Navigation – Plan du site

Peut-on réinventer Pékin ?

Can Beijing be reinvented?
Sylvie Ragueneau
p. 111-132

Résumés

Les transformations spectaculaires qui ont touché Pékin ces dernières années, notamment juste avant les jeux Olympiques de 2008, ont choqué de nombreux visiteurs, particulièrement ceux qui avaient connu la ville il y a dix ou vingt ans. Les nouveaux développements se manifestent par la prolifération des autoroutes et des gratte-ciel et par la fièvre du commerce et de la finance… Est-ce là le monde et le rêve désignés par le slogan olympique : « un seul monde, un seul rêve » ? La ville réelle actuelle de Pékin est le résultat d’un processus articulant comportement culturel, lutte pour la vie et quête d’une reconnaissance mondiale. Après l’industrialisation de la période maoïste, faire de l’argent est devenu le but principal proposé aux Chinois par la Politique de réforme et d’ouverture de Deng Xiaoping. Mais une dimension semble oubliée, celle de l’homme. Un double hiatus apparaît et grandit entre le projet urbain, la ville réellement construite et le vécu, l’habiter humain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sous la direction d'Augustin Berque, à l'EHESS Paris.

1La réflexion présentée ici se situe dans le prolongement de recherches menées en vue d’une thèse de doctorat1. Elle s’appuie d’une part sur une formation et une expérience de socio-urbaniste et d’autre part sur des enquêtes et observations de terrain menées depuis plusieurs années. La première question était celle du sens du travail des urbanistes face au phénomène contemporain « d’implosion-explosion » des villes, selon l’expression qu’avait utilisée Henri Lefebvre (1968) à la fin des années 60. Elle a été implicitement reposée, 30 ans plus tard, dans l’ouvrage de Geneviève Dubois-Taine et Yves Chalas : La ville émergente (1998). Henri Lefebvre opposait cette nouvelle ville où l’urbain n’est plus ni œuvre, ni appropriation mais marchandise et où l’espace est marqué par des consignes et des signaux, à la ville traditionnelle, faite de « symboles, d’appropriation, de styles, de monuments, de temps, de rythmes, d’espaces qualifiés » (Idem, p. 84-85). Ce thème a été repris plus récemment, d’une autre manière, par David Mangin(2004). Cela porte donc à penser que la ville moderne a perdu ce qui manifestait ses racines, son histoire, bref ce qui la caractérisait, son identité culturelle propre. Dans cette ville « marchandise », l’habitant, héritier de millénaires d’occupation du sol, c’est-à-dire l’homme de ’quelque part’, a été relayé par ’l’homme actif’, salarié des entreprises industrielles, de services et de la fonction publique, qui est à la fois ’l’homme de partout’ et ’l’homme de nulle part’ » (George, 1988, p. 520). De plus, l’expression  »la ville émergente«  semble suggérer que cette nouvelle ville n’est pas le résultat d’un projet mais plutôt d’une sorte de spontanéité urbaine, le résultat pur et simple de l’évolution de la société et de sa culture. Or dans le même temps, la ville de projet perdure et les urbanistes n’ont probablement jamais été aussi nombreux. Cela conduit à s’interroger sur ces processus et, par exemple, sur la manière dont l’identité culturelle d’une ville comme Pékin s’est construite, s’est maintenue ou s’est transformée, sur ce qui fait qu’elle ne sera jamais plus ce qu’elle a été. Au moment où nous commencions nos recherches (fin 1994), Pékin entrait dans cette période de prodigieux bouleversement qui est allé en s’amplifiant jusqu’à aujourd’hui. Qu’y a-t-il derrière ce grand chambardement ? Quel projet ? Quel dessein ? Quels désirs et quelles peurs ? Dans quelle histoire s’inscrit-il ? Le résultat peut-il être à la hauteur des espérances et avec quel coût, notamment sur les plans culturels, sociaux, humains ? Il est exclu de pouvoir répondre de manière exhaustive à ces questions, mais il est clair que la quête identitaire a joué un rôle pivot dans le phénomène. Nous en explorerons deux aspects : le rôle de la planification et du projet urbains dans la quête identitaire, le hiatus entre projet urbain, ville réelle construite et ville réelle vécue.

Planification urbaine, projet urbain de Pékin et quête identitaire

  • 2 L'histoire de Pékin a fait l'objet de nombreux ouvrages chinois, japonais et occidentaux. Citons pl (...)
  • 3 Dans ces expressions, dushi désigne la grande ville, la métropole mais aussi la ville centre, the C (...)
  • 4 Chengshi désigne la ville au sens ici de territoire urbain, mais non pas nécessairement déjà urbani (...)
  • 5 Nous nous appuyons ici sur des travaux, à notre connaissance, non publiés de Liu Jian, docteur en u (...)
  • 6 Liang Sicheng (1901-1972) est aujourd'hui connu et reconnu pour avoir effectué d'importantes recher (...)

2Le site de Pékin a accueilli des fondations urbaines plus d’un millénaire avant J.-C., à l’époque dite de la Féodalité antique et de la dynastie des Zhou de l’Ouest (autour de1045-771 av. J.-C.) : la ville du duc de Yan puis, juste à côté, celle du royaume des Ji ; plus près de nous et plus connues, les villes de Zhongdu (1153) capitale des Jin, Khânbalik dite aussi Dadu (1272) capitale des Yuan (1271-1368) et décrite par Marco-Polo… et enfin Beijing, capitale successivement des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911) à laquelle il est le plus souvent fait référence aujourd’hui lorsque l’on parle de la Ville ancienne de Pékin2 (Figure 1). Toutes ces villes successives sur un même site attestent d’un véritable urbanisme au sens de projet urbain (dushi hua ; dushi jianshe jihua3). Mais l’urbanisme au sens actuel de planification urbaine (chengshi guihua4) commence véritablement avec la République populaire de Chine, en 1949, par la mise en place d’institutions d’aménagement et d’urbanisme, la constitution progressive d’un cadre juridique écrit. Citons particulièrement en 1956 la promulgation de la première disposition légale en matière d’urbanisme, élaborée sur le modèle soviétique : la procédure d’établissement des plans d’urbanisme5. Par ailleurs, dès 1950, une réflexion est amorcée sur le remodelage de l’ensemble de la ville de Pékin(Hoa, 1981). Un débat eut lieu à cette occasion, dont il est beaucoup question ces derniers temps à Pékin (Wang Jun, 2003). En effet, le projet retenu, sur le conseil des experts russes et qui servit de base au schéma directeur de 1958, fut celui d’une ville se développant autour de la Ville ancienne, avec au centre la nouvelle place Tian’An men, tandis qu’un autre projet (projet Liang6-Chen), proposait une ville bicéphale, alignée sur un axe central est-ouest, avec d’un côté la ville ancienne conservée dans ses murailles (à l’est) et de l’autre une nouvelle ville, autour de la cité administrative et politique (à l’ouest). De nombreux urbanistes et architectes chinois affirment aujourd’hui que la destruction de la ville ancienne de Pékin a son origine dans cette décision. En effet, ce choix conduisit à installer les fonctions centrales, politiques et administratives de la ville dans son périmètre. Les besoins d’espaces de ces diverses fonctions et les conceptions urbanistiques appliquées à l’époque firent le reste. Ce fut le premier changement d’échelle. L’application de l’autre projet (Liang-Chen) aurait permis de sauver les remparts de Pékin et ce faisant, aurait peut-être obligé à des considérations de rapports d’échelle plus drastiques (Wang Jun, 2003 et Wu, 2007).

