Navigation – Plan du site

La pétanque à Pondichéry

Négociation postcoloniale des identités nationales et culturelles en contexte mondialisé
Pétanque in Pondicherry: postcolonial negotiation of national and cultural identities in global context
Sébastien Ruffié, Sylvain Ferez et Anne Marcellini
p. 77-95

Résumés

La pétanque est ici utilisée comme un terrain d’étude pour interroger deux aspects. D’une part, dans un contexte mondialisé, la manière dont se transforme une pratique culturellement située. Dans le contexte indien de Pondichéry, de quelle façon cette pratique « sportive » parvenue après la colonisation, mais par l’intermédiaire de celle-ci, se trouve-t-elle prise dans un processus d’indigénisation ? D’autre part, quels rapports s’établissent entre les individus qui la pratiquent, à la fois Français d’origine tamoule et Indiens tamouls ? Surtout, comment le contexte postcolonial dans lequel s’inscrivent leurs identités et leurs pratiques pèse-t-il sur ces rapports ? À partir de l’analyse d’interviews semi-directifs d’acteurs et de l’observation de la pratique de la pétanque à Pondichéry durant deux années, cet article montre comment cette activité représente un espace syncrétique dans lequel se formalisent des échanges culturels. La pétanque apparaît ainsi comme un espace de mise en concurrence symbolique des individus représentant des espaces nationaux culturellement différents. Loin de produire des formes d’uniformité, la mondialisation produit ici des hybridations culturelles. Inscrite dans un contexte postcolonial spécifique, la pétanque donne lieu à l’expression de registres socioculturels divers dans les échanges entre individus de nationalité française et indienne.

Haut de page

Texte intégral

1L’extension et la mondialisation des rapports humains sur l’ensemble de la planète (notamment dans leurs formes commerciales, culturelles et corporelles) ont favorisé depuis les années 1990 une amplification des échanges interculturels. De nombreux travaux ont interrogé la diffusion massive de la culture occidentale, montrant qu’elle n’aboutissait en rien à une homogénéisation culturelle. Loin de générer la reproduction à l’identique des mêmes comportements culturels, la rencontre de différentes cultures débouche sur un foisonnement des façons d’être, multipliant les métissages et autres formes d’hybridation (Warnier, 1999).

2Surtout, pour comprendre les situations d’échange et leurs conséquences, il convient de connaître les conditions de mise en relation. En effet, les rencontres culturelles s’effectuent entre des individus porteurs d’une culture, élevés dans une histoire particulière à prendre en compte. Au sein d’une société, il n’existe pas une seule culture homogène. Ses différents modes d’expression sont au contraire filtrés et teintés par l’appartenance et l’origine sociale, les identités de genre, les parcours migratoires.

3Les activités physiques occidentales, en tant que techniques corporelles singulières référées à un système spécifique de valeurs, ont déjà été utilisées pour analyser les situations d’échange culturel. Guttmann a ainsi montré combien la pratique physique pouvait entraîner une forme sous-jacente d’impérialisme imposant une manière d’être (1994). Cet auteur insiste cependant aussi sur la « réciprocité de la diffusion », signalant « la capacité des peuples colonisés à résister aux sports venus des colonies, ou du moins à les adapter en fonction de leurs propres besoins et désirs » (Guttmann, 2010, p. 16). D’autres se sont intéressés plus spécifiquement à l’usage assimilatif mais aussi aux formes de résistances sociales, politiques et culturelles dont le sport pouvait être le théâtre en contexte colonial (Bancel et al., 2003 ; Deville-Danthu, 1997 ; Fates, 1994 ; Pociello et Denis, 2000). Au travers de son analyse sur le cricket, Appadurai (2001) met en évidence, la manière dont cette activité devient, après son réinvestissement local, un symbole national de l’Inde postcoloniale.

4Les Activités Physiques et/ou Sportives (AP/S) sont un lieu privilégié de l’analyse des diverses significations mobilisées par les acteurs au sein des pratiques corporelles, dévoilant au passage des arts de faire et de penser spécifiques et singuliers (Bromberger, 1995). La mise en jeu du corps éclaire les dominantes symboliques d’une culture et l’organisation sociale propre à un lieu et un temps donnés (Mauss, 1936). Guttmann (1995) utilise ainsi les pratiques physiques pour appréhender le parcours social du sportif noir nord-américain, et Elias pour comprendre le lent processus de canalisation de la violence dans les sociétés occidentales (1994).

5L’étude de la pratique de la pétanque, activité régionale d’origine marseillaise, à Pondichéry, dans le Sud-est de l’Inde, offre une situation originale pour saisir la manière dont une activité exotique est investie dans un nouvel espace culturel. Prenant en compte l’histoire coloniale de l’Inde, et plus précisément celle de Pondichéry, ainsi que les effets produits par la mondialisation, cette étude entend mieux comprendre la manière dont une activité est intégrée dans un nouvel espace culturel. Comment la pétanque est-elle jouée à Pondichéry ? Subit-elle des transformations au regard de la culture locale ? Au-delà de la simple pratique physique, qu’expriment symboliquement les échanges spécifiques dont elle est l’occasion ? Quels rapports s’établissent entre les individus de cultures et de nationalités différentes qui s’y engagent ? Les principales questions auxquelles cet article tente de répondre concernent donc les transformations que connaît l’activité en intégrant la culture locale, mais se rapportent aussi à l’organisation de la pratique et aux formes du lien social qui se développent entre les différents pratiquants : les Français d’origine tamoule et les Indiens tamouls.

6S’appuyant sur l’étude antérieure des significations des AP/S chez la population d’origine tamoule de Pondichéry (Ruffié 2003 ; Ruffié et al., 2011), il s’agit ici d’analyser plus spécifiquement le cas de la pétanque. L’analyse puisera dans un recueil de données effectué entre 2000 et 2002, alternant des phases d’observation des AP/S et des périodes d’enregistrement d’entretiens semi-directifs auprès des Français d’origine tamoule, hommes et femmes de retour dans leur pays d’origine (n =60). Durant deux ans, les trois principaux clubs de pétanque de Pondichéry – le Cercle Sportif Pondichérien (CSP), le New Nid Amical (NNA) et le Club du Canal (CC) –, mais aussi les tournois organisés dans la ville, ont été systématiquement observés. Les entretiens et les notes d’observation ont été intégralement retranscrits, avant de faire l’objet d’une double analyse thématique et comparative pour tenter de comprendre les significations symboliques et l’orientation culturelle singulière de cette activité. Les observations et les discussions informelles autour de l’activité permirent par ailleurs, outre d’analyser les liens entre les différents protagonistes, d’enregistrer certaines évolutions de la pratique.

