Navigation – Plan du site

Aspects culturels

De la problématique urbaine dans le mezzogiorno italien
Cultural aspects of the urban question in the Mezziogiorno
Ernesto Mazzetti
p. 53-71

Résumés

Existe-t-il encore aujourd’hui une « question méridionale » en Italie ? L’évolution économique du pays a fait en sorte que le niveau des revenus et la qualité de la vie ont beaucoup progressé même dans les régions du Sud. Les différents indicateurs placent le Midi italien au-dessus des valeurs moyennes qu’on relève dans presque tous les États européens ayant récemment intégré l’Union européenne. Des causes de malaise subsistent cependant. L’auteur les perçoit surtout dans les plus grandes aires métropolitaines. On remarque ici le rôle négatif des comportements politiques et des stratifications culturelles. Dans les villes les plus grandes, on a mené des actions de marketing urbain qui ont surtout favorisé le tourisme. Le bien-être qui en est résulté est limité à quelques catégories et concentré dans des zones étroites. Pour atténuer ce qui fait la « différence » du Midi italien et surtout pour effacer les aspects culturels négatifs qui affectent l’identité des gens du Sud, la voie la plus efficace serait, semble-t-il, une politique de réaménagement progressif du territoire : ouvrir les frontières des « ghettos urbains » où se perpétue une culture de subordination et de déviance.

Haut de page

Texte intégral

Existe-t-il encore une question méridionale en Italie ?

1On s’est mis à parler d’une « question méridionale » en Italie aux lendemains de l’unification de la péninsule en un seul royaume, à la fin du XIXe siècle. Les enquêtes et les débats politiques relatifs aux causes géographiques et historiques de « l’infériorité méridionale » ont débuté à la même époque, ainsi que les remèdes à mettre en œuvre pour la faire disparaître.

2à partir des années 1950, une série d’actions concrètes de politique économique et de politique territoriale ont suivi. Ce sont les années où les problèmes d’industrialisation et d’urbanisation commencent à se poser de manière aiguë et urgente. Les études géographiques sur la question méridionale italienne, à l’échelle européenne, l’analyse de la distribution inégale du développement économique entre régions « fortes » et régions « faibles » se multiplient. Les études de « géographie appliquée » ou d’aménagement du territoire de géographes français comme J.-P. Gravier, J. Labasse, F. Perroux, M. Phlipponeau ont inspiré les géographes italiens, au premier rang desquels Francesco Compagna, soucieux d’élaborer et de proposer au gouvernement, aux dirigeants, aux représentants politiques, économiques et syndicaux, les politiques considérées comme les plus justes et les meilleures pour le Mezzogiorno. Les rapports que Compagna noue avec Jean Gottmann, (auteur notamment de Megalopolis) témoignent de l’attention croissante que le premier accorde au facteur urbain dans les politiques de développement, et plus spécialement au rôle des métropoles comme structures qui ordonnent et animent les espaces régionaux.

Le Sud comme crise

3Il existerait plusieurs crises : une crise sociale, à cause de la présence de couches de population qui ne possèdent que très peu et vivent très mal, une crise économique due à l’absence de structures productives comparables à celles d’autres régions d’Italie et d’Europe et une crise urbaine parce que les agglomérations méridionales apparaissent différentes, dans l’image qu’elles donnent à l’extérieur comme dans leurs données fonctionnelles, qu’il s’agisse de grandes villes, denses par leur population enfermée dans des tissus urbains congestionnés, ou de petits noyaux isolés loin des grandes lignes de voies ferrées et des autoroutes. Enfin, une crise politique par suite de la persistance, dans les régions méridionales, de mécanismes de formation de la classe dirigeante basés sur la cooptation et l’affiliation, la clientèle et la parenté plutôt que sur la sélection au mérite.

4La bibliographie consacrée à ces problèmes est immense : études historiques, économiques, juridiques, territoriales, sociologiques, programmes de développement et plans d’aménagement du territoire. Les apports des chercheurs étrangers sont nombreux, de F. Vöchting à P. Rosentein-Rodan et à A. Gerschenkron. Entre la fin des années 1950 et les années 1980, Compagna et l’économiste Pasquale Saraceno se détachent particulièrement parmi les chercheurs italiens qui s’intéressent à la question méridionale. Je définirais comme cartésien le fondement de leur attitude culturelle, avec une inspiration de solidarité chrétienne, pour le second et une foi dans le progès des Lumières, chez le premier. Tous deux avaient une perception que nous pourrions aujourd’hui qualifier de géopolitique : à savoir que dans un contexte étatique – surtout s’il est de formation récente comme en Italie –, la présence d’une partie affaiblie et malade peut compromettre la survie de l’ensemble (LItalie sera ce que sera le Mezzogiorno : telle était alors leur commune conviction).

