Navigation – Plan du site

La Nouvelle-Orléans n’a pas perdu son âme

New Orleans has not lost his soul
Isabelle Maret
p. 33-52

Résumés

Que sera La Nouvelle-Orléans, après l’épreuve de l’ouragan Katrina ? Comment l’attachement des habitants à leur cité va-t-il jouer sur sa reconstruction ? Laboratoire vivant et vivace, New Orleans offre aujourd’hui l’opportunité d’observer le rôle essentiel que prend l’identité culturelle dans l’affection des habitants pour leur ville et l’influence directe que celle-ci a sur son rétablissement. à tous les niveaux de gouvernance, l’inertie des prises de décision concrètes et de leurs financements pèse lourdement sur la capacité de la ville à se rétablir promptement. Pourtant, faisant fi de conditions de vie difficiles, les Néo-Orléanais endossent leur part de responsabilité et remettent sur pied leurs quartiers, leurs réseaux de solidarité... Ce qui fait de La Nouvelle-Orléans une ville à part… unique aux États-Unis. New Orleans du futur aura-t-elle un nouveau visage ? Qu’adviendra-t-il de son identité culturelle ?

Haut de page

Texte intégral

1Une vieille plaisanterie locale affirme « aux états-Unis, il n’y a que trois villes, New-York, San Francisco et La Nouvelle-Orléans… Tout le reste c’est Cleveland, Ohio ». Cette vision naturellement réductrice propre à l’humour chauvin, induit pourtant une réalité : « La Nouvelle-Orléans est une des villes les plus aimées par sa population » (Campanella dans Lewis, 2003, p. 171)… Offre professionnelle, situation topographique, climat particulier ou lieu spécifiquement clément, l’élection de notre cadre de vie est le fruit de multiples motivations. Suffirait-il pourtant d’être « né quelque part » pour voir notre attachement à un lieu prendre le pas sur le réflexe inné de sécurité ? Serait-il possible de tomber amoureux d’une ambiance pour accepter des conditions de vie restrictives ou braver des taux de criminalité record ? Deux ans après une migration de population aussi subite que subie, La Nouvelle-Orléans porte ces questionnements. Fin août 2005, l’ouragan Katrina « fait la Une mondiale » en infligeant à la Louisiane et au Mississippi un soufflet dont l’ampleur et les conséquences restent sans précédent dans l’histoire nord-américaine. Plus d’un million de personnes dont 400 000 Néo-Orléanais s’éparpillent sur le territoire nord-américain, parfois plus loin. Outre leurs biens, emplois, moyens de déplacement et de communication, les victimes sont soudainement privées de leurs habitations, réseaux de relations, repères affectifs pour une durée que nul ne peut estimer, six semaines, six mois… six ans ? Les plans de reconstruction se multiplient sans être massivement mis en œuvre, éprouvant une population dont les statistiques autant que les faits montrent qu’elle est impatiente de rentrer chez elle.

2Après un rapide état des lieux, nous exposerons les liens privilégiés qui unissent cette population à sa cité. Nous pointerons les enjeux de la reconstruction, exercice d’équilibre politico-culturel balançant entre la volonté des aménageurs de faire table rase et la nostalgie conservatrice des citoyens. Nous apporterons des arguments montrant comment l’attachement culturel fort des habitants pour leur ville se traduit dans les perspectives de reconstruction.

La Nouvelle-Orléans en novembre 2007

Le contexte

3Si Katrina avait eu lieu en 1878 la ville n’aurait subi que des dommages de vent. Sagesse des anciens, logique historique de l’urbanisation : à l’époque où le Mississippi débordait régulièrement dans son environnement marécageux, il était naturel de prendre en considération le niveau potentiel d’inondation. On bâtissait sur les terres les moins basses profitant des arêtes et des contreforts de chenaux naturels façonnés par les courants du marais ou les dépôts limoneux d’anciens lits du Mississippi (avenue Esplanade, nationale 90). Les riches s’appropriaient les terres les plus hautes, les autres construisaient sur pilotis afin de se préserver des débordements. Ces aires sont celles qui restèrent « au sec » après que la rupture des digues eut entraîné le déversement du lac Pontchartrain dans la cité. La figure 1 associe, à l’ampleur du désastre, le niveau de revenus par quartiers. 49 des 72 subdivisions de la Nouvelle-Orléans furent déclarées gravement sinistrées.

  • 1 Source : US Bureau Survey of the New Orleans area, january-august 2005 / september-december 2005.

4Depuis Katrina et selon une enquête du bureau du recensement1, il semble que la Nouvelle-Orléans ait, sur ce court terme, changé de visage. Elle serait plus blanche, plus âgée, plus aisée. Rien de très surprenant, l’esprit pionnier ne se suffit pas d’une volonté farouche, il lui faut aussi une bourse à la hauteur de la situation : un paramètre sélectif.

5Par conséquent, on distingue trois grands mouvements de retour :

6- les quartiers qui n’ont essuyé que des dommages dus au vent, soit 20 % de la ville ;
- ceux qui ont affronté jusqu’à un mètre vingt d’eau, soit une autre fraction de 30 % ;
- enfin, ceux qui ont subi une inondation supérieure, parfois plus de 3 m.