Les Français d’origine tamoule et l’introduction de la pétanque à Pondichéry

7Ancien comptoir français, Pondichéry est située dans le Sud-Est du Tamil Nadu. Colonisée par les Français de 1672 à 1956, sa situation de petite enclave française dans une Inde majoritairement britannique est singulière. Suite à l’indépendance de l’Inde britannique en 1947, le départ des Français s’effectua de facto en 1956, mais ne fut ratifié qu’en 1962 par l’Assemblée nationale française. Afin de considérer la longue période de présence française à Pondichéry, il fut proposé aux habitants des anciens comptoirs la possibilité d’opter pour la nationalité française :

« À compter du 16 août 1962, les habitants des comptoirs dispos(aient) de six mois, soit jusqu’au 15 février 1963, pour opter. À la date fatidique, 4944 adultes (avaient) déposé leur déclaration écrite. Avec leurs enfants, ils constitu(aient) une nouvelle communauté, celle des Franco-Pondichériens, composée à sa naissance de 7106 personnes » (Weber, 1996 : 404).

8Cette possibilité de choix de la nationalité créa ainsi une situation paradoxale conduisant à la coexistence dans la même famille de frères et sœurs français pour les uns, indiens pour les autres (ibid). Ces Français d’origine tamoule, qui représentaient alors à peine 2,5 % de la population de la ville, constituèrent une nouvelle minorité dans leur espace d’origine. Les optants eurent des facilités de visa pour rester y vivre, mais beaucoup choisirent des carrières militaires françaises ; une grande partie s’expatrièrent vers la métropole, vers les territoires français d’Outre-mer ou dans des casernes françaises à l’étranger avec femmes et enfants.

9Devenus adultes, certains décidèrent de se réinstaller à Pondichéry et se marièrent le plus souvent à des Indiennes de même caste, au sein de leur communauté expatriée ou par le biais de mariages arrangés avec les membres de la communauté française ou tamoule de Pondichéry. Ils ramenèrent avec eux certains traits de la culture française qu’ils agencèrent à des contenus culturels de leur territoire natal (Sugumar, 1998).

10Au début des années 2000, la communauté française d’origine tamoule était composée approximativement de 7 000 individus1, dans une ville qui en comptait 973 8292. La proportion des retraités de l’Armée montre l’importance des carrières militaires au sein de la communauté. Ainsi, en 1985, près d’un quart de la population bénéficiait de retraites ou de pensions militaires, et en 1990, les retraites françaises étaient la source de revenus principale pour 58 % des hommes. Le taux d’activité est donc faible au sein de la communauté étudiée. Selon les données du consulat de France à Pondichéry, 88 % de la population française d’origine tamile était inactive au 31 décembre 2000.

  • 3 Cette information est issue des différents entretiens réalisés avec les français d’origine tamoule (...)

11L’histoire de la pétanque pondichérienne semble débuter au milieu des années 1950. La pratique est introduite par des militaires français d’origine tamoule de retour dans leur ville d’origine. Gérard Victor est, semble-t-il, le premier à promouvoir cette activité qui connaît un important engouement dès 19563. Ce sont donc les militaires français d’origine tamoule qui ramènent avec eux les règles et le matériel nécessaire pour pratiquer ce jeu jusqu’alors inconnu. La localité va peu à peu s’initier à cette activité, puis se l’approprier. Elle va, selon le mot d’Herskovits (1952), la réinterpréter ; en recomposant les usages et modalités de sa mise en œuvre. Aujourd’hui des tournois réunissent à Pondichéry près de 300 équipes autour de plus d’une vingtaine de clubs.

12Si durant la période coloniale la pratique d’AP/S est principalement l’apanage des colons, les Indiens n’en sont pas totalement exclus. Ces derniers, s’ils ne peuvent participer aux cercles huppés de la ville, développent leurs propres clubs (Ruffié et Gleyse, 2005). Le départ massif des Français à la fin des années cinquante permet une appropriation des activités par les Indiens. Quelle place les Français d’origine tamoule qui restent dans la ville, ou y reviennent des années plus tard, prennent-ils au sein de ces activités, et plus spécifiquement dans la pratique de la pétanque ? Comment s’intègrent-ils à l’espace des AP/S ? Qu’en est-il de la pétanque ? Se trouve-t-elle modelée suivant les aspirations locales ?

Les caractéristiques des pratiquants

13Pour saisir le sens de la pratique de la pétanque à Pondichéry, il convient de connaître les joueurs, leur origine sociale, leur nationalité et leur histoire. Car comprendre l’espace des AP/S (Bourdieu, 1987, p. 203-216), c’est avant tout saisir les positions qu’occupent les pratiquants au sein de l’espace social.

14Les joueurs de pétanque sont d’abord à distinguer selon leur nationalité. Indiens ou Français, ils sont toutefois caractérisés, entre autres particularités liés à leur histoire singulière, par le fait de partager une même origine culturelle. Les Français d’origine tamoule qui ont opté pour la nationalité du colonisateur tout en choisissant de revenir (ou de rester) vivre à Pondichéry, se trouvent, avec leur partenaires indiens, dans un rapport spécifique marqué par l’histoire postcoloniale (Ruffié et al., 2011). Économiquement, leur retraite de militaires français, au-delà du temps libre qu’elle leur accorde, leur offre un niveau de vie bien plus confortable que celui des joueurs indiens (Weber, 1996). Ces derniers, principalement issus de milieux populaires, sont parmi les plus pauvres de Pondichéry. Dès lors, les rapports entre eux se structurent au travers de l’appartenance à des groupes sociaux dissymétriques. Quels effets sont induits par cette situation singulière ? La pétanque devient-elle le lieu d’une confrontation symbolique entre classes sociales ?

  • 4 L’acte de « renonciation » au statut personnel avait pour but de faire des Indiens des citoyens fra (...)
  • 5 Le système des castes est une organisation socioreligieuse présente en Inde malgré son abolition de (...)
  • 6 À ce propos, cf. Ruffié, 2003.

