Navigation – Plan du site

L’identité beyrouthine et la reconstruction

The Beirut identity and its reconstruction
Karim Abou-Merhi
p. 73-89

Résumés

Depuis la fin de la guerre en 1990, la région de Beyrouth a connu deux reconstructions. La première, dominée par la figure de Hariri, s’opéra pendant l’essor économique de l’après-guerre. Cette période de développement a été rattrapée par une seconde reconstruction inattendue, conséquence de l’offensive israélienne. L’identité fragile de la capitale libanaise tente de se définir à travers ce contexte. Les questions sur le patrimoine et la propriété divisent les principaux acteurs et ayants droit de cet immense chantier, ce qui n’est pas sans conséquence sur la stabilité sociale et l’unité de Beyrouth.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La fin des travaux était prévue pour 2015.

1Si une ville peut symboliser à elle seule la reconstruction, alors on se doit d’évoquer Beyrouth. On pourrait presque croire que Beyrouth vit par la reconstruction, qu’elle se nourrit de celle-ci sans passer l’étape de l’après. En plein chantier de la reconstruction Hariri1 qui a pour symbole l’immense chantier du cœur historique, une seconde reconstruction voit le jour, moins spectaculaire mais plus douloureuse, c’est la reconstruction de l’après été 2006. Beyrouth ne peut plus se projeter dans l’avenir, elle est comme figée dans ce cercle vicieux où une reconstruction en appelle une autre, en suivant une logique de déclenchement toujours similaire : celle de la guerre. Cette originalité qui conduit Beyrouth à être aussi familière avec les reconstructions qu’avec les destructions a sa source dans l’histoire : comment ne pas évoquer le cataclysme de 554 qui a rayé de la carte l’ancienne cité antique de Béryte ? Ces deux reconstructions ont-elles changé l’identité de la ville de l’après-guerre civile ?

La reconstruction Hariri

  • 2 Détruits par la guerre mais déjà largement modifiés par les Ottomans et les Français.

2 La guerre du Liban, qui s’est terminée en 1990, a ravagé le pays pendant 15 ans. Avec la paix, le pays et sa capitale ont pu alors commencer à se reconstruire. Cependant, la guerre n’était pas exclusivement synonyme de destruction : durant cette période difficile, on profitait des moments d’accalmie afin de reconstruire un pont, de tracer une route, d’ériger un immeuble… Ces chantiers restaient ponctuels, mais ils illustraient la volonté collective des Libanais de faire face à l’avenir. Le bilan de cette guerre était considérable, le centre-ville avait disparu, les quartiers d’habitation étaient en ruines, les façades étaient criblées de balles… Les débats concernant la mise en œuvre de la reconstruction furent donc mouvementés : comment fallait-il panser les plaies de la guerre ? Le sujet le plus houleux fut celui concernant le cœur historique de la capitale. Entièrement ravagé, cet espace de rencontre intercommunautaire avait perdu toute son âme, réduit à l’état de gravats, que fallait-il en faire ? Deux conceptions se heurtèrent, celle des intellectuels, des journalistes et urbanistes et celle dirigée par Rafic Hariri. La première recommandait de conserver les traces de la guerre et de les intégrer à la reconstruction, de préserver le patrimoine et de rebâtir à échelle humaine, en fonction des besoins actuels de la population. La seconde se projetait vers l’avenir, basée sur l’hypothétique retour de la diaspora libanaise devenue riche, avec ses capitaux étrangers (soit 40 milliards de dollars) ; tournée vers un tourisme méditerranéen de grand luxe. Cette reconstruction devait se donner les moyens gigantesques de son ambition : la méthode fut donc simple : la tabula rasa. Le débat a été tranché : en 1992, le décret numéro 2537 du 22 juillet constitue la société foncière mixte Solidere. Hariri alors Premier ministre se porte acquéreur de 7 % des actions (Naba, 1999, p. 39). Ce sont donc 180 hectares qui ont été rasés sur les restes des anciens souks ottomans2, du quartier juif de Wadi Abou Jamil et d’un patrimoine estimé comme celui de la place des Martyrs.

3 Les premières années de ce chantier se sont donc déroulées sans trop alarmer la population, à l’exception des 120 000 propriétaires et locataires des quartiers centraux n’appréciant pas d’être expropriés pour un projet urbain réservé à une élite. Le débat restait limité au cercle intellectuel jusqu’au jour où les Libanais ont ressenti le besoin de se rattacher à quelque chose : le patrimoine en train de disparaître sous les bulldozers.

  • 3 Mausolée de Ibn Iraq al-Dimashqi datant du XVIe siècle.

4 Pendant la démolition des souks, un étrange incident s’est produit. Sous le coup des pelleteuses qui détruisaient les souks du centre ville, souk Tawilé et souk Sursoq, un tombeau3 fut mis au jour. Ensuite un événement surnaturel aurait empêché les machines de poursuivre leur besogne ; paniqués, les ouvriers auraient pris la fuite. Cet épisode réveilla les consciences populaires et beaucoup prirent d’assaut le tombeau transformé en lieu saint. Les religieux revendiquèrent l’endroit et bientôt la société privée Solidere fut obligée de le conserver. De nombreux témoignages du passé n’ont pas eu cette chance : les vestiges d’une ville néolithique, le Tell (rempart et porte monumentale de la ville) comme un fort des Croisés, des tours hellénistiques, un quartier phénicien du Ve siècle av J.-C., deux nécropoles, le decumanus, etc., disparurent.