Trois vagues de retours

7Les premiers candidats au retour bénéficièrent de l’aide d’urgence de FEMA (Federal Emergency Management Agency) qui, systématisant la pose de bâches sur les toits, leur permit de gérer la suite des réparations. La vie de ces « éclaireurs » ne fut pas facile pour autant, électricité aléatoire, absence de gaz, ramassage de poubelles sporadique, longues files d’attente aux rares commerces ouverts, absence de services postaux et difficultés à dénicher des entreprises disponibles... En revanche la convivialité, l’entraide mutuelle et la communication entre les citoyens bénéficièrent ici d’un élan remarquable.

8Les quartiers concernés forment une bande de terres s’étirant sur la boucle du Mississippi qui a donné à la ville son surnom de Crescent city (la ville croissant). Restés au sec sur une profondeur variant de 10 à 20 pâtés de maisons, ces quartiers incluent à l’est du Carré français : le faubourg Marigny et Bywater ; à l’ouest : Central Business District, Warehouse District, Irish Channel, Garden District, Uptown et Audubon Park, auxquels on ajoutera en direction du nord l’avenue Esplanade et une petite partie de Bayou Saint John. À l’exception du Warehouse District et d’une partie de l’Irish Channel, tous portent l’étiquette « plutôt riches, blancs et bien assurés ». Cette population constitua le poumon de la ville de novembre 2005 au printemps 2006. La solidarité jouant pleinement son rôle, on peut considérer qu’il y eut peu de maisons qui n’abritèrent, en plus du propriétaire, qui de la famille, qui des amis, voire de parfaits inconnus… au gré des rencontres et de la générosité de chacun. L’offre étant bien inférieure à la demande, les rares loyers du marché s’étaient envolés sélectionnant encore la catégorie sociale des candidats au retour. Les seuls logements sociaux de ces aires épargnées se situent dans le Warehouse District, une zone en lente mais effective revitalisation. Récemment l’objet d’un projet immobilier de belle envergure (projet Saint Thomas), il jouxte un bon nombre de blocs toujours délabrés, insalubres en attente de réhabilitation. Théâtre de pillages très médiatisés (hypermarché de la chaîne Wall Mart) durant « l’anarchie postouragan », ce quartier fut aussi celui de la reprise des crimes de sang en décembre 2005.

9La seconde vague de retour concerne les blocs contigus aux précédents jusqu’à l’avenue Carrollton, une partie de l’opulent Broadmoor, 15 % du très mixte Mid City (construits sur de hauts pilotis) et la moitié du riche Bayou Saint John. La population dut attendre sept semaines avant d’être autorisée à venir constater les dégâts. Les règles de reconstruction qui finalement n’imposèrent pas le rehaussement obligatoire de leurs bâtiments se firent attendre 4 mois de plus. Cette possibilité de reconstruire à l’identique fut un atout déterminant. Au rythme des compensations d’assurances, des capacités d’autofinancement et de très inégales motivations, ces quartiers se mirent au travail. On ne s’étonnera pas que la progression des travaux soit proportionnelle aux classes sociales qui les occupent. Broadmoor se rénove aujourd’hui de façon soutenue, tandis que le Bayou Saint John et sa partie adjacente de Mid City présentent d’énormes disparités d’un bloc à l’autre. Quant à la prise en charge des complexes de logements sociaux, elle fut si tardive que la moisissure avait déjà rendu les bâtiments insalubres. Ils furent murés.

Figure 1 : inondations et niveau de vie à la Nouvelle-Orléans

Image 1.jpg

10Le reste de la ville, proie des circuits touristiques « post-Katrina » et de la presse en mal d’images fortes, regroupe pour : 

11- les quartiers pauvres: 6th Ward, 9th Ward et Lower 9th Ward,
- les quartiers mixtes: Mid City, Gentilly et East New Orleans,
- les quartiers riches : Broadmoor et Lakeview.

12L’eau atteignit parfois 3 mètres dans les maisons, stagna 6 semaines et plus, la moisissure œuvra en profondeur durant des semaines, des mois… Certaines maisons ne sont aujourd’hui toujours pas nettoyées. L’information habituellement colportée est celle de Lower 9th Ward, des bâtiments qui se sont déplacés, écroulés, révélant misère, chaos et pertes de vies humaines.

13 Il conviendrait de ne pas omettre les populations, toutes classes confondues, des quartiers Nord et Est. Accordant tout crédit à la « technique moderne » et donc au système de levées protégeant la cité, les architectes abandonnèrent vers 1940 les pilotis au profit des dalles sèches alors qu’ils bâtissaient sur les terrains les plus bas qu’ait jamais colonisés la ville. Les maisons cossues de Lakeview, les cottages mid class de Gentilly contribuèrent pour 40 % au tribut en vies humaines durant Katrina. De fait, les habitants de ces quartiers furent les derniers à entreprendre les démarches permettant leur réinstallation. Pour ces zones, les règles FEMA qui régirent les premiers permis de reconstruction étaient si complexes que chaque maison semblait un cas particulier. Les exceptions, les interprétations, les passe-droits, les obtentions « à l’usure » permirent aux premiers « militants » d’élever leurs logis sur des pilotis de 3 à 4 mètres de hauteur… Ces bâtiments dominaient des quartiers fantômes où les rôdeurs s’activaient au maraudage des greniers abandonnés et du cuivre des plomberies. Revenir ?... Difficile décision dans un tel cadre pour qui avait une famille, des enfants. Vouloir revenir c’était une chose, pouvoir le faire, c’en était une autre. Ampleur des dommages, indemnisations, capacité d’autofinancement, aptitude à se battre contre l’inertie administrative, voilà les réalités qui régirent les vagues successives de retour en ville.