15La population des Français possède une autre caractéristique qui l’inscrit dans l’espace culturel indien. Au moment du choix de la nationalité, plus de 95 % des optants étaient renonçants4, issus des basses castes voire des hors castes5. Ces derniers portent donc encore en eux, insiste Srinivas (1998), les racines d’un statut peu enviable qu’il leur convient de mettre à distance6.

16D’autres critères caractérisent les joueurs de pétanque de Pondichéry. La plupart des participants observés étaient des hommes vieillissants, pas toujours très agés (autour de 50 ans), mais dans une forme physique amoindrie. Peu d’entre eux pratiquaient une autre activité physique, hormis la marche :

  • 7 Les extraits des discours proposés, issus des analyses thématiques effectuées, sont des exemples de (...)

« Mais on fait que de la boule, on ne joue pas au tennis ou autres, on est trop vieux. On est des anciens militaires, alors on joue pour s’amuser, pour s’occuper. Mais bon, regarde-moi, j’ai 53 ans, je vais pas aller jouer au tennis ». (Saravanan, 53 ans, CSP)7

17Dans les tournois qui se déroulent sur l’un des terrains vagues jouxtant le CSP, les jeunes joueurs de la ville peuvent s’inscrire. Ils n’appartiennent pas aux principales sociétés, mais se sont constitués par ailleurs dans d’autres clubs ou de façon informelle. Alors que seuls les hommes adultes peuvent en principe participer, ces jeunes joueurs des quartiers pauvres de la ville sont bon gré mal gré acceptés au sein de l’activité :

« Aujourd’hui y a plein de jeunes qui jouent, mais c’est des jeunes des quartiers pauvres. C’est des mecs qui jouent bien, mais ils jouent de l’argent aussi. Même au CSP là, le matin, de bonne heure, ça joue 500 roupies, 1 000 roupies par équipe ». (Subramanian, 53 ans, NNA)

  • 8 Les espaces publics sont plutôt réservés aux hommes tandis que les femmes sont particulièrement ren (...)

18La participation de ces jeunes des quartiers pauvres conforte le statut de pratique socialement dévalorisée de la pétanque. Les joueurs sont globalement considérés comme pauvres et/ou vieillissants. Les femmes, elles, ne sont pas invitées à participer. Rien d’étonnant à cela lorsque l’on sait que les rapports sociaux de genre sont structurés autour d’une stricte séparation des espaces8 surtout lors de la mise en jeu du corps (Banerjee, 2003 ; Ruffié et al., 2011 ; Thapan, 2001). Les corps des hommes et des femmes ne sont pas soumis aux mêmes exigences de contrôle social. Alors que l’homme est incité à avoir un corps actif et à déployer l’ensemble de ses potentialités, la femme est traditionnellement confinée à des usages sociaux plus stricts et limitatifs (Desai, 1996 ; Rao, 1999). En Europe, les AP/S se sont historiquement construites comme une citadelle masculine fondée sur un postulat hétérosexiste (Terret, 2005 ; Ferez, 2007, 2008). En contexte colonial et postcolonial, les logiques d’affirmation nationale renforcent encore ce mode de construction des identités masculines (McDevitt, 2010).

Une hiérarchisation des lieux, des pratiques et des pratiquants

19La pétanque s’inscrit dans un espace de concurrence entre les diverses offres sportives de la ville (Bourdieu, 1987, p. 203-216). Sa valeur symbolique et les affiliations sociales qui en découlent vont favoliser la catégorisation des joueurs qui s’y adonnent. L’espace des AP/S apparaît ainsi comme un espace de hiérarchisation des individus qui renforce les caractéristiques sociales de chacun tout en participant de la propre définition de l’activité.

20Comme l’observe Epstein (1996), on attend des hommes qu’ils soient portés vers l’action, et la valeur masculine d’une activité est fonction de la plus ou moins grande mise en jeu du corps qu’elle autorise. Des divergences s’esquissent ainsi dans le sens prêté aux activités. Certaines sont plus valorisées que d’autres :

« Le plus souvent les joueurs qui font le tennis, ils ne pratiquent pas la pétanque ; et ceux qui font la pétanque ils ne pratiquent pas le tennis. C’est deux choses différentes. Pétanque c’est quoi ? Ça pratique quoi, c’est quoi qu’il y a comme mouvement ? Rien, c’est juste on prend la boule, on s’accroupit et on jette ; c’est rien ! (…) Donc eux, ils ont choisi pétanque parce que c’est très facile pour eux de pratiquer pétanque, plus que de pratiquer tennis ». (Rajendran, 45 ans, CSP)

  • 9 Srinivas décrit deux phénomènes concomitants en Inde au processus d’acculturation et visant un chan (...)

21Ainsi le tennis se trouve au sommet de la hiérarchie locale des activités physiques, car la mise en jeu du corps y est importante. Cependant, l’investissement corporel n’est pas le seul critère d’évaluation adopté. Comme dans les autres espaces de la société indienne, un phénomène d’occidentalisation, décrit par Srinivas (1998)9, se fait jour au sein des AP/S. Ce processus d’occidentalisation exprime la manière dont certains individus indiens s’approprient la culture occidentale dans l’objectif de se démarquer d’une culture indienne qui leur est, sous quelques aspects, défavorable, particulièrement au regard du système des castes. L’occidentalisation est ainsi perçue par certains individus comme un processus d’ascension sociale tant culturelle qu’économique.

22Le même processus fonctionne au sein des AP/S. Ainsi, les comparaisons entre les diverses activités renvoient-elles à des critères d’occidentalisation où la participation à des pratiques occidentales semble plus valorisante que celle à des activités locales traditionnelles ou réinvesties par les pratiquants indiens. Le phénomène d’indigénisation de la pétanque, ainsi que l’investissement des plus pauvres, la placent dans une position dénigrée par de nombreux franco-tamouls et par la notabilité bourgeoise de la ville. L’analyse de l’activité pétanque conduit ainsi à mettre en exergue un classement des différentes AP/S lié à la plus ou moins grande proximité occidentale des hommes (Rao, 1999) que traduit le degré d’investissement corporel dans l’activité.

