Navigation – Plan du site

La géographie culturelle italienne

Orientations de recherche
The italian cultural geography. Research orientations
Giuliana Andreotti
p. 7-34

Résumés

La géographie culturelle italienne est longtemps restée une discipline implicite car, jusqu’aux années 1980, les géographes italiens ne se préoccupaient guère de souligner l’aspect culturel de la géographie : leur approche de la discipline était spontanément culturelle. à la fin des années 1980 en revanche, ils soulignent explicitement le caractère original de cette approche. On commence à parler expressément de géographie culturelle. Dans la phase implicite comme dans la phase explicite de l’approche culturelle, les travaux se développent selon deux directions : l’une est anthropologique et l’autre humaniste. La première concerne les aspects physiques et anthropiques du paysage et les biens culturels. La seconde, tout en privilégiant les études de paysage, met en évidence les éléments éthiques et esthétiques. Elle s’occupe aussi des caractères immatériels des cultures. L’exigence actuelle insiste sur la dimension spirituelle de l’humanité, valorise l’approche humaniste, spiritualiste et symbolique.

Haut de page

Indexation

Géographie :

Italie
Haut de page

Texte intégral

  • 1 "Cultural geography is not a new subject. This generalization holds true whether we define ’subject (...)

1Dans leur célèbre manuel de 1962, Philip L. Wagner et Marvin M. Mikesell (p. VII) affirment que la géographie culturelle n’est pas un sujet nouveau. Cette idée n’est vraie que si le terme « sujet » est utilisé pour caractériser une discipline scientifique, ou s’il s’agit simplement de donner un point de vue1.

La géographie culturelle en tant que point de vue

2Avant de devenir une discipline scientifiquement reconnue, la géographie culturelle est longtemps restée un simple point de vue. Des exemples le montrent dès l’Antiquité classique : elle est déjà présente dans les digressions géographiques et ethnographiques chez les auteurs grecs, Hérodote, Thucydide, Strabon et plus tard chez les Latins – César et Tacite : ils ne se bornent pas à décrire les territoires et les peuples connus ; ils cherchent aussi à préciser les motivations culturelles qui sont liées à leurs choix sociaux et religieux.

3Au Ve siècle avant notre ère, Hérodote, « père » incontesté de l’histoire selon la définition célèbre de Cicéron, interrompt souvent la narration des grands exploits de ses Histoires pour parler des peuples avec lesquels il a pu entrer en contact. Au Ve siècle toujours, un autre historien, Thucydide, dans les Histoires, connues aussi sous le nom La guerre du Péloponnèse, propose une analyse profonde des causes culturelles qui déterminent les aspects des anciennes civilisations. Le début de son œuvre est en fait une analyse de géographie culturelle dans laquelle il décrit le territoire de l’Attique et d’Athènes et explique les raisons de la construction de ce paysage. La géographie se fait culture parce que les événements lui donnent un sens et une raison d’être. Ainsi, les migrations ont leur logique, les peuples s’établissent dans un lieu de façon durable pour des raisons liées à l’histoire de l’homme.

4Giambattista Vico peut-il être aussi considéré comme un précurseur de la géographie culturelle ? N’a-t-il pas souligné, dans la Nouvelle science, en 1725, que les actions de l’homme avaient un sens, non pas mécanique, mais lié à leur dimension la plus intime. En faisant de l’homme le créateur de l’histoire et du monde culturel, il en fait aussi l’interprète privilégié de ce que l’histoire et le monde expriment, même lorsque ces expressions doivent être sorties de la réalité géographique.

5Au Ier siècle avant notre ère, dans la Géographie, Strabon décrit systématiquement les régions du monde connues de son temps. Il dépasse souvent la pure description pour considérer le devenir des différentes cultures en relation avec les phénomènes géo-anthropiques.

6En ce qui concerne le monde latin, le César dans le De Bello Gallico (La guerre des Gaules) introduit des passages de géographie culturelle entre le récit des manœuvres et celui des batailles : il y traite par exemple des usages et des coutumes des Germains et de leur manière de vivre le territoire. César ne se contente pas de décrire, mais il reconnaît les signes d’une culture, complètement originale, qu’il considère comme barbare. Tacite, historien de l’empire romain, fera de même dans De Germania (« De l’Allemagne »). Il présente la région et, tribu par tribu, les habitants de cette terre considérée comme une redoutable menace pour Rome, après la défaite infligée par Arminius aux légions romaines dans la forêt de Teutoburg (en 9 après J.-C.).

7Citer en exemple tous ceux qui traitèrent, même incidemment, de géographie en soulignant les aspects culturels, nous conduirait à refaire l’histoire de l’homme, parce que ces cas sont innombrables, non seulement au cours de l’Antiquité classique où les traditions chorographique et logographique se sont imposées, mais aussi pendant toute l’époque qui va du Moyen âge aux Temps les plus modernes.

Les origines de la géographie moderne

8En tant que discipline scientifique, la géographie culturelle a connu, en Italie, une première phase de développement entre le XIXe siècle et les années 1960. Il ne s’agissait pas d’un courant institutionnalisé, comme pour l’école de Carl Sauer à Berkeley, mais d’une articulation implicite au plus vaste domaine de la géographie humaine. Du XIXe siècle jusqu’à nos jours, deux conceptions se sont opposées dans la philosophie européenne : l’une est positiviste et l’autre idéaliste. Les deux courants influencent le cours de la géographie culturelle.

9Les sources les plus authentiquement classiques de la géographie moderne se situent entre le XVIIIe et le XIXe siècle. La spécialisation géographique manque encore ; ce sont des hommes qui viennent de formations très variées – philosophes, historiens, ethnographes, économistes – qui élaborent et répandent alors la pensée et la méthode géographiques. Melchiorre Gioia, Gian Domenico Romagnosi et Carlo Cattaneo anticipent, même si c’est sous une forme encore vague, bien des idées directrices de Friedrich Ratzel. C’est la raison pour laquelle un auteur éminent du siècle dernier, Roberto Almagià (1962, p. 288), voit plutôt en Friedrich Ratzel celui qui a organisé systématiquement la géographie humaine que celui qui l’a instituée.

10Les trois auteurs que nous venons de citer s’occupent de sujets géographiques : les interrelations entre l’homme et les phénomènes de la surface terrestre. Ils s’engagent politiquement pour « améliorer les conditions sociales du pays et de rattraper les retards culturels et économiques dus au long fractionnement politique » (Luzzana Caraci, 1987, p. 52-53). Ils traitent des problèmes sociaux de leur temps et des thèmes de la civilisation et du progrès en donnant une place considérable aux faits de culture. Cette civilisation est considérée comme un produit du milieu, des conditions historiques et des connaissances humaines. Comme ils n’ont pas mûri dans la discipline, comme Ratzel – qui descend dans la réalité du monde et donne forme à la discipline – ils ne mettent pas l’accent, comme lui, sur les influences du milieu sur les comportements humains.

11Melchiorre Gioia (1767-1829), économiste et historiographe originaire de Piacienza, est le fondateur reconnu de la statistique italienne. Il l’utilise pour recueillir et classer des faits. Se situant dans une tradition utilitaire des Lumières, il effectue des enquêtes systématiques sur les départements de l’Italie napoléonienne. Il dipartimento dell’Agogna (Le département de l’Agogna, 1987) offre un choix encyclopédique d’informations sur les caractéristiques humaines et naturelles du Novarese. Rien n’y est négligé, tout y est étudié : le milieu naturel y est décrit dans ses aspects géomorphologiques, hydrographiques et climatiques. L’auteur s’occupe des rues, des rizières, du commerce et des activités minières, mais il est aussi attentif aux caractères et aux habitudes des habitants, à leur religion et à leur instruction, aux mouvements de migrations et à l’économie d’une façon générale. Les faits humains sont expliqués par des causes d’origines naturelle, mais aussi historique et sociale. Gioia attribue par exemple l’absence d’usines à Novara, à des causes géographiques, telles que la proximité de villes commerciales actives (Turin, Milan, Verceil, Pavie), mais aussi à des causes civiles, financières et religieuses. Il souligne, parmi celles-ci, la charge excessive des taxes et le nombre élevé d’institutions religieuses qui dispensent l’aumône et offrent une occupation dans les services (1987, p. 83-84).

12Giandomenico Romagnosi (1761-1835) est un penseur. Au-delà des enquêtes et des expériences qu’il mène sur les phénomènes naturels, il se consacre aux études philosophiques, juridiques, politiques et sociales. Il subit, comme Gioia, l’influence de la culture philosophique française, alors dominante en Italie : il puise en particulier aux principes du « sensualisme », ce qui le rapproche de la pensée de Condillac. En s’inspirant de celui-ci, il attribue chaque connaissance à un sens ; celui-ci ne donne d’ailleurs pas accès à la connaissance des choses, mais à ce qu’on perçoit des choses, aux phénomènes. Ces phénomènes ne sont pas la copie du réel, mais des signes naturels. L’étude de la vie sociale envisagée selon toutes ses composantes le porte à considérer l’homme en relation avec son contexte social et historique. étudier l’histoire de l’homme, c’est étudier le progrès de la civilisation qu’il crée.