Les plans de reconstruction

14Les nombreux plans de reconstruction – pas moins de 4 en deux ans – concoctés par tous les niveaux de gouvernance témoignent de la volonté des autorités de relever le défi. L’inertie de leur mise en œuvre est propre à cette société où les niveaux de gouvernance entrent en conflit les uns avec les autres, la catastrophe ne se limitant pas à la paroisse de La Nouvelle-Orléans. Faute de crédit, chacun cherche à préserver ses intérêts.

15Le plan de la commission Bring New Orleans Back présenté le 11 janvier 2006 par le maire Ray Nagin, consistant à réduire l’empreinte spatiale de la ville engendra un tel tollé auprès de la population qu’il le retira rapidement… à trois mois d’une réélection difficile, c’était suicidaire…

16Suivit le plan du City Council qui fut très vite débouté car il se limitait aux 47 subdivisions les plus touchées sur les 72 que compte la ville. Il faut dire que son financement – apporté par l’État de Louisiane – exigeait qu’il considérât l’ensemble de la ville.

17En réponse, la Rockefeller Foundation épaulée par la Greater New Orleans Foundation apporta 4,5 millions de dollars pour constituer un nouveau plan, le Unified New Orleans’s Plan2. L’UNOP, considérant cette fois l’ensemble de la ville, engagea une consultation des Néo-Orléanais répartis sur tout le territoire américain. Une opération logistique de belle ampleur qui en dit long sur la volonté de s’assurer l’audit populaire ! Entériné par la Mairie en janvier 2007, ce rapport mérite le vocable d’étude plutôt que de plan. L’analyse de terrain est exhaustive et très professionnelle, mais la place faite aux décisions concrètes ne représente qu’une très faible partie du texte consacré à chacune des 73 subdivisions de la ville. Les conclusions se placent dans la recommandation et non dans la décision, les délais sont flous, les financements jamais évoqués. Enfin, si les paramètres voirie, zones commerciales sont relativement bien traités, le paragraphe touchant au résidentiel n’est pas loin de la langue de bois :

« La priorité absolue du quartier est le logement – il faudrait faciliter l’accès au processus de retour pour ces résidents. Il existe une série de mesures fédérales et locales pour accompagner cette population dans le processus, mais les outils pour leur mise en œuvre ne sont pas encore disponibles… la première étape dans ce processus serait de créer un centre d’information basé sur place qui distillerait l’information à propos des financements, et des autres services… Bourses FEMA, programmes d’aide fédérale, nouvelle réglementation sur l’élévation des constructions, les processus de permis de construire… » (Extrait de UNOP à propos de Lower 9th ward).

  • 3 Directeur du Centre de recherche en planification urbaine de l'université de Sydney, Australie.

18Février 2007, Ray Nagin nomme alors le spécialiste international des reconstructions après crise Ed Blakeley3 – le gratifiant du titre de « Tsar de la reconstruction » (Recovery tsar) – afin de mettre en œuvre ce plan. L’office of recovery managment, que dirige Blakeley, a le désir de se distinguer par des actions concrètes. Il fait une synthèse de l’UNOP et des planifications précédentes, identifie 17 zones prioritaires de reconstruction qui impulseront et accéléreront le renouveau de la ville. Malheureusement, les financements ne suivent pas, les mises en œuvre se font attendre tandis que les considérations strictement culturelles font gravement défaut.

Identité et attachement culturels à la Nouvelle-Orléans

19En voulant réhabiliter artificiellement son statut de « ville du divertissement », on pourrait imaginer voir La Nouvelle-Orléans tomber dans le travers d’un « Disneyland de la musique et des parades », un écueil que la population évitera spontanément, voyons pourquoi…

Un quotidien marqué par le lieu

« Le lieu est une entité géographique dans lequel l’identité est fondée. L’espace de vie est considéré comme un important aspect de soi, étant simultanément l’environnement autour de la personne et une présence symbolique dans la personne. Les chercheurs (Hummon, 1990 ; Gieryn, 2000 ; Falk, 2004) montrent que le sens du lieu est largement basé sur les relations sociales créées, spécialement avec la famille ou la communauté. » (Falk, 2006).

20Port majeur, ville d’immigration aux lois permissives, longtemps laborieuse, symbole du jazz et de la fête : la Nouvelle-Orléans est devenue une destination touristique aussi internationale que prisée des Américains. Située au carrefour des cultures française, hispanique et caribéenne, elle symbolise un héritage historico-culturel rare sur ce continent. Consciente et fière de ces particularités, la population trouve dans sa seule appartenance à la cité le dénominateur commun qui fait son unité et ce, quelle que soit sa classe sociale. La Nouvelle-Orléans revendique sa culture en ce qu’elle n’est pas seulement quelque chose que l’on regarde ou que l’on consomme mais qui se vit quotidiennement et à laquelle chacun participe.

