Navigation – Plan du site

L'Albufera de Valencia

Une lagune de médiance en médiance
The Albufera of Valencia. A lagoon from mediance to mediance
Carles Sanchis Ibor, Anne Jégou et Pierre Pech
p. 5-22

Résumés

L’Albufera de Valencia offre une possibilité d’application de la médiance selon A. Berque. La lagune a connu trois médiances successives. Aujourd’hui une nouvelle médiance semble se dessiner : celle du développement durable. à partir de l’analyse des types de relations entre différents groupes d’une même société à leur milieu, au travers des enjeux hydriques, l’article cherche à utiliser le changement environnemental comme marqueur de médiance.

Haut de page

Texte intégral

Une lagune, l’Albufera et un modèle, la médiance

1L’Albufera, deuxième lagune d’Espagne (par sa taille) et premier parc naturel valencien (par son ancienneté), intrigue par ses paysages, à la fois naturels et artificiels. Tôt et intensément aménagée, pour la pêche puis la riziculture, aujourd’hui pour les loisirs, elle a en effet été radicalement transformée à plusieurs reprises, modelant ainsi des paysages fort différents les uns des autres (Figure 1).

2C’est par cette profonde ambivalence que l’Albufera illustre une forme de médiance (Berque, 2000). Dans Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains (2000), A. Berque évoque le travail que représente la rizière : « la rizière ne se cultive pas, mais cela se fabrique ». La riziculture consiste en une métamorphose des milieux sous l’effet de gros travaux de terrassement et d’un savant contrôle du niveau des eaux, dont la hauteur est régulée en fonction des saisons, des températures et des besoins de cette riziculture.

3Pour mettre en image la médiance, A. Berque emploie l’exemple d’un riziculteur qui diluait l’eau de son bain dans celle du fleuve pour irriguer ses rizières. L’eau, moins froide, lui permit d’obtenir la première récolte de riz à Hokkaïdo. Cet exemple est un « fort symbole de trajection par laquelle l’être japonais s’est investi dans la terre hokkaïdoise, pour en faire son corps médial ». La médiance est le sens de la relation d’une société à son environnement et le sens d’un milieu (Berque, 1996), qui devient dès lors l’essence de l’écoumène (la Terre en tant que lieu de notre être, puisqu’il l’habite). C’est par la médiance que le milieu auquel nous appartenons de quelque manière, porte les marques des actions humaines (Berque, 1999). C’est elle qui transforme un milieu en paysage. Tout comme les riziculteurs japonais ont construit leurs milieux, les riziculteurs de l’Albufera ont construit les leurs.

Trois médiances passées, quelle médiance actuelle ?

4Dans le cas de l’Albufera, la force de la relation des hommes à leur milieu original s’apparente à la médiance. Mais l’application du concept sera aussi singulière que l’Albufera car elle a connu trois médiances successives : Albufera salée des pêcheurs, Albufera douce des riziculteurs, Albufera polluée et hypereutrophisée de l’expansion urbaine, industrielle et touristique (Sanchis, 2003). Actuellement, la médiance de l’Albufera se transforme et devient malaisée à définir.

Figure 1 : l’Albufera en pays valencien

Image 1.jpg

Carles Sanchis Ibor, Anne Jégou, repris par Véronique Lahaye

5Dans les années 1980, face aux menaces de destruction (pollution, hypereutrophisation, assèchement, expansion urbaine, rétrécissement du cordon dunaire), l’administration de la Communauté valencienne (la Généralité), entreprend de protéger l’Albufera. Ce qui ne va pas sans résistances de la part de la population locale et de l’état. Les conflits sont désormais en passe d’être apaisés. Pour les sociétés valenciennes aux intérêts divergents, l’enjeu est d’emprunter le chemin difficile du développement durable. En quoi le passage à une nouvelle médiance relève-t-il d’une volonté de développement durable ?

Les méthodes

6Cet article reprend les résultats d’un mémoire de maîtrise, grandement enrichis par la thèse de géographie de Carles Sanchis Ibor (2001) et actualisés par lui-même. Début 2004, une série de 50 entretiens semi-directifs a été réalisée avec des gestionnaires, techniciens ou responsables du parc au sein des administrations fédérales, communautaires et municipales, des hommes politiques, universitaires, écologistes, journalistes, agriculteurs et pêcheurs. Ils ont été interrogés sur leur perception des problèmes du parc, sa beauté et son caractère naturel mais aussi son avenir.

