Navigation – Plan du site

L’espace ludique, un espace à part

Le regard de la littérature
The recreational space: a separate space: the literary perspective
Natalia Leclerc
p. 9-24

Résumés

L’espace ludique est un espace parallèle à celui de la vie quotidienne. Cette caractéristique, communément admise, a toutefois des implications différentes selon que l’on observe la réalité à travers le regard de l’anthropologue ou celui, légèrement décalé, de l’écrivain. Pour ce dernier en effet, le joueur ne joue pas seulement pour se détacher brièvement des nécessités de la vie usagère, il met en jeu sa vie même. Dans la fiction, appréhendée ici comme éclairage complémentaire à l’anthropologie, l’espace ludique prend donc les dimensions d’un espace métaphysique, et la frontière qui le sépare de la vie quotidienne prend de nouvelles fonctions. Elle fait de l’espace ludique un espace marginal et étranger, dont la dimension rituelle permet une interrogation du sacré.

Haut de page

Texte intégral

1Une définition traditionnelle et ancienne de l’espace ludique, celle que propose par exemple R. Caillois dans Les jeux et les hommes (1967), met en avant l’idée de la séparation. Le joueur ne se trouverait pas dans l’espace de la vie quotidienne. L’espace ludique serait à côté de la réalité, de même que le jeu est un à-côté de la vie habituelle. Cet article reprend le postulat que la littérature et le roman en particulier peuvent à bien des égards être considérés comme de véritables « géographes » (Brosseau, 1996) : ils construisent des lieux et des configurations spatiales originales et cohérentes, et peuvent offrir de multiples éclairages sur les espaces des sociétés, notamment lorsque, comme dans le cas du jeu, ces derniers sont de part en part traversés par des significations symboliques et esthétiques collectivement partagées.

2Le traitement littéraire de la thématique du jeu apporte en effet un éclairage particulier : la fiction s’intéresse aux joueurs qui ne peuvent vivre en dehors de l’espace ludique. De nombreux écrivains, dont le plus célèbre est Dostoïevski, ont abordé ce phénomène d’un espace ludique devenu central pour un individu. Dans cet espace non plus juxtaposé, mais situé au cœur de son existence, le joueur ne pratique pas une activité parallèle ou subalterne : il joue sa vie. Il est alors surtout question de jeux de hasard, mais des jeux de cartes nécessitant une stratégie ou un calcul, comme le whist ou le poker, peuvent être exploités. La littérature fait de ce type de joueur le paradigme de l’homme en quête de sens, et qui, par le jeu, interroge son destin ; et on peut se demander ce que cette exploitation par la fiction du thème du jeu et de la structure que constitue l’espace ludique peut nous apprendre sur le jeu, en regard des études anthropologiques ou historiques. On verra en particulier que l’idée d’espace parallèle, juxtaposé à celui de la vie usagère tend à être remplacée par l’idée d’un espace situé au cœur de l’existence humaine, qui lui donne son sens. Ce travail s’intéressera donc aux différentes approches de l’espace ludique, avant d’identifier les caractéristiques sociales et existentielles que lui confèrent, de manière éventuellement ambivalente voire contradictoire, des œuvres littéraires issues d’un corpus large allant de la satire antique au roman contemporain. Enfin, on verra les spécificités de la clôture de cet espace, et son rapport possible au rituel.

Un espace ludique ou des espaces ludiques ?

Dans la tradition des sciences humaines et sociales, un espace juxtaposé à la réalité usagère

3Le jeu comme phénomène anthropologique est très étudié depuis la parution en 1938 de l’essai de J. Huizinga, Homo ludens, dont les analyses sont souvent considérées comme une référence, même si elles sont loin de permettre le traitement de tout phénomène ludique. L’historien y donne une définition générale du jeu, qu’il présente comme :

  • 1 HUIZINGA Johan, 1951 pour la traduction en français (1938), Homo ludens, essai sur la fonction soci (...)

4[…] une action libre, sentie comme « fictive » et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d’absorber totalement le joueur ; une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité ; qui s’accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données, et suscite dans la vie des relations de groupe s’entourant volontiers de mystère ou accentuant par le déguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel1

5Nous verrons dans quelle mesure la représentation que la littérature fait du jeu coïncide avec cette description. Retenons que, pour ce qui concerne la spatialité, J. Huizinga souligne l’extériorité du jeu par rapport à la vie courante, et le caractère « circonscrit » de son espace, dont il pose l’existence.

  • 2 GUSDORF Georges, 1967, « L’esprit des jeux », R. Caillois, Jeux et sports, Paris, Gallimard, coll. (...)

6Dans cette optique, le jeu est vu comme évoluant dans un espace séparé, mais surtout provisoire. G. Gusdorf, dans « L’esprit des jeux2 », complète l’idée de la clôture de cet espace par le fait qu’on y entre et qu’on en sort librement et que ce qui s’y produit n’a aucun impact sur la vie usagère. Dans cette analyse, l’essence même du jeu étant la liberté, l’espace ludique n’est par définition pas un espace contraignant, et sa clôture n’est pas une fermeture. Elle n’a pour fonction que de séparer l’espace de la vie sérieuse, où les actes ont des conséquences, de l’espace de la vie ludique, gratuite, où les actes sont leur propre fin. Inversement, l’espace ludique est détaché des nécessités du réel qui n’ont aucune influence sur lui. Pour G. Gusdorf, le joueur y reprend la maîtrise de lui-même dont le monde peut le priver. L’homme y recrée sa vie, et peut aller jusqu’à y évoluer comme autre que lui-même. Il est donc essentiel à l’homme et ne lui préexiste pas : c’est par le jeu, par le fait même de jouer que l’homme crée cet espace indispensable à son existence. Il constitue aussi une zone de sécurité : le joueur est dans une zone où il échappe à la responsabilité. L’espace ludique est donc un miroir déformant de la réalité, et l’auteur parle de sa stylisation : il est un reflet du monde, mais simplifié. Ce qui se passe dans l’espace ludique est détaché de tout pragmatisme : quand on joue, on ne fait, à proprement parler, rien, contrairement au travail. L’espace de jeu est vu comme autotélique et autonome. Nous verrons que la plus grande partie de ces données est exploitée différemment par la littérature, qui modifie ces caractéristiques, voire les inverse, pour créer un espace ludique d’une autre nature.