21L’identité sociale et existentielle est une conséquence du vécu de chacun. Sur plusieurs générations, l’attachement à l’espace se renforce, Falk parle « d’enracinement dans les lieux » (2004). On peut se déplacer pour aller travailler ailleurs, mais Home est le lieu d’où l’on vient. L’attachement des habitants de la Nouvelle-Orléans à leur ville est très puissant et transgénérationnel. Le quartier est, à La Nouvelle-Orléans, l’identifiant du réseau familial, social, culturel. Les natifs de La Nouvelle-Orléans y restent et ceux qui la quittent trouvent la vie ailleurs insoutenable et y reviennent. Par opposition au niveau élevé de mobilité des habitants, sans racines, de nombreuses villes américaines, il n’est pas atypique de rencontrer des habitants de la Nouvelle-Orléans dont les familles ont vécu ici depuis le XVIIIe siècle. Les habitants sont fiers d’être nés dans leur quartier, d’y avoir grandi et d’en être aujourd’hui les survivants de Katrina.

22« La culture est l’ensemble de ce qui n’est pas inné en nous : elle est faite de ce qu’on nous a appris et de ce que notre expérience nous apporte. Elle nous relie au passé, elle nous donne les moyens d’agir au présent. Elle nous tourne vers l’avenir. Elle est véhiculée par des signes, des représentations. Elle enveloppe le monde où nous vivons : celui-ci ne nous est jamais donné directement ». Ces mots, empruntés au professeur Claval (2003) trouvent leur pleine réalité dans le quotidien néo-orléanais post-Katrina.

23En n’annulant pas les festivités du Carnaval en février 2006, la ville lance un signal fort au pays tout entier. Elle montre sa capacité à braver la polémique – fallait-il le faire ? – et à s’exposer aux satires et quolibets.

  • 4 Idem en 2007.

24Ceux-ci ne manquèrent pas ! Elle lance, personne n’est dupe, un message aux touristes potentiels : « La Nouvelle-Orléans se porte bien ». La prestigieuse avenue Saint-Charles (du Garden district au CBD) en fut l’itinéraire unique du carnaval 20064. Malgré la réduction du nombre de défilés, de celle des chars et des fanfares, un tiers environ du public habituel s’y réunit, défendant un symbole : l’attachement des habitants à leur tradition (Photo 1).

Photo 1 : Carnaval 2006.

C. Maret

Image 2.jpg

25à une autre échelle mais dans le même esprit, la très politique réouverture du Café du monde, le haut lieu du beignet et du café au lait depuis 1862, marqua deux mois plus tôt l’officiel « retour » du Carré français, symbolisant la solidité des traditions. Concentrant une majorité, d’antiquaires, de cafés, de restaurants et de « boîtes de jazz », le Carré français et le Garden District ne sont pas seulement les premiers lieux touristiques de la ville, ils sont aussi les quartiers privilégiés des Néo-Orléanais gourmets, des chineurs, des flâneurs et amoureux de la musique. Les fêtes et festivals qui s’y déroulent fédèrent toute la ville. Si la Saint Patrick est fêtée dans l’Irish Channel, les Irlandais défilent aussi dans le carré historique qui accueille par ailleurs maintes manifestations et parades dont la très satirique du Crew du vieux5 ou celle très populaire du Mardi gras.

26Les quartiers chics épargnés par l’inondation sont bordés par d’autres moins aisés parfois défavorisés, eux aussi restés au sec. Cette proximité des demeures des grands propriétaires, des notables et des politiques du Garden District n’est pas due au hasard. Irish Channel par exemple concentrait l’immigration des Irlandais débardeurs du port tout proche tandis que leurs épouses faisaient des ménages chez les nantis. Situés en « terre haute », leur habitat traditionnel est aujourd’hui l’objet de rénovations dans le sillage d’une spéculation forcenée. S’il est vrai que les Irlandais de souche ne dominent plus, leurs tavernes et leurs défilés sont bien vivants, perpétuant bruyamment fêtes de la bière et Saint Patrick.

L’incontournable jazz

  • 6 Consultable :
  • 7 Leader du Trémé Brass Band.

27Impossible d’évoquer les notions d’identité et d’attachement culturels sans aborder le rôle du jazz, et par extension toute l’activité musicale qui fait vibrer la ville. Du jazz New Orleans au zydeco en passant par le blues, le rock, le gospel et les incontournables Brass band, ces rythmes ont porté La Nouvelle-Orléans à la connaissance du monde. En maintenant les lieux où les artistes s’expriment : les scènes, les bars, la rue, elle est devenue la garante de ces répertoires, de cette richesse. Il était tellement évident que le « retour » de la ville irait de pair avec celui des musiciens que plusieurs institutions œuvrèrent très tôt dans cette direction ; Habitat for humanity6 porte sans conteste le projet le plus ambitieux avec la création d’un village de musiciens doté de 300 nouvelles maisons dans le Lower 9th Ward, un des trois fiefs conquis par la profession. « Nous reprendrons la Nouvelle-Orléans note par note. » (Benny Jones7, 2006).