  • 4 D'après M. Davie, ce plan était conservateur, privilégiant la réhabilitation mais soucieux d'amélio (...)
  • 5 Cabinet d'études international très important, composé de 43 bureaux dans 29 pays, spécialiste des (...)

5 Basé sur celui de l’APUR de 19774, le plan de Dar-al-Handassah5, qu’a commandé Solidere pour 5 millions de dollars, ne s’encombre pas des problématiques locales : la ville est considérée comme un espace vide qu’on peut remodeler selon les exigences du commanditaire. Solidere et Rafic Hariri ne cherchent pas à générer de la démocratie participative en s’intéressant à l’opinion publique, la priorité est l’effacement total des stigmates de la guerre. Mais il faut que le plus grand chantier du monde soit rentable, on favorise alors la construction en hauteur pour faire de Beyrouth la Manhattan du Moyen-Orient. On gagne aussi sur la mer 60 ha en remblayant avec les gravats et déchets. Le territoire du centre-ville est donc nouveau, la ville millénaire n’est plus, Beyrouth doit donc reconquérir une identité territoriale.

L’imaginaire Hariri et la mémoire d’une ville

6 La notion de patrimoine dans les pays arabes est à l’exemple du Liban, tout à fait secondaire. Souvent occupée dans l’histoire par les conquérants étrangers, la capitale a été façonnée à leur image. Les Beyrouthins n’ont alors jamais pris conscience de leur espace public et encore moins de leur patrimoine(Akl et Davie, 1999). Et lorsqu’un peuple subit pendant 15 ans une guerre désastreuse, il est encore plus difficile de chercher à s’approprier une mémoire collective. Même aujourd’hui, le terme de patrimoine reste subjectif ; on ne connaît que trop bien les différences majeures avec les pays occidentaux. Pour un jeune pays, ceci rend encore plus difficile l’adhésion à cette notion qu’il devra traduire avec ses acquis. Il y a encore 10 ans, les Libanais regardaient curieusement les Occidentaux qui s’intéressaient à leurs vieilles pierres. Aujourd’hui, grâce au tourisme, l’idée fait timidement son chemin. Cependant, dans une période de reconstruction, lorsque le patrimoine commence seulement à être considéré, il apparaît très vite comme un obstacle au développement. Hariri profita donc de ce flou pour valoriser un discours d’avenir prometteur en exaltant chez les Libanais un sentiment de confiance totale, calquant l’idéologie de sa reconstruction sur celle de sa politique libérale. C’est ainsi que privatiser le centre-ville de Beyrouth se fit facilement. Ensuite, tout pouvait être redéfini en fonction d’un rêve souvent perçu par les opposants comme de la mégalomanie. Ce rêve, quoique modifié un peu par la pression de l’Unesco et des archéologues, devint réalité pour tous les Libanais sur un espace jadis public. On dut laisser les archéologues faire leur travail sans pour autant retarder les travaux, sans véritable cadre ni relevés.

  • 6 Rafic Hariri fut Premier ministre du gouvernement libanais de 1992 à 1998 puis de 2000 à 2004.

7 Ce centre-ville pluriculturel disparut, avec son quartier juif et ses églises de l’époque byzantine, pour faire place à une nouvelle définition de l’unité et de l’identité libanaise. Hariri bâtira en son sein une immense mosquée Mohammed al-Amine, jugée disproportionnée par ses détracteurs afin d’imposer une nouvelle image. Ce bâtiment éclipse par sa taille, les autres monuments religieux encore présents et minimise de fait l’histoire multiconfessionnelle de Beyrouth. Mais curieusement, un quartier résista aux assauts des machines : le quartier colonial de l’époque du Mandat français. Bien que le premier plan eût prévu sa destruction, il a été sauvegardé grâce à l’intervention d’architectes français, Louis Sato et Jean-Paul Lebas qui ont modifié le plan initial de Dar-al-Handassah, préservant ainsi 200 immeubles d’intérêt historique. En effet, le plan de 1992, dirigé par Henri éddé, ne prévoyait aucune conservation du patrimoine. Ce plan se différenciait notamment par l’isolation du remblai transformé en île grâce à un canal (Verdeil, 2002). Ce qui, pour ses détracteurs, accentuait l’élitisme du projet. Face aux méthodes utilisées par Solidere qui a modifié le plan pour augmenter la densité démographique et supprimer les espaces publics et les lieux culturels, l’architecte quitta le projet (éddé, 1997). Devant l’ampleur du chantier, il est donc curieux de constater qu’un seul type d’architecture historique ait été maintenu. Pourquoi avoir rasé la ville phénicienne unique preuve rarissime de l’ancrage historique de la ville dans le monde arabe antique et avoir conservé des bâtiments plus récents, d’origines ottomane et française ? L’idéologie Solidere devient alors assez opaque aux yeux du Beyrouthin, que cherche-t-on à lui transmettre et que cherche-t-on à montrer aux touristes ? Le Libanais s’interroge : Hariri avait-il honte de l’histoire arabe de la ville ? Lui qui était à l’époque Premier ministre6, préférait-il inscrire Beyrouth dans l’histoire occidentale ? Curieusement, parmi les fouilles archéologiques qui furent entreprises pendant le chantier, seuls quelques vestiges romains ont été intégrés à l’opération urbaine. Le rempart phénicien sera caché sous un pont. Les thermes romains font, par contre, une jolie perspective devant le Grand Sérail, autrefois demeure du gouvernement ottoman et aujourd’hui du gouvernement libanais.