7D’ailleurs, la fiction postule l’existence de cet espace : les personnages viennent au casino, dans une salle de jeux, une taverne ou un salon personnel, avec l’intention de jouer. Ils cherchent dans cet espace une activité spécifique, qui leur préexiste. Les occurrences d’un espace institué comme ludique par le jeu sont rares. Le postulat duquel on peut partir est donc celui d’une discontinuité, d’une hétérogénéité fondamentale de l’espace ludique. Il est pris en considération par les sciences humaines et sociales aussi bien que par l’art, et nous allons voir à partir de quel point ces deux champs intellectuels divergent.

Pour les moralistes et les législateurs, un espace à écarter

  • 3 Le développement des jeux en ligne pose la question sous une nouvelle forme qui exige que le problè (...)
  • 4 On retrouvera des éléments de l’histoire de la réglementation du jeu de hasard depuis le Moyen Âge (...)

8Le regard sur le jeu de hasard et sur la nature de l’espace ludique a subi une nette évolution. La condamnation morale de cet espace craint parce que séparé, ou séparé parce que craint, domine jusqu’à l’époque romantique, où le jeu commence à apparaître de manière plus régulière dans la fiction. Ainsi, pour les moralistes classiques comme pour le pouvoir politique, l’espace du jeu de hasard doit être écarté de la cité et de l’espace où l’on travaille3. Les rapports de police en France moderne témoignent d’une réglementation sévère, mais inefficace, en la matière4. On trouve trace de cet éloignement avec la législation visant à interdire la construction de casinos dans un rayon inférieur à 100 km de Paris, et à les cantonner dans les stations balnéaires, thermales ou les villes touristiques. Le joueur est par nature un itinérant, un sujet en déplacement.

  • 5 Juvénal, Satyre, texte établi par Pierre de Labriolle et François Villeneuve, émendé, présenté et t (...)

9Cette problématique de la séparation est ancienne puisque dès l’Antiquité, le jeu est critiqué comme vecteur de paresse, et à Rome, il est vu comme facteur de sédition. Il vient perturber l’espace public. Dans ses Satyres, Juvénal (Juvénal, 2005) décrit Rome comme le temple du vice, et le réquisitoire contre le jeu y occupe une place importante. L’espace ludique est celui de comportements déviants, par l’utilisation de l’argent qui y est faite5. La cohésion sociale est en péril, comme si l’espace ludique perturbait la structure même de la communauté, et pour le satiriste, il est contradictoire d’être un joueur lorsqu’on est bien né : on devrait rester dans l’espace de l’honnêteté, au lieu de se compromettre dans la sphère du vice.

10À l’époque classique, en France, les moralistes, comme La Bruyère (1695), dans le chapitre « Des biens de fortunes » de ses Caractères, condamnent encore les jeux de hasard, tandis que les jeux de commerce, qui impliquent l’utilisation de la réflexion, sont tolérés. L’argent constitue le nœud du problème moral. Autre danger pour les catégories sociales privilégiées, le jeu, permettant de faire fortune sans effort, accélère l’ascension de la bourgeoisie et menace d’être un facteur de démocratisation, raison pour laquelle l’autorité royale le pourchasse. Les établissements publics et privés sont donc traqués par la police, qui ordonne leur fermeture : le jeu est vu comme une gangrène sociale. Espaces social et ludique sont considérés comme perméables et il faut protéger le premier de la contagion qui provient du second.

Dans le cadre esthétique, l’espace ludique est le lieu du verdict

  • 6 C’est tout le sens de la construction du mur dans La musique du hasard de Paul Auster : les deux pe (...)

11À partir de la fin du XVIIIe siècle, le jeu devient plus fréquent dans le domaine esthétique et la fiction montre l’espace ludique comme le lieu d’une prise de risque existentielle. Le traitement littéraire se démarque alors du traitement moral et social. La clôture de l’espace ludique est représentée en littérature, mais le séjour du joueur dans cet espace n’est pas toujours provisoire, et le joueur n’est pas libre d’en sortir6 – à moins qu’il n’en sorte que pour mourir, devenu incapable de vivre dans la réalité. De même, loin d’être déconnecté de l’espace réel, l’espace ludique fictionnel a une influence directe sur lui et en constitue le cœur. Il n’est en rien l’espace de la gratuité : dans La condition humaine, la passion de la roulette qui saisit Clappique l’empêche d’honorer le rendez-vous auquel il doit prévenir Kyo, pourchassé par les milices de Chang-Kaï-Shek, du danger qu’il court. Il en vient littéralement à jouer la vie de Kyo à la roulette – et à la perdre. L’espace ludique est celui de la crise du sujet et du verdict.