Figure 1 : La ville des Ming et des Qing

Figure 1 : La ville des Ming et des Qing
  • 7 En Chine, la politique territoriale distingue les territoires urbains (shiqu) relevant de la politi (...)
  • 8 Depuis le premier schéma directeur de 1958.

3Avec le lancement de la politique dite de réforme et d’ouverture par Deng Xiaoping en 1978, la Chine a amorcé un développement économique rapide qui s’est traduit par une nouvelle politique de développement de la capitale, orientée par le schéma directeur approuvé en Conseil d’état en 1983 et qui prend la suite du schéma directeur de 1958. Mais ces schémas, étant définis comme des plans urbains, ne s’intéressent qu’aux zones dites urbaines7 et plus particulièrement aux zones préalablement définies comme relevant de la planification urbaine. Or le territoire communal s’étend8 sur 16 800 km et comporte des zones rurales importantes qui se construisent rapidement de manière assez anarchique (Liu, 2004). Une part extrêmement importante du développement urbain réel échappe ainsi à la planification (Ke, 1993, p. -6). Une des principales caractéristiques du schéma directeur (1991-2010), approuvé en 1993, est de tenter de remédier à cette tendance. Ainsi, sur les 16 800 km de la commune, la surface planifiée est réajustée à 1 040 km dont 600 km par les institutions urbaines.

4Au début des années 2000, le développement urbain de Pékin est remis en question et le nouveau schéma directeur (2004-2020) est voté en janvier 2005, un développement rapide des activités économiques et de l’urbanisation rendant nécessaires de nombreux réajustements. Tout en se situant dans la continuité du schéma directeur précédent, ce plan apporte des modifications importantes, la première étant un nouveau changement d’échelle. On constate en effet que les villes-satellites ne répondaient pas à ce qu’on attendait d’elles en termes d’équipements, d’attractivité, d’effet structurant, et que l’on restait malgré tout dans le cadre d’une métropole mono-centrée(Wu et Liu, 2006, p. 45-49). Pour les urbanistes en charge des études préalables, cette caractéristique était responsable de deux problèmes majeurs : un étalement urbain non maîtrisé et un surinvestissement de la ville-centre. Ce constat les conduisit à proposer de situer les principes de développement et de structuration de l’espace urbain au niveau de la métropole-région, assimilée ici à la commune-région de Pékin qui, nous l’avons vu, est très étendue, avec notamment la dé-densification de la ville-centre et le développement de onze villes nouvelles.

  • 9 L'axe nord-sud est analysé de manière intéressante par Thomas Poletti, 2006.

5 Par ailleurs, deux axes structurent le développement de la ville-centre : l’axe historique nord-sud qui passe par le centre de la Cité interdite et de la place Tian’An men, et se prolonge au nord pour devenir l’axe sportif et culturel en passant par l’espace olympique. Il se poursuit au sud jusqu’à un pôle de développement économique et devient l’axe central sud de développement intégré du commerce et de la culture9 ; l’axe moderne est-ouest dont la partie centrale est l’avenue Chang’An, tracée lors des premiers grands travaux de Pékin à l’époque maoïste, se prolonge à l’ouest jusqu’à la rivière Yongding he et un centre urbain polyvalent. à l’est, il passe par le quartier central des affaires et atteint le canal (Figure 2).

Figure 2 : Schéma structurel de Pékin

Figure 2 : Schéma structurel de Pékin
  • 10 Situé près de la porte Qianmen, à côté de l'ancienne gare, il a été ouvert en 2004 et présente, sur (...)

6 Comme le montre le nouveau musée de l’urbanisme (Beijing guihua zhanlanguan)10, dans tous ces développements, nous sommes en réalité en présence d’une véritable quête identitaire : que la capitale chinoise soit reconnue comme ville globale, grande métropole internationale, avec des caractéristiques chinoises. La difficulté se situe, depuis le début de la planification urbaine (1949) au niveau du choix et de la manière de produire ces caractéristiques chinoises, tout en donnant l’image d’une grande métropole internationale moderne.

  • 11 Dessinée par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas (OMA).
  • 12 Notamment le plan pour une "ville contemporaine de 3 millions d'habitants" (1922) et le fameux plan (...)

7La recherche du caractère de grande métropole internationale fait pencher le gouvernement de Pékin, depuis plusieurs années déjà, vers le spectaculaire et le surdimensionnement presque systématique des infrastructures et des grands équipements, particulièrement ceux qui ont une valeur de symbole. Il en est ainsi pour les périphériques et les voies rapides, les échangeurs, la gare de l’Ouest, mais aussi les grands hôtels internationaux, les centres commerciaux et d’affaires, aujourd’hui suivis de la tour de la Télévision (CCTV11) de 230 m de haut, au cœur d’un nouveau quartier d’affaires (central business district) de gratte-ciel, et au sud, de la future Cité technologique, dont le projet formel rappelle fortement les derniers grands projets urbains de Le Corbusier12. L’exploitation des styles dans la conception des nouveaux quartiers, particulièrement les plus coûteux, atteste aussi de cette recherche identitaire. Le parcours des nouveaux ensembles ressemble bien souvent à celui d’un catalogue de tous les pastiches de styles nationaux qu’il est possible d’imaginer, avec, depuis quelques années, une prédilection pour le style dit européen (Ferrari, 2006).

8Pour le caractère chinois, l’entreprise est plus compliquée et les architectes locaux s’y exercent déjà depuis quelques années : au début, sur le conseil des experts russes, cela produisit par exemple l’hôtel de l’Amitié avec cours et toits à pentes, puis, dans une interprétation plus libre basée sur l’importance des cours intérieures, la Grande bibliothèque de Pékin. Un peu plus tard les centres commerciaux et les tours de bureaux bordant le 2e puis le 3e périphérique se sont vus coiffés de pavillons chinois et de tuiles vernissées. Le pastiche de façade fut également exploité, intégrant parfois des architectures plus authentiques comme dans la rue Liulichang ; ou donnant carrément dans la reconstitution d’un morceau de rue à l’ancienne, au milieu d’un quartier récemment transformé, comme dans la rue Wangfuqing, devenue rue piétonne à dominante commerciale. Il prend aussi la forme de placage de petites boutiques de style Qing devant des immeubles et quartiers d’habitations variés, le long d’un nouvel axe routier, comme ce fut le cas de chaque côté de Pinganli dajie, nouvel axe est-ouest surdimensionné et coupant la Ville intérieure en deux, en passant notamment au milieu du quartier sauvegardé des lacs. Des architectes venus de l’étranger ont parfois tenté l’exercice. Citons en particulier l’hôtel des Collines parfumées de l’architecte américain d’origine chinoise, Pei, qui voulut traduire notamment l’imbrication des espaces extérieurs et intérieurs, et plus près de nous, l’Opéra de Paul Andreu, au cœur de la ville et à deux pas de la place Tian’An men, qui fut présenté par l’architecte comme le « point final » à la suite des trois lacs qui se succèdent du nord au sud, à l’ouest de la Cité interdite.

  • 13 Est souvent cité, le Zhouli, ou Rituel des Zhou dont le chapitre XIII, le Kaogongji ou Mémoire sur (...)