23Dans cet espace social des AP/S, la pétanque est dévalorisée et reléguée au rang d’activité des plus faibles et des plus pauvres. Les lieux dédiés à la pratique en témoignent. Dans chacun des clubs observés, les aires de jeu sont à l’écart et plus ou moins à l’abandon. Il s’agit la plupart du temps de simples terrains vagues. Certains clubs, comme celui du canal, investissent le lieu du marché une fois que celui-ci est libéré. Dans les cercles multisports, plus bourgeois, les sections pétanques, qui regroupent parfois de nombreux joueurs, sont considérées comme annexes. Les cotisations y sont plus réduites que pour les autres activités, ce qui participe à la définition dévalorisée de la pratique, et donc des pratiquants.

Les enjeux culturels de la négociation des modalités de pratique

24La pétanque, introduite par les Français dans les années 1950, est rapidement l’objet d’une réinterprétation culturelle (Herskovits, 1952) par les pratiquants indiens de Pondichéry. Une empreinte locale est peu à peu imprimée au jeu dans les règles, dans le matériel, mais aussi dans les modalités et usages de la pratique. Ainsi, les Français d’origine tamoule participent à la pétanque pondichérienne tout en prenant soin de la différencier de la « vraie » manière de jouer issue de France. Ils trouvent là matière à se distinguer. La pétanque devient alors un espace de lutte symbolique entre des positions à bien des égards opposées. La concurrence identitaire et culturelle s’exprime notamment dans les négociations et conflits qui émergent des échanges. Ces derniers sont-ils le fruit d’une quelconque mondialisation ou sont-ils subordonnés à un contexte postcolonial spécifique ? Le processus d’hybridation culturelle que connaît la pétanque est-il ici l’aboutissement d’une réduction des écarts culturels produit par la mondialisation, ou bien s’inscrit-il dans la continuité d’un passé colonial ?

25Les règles du jeu n’ont pas véritablement évolué depuis les années 1960. Leur maintien s’accompagne de multiples marques de suffisance des Français à l’égard de leurs homologues indiens. Bien sûr, le nombre de joueurs a dû s’adapter au nombre croissant des pratiquants, laissant perplexes quelques Français d’origine tamoule :

« Mais ils ne jouent pas trois contre trois ou quatre contre quatre, ils jouent cinq, six, alors ce n’est pas de la pétanque ça ! C’est pas la même chose, y a plein de boules par terre… Tu ne sais même pas à qui appartient la boule ! ». (Vélu, 67 ans, CC)

26De même, il est reproché aux Indiens d’utiliser des boules de pétanque qui ne sont pas conformes, et dès lors de créer une situation d’inéquité :

« Ils [les joueurs indiens] jouent avec des boules de tailles différentes, alors bon… (…) Ils ont des petites boules comme ça, ce n’est pas réglementaire ! Alors j’ai demandé, on m’a dit, ouais, on ne peut pas les refuser, ici on n’a pas de boules. Alors ils jouent avec des petites boules, et nous on a des grosses boules. L’adversaire qui a des petites boules, il tape les boules qui sont grosses, alors que nous [les Français d’origine tamoule] on a envie de taper la boule et on peut pas, parce qu’il y a une différence ». (Bala, 43 ans, NNA)

27Le nombre de points à atteindre fait également débat puisque dans la localité, il n’a pas évolué comme au niveau international. La pétanque s’est adaptée aux contingences locales à mesure que les pratiquants locaux se la sont appropriée. On observe donc un processus d’appropriation « indigène », une indigénisation (Singaravélou et Sorez, 2010, p. 37). Appadurai (2001) recourt à cette notion pour appréhender la place du cricket en Inde. Pour lui, la mondialisation s’accompagne de reconfigurations identitaires et de l’émergence d’identités mixtes et complexes. Dans un monde en mouvement, ces dernières sont soumises à une certaine hybridation qui permet l’emprunt d’éléments pouvant apparaître comme relevant d’autres cultures. L’indigénisation du cricket en Inde, qui s’inscrit dans un contexte marqué par les idées nationalistes des années 1930, s’érige en symbole d’émancipation à l’égard des colonisateurs. La diffusion de la pétanque à Pondichéry ne relève-t-elle pas d’un mouvement semblable, qui, pour être localisé, est également porteur d’une certaine « revanche des dominés » (Denis, 1997) ? Les affrontements symboliques qui se jouent dans cette activité entre les Français d’origine tamoule et les Indiens ne sont-ils pas l’expression de négociations identitaires et culturelles surdéterminées par la situation post-colonialiste et les mouvements de la mondialisation ?

28L’appropriation de l’activité s’opère également par les gestes et les styles de jeu, qui entrent en conflit avec les modalités corporelles considérées comme justes par les Français d’origine tamoule. Les discours de ces derniers pour stigmatiser la manière de jouer des Indiens peuvent parfois s’exacerber :

  • 10 L’expression désigne la manière de lancer la boule en la faisant rouler, souvent considérée avec dé (...)

« Ces cons, ils [les Indiens] savent pas jouer, ils veulent tout tirer alors qu’ils savent pas encore pointer, et puis la plupart ils tirent ‘à la raspail’10 ! ». (Radju, 56 ans, CC)

« Tiens, regarde ça ! Tu vois, ils [les Indiens] jettent la boule n’importe comment. On n’a pas le droit de lancer la boule comme ça en France, main ouverte… Je leur ai dit plusieurs fois, mais bon ! ». (Bala, 43 ans, NNA)

29La mise en concurrence de différents groupes qui redéfinissent les manières légitimes de pratiquer apparaissent. Elles mettent en lumière des processus d’hybridation de l’activité, mais également des conflits symboliques, identitaires et culturels. Il convient alors de ne surtout pas perdre la face. Les rôles définis dans le jeu – comme ceux de « pointeur », de « tireur » ou de « demi » – semblent aussi figurer un enjeu de pouvoir et de domination. Au final, la manière de s’investir offre une occasion de confrontation à l’autre et de valorisation de ses propres manières d’être et de faire. L’ensemble des tentatives pour faire évoluer l’activité, tout comme l’ensemble des critiques adressées à ces innovations afin de la maintenir en l’état, prennent ainsi sens dans le cadre d’une âpre négociation culturelle et identitaire entre les pratiquants.