12Le jeu devient ce qu’il y a de plus sérieux pour le joueur, et les actes accomplis dans l’espace ludique ont un impact sur sa vie réelle, qu’ils déterminent. C’est même dans l’espace ludique que le joueur trouve un sens à sa vie : les personnages de Dostoïevski ou de Zweig sont victimes d’une aliénation au jeu – au sens où ils ne s’appartiennent plus –, et en dehors de son espace, leur vie ne vaut rien. La problématique de la liberté est également réévaluée : si les joueurs sont dépossédés d’eux-mêmes, ils s’aliènent librement. Ils font le choix de se soumettre à une logique dont ils ne sont pas maîtres, logique transcendante censée structurer leur existence. En ce sens, l’espace ludique en littérature, loin d’être protégé, est au contraire le lieu de la prise de risque maximale.

13L’espace ludique est un espace à part, quel que soit le filtre de l’analyse, mais la nature de cette marginalité varie selon l’éclairage. Nous nous intéresserons désormais exclusivement aux approches littéraires, elles-mêmes diverses, de manière à cerner ce que ces traitements de l’espace ludique apportent à la compréhension du concept.

Le contenu social et existentiel de l’espace ludique en littérature

Un espace à la marge

14L’examen de l’aspect social du joueur soulève la question de la nature élitiste ou démocratique de l’espace ludique, et celle des spécificités de son caractère marginal. La littérature travaille l’idée de fermeture de l’espace ludique. La clôture est consubstantielle au moment du jeu, mais elle tend aussi à créer une société de joueurs, dont l’accès est réglementé et dont la sociologie évolue dans le temps. La littérature médiévale met en valeur l’association essentielle entre joueur de hasard et voleur ou tricheur, comme le montrent la pièce de Bodel Le jeu de saint Nicolas ou les fabliaux. Le joueur est alors moralement condamné tout en étant implicitement valorisé pour sa ruse. Sa situation à la marge de la société constitue une forme d’élitisme inversé : ne triche pas qui veut. Puis il change de catégorie sociale : la littérature continue de produire des tricheurs vivant de l’arnaque (sur le modèle classique des Tricheurs de Georges de La Tour), mais apparaît surtout le fils de bonne famille ou le petit-marquis dans les comédies post-moliéresques, parfois le petit noble se compromettant avec des filous, et le joueur vient dans les marges pour s’encanailler. Mais cette fréquentation de l’espace ludique fait partie du code social attendu pour le fils de bonne famille, et reste donc toujours essentielle. L’ambivalence de la signification de l’espace ludique s’accentue lors de la mutation suivante de la sociologie du joueur, qui, à partir de l’époque romantique, se rattache au pur milieu aristocrate. Cette fois, l’appartenance à la noblesse devient une marginalité inversée, comme l’illustrent les personnages de Barbey d’Aurevilly : pour préserver la pureté de leur race, ils s’isolent de la société bourgeoise de leur époque. Dans ce huis clos, leur unique passion est le jeu. Quelle que soit la configuration sociologique, l’espace de jeu apparaît comme un espace aristocratique au sens étymologique du terme, celui des « meilleurs ».

15Dans cette marge, la valeur des objets relève d’une logique propre. Dans l’incipit de La peau de chagrin, la vie de Raphaël vaut un napoléon, la dernière pièce que possède le jeune homme. L’argent est un simple outil de jeu, détaché de la volonté de s’enrichir, démonétisé par son entrée dans l’espace ludique. Pour l’aristocrate, les dépenses au jeu sont apparentées aux dépenses dites « de prestige » (Elias, 1969). Ce joueur ne se soucie guère de perdre de l’argent, et encore moins d’en gagner. L’aristocratie sociale est particulièrement productive en fiction : elle joue pour donner un sens à sa vie, à une époque où elle a perdu ses prérogatives sociales et politiques. Dans Les voyageurs de l’impériale, Pierre Mercadier croise le joueur idéal : la vieille lady Hutchinson. Elle joue tous les soirs pour donner sens à son existence, et peut perdre indéfiniment : elle finira toujours par gagner puisque, ironiquement, Aragon fonde sa richesse inépuisable sur la vente de mitraillettes et donc sur la nature belliqueuse de l’homme. L’espace ludique est un laboratoire de la condition humaine.

L’espace de l’épreuve

16D’ailleurs, cette caractéristique expérimentale apparaît dans le fait que, lorsque le joueur est un roturier, la motivation de la quête de richesse est aussi superficielle. L’espace ludique est l’espace du verdict et du questionnement existentiel. Herman, héros de La dame de pique de Pouchkine, est marginal à plusieurs titres : ingénieur de l’artillerie fréquentant les milieux aristocrates, il n’est pas aristocrate lui-même, ce qui est une première forme de marginalité. Son comportement au jeu semble déterminé par son rapport à l’argent, puisqu’il ne souhaite pas risquer le nécessaire dans l’espoir de gagner le superflu. En termes métaphysiques, il ne souhaite pas être victime du hasard. Il reste à la marge du jeu, en spectateur, mais passionné, qui passe des nuits à regarder ses camarades jouer. Il ne se lance dans l’espace ludique lui-même que lorsqu’il se trouve – ou croit se trouver – en possession du secret de trois cartes gagnantes, et pense jouer avec l’assurance de gagner. Il va au jeu pour voir s’il est effectivement capable de maîtriser le hasard.

  • 7 BARBEY D’AUREVILLY Jules, 1973 [1874], Le dessous de cartes d’une partie de whist, in Les diaboliqu (...)