9Dans les projets urbains réalisés dans le passé jusqu’à la ville des Qing, la structure de la ville, sa forme, les éléments qui la composent sont déterminés par un ensemble de croyances, un mode de vie ainsi que des structures sociales fondamentales faisant globalement sens et transmis par un système culturel et une tradition, rigoureusement codifiés. La ville s’inscrit dans une vision cosmique du monde et de la place de l’homme dans ce monde (Gernet, 1987 ; Granet, 1988). Ce dernier s’inscrit lui-même dans le mouvement cyclique d’engendrement-domination des éléments, le wuxing ou « aller-en-cinq », selon l’expression retenue par Augustin Berque (2000, p. 43) pour désigner ce mouvement cyclique d’engendrement-domination entre les cinq éléments : bois-métal-feu-terre-eau, explicatif des transformations comme de la continuité de l’univers, conduisant à assimiler l’ordre humain social à l’ordre cosmique, selon une mise en ordre rituelle, et conformément à des règles précises de concordance et de correspondance (Kalinowski, 1991). Il ne s’agit pas, comme certains ouvrages de vulgarisation pourraient nous le faire croire, d’un ensemble de pratiques magiques (même si celles-ci existent), ni d’une simple référence au fameux livre des Zhou13, comme on va chercher un modèle, ni même d’une codification des principes d’organisation générale de la ville et de quelques autres règles concernant la trame des rues, l’implantation et la forme des palais ou des maisons d’habitation, même si celle-ci en fait partie. En réalité la complexité et la multiplicité, la mouvance et l’évolution des situations comme des systèmes de références, ont produit une grande diversité de formes, structures spatiales, définitions et organisations des fonctions.

  • 14 D'où cette impression, pour un Occidental notamment, de voir toujours la même chose en passant d'un (...)

10La variété de l’architecture résidentielle réside, par exemple, dans la manière dont sont déclinés et décorés les différents éléments qui la composent : nombre d’unités de base (cour entourée de bâtiments bas), présence ou non d’un jardin, mur écran, entrée principale, nombre et formes des portes et baies, linteaux, colonnes et chapiteaux (Li, 2003 ; Wang Jiming, 1999 ; Wang, 1992), etc. On y trouve cependant une harmonie et une unité, produites par la référence constante à des principes de base communs et progressivement enrichis au cours des siècles, par la répétition du vocabulaire et des structures formelles employés14. Les choix de ces éléments de structure et de décoration sont liés à des considérations sociétales autant qu’à des règles complexes regroupées sous le terme générique de fengshui, « vent et eau ». Cette sitologie, dite aussi géomancie (Frédéric Obringer, 2001 et en chinois Yi Ding, 1994) en raison de ses aspects magiques, concerne aussi bien l’implantation de la ville que celle de la maison, mais aussi la place et la forme de chaque élément en relation avec les usages et les statuts des personnes. Si le principe de base consiste à s’appuyer au nord sur les montagnes, pour regarder vers le sud en direction de la plaine et de l’eau, les modes d’application sont multiples et ce qui peut faire office de montagne ou de plan d’eau, fort divers. L’important est de permettre au souffle vital (le Qi) d’apporter, là où il convient, son influence bénéfique et donc de pouvoir estimer le rôle et l’impact des éléments naturels existants pour, si nécessaire, le modifier par des ajouts construits. Cette ville-là est un Monde (Berque, 2000, p. 31-58) où tout prend sens dans un système de relations et de résonances dans lequel, aurait dit Heidegger, « les Quatre : la terre et le ciel, les divins et les mortels, forment un tout à partir d’une Unité originelle » (Heidegger, 1958, p. 176).

11Dans ce tout structuré à partir de l’Unité originelle, prennent place et forme les différentes fonctions de la ville en relation avec les caractéristiques spécifiques du lieu et du temps : pour une ville des confins nord d’où peuvent déferler des peuples conquérants, les murailles, formidables aux portes-citadelles impressionnantes, matérialisent la fonction de défense et prennent ici une force particulière. Pour la capitale de l’Empire, le Palais impérial muré, entouré de la Cité de ses notables, également murée, constituent le cœur de la ville. à l’époque des Ming et des Qing, l’empereur est le maître des rites, le gardien de l’harmonie et de l’équilibre universels. Entre le temple du Ciel au sud, où il exerce ses fonctions de « Fils du Ciel », et les tombeaux des ancêtres au nord, se dessine l’axe central majeur qui est aussi l’axe de symétrie de sa ville et de son palais. Le Palais impérial, les maisons princières ou plus simplement familiales sont idéalement structurés de la même manière, comme les temples, autour d’un axe nord-sud ayant pour cœur le lieu du culte : la divinité, Bouddha, l’empereur ou les ancêtres (Clément, 1987 et 1995). La capitale de l’empereur est aussi le centre du gouvernement et de l’administration, dont les officiers se situent également de façon spécifique, selon leur fonction et leur rang. Les autres activités et fonctions de la vie quotidienne, les artisans et les marchands, les divertissements, trouvent également leur place dans « l’ambiguïté d’une dépendance » (Clément, 1984). La forme urbaine jusque dans ses moindres détails est engendrée par cette vision cosmique de l’univers et engendre un mode de vie qui donne à chaque être son lieu spécifique dans ce monde.

  • 15 Les maisons traditionnelles à cours, dite aussi cours carrées, ou quadrangle de Pékin.

12Le résultat matériel de cette vision sociale et culturelle est une ville à la morphologie extrêmement caractéristique, dont l’originalité, la régularité, l’intelligence et la beauté ont frappé plus d’un visiteur (Boothroyd et Détrie, 1992). Il convient cependant de noter la tendance générale à ne conserver que le souvenir de ces aspects séduisants, en oubliant ce qui, dans les romans ou dans les récits de Chinois ou d’Occidentaux, était moins positif. La ville, si elle renvoie à un modèle idéal parce qu’extrêmement équilibré, a aussi une histoire, et certains moments de cette histoire sont difficiles. En réalité, Pékin vit presque continuellement sous des menaces de dégradation ou de destruction. Les causes sont multiples, qu’il s’agisse d’intempéries (les pluies du début de l’été sont torrentielles et les hivers très rigoureux), de guerres (la situation géographique de Pékin la rend particulièrement vulnérable dans ces périodes), ou de temps de crises entraînant l’absence de maintenance ou la destruction du patrimoine privé. Les maisons sont édifiées avec des matériaux fragiles, la brique, le torchis et le bois, le papier pour les ouvertures. L’eau et les incendies les ravagent fréquemment. La légèreté de ces matériaux facilite les adjonctions multiples et les cours se densifient avec le temps. à la fin de l’époque des Qing et sous la Première république, si les plus riches et nobles familles peuvent habiter un vrai siheyuan15, avec plusieurs cours successives et un jardin attenant, d’autres, moins fortunées, ne disposent que d’une cour, et les plus pauvres sont logées soit dans les parties les moins agréables (comme personnel de service, ou en location), soit dans des cours mélangées où cohabitent plusieurs familles (Lao She, 1996, 1998 et 2000). L’évolution des critères d’habitabilité et la quête de modernité font le reste.

13Jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la ville ancienne semble avoir perduré avec l’essentiel de ses caractéristiques, mais ce n’est qu’une apparence, car il s’y vit en réalité une véritable crise identitaire. Quels que soient les hommes au pouvoir, les transformations pour l’adapter aux nouveaux concepts urbains modernes sont beaucoup plus vite envisagées que les mesures de conservation de son caractère patrimonial. Pour tout dire, cette ville-campagne parcourue de ruelles de terre battue, ces maisons basses entourant des cours plantées de fleurs, de fruits et de légumes et dont les arbres, émergeant des enclos gris, forment un couvert végétal lui donnant plus l’apparence d’une forêt que d’un centre urbain, cette Cité impériale d’où n’émane plus aucun pouvoir sinon celui de vastes espaces clos, arides et nus, ces temples aux rites et aux foires bariolées, ne sont-ils pas les survivances d’un âge révolu qu’il faut à tout prix abandonner, pour prendre enfin sa place dans le monde, et n’être plus écrasé et ridiculisé par le premier « diable étranger venu » ? Même si aujourd’hui les manifestes de Chinois et d’étrangers n’ont pas manqué pour rappeler la valeur de l’héritage du passé de la ville ancienne de Pékin, il ne reste plus grand-chose, et ce qui reste est encore bien souvent perçu par ceux qui ont la ville en charge comme un véritable boulet. Cette situation ne s’est pas installée d’un seul coup, elle est le résultat de l’évolution de la société chinoise au cours des 100 ou 150 dernières années, et plus particulièrement du XXe siècle, marqué par des interrelations croissantes entre les différentes parties du monde et la montée d’une vision transnationale de la ville et de la vie moderne qui ont progressivement coupé Pékin de ses racines identitaires.

De la ville de projet à la ville réelle, construite et vécue

14La crise identitaire n’est pas un phénomène nouveau à Pékin, elle fait même en quelque sorte partie de son histoire, ou plutôt une identité forte s’est construite peu à peu, de crise en crise, celles-ci correspondant le plus souvent à un changement dynastique ou de pouvoir important.

15L’histoire produit une sorte de sédimentation. Des convergences et des traces de toutes sortes demeurent, qui se manifestent par des réalités formelles et un mode de vie particulier, dont on peut dire, sans trop risquer de se tromper, qu’ils conféraient au Pékin de la fin de la dynastie des Qing, une identité forte et remarquable, issue d’une culture originale et riche. Or, sous la dynastie des Qing, le peuple Pékinois doit faire face successivement à trois types d’humiliations auxquelles correspondront des transformations importantes de la ville : celle des Mandchous, celle des Occidentaux et celle des Japonais. Les Mandchous, fondateurs de cette dynastie, après avoir choisi Pékin comme capitale, chassent les Chinois han dans la ville extérieure dénommée, pour cette raison, ville chinoise par les Occidentaux. Si la Ville intérieure, dite tartare, s’ordonne de manière rigoureuse et soignée, la Ville extérieure est alors beaucoup plus densément peuplée et les extensions se font dans un certain désordre, comme le montre le plan de la trame viaire de cette époque.

  • 16 En France, l'idée de patrimoine naît à la fin du XVIIIe siècle et la première loi de protection des (...)

16La fin de la dynastie des Qing à Pékin est marquée par la présence agissante des Occidentaux (1840-1911). Le début de la première République (1911) voit la rapide déliquescence du pouvoir et les affrontements des seigneurs de la guerre, puis la guerre civile révolutionnaire (à partir de 1919), enfin l’invasion et l’occupation japonaise (1937-1945). Sans entrer dans le détail des guerres successives et des coups de force qui leur furent liés, soulignons qu’elles entraînèrent l’épuisement de la population, des destructions répétées importantes et des formes d’appropriation des espaces qui ne passaient pas toujours par le respect de la culture locale et du patrimoine historique. Parmi les transformations de la ville opérées par les étrangers, celle qui semble avoir le plus marqué les esprits est l’arrivée du chemin de fer, avec le percement des remparts et l’implantation de la gare à proximité de la porte de Qianmen. De même, l’architecture adoptée pour les constructions, comme celles par exemple du quartier des Légations, des grands hôtels (Sanjuan, 2003) ou les destructions opérées pour laisser passer l’automobile ou le tramway, jouèrent certainement un rôle dans le changement de références qui commençait à s’opérer. Les valeurs issues de l’Occident qui pénétrèrent alors la société pékinoise étaient à la fois techniques et intellectuelles au moment où l’idée même de patrimoine s’éveillait en Occident face au développement de l’architecture moderne16. C’est déjà la pensée moderne, objectivante, issue des Lumières, qui se heurte à la conception chinoise du monde et ses corrélations dans un mode de vie.

17Le deuxième stade est celui de la ville maoïste. L’influence est ici celle de l’idéologie moderniste et matérialiste du socialisme russe. L’état s’applique à détruire le système culturel et de valeurs construit au cours des siècles. Les moments de paroxysme de cette entreprise sont dramatiques et dramatiquement traumatisants : les Cent Fleurs (1956-1957), le Grand Bond en avant (1958), la Révolution culturelle (1966-1976) laissent des traces indélébiles. La valeur qui domine en définitive la société nouvelle c’est la production industrielle. La capitale, pour être digne de ce nom, doit être une grande ville industrielle. L’organisation même du tissu urbain et de la vie quotidienne des habitants se fait autour des unités de production. Les autres activités économiques restent sous-développées. La construction de logements est insuffisante et ne répond pas aux besoins. La vieille ville est densifiée, les anciens siheyuan, sur-occupés, se remplissent de constructions sommaires, les temples et les palais sont utilisés à toutes sortes de fonctions et aménagés en conséquence, sans respect pour la qualité architecturale spécifique de ces bâtiments.

18Le troisième stade est celui de la ville dengiste et de la politique dite « de réforme et d’ouverture ». Deng Xiaoping lance ses deux slogans qui vont propulser la Chine sur la scène internationale : « Enrichissez-vous !  » et « Qu’importe qu’un chat soit blanc ou noir pourvu qu’il attrape les souris ». Dans cette période, la valeur dominante devient celle de l’argent. L’argent est devenu le principal sujet de conversation. La valeur d’une chose est ce qu’elle coûte ou ce qu’elle rapporte. La société chinoise et donc la société pékinoise, marchent, de ce point de vue, sur les pas des sociétés et des villes occidentales. Tout ce qui peut être objectivé, quantifié, évalué, peut se vendre. Pékin entre dans « le système des objets » dont parlait Jean Baudrillard (1968) qui constitue peu à peu la base de la société de consommation (Baudrillard, 1970). Il ne s’agit pas seulement des objets qui entourent la vie quotidienne mais de tout ce qui est « objectivable ». Cela touche aussi la manière de concevoir l’architecture, l’objet architectural. De même que les objets de la vie quotidienne dans les sociétés postmodernes ne puisent plus leur sens dans leur fonction pratique mais dans leur matérialité, de même l’objet architectural se détache de son insertion pratique dans un substrat social et culturel, pour venir s’insérer dans un système de signes, à partir desquels pourra s’organiser et se mettre en œuvre un véritable processus de consommation. Pékin, comme le reste de la Chine, est entré à fond dans ce système culturel où la consommation, prenant la place de la morale, fait de tout corps, même humain, un objet soumis à un impératif de faire-valoir.

19À chacun de ces stades, la ville de Pékin s’éloigne de plus en plus de ce qui fut son monde, comme système de pensée et d’agir, mode de vie, et projection dans l’espace concret de la ville matérielle qui en constituait le cadre, sans pour autant avoir retrouvé une véritable intégration sociétale entre l’héritage du passé et la production de la ville du présent. Elle court, avec le reste de la Chine, vers « des lendemains radieux » (meihao weilai), un des grands slogans de l’idéologie maoïste qui perdure aujourd’hui dans l’idéalisation d’un monde global (Photo 1).

  • 17 Monde où "la ville se trouve assurée dans un ordre cosmique, celui-là même dont elle est à la fois (...)
  • 18 Nous nous appuyons ici sur les entretiens que nous avons eu avec une cinquantaine d'architectes et (...)
  • 19 Comme le souligne P.-A. Gruau (2006), cette évolution rappelle celle décrite par D. Mangin (2004). (...)