30Les paris organisés lors des rencontres participent par ailleurs activement à la définition locale de l’activité, et à sa position dans l’espace des AP/S. Ils ne sont certes pas une spécificité locale, mais à Pondichéry, ils permettent de hiérarchiser les différents groupes et les diverses AP/S. Les joueurs les plus aisés, Français et Indiens, posent un regard critique sur ces jeux d’argent, qu’ils refusent avec véhémence, se tournant vers d’autres AP/S ou d’autres lieux dans lesquels le pari est euphémisé. Dans ce cas, le pari ne dénature pas la pratique physique, qui reste considérée comme du sport. On parle de « pari café », qui consiste à parier un thé, un café, des samossas, plutôt que de l’argent. Ceux qui en restent là se considèrent au-dessus des joueurs de pétanque, en raison d’un engagement sportif que la logique pécuniaire ne compromet pas :

« Là-bas [à la pétanque, au CSP] ils parient : 20 roupies, 50 roupies, 100 roupies, comme ça. Ils parient beaucoup. C’est pas du sport, ils prennent pas comme du sport ces gens-là. Ça, ça ne me plaît pas ! Ça, je n’aime pas ça, même pour aller à côté… Pourtant je joue bien, très bien ». (Boubalan, 69 ans, NNA)

31Dans cette perspective, beaucoup sont ceux qui décrivent un basculement de l’activité hors de la sphère sportive depuis l’entrée massive des paris d’argent :

  • 11 « Gambling » est un terme anglais désignant les « jeux d’argent » utilisé par le joueur français in (...)

« Alors la pétanque, ça a un peu changé. Avant c’était vraiment un sport, maintenant c’est ‘gambling‘11, les gens parient… ». (Vélu, 67 ans, CSP)

32Les sommes engagées par les participants offrent un nouveau mode de hiérarchisation. L’argent mis en jeu distingue les différents pratiquants entre eux, il établit une classification fondée sur le pouvoir économique. Ainsi, certains joueurs refusent de participer si les sommes ne sont pas assez importantes. Les joueurs français, en quête de reconnaissance, utilisent volontiers les paris pour étaler leur richesse, et ainsi se distinguer :

« Je devais jouer ce soir, mais ils [les joueurs indiens] jouent dix roupies le point. Alors pour dix roupies, je ne joue pas moi ! Dix roupies c’est rien, moi je ne joue plus ! Moi je joue plus, le matin c’est plus… Ce matin on a joué 300 roupies par équipe, avec un autre Pondichérien [Français] ». (Rajendran, 45 ans, CSP)

Les avantages d’être Français et le coût de la réintégration culturelle

  • 12 Le système des castes dans l’Inde contemporaine revêt plusieurs formes suivant l’urbanisation, le n (...)

33La posture des Français d’origine tamoule est quelque peu particulière dans la mesure où ils se situent dans une perspective de réintégration à leur pays d’origine (Ruffié, 2003). Les optants à la nationalité française dans les années 60 étaient à 95 % issus des basses castes ou hors caste, c’est-à-dire intouchables. Comme les individus qui changent de religion pour échapper à leur statut social, ceux qui ont opté pour une autre nationalité dans l’espoir de rompre avec un système désavantageux12 continuent à porter les stigmates de leur statut casté (Srinivas, 1998). Ainsi, les Français cherchent à se réintégrer dans leur ville d’origine tout en se démarquant d’un système qui leur est à bien des égards défavorable. L’enjeu est pour eux de s’intégrer, c’est-à-dire participer socialement et culturellement à la vie locale, tout en se distinguant, au sens de Bourdieu (1979, chap. 5, p. 299-364), notamment en mettant en avant leur capital économique et un capital culturel référé à des pratiques occidentales. Cette logique distinctive rappelle curieusement les usages des AP/S par les élites locales en période coloniale (Singaravélou et Sorez, 2010, p. 30). À Pondichéry, si la pétanque s’apparente à un lieu d’échange et d’intégration pour les Français, elle est aussi l’occasion d’une mise en concurrence avec les Indiens.

34Pour être réintégré dans leur nouvel espace, les Français doivent faire preuve d’une volonté de participation à la vie culturelle et sociale. Les critiques envers la localité ne constituent pas la meilleure solution pour se faire accepter. Leur désir d’intégration doit toutefois composer avec le souhait de ne pas perdre la forme de distinction sociale – et de distance l’égard du système des castes – que leur octroie leur nationalité française. Cette posture distinctive est d’ailleurs reconnue par la localité. Si la langue tamoule prévaut à la pétanque, l’usage du français trouve parfois sa place. Il figure une manière d’exprimer un certain respect vis-à-vis des Français. Certains termes comme « le bouchon » sont d’usage commun, et on s’adresse volontiers aux pratiquants issus de l’ancienne métropole en les appelant « Monsieur ».

35La pétanque fait cependant apparaître des attitudes singulières dans le positionnement des Français. Leur acceptation par les Tamouls dépend d’une forme de compensation, en retour de leur choix d’être Français. La transaction symbolique qui s’opère entre les acteurs des deux nationalités s’apparente à un système de don et de contre-don. La notion de don n’est d’ailleurs pas étrangère au monde indien, où elle renvoie à la double fonction de « miel » et de « poison » (Mauss, 1950). Toffin signale les multiples témoignages de cette idée dans la mythologie et les textes canoniques, qui rendraient compte « du sens profond du don en contexte indien » (Toffin, 1990, p. 138). Le don est ici présenté comme un moyen d’éviter le poison dont font l’objet certains comportements, attitudes ou statuts.

36Ainsi, le système des relations autour de la pratique de la pétanque semble correspondre à une théâtralisation du don sous diverses formes. Les Tamouls acceptent les Français d’origine tamoule, mais ces derniers sont placés dans une situation identitaire particulière, où ils sont jalousés pour leur pouvoir économique. Le fait que les Indiens acceptent les Français d’origine tamoule, malgré l’abandon originel de leur nationalité indienne, paraît devoir être compensé. Certains Français expriment d’ailleurs les jalousies qui émergent dans leurs relations avec les Tamouls :

« Ils [les Indiens] ont une drôle de mentalité… C’est-à-dire qu’un jour ils sont amis avec nous, puis le lendemain non ! Il y a des problèmes parce qu’on est français, et ça les fait chier ! ». (Bala, 43 ans, NNA)

37Suite à l’indigénisation de la pétanque, certains Français d’origine tamoule rechignent à s’investir véritablement dans cette activité. Plusieurs stratégies de mise à distance de l’activité ou de la manière de la pratiquer sont développées par les Français d’origine tamoule pour se distinguer des joueurs indiens.