13Dans le Risorgimento dell’incivilimento italiano (Le risorgimento de la civilisation italienne, 1832) Romagnosi traite d’une série de problèmes relatifs à la population, au territoire, au gouvernement, à l’agriculture et au commerce. Il distingue culture et civilisation, en remarquant comment en Italie, la première – les commerces, les arts, la littérature – a précédé la seconde. Ce dualisme n’a pas nécessairement de correspondance dans la réalité, il existe comme « un principe caché de vitalité sociale qui se pose comme civilisation ».

14Le fait que Romagnosi s’occupe du sujet culture / civilisation, déjà présent chez Kant et dans l’histoire de la pensée allemande des XIXe et XXe siècles (Andreotti, 1994, p. 22-34 ; 2002, p. 10-30), souligne le rapprochement entre l’Italie et le monde culturel allemand dans le courant du XIXe siècle, mais aussi l’intérêt que Romagnosi manifeste pour des sujets propres à la géographie culturelle. Ses thèses sont accueillies et développées par ses élèves, en particulier par Carlo Cattaneo (1801-1869). Personnalité géniale et moderne, Cattaneo est l’auteur d’une œuvre étendue ; il est le fondateur du magazine Le polytechnique, (1839-1844), célèbre « répertoire mensuel d’études appliquées à la prospérité et à la culture sociale », après avoir été le compilateur des Annales de statistique déjà dirigées par Gioia et Romagnosi. Dans son essai sur les Interdictions israéliennes (1836), il se concentre sur le développement de la culture matérielle dans le processus de civilisation. De vastes problématiques territoriales sont abordées dans les Notizie naturali e civili su la Lombardia (Nouvelles naturelles et civiles sur la Lombardie). Cet ouvrage, qui opère une coupe dans l’histoire de l’Italie, est publié en 1844 pour le VIe Congrès des savants italiens à Milan. Proche de la pensée de Vico, il traite l’histoire de l’Italie à partir de son déroulement organique. L’introduction est un modèle d’analyse géographique, ethnique et historique régionale. Son attention se porte aussi vers des lieux et des pays lointains dont il recherche les caractères culturels.

15Son essai de 1845 Sull’imperio indo-britannico (Sur l’empire indo-britannique) en fournit un exemple. Il est republié en 1957 (p. 783-826) avec le titre Dell’India antica e moderna (De l’Inde ancienne et moderne). De la même veine sont ses ouvrages sur La Cina (La Chine, 1846-1860) et sur Gli antichi Messicani (Les anciens Mexicains, 1860). Cattaneo s’intéresse aussi aux problèmes de linguistique comparée. Il étudie la propagation des langues qu’il n’identifie pas aux nationalités. Il note la formation d’affinités qui ne sont pas corrélées aux migrations des peuples, mais à des origines communes.

Une géographie culturelle qui devient implicite

16Ce n’est qu’au début des années 1980, après la parenthèse qu’a constituée durant vingt ans la géographie quantitative, qu’une géographie culturelle reconnue par tous commence à s’affirmer en Italie. Jusque-là, il était rare que les géographes italiens se concentrent sur cet aspect de la discipline, à l’image d’autres écoles (anglo-saxonnes ou allemandes). Cette apparente négligence résulte du fait que pour eux, le substrat culturel qu’ils faisaient intervenir dans toutes leurs explications paraissait naturellement donné. Ils ne se souciaient donc pas de souligner explicitement l’aspect culturel de la géographie, étant donné que leur approche était en elle-même culturelle. Cette spécificité est en train de s’affirmer ; elle suscite de nombreuses discussions. Que ce genre de débat n’ait pas eu lieu plus tôt est normal : face aux prétentions hégémoniques que la culture occidentale affichait au moins jusqu’au second conflit mondial, il n’était pas possible de voir émerger ce genre d’antithèse. Il ne semblait pas exister d’alternative à la culture européenne et occidentale parce que presque tout – idées, modèles, perspectives – était d’origine européenne. Jusqu’après de la Seconde Guerre mondiale, la culture donnait l’impression d’être une : européenne et occidentale. L’existence d’antithèses s’impose par contre aujourd’hui dans la dialectique culturelle. Avec l’affranchissement de l’Afrique et de l’Asie, avec l’émergence du « protagoniste » chinois et celle des autres nations asiatiques, et avec les revendications contre les états-Unis en Amérique centrale et méridionale, d’autres aspects culturels qui diffèrent de l’occidental sont apparus, puis ont été acceptés.

17Aujourd’hui, la culture européenne est socialement et politiquement sensibilisée. Elle reconnaît de plus en plus souvent l’existence de cultures émergentes ou de cultures délaissées, mais aussi celle de cultures en ruines : l’attribut culturel s’anime et s’impose de lui-même. Alors qu’il demeurait généralement implicite dans beaucoup de sujets, il est aujourd’hui revendiqué et souligné avec une vigueur parfois même polémique. Il restait implicite parce que chaque réflexion, chaque notation, même si elles n’apparaissaient pas comme proprement culturelles, avaient précisément leurs causes, leurs impulsions et leurs motivations dans une forte exclusivité culturelle. Le géographe italien avait l’impression de se trouver « comme un poisson dans l’eau » quand il présentait ses arguments et les discutait. Quand il s’adressait à des interlocuteurs culturellement compétents, il n’avait pas besoin de faire mention de l’arrière-plan culturel sur lequel son jugement s’appuyait.

18Pour un géographe idéal, la dominance, durant une génération, de nouvelles tendances très variées qui convergeaient presque toutes vers le matérialisme ou vers la dialectique marxiste, n’aurait pas dû interrompre la ligne directrice du discours géographique. Elle avait détourné, en fait, la plus grande partie de cette génération des sources originaires, les plus authentiquement classiques, de la géographie. L’accord implicite s’était par conséquent évanoui : tout l’intérêt visait à forger des mots d’ordre dans un style abstrait, nomothétique et déductif ; ils n’avaient de sens qu’en se plaçant dans la perspective d’analyses localisées ; l’obscurité des formules mathématiques, des modèles géométriques abstraits et des résultats dialectiques qu’ils mobilisaient les rendaient difficilement compréhensibles.

19Pendant bien des années, on a développé une géographie « théorique » qui s’appuyait sur des « modèles », qui, comme le dit Paul Claval, « ne prétendent pas nécessairement correspondre à la réalité profonde [...] » (1989, p. 197). « La réalité profonde » : c’est là que je m’arrête. C’est au moment où le géographe devient philosophe, qu’il se fait chercheur attentif, timide même. « La réalité profonde » pourrait être un titre magnifique pour la géographie culturelle. Une théorie est comme un cerf-volant qui joue avec les vents du moment, et quand les vents cessent, il tombe. Par contre, les colonnes éternelles qui ont soutenu l’humanité sont plantées dans la réalité profonde. Ces colonnes ne sont faites ni en marbre ni en granit, mais en expérience, tradition et donc culture. Claval ne visait sans doute pas cette conclusion, mais j’ai perçu dans cette réalité profonde une conscience de la complexité à laquelle le géographe doit faire face dans sa démarche.

20Dans les années 1970 et 1980 au cours desquelles dominaient la géographie quantitative et l’analyse spatiale, auxquelles Jean-Robert Pitte attribue « l’arrogance » génératrice d’un « petit âge glaciaire » (2001, p. 44-45), un grand géographe italien, Lucio Gambi (1973), avait souligné l’interdépendance entre géographie et histoire. Celui qui voulait donc se consacrer à une étude de la géographie plus orientée vers l’histoire trouvait déjà la porte ouverte. C’était une voie vers la géographie culturelle : celle-ci ne recherche-t-elle pas une explication historique des faits humains, une explication dans laquelle s’insère l’idée de durée ? (Claval, 1964 ; 1989, p. 136). On retrouve la même idée dans l’ouvrage Où en est la géographie historique ? de Philippe Boulanger et Jean-René Trochet (2005).

Le courant perceptif et humaniste

21Les circonstances auxquelles j’ai fait allusion et le refus de « l’analyse spatiale » me semblent les causes les plus évidentes de l’intérêt nouveau pour la perception qui conduit à la prise en considération de l’attribut culturel, et au fait que d’implicite qu’elle était, la culture devient explicite. Cela se produit dans la seconde moitié des années 1970 grâce à un groupe de spécialistes réunis à Milan autour de Giacomo Corna Pellegrini, à un moment où tout avait l’air de devoir être bâti sur de nouvelles bases. Ce groupe réagit au positivisme dominant en mettant l’accent sur les aspects plus proprement humains de la réalité et en prenant inspiration dans le grand courant de la géographie humaniste.

22Le courant perceptif soutient que le sujet est au centre de chaque chose et de chaque jugement géographique : il ne porte pas un jugement absolu, mais un jugement relatif, selon sa façon de percevoir la réalité. Les spécialistes de Milan sont de vrais géographes dans leur façon de percevoir la réalité géographique ou la géographie tout court, parce que réalité signifie absolu et perception signifie relatif. N’est-on pas déjà dans le discours phénoménologique sur lequel je reviendrai plus tard ?

  • 2 Les résultats ont été présentés au colloque international "Geografia e percezione dell’ambiente" qu (...)