7Pour 37 % des enquêtés, l’eau est le problème le plus préoccupant dans l’Albufera. La réduction des apports hydriques a été évoquée dans 10 % des entretiens, et la pollution des eaux dans 17 % des entretiens. Pour 27 % des enquêtés, c’est l’insuffisance de protection du parc qui ressort le plus. Les aléas de la politique qui retardent l’application des plans de protection de l’Albufera, sont pointés du doigt dans 25 % des entretiens, surtout à cause du manque d’intérêt des politiques. La question des conflits sociaux, pourtant essentielle, n’est présente que dans 11 % des entretiens.

8Les questions portant sur l’avenir du parc ont abouti à des résultats contradictoires. Pour 82 % des enquêtés, le développement durable est réalisable à l’Albufera. Seul un tiers est optimiste sur l’avenir de l’Albufera. Pour expliquer cela, on peut avancer l’idée que le développement durable est perçu avec plus de distance que l’avenir de l’Albufera, comme s’il s’agissait d’un temps différent et d’un idéal, réalisable seulement à long terme. 20 % seulement des enquêtés trouvent que le parc est naturel malgré son artificialité. En revanche, pour 80 % des enquêtés, le parc reste beau malgré son artificialité.

9Ce travail a permis de constater que la hiérarchisation des problèmes est tout à fait différente d’une administration à l’autre. Avec la planification en vigueur, les organismes de l’administration centrale (ministère de l’Environnement et Confédération hydrographique du Jucar), ne garantissent pas l’apport de ressources hydriques suffisantes pour la lagune. La Généralité (Communauté autonome) n’envisage pas que le parc puisse être mal protégé et accentue trop les conflits sociaux. Les mairies mettent en avant les aléas de la politique comme principale entrave au développement durable du parc.

Le changement d’état environnemental : un marqueur de la médiance

10Mais comment envisager les relations des Valenciens à leur Albufera comme des médiances ? Percevoir la force d’une médiance, c’est comprendre le sens de la relation bilatérale entre une société et son milieu. La définition des lignes de forces de l’aménagement d’un milieu amène à ressentir l’énergie transformatrice du milieu pour la mettre en rapport avec les changements environnementaux qui en découlent. L’objectif est d’analyser le passage d’un milieu à un paysage par la force d’une médiance particulière. L’étude des changements d’état environnementaux sera au cœur de notre démarche pour définir la médiance, en vérifiant si ces changements environnementaux successifs constituent bien des marqueurs de médiances. Ce faisant, la médiance pourra ainsi passer du rang de concept à celui de modèle. L’application du modèle mettra en relation le milieu initial, les volontés de transformation et le paysage finalement obtenu. Une seconde étape, qui considère le procédé de modélisation comme acquis, s’attachera à définir la médiance actuelle, plus difficile à saisir que les précédentes.

Les médiances successives de l’Albufera

L’Albufera salée des pêcheurs (Figure 2)

11à l’état naturel, la lagune était salée (Margalef, 1973). L’échange d’eaux marines et continentales se faisait par une gola unique (gorge en catalan, grau en provençal). Le cordon dunaire empêchait toute inondation même par surcote. L’apport en eau douce s’effectuait par les fleuves, le Júcar surtout, et les nappes phréatiques. Au Moyen âge, le système d’exploitation de la lagune est fondé sur la pêche. La zone humide fonctionne comme une grande usine piscicole, à l’excellente productivité (Sanchis, 1998). Le système perdure de la domination musulmane jusqu’au XVIe siècle. La gola constitue la clé de gestion du système hydraulique : elle modifie le spectre des fluctuations des eaux et du cycle de reproduction des poissons (Figure 3). Elle s’ouvre et se ferme à convenance, pour permettre une gestion adéquate de la salinité de l’eau. Si le niveau des eaux est trop bas, on fait venir artificiellement l’eau du Júcar et du Turia, à travers deux canaux, les séquies del Rei. Cette gestion hydrologique dénote une parfaite adaptation aux conditions écologiques de la zone humide (Sanchis, 2001). La monarchie joua un rôle déterminant dans la conservation du milieu piscicole. Au XIIIe siècle, quand Jaume I fonda le royaume de Valence, il s’arrogea la propriété de la zone humide. La Couronne obtenait des bénéfices importants grâce à un impôt sur les pêches, la location des marais salants et des prés aux éleveurs. Pour maintenir ces revenus, elle devait conserver le milieu en bon état. L’agriculture irriguée resta donc longtemps interdite dans la lagune.