38Une première stratégie consiste à dénigrer la pétanque indigénisée et, à travers elle, les pratiquants indiens et leurs caractéristiques. Elle est l’occasion de pointer l’appartenance de pétanqueurs aux groupes sociaux les plus bas et les moins éduqués. Ainsi, certains joueurs de tennis français refusent de se mélanger, prétextant la rudesse verbale des pétanqueurs locaux : « Mais à la pétanque j’y vais pas, ils sont malpolis, vous voyez, avec la parole… » (Kenian, 70 ans, CSP). Ces derniers ne participent pas à l’activité de la pétanque dans les clubs, mais au contraire à l’occasion de réunions de fin d’année ou entre amis dans une ambiance feutrée. La pétanque est alors l’occasion de jouer entre français et de la distinguer très clairement de la pratique initiée par les indiens :

« De temps en temps, quand on fait des repas entre nous, les Français, les amis, je joue à la pétanque ». (Viveka, 42 ans, CSP)

39Une des stratégies mise en place par les Français d’origine tamoule consiste ainsi à se démarquer de caractéristiques leur rappelant leurs conditions d’existence passée, lorsqu’ils appartenaient aux basses castes de la ville. Leur pouvoir économique, mais aussi leur nouvelle culture française, les met désormais à l’écart des groupes populaires et leur permet de côtoyer la bourgeoisie de la ville ; ils trouvent ainsi à s’intégrer parmi les notables locaux, qui voient en eux un pont vers l’occident. Au don de leur réintégration, en dépit de leur nationalité française, ces franco-tamouls répondent par un contre-don : celui de la mise à disposition d’une notoriété française mobilisable par une bourgeoisie indienne à la recherche d’une valorisation extérieure par le contact – fût-il symbolique – avec l’Occident.

40Une seconde stratégie est utilisée par des joueurs français qui, passionnés de pétanque, jouaient très régulièrement en métropole. S’ils veulent continuer à pratiquer, ils ont également conscience de la nécessité de se démarquer des joueurs locaux qu’implique leur statut de Français. Pour ce faire, ils refusent tout investissement financier dans la pratique, sans pour autant s’orienter vers des pratiques privées et bourgeoises, comme les précédents. Ils ne participent donc qu’aux rencontres quotidiennes, refusant les tournois en prétextant des attitudes désobligeantes des joueurs indiens et en regrettant l’âge d’or où les Français étaient majoritaires :

« Mais bon, je ne joue plus dans les tournois, c’est que des cons ici ! Ils ne pensent qu’à se battre, ils parlent mal et n’ont aucun respect. Ce n’était pas comme ça avant. Je me rappelle, on jouait souvent avec Monsieur [parlant d’un Français d’origine tamoul désormais âgé], c’était autre chose. Mais aujourd’hui il n’y a plus de respect, ce ne sont que des cons ! ». (Radju, 56 ans, CSP)

41Dans les pratiques quotidiennes, cette attitude est relayée par le refus systématique du pari, qui dénature l’activité en l’éloignant de la logique sportive qu’ils disent rechercher :

« C’est comme dans les parties le soir, moi je ne joue pas d’argent et tout le monde le sait. Je ne paye pas et je ne prends pas d’argent ». (Subra, 54 ans, CC)

42Leur adresse et leur connaissance tactique du jeu leur permettent toutefois de négocier des positions avantageuses. De plus, en faisant gagner de l’argent aux joueurs locaux qui s’associent à eux, les Français peuvent offrir une forme de compensation :

« Mais il y en a qui parient pour moi. Hier soir par exemple, j’ai fait deux parties, eh bien, un de ceux qui jouait avec moi a parié pour moi. On a gagné et je lui ai fait gagner le double du coup. Mais moi, je ne parie jamais, c’est comme ça. Et ils le savent, alors ils ne m’emmerdent plus avec ça ! ». (Radju, 56 ans, CC)

43La troisième stratégie utilisée par les Français d’origine tamoule passe au contraire par un investissement total dans l’activité. Cette dernière est la plupart du temps la seule qu’ils peuvent mener ; ne sachant pas, par exemple, jouer au tennis. Moins aisés que les précédents, ceux qui y recourent ont généralement fait une carrière militaire plus modeste, où ils n’ont pas atteint les positions gradées. Ils restent néanmoins relativement aisés par rapport aux joueurs locaux, grâce au jeu de change de l’euro face à la roupie. Ils peuvent ainsi se distinguer des autres pratiquants par des paris élevés et le refus de s’adonner à des parties sans enjeu financier. Cette situation les oblige, en retour, à rendre une partie de leurs avantages financiers. Ils doivent, d’une certaine manière, « payer » leur nationalité :

« Il y a des problèmes parce qu’on est Français… Il faut qu’on paie, c’est comme ça ! ». (Bala, 43 ans, NNA)

44Si Mauss (1950) a montré que le don revêtait un caractère de gratuité et s’organisait au sein des réseaux primaires dans les groupes traditionnels, il n’en est pas de même au sein des sociétés modernes (Godbout, 1992). Ici, le don peut se nouer au sein d’un réseau de liens sociaux secondaires et perdre toute forme gratuite. Dans la modernité, l’échange est provoqué par la quête d’un gain personnel qui contraste avec la forme « pure » du don. Ainsi, la forme matérielle du don moderne, loin d’assurer une base pour la constitution d’un lien durable entre les protagonistes, comme dans le monde traditionnel (Mauss 1950), détruit ce lien au profit de relations plus contractuelles (Godbout 1992).

« Ils nous grattent ! Vous savez ce que ça veut dire ? Dès qu’on est français, ils nous grattent ! Par exemple, si je veux jouer au tournoi, hein, quelqu’un va vouloir jouer avec moi et je vais devoir payer les inscriptions pour tous les deux. C’est comme ça, t’es français, alors tu paies ! ». (Akash, 54 ans, NNA)

45La stratégie d’intégration par la pétanque déployée par ce dernier groupe se fonde sur le « paiement » d’une dette. Contrairement au premier groupe, ceux qui l’utilisent ne peuvent pas faire appel à une culture bourgeoise qui n’est pas la leur, et font le choix de s’investir totalement dans l’activité. Leurs efforts d’intégration/distanciation peuvent in fine s’appuyer sur une certaine aisance économique, qu’ils parviennent à fructifier symboliquement par les sommes qu’ils engagent dans les paris ou dans le règlement des droits d’inscriptions aux tournois de leurs partenaires indiens.