23J’ai parlé du groupe réuni à Milan : ce fut un vrai laboratoire. Il semble que le débat méthodologique et épistémologique ait été ouvert par un texte de Giacomo Corna Pellegrini – une sorte de programme d’intentions – paru en 1980 (p. 1-5) dans un numéro spécial de la Rivista Geografica Italiana consacré à la perception. La méthodologie de l’auteur avait été précédemment essayée et appliquée à un cas concret dans l’État de Bahia2. Le levain des idées sur la perception a alors été institutionnalisé, pour ainsi dire, dans des centaines de publications, de réunions d’étude et d’initiatives qui ont laissé leurs marques.

24Les recherches sur la subjectivité du milieu (Bianchi, Perussia et Rossi, 1987 ; Bianchi, 1994) qui bénéficient de l’apport d’autres disciplines, de la psychologie en particulier, invitent sans cesse à réfléchir sur les thèmes propres à la géographie de la population, à la géographie urbaine, à la géographie médicale ou à celle du tourisme. Le sens des lieux, les problèmes de la vie et de l’adaptation, sont mis en relief : on souligne, parmi d’autres, les mauvais effets de la densité et du surpeuplement du milieu, qu’il soit domestique ou urbain, mais aussi ceux de l’isolement. L’attention se porte sur l’espace touristique, à l’image de territoires extra-européens et le voyage (Bianchi, 1985 ; Botta, 1988, 1989 ; Scaramellini, 1993 ; Lucchesi, 1995 ; Corna Pellegrini et Demetrio, 1997 ; Galvani, 2001 ; Corna Pellegrini et Patti, 2003). D’autres contributions concernent l’homme en tant que centre de perspective (Andreotti, 1989, p. 183-192), la perception spatiale de cultures et subcultures (Caldo, 1984), la géographie littéraire (Andreotti, 1984, p. 146-148 ; Lando, 1993), les langages et les représentations (Zanetto, 1987).

25à la fin des années 1980, on ne pouvait cependant pas encore concevoir le succès de la géographie humaniste. D’après Antoine Bailly et Vincenza Costantino (1987, p. 349), « elle passait très souvent pour idéaliste et sans possibilités futures ». De la tendance perceptive-humaniste à la géographie culturelle il n’y a qu’un pas. Quelques auteurs cités se spécialiseront dans ce dernier domaine.

Le courant anthropologique

26Avant le tournant culturel des années 1980, et à côté des études sur la perception de la géographie humaniste, un autre courant qu’on pourrait définir d’anthropologico-culturel se ranime, toujours présent et très actif en Italie. On pense, par exemple, à la série considérable de recherches sur la maison rurale en Italie : n’est-ce pas « la contribution sans aucun doute la plus originale – et une des plus importantes – que la géographie italienne du XXe siècle ait apporté à l’ensemble d’études de la discipline au niveau international ? » (Cerreti, 1996, p. 479).

  • 3 Pour la bibliographie on renvoie à l’étude citée de Cerreti (1996).

27Ce courant se réfère à deux géographes très connus, Renato Biasutti et Aldo Sestini qui, même sans le proclamer, ont feuilleté les pages de la géographie à la recherche de valeurs culturelles. Paul Claval (1989, p. 133), faisant allusion au fait que dans les pays latins, les notions et les termes de « paysage » et de « géographie culturelle » ont pénétré plus tard que dans les pays allemands, signale que les géographes italiens les ont découverts avant les géographes français et cite expressément « les grandes études » de 1947 de Sestini et de Biasutti. En 1941, ce dernier publie Le razze e i popoli della Terra ; en 1947, Il paesaggio terrestre. Les deux ouvrages ont un grand retentissement, particulièrement le second qui ranime toute une série d’études et de débats sur la notion de « paysage » et son importance en géographie. Ce débat est toujours ouvert et renouvelé par les récentes élaborations théoriques des géographes italiens. Mais on doit aussi à Biasutti les études sur la maison rurale italienne et toscane (1924 ; 1926 ; 1948 ; 1952 ; 1958) auxquelles se consacreront après lui, beaucoup d’auteurs dans différentes aires géographiques3.

28L’article d’Aldo Sestini en 1947 a été repris aux États-Unis par Philip L. Wagner et Marvin M. Mikesell (1962) dans Readings of cultural geography. Ici, les auteurs soulignent le caractère contradictoire de la géographie culturelle : une discipline reconnue et encore inconnue, vieille et pourtant jeune. Ils réunissent des écrits de géographes reconnus dont Aldo Sestini avec un article intitulé « Regressive phases in the development of the cultural landscape » (1962, p. 479-490). Mais le terme de cultural landscape apparaît seulement dans la traduction américaine, car l’essai, originairement publié dans la Rivista Geografica Italiana, était intitulé : « Les phases régressives dans le développement du paysage anthropogéographique ». L’écrit de Sestini, un « homme d’un éclectisme rare et jamais épuisé », se présente comme une recherche de géographie culturelle, au sens que lui donnent Wagner et Mikesell (1962, p. VII) :

  • 4 Cultural geography is defined by the fact that it demands explicit recognition of culture, in contr (...)

« La géographie culturelle se définit par l’exigence de prendre en compte le facteur culturel, au contraire de la reconnaissance implicite que lui donnent les chercheurs dans d’autres domaines. En d’autres termes, les géographes culturels sont reconnus, non pas par le phénomène qu’ils étudient, mais par l’usage de concepts et de processus. Leur intérêt, partagé par tous les géographes, demeure l’étude des variations et des transformations de l’environnement humain. » (Wagner et Mikesell, 1962, p. VII)4.

29Sestini n’a en fait jamais parlé de « paysage culturel » ou de « géographie culturelle » dans ses écrits sur le paysage (1947a ; 1947b ; 1957 ; 1963). Il souligne le fait qu’en Italie, en 1947, il manque encore une vraie géographie générale du paysage humain.

« On n’a pas encore définitivement fixé de mot italien correspondant au Kulturlandschaft des Allemands (cultural landscape des Anglo-saxons). Nos auteurs ont employé les adjectifs ’culturel’, ’cultivé’, ’anthroponome’, ’anthropique’, ’humain’. » (Sestini, 1947b, p. 1).

  • 5 Sestini ne considère pas le paysage comme une idée parce que le sens qu’on lui a attribué peut chan (...)
  • 6 Cette expression dans la traduction américaine devient cultural geographic conditions (1962, p. 480 (...)

30Sestini se pose donc le problème de la définition du culturel mais, dans la pratique, il ne fait pas de distinction entre « paysage anthropogéographique » et « paysage culturel » : pour lui, les deux termes coïncident. Il manifeste ensuite des réserves5 quant à l’utilisation même de la notion de « paysage » : il l’a, dit-il, adoptée dans son titre pour en faciliter l’intelligence, mais il la considère comme restrictive. Dans le texte il la remplace donc par l’expression « tableaux anthropogéographiques » (1947, p. 154)6. Il reconnaît qu’elle n’est pas d’usage courant, mais elle lui permet de caractériser brièvement l’ensemble des aspects anthropogéographiques d’une unité spatiale déterminée. Il précise alors :

  • 7 "Nevertheless, the variability of aspect within single regions of the earth, be its rythm slow or r (...)

« Néammoins, la variabilité des aspects de chaque région terrestre – que son rythme soit lent ou qu’il soit rapide – est aujourd’hui un des principes fondamentaux de tout l’édifice géographique. En général, l’état présent d’un trait physique ou humain est conçu comme une phase particulière d’un développement, comme un anneau dans une longue série – qui a ses racines dans le passé et tend ses ramifications vers l’avenir. » (Sestini,1962, p. 479)7.

31L’influente publication américaine considère donc l’essai de Sestini comme représentatif de la géographie culturelle italienne.

Les cultures locales

32Le terme de géographie culturelle peut s’appliquer plus précisément en Italie à partir des années 1980 (plus précisément de 1983). Le XXIIIe congrès géographique italien de Catane (9-13 mai) consacre en effet cette année-là un rapport général aux « cultures locales entre autonomie et intégration ». Gaetano Ferro, Calogero Muscarà, Costantino Caldo et plusieurs autres géographes abordent le sujet (1983, vol. II, t. I, p. 223-341). Ferro examine les cultures locales en tant qu’expressions de la tradition ; Muscarà, du point de vue idéologique et politique ; Caldo, dans leur physionomie rurale ou urbaine.

33Le sujet n’est pas nouveau ; c’est un thème traditionnel de la géographie italienne. L’Italie n’est pas « une personne » comme le disait Jules Michelet de la France, mais elle est faite de nombreuses réalités, toutes différentes, même si elles sont limitrophes et contiguës. Et la culture réelle en Italie est une culture citadine ou rurale, de quartier, provinciale ou rarement régionale. Cette culture s’est toujours enfermée dans les murs des cent villes les plus importantes, sans une vraie osmose, sans une vraie communication entre l’une et l’autre. L’exclusion du différent, de la ville contiguë, des variétés dialectales, des diversités de coutume, de la manière de cuire le pain ou de préparer les mets, a créé ce kaléidoscope de communautés où les couleurs ne se confondent pas, mais se distinguent.