  • 7 "Beyrouth était donnée comme la perle de la Méditerranée […] en sorte qu'il y aurait eu un moment u (...)
  • 8 "La destruction du patrimoine viserait plutôt à démontrer que le peuple libanais n'a pas de racines (...)

8 Tout porte à croire qu’on a œuvré pour donner à la ville une identité encadrée et maîtrisée en sélectionnant sa mémoire7. L’incroyable richesse du sol beyrouthin a été époussetée de sa complexité pour la rendre lisible8 grâce au tracé rationnel du plan orthonormé de Dar-al-Handassah. Encore faut-il faire aujourd’hui abstraction du no man’s land où se trouvait cette richesse. Car les opérations semblent surgir du sol au petit bonheur la chance, laissant des espaces déserts immenses entre eux.

9 Le quartier français de la place de l’Étoile qui a été conservé, construit à l’époque sur une partie des souks, n’a pas non plus été réhabilité de la manière la plus neutre. L’opération ne visait pas à redonner à la place son image d’antan, mais plutôt à lui donner un sens. Ainsi, le « façadisme » a été privilégié, et encore, certains éléments architecturaux ont été transformés. Les couleurs ont été rehaussées d’enduits chamarrés ce qui confère à ce lieu un aspect fantasmatique. Pour couronner l’opération, Hariri a replacé en son centre, là où avait été mis au jour d’autres richesses archéologiques, l’horloge Al-Abed déplacée pendant la guerre. Cette place de l’Étoile avec sa petite rue qui rappelle la rue de Rivoli est donc bien présente, mais pourquoi ce lieu plutôt qu’un autre ? Pourquoi cette place plutôt que celle des Martyrs ? Pourquoi aussi avoir restitué l’horloge quand ailleurs on détruit simplement le patrimoine ? La ligne idéologique de Solidere n’apparaît pas très rigoureuse : une fois on choisit la destruction, d’autres fois la réhabilitation, et encore d’autres fois la restitution à l’origine.

10 Beyrouth était connue pour avoir deux places importantes par leurs fonctions. Si la place de l’Étoile avait un objectif plus officiel, la place des Martyrs, quant à elle, remplissait un rôle plus populaire ; c’était même, le soir, le quartier de la prostitution. Très animée avec ses cafés et ses incessants passages de véhicules, la place des Martyrs avait une fonction de rencontre, c’était la gare routière centrale de la capitale libanaise. Les Beyrouthins s’étaient largement identifiés à cette place, chargée d’histoire bien plus que la place de l’Étoile. C’est sous l’Empire ottoman que cette place fut aménagée, elle gagna naturellement en importance avec la création de la route de Damas. Les Ottomans l’avaient dessinée autour d’un jardin circulaire avec une fontaine qui faisait face à un petit sérail aujourd’hui disparu. Sous le Mandat français, vers 1930, la place fut agrandie et ornée d’une statue, la statue des Martyrs.

11 À la différence de la place de l’Étoile, celle des Martyrs n’a pas été jugée conservable par Solidere ; aujourd’hui, elle n’est plus qu’une plaie béante donnant sur le port. L’opposition intellectuelle voit dans ce projet de réaménagement, le symbole fort d’une rupture avec l’histoire, d’une rupture avec la mémoire. Encore taxé de mégalomanie, ce projet veut être une immense perspective donnant sur la mer, où prendra place une avenue encore plus large que celle des Champs-Élysées. De la place des Martyrs, ne subsiste plus que la statue très symbolique à laquelle les Libanais sont attachés. Ce lieu chargé d’histoire ne s’est pourtant pas éteint en même temps qu’il a disparu. Dès qu’un rassemblement populaire est organisé, la place des Martyrs reste l’endroit privilégié pour communiquer et s’unir. La manifestation du 14 février 2007 confirme le rôle clef de cette place dans la symbolique libanaise. Deux ans après l’assassinat de Hariri, la place des Martyrs permet aux Libanais de montrer leur unité. Ce lieu vit donc autrement que par les cartes postales souvenir que tout Libanais possède afin de se rattacher à l’histoire oubliée par la reconstruction.

12 Quel est donc le rôle de Hariri dans cette reconstruction ? Ses détracteurs l’accusent d’avoir confondu son statut de Premier ministre avec ses intérêts personnels. D’ailleurs, d’autres personnages importants sont également actionnaires de la société Solidere. L’enjeu de cette reconstruction est donc porté par des objectifs financiers de rentabilité. L’objectif du nouveau centre-ville est d’être concurrentiel à l’échelle mondiale et non d’être en harmonie avec le reste du territoire. Les villes asiatiques qui, comme Shanghai, ont suivi le modèle de Manhattan, ont impulsé une nouvelle donne dans l’urbanisme moderne. Pour qu’une ville moderne triomphe, elle se doit d’avoir des tours et de regarder la mer. La vision d’Hariri sur Beyrouth ne fait pas exception. Solidere a bien prévu l’érection de tours jumelles, et le centre-ville deviendra un quartier d’affaires séparé du reste de la ville par des routes importantes qui assureront, en plus de leur fonction d’accessibilité, une fonction de barrage.

  • 9 "Une politique de dépenses qui fera passer la dette publique de 2 milliards de dollars en 1992 à 18 (...)