Conclusion

46L’étude de la pétanque à Pondichéry permet d’éclairer les transformations que connait une activité spécifique au contact d’une culture étrangère à celle qui l’a engendrée. Réinterprétée, mais surtout investie en tant que symbole – comme le cricket indien –, cette activité offre un lieu d’expression des enjeux identitaires et culturels qui traversent l’histoire de la ville. Si la mondialisation facilite les échanges, elle est loin de produire une homogénéisation culturelle. Au contraire, elle paraît favoriser l’élaboration de nouveaux contenus culturels (Tardif et Farchy, 2011). Car, à bien y regarder, les échanges mondialisés restent inscrits dans la logique d’une histoire coloniale et postcoloniale qui, par-delà les innovations culturelles, est marquée par un long processus fait de conflits, de négociations et de transformations qui reconfigurent les rapports de domination. Loin d’enregistrer les effets de la « mondialisation », l’espace des AP/S offre ainsi un lieu d’échange et de conflits symboliques tant sociaux, qu’économiques et culturels.

47La pétanque, en tant qu’activité classée et classante – c’est-à-dire activité qui trouve sa place dans l’espace des AP/S pondichériennes, tout en classant socialement les individus qui s’y engagent, y compris en fonction des modalités de pratique qu’ils adoptent –, éclaire les hiérarchisations opérantes qui font sens dans l’espace postcolonial de la ville de Pondichéry. L’analyse de ses pratiquants et de ses modalités de pratiques révèle la diversité des arts de faire (De Certeau, 1980) et des négociations qui s’y opèrent, en faisant un lieu de construction et d’expression des identités multiples dans un espace subordonné à une histoire particulière, marquée par la colonisation. L’histoire de Pondichéry semble ainsi reconfigurer le double sentiment de dette, voire d’allégeance (« c’est votre sport que nous pratiquons ! »), et de supériorité (« nous y sommes meilleurs que vous ne l’êtes ! ») qui caractérise la posture identitaire à l’égard des AP/S dans les anciennes colonies (Guttmann, 2010, p. 18).

48Au-delà d’une indigénisation de l’activité, ce que l’étude de la pétanque donne finalement à voir concerne les liens qui s’établissent entre les individus de cultures, mais surtout de nationalités différentes, à travers des stratégies d’acculturation singulières. Sa pratique procède ainsi d’une démarche active qui est à la fois inscrite dans une culture locale, mais aussi dans un faisceau de stratégies sociales hétérogènes (Singaravélou et Sorez, 2010, p. 21). Plus globalement, l’univers des AP/S apparaît comme un espace privilégié d’appréhension des transactions et des négociations qui s’organisent, dans le cas étudié, autour de trois stratégies se focalisant sur les dimensions symbolique, technique et financière pour atteindre un même objectif d’intégration socioculturelle à la société pondichérienne. La pétanque offre en définitive un éclairage original sur les formes d’échanges à l’œuvre dans l’univers social et culturel spécifique où advient la confrontation interculturelle.

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI A., 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot.

BANCEL N., DENIS D. et FATES Y., 2003, De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial, Paris, La Découverte.

BANERJEE S., 2003, « Gender and nationalism: the masculinization of hinduism and female political participation in India », Women’s studies International forum, n° 26/2, p. 167-179.

BOURDIEU P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

BOURDIEU P., 1987, Programme pour une sociologie du sport, in Choses dites, Paris, Minuit, p. 203-216.

BROMBERGER C., 1995, « De quoi parlent les sports ? », Terrain, n° 25, sept, p. 5-12.

DE CERTEAU M., 1980, L’Invention du quotidien. Arts de faire, Paris, UGE, coll. « 10/18 ».

DENIS D., 1997. La revanche des dominés, Quasimodo, n° 3-4, p. 47-60.

DESAI N., 1996, « Women’s employment and their familial role in India », in Shah A.M., Baviskar B.S., Ramaswamy E.A. (eds), Social structure and change. Women in India society, vol. 2, London/New Delhi, Sage publication/Thousond Oaks, p. 98-112.

DEVILLE DANTHU B., 1997, Du sport colonial au sport africain dans les anciens territoires français d’Afrique occidentale (1920-1965), L’Harmattan, Paris.

ELIAS N. et DUNNING E., 1994 [1986], Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Fayard, coll. « Pocket Agora », Paris.

EPSTEIN T.S., 1996, « Culture women and India’s development », in A.M. Shah, B.S. Baviskar, E.A. Ramaswamy (eds). Social structure and change. Women in India society, vol. 2, London / New Delhi, Sage publication/ Thousond Oaks, p. 33-55.

FATES Y., 1994, Sport et Tiers-monde, Paris, PUF.

FEREZ S., 2007, Le corps homosexuel en-jeu. Sociologie du sport gay et lesbien, Nancy, PUN.

FEREZ S., 2008, « Le masculin », in Andrieu B. et Boetsch G. (eds), Le dictionnaire du corps, p. 205-207, Paris, CNRS éditions.

GODBOUT J.T., 1992, L’esprit du don, Paris, La Découverte.

GUTTMANN A., 1994, Games and empires, modern sports and cultural imperialism, New York, Columbia University Press.

GUTTMANN A., 1995, « Amères victoires. Les sportifs noirs et le rêve américain de mobilité sociale », Terrain, n° 25, p. 25-36.

GUTTMANN A., 2010, « La diffusion des sports : un impérialisme culturel ? », in P. Singaravélou et J. Sorez (eds), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin, p. 7-20.

HERSKOVITS M. J., 1952 [1er ed. angl. 1948], Les bases de l’anthropologie culturelle, Paris, Payot.

MAUSS M., 1936, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, n° 32, p. 3-4, reproduit in M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, p. 363-386.

MAUSS M., 1950, « Essai dur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, (1ère ed. L’année sociologique, 1923-1924), p. 144- 279.

MCDEVITT P.F., 2010. « Sport colonial, identités masculines et affirmations nationales », in P. Singaravélou et J. Sorez (eds), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin, p. 71-81.

POCIELLO C. et DENIS D. (eds), 2000, À l’école de l’aventure, Voiron, Presses universitaires du sport.

RAO S., 1999, « Woman-as-symbol: the intersections of identity politics, gender, and Indian nationalism », Women’s studies international forum, n° 22-3, p. 317-328.