28Les habitants du 9th Ward savaient ce qu’ils risquaient en bâtissant là où personne ne voulait vivre. Majoritairement noirs et très pauvres, ils s’y étaient imposés. En 1950, seul 30 % du quartier était alimenté en eau potable et en électricité. Fierté d’une communauté qui hisse son bidonville au rang de district, grands fournisseurs de Brass band et d’orchestres de fanfares dédiés au Mardi gras, la petite histoire veut que chacun joue d’un instrument. Une petite délégation défila fièrement sous sa bannière au carnaval 2006 alors que le quartier était encore interdit et partiellement tenu par l’armée. Insolite et lourd de sens, Fats Domino, natif et résident du quartier fut le premier à reconstruire sa maison et à réinstaller ses pianos.

29Rasés d’autorité pour raisons sanitaires et de sécurité, de très nombreux pâtés de maisons attendent aujourd’hui les décisions des plans de reconstruction. Durant les consultations effectuées pour l’élaboration de l’UNOP, les habitants interrogés manifestèrent « un très fort attachement à leur communauté »8 et firent preuve « d’un espoir et d’un optimisme considérables pour la reconstruction de leur quartier ». Aujourd’hui cette communauté se bat pour obtenir le versement de compensations, réclame le retour des services publics, la réhabilitation des infrastructures, la revitalisation économique et le rétablissement de la sécurité. Il est certain que ce district ne ressemblera physiquement plus jamais à ce qu’il fut, nouveau code de construction FEMA oblige. Mais il est hautement probable que ce seront majoritairement les mêmes familles qui s’y réinstalleront à l’instar des 18 % qui y sont déjà revenues.

  • 9 Judy Morgan avait planté sa tente sur la dalle de sa maison détruite, attendant sa caravane FEMA.

« Je préfère habiter dans cette tente que d’aller vivre quelque part où les gens vont me plaindre. Ici, je suis chez moi, c’est tout ce que j’ai jamais possédé. » (Judy Morgan, 2006)9.

  • 10 Exécution par les Espagnols de Jean Noyan et des "martyrs de la Louisiane" en 1769.

30Autre sanctuaire de la musique, Marigny est une petite subdivision dont la forme triangulaire est due à la courbe du Mississippi. La rue Frenchmen, théâtre d’un fait historique dramatique10, en est l’artère principale. Cette rue aux commerces et restaurants très populaires est avant tout connue pour ses bars à musiciens live ; une dizaine en moins de 150 mètres. Saine concurrence, leurs portes restent ouvertes, le chaland passe de l’un à l’autre bavardant autant sur le trottoir qu’à l’intérieur. Très populaires, conviviaux, ces bars ont la réputation d’être « réservés » aux locaux… ce n’est que partiellement vrai. C’est autour de cette rue, dans un quartier résidentiel à la réputation tranquille que vivaient par convenance, nombre de musiciens et artistes impliqués dans ces bars. La hausse récente et sévère des loyers accélère, comme à Trémé, leur fuite vers d’autres lieux.

31Trémé, très lié à l’histoire du jazz, ne s’appauvrit qu’après sa défiguration par le passage de l’autoroute I10, les classes aisées en partirent laissant leurs maisons déjà anciennes se dégrader. Contigu au French Quarter, ce quartier gardait pourtant plusieurs atouts : proximité professionnelle pour les musiciens, lieu de traditions fortes figurées par les parades funéraires jazz ou les cérémonies du Mardi gras indien. Le parvis de l’église Saint-Augustine (1841) agit pour sa part et durant des décennies en pilier de la communauté. Il était impensable d’imaginer que les musiciens abandonneraient tant de références affectives et culturelles…

32Bien que sa récente gentrification n’aide guère les artistes aux cachets irréguliers à s’y réinstaller, les manifestations citées perdurent avec autant de foi. Un centre communautaire a même ouvert ses portes en 2007, son but : perpétuer la culture du quartier auprès des jeunes, favoriser les réunions culturelles.

Une architecture à défendre

33Française, créole, espagnole, américaine ou afro-américaine, chaque réalisation architecturale porte en elle une part des conquêtes successives, une part d’histoire. Que ce soit par choix ou par héritage, le bâtiment dans lequel on vit façonne nos habitudes et influence jusqu’à notre façon d’être.

34Ainsi, vivre dans un shotgun c’est abandonner une part de son intimité, aller vers plus de promiscuité et vivre tourné vers l’extérieur. Ces maisons conçues tout en longueur présentent une enfilade de 4 à 7 pièces sans couloir distributeur. On circule du salon à la première chambre puis à la salle à manger – qui sert aussi de deuxième chambre – pour arriver à la cuisine et finir dans la salle de bains. En laissant les portes avant et arrière ouvertes, on crée un courant d’air rafraîchissant la fréquente lourdeur de l’air. Totalement incongrues dans un mode de vie moderne, ces maisons donnent à la ville sa touche la plus pittoresque, d’autant que leurs façades sont souvent chatoyantes. Introduites par les Créoles, ces maisons protégées par le département des monuments historiques sont systématiquement ornées d’un balcon, depuis lequel on bavarde avec le quartier (Photo 2). Loin des références américaines d’individualisme et de chacun chez soi, cette architecture favorise la cohésion sociale en permettant à chacun de tisser son réseau de proximité. Bien qu’omniprésents à La Nouvelle-Orléans, les shotguns et leurs déclinaisons doubles, shotguns et camelback11, dominent dans les quartiers d’Irish Channel, Marigny, Bywater, Mid City, 6th et 7th Ward. Héritage collectif, partagé, les shotguns, mais aussi les cottages créoles, maisons galeries ou antebellum cimentent l’identité du Néo-Orléanais au point qu’on dit de celui qui s’installe dans le comté voisin de Jefferson « qu’il est parti en Amérique ». Passant pour être un des plus actifs des États-Unis, le département pour la préservation du patrimoine12 de La Nouvelle-Orléans redouble de vigilance dans le contexte actuel, classe plus de quartiers et impose des programmes de rénovation des maisons historiques plutôt que leurs démolitions / reconstructions.