5Pourquoi sont-ils cartésiens ? Saraceno aussi bien que Compagna étaient attentifs aux territoires, à leur nature physique, à leur histoire, mais ils étaient également au courant des expériences déjà réalisées, ou en cours, dans d’autres pays (états-Unis, France) qui avaient affronté avec succès les problèmes des déséquilibres régionaux, grâce à des politiques de développement économique et de réaménagement du territoire. Ils étaient convaincus que dans un pays moderne disposant de ressources et de moyens technologiques, il n’y avait pas de conditions physiques sur lesquelles on ne puisse agir, ou de faiblesses des structures productives qu’on ne puisse guérir. S’il existait entre le Nord et le Sud du pays une divergence mesurable en termes d’équipement, il était nécessaire d’essayer d’en atténuer la portée en réalisant des routes, des chemins de fer, des réseaux électriques, hydrauliques et téléphoniques. Tel fut l’objectif majeur de l’action menée dans le Sud dans la décennie 1947-1957. Mais de meilleures infrastructures ne pouvaient suffire à attirer des activités capables d’absorber les nouveaux contingents du marché du travail et l’exode rural. On mit alors l’accent sur une politique d’industrialisation, celle de l’industrie lourde. Au début du XIXe siècle, l’économiste et homme politique Francesco Saverio Nitti voyait dans l’industrie le facteur le plus susceptible d’assurer le risorgimento économique d’une zone déprimée comme celle qui gravitait autour de la cité de Naples, ancienne capitale du royaume des Deux-Siciles.

6« Thérapie » industrielle, donc, pour les régions méridionales. Le keynésianisme de Saraceno et, pour Compagna, un parcours qui le mène de la géographie régionale à la « géographie active », firent que tous deux poursuivirent de manière cohérente et obstinée l’objectif du développement de la grande entreprise dans le Sud, directement capitalisée par l’état, ou par des financements indirects en faveur des investisseurs privés. On considérait cette politique comme la plus susceptible d’engendrer d’autres activités et surtout de transformer une société paysanne en citadins : cela devait entraîner des mutations culturelles capables de conduire, comme le souhaitait Compagna, à un rapprochement progressif avec « l’Europe lotharingienne » et d’éviter « le glissement » vers les régions méditerranéennes.

7La politique d’industrialisation poursuivie avec une aide importante de l’état jusqu’aux années 1990 peut être aujourd’hui considérée comme une faillite. Presque toutes les activités pétrochimiques et sidérurgiques créées à l’époque ont disparu ; le complexe varié des industries à participation de l’état s’est fragmenté ou s’est arrêté, et le réseau des activités locales mineures qui lui étaient liées s’est effondré.

8Les raisons de cette faillite sont variées et ont toutes été analysées plus ou moins lucidement. Aux facteurs extérieurs (conjoncture et concurrence internationale, transformation structurelle de la grande entreprise, glissement des industries de base vers les pays émergents) qui ont entraîné la concentration des ressources au profit des secteurs plus innovateurs ou résistants de l’appareil productif national, il faut ajouter des raisons internes au Mezzogiorno et à l’Italie dans une politique industrielle qui « a bouleversé les façons d’opérer des entreprises à participation de l’état », et « a représenté un cas d’utilisation peu efficace des finances publiques » (Barucci, 2003).

9Étaient-ils aveugles face à ce qui arrivait réellement ? Les « méridionalistes » Saraceno et Compagna, certainement pas. Idéalistes, oui, mais sans illusions. Les dérives de l’intervention publique ont été dénoncées, de plus en plus fréquemment, par l’un et par l’autre, à partir de la seconde moitié des années 1970. Compagna parlait de la substitution progressive du « méridionalisme du pouvoir » au « méridionalisme de la pensée ». Saraceno entrevoyait la formation d’un bloc social entre les spéculateurs du Nord et les affairistes du Sud, tout aussi dangereux que le bloc social entre les latifundistes du Sud et les industriels du Nord contre lequel s’étaient dirigées les flèches du penseur marxiste Antonio Gramsci. Ces chercheurs étaient tous deux conscients qu’à la longue, cette dégénérescence conduirait à la désintégration de toute politique méridionaliste. C’est du reste ce qui s’est produit. Ils furent certes idéalistes, mais aussi sagaces dans la perception du fait que la « question » demeurait un problème de culture, de l’organisation civile, de la formation du consensus politique, de l’adhésion à l’intérêt public plutôt qu’au copinage, et même à la criminalité.

10Est-il encore raisonnable de parler aujourd’hui de l’existence d’une « question méridionale » ? Si oui, dans quelle mesure et en quel sens cette question continue-t-elle à se poser ?

11Dans le texte déjà cité, Barucci parle du Mezzogiorno comme « d’une aire vaste et peuplée d’un des pays les plus industrialisés du monde… et qui consomme plus qu’elle ne produit ». Elle « n’est pas en état d’accumuler, ni d’investir sur place pour accélérer le rythme de sa croissance. Elle a besoin de capitaux et de capacités en provenance de l’extérieur ». La Svimez – l’institution qui a la charge d’assurer le « suivi » de la « question méridionale » à travers une série d’indicateurs – continue de constater que le Sud italien reste une périphérie si on le compare avec les régions « fortes » de l’Europe, ayant un chômage difficile à résorber dans un système économique désindustrialisé.

12Et pourtant, dans une Italie qui voit certaines de ses régions septentrionales jouer d’égal à égal avec l’Occident développé, les régions méridionales ont partout acquis un revenu moyen par tête qui, à l’échelle mondiale, les place dans l’espace étroit de la richesse, et non dans celui du sous-développement. Le sous-emploi reste significatif, mais la condition sociale ne peut plus être considérée comme explosive grâce aux « facteurs de compensation familiers du welfare » (Viesti, 2003).

13Il n’y aurait donc plus de « question méridionale », mais un ensemble de « particularités », avec des points de concentration dans certaines zones, surtout celles qui font face à la mer Tyrrhénienne. On peut ainsi parler de degrés de développement des régions du Sud et de différents niveaux de qualité de vie, ce qui appelle des politiques différenciées en fonction de la diversité des perspectives ou de la difficulté d’évolution des réalités territoriales et sociales.