17Étant donné le sens symbolique et existentiel de cet espace, on ne sera pas étonné de constater que les textes en dramatisent fortement l’entrée. Hétérogène à la réalité, il pose la question de l’entrée physique mais aussi sociale : il faut y être admis, en particulier quand on joue dans un espace privé, et prouver son appartenance à la communauté des joueurs. Or les pairs sont prompts à considérer un nouveau joueur comme un intrus à exclure. Le problème de la légitimité se pose à Herman, qui doit être officiellement introduit chez Tchekalinski par son ami Naroumov. L’insertion est plus difficile dans Bal masqué, de Lermontov : le Prince, un nouveau joueur de la même catégorie qu’Herman, voit les anciens joueurs se liguer contre lui et tenter de le faire perdre. L’entrée dans l’aire de jeu constitue un événement, qui induit une ritualisation et une mise en scène. Mais que faut-il pour être autorisé à franchir le seuil de l’espace ludique ? Pour les jeux mettant en œuvre une stratégie, comme le whist, ancêtre du bridge, il faut être un joueur renommé. Dans la nouvelle de Barbey d’Aurevilly, Le dessous de cartes d’une partie de whist, Marmor de Karkoël, un étranger et pire, un protestant, est néanmoins accepté, grâce à sa réputation de « meilleur joueur de whist des Trois Royaumes7 ». Mais dans un jeu aussi démocratique que la roulette ou le pharaon, où aucune compétence n’est requise et où n’intervient que la chance, il faut avoir l’âme d’un joueur, jouer pour jouer ; ne pas se soucier de l’argent ; et jouer régulièrement, quitte à se ruiner. Le Prince de Lermontov comme l’Herman de Pouchkine sont des nouveaux joueurs, comme l’on parle aujourd’hui de « nouveaux riches ». Ils viennent pour gagner.

  • 8 SUISSA Jacob A., 2005, « La construction d’un problème social en pathologie : le cas des jeux de ha (...)

18En théorie, l’espace ludique a donc les traits d’une république des joueurs. Dans ses illustrations littéraires, l’espace, situé entre élitisme et démocratie, est paradoxal : élitisme en raison du rejet des intrus, démocratie en raison de l’absence de compétences nécessaires pour entrer dans le jeu. Cette dernière affirmation est à nuancer, car la maîtrise d’un tapis de roulette et des stratégies de mises est complexe et suscite un art du jeu. Elle génère des comportements non ludiques tels que l’élaboration de martingales, de calculs fondés sur la croyance en une logique du hasard. En outre, la fortune du joueur est déterminante, que ce soit dans la fiction ou dans la réalité. Des enquêtes comme celle de J. A. Suissa8 rappellent que dans les milieux aisés, il faut trois ou quatre générations pour aboutir à une ruine au jeu, tandis que dans les milieux populaires, une seule génération suffit. Dans Le joueur, Dostoïevski établit déjà une typologie des joueurs et distingue les gentlemen, qui jouent pour le spectacle, des roturiers, qui ne sont pas les héros des fictions et qui jouent dans l’espoir de s’enrichir. De même, à l’encontre du principe égalitaire, mais aussi pour protéger les joueurs, certaines salles des casinos ne sont accessibles que sur paiement.

19Ainsi, l’utopie d’une république des joueurs est battue en brèche et le constat d’un règne de l’individualisme et de la solitude s’impose. Cette solitude fondamentale permet à peine de parler d’une communauté. Aucun contrat social ne lie les joueurs dans l’espace ludique que les fictions présentent comme un cadre contenant des agrégats d’individus. Tout au plus, les règles du jeu imposent-elles des rapports entre joueurs, ou entre les joueurs et la banque, ou des comportements destinés à éviter la tricherie – que l’on ait un adversaire ou que l’on joue contre le destin. L’espace ludique s’apparente davantage à un cadre externe qu’à une structure interne. Le joueur est un être à part.

L’espace de l’ailleurs et de l’altérité

20En effet, dans l’espace ludique, le joueur est un sujet qu’il est difficile de définir comme personne. Il est plutôt un moi pur, un individu, sans attaches, sans famille, un autrui radical. De retour du casino de Monte-Carlo, le personnage de Pirandello, Mattia Pascal a l’opportunité de se défaire de liens familiaux étouffants : il y apprend par la presse qu’un cadavre a été identifié comme le sien – d’où le titre du roman Feu Mattia Pascal – et prend une nouvelle identité pour tenter une nouvelle existence. Le casino n’est pas pour Mattia Pascal un lieu social de divertissement, mais le lieu de sa métamorphose, l’antichambre de son départ vers l’ailleurs. De même, lorsque Pierre Mercadier abandonne une famille bourgeoise et une vie sans intérêt, il part se perdre au jeu. Le joueur de Dostoïevski, celui de Zweig, sont des solitaires à qui l’amour est interdit, ainsi que toute relation sociale ou familiale. Les joueurs sont des étrangers au monde – à moins qu’il ne soit nécessaire d’être ailleurs ou d’ailleurs pour jouer. Le jeu en littérature est intrinsèquement une situation d’étrangeté.

21Le motif de l’espace étranger est thématisé par les auteurs : Herman est un Allemand installé en Russie, Marmor est un Écossais venu en France. Dans de nombreux textes, le jeu se fait à l’occasion d’un voyage, d’un séjour à l’étranger, ou d’une expatriation : dans La condition humaine, Clappique est à Shanghaï.