35Il reste vrai que la partie la plus récente de la ville ne peut être qualifiée d’historique, c’est pourquoi elle mérite une analyse particulière.

Photo 2 : Shotgun, à Bywater

C. Maret

Image 3.jpg

Les quartiers les plus touchés : terrains de contestation et cibles des aménageurs

L’exemple de Gentilly

  • 13 Les portes ont été fracturées à la tronçonneuse par l'armée lorsque celle-ci recherchait les surviv (...)

36Gentilly se situe géographiquement comme socialement entre la population aisée de Lake View et celle plutôt défavorisée de Mid City ; East New Orleans quant à lui est un des plus récents quartiers de la ville. Ces quatre quartiers ont en commun d’avoir été très gravement inondés et désertés par obligation. Construits depuis 1940, ils constituent aujourd’hui ce qu’il convient d’appeler « la ville fantôme » parce que, solides, les maisons sont restées debout et que, vides, elles sont ouvertes à tous les vents13.

37Politiques, aménageurs et habitants s’accordent sur un consensus, celui du non-abandon et de la volonté de renaître plus fort : question déterminante pour la survie économique de la ville, perspectives de profits importants pour les aménageurs, lutte individuelle pour les propriétaires. Dans ce contexte où l’inégalité des forces est si marquée, les membres d’associations de quartiers montrent une capacité de réponse plus rapide et plus concrète. Le cas de Gentilly cristallise la problématique de la survie de l’identité des quartiers dévastés. C’est encore ici que le monde des aménageurs et celui des propriétaires risquent de vivre leurs plus graves affrontements.

  • 14 La 1ère communauté orthodoxe d'Amérique du Nord, fondée à La Nouvelle-Orléans en 1864 et relocalisé (...)

38Gentilly ne présente aucun des paramètres qui favorisent l’émergence d’une identité locale forte. Sorties de terre dans les années 1940, les maisons sont majoritairement simples et sans caractères spécifiques. Les commerces de proximité, moins nombreux, sont organisés en petits centres commerciaux « façon américaine ». à deux exceptions près, la Holy Trinity Greek Orthodox Cathedral14 et Mary Queen of Vietnam qui fédèrent des communautés religieuses très spécifiques et accueillent nombre d’hôtes à leurs fêtes, on ne trouve pas non plus de traditions, de corporations, de ciment culturel inébranlable. Dans ce contexte de dévastations très graves, la déstructuration sociale est particulièrement marquée. La communauté dispersée n’est pas seulement privée d’une grande partie de ses bâtiments, églises, écoles, commerces mais aussi et surtout de ses repères sociétaux.

  • 15 En 1965, inondation jusqu'à 1m d'eau dans les maisons.

39Logique, inévitable, la physionomie bouleversée du quartier laissait craindre un découragement définitif de cette population déjà ébranlée par Betsy15. Elle fit au contraire preuve d’une détermination à se prendre en charge qui force le respect. Dès octobre 2005, via Internet, se créent cinq associations de quartier, en réalité des subdivisions qui se regrouperont plus tard pour gagner en force et en crédibilité.

40En assumant très tôt leurs responsabilités, elles gagnèrent les autorités de vitesse et imposèrent la reconstruction précoce de quelques bâtiments qui marquèrent définitivement le visage de cette partie de la ville. Avant même que la FEMA n’ait édicté ses règles, les habitants obtinrent de la Mairie des permis de construire « en force ». Ils réussirent à imposer leur droit d’élever sur le même lieu, les mêmes maisons sur des pilotis suffisamment hauts pour les mettre à l’abri d’un désastre identique. L’union faisant la force, ils engagèrent les mêmes experts en structures et fondations, puis la même entreprise texane pour surélever leurs maisons, faisant baisser les coûts au regard du nombre de contrats signés. Bien que l’on ait à déplorer certains effets dommageables à cette précipitation : maisons de hauteurs inégales, parfois trop hautes (jusqu’à 4 mètres du sol), normes des pilotis incertaines… une douzaine de propriétaires impulsèrent un mouvement qui fit tache d’huile et en encouragea d’autres à les imiter au-delà du bloc de ces pionniers localement qualifiés d’« activists ». Aujourd’hui vacants, de nombreux terrains, parfois des blocs entiers, sont prêts à accueillir de nouvelles structures. Les panneaux revendicateurs « we are rebuilding »(Nous reconstruisons), « Gentilly will survive » (Gentilly survivra) (Photo 3) et les caravanes campées devant certaines maisons, témoignent de la détermination des propriétaires à effectuer leur retour quels que soient les enjeux ou décisions administratives.