14Ce n’est pas tant parce que le Sud consomme plus qu’il ne produit et ne se montre pas capable d’accélérer seul sa croissance que certains restent convaincus de la permanence de la « question », dans sa dimension politique, ou sociologique ou historique, en somme, dans sa dimension culturelle. Ils soulignent la différence entre le Nord et le Sud dans les mécanismes qui déterminent et régulent la formation des classes dirigeantes : appartenance sociale, instruction et modalités de réponse à la demande propre à une société évoluée, telles que le travail, la sécurité individuelle, la justice ordinaire et fiscale, l’attribution des marchés publics. L’expression « question méridionale » trouve alors sa raison d’être : elle « demande une politique de sélection des ressources humaines et matérielles » (Barucci), afin que les mécanismes régulateurs de la vie d’une société démocratique agissent également dans les deux parties du pays. Déjà dans les années 1960, Compagna cherchait à comprendre « comment, une tradition politique médiocre allait toujours de paire, dans le Mezzogiorno, avec une très haute tradition culturelle ». La persistance de ces aspects culturels de la « question méridionale » remet d’actualité la perspective du « temps long » dans le réalignement des deux Italies, formulée il y a déjà un demi-siècle par l’économiste libéral Luigi Einaudi, qui fut aussi Président de la République italienne.

La méridionalité métropolitaine comme condition existentielle

15Parmi les changements qui, au cours des cinquante dernières années, ont imposé leur marque sur le territoire et la société du Mezzogiorno italien, le fait le plus significatif est que le Sud aujourd’hui n’est plus rural, mais qu’il est devenu essentiellement urbain. C’était un souhait ancien des méridionalistes de la « seconde génération » (Compagna) : pour eux, le développement d’un réseau urbain articulé en ville-métropole, petite ville et « ville d’équilibre » (qui devait assurer un raccord fonctionnel entre les deux premières) était une condition fondamentale du développement économique et du lancement d’un processus de promotion civile générale.

16Les migrations des populations méridionales sont en effet très importantes : le déplacement des hauteurs vers les plaines et de l’intérieur vers la côte. Ainsi se sont constituées des aires métropolitaines en Campanie, en Sicile, dans les Pouilles et dans les Abruzzes. Plus encore que les villes principales, ce sont des centres moyens et des petits centres qui se sont accrus. Le remodelage des établissements humains a impliqué des consommations élevées d’espace, ainsi que des modifications notables de l’environnement, notamment une urbanisation incontrôlée des côtes pour le tourisme.

17Dans l’expansion de l’urbanisation de toutes les régions méridionales, les aspects quantitatifs ont prévalu sur les aspects qualitatifs. Consommation d’espace et densification démographique ont été, en proportion, plus importantes que ce que l’on peut dire de l’amélioration de la qualité de la vie dans les grands centres et dans les centres moyens. Quand, en 1967, on discutait d’une « politique pour la ville » dans le Mezzogiorno, à laquelle devaient collaborer le gouvernement central et les gouvernements locaux, ce fut Compagna qui dessina les grands traits d’un modèle « d’urbanisation civile ». Le présupposé devait être le déplacement d’une partie consistante du patrimoine industriel italien vers le Midi. Sans cela, c’est le Nord qui aurait risqué un « urbanisme de la misère », provoqué par une arrivée massive depuis les régions économiquement déprimées.

18L’expérience des deux dernières décennies montre que le « modèle » ne s’est pas réalisé, pas plus que le présupposé de l’industrialisation. Les petites activités manufacturières qui ont surgi au sud de la frontière historique (marquée par les fleuves Garigliano et Tronto), et dans les îles de Sardaigne et de Sicile, n’ont pas apporté d’emploi industriel là où s’était produite l’hémorragie des emplois, provoquée par la crise de la grande industrie à capitaux d’état ou dépendant des ressources publiques.

19Il était inévitable qu’il en soit ainsi, de l’avis de beaucoup de personnes qui dénonçaient la faiblesse intrinsèque de l’appareil industriel « assisté ». Le fait que les nouvelles initiatives industrielles aient sélectionné des implantations dans des districts neufs, par facilité de localisation, et non dans ceux où il aurait fallu prendre le relais des activités anciennes, a été très négatif sur le plan social. Plus grave encore du point de vue « culturel » est la désindustrialisation des grandes aires urbaines ou périurbaines du Mezzogiorno. Durant la plus grande partie du XXe siècle, une classe et une conscience ouvrières s’étaient formées, mais elle a conduit à la faillite en quelques années des structures capables d’alimenter un processus, même lent, d’auto-promotion économique et civique ont été sapées.

20Naples et Palerme étaient les zones industrielles les plus anciennes et constituaient la plus grande concentration démographique. En Sicile, en Calabre, dans les Pouilles et en Sardaigne fonctionnaient aussi les « pôles » principaux d’entreprises « subventionnées », mis en place jusqu’aux années 1970, à proximité desquels se concentrait l’urbanisation nouvelle. La crise de la production a frappé avec une grande dureté ces secteurs : elle a enlevé de l’espace aux occupations anciennes et n’a laissé aucune possibilité pour la création de nouveaux emplois pour les jeunes : il était donc inévitable de voir de larges couches de population régresser de la condition prolétarienne à celle du sous-prolétariat. Le sous-prolétariat urbain des aires métropolitaines était ainsi condamné à une tertiarisation pathologique, dans le secteur des commerces banals, de la bureaucratie et des métiers irréguliers. Avec de lourdes dérives vers ce qu’on appelle le « travail noir ». Ou bien pire, vers l’activité criminelle.