20On l’aura compris, entre le projet urbain qui s’est matérialisé dans cette ville de Pékin jusqu’au début du XXe siècle et celui d’aujourd’hui, il y a un monde17. Le projet urbain du Pékin d’aujourd’hui a deux dimensions : celle des urbanistes-planificateurs et celle des valeurs qui soutiennent l’évolution sociétale. Le projet des urbanistes travaille le plus souvent une ville idéelle, matérialisée par des schémas et des plans, séduisante sur le papier, mais qui court derrière la ville réelle qui se construit bien souvent sans eux18. D’un côté, la marchandisation de l’espace urbain a attiré les rapaces des quatre coins de la planète Terre19. D’un autre côté, les choix urbanistiques, bien que souvent précédés d’études sérieuses et d’enquêtes de terrain, s’appliquent davantage à imiter l’évolution des grandes métropoles internationales du monde qu’à prendre en compte l’histoire et les racines pékinoises.

Photo 1 : One world, one dream

Photo 1 : One world, one dream

Le slogan des jeux Olympiques : la vision chinoise du rêve unifié du monde est ici assez bien symbolisée par cette tour en construction et cette voiture sur le périphérique

Sylvie Ragueneau

  • 20 Au cours des années 90, plusieurs expériences ont été menées (Ju'er hutong, De Bao, etc… dont les é (...)
  • 21 Les quartiers sauvegardés ne le seront pas selon le sens que nous donnons à cette expression. Il s' (...)

21Les valeurs soutenant la construction de cette ville-là sont celles de la puissance et de l’argent qui, depuis quelques années, ne manquent pas à Pékin. Le projet identitaire, objectivé, est un projet de marketing(Broudehoux, 2004). Pékin, ville-région globale, devient, par définition, une métropole d’échelle internationale, et même transnationale (Béatrice Ferrari, 2006) et, en tant que telle, supposée capable d’attirer des capitaux du monde entier. Les jeux Olympiques sont une occasion fantastique de finaliser ce projet et de montrer au monde cette nouvelle image de la capitale chinoise. La ville ancienne devra s’intégrer dans cette perspective, en dépit des efforts de certains urbanistes et architectes pour explorer d’autres chemins20. La ville ancienne, ou plutôt l’ensemble reconstitué qui en tiendra lieu21, est donc, ici, ramenée au rôle principal de faire-valoir, faire vendre.

  • 22 Nous nous appuyons ici sur les entretiens que nous avons eus en Chine et en France avec des archite (...)
  • 23 De petites équipes indépendantes commencent à apparaître grâce à une ouverture de la législation en (...)
  • 24 Par la surface des terrains aménagés, le nombre de mètres carrés construits, les opérations d'urban (...)
  • 25 Elle est liée notamment à la temporalité des systèmes bancaires et à celle des retours d'investisse (...)

22Il y a donc un double hiatus. C’est l’écart entre la ville idéelle moderne et la ville réelle construite d’une part, et entre la ville projetée et la ville vécue, d’autre part. La ville idéelle moderne, celle de la conception urbanistique22, évoluant dans le monde des idées de manière cartésienne, cherche à résoudre les problèmes en les ramenant à des notions quantifiables, objectivables et techniques. Les urbanistes chinois sont bien équipés en matériel informatique et maîtrisent les logiciels qui garantissent le maximum d’efficacité à partir de telles données (rapidité de production des projets, précision, beauté même de leur expression). Ils doivent en effet pouvoir répondre rapidement à la demande de ceux qui détiennent le pouvoir de la décision et du financement (instances gouvernementales et politiques, developers et autres promoteurs immobiliers), les satisfaire et les convaincre, oscillant entre le rôle de l’inspiration et celui de la justification. Il faut distinguer ici aujourd’hui les urbanistes travaillant au sein des universités et instituts de recherche et de planification gouvernementaux et ceux qui sont intégrés dans les bureaux d’études des grands developers23. Les premiers sont sollicités par les instances gouvernementales de planification pour réaliser des études d’ensemble (analyses et définitions des objectifs, programmes d’actions, schémas directeurs…) et aussi des projets (souvent de type pilote) qui seront suivis ou non de réalisations concrètes. Ils courent souvent derrière la ville qui se construit dans le même temps… Les seconds sont un maillon dans le bureau d’étude chargé du projet, bureau qui se situe encore le plus souvent au sein de la firme du developer, et intègre lui-même concepteurs-projeteurs et bureaux d’études techniques. Les developers se voient remettre par le gouvernement d’énormes morceaux de territoire (le sol appartient à l’état : il s’agit donc d’un droit d’usage) sur lesquels, moyennant le respect de quelques contraintes, ils peuvent réaliser à peu près ce qu’ils veulent. Ces maîtres d’ouvrages parcellisent les projets entre leurs architectes, qui ne sont en réalité le plus souvent que des designers, le rôle principal étant plutôt dévolu à l’ingénieur de construction. Ils peuvent aussi décider d’en modifier tel ou tel aspect, sans nécessairement tenir compte de la cohérence esthétique et fonctionnelle d’ensemble, et encore moins de l’avis du concepteur : le projet une fois remis appartient à celui qui l’a acheté, et qui peut donc le modifier à sa guise. Le concepteur, de son côté, doit travailler à de telles échelles24 et dans des délais si courts, qu’il a peu de temps pour les états d’âme. Le décalage entre les uns et les autres est donc constant. Il relève de différences qui concernent les objectifs et les conditions d’études, mais aussi la temporalité. La temporalité de la planification urbaine est longue, celle des developers est aussi courte qu’il est possible25. L’action est du côté des capitaux et les developers sont plus rapides que les services de l’état. Les documents d’urbanisme, par la suite, devront donc souvent être modifiés dans le cadre des instituts d’urbanisme gouvernementaux en fonction de ce qui a été effectivement réalisé sur le terrain. Finalement, les urbanistes et les architectes ont déjà tant de mal à tenir compte de la ville réelle dans laquelle doivent s’inscrire leurs projets (on va relativement peu sur le terrain et l’environnement du site est étudié très sommairement), particulièrement à Pékin, où tout va si vite et où la pratique de la tabula rasa remplace souvent l’étude d’impact (ville réelle construite), que le travail d’écoute de ce qui se vit (ville réelle vécue) ne peut pratiquement jamais être fait.

  • 26 La société de masse et la production dans la ville maoïste, le système des objets et la société de (...)
  • 27 Les habitants du centre ancien dont les maisons étaient promises à la démolition ont fait l'objet d (...)

23La ville réelle projetée est donc celle qui est effectivement construite, matériellement, socialement, culturellement, par ceux qui en ont effectivement le pouvoir. Elle s’appuie sur des valeurs fondatrices dominantes26 qui tendent à donner à la ville une image identitaire qui s’impose « d’en haut » aux habitants, de manière en quelque sorte transcendante. En Chine, le processus peut avoir une certaine brutalité. Au cours de l’histoire de la ville ancienne de Pékin, par exemple, la dynastie des Yuan (dynastie mongole : 1271-1368) a construit sa nouvelle capitale (Dadu) à côté de l’ancienne, conquise (Zhongdu, « capitale du milieu » de la dynastie des Jin ou Jürchen : 1115-1234), puis a fait venir la population de l’ancienne ville dans la nouvelle. Dans la capitale actuelle, la mutation se fait par pans urbains entiers, en suivant les grandes lignes du Plan directeur, notamment en matière de voirie et pour la localisation des grandes fonctions. Pour le reste, les developers doivent prévoir le relogement des populations à déplacer, et donc, sont généralement engagés dans des opérations immobilières de périphérie en même temps que de centre-ville. La démarche est pragmatique et rapide (time is money), donc efficace. Les bulldozers agissent sans traîner, les échangeurs comme les buildings poussent comme des champignons, et la population est, si nécessaire, invitée de manière pressante27 (parfois manu militari) à déménager au plus vite pour s’installer, également au plus vite, dans les quartiers neufs prévus pour les accueillir.