Photo 3 : À Gentilly « Nous revenons, nous allons reconstruire ».

C. Maret

Image 4.jpg

41Par ailleurs, Gentilly sut relancer ses fêtes populaires si promptes à rassembler la population. S’il fut interdit à Gentilly en 2006 pour raisons sanitaires, le festival « retour vers le lac » eut lieu à Metairie plutôt que d’être annulé. Il revint en 2007 sur sa plage d’origine du lac Pontchartrain… tout comme le festival grec, sur ses pelouses redevenues vertes de l’église orthodoxe réhabilitée.

42Dans ce pays où la propriété terrienne est sacrée, la combinaison : détermination de la population / rôle des communautés représente une force capable de fédérer. Elle encourage, impulse le mouvement de retour (get back home) s’opposant à l’appropriation des terres, à bon compte, par les promoteurs immobiliers. Naturellement, ce mouvement ne concerne qu’une frange dure de convaincus qui restent minoritaires tandis que bien des voisins abandonnent la partie. Mais en modifiant le paysage de façon si marquante, leur exemple fit boule de neige, incitant d’aucuns à ne pas abandonner la partie, recroquevillés sur le verdict final de l’ultime programme d’indemnisation aux propriétaires mis en place par l’État de Louisiane : le Road Home Program.

Le Road home program16

43Ce programme d’assistance propose le rachat des propriétés sinistrées selon le calcul suivant : valeur de la propriété estimée pré-Katrina moins dédommagements d’assurances = indemnisation compensatrice. Suscitant de grands espoirs particulièrement chez les non-assurés, ce programme traîne une inertie à la mesure des 185 955 dossiers déposés. Les nombreuses réclamations allongent le traitement de chaque cas. Une fois dépositaire des terrains, l’état prévoit d’en confier la reconstruction à des lotisseurs qui répondront aux nouvelles normes. Les propriétaires ont le choix d’accepter ou non la compensation calculée, celle-ci étant soumise à une condition qui n’accorde aucune dérogation : le bénéficiaire doit se réinstaller en Louisiane et y rester 3 ans. La prise de conscience des progrès réalisés par les « pionniers » motive à la reconstruction individuelle, mais la réponse à ce programme d’aide financière bien que massive est accueillie avec méfiance :

44- Les dédommagements sont jugés insuffisants ;
- L’espoir d’initiatives municipales alternatives à celle de l’État reste vivace.

45Même s’il reste certain que les promoteurs immobiliers se partageront la plus grosse part de l’opération, la résistance de Gentilly montre que l’attachement au quartier fera fi de ses modifications physiques car la force de cette ville tient dans l’esprit qu’elle véhicule.

46La Nouvelle-Orléans se refera-t-elle ? Si la question se limitait au seul aspect physique de la ville, la réponse serait indiscutablement « oui, avec quelques modifications… mais en combien de temps ? ». Si, en revanche, on s’intéresse à l’identité culturelle de la cité, on sera tenté de dire qu’elle ne s’est jamais défaite !

47Inévitablement multiculturelle, la Louisiane entretient sa différence en appliquant le code Napoléon contre la common law, en appelant ses comtés des paroisses. Pour peu que l’on n’eût pas sévèrement réprimé le français à l’école au début du XXe siècle, elle serait peut-être aujourd’hui bilingue. La Nouvelle-Orléans s’en réjouit comme si elle désirait se démarquer d’une Amérique qui ne l’a jamais vraiment adoptée. Souvent qualifiée de sale, pauvre, criminelle – ce qui est en partie vrai –, l’attachement de la population à sa ville est une constante dans les enquêtes d’opinions, reportages de presse, blogs du net, audits ou discours officiels.

  • 17 Origine Poor boy (gars pauvre). C'est le sandwich louisianais à l'écrevisse, à l'huitre frite ou au (...)
  • 18 The Bayou boogaloo. http://thebayouboogaloo.com/
  • 19 (US census). Seulement devancée par la population de Santa Ana, Californie, avec 77,7 % - US Census (...)

48Forte de 45 festivals, jouissant d’us et coutumes dédiés à la convivialité, appuyée sur des lois et des infrastructures adaptées au tourisme, la ville offre une gamme de sorties peu onéreuses aidant les familles modestes à prendre du bon temps sans bourse délier. C.W. Canon (2006), un écrivain local ose même dire « qu’il est, ici, moins invivable qu’ailleurs d’être pauvre ». Provocatrice, cette affirmation trouve ses références dans quelques réalités vécues. Nul besoin de voiture pour aller à la fête, c’est elle qui vient à vous. Le flâneur profitera des groupes jouant aux terrasses, profitera des animations du parvis Saint-Louis. Il ira peut-être manger un crawfish Poboy17 à 5 dollars à la Parkway Bakery en écoutant les Washboard Chaz sans payer un cent de plus… Katrina a plongé la ville dans la souffrance, le drame, mais sa foi en la renaissance inspire une créativité féconde : littérature, peinture, photographie, musique et cinéma, tous les domaines en sont témoins. Un nouveau festival a même vu le jour dans le Bayou Saint John18. On savait que La Nouvelle-Orléans puisait sa force dans sa culture, on aura voulu montrer que cette force est décuplée dans l’adversité partagée. Le recensement de 2000 établit que 77,4 % des résidents de La Nouvelle-Orléans sont nés en Louisiane et y ont vécu la majeure partie de leur existence19. Gageons que cette proportion est encore supérieure aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Berque, A., 2003, « Lieu.1 », dans J. Lévy et M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Canon, C. W., 2006, « The New Orleans manifesto », dans B. Rutledge, Do you know what it means to miss New Orleans?, Seattle, Chin Music Press, p. 137-143.