21L’alternative formulée par les méridionalistes et par un certain nombre d’urbanistes dans les années 1960 et 1970 ne s’est pas non plus réalisée. N’était-elle pas plus terrifiante pour le reste de l’Italie qui risquait de voir s’installer un « urbanisme de la misère » dans la partie nord, à cause de l’exode migratoire depuis le Mezzogiorno ? Ce ne sont pas des fleuves, mais tout au plus des « rigoles » d’émigrants méridionaux qui se sont dirigés vers le Centre et le Nord durant les deux dernières décennies, pour des raisons mises en valeur par les enquêtes sociologiques et économiques : les chômeurs les plus âgés vivent grâce à diverses formes d’assistanat public, les plus jeunes grâce à la solidarité familiale. L’expansion de l’industrie septentrionale, réfractaire à l’hypothèse de transferts depuis le Sud, nécessite donc une immigration extra-communautaire. Elle tend aussi à délocaliser hors des frontières, dans les pays européens ex-communistes ou en Asie, les productions à très bas niveau de valeur ajoutée.

22Sous-prolétarisées à la suite de la désindustrialisation, les métropoles du Mezzogiorno ont vu également s’évanouir leurs fonctions tertiaires résiduelles de niveau supérieur, quand les conditions du marché résultant des erreurs humaines et de mauvais coups politiques, ont provoqué l’effondrement des vielles institutions financières et de crédit de toutes dimensions notamment : les grandes banques et les caisses d’épargne dont dépendaient l’avenir des entreprises, les initiatives culturelles et les activités de direction de Naples, de Palerme et des chefs-lieux de province (Cosenza, Avellino, Bénévent). Leurs aires d’influence respectives ont été absorbées par la concurrence du Centre, du Nord et de l’étranger, provoquant la baisse de l’emploi, mais surtout une perte de l’autonomie et du rôle des succursales locales.

23Que reste-t-il pour innerver, en quelque sorte, la structure fonctionnelle des aires métropolitaines du Sud ? La culture, sans doute, alimentée par des traditions solides et diffuses de créativité dans le spectacle, la musique, l’art. Mais la créativité, qui n’est pas soutenue par les vastes et solides dimensions d’un marché capable de générer – comme à Rome et à Milan – les industries de l’édition, du cinéma, de la télévision et de la discographie, se réfugie dans des niches élitaires ou s’embourbe dans le vernaculaire. Il reste certainement l’université : structure de formation qui est le nouveau levier et présupposé de la recherche pluridisciplinaire. Rares sont les villes et les provinces du Sud qui n’ont pas aujourd’hui leur Athénée ou tout au moins quelque faculté décentralisée. Cependant, même à vouloir rejeter comme stéréotype abusif le parallélisme entre la multiplication des établissements, des chaires et des inscrits et la baisse du niveau moyen de l’enseignement et des diplômés, il paraît incontestable que, sans une demande qui émanerait d’un secteur productif en expansion, l’incitation à la recherche appliquée et de base s’affaiblit, et l’embauche des nouveaux diplômés devient problématique.

24Il subsiste donc un malaise de fond dans la plupart des régions et provinces méridionales. Cette gêne qui se manifeste surtout dans l’espace urbanisé du Mezzogiorno, croît de manière proportionnelle au niveau de la densification démographique et s’affirme dans les aires métropolitaines de Naples, Palerme, Catane, Bari. De la comparaison entre la qualité de la vie urbaine dans de telles aires et de celles du Centre et du Nord, émerge à l’évidence la permanence d’un écart et des déséquilibres. Le fait de pouvoir en donner une explication et de les définir, les rend plus tolérables à l’intellect et à la conscience civile.

25Tout ceci dans un Mezzogiorno qui n’est plus « le vaste royaume sans routes et sans villes » qui suscitait le découragement de F. S. Nitti et qui n’est plus le « champ de ruines géologiques » qui induisait le pessimisme de Giustino Fortunato, un des « pères » du « méridionalisme de la première génération ». C’est un Mezzogiorno qui a parcouru une longue, pénible et coûteuse évolution qui l’a mené de la quinine – métaphore d’une société victime de la misère et exposée à toutes les épidémies infectieuses – à l’ordinateur – métaphore d’une société qui devrait avoir trouvé, dans la modernité technologique, la voie pour réussir des aménagements économiques et sociaux équilibrés.

26Le Mezzogiorno est fortement urbanisé, mais à faible niveau d’industrialisation, avec des villes qui consomment de grandes quantités de biens provenant de l’extérieur, capitalisant peu, mais dilapidant en grande partie ce qu’elles reçoivent à cause de l’hypertrophie bureaucratique (communale, régionale et de l’état) ou d’un système commercial fragmenté. Il est devenu un marché subventionné utilisé comme débouché pour les productions du Centre, du Nord ou de l’étranger. Il finit surtout par se caractériser aussi, et dans une large mesure, sur le plan de l’action, par les « médiateurs de consensus », cet espace dévolu à la « goinfrerie clientélaire » ou, pire, aux ingérences de la Camorra ou de la mafia. Un Mezzogiorno qui se présente, objectivement, comme une réalité différente du reste du pays quant à la possibilité de se conformer aux règles communes de comportement individuel et de transparence publique.