13Au final, que restera-t-il de l’ancien centre-ville avec ses deux places et ses souks ? En se reconstruisant, le centre-ville a pris une autre image, la ville arabe avec ses quartiers juifs et chrétiens n’est plus, les couches populaires ont été relogées en dehors de cet espace pour faire place à la venue hypothétique de riches Libanais émigrés et de riches touristes du Golfe. Les souks deviendront un centre commercial luxueux en total décalage avec les besoins impératifs des Libanais d’aujourd’hui dont 28 % vivent sous le seuil de pauvreté. Solidere a annoncé début avril 2007 que ses résultats pour l’année 2006 avaient été positifs : elle confirme une hausse de 20 % de son chiffre d’affaires, soit un profit net de 132,2 millions de dollars. Le centre-ville est donc devenu un marché, qui malgré les derniers événements, continue à faire recette dans le secteur privé mais qui a considérablement alourdi la dette du pays9. Pour les détracteurs, voir ainsi un espace public riche de plus de 2000 ans d’histoire se transformer en marché financier est une catastrophe. Le patrimoine désormais disparu n’aurait-il pu motiver un tourisme de masse et ainsi permettre le redressement économique de la ville ? La réappropriation de l’ensemble du centre-ville par tous les Beyrouthins est ainsi rendue plus difficile et la situation politique délicate du moment ne permet pas à l’économie de se dynamiser véritablement, surtout à l’échelle prévue dans ce projet ambitieux, car le bilan positif de Solidere se limite au marché de l’immobilier, et ne traduit absolument pas la réalité économique du moment. De plus, la reconstruction a engendré une montée des prix du foncier qui accroît les difficultés de logement pour les habitants dont les revenus restent modestes. Financièrement, le centre-ville, avec ses appartements pouvant atteindre 8 000 $ le m², est devenu inaccessible pour le Beyrouthin lambda.

14Finalement, la politique de reconstruction de Beyrouth apparaît opaque puisque des choix paradoxaux sont faits. Beyrouth, par la mutation de son centre-ville, n’a plus rien en commun avec la ville d’avant-guerre. En supprimant le centre multiconfessionnel, la reconstruction a favorisé la sauvegarde de l’ancienne territorialité des milices et a remis en cause la question de l’identité et de l’unité que le centre-ville préservait.

Une reconstruction de modernisation

  • 10 Le rapport annuel de l'Union européenne de l'année 1998 précise que le montant de l'aide européenne (...)
  • 11 Fondé en 1977, son rôle est de superviser la reconstruction et le développement du pays et de mobil (...)

15 On peut constater à quel point la reconstruction de Beyrouth a mis en avant l’espace du centre-ville bien que cet espace fût laissé à l’abandon depuis des années. Avec le projet de Hariri, les intellectuels, puis le public, ont montré leur attachement à ce lieu alors qu’avant, le sujet était peu évoqué. Hariri a au moins eu le mérite d’avoir ouvert un débat quand bien même il a peu écouté les recommandations adverses. Cette reconstruction a presque occulté l’intérêt pour le reste du territoire de la ville. Pourtant celui-ci aussi a bénéficié d’une intervention d’importance. La période Hariri s’est intéressée surtout à la rénovation des réseaux : que ce soit la voierie, le réseau électrique, de téléphonie, le service d’eau, les égouts. D’autres services, comme le ramassage des ordures ménagères qui polluaient les rues, ont été mis en place durant cette période très dynamique. L’Union européenne a aidé activement le pays en lui octroyant des aides importantes10 supervisées par le Conseil du développement et de la reconstruction (CDR)11. En quelques années, les réseaux de la ville ont été reconstruits, faisant très vite oublier la vie difficile que menaient les Beyrouthins avant ces grands travaux. Le visage de la ville s’est transformé sans pour autant modifier sa structure, ce qui a largement contribué à la popularité de Hariri. Beyrouth, hors centre-ville, restait Beyrouth mais en se modernisant, en perdant son image de ville dévastée et désorganisée. Les Beyrouthins ont très vite repris goût aux commodités d’une vie moderne que la guerre leur avait fait oublier. Grâce aux infrastructures routières, Beyrouth est devenue praticable à l’échelle de la voiture et des transports publics. Jusqu’au début des années 90, les embouteillages monstres étaient légion dans tout le périmètre de Beyrouth – et même à l’échelle de tout le pays – il fallait patienter des heures pour parcourir des distances qui aujourd’hui se font en 20mn. Ainsi, grâce aux investissements réalisés, Beyrouth est devenue plus sympathique pour l’habitant qui a pu commencer à se réapproprier sa ville en acceptant l’image positive qu’elle véhiculait à l’échelle de tout le pays et même des États voisins. Quel message que cette modernisation rapide pour toute la région ! Les Beyrouthins se sentaient victorieux et certains de reprendre leur place de leader dans le Moyen-Orient. Pour bien évaluer ce développement spectaculaire, il faut avoir à l’esprit l’aspect rudimentaire des infrastructures d’après guerre :

« Le Liban disposait en 1992 de 1 350 MW de puissance installée (production thermique et hydroélectrique confondue). […] De cette puissance nominale, seulement 500 à 600 MW étaient effectivement disponibles en 1992, imposant ainsi aux usagers un sévère rationnement de 6 heures d’énergie par jour. Les réseaux de transport et de distribution avaient également été gravement endommagés. » (CDR, Rapport d’activité de l’année 1996).