22Les auteurs peuvent surdéterminer la notion d’étranger et exploiter le caractère cosmopolite des espaces de jeu, comme les casinos, situés dans des villes de villégiature et de passage. Le groupe dont le narrateur de Dostoïevski raconte les histoires est composé de nationalités diverses, dans la ville d’eaux allemande fictive de Roulettenbourg. Cette société cosmopolite comprend un Anglais et des Français ; les personnages principaux sont les Russes. Ils sont des étrangers les uns pour les autres, fonctionnent selon des codes culturels différents. Pourtant, l’espace ludique n’est pas un lieu de rencontre, mais de simple coexistence. Individualiste, le joueur ne crée guère d’échanges avec les autres. Dans La poétique de Dostoïevski, M. Bakhtine rappelle que ces expatriés sont détachés de la vie et des règles ordinaires : le jeu ne peut se déployer qu’à l’étranger, là où il y a du jeu au sens mécanique du terme, et ce n’est qu’en dehors de sa Russie que la grand-mère se laisse aller à la folie, unique moment où elle vit pleinement, avant de mourir.

23L’espace ludique est donc l’espace où le joueur pourrait rencontrer l’altérité, y compris la sienne propre, si la barrière de l’individualisme ne l’en empêchait. Face au verdict que le jeu impose au joueur sur le sens de son existence, sa solitude, sa fermeture au reste du monde et aux autres en sort plutôt renforcée.

24L’étrangeté de cet espace se traduit donc par un mélange de caractéristiques : il est à la fois un espace public, bien que clos, et un espace privé, voire intime, car le jeu se joue aussi dans l’esprit du joueur lui-même. C’est en tout cas un espace où le joueur est mis à vif.

Les questions de la frontière et du passage dans l’espace ludique

25Le passage de l’espace de la vie quotidienne à l’espace ludique est une condition sine qua non du jeu. Que signifie l’entrée dans l’espace de jeu ?

Une frontière créatrice d’ordre et de désordre

  • 9 BALZAC Honoré, 1974 [1830], La peau de chagrin, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », p. 23.

26Dans l’incipit de La peau de chagrin, le narrateur souligne ce que cette entrée a de fondamental, en en décrivant longuement la progression. L’entrée de la maison de jeux est gardée par un vieillard, un « triste Cerbère9 », et la métaphore du tripot comme lieu infernal est longuement filée. Pour y entrer, il faut se métamorphoser physiquement :

  • 10 BALZAC, op. cit., p. 22.

[...] déjà votre chapeau ne vous appartient pas plus que vous ne vous appartenez à vous-même : vous êtes au jeu, vous, votre fortune, votre coiffe, votre canne et votre manteau. À votre sortie, le jeu vous démontrera, par une atroce épigramme en action, qu’il vous laisse encore quelque chose en vous rendant votre bagage10.

27Mais il faut aussi accepter de mettre sa tête à nu, et bientôt en jeu.

28L’espace ludique est cerné par une frontière qui le contrôle mais permet aussi l’échange avec le monde extérieur. Toute son ambiguïté est d’être à la fois clôture et appât, ce que l’argent matérialise. Celui que la grand-mère flambe au jeu, dans le roman de Dostoïevski, est l’héritage convoité par les vautours de sa famille. Cette perte a des implications directes sur Paulina, la nièce du général, qui est censée épouser Des Grieux, créditeur de celui-ci. Lorsque le Français apprend que son débiteur est ruiné, il rompt les fiançailles et déclenche des péripéties insoupçonnées. Le narrateur se rend au casino et gagne pour elle une somme fabuleuse. La jeune femme prend cette initiative pour une tentative de l’acheter et sombre dans l’hystérie. En théorie, le jeu devrait être gratuit, mais en littérature, il n’a d’intérêt que si la frontière qui le sépare du monde réel n’est pas étanche, que si le jeu de hasard et d’argent n’est pas un divertissement. Seul l’espace du jeu récréatif peut se permettre d’être imperméable au monde réel, à la vie usagère.

29Malgré le désordre semé par le jeu, la frontière qui cerne l’espace ludique a un effet structurant. Elle sépare deux espaces hétérogènes, mais elle donne aussi sa logique et son identité à l’espace ludique : le temps s’y écoule différemment, les actes n’y ont pas la même portée. L’espace ludique est régi par une loi, celle de la règle du jeu. Cette règle tempère la notion de liberté, associée à l’espace ludique, et « Un fataliste », le dernier chapitre du Héros de notre temps, de Lermontov, souligne son caractère impérieux. Les règles du jeu sont assujettissantes en ce qu’elles sont imposées de l’extérieur, mais ressenties par le joueur comme une nécessité intime – ce qui fait de l’espace ludique un espace normé. Si l’anthropologie met en avant la liberté, la littérature accentue au contraire la réglementation qui le structure.

Où est l’espace ludique ?

30L’espace ludique semble éloigné, séparé de l’espace de la vie quotidienne, mais il est en réalité central. Il est le cœur de l’existence du joueur, et s’y décident sa vie et sa mort. Dans la fiction, l’espace quotidien est passé sous silence pour laisser place à un espace devenu essentiel.