  • 8 Il semble bon de rappeler que l’Italie a un grand nombre de minorités autochtones : germanophones, (...)

34C’est pourquoi les géographes italiens ont toujours éprouvé le besoin d’orienter leurs recherches vers les diversités des cultures matérielles et immatérielles, leur distribution, les valeurs traditionnelles et leurs dynamiques multiples. Au grand nombre de cultures locales italiennes, il faut ajouter les nombreuses minorités ethnolinguistiques présentes sur le territoire, chacune avec son individualité et chacune comme cas d’étude8.

35En 1983, la conscience que la géographie culturelle avait d’elle-même, de son domaine, de ses études et de sa méthodologie était encore faible. On considérait que l’analyse spatiale représentait la géographie « actuelle » (Muscarà, 1983, p. 250) et on nourrissait de sérieux doutes sur la « possibilité d’une contribution essentielle de la géographie à circonscrire un espace culturel » (Muscarà, ivi, p. 281). La géographie culturelle tardait à se distinguer de la géographie humaine et à se libérer des ambiguïtés et des incertitudes. Les termes qu’emploie Gaetano Ferro (1983, p. 223) dans l’introduction de son rapport le confirment. Pour Ferro, parler des caractéristiques culturelles des groupes humains est une des tâches de la géographie humaine et s’oppose à celle qu’on avait l’habitude de définir « plus ou moins pompeusement » comme modern geography. Il craint cependant les banalités et redoute de voir sortir la discipline de ses limites dans le seul but de construire une « érudition d’emprunt hétérogène et influencée de suggestions qui appartiennent en propre à d’autres domaines ». Il y a aussi le risque de suivre une mode dont le caractère serait provisoire. Pour éviter tout cela, mais aussi pour ne pas ouvrir une percée aux idéologies opposées, Ferro refuse de formuler des théories qui, d’après lui, ne prendraient pas suffisamment en compte l’expérience réelle de la connaissance du territoire ; il est en revanche attentif aux valeurs liées aux différentes minorités autochtones de l’Italie.

Une géographie culturelle explicite

36Au cours du congrès de Catane, Costantino Caldo se réfère clairement et expressément à la géographie culturelle. Il en saisit toutes les ambiguïtés, celles-là mêmes du concept de culture. Celui-ci peut en effet être compris dans un sens universaliste ou se segmenter géographiquement en cultures ; il peut être une expression élitaire, ou une simple manifestation anthropologique du groupe culturel ; il peut enfin mettre en évidence des articulations horizontales et verticales. à l’idée de communauté locale s’attachent tout autant d’ambiguïtés : elle s’oppose originairement à celle de société et s’applique uniquement au milieu rural. L’auteur rappelle comment la longue tradition d’études géographiques consacrées aux communautés locales s’est subdivisée en monographies sur de petites réalités, vallées ou localités isolées et surtout en études de minorités ethniques. Il s’attache essentiellement au rapport entre nature et culture : il se réfère donc aux sous-systèmes de la culture matérielle et de la culture immatérielle comme indicateurs des processus qui concernent les communautés. Son attention se porte sur les maisons, les outils, la nourriture, les choix alimentaires, le langage, la religion et tous les éléments qui donnent au groupe son identité et contribuent à le doter d’un code spécifique. Caldo reprend ce sujet dans un livre, publié en 1984 : La città globale.

37Bien qu’au cours du congrès, on se soit parfois expressément référé à la géographie culturelle, la discipline ne réussit pas encore à émerger. Elle le fait timidement, au XXIVe congrès géographique italien de Turin (26-31 mai 1986). Celui-ci s’intéresse à la géographie du milieu, aux problèmes socio-économiques et aux transformations du territoire. La géographie culturelle n’a droit qu’à un séminaire. Elle ne représente encore qu’une branche d’études très restreinte. Les actes du congrès en témoignent : sur mille huit cents pages réparties en quatre volumes, moins de quarante concernent le domaine culturel. Il est vrai que quelques communications auraient pu être à bon droit rattachées à cette discipline, mais cela n’aurait guère changé la place exiguë qui lui était faite. Cependant, à la différence du congrès de 1983, la géographie culturelle fait preuve d’une plus grande conscience d’elle-même : dans le séminaire qui lui est dévolu, on traite de ses contenus et de sa méthodologie. Il est significatif qu’on ait invité Denis Cosgrove à y participer : spécialiste de la discipline, il s’est occupé du symbolisme du milieu dans une optique autant rétrospective que perspective (1989, p. 255-268).

38Au cours du séminaire, on signale la « maigre bibliographie italienne sur la géographie culturelle » ; on souligne qu’on l’a peut-être considérée longtemps comme « un courant d’études peu recevable » : n’est-il pas vrai qu’une bonne partie des géographes italiens en auraient vu la disparition sans aucun regret ? « Mais à qui manque-t-elle ? » dit Caldo (1989, p. 269-283). À Turin, on aborde le sujet de la fonction du signe dans les modèles culturels, en mettant en garde contre le risque de formalisme. On reconnaît que la culture, dans sa fonction de signe, peut y échapper et s’accrocher à la réalité du territoire conçue en tant qu’ensemble des objets matériels, spatialement ordonnés et porteurs de sens (Guarrasi, 1989, p. 285-292).

39Si les congrès géographiques italiens de 1983 et 1986 avaient réservé un peu d’espace à la géographie culturelle, les suivants ne lui accordent pas une attention particulière. Bien que les travaux qui la concernent ne manquent pas : de nombreuses analyses de paysages, l’étude des biens culturels, quelques élaborations théoriques et méthodologiques lors du congrès de Taormina (1989) et des suivants (Gênes, 1992 ; Trieste, 1996 ; Rome, 2000) jusqu’à la rencontre de Palerme (2004). C’est toutefois dans les années 1980 que paraissent les premières monographies explicitement consacrées à la géographie culturelle, celle de 1986 de Silvio Piccardi sur le paysage culturel (Il paesaggio culturale), par exemple. Ce travail, publié à nouveau en 1994 sous le titre Fondamenti di geografia culturale, est une invitation à aborder l’analyse du paysage non pas uniquement à la lumière des facteurs économiques, mais aussi politiques, éthiques, religieux, sociaux, esthétiques qui n’avaient pas été toujours étudiés jusque-là avec une attention suffisante.

40Piccardi reconnaît dans les actions humaines la force des motivations spirituelles (1994, p. 10). Il attribue au positivisme la sous-estimation des réalités spirituelles et en géographie, l’insistance, sur le rapport entre nécessités matérielles et façonnement du paysage, ainsi que le désintérêt pour les effets de la culture non économique sur les traits géographiques. Il faut par conséquent accorder une attention spéciale aux valeurs non matérielles qui interviennent dans le façonnement humain de la réalité, de même qu’aux empreintes historiques et aux marques du passé que l’on doit évaluer en tenant compte du contexte dans lequel elles se sont formées.

41Mais Sivio Piccardi hésite à aller plus avant dans la prise en compte esthétique et humaniste : il craint le jugement de la communauté géographique italienne : dans la seconde moitié des années 1980, elle n’est pas encore prête, à son avis, à accueillir des principes et des travaux reposant sur l’analyse de facteurs spirituels. Dans une lettre du 22 avril 1994 envoyée à Giuliana Andreotti, qui vient de publier son livre Riscontri di geografia culturale, il écrit :

« Je vous félicite pour les développements esthétiques et humanistes de votre recherche. J’ai moi-même évité de développer ces orientations pour rester dans le domaine le plus généralement accepté par les collègues géographes, auxquels je m’adressais avec une proposition didactique ».

42Andreotti organise à Trente les « Giornate della geografia culturale » (1995 ; 1999) dont les actes ont été édités en 1997 et 2001. Elle publie aussi quelques travaux sur le paysage culturel et réédite en 2002 Riscontri di geografia culturale. D’après ce qu’Adalberto Vallega déclare (2003, p. 47), elle fonde par ses réflexions, la tendance spiritualiste de la géographie culturelle italienne, en lui offrant « de larges bases conceptuelles de même qu’un intérêt profond pour le paysage évalué comme sujet décisif dans la représentation du territoire ».

Le paysage culturel

43Dans les années 1990, les études qui s’attachent aux communautés, aux ethnies, aux cultures matérielles et à leurs éléments se poursuivent. L’idée de culture se transforme toutefois : elle est davantage modulée et axée sur l’homme et son exigence de spiritualité. On s’interroge sur notre histoire et nos traditions. Puisque l’histoire, la langue, les traditions, la philosophie de vie et la sensibilité artistique constituent des éléments que l’homme a infusé dans le paysage à travers sa culture produite et vécue au cours des siècles, la géographie participe à cette sorte de renaissance de valeurs, surtout celles que nous percevons dans l’immense et séduisant domaine du paysage culturel.

44Le thème du paysage culturel est sûrement le plus étudié par la discipline, mais on a du mal à le distinguer du paysage tout court. Pour définir ce qu’est un paysage culturel, il paraît préférable de s’abstenir de toute prise de position ou classification : il se définit par ce qu’il est dans des circonstances déterminées dans une région déterminée. On peut en donner un nombre infini d’interprétations. Aucun paradigme idéal ne peut être imaginé pour le cerner. Construire un concept culturel autour d’un paysage, c’est en analyser l’aspect prédominant et souligner comment cet aspect adhère au paysage, de la même façon que le masque de la tragédie grecque adhérait à l’acteur. L’analyse révèle souvent un ensemble d’éléments qui n’étaient pas du tout prévus au premier contact.