16 Aujourd’hui Beyrouth est suffisamment alimentée en électricité, le ronronnement bruyant des groupes électrogènes privés fait partie du passé.

17Par contre, contrairement à l’espace Solidere qui a été planifié, la rénovation du bâti du reste de la ville a été laissée aux initiatives privées. Aucun plan strict ne cadre les opérations et ne zone les différents besoins de la capitale. Les quelques lois d’urbanisme existantes sont les seuls arbitres de ces chantiers ponctuels. Mais aligner une rue, respecter la hauteur des toits et les normes architecturales est souvent gênant pour les promoteurs qui préfèrent gagner des mètres carrés habitables plutôt que de servir l’intérêt commun de l’esthétisme et de la sécurité. D’autant plus que la loi reste permissive au regard d’un besoin d’homogénéisation des quartiers, ce qui donne comme résultat une reconstruction disparate où un bâtiment luxueux moderne peut côtoyer un immeuble dangereux ou même une maison traditionnelle. Lorsqu’il y a contrôle de l’administration, qui prévoit normalement la destruction des constructions non conformes, la corruption permet souvent de régler le problème. Il est également prévu le versement d’une amende annuelle par le décret-loi n° 130/83 « équivalente à 10 fois la totalité des taxes perçues lors de l’octroi du permis de construire »(Mallat, 2003), mais cela ne stoppe pas suffisamment les mauvaises intentions. On constate également un laxisme sur l’octroi de ces permis de construire qui autorisent la construction sur d’anciennes friches, espaces d’aération urbains nécessaires pour apaiser la vie des citadins, l’administration n’ayant pas prévu de s’approprier ces terres pour des aménagements futurs. D’autre part, les propriétaires des vieilles demeures coloniales aux riches façades, ainsi que ceux des habitations traditionnelles vendent leur bien au plus offrant, souvent par nécessité. Et là encore, ce patrimoine n’ayant pas été classé, pour les mêmes raisons que celles évoquées plus haut, il finit par disparaître pour faire place à des immeubles modernes. Dans ces quartiers populaires, la mémoire s’efface ainsi, disparition autorisée par des règlements qui ne prennent pas en compte le besoin de racines.

18 Cette reconstruction des quartiers est une fois de plus polémique : sous cette modernisation, la ville de Beyrouth est entièrement privilégiée, ce qui accentue les disparités régionales et donc confessionnelles, puisque Beyrouth est à majorité sunnite. Les autres villes du pays souffrent donc d’un retard considérable, ce qui jouera son rôle aussi dans l’avenir, comme les derniers événements viennent à le prouver. La modernisation de Beyrouth s’est en même temps limitée au territoire administratif ; dès les quartiers frontaliers comme Sabra, la banlieue sud, chiite, apparaît comme un espace paupérisé dévoilant encore les traces de la guerre. Ici, les raccordements électriques se font encore sur le réseau de ville, ce qui offre un spectacle extraordinaire lorsqu’on lève les yeux pour apercevoir des lianes de fils électriques entremêlés anarchiquement. Les infrastructures routières sont dans le même état qu’auparavant, mitées de nids-de-poule et défoncées par endroit. Quant à l’hygiène des rues, elle reste encore tout à fait sommaire. Pour ces habitants du Sud de la capitale, la reconstruction n’est pas encore venue, à l’exception des grandes voies autoroutières qui cisaillent leurs quartiers. Certes, des investissements ont été faits pour améliorer la vie des habitants, mais face à l’ampleur des quartiers illégaux, véritables bidonvilles tels Hay el-Zahra (sur les terres de Ghobeiry, Chiah et Haret Hreik) ou celui de la plage de Jnah(Clerc-Huybrechts, 2006), comment intervenir efficacement sans rebâtir entièrement ou déplacer les quartiers ?

Été 2006 : coup d’envoi de la seconde reconstruction

19 Ainsi se poursuivait la reconstruction en ce début du XXIe siècle ; malgré une opposition virulente et des irrégularités dommageables, le Liban et sa capitale sortaient de la crise et reprenaient de plus en plus confiance face à l’avenir. Les tensions, politiques ou confessionnelles internes, s’estompaient pour laisser place à des affrontements idéologiques concernant non pas des croyances ou des intérêts claniques, mais la méthode de la reconstruction. Puis arriva le 14 février 2005, lorsque la voiture blindée de l’ex-Premier ministre fut soufflée par une bombe causant la mort de 22 personnes, dont Hariri, et blessant 220 autres. 64 jours plus tard, le député Bassel Fleyhane présent dans le convoi succombera à son tour. Beyrouth replonge dans l’horreur avec son lot d’attentats qui vont s’enchaîner, touchant aussi bien les civils que les hommes politiques et journalistes. C’est ainsi que peu à peu, le climat politique et social se dégrada : la reconstruction se poursuivait alors dans une atmosphère plus tendue et surtout, la perte de Hariri, chantre de la reconstruction et du rêve d’avenir, brisa profondément l’espoir de la population. Le retour à l’éternelle confrontation prolibanisme et prosyrien qui avait été endormie par l’euphorie de la modernisation du pays refit surface, ce qui redéfinit le contexte de la reconstruction. Il n’était plus question de critiquer la méthode du regretté Hariri, mais de défendre la liberté et le droit à la vie autant que l’autonomie du pays. La reconstruction devint le symbole de l’opposition anti-syrienne, et le chantier de la place des Martyrs, rebaptisée place de la Liberté, comme la rue Minet al-Hosn où Hariri trouva la mort, se transformèrent en espace de revendication nationale. Le débat sur le patrimoine devint moins virulent, car la priorité était de faire triompher la justice et d’affirmer l’indépendance du pays. Hariri, nouveau martyr, devint l’image même de cette unité nationale. Quant au Président prosyrien émile Lahoud, il était vu désormais comme un ennemi de la nation par l’opposition et les manifestants qui souhaitaient sa démission. Le climat s’apaise lorsque le 26 avril 2005 les troupes syriennes quittent enfin le pays, respectant ainsi la résolution 1559 de l’ONU.