31Il s’agit d’un espace autre, structuré par la frontière qui le cerne, mais aussi déstructuré par elle, ce qui sur le plan esthétique se traduit par la mise en œuvre du régime fantastique. Les définitions du fantastique sont multiples, et nous retiendrons celle qui le décrit comme une vision décalée de la réalité : elle est observée comme de biais. Le lien entre le jeu de hasard et le fantastique apparaît avec La dame de pique. Le secret des trois cartes gagnantes est fourni à Herman par un fantôme, ou une hallucination, nous ne le saurons jamais, pas plus que nous ne saurons pourquoi ce secret ne produit pas l’effet escompté. Dans l’espace ludique, tout peut se produire, y compris l’inattendu, et nous retrouvons une dialectique entre le caractère réglé, normé du jeu, et l’imprévu. Dans l’espace de jeu fictionnel, quelque chose se dérègle, ne fonctionne pas comme il le doit, un impossible devient possible. L’affinité littéraire entre le jeu et le fantastique indique une caractéristique de l’espace ludique : décalé par rapport à la réalité, à l’espace de la vie usagère, il a une cohérence intérieure, difficilement compatible avec le réel, qui apparaît en retour incohérent. L’espace du jeu est celui de la norme, binaire, du pile ou face. En regard, le réel semble multipolaire et foisonnant.

32On y assiste, surtout lorsque le jeu est perdant, à un rééquilibrage des pôles du réel : d’un côté, la régularité de la perte devient presque une loi (la fiction ne s’intéresse guère aux joueurs heureux) ; et de toute façon, le choix est limité : on ne peut que perdre ou gagner. D’un autre, le jeu lui-même est une ouverture sur le possible : avant qu’une carte ne sorte, elles sont toutes possibles. L’espace ludique est celui de la contrainte, de l’alternative implacable, tout en laissant entrevoir l’ouverture infinie. Dans Chtoss, le héros de Lermontov, Louguine, affronte aux cartes un vieillard sorti d’un tableau de mauvaise facture. Bien qu’il perde sa fortune, il s’obstine à jouer car chaque partie suscite l’apparition d’une vision, celle d’une femme idéale. On trouve là cette association d’une loi, celle de la perte, et d’un accès à l’absolue beauté. Dans Le dessous des cartes d’une partie de whist, on ne saura jamais ce qui s’est passé entre Marmor de Karkoël et la comtesse du Tremblay, officiellement partenaires de jeu, ni qui est la mère du cadavre de nourrisson découvert après la mort des protagonistes. L’espace du jeu est résolument fermé : les cartes ont deux faces, mais leur dessous recèle un mystère insondable, infini. Dans les trois nouvelles fantastiques évoquées, le jeu ouvre sur l’infini, celui de l’inexplicable (Pouchkine et Barbey) ou de la perfection (Lermontov).

33Ce mystère est entretenu par la perte de repères et l’espace ludique est doté d’autres coordonnées que l’espace quotidien. Il se distingue de manière nette d’un substrat prédéfini, pour être un espace qui se construit dans et par l’esprit du joueur. Les points de repère ordinaires sont redistribués car les actes y ont un autre sens.

La part du rituel

34Le jeu est un phénomène structuré autour de rituels – caractéristique que la littérature exploite. Par le biais des explications données par le narrateur à la grand-mère, novice, Le joueur décrit le fonctionnement du casino, en présente les règles et les habitudes. Mais le fait que le jeu soit ritualisé suffit-il à faire du jeu un rite, et de l’espace ludique un espace rituel ?

35Le rituel structure l’espace, ou se tient dans un espace consacré, à moins que, par sa performance, il ne crée une nature singulière de l’espace. Dans le cadre du rituel, la liberté de celui qui l’accomplit est limitée. Seuls certains gestes ont du sens, et uniquement si le joueur les réalise selon le rituel : les objets de jeu doivent être utilisés selon leur fonction et dans le lieu et le temps définis par le rituel.

36Assimiler l’espace ludique à un espace rituel n’est toutefois pas sans soulever quelques problèmes. Ainsi Durkheim (1912), dans Les formes élémentaires de la vie religieuse, refuse le rapprochement du jeu et du rite, considérant que ce dernier relève du domaine du sérieux, constitue un acte important, et se trouve donc à l’opposé du ludique. Pour les joueurs fictionnels, au contraire, rien n’est plus sérieux et fondamental que le jeu. Sur le plan structurel, le jeu, réglé comme le rituel, s’oppose à la vie quotidienne, qui est celle de l’à peu près, du flou, comme la décrit P. Bourdieu. Structurée par l’habitus, celle-ci tend à la régularité sans nécessairement y parvenir, tandis que le jeu, lui, est strictement réglé. Là aussi, la littérature joue de cette opposition : c’est précisément au dérèglement du jeu tel qu’Herman l’avait prévu que l’on assiste dans La dame de pique. Herman devient fou de voir que le mécanisme qu’il avait prévu ne fonctionne pas.

37Dans la plupart des textes dont il est ici question, le jeu devient subitement une passion folle. Il associe de manière dialectique les caractéristiques du rituel et de son dérèglement. Les textes qui parlent de jeu de hasard relatent en effet le moment critique qui fait basculer le sujet dans la passion du jeu. La crise prend la forme d’une initiation ou d’une ordalie. Lors de son initiation, Raphaël de Valentin souligne la terreur ressentie – celle du condamné à mort. Entrer dans l’espace du rituel est en soi une rupture.