RUFFIÉ S., 2003, Étude sociologique des pratiques corporelles chez les Tamouls français de Pondichéry. La complémentarité négociée des rôles sexués comme mode d’acculturation spécifique, thèse de doctorat, Université Montpellier 1.

RUFFIÉ S., GLEYSE J., 2005, « La dissolution du colonialisme. Les pratiques physiques à Pondichéry de l’entre-deux guerre à nos jours », in G. Gori and T. Terret (eds), Sport and education in history, ed. Sankt Augustin, Akademia Verlag, p. 265-271.

RUFFIÉ S., FEREZ S., LAUZANE M.A, DUMONT J., 2011, « Sport and gender construction in a post-colonial context. Between western and eastern: the paradoxical effects of “globalization” », Current sociology, n° 59/3, p. 328-346.

SINGARAVÉLOU P. et SOREZ J., 2010, « Pour une histoire transnationale du sport. Circulations des pratiques sportives en situations impériales », in P. Singaravélou et J. Sorez (eds), L’empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Paris, Belin, p. 21-49.

SRINIVAS M.N., 1998 [1996], Village, caste, gender and method. Essays on Indian social Anthropology, New Delhi, Oxford University press.

SUGUMAR V.R., 1998, A socio-cultural study of Franco-Pondicherrians, thesis submitted to the Pondicherry University, under the guidance and supervision of Dr. T. Subramanyam Naidu, Centre for future studies, India.

TARDIF J. et FARCHY J., 2011 [2005], Les enjeux de la mondialisation culturelle, Paris, Ed. Le bord de l’eau.

TERRET T., 2005, Sport et genre. La conquête d’une citadelle masculine. Paris, L’Harmattan.

THAPAN M., 2001, « Adolescence, embodiment and gender identity in contemporary India: elite women in a changing society », Women’s studies international forum, vol. 24, n° 3/4, p. 359-371.

TOFFIN G., 1990, « Hiérarchie et idéologie du don dans le monde indien », L’Homme, vol. 30, n° 114, p. 130-142.

WEBER J., 1988. Les établissements français en Inde au XIXe siècle (1816-1914), 5 tomes, t. 4, Paris, Librairie de l’Inde.

Haut de page

Notes

1 Consulat de France à Pondichéry, 2000.

2 Recensement Indien de 2001, http://www.censusindia.net/cendata1/showdist.html?pa=1

3 Cette information est issue des différents entretiens réalisés avec les français d’origine tamoule et entre autres Gérard Victor.

4 L’acte de « renonciation » au statut personnel avait pour but de faire des Indiens des citoyens français à part entière. Ainsi, « le natif qui répudie ses us et coutumes doit être regardé comme un français originaire de la métropole » (Clairon, 1926, p. 128). Le nombre total de renonçants au système indien, qui marquait par là-même l’adoption supposée des valeurs de la République française et un premier pas vers l’assimilation culturelle, était en 1 882 de 2000, en 1 898 de 2 861 et en 1900 de 3 000 (Sugumar V.R., 1998). La plupart des individus faisant ces choix étaient issus des basses castes et des hors castes et avant donc un certain intérêt à sortir d’un système qui leur était défavorable. D’après Michalon (1990) 95 % des optants à la nationalité française étaient issus de familles renonçantes.

5 Le système des castes est une organisation socioreligieuse présente en Inde malgré son abolition depuis l’indépendance du pays en 1947. Elle divise l’ensemble de la société en quatre grands groupes, les varnas, suivant un principe hiérarchique basé sur le classement des tâches professionnelles en fonction de leur plus ou moins grande pureté. Plusieurs auteurs ont donné une analyse détaillé du système et de son influence sur la société indienne, entre autres Dumont L., 1966, Homo hierarchicus, essai sur le système des castes, Paris, Gallimard ; Marriott M.K., 1989, « Constructing an Indian ethnosociology », in Contributions to Indian sociology, vol. 2, n° 1, p. 1-39 ; Srinivas M.N., 1996 ; Chris J. Fuller (eds), 1997, Caste today. New Delhi, Oxford University press.

6 À ce propos, cf. Ruffié, 2003.

7 Les extraits des discours proposés, issus des analyses thématiques effectuées, sont des exemples des positions, opinions et représentations exprimées par les interviewés.

8 Les espaces publics sont plutôt réservés aux hommes tandis que les femmes sont particulièrement renvoyées à des espaces privés.

9 Srinivas décrit deux phénomènes concomitants en Inde au processus d’acculturation et visant un changement de position au sein du système des castes. Le premier s’organise à travers l’adoption de traits culturels et de modes de vie inspirés par l’occident et permettant une élévation économique et sociale : la westernization. Le second se « définit par un processus par lequel une basse caste s’attribue les coutumes, les rites, les croyances, les idéologies et le style de vie des hautes castes » (1998, p. 88) dans le but d’acquérir un statut supérieur au sein du système : la sanscritization.

10 L’expression désigne la manière de lancer la boule en la faisant rouler, souvent considérée avec dédain par les joueurs Français d’origine tamoule plus expérimentés.

11 « Gambling » est un terme anglais désignant les « jeux d’argent » utilisé par le joueur français interviewé.

12 Le système des castes dans l’Inde contemporaine revêt plusieurs formes suivant l’urbanisation, le niveau économique, le genre… Il se démarque généralement des formes traditionnelles ou de celles cristallisées lors de la colonisation Britannique tout en s’appuyant sur des principes équivalents. Pour de plus amples détails se référer à l’ouvrage de C.J. Fuller, 2001, Caste today, New Delhi, Oxford India Paperbacks.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Ruffié, Sylvain Ferez et Anne Marcellini, « La pétanque à Pondichéry », Géographie et cultures, 82 | 2012, 77-95.

Référence électronique

Sébastien Ruffié, Sylvain Ferez et Anne Marcellini, « La pétanque à Pondichéry », Géographie et cultures [En ligne], 82 | 2012, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/1362 ; DOI : 10.4000/gc.1362

Haut de page

Auteurs

Sébastien Ruffié

Équipe de recherche ACTES – UPRESS-EA 3596 – Université des Antilles et de la Guyane
sebastien.ruffie@univ-ag.fr

Sylvain Ferez

Équipe de recherche Santésih – EA 4614 – Université Montpellier 1 sylvain.ferez@univ-montp1.fr

Anne Marcellini

Équipe de recherche Santésih – EA 4614 – Université Montpellier 1
anne.marcellini@univ-montp1.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org