20 Le 12 juillet 2006 transforma à nouveau le visage du pays et de Beyrouth, à la suite à l’enlèvement de 2 soldats israéliens par le Hezbollah qui espérait ainsi procéder à un échange de prisonniers. Israël riposte en lançant sur tout le pays une offensive de 33 jours (Mermier et Picard, 2007). La guerre fut essentiellement basée sur le pilonnage par l’aviation, ce qui a engendré des destructions très importantes dans le pays. Beyrouth n’a pas été épargnée par le feu : le 13 juillet, les raids visent la banlieue sud ainsi que l’aéroport. Le 15, la banlieue sud de Haret Hreik est à nouveau la cible des bombardements, le QG du Hezbollah est détruit ainsi que le port de Beyrouth et la corniche ; puis le 16 juillet, la télévision Al-Manar située à Haret Hreik est détruite. Le 17 juillet, la banlieue sud est encore visée. Le 19 juillet, des camions circulant dans le quartier chrétien d’Achrafieh sont bombardés. Le 20 juillet, la banlieue sud est encore touchée par 23 tonnes de bombes (Figure 1).

Figure 1 : Impacts à Beyrouth après l’offensive israélienne de l’été 2006

Image 1.jpg

21 Trente-trois jours ont suffi pour bouleverser la reconstruction de Beyrouth. Si la ville municipe, à l’exception du port, a été épargnée (les tirs sur Achrafieh étaient sans conséquence au regard du reste de l’offensive israélienne), la banlieue sud, quant à elle, a subi de lourdes destructions. Le centre d’Haret Hreik, fief du Hezbollah est devenu un immense no-man’s land, et les quartiers alentour ont été suffisamment touchés pour justifier une nouvelle reconstruction. Ce second grand chantier qui s’est ouvert au lendemain de l’offensive n’est pas dans la continuité de la reconstruction Hariri. Il n’y a pas lieu ici de faire des projets d’avenir, il faut rebâtir dans l’urgence pour reloger des centaines de familles, relancer l’économie et permettre aux communications de se rétablir. Après 5 semaines de paralysie, et malgré 18 millions de dollars de dégâts matériels, l’aéroport de Beyrouth a pu reprendre ses vols commerciaux. Les dons de la communauté internationale affluèrent pour permettre au Liban de se redresser. Cependant, la donne a changé ; avec ce conflit, un nouvel acteur de la reconstruction est entré en scène : Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, affronte le gouvernement sur ce terrain houleux.

22Le bilan des destructions dans la banlieue sud, notamment Haret Hreik est très lourd, la vue des photos aériennes dévoile un paysage dévasté sur un périmètre très étendu. Outre cette constatation d’importance au lendemain du conflit, la mise en œuvre de la nouvelle reconstruction dévoile une particularité locale liée à l’environnement sociopolitique. Les instances officielles du pays, occupées à organiser la reconstruction, à établir des rapports, à communiquer avec les pays donateurs afin de normaliser la situation et même dans le but de prévoir une réorganisation du tissu urbain, ont très vite été montrées du doigt par les populations victimes. Car parmi la population, le Hezbollah qui était bien implanté dans la région(Harb, 2003), contrairement à l’État, s’est très rapidement déployé pour effectuer les premiers travaux. La population voulant des résultats dans l’urgence a été très sensible à l’efficacité de l’association Djihad al-Bina du Hezbollah. Dès le 30 août 2006, l’équipe d’ingénieurs et de techniciens du parti de Dieu avait déjà recensé 90 % des dégâts dans la banlieue sud de Beyrouth. Selon leur estimation du moment, ce sont près de 4 000 appartements qui auraient été détruits dans toute la banlieue. Amnesty international (Idem) parle de 2 500 habitations détruites et 5 000 endommagées à Haret Hreik. Quant au CCR et au CSUE, ils identifient via les images satellitaires 326 immeubles détruits ou endommagés au total dans la banlieue sud, en plus des pistes de l’aéroport et des tronçons d’autoroutes (Cordis Europa, 2006). On recense aujourd’hui 279 immeubles totalement détruits et 811 endommagés.

23 Sans attendre le feu vert du gouvernement, le Hezbollah, ayant les mains libres par l’absence de ce dernier sur le terrain, pensait bien reconstruire à sa manière les zones sinistrées. Son mot d’ordre : reconstruire à l’identique les immeubles et infrastructures détruites. Le Hezbollah, avec les importants dons qu’il a offert aux populations, a ainsi investi 180 millions de dollars en aide directe, sans compter son aide en main-d’œuvre. Avec méthode et rigueur, les membres de Djihad al-Bina ont divisé la banlieue en secteurs et ont reporté les informations obtenues sur une carte. Et les travaux ont alors commencé rapidement.