  • 28 Le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) a estimé, en décembre 2007, à 1,5 mi (...)
  • 29 La perte du logement peut elle-même résulter de la fermeture de l'entreprise qui l'avait attribué, (...)
  • 30 ."Relations" pris ici au sens large. Il s'agit non seulement des relations humaines mais aussi des (...)
  • 31 Sur ce thème de la destruction du vieux Pékin, depuis 5 ou 6 ans, de nombreux reportages et article (...)

24La ville réelle vécue est celle des habitants qui doivent s’adapter, de gré ou de force, aux transformations qui leur sont imposées, mais qui participent à la construction du nouveau projet urbain, comme projection de la société en devenir, par leur façon d’occuper, de transformer voire de compléter les espaces construits qui leur sont proposés. C’est la ville qui se construit de manière immanente, à travers une multitude d’actes posés jour après jour, de relations tissées entre les habitants et leur environnement en évolution, et qui se matérialisent dans l’espace par des traces de toutes sortes. Sa temporalité est très longue. Cette ville-là, aujourd’hui en Chine, a bien du mal à exister. à Pékin notamment, ou les habitants, massivement déplacés du centre vers la périphérie28, doivent faire face à de nombreux problèmes, parmi lesquels : l’allongement de la durée des trajets domicile-travail, au point qu’ils en viennent parfois à perdre leur emploi ; l’obligation d’abandonner les déplacements à vélo (distances trop grandes et insécurité grandissante de la circulation routière) ; l’éclatement du réseau des relations affectives et familiales ; l’insuffisance des équipements des nouveaux quartiers obligeant à de nouveaux déplacements ; le changement d’échelle de leur environnement immédiat ; les difficultés à recréer un nouveau réseau de voisinage ; la perte des repères habituels de l’espace d’habitation… Pour certains, le problème de base sera la précarité (entreprises privées) ou la perte d’emploi (entreprises publiques et privées), associée à la perte du logement29, rendant extrêmement difficile le relogement pour des raisons financières. Par ailleurs, les habitants sont fortement handicapés pour recréer le nouveau tissu de relations30 qui leur permettra de s’inscrire dans un nouvel environnement de vie en raison, d’une part du traumatisme que constituent les circonstances de leur départ (le plus souvent brutales) et de la perte d’un quartier où ils avaient établi leurs repères, d’autre part parce que leur système culturel et de valeurs a été arasé31.

25Or, l’identité urbaine résulte de ce double mouvement d’une ville de projet qui s’impose d’en haut (la ville de projet proprement dite) et d’une ville vécue qui « se tricote » de l’intérieur. Pour se construire ainsi dans toutes ses dimensions sociales, culturelles, anthropologiques autant que formelles et économiques, elle a besoin de temps. Elle doit s’inscrire dans une histoire. La prise en compte d’une analyse fonctionnelle permet de mettre en place certaines des conditions de ce processus, mais ne peut pas le remplacer, car seule la vie dans les lieux peut créer ses propres points d’appui : l’identité suppose une identification, c’est-à-dire une reconnaissance. à Pékin aujourd’hui, non seulement tout va très vite, mais encore les traces accumulées sont éradiquées à grande échelle. Que ce soit dans les destructions des quartiers existants ou dans les constructions nouvelles, la ville vécue n’est pas vraiment prise en considération à Pékin, sinon sous forme d’études statistiques de population et de campagnes d’endoctrinement destinées à faire accepter les changements et à modifier les comportements. Néanmoins les témoignages recueillis à cette occasion aussi bien au moment de nos propres pérégrinations dans ces quartiers que dans les reportages effectués, notamment par la chaîne Arte ou par des particuliers qui mettent leur production en ligne sur Internet, montrent la formidable capacité des Pékinois à créer ces liens avec leur environnement, à habiter, même dans les conditions les plus précaires et les plus inconfortables, en recréant un environnement qui leur correspond. C’est cette capacité même qui participe de la construction identitaire.

26Des quartiers entiers ont été détruits, des populations déplacées, de nouvelles figures de béton et d’acier ont surgi partout dans le paysage pékinois, détruisant à tout jamais ce qui avait pendant des siècles caractérisé cette ville étonnante… La presse occidentale se fait régulièrement l’écho des aspirations, des problèmes et des questions auxquels la capitale chinoise est aujourd’hui confrontée. La quête identitaire, le désir de reconnaissance, orientés vers la puissance économique, s’appuient en haut de l’échelle sur la soif du pouvoir, et en bas sur la lutte pour la vie, la lutte pour trouver tout simplement des moyens d’existence, aujourd’hui encore insuffisants pour une grande majorité de Chinois. Le nouveau projet urbain, matérialisé par les plans successifs et la « marchandisation » de la ville dans son ensemble, a créé et programmé les conditions de destruction de l’ancienne identité de la capitale, pour la remplacer par une autre, plus conforme à la Chine Nouvelle (pour reprendre le titre français de la revue de propagande d’état à l’intention des pays étrangers), c’est-à-dire à cette image supposée attirer admiration, respect et capitaux du monde entier. La ville ancienne est devenue un boulet qui peut, au mieux, servir de faire-valoir à la nouvelle ville « marchandise » qui émerge. Des grands noms de l’architecture et de l’urbanisme sont venus donner plus de force au projet. Mais en réalité, le projet urbain, aussi fort soit-il, ne suffit pas à construire l’identité d’une ville. Celle-ci résulte d’un ensemble de processus complexes qui ne sont pas fondamentalement mécaniques mais humains. La ville réelle, construite et vécue, ne s’identifie pas au projet urbain, elle en résultera de manière plus ou moins complète et plus ou moins heureuse, à la mesure de l’adéquation et de l’articulation entre ces trois termes : le projet urbain, la construction urbaine, la ville vécue. à Pékin, cette adéquation pose aujourd’hui problème, mais le problème n’existe-t-il qu’à Pékin ?

Haut de page

Bibliographie

Baudrillard, Jean, 1968, Le système des objets, Paris, Gallimard.

Baudrillard, Jean, 1970, La société de consommation, ses mythes et ses structures, Paris, Gallimard.

Berque, Augustin, 2000, Ecoumène, introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Boothroyd, Ninette et Muriel Détrie, 1992, Le voyage en Chine. Anthologie des voyageurs occidentaux du Moyen âge à la chute de l’empire chinois, Paris, Robert Laffont.

Broudehoux, Anne-Marie, 2004, The making and selling of post-Mao Beijing, New York et Londres, Routledge.

Cheng, Anne, 1997, Histoire de la pensée chinoise, Paris, Seuil,.

Clément, Pierre, 1984, L’ambiguïté d’une dépendance, la ville chinoise et le commerce, Paris, IFA / CERA.

Clément, Pierre, 1987, Architecture du paysage en Extrême-Orient, Paris, édition de l’école nationale supérieure des Beaux-Arts.

Clément, Pierre, 1995, Cités d’Asie, Paris, éditions parenthèses.

Dubois-Taine, Geneviève et Yves Chalas, 1998, La ville émergente, Paris, éditions de l’Aube.