Figure 2 : Albufera salée des pêcheurs et Albufera douce des agriculteurs

Image 2.jpg

Figure 3 : Représentation d’une technique de pêche dans la gola de l’Albufera : la pêche au canyis (claie de roseaux), utilisée lors de l’ouverture de la gola

Image 3.jpg

A. Sanez Reguart (1791-1795), Diccionario historico de las artes de la pesca natcional, Madrid

12Mais les eaux de la lagune devenaient inexorablement douces, constituant un changement d’état environnemental majeur. La disparition de la faune typique des eaux salées a eu lieu vers 1110 BP (Margalef et Mir, 1973) mais la salinité des eaux proches de la gola resta supérieure à celle de la lagune. Cet adoucissement fait partie d’un phénomène naturel, mais il a été nettement accentué par les aménagements hydrauliques anthropiques (Rosselló, 1995).

L’Albufera douce des agriculteurs

13à partir du XVe siècle, l’irrigation se développa autour de l’Albufera et les apports d’eau douce augmentèrent nettement, provoquant le développement de la végétation palustre et une difficile circulation des eaux entre la lagune et la mer. à cause de difficultés financières de la couronne hispanique, une digue fixe est construite de 1602 à 1635 pour éviter les ouvertures et fermetures annuelles de la gola : la parada fixa de Cristobal Antonelli. La lagune fermée n’a plus de contact avec la mer pendant trente-trois ans et s’adoucit définitivement. Cela a pu coïncider avec une régression marine et un accroissement de la pluviométrie, associés au Petit Âge de Glace (Sanchis, 2001). Malgré les nombreux travaux destinés à retrouver l’ancien état salé de la lagune, celle-ci resta douce. Les marais salants furent abandonnés et les prises de poisson chutèrent.

14Afin de trouver de nouveaux revenus, la Couronne lança en 1760 une opération de colonisation agricole de la zone humide. Ainsi naquit une vaste opération d’assainissement qui étendit la monoculture rizicole sur la lagune et ses marais. Le passage de l’Albufera des pêcheurs à celle des riziculteurs s’accomplit dans un climat de tensions politiques. La gola de l’Albufera, clé du régime hydrique de la lagune, fut le théâtre des affrontements des deux communautés, agriculteurs et pêcheurs, aux XVIIIe et XIXe siècles : le maître de la gola dominait les fluctuations de la zone humide (Sanchis, 2001). Petit à petit les riziculteurs prirent le contrôle de la gola, avec l’appui de la Couronne, pour drainer leurs champs.

15Cependant le drainage de la zone humide et la gestion des golas demeuraient un vrai problème. Durant plus de 200 ans, le système d’écoulement ne cesse de se perfectionner pour garantir le cycle d’inondation et d’assèchement des tancats (parcelles agricoles qui s’emplissent et se désemplissent avec l’eau du lac et non par dérivation fluviale). Les entrées d’eau augmentent de façon spectaculaire (Sanchis, 2001), surtout avec la construction de la seconde section de l’Acequia Real del Júcar, l’une des réalisations hydrauliques espagnoles les plus significatives du XVIIIe siècle. Trois golas artificielles sont creusées : Perelló, Perellonet et Pujol, celle-ci au XXe siècle.