Claval, P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan, 2e édit., Paris, Colin, 2003.

Falk, W., 2004, Rooted in place : family and belonging in a Southern black community, New Brunswick, NJ, Rutgers University Press.

Falk, W. et al., 2006, Hurricane Katrina and New Orleanians’ sense of place, Social science research on race, Du Bois review, 3, no 1, p. 115-126.

GIeryn, T., 2000, « A space for place in sociology », Annual Review of Sociology, 26, p. 463-496.

Hammilton, B., 2005, « Home has new meaning : Vietnamese vow to rebuild N.O. enclave », Times-Picayune, 22 octobre, p. 1.

Harwood, J., 2005, « Washington wire », Wall Street Journal, 9 septembre, A4.

Hummon, D., 1990, Commonplaces : community, ideology and identity in American culture, Albany, NY, State University of New York Press.

Jackson, M.-R., 2006, « Rebuilding the cultural vitality of New Orleans », dans D. Robert, Reishauer, After Katrina, rebuilding opportunity and equity into the new New Orleans, Nouvelle-Orléans, The urban Institute, février, p. 55-62.

KIPLING, R., 1906, A centurion of the thirtieth, Boston, Elibron Classic, dernière édition 1987, p. 75.

Lewis, P., 2003, New Orleans, the making of an urban landscape, Chicago, Center for American places.

Maret, I., 2006, « Washed away by Hurricane Katrina? », Journal of Architectural Education, septembre, vol. 60, n° 1, p. 15-17.

Maret, I., J. Brooks et R. Whelan, 2006, « La Nouvelle-Orléans, une ville en convalescence », Urbanité, décembre, p. 24-26.

Pelling, M., 2003, The vulnerability of cities. Natural disasters and social resilience, Londres, Earthcan Publications.

Reckdahl, K., 2007, « Credit problems are keeping many musicians out of musicians village », Times Picayune, 2 janvier.

Roig-Franzia, M., 2005, « If New Orleans is a blank canvas, many are posed to repaint », Washington Post, 14 septembre, A22.

Spitzer, N., 2006, « Rebuilding the ’Land of Dreams’ with Music », dans E. Birch et S. Watcher, Rebuilding urban places after disaster : lessons from hurricane Katrina, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, p. 305-328.

Sur internet http://www.espacestemps.net/document408.html

Times, P. (dir.), 2006, Katrina, the ruin and recovery of New Orleans, Baton rouge, Triomph Book. 131.

Vale, L. et T. Campanella, 2005, The resilient city : How modern cities recover from disaster, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Source : US Bureau Survey of the New Orleans area, january-august 2005 / september-december 2005.

2 http://www.nolanrp.com/final.php

3 Directeur du Centre de recherche en planification urbaine de l'université de Sydney, Australie.

4 Idem en 2007.

5 http://www.kreweduvieux.org/history.html

6 Consultable :

http://www.habitat.org/gulfrecoveryeffort/progress/06_01_2006_Habitat_Musicians_Village.aspx

7 Leader du Trémé Brass Band.

8 Consultable : http://www.nolanrp.com/final.php

9 Judy Morgan avait planté sa tente sur la dalle de sa maison détruite, attendant sa caravane FEMA.

10 Exécution par les Espagnols de Jean Noyan et des "martyrs de la Louisiane" en 1769.

11 Le double shotgun est une maison plus large dont le mur central sépare deux shotguns distincts selon un plan en miroir. Le camelback possède un étage dressé sur la moitié arrière de la maison.

12 Preservation Ressource Center of New Orleans : consultable sur http://www.prcno.org/aboutprc/mission.php

13 Les portes ont été fracturées à la tronçonneuse par l'armée lorsque celle-ci recherchait les survivants.

14 La 1ère communauté orthodoxe d'Amérique du Nord, fondée à La Nouvelle-Orléans en 1864 et relocalisée à Gentilly en 1950.

15 En 1965, inondation jusqu'à 1m d'eau dans les maisons.

16 Consultable sur http://www.road2la.org

17 Origine Poor boy (gars pauvre). C'est le sandwich louisianais à l'écrevisse, à l'huitre frite ou au bœuf.

18 The Bayou boogaloo. http://thebayouboogaloo.com/

19 (US census). Seulement devancée par la population de Santa Ana, Californie, avec 77,7 % - US Census 2000

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Maret, « La Nouvelle-Orléans n’a pas perdu son âme », Géographie et cultures, 65 | 2008, 33-52.

Référence électronique

Isabelle Maret, « La Nouvelle-Orléans n’a pas perdu son âme », Géographie et cultures [En ligne], 65 | 2008, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://gc.revues.org/1157 ; DOI : 10.4000/gc.1157

Haut de page

Auteur

Isabelle Maret

Institut d’urbanisme, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal
isabelle.thomas.maret@umontreal.ca

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org