45Lorsqu’on parle de paysage culturel, on pourrait évoquer un lieu qui, par le biais de nos expériences personnelles et notamment de nos connaissances historiques, artistiques, littéraires, au sens large du terme, s’impose comme révélateur de ces connaissances mêmes, ou comme une source d’enrichissement. On peut également le définir en tant qu’expression de l’art et de la mémoire ; il est en effet sculpté dans la matière constituée par les empreintes les plus significatives laissées par l’histoire, la religion, l’art, la philosophie et par le vécu des générations. Filtré par le temps, qui lui a conféré son éclat et sa patine, il représente sans doute l’œuvre humaine la plus accomplie. Mais tout paysage ne peut être défini comme « paysage culturel ». Une telle définition ne peut concerner que les paysages qui furent le théâtre de grands événements historiques, ou ceux qui portent l’empreinte de parcours esthétiques tout à fait singuliers et de formes conçues par un génie créateur. C’est alors seulement que l’on peut parler de paysage culturel. C’est à la fois l’incidence et l’influence de ces œuvres d’art qui en font cet unicum que nous percevons, doté d’un vaste potentiel expressif, d’un Ausdruckspotential.

46Il s’est instauré un dialogue, à travers les générations, à l’intérieur de l’histoire, voire aux différentes époques, entre visible et invisible, entre éthique et esthétique, à l’instar du paysage étrusque. En effet, si ce dernier existe, c’est parce qu’il existe un monde étrusque souterrain où l’importance attribuée à la mort révèle la vie, où l’invisible donne forme au visible. Et le dialogue est si intime que nous peinons à en distinguer les lignes directrices. Dans cette perspective, tout paysage culturel est le fruit d’une évolution historique influencée par sa situation géographique. Il s’agit d’un lieu où se sont unis certains esprits du passé, avec leurs œuvres, leurs pensées, leurs croyances. Les générations qui s’y sont succédé ont adoré les dieux de leurs ancêtres et cultivé les terres dont elles avaient hérité.

47La géographie, en s’incarnant dans le paysage culturel, acquiert une visibilité qui n’est autre que celle du sang de l’Histoire, un sang qui s’est déposé et sédimenté. Les hommes en sont les protagonistes, tout comme l’histoire qui les racontent, les arts qu’ils exercèrent, les religions qu’ils pratiquèrent et qui se superposèrent, parfois, en autant de « strates » de civilisation ; mais aussi la philosophie qui est à la source de tout cela. D’autant d’empreintes sur un lieu particulier, émergera un « paysage » caractéristique qui, en raison des valeurs qu’il exprime, prendra le nom de « paysage culturel ». Il s’agit, en fait, d’un don qui nous a été légué, d’un espace que l’humanité, répondant à des signaux inconnus, a érigé en monument de sa propre condition, pétrie d’histoire, d’art, de circonstances, de génie, de mythes ou de religion.

48Il ne s’agit pas d’une donnée immédiate, mais de « quelque chose » que l’air a filtré et transmis dans le souffle des générations, et qui nous est parvenu à travers la patrimoine culturel. Tout a commencé avant nous et nous ne formons que le maillon d’une chaîne infinie. Un tel paysage renferme un code génétique, un ADN ; une manière qui lui est propre d’adhérer au territoire : c’est une page où s’inscrivent les grands événements historiques et culturels qui l’ont forgé.

49Le paysage culturel est un miroir du passé et des valeurs qu’il incarne. Par le biais d’un moment artistique, il laisse entrevoir le parcours de ses multiples veines, révélant ainsi tout ce qui est peut-être visible et perceptible. Il nous fait entendre les voix de tous ceux qui, depuis des millénaires, nous ont précédés : il s’agit, en somme, d’un poème du territoire de l’homme. Si le poème est médiocre, le paysage culturel n’existe pas.

50Un paysage a d’abord des caractéristiques géographiques : il est circonscrit à la définition que l’homme en donne. Le paysage culturel, en revanche, a sa spécificité, il possède une âme. Il exprime un passé jamais révolu et, du fait de son intégration au plan psychologique, il a toujours un lien avec l’observateur. Aussi doit-il être perçu comme un fait à la fois intime, affectif, spirituel, psychologique.

51On comprend alors, comment un lieu, apparemment banal, insignifiant, dépouillé, voire dévasté, puisse assumer à nos yeux, les traits d’un paysage culturel dans sa plus haute expression. Il suffit de songer à Ground zero : par-delà sa destruction même, il est l’expression d’un paysage culturel car, dans ce vaste cratère vide, le souffle angoissé du monde civilisé est passé. Au-delà de la tragédie visible, c’est l’invisible qui est perçu, avec son potentiel expressif, ses forces évocatrices, les significations infinies qui interagissent sur le sentiment individuel, transformant la simple vision en un rapport particulier, intime, entre l’observateur et le lieu observé, devenu paysage culturel.

Biens culturels, identité, valeurs religieuses et symboliques

52à partir des années 1990, les études sur le paysage se multiplient et s’enrichissent de sujets remarquables : identité, mais aussi, fait nouveau, prise en considération des valeurs symboliques, enfouies dans tel ou tel lieu. La recherche s’oriente alors dans plusieurs directions : elle porte notamment sur les biens environnementaux et les biens culturels, si importants dans notre pays.

53Ces travaux représentent l’aboutissement d’un intense réseau de recherches sur les villas suburbaines et les demeures résidentielles. En un certain sens, ils poursuivent ceux qui furent appliqués à l’habitat rural, évoqués ci-dessus. Néanmoins, l’enquête s’étend et s’enrichit remarquablement : tout ouvrage né de la main de l’homme, monuments civils et religieux, ouvrages d’art, villes, parcs et espaces naturels mobilisent continuellement l’attention. La recherche s’intéresse également aux biens archéologiques, aux patrimoines industriel et minier. Les sujets abondent et leur approche est multiple ; parfois, pour mieux cibler la connaissance, les analyses se concentrent davantage sur les ouvrages et les manifestations objectives de la culture (Mautone, 2001). Elles concernent à la fois les aspects formels des biens et leur distribution, en tant qu’expressions singulières d’une culture déterminée. Dans le même temps, on perçoit la menace qui pèse sur ces biens, ces paysages, ces cultures : la description cède alors le pas à la sauvegarde et à la valorisation du patrimoine culturel (Manzi, 2003).

54Le patrimoine naturel et culturel permet d’accéder aux valeurs symboliques de l’espace vécu (Caldo et Guarrasi, 1994 ; Caldo, 1996). Certains travaux mettent en parallèle biens matériels et biens immatériels, tels que les langues et les religions, et s’intéressent au rapport géographie-langue, géographie-religion (Bellezza, 1999 ; Barilaro, 2001 ; Galliano, 2002, 2003).

55L’histoire des biens naturels et culturels – tant dans leur aspect matériel que dans leur dimension spirituelle – est récurrente sous la plume de Giacomo Corna Pellegrini, notamment dans ce qui pourrait constituer la summa de sa pensée, Geografia dei valori culturali (Géographie des valeurs culturelles, 2004). L’ouvrage propose une orientation de la géographie culturelle qui, même si elle n’est pas proprement nouvelle, s’est affirmée incontestablement au cours des dernières années. Il s’agit d’une interprétation et d’un remodelage de la pensée, en termes de biens, de cultures, d’aires culturels, revisités par des lettrés, des phénoménologues, et des spécialistes d’autres disciplines. L’auteur se montre fermement convaincu de la nécessité d’abolir les frontières du savoir (2004, p. 86). C’est ce qu’écrivait déjà Fernand Braudel (1951 ; trad. ital., 1986, p. 289) il y a plus d’un demi-siècle lorsqu’il affirmait que, dans le domaine des sciences humaines, les barrières n’existent pas.

56D’ailleurs, ce qui distingue la géographie culturelle et en fait la richesse, c’est justement le fait qu’elle s’écarte des sources traditionnelles, largement exploitées par la géographie humaine, laquelle – pour y avoir uniformément puisé – s’est longtemps reproduite.

57La plupart des travaux effectués, tant dans le domaine des biens culturels que dans ceux de l’environnement, sont redevables à l’orientation sémiotique de la géographie culturelle, comme celle d’Adalberto Vallega (2003) qui distingue ses grandes lignes d’orientation : spiritualiste, sémiotique, structuraliste, éclectique.