27Lorsqu’on étend ces analyses à l’ensemble du territoire méridional, il est clair que, dans ce complexe de régions et de provinces, ce sont les éléments de diversité qui dominent alors que, par le passé, on y observait des éléments d’uniformité. Certaines différences quantitatives – densité de l’habitat, types prédominants d’activité économique – préexistaient dans les provinces du Sud. Mais une nouvelle diversité est née des parcours variés suivis par les villes et les provinces du Sud : développement en « taches de léopard », sans doute, pour qui observe la dynamique du produit intérieur par tête dans les différentes provinces, mais aussi diversification progressive des structures et fonctions urbaines, de la qualité de vie des résidents que de nombreux indicateurs économiques, territoriaux ou sociaux mettent en évidence.

28Il en ressort, selon des avis largement concordants, qu’une lente fragmentation est en œuvre dans la structure géo-statistique traditionnelle qui correspondait à la définition du Mezzogiorno. Abruzzes et Molise se sont détachées et gravitent vers une macro-région Centre-Adriatique, à laquelle elles sont de plus en plus interconnectées. La Pouille montre qu’elle est capable de trouver une nouvelle perspective dans ses interrelations avec l’autre rive de l’Adriatique et de la mer l’égée. Le tourisme a lié de manière stable la Sardaigne aux intérêts et à la logique du marché du Centre et du Nord.

29Certains « systèmes locaux » ont donné des signes de dynamisme, grâce surtout à l’effet catalyseur d’entreprises qui, en l’espace de quelques années et à partir des anciennes traditions manufacturières locales, ont su pénétrer des marchés nationaux et internationaux. On a pu espérer que ce modèle localiste serait reproductible, de telle sorte qu’un certain nombre de noyaux s’étendant sur une ou plusieurs communes, constitueraient autant de « foyers », alimentés par une ou plusieurs entreprises de forte vitalité, diffusant le progrès dans des aires plus vastes. Pour appuyer cette hypothèse, diverses formules ont été proposées et expérimentées ; elle mettent en œuvre certaines lois nationales et régionales attentives à ne pas sortir des cadres de la réglementation européenne en matière de concurrence. Il ne me semble pas que les « pactes territoriaux » (et autres formules et sigles nés d’accords entre état, administrations locales et organismes variés) qui ont vu le jour dans les provinces de l’Italie du Sud aient atteint les objectifs fixés. Dans beaucoup de cas, les initiatives ainsi lancées ont généré une nouvelle bureaucratie locale ; en tout cas quelque chose de bien différent des « systèmes locaux » dont la naissance et la vitalité durable restent liées à une activité et une personnalité qui répondent surtout aux images « schumpéteriennes » de l’entreprise et de l’entrepreneur innovateur.

30La « méridionalité », non pas comme donnée géographique liée à une position périphérique vis-à-vis du Centre et du Nord, mais comme condition existentielle qui souligne une dissemblance, semble donc rester une particularité des régions de Campanie, Calabre, Sicile. à l’intérieur de leurs frontières, elle concerne surtout les aires métropolitaines et les concentrations urbaines majeures, peuplées de meridios, selon l’expression méprisante forgée par une subculture quelque peu raciste et déjà trop répandue dans les provinces du Nord de l’Italie.

Aspects culturels de la problématique urbaine dans le Mezzogiorno et « ressource culturelle » pour des futurs possibles

31Le problème du Mezzogiorno, ou tout du moins de la partie qui compte le plus par ses habitants et sa superficie, perdure en Italie, même s’il n’est plus considéré comme le problème principal par tous les Italiens. Les villes, leur population, la culture qui s’y reproduit et qui est transmise aux jeunes générations, tels sont les principaux problèmes du Mezzogiorno. Cette hypothèse, comme d’autres formulées en ce sens correspond à une réflexion renouvelée sur les écarts observables sur le territoire et la société en Italie. Il s’agit toutefois d’hypothèses controversées.

32Les opinions divergent sur la légitimité scientifique et politique de considérer qu’une question méridionale se pose encore. Ceux qui retiennent que la permanence de déséquilibres entre le Nord et le Sud doit être perçue comme un problème qui concerne tout le pays le croient. Ceux qui jugent que chacun des maux que l’on peut encore rencontrer dans le Sud doit être évalué dans sa singularité propre, et selon l’urgence qu’un problème spécifique présente, indépendamment de sa localisation, pensent le contraire. Dans cette controverse, les partisans de l’une et de l’autre position se situent, me semble-t-il, soit sur l’axe politique du centre-droit, soit sur celui du centre gauche de la scène politique italienne d’aujourd’hui. à droite, la position est déterminée par la composition géographique dominante de l’électorat (septentrionale pour le parti de la Ligue ; centrale et méridionale pour le parti de l’Alliance nationale). à gauche, c’est, à mon avis, une composante importante du débat idéologique interne aux Démocrates sociaux, en particulier parmi les intellectuels méridionaux affiliés ou sympatisants de ce parti (héritier du défunt parti communiste).

33J’admets que mon hypothèse sur les villes méridionales peut apparaître non pas opposée, mais tout à fait dissonante par rapport aux positions qui ont prévalu ces dernières années. Je considère que le noyau du problème dans cette partie de l’Italie, que la vraie « question » à l’intérieur de la « question méridionale », est d’ordre culturel, et ce malgré l’opinion de beaucoup de personnes selon laquelle certaines de ces villes seraient déjà les porteurs d’une sorte de « rachat » du Sud. Je ne néglige pas ces opinions, au contraire, je les retiens par leur aspect motivé, et j’ajoute malheureusement, ne me semble pas remettre en cause ma vision de la réalité urbaine du Sud comme problème dominant.