16Au XIXe siècle, l’amélioration de l’écoulement devient une stratégie transformatrice, les agriculteurs passant l’hiver à atterrir l’Albufera. La procédure consistait à remplir de terre, par barque, une portion de lagune délimitée, puis à la drainer grâce à des moteurs. C’est ainsi que la surface de la lagune se réduisit considérablement (Sanchis, 1999). Le roman Cañas y barro, du célèbre écrivain valencien Blasco Ibáñez, reflète parfaitement cette fièvre d’atterrissement grâce à un conflit de générations entre le père Paloma, dernier représentant d’une Albufera des pêcheurs révolue, et son fils Tonet, le plus fervent travailleur de cette fièvre d’atterrissement (Sanchis, 1999 ; Jégou, 2004).

17Les Valenciens atterrissant leur lagune, comme Tonet de Cañas y barro remplissant sa barque de terre pour la transférer dans ses champs inondés, ainsi que la recherche pendant deux siècles d’un écoulement optimal pour la lagune sont comparables à l’agriculteur japonais versant l’eau du bain familial dans ses rizières. L’Albufera a connu plusieurs « mondéités », à travers ses différents changements d’état. Elle représente le corps médial de la société valencienne, dans trois médiances différentes : Albufera des pêcheurs, Albufera des agriculteurs, Albufera moderne.

L’Albufera hypereutrophique de l’expansion urbaine, industrielle et touristique (Figure 4)

18à partir des années 1960, l’expansion urbaine, industrielle et touristique conduit l’Albufera à un troisième changement d’état. Jusque-là, l’eau était cristalline, les végétations palustres et aquatiques riches, variées et abondantes. C’est cette image d’une Albufera propre, paradisiaque et nostalgique, que les Valenciens de plus de 50 ans ont conservée et transmettent : une Albufera où l’on pouvait se baigner et dont on pouvait boire l’eau. En une décennie, l’environnement proche de l’Albufera se transforme radicalement : la population double, les industries sont multipliées par dix, le tourisme de masse se développe sur les côtes de l’Albufera. Ces changements ont provoqué une nouvelle transformation environnementale : pollution et eutrophisation du milieu lagunaire, destruction des milieux forestiers du cordon dunaire.

19Lors de l’urbanisation de la Devesa (nom du cordon littoral), de 1967 à 1974, la plupart des écosystèmes naturels sont détruits pour construire une grande zone de tourisme entre la lagune, la forêt et la mer. Le cordon dunaire extérieur est rasé à 90 % pour construire une promenade de bord de mer, les mares interdunaires remplies du sable des dunes rasées et repeuplées avec des eucalyptus. Les alignements dunaires se fragmentent avec la construction de routes, d’immeubles, d’infrastructures hydrauliques et électriques, de parcs de stationnement. La pinède est très dégradée (OTDA, 2003).

20Les canaux qui avaient accéléré le passage de la zone humide de saumâtre à douce, favorisèrent alors l’eutrophisation de la lagune. Historiquement, ces canaux remplissaient simultanément les fonctions d’irrigation, d’approvisionnement et d’assainissement pour économiser l’eau, équilibrer le déficit nutritif du sol et éviter la concentration de déchets dans des zones insalubres. Ces équilibres se brisèrent quand la capacité d’autoépuration des milieux fut dépassée et altérée par l’entrée massive de polluants : déchets organiques, détergents, pesticides, métaux. La croissance de la matière organique, due aux rejets urbains, transforma l’Albufera en l’un des milieux les plus productifs de la planète. L’augmentation disproportionnée du phytoplancton a obscurci les eaux, diminuant fortement la biodiversité et provoquant des mortalités massives et répétées de poissons.

21Ce processus est à l’origine d’une abondante littérature scientifique, depuis que Carrasco et al. (1972) ont averti de la proportion alarmante d’insecticides dans les eaux et la faune de la lagune. En 1972 disparaît l’asprella ou borró (Chara ispidis et Chara fragilis), une algue qui agit comme un filtre vert, ce qui a accéléré le processus eutrophique. Au cours des vingt dernières années, les analyses de chlorophylle, phosphates et métaux dans les canaux et la lagune ont confirmé la détérioration de la qualité des eaux (Miracle et Vicente, 1993 ; Soria, 1997 ; Martín Monerris, 1998).