58La distinction est rigoureuse sur le plan intellectuel, mais il est difficile de la mettre en pratique et de relever des différences entre l’orientation spiritualiste et la ligne sémiotique : tout symbole naît de l’esprit et l’existence de l’un suppose l’existence de l’autre. Les symboles sont autant de manifestations de spiritualité : il suffit, pour s’en convaincre, de songer à l’obélisque et à la croix ; il en existe une infinité d’autres appartenant à notre vie quotidienne, telles que la maison, la rue, la place, et qui acquièrent tout leur sens en nous-mêmes. C’est ce qu’affirme le géographe allemand Herbert Lehmann, évoquant le paysage de Mycène, il « voit » dans la plaine argienne l’archétype du megaron, la salle du trône du palais mycéen. Il émet la thèse qu’une forme culturelle puise dans la nature ses diverses significations, de même que la nature se présente comme le megaron de toute l’Hellade. Si l’on s’écarte de la vision de Lehmann, on constate que le courant spiritualiste privilégie l’activité et le rôle de l’esprit, les valeurs éthiques et esthétiques, mais aussi les valeurs appartenant à l’histoire et à la tradition. Cette orientation – quoique différente de celle de Boutroux, doctrine de l’élaboration – s’impose en tant que spiritualisme de la mémoire, de l’identité, des valeurs, des représentations, tout en s’opposant aux systèmes de massification, à la suprématie de la pensée standard, ainsi qu’aux humeurs d’une opinion publique schizophrénique et totalisante.

59Le courant sémiotique met, quant à lui, l’accent sur les symboles en leur conférant une importance particulière : c’est en effet par leur biais que la géographie culturelle raconte le monde ; elle le fait à partir des grands théâtres de la nature, pour interroger ensuite les sociétés, leurs rites, et donc les empreintes laissées par la spiritualité religieuse et tout autre forme de transcendance. Vallega (2003, p. 59) est convaincu que c’est la culture, en tant qu’univers peuplé de symboles, qui les crée, les transforme et les charge de sens, à savoir de théories, de narrations, de valeurs. C’est dans cette perspective que les lieux et les espaces revêtent des traits spécifiques.

60Pour Vallega la perspective structuraliste embrasse les champs thématiques traditionnels : la répartition et la diffusion de manifestations culturelles, la manière dont chaque culture perçoit l’environnement et l’exploitation des ressources naturelles, les zones culturelles, les cultures locales. Quant au courant éclectique (Vallega, 2003, p. 52), il constitue une « riche mosaïque de sujets et d’idées, moins cohérents mais plus variés que la mosaïque thématique présente dans les autres courants ». L’argumentation théorique, toute en souplesse, consent à fonder ses orientations à partir de différentes lignes de recherche. Dans une telle perspective, l’étude du paysage conduit à des visions structuralistes si celui-ci se présente comme un ensemble de formes matérielles ; à des idées sémiologiques, s’il se définit comme univers de symboles ; à des interprétations spiritualistes, enfin, si l’on s’en tient aux valeurs éthiques et, pourrait-on ajouter, esthétiques.

61Dans son dernier ouvrage, posthume, consacré à la géographie du temps (2007), Vallega développe la thèse selon laquelle les lieux sont des signes connotant, non seulement le rapport entre culture humaine et superficie terrestre, mais aussi la manière de percevoir et de représenter le temps dans les différentes cultures, à partir du vécu quotidien, du rationalisme des temps modernes et des religions monothéistes.

62La recherche des signes du temps dans les lieux s’inscrit dans les dernières lignes directrices qui fondent la géographie culturelle. Celles-ci semblent en effet s’adresser surtout à la nature secrète, à l’essence des lieux, à l’architecture du paysage et à la recherche du sens éthique et esthétique (Andreotti, 2005). De même qu’elles se situent dans la perspective philosophique tracée par Martin Heidegger – lorsque dans ses Essais et discours (1957), il s’interroge sur la façon d’être et d’habiter la Terre – puis reprise par l’architecte Bernard Lassus, attentif aux valeurs du paysage (1999, p. 153-164 ; 2004), ou par James Hillman qui, dans L’anima dei luoghi (L’âme des lieux, 2004), s’en remet à la beauté, seul élément réellement capable de donner un sens profond au paysage, aux villes, à notre vie même. Porter une attention particulière à de tels aspects ne signifie nullement offrir une interprétation restrictive de la culture, mais au contraire, s’adresser aux activités humaines les plus hautes et les plus nobles.

Haut de page

Bibliographie

ALMAGIÀ, R., 1962, « Storia della geografia », dans AA.VV., Storia delle scienze, vol. 1, Turin, Utet, p. 185-303.

ANDREOTTI, G., 1984, « Contenuti spaziali e geografici nella poesia di Gabriele D’Annunzio », Geografia, n° 4, p. 148-149.

ANDREOTTI, G., 1987, « Momenti dell’immagine soggettiva dell’ambiente particolarmente turistico », dans E. Bianchi, F. Perussia et M. F. Rossi, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli, p. 339-348.

ANDREOTTI, G., 1989, « Percezione geografica : apporti epistemologici alla formazione dell’immagine soggettiva dell’ambiente », dans A. Di Blasi (dir.), L’Italia che cambia. Il contributo della geografia, vol. 2, Università di Catania, p. 183-192.

ANDREOTTI, G., 1994, Riscontri di geografia culturale, Trente, Colibrì-Artimedia, seconde édition, 2002.

ANDREOTTI, G., 1996, Paesaggi culturali, Milan, Unicopli.

ANDREOTTI, G. (dir.), 1997, Prospettive di geografia culturale, Mori (Tn), La Grafica.

ANDREOTTI, G., 1998, Alle origini del paesaggio culturale, Milan, Unicopli.

ANDREOTTI, G. et S. SALGARO, 2001a, Geografia culturale. Idee ed esperienze, Trente, Artimedia.

ANDREOTTI, G., 2001b, « Geografia e cultura », dans G. Andreotti et S. Salgaro, Geografia culturale. Idee ed esperienze, Trente, Artimedia, p. 55-68.

ANDREOTTI, G., 2005, Per una architettura del paesaggio, Trente, Valentina Trentini-Artimedia.

BAILLY, A. et V. COSTANTINO, 1987, « Insegnare agli uomini e apprendere dagli uomini : l’approccio della geografia letteraria », dans E. Bianchi, F. Perussia, M. F. Rossi, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli, p. 349-360.

BARILARO, C., 2001, « Dimensione sacrale del paesaggio », dans G. Andreotti et S. Salgaro, Geografia culturale. Idee ed esperienze, Trente, Artimedia, p. 217-226.

BELLEZZA, G., 1999, Geografia e beni culturali, Milan, Franco Angeli.

BIANCHI, E. (dir.), 1985, Geografie private. I resoconti di viaggio come lettura del territorio, Milan, Unicopli.

BIANCHI, E., 1987, « Comportamento e percezione dello spazio ambientale », dans G. Corna Pellegrini (dir.), Aspetti e problemi della geografia, Settimo Milanese, Marzorati, p. 543-598.

BIANCHI, E., F. PERUSSIA et M.-F. ROSSI, 1987, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli.

BIANCHI, E. (dir.), 1994, Global change perception, « Geo & Clio », séries éditées par G. Corna Pellegrini, Milan, Guerrini e Associati.

BIASUTTI, R., 1924, « Per un’inchiesta sui tipi dell’abitazione rurale in Italia », Atti IX Congr. Geogr. Ital., vol. 1, Genève, p. 205-206.

BIASUTTI, R., 1926, « Per lo studio dell’abitazione rurale in Italia », Rivista Geografica Italiana, n° 1, p. 1-24.

BIASUTTI, R., 1938, La casa rurale nella Toscana, Bologne, Forni, (2e édition, 1977).

BIASUTTI, R., 1941, Razze, popoli e culture, Europa, Turin, Utet.

BIASUTTI, R., 1948, « Orientamento ed organizzazione delle ricerche sull’abitato e l’architettura rurale in Italia », La Ricerca Scientifica, Rome, p. 1235-1242.

BIASUTTI, R., 1952, « Lo studio della casa rurale : 1951-1952 », La Ricerca Scientifica, Rome, p. 1884-1891.

BIASUTTI, R., 1958, « Ricerche sulle dimore rurali in Italia », La Ricerca Scientifica, Rome, p. 3-11.

BIASUTTI, R., 1947, Il paesaggio terrestre, Turin, Utet, 2e édition de G. Barbieri (dir.), Turin, Utet, 1962.

BIASUTTI, R., 1967, Le razze e i popoli della Terra, Turin, Utet.

BONAIUTO, P., A. GIANNINI et M. BONAIUTO, 1987, « Elaborazione del conflitto cognitivo nella percezione di architetture », dans E. Bianchi, F. Perussia et M. F. Rossi, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli, p. 99-116.

BOTTA, G., (dir.), 1989, Cultura del viaggio, ricostruzione geografica del territorio, Milan, Unicopli.

BOULANGER, P. et J.-R. TROCHET, 2005, Où en est la géographie historique ?, Paris, L’Harmattan.

BRAUDEL, F., 1986, « La geografia di fronte alle altre scienze umane », dans F. Braudel, I tempi della storia. Economie, società, civiltà, Bari, Dedalo, 1ère édition, Annales ESC, 1951.

BRUSA, C., 1987, « Rappresentazioni pubblicitarie delle regioni del turismo marittimo in Italia », dans E. Bianchi, F. Perussia et M. F. Rossi, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli, p. 371-377.

CALDO, C., 1983, « La culture locali delle comunità rurali e urbane tra dipendenza e autonomia », Atti del XXIII Congresso Geografico Italiano (Catania, 9-13 maggio 1983), vol. 2, tome I, Catane, p. 297-322.