34Quiconque est attentif aux phénomènes politiques et sociaux en Italie se souviendra qu’il est devenu habituel pour les mass médias nationaux de parler d’une « saison des syndics » [maires]. Cela concerne en particulier les maires de quelques grandes communes du Mezzogiorno (Naples en tête) auxquels on reconnaît – grâce au plus grand pouvoir qui leur a été conféré par un système que l’élection des administrateurs locaux a rénové – le lancement dans leurs villes respectives de politiques appréciables en faveur de l’innovation et du dynamisme. On entrevoit l’émergence d’une nouvelle manière de concevoir les projets ; en dériveraient, avec la rupture avec les vieux schémas de gestion municipale, les préconditions d’une réanimation de l’économie et du réveil civil. Certains en parlent, en se laissant gagner par l’emphase d’une « nouvelle renaissance » ; d’autres, en pensant plus technocratiquement, à l’acquisition d’une compétitivité dans le domaine du « marketing » urbain.

35Je retiens comme incontestable le rôle positif joué par certains des maires des chefs-lieux méridionaux – et en particulier, d’une ville comme Naples, représentative du Mezzogiorno entier –, dans l’élaboration, la prospection, le soutien, tant sur le plan communal que dans la confrontation avec les administrations régionales et centrales, de lignes d’action concernant l’urbanisme, les transports publics, l’aménagement urbain, la valorisation du patrimoine monumental et artistique. Ces politiques ont redoré l’image de la cité en remettant en valeur les éléments matériels, traditionnels, symboliques de la mise en scène urbaine. L’exaltation des composantes historiques du tissu urbain – depuis les caractères architecturaux jusqu’aux particularités alimentaires, artisanales, musicales – se trouve dans de nombreux cas à la base de la construction d’un message positif que le système de communication de masse (et pas seulement italien) a bien volontiers reçu. C’est en effet une nouveauté dans les informations sur ces villes : à force d’insister sur leurs aspects négatifs, on en avait fait des stéréotypes.

36L’efficacité du message a été stimulée par le rôle de « communicateurs » tenu justement par les maires. à Naples en particulier, la rénovation apportée à l’image de la ville a eu des retombées concrètes : rénovations matérielles par des travaux de restauration et d’embellissement (dont certains ont été pas mal discutés) des places, des rues, des monuments du centre ancien, et grâce à l’ouverture de nouvelles stations du chemin de fer métropolitain, décorées d’œuvres d’artistes renommés ; rénovation opérée en un sens « virtuel » en faisant reverdir dans l’imaginaire italien et étranger le mythe du Grand Tour. Naples, « offerte » essentiellement comme « bien culturel », est redevenue une destination des flux touristiques, alors qu’elle était principalement un point de passage pour des excursions vers les îles du Golfe, la zone archéologique de Pompéi, les zones côtières de Sorrente et d’Amalfi, la Reggia et le parc de Caserte. Ce qui a impliqué des investissements, en grande partie facilités par des mesures régionales ou de l’état, l’ouverture de nouveaux hôtels et l’amélioration de ceux qui existaient, tout comme d’autres secteurs liés à l’activité touristique : de la restauration des monuments à des expositions dans les musées.

37La croissance de l’emploi et la rénovation de la dimension touristique constituent une vraie bouffée d’oxygène pour l’économie asphyxiée de la ville. Le tourisme pourra-t-il se substituer, comme ressource génératrice de revenus et d’emplois, aux activités manufacturières et tertiaires qui sont venues à manquer durant les années passées ? Il semble qu’un vieux débat renaisse – il s’était développé au début du XXe siècle – entre les partisans d’une « Naples auberge et musée » opposés aux promoteurs d’une « Naples industrielle ». La voie industrielle avait alors prévalu car elle était considérée comme la plus efficace pour le « risorgimento économique » de la ville où de larges couches de la population vivaient d’activités précaires, dans des conditions de misère et d’analphabétisme, bien que depuis la terrible épidémie de choléra de 1844, d’imposants travaux aient modernisé l’organisation urbanistique des quartiers autour du port et aient assaini les plaies les plus visibles d’une édilité molle et antihygiénique.

38Aujourd’hui, à Naples comme dans les autres villes du Sud, grandes et moyennes, les conditions sont évidemment très différentes. Les foules déguenillées et affamées ont disparu, mais l’inadéquation des appareils productifs maintient et accroît les poches de chômage à travers lesquelles s’exprime le malaise social. Des effets psychologiques d’attentes croissantes, les effets démonstratifs exaltés par les médias font naître, dans les couches de populations les plus indigentes, de nouveaux besoins qui ne sont pas ceux auxquels peuvent répondre des emplois précaires ou des mécanismes d’assistance. Cela concerne aussi bien les habitants des zones denses des quartiers anciens et dégradés que les districts d’urbanisation populaire qui les entourent, telles des ceintures larges et effilochées et les périmètres communaux des chefs-lieux. Les uns et les autres sont privés de toute fonction urbaine sinon de celle de dortoirs.

