Robert, 2007.

2 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillemette Pincent, « La reconstruction des Eski Chahar à Tachkent et à Boukhara (Ouzbékistan) : à la recherche d’un mythe ? », Géographie et cultures, 65 | 2008, 15-32.

Référence électronique

Guillemette Pincent, « La reconstruction des Eski Chahar à Tachkent et à Boukhara (Ouzbékistan) : à la recherche d’un mythe ? », Géographie et cultures [En ligne], 65 | 2008, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://gc.revues.org/1144 ; DOI : 10.4000/gc.1144

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org