38L’ordalie est le cœur du texte « Un fataliste » puisque le héros cherche à démontrer l’existence du destin par un geste qui s’apparente à la roulette russe – sans l’être réellement, puisque le pistolet à barillet, instrument indispensable, n’existe pas encore lors de la rédaction du roman. Il est même encore plus intéressant que cet acte extrême, puisque Voulitch, après avoir visé sa tempe, pointe le pistolet vers une carte à jouer, surdéterminant le motif du jeu, qui devient métaphysique. Voulitch cherche à montrer que son destin n’est pas de mourir ce jour-là. L’ironie du destin est pourtant plus forte que lui, puisque le héros, Pétchorine, qui est opposé au fatalisme de Voulitch, a la paradoxale intuition que son destin est bien de perdre la vie ce jour-là – intuition qui se réalise. L’ordalie a lieu, mais à retardement, et en dehors de l’espace ludique. Ironiquement, Voulitch n’a même pas la satisfaction – pourrait-on dire – de mourir du jeu. Une mort grotesque se substitue à la mort sublime dont il rêvait peut-être : il est égorgé par un Cosaque ivre, qui tranche ensuite la gorge d’un cochon. Le destin est parfois cruel.

39Bien que situé hors de l’espace ludique lui-même, cet épisode lie consubstantiellement le jeu et l’ordalie. L’espace de jeu fictionnel, loin d’être un espace sécurisé, est le lieu de l’épreuve, le lieu décisif où tout se joue. On retrouve l’idée de G. Gusdorf, selon qui l’espace de jeu est stylisé : il l’est parce qu’il se résume à « pile ou face », « vis ou meurs ». Il est une limite, une frontière, une ligne de transition. Parler d’espace devient même presque erroné, puisque cet espace de transition est à l’espace ce que l’instant est au temps, une unité minimale de mesure. L’espace ludique n’est pas un espace de permanence ou de durée, on ne fait qu’y passer et le jeu devient mortifère si l’on s’y attarde.

Conclusion

40Par-delà la diversité des textes, la fiction permet donc de déterminer des éléments définitoires de l’espace ludique, dans la mesure où on ne la considère pas comme une description de lieux, mais comme une configuration qui travaille dans et par les textes des ingrédients de l’imaginaire collectif, en écho avec les dispositifs matériels et les codes sociaux des espaces ludiques réels.

41Ces éléments définitoires s’articulent avec l’idée de séparation, que les textes littéraires sont toutefois amenés à réévaluer. En effet, l’hétérogénéité de l’espace ludique est incontestable, qu’elle soit essentielle au plan anthropologique ou construite par les moralistes et les législateurs. Mais le contenu de cette hétérogénéité est éclairé par la métaphysique plutôt que par la morale. La fiction souligne la mise en danger du joueur et l’association entre sa présence dans l’espace ludique et sa recherche d’un verdict : il joue, souvent de manière irrationnelle, pour avoir une réponse existentielle. Cette portée métaphysique est sous-tendue par la marginalité de l’espace ludique, qui n’est pas une conséquence, mais plutôt une condition de possibilité de cette dimension. La marginalité n’est pas seulement une juxtaposition : comme toute marge, l’espace ludique présente une logique distincte de l’espace auquel il coexiste. Il est fondé sur des éléments de la réalité – comme l’argent ou les catégories sociales –, mais les renverse ou les exploite selon d’autres valeurs. Il est donc un espace étranger dans lequel le sujet est mis à l’épreuve. Le joueur est fondamentalement seul et vient chercher dans l’espace ludique une mise en jeu de lui-même, du sens de son existence, voire même, dans les cas les plus ordaliques, de son droit à vivre. Cette signification de l’espace ludique est possible en raison de la nature particulière des frontières qui l’entourent. Elles cernent un espace soumis à des règles du jeu, à une législation créant un ordre spécifique. Mais la finalité de ces règles est l’ouverture sur l’infini des mondes possibles, voire la création d’un autre régime de réalité. À ce paradoxe s’en ajoute un autre : l’épreuve qu’affronte le joueur a à la fois les caractéristiques du rituel et en constitue un dépassement. Si l’on admet que le rituel est lié à la répétition possible, le jeu au contraire a à faire avec l’unicité : dans l’espace ludique peuvent surgir des potentialités inconcevables dans le réel, mais apparaît aussi le verdict binaire que sollicite le joueur. À ce titre, tout en étant distinct du monde réel, l’espace ludique en constitue le centre névralgique et la matrice.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1978, Saint Pierre et le jongleur, in Fabliaux, éd. Gilbert Rouger, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

ANONYME, 1987, Le prêtre et les deux ribauds, in Fabliaux et contes moraux du Moyen Âge, trad. Jean-Claude Aubailly, Paris, Le Livre de poche/ Librairie Générale française.

ARAGON Louis, 1972 [1940/ 1942], Les voyageurs de l’impériale, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

AUSTER Paul, 1991, La musique du hasard, trad. Christine Le Bœuf, Paris, Actes Sud.

BAKHTINE Mikhaïl, 1970, La poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil, coll. « Pierres vives ».

BALZAC Honoré, 1974 [1830], La peau de chagrin, éd. Samuel S. de Sacy, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique ».

BARBEY D’AUREVILLY Jules, 1973 [1874], Le dessous de cartes d’une partie de whist, in Les diaboliques, éd. Jacques Petit, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique ».

BELMAS Élisabeth, 2006, Jouer autrefois, essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe–XVIIIe siècle), Paris, Champ Vallon, coll. « Époques ».

BODEL Jean, 2005 [ca 1200], Le jeu de Saint Nicolas, éd. Jean Dufournet, Paris, GF Flammarion.

BROSSEAU M., 1996, Des Romans-géographes, Paris, L’Harmattan.