CALDO, C., 1984, La città globale, Palerme, Palumbo & C.

CALDO, C., 1987, Geografia culturale degli Stati Uniti, Turin, Tirrenia.

CALDO, C., 1989, « Immagini geografiche e transizioni culturali. L’esempio dell’America in Italia », dans Atti del XXIV Congresso Geografico Italiano (Torino, 26-31 maggio 1986), vol. 4, Bologne, Pàtron, p. 269-283.

CALDO, C. et V. GUARRASI, 1994, Beni culturali e geografia, Bologne, Pàtron.

CALDO, C., 1994, Il West americano. Un mito geografico, Turin, Tirrenia.

CALDO, C., (dir.), 1996, Geografia e beni culturali, Agei, Geotema, n° 4.

CATTANEO, C., 1844, Notizie naturali e civili sulla Lombardia, Milan, Tip. G. Bernardoni.

CATTANEO, C., 1845, « Sull’imperio indo-britannico », Rivista europea, marzo-aprile, p. 320-362.

CATTANEO, C., 1846-1860, Alcuni scritti, Milan, Borroni e Scotti.

CATTANEO, C., 1860, « Gli antichi messicani », Politecnico, vol. IX, fasc. 50, p. 170-193.

CATTANEO, C., 1957, « India antica e moderna », dans E. Sestan (dir.), Opere di Giandomenico Romagnosi, Carlo Cattaneo, Giuseppe Ferrari, Milan-Naples, Ricciardi, vol. 68, p. 783-826.

CATTANEO, C., 2002, Interdizioni israelitiche, dans G. Luseroni (dir.) Milan, Mondadori.

CERRETI, C., 1996, « Gli studi sulla casa rurale in Italia : sulla nascita e l’assunzione disciplinare di un oggetto di indagine scientifica », Bollettino della Società Geografica Italiana, s. XII, vol. I, p. 479-490.

CHINI, E., 1991, Cronaca della Pimeria Alta. I favori celesti, Trento, Provincia autonoma (éd. orig.,1708, Favores celestiales).

CLAVAL, P., 1964, Essai sur l’évolution de la géographie humaine, Paris, Les Belles Lettres.

CLAVAL, P., 1980, « L’évolution récente des recherches sur la perception », Riv. Geogr. Ital., p. 6-24.

CLAVAL, P., 1981, « Les géographes et les réalités culturelles », L’Espace géographique, n° 4, p. 242-248.

CLAVAL, P., 1989, L’evoluzione storica della geographica umana, Milan, Franco Angeli,

CLAVAL, P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan (trad. ital., La geografia culturale).

CLAVAL, P., 1997, « La géographie culturelle et l’espace », dans J.-F. Staszak (dir.), Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan, p. 119-144.

CLAVAL, P., M.-P. PAGNINI et M. SCAINI, 2005, The cultural turn in geography, Trieste, IGU- université de Trieste.

CORNA PELLEGRINI, G., 1980, « Geografia e percezione dell’ambiente : un rapporto da approfondire per la conoscenza e la programmazione del territorio », Rivesta Geografica Italiane, 87, p. 1-5.

CORNA PELLEGRINI, G. (dir.), 1992, Humanistic and behavioural geography, “Geo-Italy”, séries éditées par B. Cori et G. Cortesi, CNR, Pise, Pacini.

CORNA PELLEGRINI, G., 1995, Pianeta blu. Paesaggi e atmosfere nel mondo, Milan, Unicopli.

CORNA PELLEGRINI, G., 1998, Il mosaico del mondo. Esperimento di geografia culturale, Rome, Carocci.

CORNA PELLEGRINI, G., 2004, Geografia dei valori culturali. Modelli e studi, Rome, Carocci.

CORNA PELLEGRINI, G. et D. DEMETRIO (dir.), 1997, Viaggio e racconti di viaggio nell’esperienza di giovani e adulti, Milan, Cuem.

CORNA PELLEGRINI, G. et M. PATTI, 2003, Viaggi e viaggiatori, Milan, Unicopli.

COSGROVE, D., 1989, « Studio geografico del simbolismo ambientale : retrospettiva e prospettiva », dans Atti del XXIV Congresso Geografico Italiano (Torino, 26-31 maggio 1986), vol. 4, Bologne, Pàtron, p. 255-268.

COSGROVE, D., 1990, Realtà sociali e paesaggio simbolico, Milan, Unicopli, (tit. orig.: Social formation and symbolic landscape, Beckenham; 2e édition, 1998).

CROCE, B., 1963, La letteratura italiana per saggi storicamente disposti, M. Sansone (dir.) L’Ottocento, vol. III, Bari, Laterza.

CROCE, B., 1965, La letteratura italiana per saggi storicamente disposti, M. Sansone (dir.), Il Seicento e il Settecento, vol. II, Bari, Laterza.

CUSIMANO, G., (dir.), 2006, Luoghi e turismo culturale, Bologne, Pàtron.

FERRO G. et I. CARACI, 1979, Ai confini dell’orizzonte. Storia delle esplorazioni e della geografia, Milan, Mursia.

FERRO, G., 1983, « Culture locali, espressioni della tradizione », dans Atti del XXIII Congresso Geografico Italiano (Catania, 9-13 maggio 1983), vol. 2, tome I, Catania, p. 223-241.

GALLIANO, G. (dir.), 2002, « Geografia e religione », Geotema, n° 18, numéro spécial.

GALLIANO, G., (dir.), 2003, « Orizzonti spirituali e itinerari terrestri », Geotema, n° 21, numéro spécial.

GALLI DELLA LOGGIA, E., 2005, « Religione e scienza : tramonta il ’secolo lungo’’ », Corriere della sera, 31 octobre, p. 25.

GALVANI, A., 2001, « La realtà del quotidiano e l’irrealtà del viaggio », dans G. Andreotti et S. Salgaro, Geografia culturale : Idee ed esperienze, Trente, Artimedia, p. 457-471.

GAMBI, L., 1973, Una geografia per la storia, Turin, Einudi.

GEIPEL, R., M. CESA BIANCHI et al., 1980, Ricerca geografica e percezione dell’ambiente, Milan, Unicopli.

GIOIA, M. et V. CUOCO, 1987, Il dipartimento dell’Agogna (la Valsesia, l’Ossola, il lago Maggiore, il lago d’Orta, il Novarese e la Lomellina sotto Napoleone), dans E. Rizzi (dir.) Anzola d’Ossola (No), Fondazione Enrico Monti.

GRIMALDI, M. R. et G. F. RICCI, 1987, « La vostra casa non sarà l’ancora, ma l’albero della nave : osservazioni a proposito di un’indagine condotta sulla percezione dell’isolamento geografico », dans E. Bianchi, F. Perussia, M. F. Rossi, Immagine soggettiva e ambiente, Milan, Unicopli, p. 129-140.

GUARRASI, V., 1989, « Geografia culturale e semiotica della cultura », dans Atti del XXIV Congresso Geografico Italiano (Torino, 26-31 maggio 1986), Bologne, Pàtron, vol. 4, p. 285-292.

HEIDEGGER, M., 1991, Saggi e discorsi, Milan, Mursia (éd. orig. 1957, Vorträge und Aufsätze).

HILLMAN, J., 2004, L’anima dei luoghi, Milan, Rizzoli.

INCANI CARTA, C., 2006, « Geografie mitiche. Grazia Deledda », dans G. Campione, F. Farinelli et C. Santoro Lezzi, Scritti per Alberto Di Blasi, Quarto Inferiore (Bo), Patron, vol. 1, p. 827-834.

LANDO, F., 1993, Fatto e finzione. Geografia e letteratura, Milan, Etaslibri.

LASSUS, B., 1999, « Autour des valeurs paysagères », dans P. Poulaouec-Gonidec, M. Gariépy et B. Lassus (dir.), Le paysage. Territoire d’intentions, Paris, L’Harmattan, p. 153-164.

LASSUS, B., 2004, Couleur, lumière… paysage. Instants d’une pédagogie, Monum, Éditions du Patrimoine.

LEARDI, E., 1989, « Presentazione », dans A. Sestini, Scritti minori con elenco delle pubblicazioni (1922-1989), compte rendu de la Société d’études géographiques, Ospadaletto (Pise), Pacini.

LEHMANN, H., 1986, Essays zur Physiognomie der Landschaft, « Erdkundliches Wissen », 83 Hrsg., A. Krenzlin et R. Müller, Wiesbaden, Franz Steiner.

LUCCHESI, F., 1988, Orizzonte Australia, Milan, Unicopli.

LUCCHESI, F. (dir.), 1995, L’esperienza del viaggiare, Turin, Giappicchelli.

LYNCH, K. 1981, Il senso del territorio, Milan, Il Saggiatore (éd. orig., Managing the sense of region, 1976).

LUZZANA CARACI, I., 1987, « Storia della geografia in Italia dal secolo scorso ad oggi », dans G. Corna Pellegrini, Aspetti e problemi della geografia, vol. 1, Settimo Milanese, Marzorati, p. 45-95.

MANZI, E. (dir.), 2003, Beni culturali e territorio. La valorizzazione dei beni culturali nell’esperienza italiana, Rome, Società Geografica Italiana.