Edelmann, Frédéric, 2006, « D’un quartier, Pékin fait table rase », Le Monde, 21 décembre.

Ferrari, Béatrice, 2006, « La construction d’espaces transnationaux à Beijing », mémoire de licence, sous la direction de O. Söderström, Institut de géographie, université de Neufchâtel, non publié.

George, Pierre, 1988, « L’inconstance des lieux », revue des Sciences morales et politiques, Paris, PUF, n° 4, p. 520.

Gernet, Jacques, 1987, Le monde chinois, Paris, Armand Colin.

Granet, Marcel, 1988, La pensée chinoise, Paris, Albin Michel, (éd. or. 1934).

Gruau, Pierre-Antoine, 2006, « Places et considérations de l’environnement dans l’édification de Pékin », mémoire de 3e cycle sous la direction de P. Clément, école d’architecture de Paris-Belleville, non publié.

Heidegger, Martin, 1954, « Bâtir habiter penser », dans Essais et conférences, 1958, Paris, Gallimard, (éd. originale en allemand : Vorträge und aufsäze, Pfullingen).

Hoa, Léon, 1981, Reconstruire la Chine, trente ans d’urbanisme 1949-1979, Paris, éditions du Moniteur.

Jonathan, Philippe, 2005, « Destruction du vieux Pékin et polycentralité », L’information géographique, Paris, Armand Colin, vol. 69 (1/2005), p. 5-6.

Kalinowski, Marc (trad.), 1991, Cosmologie et divination dans la Chine ancienne : Le Compendium des cinq agents (Wuxing dayi, VIe siècle), Paris, Publications de l’école française d’Extrême-Orient (vol. CLXVI).

Ke, Huangzhang, 1993, « A great across-the-century planning to build a modernized capital; the revision of Beijing City overall plan », China City Planning Review, Pékin, Urban Planning Society of China, vol. 9, n° 4, p. 2-6.

Lao, She, 1996, 1998 et 2000, Quatre générations sous le même toit, Paris, éditions Mercure de France (Gallimard), 3 volumes : trad. de Jing Yixiao pour le tome I, trad. de Chantal Andro pour les tomes II et III, (édition originale 1946), tomes I et II, 1946, Shanghai, Chengguang chuban gongsi, tome III, 1975, Hong Kong, Wenhua shengguo chubanshe.

Lefebvre, Henri, 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

Li, Mingde, 2003, Hutong men Jianzhu yishu, the architectural art of hutong gate buildings, Pékin, Zhongguo jifanzhu gongye chubanshe.

Liang, Sicheng, 2001, A pictoral history of Chinese architecture, Tianjin, Baihua wenyi chubanfaxing.

Liu, Jian, 2004, Lianyu quyu zhengti de jiaoqu fazhan, (Développement de la banlieue et gouvernance territoriale), Pékin, Dongnan daxue chuban.

Mangin, David, 2004, La ville franchisée : formes et structures de la ville contemporaine, Paris, éditions de la Villette.

OBRINGER, Frédéric, 2001, Fengshui, l’art d’habiter la terrre, Arles, éditions Philippe Picquier.

Poletti, Thomas, 2006, « Pékin, métamorphoses : planification de l’axe nord-sud », mémoire de 3e cycle, sous la direction de P. Clément, école d’architecture de Paris-Belleville, juin, non publié.

Sanjuan, Thierry (dir.), 2003, Les grands hôtels en Asie. Modernité, dynamiques urbaines et sociabilité, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. Géographie.

Shatzman Steinhardt, Nancy, 1990, Chinese imperial city planning, Honolulu, University of Hawaï Press, dernière édition 1999.

Wang, Jiming, 1999, Beijing siheyuan (Les cours carrées de Pékin), Pékin, Zhongguo chubanshe.

Wang, Qiheng, (dir.), 1992, Fengshui lilun Yanjiu, (Recherche sur la théorie du Fengshui), Tianjin, Tianjin daxue chubanshe, 2e éd. 1998.

Wang, Qijun, 1999, Lao fangzi, Beijing de Siheyuan (Vieilles maisons, les cours carrées de Pékin), Pékin, Jiangsu meishu chubanshe.

Wang Jun, Cheng Ji, 2003, Mémoire de la ville, Pékin, Xinhe shudian.

Wu, Huanjia, 2003, Zhongguo jianzhu, chuantong yu xin tong, (La construction en Chine, forme (système) traditionnelle et nouvelle forme), Nankin, Dongnan chubanshe.

Wu, Liangyong et Jian Liu, 2006, « City edge and regional planning: a case study on Beijing », China City Planning Review, Pékin, Urban Planning Society of China, vol. 15, n° 1, p. 45-49.

Wu, Liangyong, 1993, Beijing jiucheng yu Juer hutong (La vieille ville de Pékin et Juer hutong), Pékin, Zhongguo jianzhu gongye chubanshe; 1999, édition en anglais: Rehabilitating the old city of Beijing, a project in the Ju’er Hutong neighbourhood, Vancouver, University of British Columbia.

Wu, Liangyong, 2007, China City Planning Review, Pékin, Urban Planning Society of China, vol. 16, n° 1.

YI, Ding, 1994, Zhongguo gudai fengshui yu jianzhu xuan zhi (Le Fengshui, dans la Chine ancienne et le choix des sites de construction), Shijiazhuang, Hebei kexue chubanshe,

Zhang, Liang, 2003, La naissance du concept de patrimoine en Chine, Paris, Ipraus, éditions Recherches.

Haut de page

Notes

1 Sous la direction d'Augustin Berque, à l'EHESS Paris.

2 L'histoire de Pékin a fait l'objet de nombreux ouvrages chinois, japonais et occidentaux. Citons plus particulièrement : Nancy Shatzman Steinhardt (1990, 1999).

3 Dans ces expressions, dushi désigne la grande ville, la métropole mais aussi la ville centre, the City. Jianshe désigne l'acte de bâtir, de construire, mais est aussi employé au sens du "projet", de "l'œuvre" de construction (sheti). Jihua désigne le plan. Source : Chengshi guihua yu yuanlin luhua cedian, English-chinese dictionary of urban planing and landscape, Beijing, Zhongguo jianzhu gongye chubanshe, 1994.

4 Chengshi désigne la ville au sens ici de territoire urbain, mais non pas nécessairement déjà urbanisé, et guihua, désigne le plan, mais aussi la planification ; yi ge zongti chengshi guihua, un plan d'ensemble de la ville ; shi nian guihua : planifier pour 10 ans.

5 Nous nous appuyons ici sur des travaux, à notre connaissance, non publiés de Liu Jian, docteur en urbanisme et professeur associé à l'université de Qinghua à Pékin.

6 Liang Sicheng (1901-1972) est aujourd'hui connu et reconnu pour avoir effectué d'importantes recherches, dès les années 30, sur l'architecture traditionnelle chinoise. Une partie de ses travaux a été récemment publiée. Voir notamment, dans une version bilingue : Liang (2001).

7 En Chine, la politique territoriale distingue les territoires urbains (shiqu) relevant de la politique urbaine et les territoires ruraux (xianqu) relevant de la politique rurale. Ce nouveau schéma concerne les districts dits urbains (shiqu) du territoire qui comprennent la partie agglomérée de la capitale et des agglomérations périphériques érigées en districts urbains par décision administrative. Cela représente une surface déjà assez importante puisqu'elle est passée de 108,9 km en 1950 à 346 km en 1980. Mais elle ne concerne pas toutes les zones construites puisque certaines agglomérations ou espaces construits de manière plus ou moins dispersée resteront en zone rurale. Par ailleurs, la surface faisant véritablement l'objet de planification urbaine ne s'accroît pas dans les mêmes proportions puisqu'elle passe de 600 km en 1958 à seulement 750 km en 1982.