39Les périphéries surtout, qui manquent de tout service et de toute attractivité, en dehors du commerce banal et de quelques petits terrains de football, sont des lieux générateurs de troubles et de déviance. En témoigne le tissu métropolitain de Naples qui couvre la totalité de cette province et déborde sur celle, voisine, de Caserte en une succession de communes qui conservent les anciens toponymes, même s’il y a peu de continuité entre les différents espaces bâtis. Au total, plus de 3 millions d’habitants, soit plus de la moitié de la population de la Campanie est concentrée sur une superficie égale au dixième de la région. Ici, la gestion du territoire présente d’extrêmes difficultés. Le vandalisme et le manque d’entretien compromettent les installations et les services d’usage public. Là où des « zones et des noyaux industriels » ont réussi à survivre et à croître, la vitalité des entreprises qui y opèrent (dans la mécanique, la téléphonie, le papier, l’habillement, les matières plastiques, le mobilier ou encore dans le grand centre logistique et commercial de Nola), souffre du désordre urbanistique et des fréquents encombrements sur le réseau pourtant étendu et ramifié des routes et autoroutes.

40Dans cette extension, la plus importante de l’aire métropolitaine de Naples, le tourisme n’a pas d’incidence, et ne peut en avoir, sinon de manière très indirecte, en absorbant une portion très limitée des chômeurs locaux, ou en alimentant l’activité de quelques entreprises locales capables d’entrer en compétition avec les grandes industries extra-régionales pour le marché des fournitures pour usages touristiques, pour l’hôtellerie et la restauration.

41C’est pourtant le risque et le désir, en particulier chez les jeunes, de s’évader des quartiers centraux dégradés et de la périphérie la plus informe et désagrégée, qui sont à l’origine d’un rapport conflictuel croissant à propos de l’usage même de ces espaces dont l’économie touristique de la ville voudrait réserver à la jouissance privilégiée aux étrangers. Des espaces dont l’attractivité a été exaltée par les restaurations et les aménagements urbains, la création de points d’accueil et de repos. Des espaces vers lesquels les administrations elles-mêmes, que ce soit dans un but social ou parce qu’elles recherchent un consensus, attirent aussi des foules de jeunes par la fréquente organisation de spectacles et d’événements musicaux. Le soir et les jours fériés en particulier, la présence de foules dans les zones considérées comme « vitrines » de la ville – les quais, les rues piétonnes des quartiers historiques, les points de vue situés sur les collines – peut aussi se comprendre comme une recomposition, selon les normes contemporaines, de l’antique « couleur locale » – qui séduisait tant les étrangers – avec accompagnement de petites motos et de radios stéréos à la place des anciennes mandolines.

42Ce sont d’autres phénomènes qui préoccupent les promoteurs du tourisme et les institutions. Phénomènes que l’on peut ramener au malaise social de larges couches de la population : les fréquents cortèges de chômeurs (avec tous les effets spectaculaires possibles, blocage de routes et de voies ferrées, incendie des boîtes à ordures) qui réclament l’insertion dans des activités subventionnées ou d’autres formes d’assistance. On peut rapprocher ces phénomènes de la difficulté pour un système démocratique à exercer un contrôle efficace sur le territoire, en particulier là où la culture dominante est fondée sur la solidarité familiale et de « clan », alimentant et protégeant la petite criminalité contre les personnes et les choses, tout comme les organisations criminelles qui se consacrent aux trafics de drogue ou aux extorsions de fonds au détriment des commerçants et des entrepreneurs.

43La « renaissance » touristique de l’aire napolitaine apparaît ainsi limitée topographiquement à certains quartiers et à certains centres côtiers. L’économie de la ville et de la province en tire des bénéfices appréciables, mais qui ne profitent qu’à une fraction limitée de catégories professionnelles et d’entrepreneurs. L’analyse faite pour Naples peut être confirmée, en changeant les variables spécifiques, dans les autres aires urbaines du Mezzogiorno, de la Sicile, de la Pouille. Il est à craindre que les manifestations du malaise social dans des zones où l’économie ne connaît pas encore une croissance équilibrée pour l’ensemble de la population, et ne permet donc pas la formation et la diffusion d’une culture respectueuse des besoins collectifs et de la valeur des lieux, puissent à la longue compromettre les effets positifs qui, surtout en matière de relance touristique, ont jusqu’ici résulté de la politique de l’image mise en œuvre à Naples et dans les autres villes méridionales.

44Je crois qu’il faut, si possible, rechercher une voie moyenne entre les affirmations complaisantes de « nouvelles renaissances » et les considérations désolées sur les « défaites renouvelées ». Si le Mezzogiorno se présente toujours avec une « question » qui se pose avec urgence sur la scène politique et économique de l’Italie, et si le cœur de ce problème est à chercher dans les concentrations urbaines majeures et dans la culture de populations enracinées ou de celles qui sont arrivées récemment, le point d’attaque pour une quelconque intervention efficace ne peut se trouver que dans les villes.

45La carte des « ressources culturelles » des villes, qu’il s’agisse du paysage, des monuments et des héritages historiques, a été jouée à l’occasion de la « saison des syndics ». Carte efficace dans le match pour élever le score touristique des villes, mais carte qui ne suffit pas à transformer le fond de la culture de la population métropolitaine, la plus ancienne ou plus récemment installée.

46Aujourd’hui encore, d’éphémères symboles de la modernité se superposent à un tissu archaïque, lié de manière tenace à des atavismes générés par les siècles d’histoire qui ont condamné des populations entières à une culture de la condition subalterne, politique et économique. Les solides traditions de chant, de littérature, d’iconographie, suscitent toujours le consensus admiratif et acritique des publics locaux et étrangers qui ont fini, malgré leurs intentions consolatrices ou d’évasion, par se faire les propagateurs inconscients de ces cultures de la subordination.