MAUTONE, M., (dir.), 2001, I beni culturali. Risorse per l’organizzazione del territorio, Bologne, Pàtron.

MARINELLI, O., 1917, « Ancora sul concetto di paesaggio », Rivista Geografica Didattica, p. 136-138.

MAZZETTI, E., 2001a, « Caratteri, mito e salvaguardia dei paesaggi insulari », Bollettino della Società Geografica Italiana, 6, n° 3, p. 405-430.

MAZZETTI, E., 2001b, Viaggi, paesaggi e personaggi del Sud e d’altrove, Milan, Unicopli.

MILANI, R., 2001, L’arte del paesaggio, Bologne, Il Mulino.

MISES (von), L., 1997, Liberalismo, Messine, Rubettino.

MUSCARà, C., 1983, « Culture locali tra geografia e ideologia », dans Atti del XXIII Congresso Geografico Italiano (Catania, 9-13 maggio 1983), vol. 2, tome I, Catane, p. 243-295.

NORBERG SCHULZ, C., 2000, Genius loci, Milan, Electa.

PAGLIA, V., 2005, Essere cattolici. Dialoghi con Saverio Gaeta, Milan, Mondadori.

PERSI, P. et C. PONGETTI, 1986, Ville suburbane e residenze signorili nelle campagne di Senigallia, Urbino, Università, Istituto interfacoltà di Geografia.

PERSI, P. (dir.), 2002, Beni culturali territoriali regionali : siti, ville e sedi rurali di residenza, culto, lavoro tra ricerca e didattica, dans « Atti del Convegno di Studi-Urbino, 27-29 settembre 2001 », Urbino, Università, Istituto interfacoltà di Geografia.

PERSI, P. (dir.), 2003a, Mia diletta quiete. Ville e Grandi residenze di campagna tra sviluppo regionale e identità locale, Pollenza, Tipografia San Giuseppe.

PICCARDI, S., 1986, Il paesaggio culturale, Bologne, Pàtron.

PICCARDI, S., 1994, Fondamenti di geografia culturale, Bologne, Pàtron.

PITTE, J.-R., 1995, « Cultures régionales, culture universelle. Éloge de la diversité », Géographie et cultures, n° 14, p. 3-8.

PITTE, J.-R., 1996, « À propos du devoir de différence », Géographie et cultures, n° 19, p. 117-119.

PITTE, J.-R., 2001, « L’angle de vue culturel et son intérêt pour comprendre la réalité géographique », dans G. Andreotti et S. Salgaro, Geografia culturale. Idee ed esperienze, Trente, Artimedia, p. 43-51.

RIZZI, E. (dir.), 1987, « Introduzione », dans M. Gioia et V. Cuoco, Il dipartimento dell’Agogna (la Valsesia, l’Ossola, il lago Maggiore, il lago d’Orta, il Novarese e la Lomellina sotto Napoleone, Anzola d’Ossola (No), Fondazione Enrico Monti, p. 9-14.

ROMAGNOSI, G. D., 1829, Dell’incivilimento italiano in relazione alla giurisprudenza, Milan, Soc. Ed. Ann. Universali Scienze e Industria.

ROMAGNOSI, G. D., 1832, Dell’indole e dei fattori dell’incivilimento, con esempio del suo risorgimento in Italia, Milan, Soc. Ed. Ann. Universali Scienze e Industria.

RYKWERT, J., 2003, La seduzione del luogo, Turin, Einaudi.

SAUER, C. O., 1924, « The survey method in geography and its objectives », Annals of the Association of American Geographers, p. 17-33.

SAUER, C. O., 1925, « Morphology of landscape », University of California publications in geography, n° 2, p. 19-53.

SCARAMELLINI, G., 1993, La geografia dei viaggiatori. Raffigurazioni individuali e immagini collettive nei resoconti di viaggio, Milan, Unicopli.

SESTINI, A., 1947a, « Le fasi regressive nello sviluppo del paesaggio antropogeografico », Rivista Geografica Italiana, n° 4, p. 153-171.

SESTINI, A., 1947b, « Il paesaggio antropogeografico come forma d’equilibrio », Bollettino della Società Geografica Italiana, s. VII, vol. XII, p. 1-8.

SESTINI, A., 1957, « Il paesaggio italiano », dans L’Italia fisica, Milan, Touring Club Italiano, p. 207-245.

SESTINI, A., 1962, « Regressive phases in the development of the cultural landscape », dans Ph. L. Wagner et M. Mikesell, Readings in cultural geography, Chicago, The University Press, p. 479-490.

SESTINI, A., 1963a, « Appunti per una definizione di paesaggio geografico », dans E. Migliorini (a cura), Scritti in onore di « Carmelo Colamonico », Naples, Loffredo, p. 272-286.

SESTINI, A., 1963b, Il paesaggio, Milan, Touring Club Italiano.

SESTINI, A., 1965, « Ancora sul paesaggio geografico (proposition d’article de J. Schmitüsen) », Rivista Geografica Italiana, n° 2, p. 275-278.

SESTINI, A., 1989, Scritti minori con elenco delle pubblicazioni (1922-1989), ristampa a cura della Società di Studi Geografici, Ospadaletto (Pise), Pacini.

VIDAL DE LA BLACHE, P., 1917, « La répartition des hommes sur le globe », Annales de Géographie, n° 26, p. 81-93 et p. 241-254.

VIDAL DE LA BLACHE, P., 1948, Principes de géographie humaine, Paris, A. Colin (1ère éd., 1922).

VALLEGA, A., 2003, Geografia culturale. Luoghi, spazi, simboli, Turin, Utet Libreria.

VALLEGA, A., 2007, La geografia del tempo. Saggio di geografia culturale, Turin, Utet Libreria.

WAGNER, P. L. et M. W., MIKESELL, (dir.), 1962, Readings in cultural geography, Chicago, The University Press.

WERLEN, B., 2003, « Géographie culturelle et tournant culturel », Géographie et cultures, n° . 47, p. 7-27.

ZANETTO, G., (dir.), 1987, Les langages des représentations géographiques, 2 vol. , Università degli Studi di Venezia, Est edizioni.

ZANETTO, G. et A. CALZAVARA (dir.), 1991, Il turismo delle città d’arte « minori », Padoue, Cedam.

ZANETTO, G., S. SORIANI et R. BORGHI, 2006, « Turismo, patrimonio culturale e trasformazione dello spazio urbano : riflessioni sulla recente esperienza di Marrakeck », dans G. Campione, F. Farinelli et C. Santoro Lezzi, Scritti per Alberto Di Blasi, vol. 2, Quarto Inferiore (Bo), Pàtron, p. 1803-1811.

Haut de page

Notes

1 "Cultural geography is not a new subject. This generalization holds true whether we define ’subject’ to mean a recognized scholarly discipline or simply a point of view." (Wagner et Mikesell, 1962, p. VII).

2 Les résultats ont été présentés au colloque international "Geografia e percezione dell’ambiente" qui s’est déroulé à Milan le 26 février 1979 et dont les actes sont parus en 1980, sous la direction de R. Geipel et M. Cesa-Bianchi.

3 Pour la bibliographie on renvoie à l’étude citée de Cerreti (1996).

4 Cultural geography is defined by the fact that it demands explicit recognition of culture, in contrast to the implicit recognition given by scholars in the other sub-fields. In other words, cultural geographers are identified not by the phenomena they study, but by the integrating concepts and processes that they stress. The object of their interest, shared by most geographers, is the varied and changing environment of man."

5 Sestini ne considère pas le paysage comme une idée parce que le sens qu’on lui a attribué peut changer beaucoup d’un auteur à l’autre : pour lui il s’agit simplement d’un terme qui s’est affirmé après la Première Guerre mondiale, mais qui est devenu d’usage courant par les géographes surtout depuis 1945. À ce propos, voir G. Andreotti (1994, p. 98 ; 2002, p. 82).

6 Cette expression dans la traduction américaine devient cultural geographic conditions (1962, p. 480). Cela n’empêche pas Sestini en 1963(b) d’intituler Il paesaggio le volume pour la collection "Conosci l’Italia" du Touring club italien.

7 "Nevertheless, the variability of aspect within single regions of the earth, be its rythm slow or rapid, today is one of the fundamental principles in the whole edifice of geography. In general, the present state of physical or human feature is conceived as a particular phase of a development, as a link in a long series with roots in the past and ramification into the future [...]. We should insist, in any case, that scientific study, no matter of what territory, cannot disregard conditions in the past".

8 Il semble bon de rappeler que l’Italie a un grand nombre de minorités autochtones : germanophones, francophones, occitans, Ladins, Tyroliens du Sud, Slovènes, Catalaens, Sinti-rom, Grecs, Albanais, Croates auxquelles s’ajoutent les nouvelles minorités immigrées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuliana Andreotti, « La géographie culturelle italienne », Géographie et cultures, 64 | 2008, 7-34.

Référence électronique

Giuliana Andreotti, « La géographie culturelle italienne », Géographie et cultures [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 décembre 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/1447 ; DOI : 10.4000/gc.1447

Haut de page

Auteur

Giuliana Andreotti

Université de Trente
giuliana.andreotti@lett.unitn.it

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org