  • 12 "La France réitère son appel à la levée immédiate du blocus", L'Orient le Jour, 6 septembre 2006.

24 De son côté, l’État, qui a besoin de normaliser la reconstruction et doit lutter contre l’urbanisation anarchique, a engagé une réflexion sur le sujet. Le 5 septembre 200612, Fouad Siniora a présidé une Commission de reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth composée de représentants du CDR, de la Direction générale de l’urbanisme (DGU), du ministère des Déplacés, des représentants des municipalités concernées, de représentants de l’ordre des ingénieurs et architectes, puis enfin du Hezbollah qui avait promis de se ranger aux côtés du gouvernement lorsque celui-ci engagerait ses réflexions, et du mouvement Amal. D’autres réunions ont suivi débouchant sur un exposé d’idées. Les objectifs de cette commission furent d’abord de dresser un bilan exhaustif de la situation d’après-guerre, puis d’organiser une reconstruction performante. Les partis s’opposèrent sur la mise en œuvre et l’objet de celle-ci. Encore une fois, deux idées majeures s’affrontèrent ; Samir Doumit, le président de l’ordre des architectes préconisait une planification urbaine pour assainir le tissu urbain et éviter les actions hasardeuses. Si Haret Hreik fut autrefois une banlieue planifiée par le plan écochard et répondait donc de fait aux normes de construction, avec la guerre du Liban de 1975-1990, l’urbanisme a vite dégénéré, comme en témoigne la hauteur des immeubles qui est passée de 6 étages à plus de 10. Les autorités espéraient donc réorganiser le site actuel et même profiter de la situation pour aérer le tissu, l’embellir avec des espaces verts. Assem Salam, l’ancien président de l’ordre des architectes, justifie largement ce point de vue, pensant même qu’exproprier les gens aurait été plus aisé vu l’ampleur de la situation. L’idée de la création d’une nouvelle société foncière a même été évoquée. Samir Daccache, président de la municipalité de Haret Hreik, préfère défendre le droit de propriété de ses citoyens dont les logements ont été régularisés par la loi de 1995 et les infractions lourdement punies par une amende. Il souhaitait que le nombre d’habitations reste inchangé malgré la densité urbaine que cela implique. S’il faut aérer le bâti, que l’on construise en hauteur pour aligner et élargir les voies (Makarem, 2006).

  • 13 "La banlieue sud ressortira bientôt de terre", Le commerce du Levant, septembre 2007.

25 Face à la lenteur décisionnelle, le 16 juin 200713, le Hezbollah a lancé le programme de reconstruction Waad dirigé par Hassan Jachi. Le gouvernement a accepté le projet puisque le Hezbollah, s’opposant à l’intégration au projet Elyssar, bloquait la reconstruction. Regroupant 42 entreprises du pays, l’objectif est de rebâtir pour 2009 la banlieue (divisée en 30 zones) à hauteur de 226,6 millions de dollars. Les fonds sont partagés entre le Hezbollah et l’État qui se cantonne à la réhabilitation des infrastructures. Waad prend en charge la reconstruction de 196 immeubles ; les propriétaires des 68 autres ayant choisi d’accomplir eux-mêmes cette tâche grâce aux aides de l’État, soit 53 000 $ par propriétaire. Le projet prévoit des constructions antisismiques, un élargissement des rues, la création de jardins publics et de parkings afin de rompre définitivement avec l’ancienne image de la banlieue. Par la présence forte du Hezbollah, l’identité confessionnelle de la banlieue restera inchangée. De plus, la politique néolibérale du gouvernement renforce le sentiment d’appartenance à une communauté presque indépendante, capable de prendre en charge son avenir. Cette reconstruction, qui n’a rien de gratuite, assure au Hezbollah sa pérennité politique grâce à son monopole. De toute évidence, la morphologie des quartiers concernés sera nouvelle ; quant au « ghetto », il va disparaître, non pas la mémoire et l’identité qui lui étaient associés. A contrario, le grand Beyrouth apparaît plus divisé que jamais : la banlieue « autonome » a percé au grand jour et ne peut plus être ignorée. Sorti grandi, le Hezbollah est entré dans une phase de confrontation avec le gouvernement, jouant de tout son poids pour retarder l’élection du prochain Président de la République, exigeant que soit prise en compte la voix de l’opposition.

Beyrouth restera-t-elle Beyrouth ?

26 Deux reconstructions en l’espace de 12 ans ont et continuent de bouleverser la capitale du Liban. Celles-ci ne peuvent s’opérer sans polémiques ni conflits idéologiques. Au début, les défenseurs du patrimoine historique se sont dressés contre les promoteurs. Puis, la nouvelle opposition défend les propriétaires contre la chance d’une revalorisation d’un espace délaissé. Beyrouth n’en a donc pas fini avec la reconstruction. L’ampleur des travaux et le poids de la dette resteront d’actualité pendant encore de nombreuses années et ne disparaîtront qu’avec une accalmie sur la scène internationale. Certains habitants se découragent et fuient le pays, les autres restent, par défaut ou par goût, attachés à une capitale à laquelle ils se sont identifiés. Le combat de la reconstruction est aussi le combat des populations pour la vie elle-même. Lorsque Beyrouth se rebâtit, elle donne un symbole fort et les habitants font corps avec cette idée. Cette volonté de résurrection par la pierre est actuellement plus importante que des questions de mémoire. Si Hariri a ouvert un débat sur le patrimoine, c’était à la faveur d’un contexte économique et politique plus favorable.