CAILLOIS Roger, 1967 [1958], Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

CAILLOIS Roger (dir.), 1967, Jeux et sports, Paris, Gallimard , coll. « Encyclopédie de la Pléiade ».

DOSTOÏEVSKI Fédor, 1973 [1866], Le joueur, trad. Dominique Fernandez, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

DURKHEIM Émile, 2003 [1912], Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF.

ELIAS Norbert, 2008 [1969], La société de cour, Paris, Flammarion, coll. « Champs Essais ».

FREUNDLICH Francis, 1995, Le monde du jeu à Paris, 1715-1800, Paris, Albin Michel, coll. « Histoire ».

GRUSSI Olivier, 1985, La vie quotidienne des joueurs sous l’Ancien Régime, à Paris et à la cour, Paris, Hachette littérature.

HUIZINGA Johan 1951 [1938], Homo ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, coll. « TEL ».

JUVENAL, 2005 [Ier-IIe s. apr. J.-C.], Satyres, texte établi par Pierre de Labriolle et François Villeneuve, émendé, présenté et traduit par Olivier Sers, Paris, Les belles lettres, coll. « Classiques de poche ».

LA BRUYERE Jean, 1995 [1668], Caractères, Paris, Le livre de poche, coll. « Classiques ».

LERMONTOV Mikhaïl, 1992 [1835], Bal masqué, trad. André Markowicz, Paris, Imprimerie nationale éditions.

LERMONTOV Mikhaïl, 2003 [1841], Un héros de notre temps, éd. Deborah Lévy-Bertherat, Paris, GF Flammarion.

LERMONTOV Mikhaïl, 2007 [1841], Chtoss, in Lermontov, Odoïevski, Titov, récits fantastiques russes, trad. Sophie Benech, Paris, Corti, coll. « Romantiques ».

MALRAUX André, 1996 [1933], La condition humaine, Paris, Gallimard, coll. « Folio plus ».

MEHL Jean-Michel, 1990, Les jeux au royaume de France, du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, Fayard.

PIRANDELLO Luigi, 1994 [1904], Feu Mattia Pascal, trad. Alain Sarrabayrouse, Paris, GF Flammarion.

POUCHKINE Alexandre, 1999 [1834], La dame de pique, trad. Dimitri Seseman, éd. Jean-Louis Backès, Paris, Le livre de poche, coll. « Classiques de poche ».

SUISSA Jacob A., 2005, « La construction d’un problème social en pathologie : le cas des jeux de hasard et d’argent (gambling) », Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n° 1, p. 148-161.

ZWEIG Stefan, 1980 [1927], Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, trad. et intro. par Olivier Bournac et Azir Hella, Paris, Le livre de poche.

Haut de page

Notes

1 HUIZINGA Johan, 1951 pour la traduction en français (1938), Homo ludens, essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, coll. « TEL », p. 31.

2 GUSDORF Georges, 1967, « L’esprit des jeux », R. Caillois, Jeux et sports, Paris, Gallimard, coll. « L’encyclopédie de la Pléiade », p. 1157-1180.

3 Le développement des jeux en ligne pose la question sous une nouvelle forme qui exige que le problème soit réexaminé, mais ce n’est pas ici notre propos.

4 On retrouvera des éléments de l’histoire de la réglementation du jeu de hasard depuis le Moyen Âge dans MEHL Jean-Michel, 1990, Les jeux au royaume de France, du xiiie siècle au début du xvie siècle, Paris, Fayard ; BELMAS Élisabeth, 2006, Jouer autrefois, essai sur le jeu dans la France moderne (xviexviiie siècle), Paris, Champ Vallon, coll. « Époques » ; FREUNDLICH Francis, 1995, Le monde du jeu à Paris, 1715-1800, Paris, Albin Michel, coll. « Histoire » ; GRUSSI Olivier, 1985, La vie quotidienne des joueurs sous l’Ancien Régime, à Paris et à la cour, Paris, Hachette littérature.

5 Juvénal, Satyre, texte établi par Pierre de Labriolle et François Villeneuve, émendé, présenté et traduit par Olivier Sers, Les belles lettres, coll. « Classiques de poche », 2005, Satire I.

6 C’est tout le sens de la construction du mur dans La musique du hasard de Paul Auster : les deux personnages principaux, Nash et Pozzi, perdent un tournoi de poker contre deux individus étranges et inquiétants, Willie et Bill. Ces derniers leur font payer leurs dettes de jeu en les contraignant, dans des conditions quasi concentrationnaires, à bâtir un mur absurde, qui ne relie ni ne sépare rien, sinon les joueurs de la société et d’eux-mêmes.

7 BARBEY D’AUREVILLY Jules, 1973 [1874], Le dessous de cartes d’une partie de whist, in Les diaboliques, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », p. 185.

8 SUISSA Jacob A., 2005, « La construction d’un problème social en pathologie : le cas des jeux de hasard et d’argent (gambling) », Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n° 1, p. 148-161.

9 BALZAC Honoré, 1974 [1830], La peau de chagrin, Paris, Gallimard, coll. « Folio Classique », p. 23.

10 BALZAC, op. cit., p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalia Leclerc, « L’espace ludique, un espace à part », Géographie et cultures, 82 | 2012, 9-24.

Référence électronique

Natalia Leclerc, « L’espace ludique, un espace à part », Géographie et cultures [En ligne], 82 | 2012, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1292 ; DOI : 10.4000/gc.1292

Haut de page

Auteur

Natalia Leclerc

Université de Bretagne Occidentale

Université Européenne de Bretagne

Natalia.Leclerc@univ-brest.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org