8 Depuis le premier schéma directeur de 1958.

9 L'axe nord-sud est analysé de manière intéressante par Thomas Poletti, 2006.

10 Situé près de la porte Qianmen, à côté de l'ancienne gare, il a été ouvert en 2004 et présente, sur quatre étages, le passé, le présent et le futur de la capitale.

11 Dessinée par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas (OMA).

12 Notamment le plan pour une "ville contemporaine de 3 millions d'habitants" (1922) et le fameux plan Voisin de Paris (1925) qui ne furent pas réalisés.

13 Est souvent cité, le Zhouli, ou Rituel des Zhou dont le chapitre XIII, le Kaogongji ou Mémoire sur les arts et métiers, donne des descriptions précises de l'organisation urbaine. Il s'agit en fait d'une référence à la tradition confucéenne (les six classiques) qui groupe des textes et traditions que certains font remonter à la période fondatrice et mythique des Zhou. Repris (et recompilés) avec force à certains moments de l'histoire, ils soulignent le poids de la référence à l'Antiquité. Parmi eux le Zhouyi, dit aussi Livre des mutations, tient une place privilégiée, sa riche et longue tradition interprétative lui donne sa valeur, à référence universelle, de traité cosmologique (Cheng, 1997, p. 254).

14 D'où cette impression, pour un Occidental notamment, de voir toujours la même chose en passant d'un temple à un autre, d'un palais à un autre, d'une rue à l'autre dans ce type de ville.

15 Les maisons traditionnelles à cours, dite aussi cours carrées, ou quadrangle de Pékin.

16 En France, l'idée de patrimoine naît à la fin du XVIIIe siècle et la première loi de protection des monuments historiques est du 3 mars 1887, mais l'élargissement de la notion à des sites et des ensembles ne se développe qu'en 1930 avec la loi sur la protection des monuments naturels et des sites, puis celle des abords des monuments en 1943. Elle commence aussi à apparaître dans certains milieux en Chine à cette époque, en même temps que l'introduction de l'architecture occidentale (notamment avec les travaux de Liang Sicheng qui a étudié l'architecture aux états-Unis avec un professeur français : Paul Cret, des Beaux-Arts de Paris). La Société d'études sur les constructions chinoises est fondée en 1930 par Zhu Qiqian. Mais leur influence n'a pas le temps de se faire sentir. La conception socialiste de la ville s'imposera et poussera le développement des villes chinoises, et particulièrement de Pékin, dans une tout autre direction (Zhang Liang, 2003).

17 Monde où "la ville se trouve assurée dans un ordre cosmique, celui-là même dont elle est à la fois la source et la garante" (Berque, 2000, p. 38 et d'une manière générale p. 31-58).

18 Nous nous appuyons ici sur les entretiens que nous avons eu avec une cinquantaine d'architectes et urbanistes chinois, dont une dizaine de Pékin, appartenant à différentes instances et à différents niveaux du processus de production du projet urbain de la capitale.

19 Comme le souligne P.-A. Gruau (2006), cette évolution rappelle celle décrite par D. Mangin (2004). Mais ce n'est plus seulement le terrain qui devient marchandise (par vente des droits à construire à des promoteurs, sur de très grandes surfaces, le terrain demeurant propriété de l'état). C'est toute la ville, dans une construction identitaire ciblée, qui devient le faire-valoir de la Chine.

20 Au cours des années 90, plusieurs expériences ont été menées (Ju'er hutong, De Bao, etc… dont les études ont été réalisées par des équipes de recherche de l'université de Qinghua) pour tenter une transformation du centre ancien de Pékin qui en respecte l'esprit et l'échelle. Elles n'ont pas eu de suite et n'ont pas empêché des destructions massives par ailleurs.

21 Les quartiers sauvegardés ne le seront pas selon le sens que nous donnons à cette expression. Il s'agit en réalité de recréer, dans certains quartiers de la vieille ville, l'ambiance du vieux Pékin, en reconstituant des rues traditionnelles, ou supposées telles, après démolition des anciennes maisons. Actuellement, les quartiers sud de Qianmen ont été rasés pour faire place au réaménagement d'un quartier dit historique (Edelmann, 2006).

22 Nous nous appuyons ici sur les entretiens que nous avons eus en Chine et en France avec des architectes et urbanistes chinois ainsi que sur un ensemble de publications caractéristiques de la pensée dominante en Chine sur ce sujet. Citons notamment le petit ouvrage de Wu Huanjia, 2003.

23 De petites équipes indépendantes commencent à apparaître grâce à une ouverture de la législation en direction de l'activité privée, mais le phénomène est encore trop récent et limité pour que nous puissions l'évoquer ici.

24 Par la surface des terrains aménagés, le nombre de mètres carrés construits, les opérations d'urbanisme et d'architecture chinoises se rapprochent des démarches françaises de l'après-guerre et des années 1960-70 (nos villes nouvelles et nos ZUP). Ce sont de très grands morceaux de ville qui sont conçus et construits très rapidement dans la périphérie, mais aussi, après démolition de quartiers entiers, au cœur des villes.

25 Elle est liée notamment à la temporalité des systèmes bancaires et à celle des retours d'investissements attendus.

26 La société de masse et la production dans la ville maoïste, le système des objets et la société de consommation, l'argent, dans la société actuelle.

27 Les habitants du centre ancien dont les maisons étaient promises à la démolition ont fait l'objet d'un véritable matraquage pour les amener à quitter les lieux le plus rapidement possible.

28 Le Centre sur les droits au logement et les expulsions (COHRE) a estimé, en décembre 2007, à 1,5 million le nombre d'habitants expulsés avant le début des jeux Olympiques. La plupart a dû quitter le centre-ville en même temps que les logements qui devaient être rasés (Edelmann, 2006).

29 La perte du logement peut elle-même résulter de la fermeture de l'entreprise qui l'avait attribué, de l'obligation faite à l'occupant d'acquérir son logement, ou de la rénovation urbaine.

30 ."Relations" pris ici au sens large. Il s'agit non seulement des relations humaines mais aussi des relations que les habitants nouent avec l'espace physique qui les entoure.

31 Sur ce thème de la destruction du vieux Pékin, depuis 5 ou 6 ans, de nombreux reportages et articles ont été réalisés qui ont valeur de témoignages. Citons notamment l'édition du Journal de 20 h sur l'A2 le 22/07/2002 et P. Jonathan (2005, p. 5 à 6).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La ville des Ming et des Qing
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2 : Schéma structurel de Pékin
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 1 : One world, one dream
Légende Le slogan des jeux Olympiques : la vision chinoise du rêve unifié du monde est ici assez bien symbolisée par cette tour en construction et cette voiture sur le périphérique
Crédits Sylvie Ragueneau
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ragueneau, « Peut-on réinventer Pékin ? », Géographie et cultures, 65 | 2008, 111-132.

Référence électronique

Sylvie Ragueneau, « Peut-on réinventer Pékin ? », Géographie et cultures [En ligne], 65 | 2008, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1427 ; DOI : 10.4000/gc.1427

Haut de page

Auteur

Sylvie Ragueneau

EHESS – CERFISE (Centre d’études, de recherches et de formation institutionnelle du Sud-Est)
sylrague.cerfise@orange.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org