27 La question de l’identité territoriale est une problématique complexe qui fait appel à plusieurs facteurs : pratiques urbaines, confessions, patrimoines, mémoire et appropriation de l’espace. À Beyrouth, ces facteurs ne sont pas figés et peuvent même se transformer brutalement. La dynamique de la reconstruction, conjuguée au climat insécuritaire ne permet pas une projection dans l’avenir, même proche. Ce phénomène induit logiquement une carence dans la construction identitaire qui peut basculer rapidement de l’unité à la division. Finalement, cette instabilité identitaire apparaît à défaut comme une identité propre, dans laquelle le cycle de la reconstruction de Beyrouth joue un rôle majeur, puisqu’elle est le moteur de la vie urbaine. Identité et reconstruction sont donc étroitement liées. Le manque de repères, le sentiment exacerbé de nostalgie comme les rêves utopiques témoignent que la ville de Beyrouth ne sera plus jamais la même. Plus qu’une simple capitale, Beyrouth est devenue cette reconstruction.

Haut de page

Bibliographie

Akl, Z. et M. F. Davie (dir.), 1999, Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, Beyrouth et Tours, ALBA et UMR.

Beauchard, J., 2006, Beyrouth la ville, la mort, Luxembourg, éd. L’aube, p. 63.

Charara, W., 1999, « Les raisons de la chute de la maison Hariri », Le Monde diplomatique, mai.

Clerc-Huybrechts, V., 2006, Beyrouth : l’influence du foncier et des plans d’urbanisme sur la formation des quartiers irréguliers de la banlieue sud, Paris, Mappemonde.

Cordis Europa, 2006, L’UE prête son expertise scientifique aux efforts de reconstruction du Liban, 9 janvier. http://cordis.europa.eu/home_fr.html

Éddé, H., 1997, Le Liban d’où je viens, Paris, Buchet / Chatel.

Harb, M., 2003, La Dâhiye de Beyrouth : parcours d’une stigmatisation urbaine, Beyrouth, Genèses 51, juin.

Karam, N., s.d., L’archéologie à Beyrouth : l’identité en péril, Beyrouth, Université libanaise.

Makarem, M., 2006, « Quel sera le nouveau visage de la banlieue sud ? », L’Orient le Jour, le 9 octobre.

Mallat, H., 2003, Le droit de l’urbanisme, de la construction, de l’environnement et de l’eau au Liban, Bruxelles, Paris, Beyrouth, éd. Brulant, Delta et LGDJ.

Mermier, F. et É. Picard, 2007, Liban. Une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

Naba, R., 1999, Rafic Hariri. Un homme d’affaires Premier ministre, Paris, l’Harmattan, p. 39.

Verdeil, é., 2002, Une ville et ses urbanistes : Beyrouth en reconstruction, thèse de géographie, Paris-I, non publiée.

Haut de page

Notes

1 La fin des travaux était prévue pour 2015.

2 Détruits par la guerre mais déjà largement modifiés par les Ottomans et les Français.

3 Mausolée de Ibn Iraq al-Dimashqi datant du XVIe siècle.

4 D'après M. Davie, ce plan était conservateur, privilégiant la réhabilitation mais soucieux d'améliorer l'accès au centre-ville. Discontinuités imposées au cœur de la ville : le projet de reconstruction de Beyrouth, colloque international, Talence, 23-24 mars 1995.

5 Cabinet d'études international très important, composé de 43 bureaux dans 29 pays, spécialiste des villes des pays en voie de développement en Afrique comme au Moyen-Orient et en Asie.

6 Rafic Hariri fut Premier ministre du gouvernement libanais de 1992 à 1998 puis de 2000 à 2004.

7 "Beyrouth était donnée comme la perle de la Méditerranée […] en sorte qu'il y aurait eu un moment unique, qui rendrait aujourd'hui la capitale comme étrangère à elle-même", (Beauchard, 2006, p. 63).

8 "La destruction du patrimoine viserait plutôt à démontrer que le peuple libanais n'a pas de racines aussi anciennes." (Karam).

9 "Une politique de dépenses qui fera passer la dette publique de 2 milliards de dollars en 1992 à 18 milliards début 1999" (Charara, 1999).

10 Le rapport annuel de l'Union européenne de l'année 1998 précise que le montant de l'aide européenne s'élevait à 130 millions d'euros entre 1995 et 1999.

11 Fondé en 1977, son rôle est de superviser la reconstruction et le développement du pays et de mobiliser les fonds pour les différents programmes engagés et de les gérer. Il dépend directement du Conseil des ministres.

12 "La France réitère son appel à la levée immédiate du blocus", L'Orient le Jour, 6 septembre 2006.

13 "La banlieue sud ressortira bientôt de terre", Le commerce du Levant, septembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karim Abou-Merhi, « L’identité beyrouthine et la reconstruction », Géographie et cultures, 65 | 2008, 73-89.

Référence électronique

Karim Abou-Merhi, « L’identité beyrouthine et la reconstruction », Géographie et cultures [En ligne], 65 | 2008, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1177 ; DOI : 10.4000/gc.1177

Haut de page

Auteur

Karim Abou-Merhi

Espaces, nature et culture, UMR 8185
aboumerhi.karim@neuf.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org