47L’alternative d’il y a un siècle, entre « auberges et musées » ou « port et industrie », n’a plus de raison d’être. Le tourisme est essentiel, et il a d’autres exigences et d’autres dimensions que par le passé. On constate que dans tout le Sud existent des conditions pour le favoriser et le développer, mais les activités productives, manufacturières, restent fondamentales. Elles aussi présentent d’autres exigences – d’autres dimensions, avec des conditions de localisation différentes, d’autres connexions avec les structures de la recherche, de la formation, de la finance – qu’à l’époque de Francesco Saverio Nitti ou même de Pasquale Saraceno. Il est vrai que certaines obéissent exclusivement aux logiques du marché.

48J’ai le sentiment de ne pas me faire, à mon tour, d’illusions en pensant qu’il existe des façons de briser les frontières des anciens « ghettos urbains » où se perpétue une culture de subalternité et de déviance : ce sont les incubateurs des meridios. De façon aussi à atténuer l’asphyxie que le désordre urbanistique a fini par créer autour des activités productives, installées dans les espaces périurbains dans la première et la seconde moitié du XXe siècle, et qui éloigne toute nouvelle entreprise qui pourrait créer des emplois ouvriers.

49Parmi les instruments possibles d’intervention, le géographe incline à privilégier les politiques urbanistiques menées par les pouvoirs centraux et régionaux avec une incidence sur le territoire à l’échelle au moins régionale, et pas seulement à celle des aires métropolitaines. Il le fait avec la conviction que l’exigence principale est de déterminer un rapport plus équilibré entre population et territoire, atténuant la densité hypertrophique des concentrations qui n’ont que peu, ou pas, de valeur civile ou de respect des règles, et d’insuffler un « effet ville » dans le vide des espaces ruraux où sont arrivées de nouvelles voies de communication au moment où la population déclinait.

50L’expérience qu’il est possible de tirer des modes et des époques selon lesquelles, dans les années anciennes ou récentes, le territoire italien a été géré, pourrait faire naître des doutes sur l’efficacité et sur le réalisme de propositions qui suscitent, au départ, un ensemble d’opinions hostiles. Il en va ainsi chaque fois qu’on doit se mesurer aux problèmes des fortes restructurations urbaines et des transformations territoriales tranchantes. L’immobilisme ou le parti de laisser prévaloir le désordre sont des attitudes fréquentes dans les administrations publiques, mais ce n’est pas pour autant qu’il cesse d’être raisonnable de continuer à croire à la nécessité de politiques, attentives à la logique du marché et de la prospective européenne, et qui seraient en mesure de conférer une nouvelle compétitivité à l’espace géographique méridional, lequel serait sans cela condamné à une marginalisation productive progressive et à une « périphéricité » culturelle durable.

Haut de page

Bibliographie

BARUCCI, P., 2003, « La condizione del Mezzogiorno – ieri, oggi e domani –tra vincoli ed opportunità », Rome, Quaderno, n° 21 di « Informazioni Svimez ».

CAFIERO, S.,1980, La questione meridionale, Florence, Le Monnier.

CERSOSIMO, D. et C. DONZELLI, 1997, « Mezzo giorno e mezzo no. Realtà, rappresentazioni e tendenze del cambiamento meridionale », Meridiana, n° 26-27, Rome.

CHIAROMONTE G. et G. GALASSO, 1980, L’Italia dimezzata, dibattito sulla questione meridionale, Bari, Laterza.

Claval, P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan, (éd. italienne, 2003, Geografia culturale, Novara, De Agostini ).

COMPAGNA, F., 1984, « Il porto e la città di Napoli ai primi del 900, Antologia di scritti di F. S.Nitti e A. Witting », F. Barbagallo et E. Mazzetti (dir.), Naples, Civita editore.

COMPAGNA, F. 1988, « Meridionalismo liberale. Antologia degli scritti », G. Tiranna et E. Mazzetti (dir.), Bari, Laterza.

GALASSO, G., 1978, Passato e presente del meridionalismo, Naples, Guida.

LA PALOMBARA, J., 1967, Clientela e Parentela, Milan, Comunità.

PASQUINELLI, C. (dir.), 1977, Antropologia culturale e questione meridionale, Florence, La Nuova Italia.

PUTNAM, R., 1993, La tradizione civica nelle regioni italiane, Milan, Mondadori.

SALES, I., 2003, Riformisti senz’anima, Naples, L’ancora del Mediterraneo.

SARACENO, P., 1992, Studi sulla questione meridionale 1965-75, Bologne, Svimez-Il Mulino.

VALLEGA, A., 2003, Geografia culturale, Turin, Utet.

VIESTI, G., 2003, Abolire il Mezzogiorno, Bari, Laterza.

ZOPPI, S. (dir.), 2002, Una lezione di vita. Saraceno, la Svimez e il Mezzogiorno, Bologne, Svimez–Il Mulino.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ernesto Mazzetti, « Aspects culturels  », Géographie et cultures, 64 | 2008, 53-71.

Référence électronique

Ernesto Mazzetti, « Aspects culturels  », Géographie et cultures [En ligne], 64 | 2008, mis en ligne le 27 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/1460 ; DOI : 10.4000/gc.1460

Haut de page

Auteur

Ernesto Mazzetti

Università di Napoli, Federico II
mazzetti@unina.it

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org