Figure 4 : Albufera hypereutrophique et polluée de l’expansion urbaine, industrielle et touristique

Image 4.jpg

22L’Albufera correspond au rang extrême du type eutrophique, avec un excès de phytoplancton, une hyperabondance de nutriments et l’absence de macrophytes, accentués par l’excès de nitrate et de phosphore. La biodiversité y est minimale. L’apport annuel en eaux usées par les différentes acequias jusqu’à la lagune est de 78,6 hm³ soit 20 % des apports totaux au lac (Soria et Vicente, 2002). Les apports annuels moyens par unité de superficie sont très importants, de l’ordre de 155 g/m² de nitrogène inorganique et de 38,6 g/m² de phosphore soluble (Miracle et Vicente, 1993). Ce processus très grave hypothèque la récupération de l’Albufera.

  • 1 Concentration de mercure dans les boues de 0,03 à 0,24 ppm, de cadmium de 0.00 à 0.99 ppm, de plomb (...)

23La lagune présente aussi une pollution par les métaux lourds, fortement mêlés aux boues du fond du lac à hauteur de 50 cm soit 15 millions de m³. Pour l’instant, à cause du pH très élevé (8 à 8,5), les métaux lourds se sédimentent séparément par précipitation. Mais si le pH s’adoucit, les métaux lourds se mélangeront aux eaux qui deviendront toxiques (Peris Mora, 2000). à l’heure actuelle, les chiffres officiels sont alarmants1.

24Les marais ont beaucoup souffert de cette crise de pollution. En effet, les eaux usées arrivaient diluées à la lagune, après être passées par tous les champs et avoir laissé une partie des polluants dans les sols et dans les plants de riz. Cependant, les canaux les plus pollués étaient utilisés pour le drainage et non l’irrigation, bien que des ruptures accidentelles des vannes aient pu provoquer des rejets ponctuels ravageant les rizières. De plus, l’eutrophisation, avec destruction des macrophytes, a également provoqué des problèmes d’érosion sur les rives et les îles de la lagune.

25Deux images passées de l’Albufera permettent de comprendre la survivance de perceptions opposées. L’image des années 1950 est celle d’une l’Albufera presque idyllique car propre, avec de l’eau en abondance. L’image des années 1980, cauchemardesque, est celle des eaux noires et fécales et des fleuves de poissons morts. Elle représente un horizon redouté par les plus critiques qui ont peur de revenir à un état de dégradation plus avancé qu’aujourd’hui (Jégou, 2004).

Une nouvelle médiance : vers le développement durable ?

26Aujourd’hui, la relation des sociétés locales à leur milieu s’est considérablement transformée, mais elle s’est surtout divisée. La prise de conscience de la valeur de cet espace puis la volonté de le protéger sapent les fondements de la médiance précédente. Le passage à une nouvelle médiance protectrice est compliqué par divers blocages de la part des groupes locaux utilisateurs de l’espace protégé : promoteurs immobiliers et touristiques, agriculteurs, chasseurs, etc.

Une volonté nouvelle de protéger, rapidement contrariée

27La protection de la lagune est le fruit d’une longue bataille, commencée en 1973, avec le mouvement populaire « Tot el Saler per al Poble » (Tout le cordon littoral pour le peuple). Face à la privatisation et à l’urbanisation destructrice de cette partie arborée du cordon littoral qu’est la Devesa, une partie des Valenciens s’est soulevée en réclamant la protection du site. Depuis 1927, l’Albufera et sa Devesa appartiennent à la municipalité de Valence. En 1980, un bureau technique Devesa-Albufera est constitué par la Mairie de Valence pour reconstituer les habitats dunaires de la Devesa (OTDA, 2003). Dès 1982, l’année de son autonomie, la Généralité réunit une équipe pour tracer les limites du parc, déclaré en 1986 : c’est le premier parc naturel de la Communauté. Mais un complexe conflit de compétences en matière de création de parcs naturels oppose la Généralité à l’état. Le décret de création et le plan de protection sont annulés par décision de justice. Après la promulgation d’une nouvelle loi sur les espaces naturels, le parc est recréé en 1993 et un plan d’aménagement des ressources naturelles mis en place en 1995 (Rosselló, 1995).

28Les résistances locales ont été nombreuses. à la création du parc en 1986, la population locale s’est scindée en deux camps, se déclarant pour ou contre le parc. Si les pêcheurs se sont montrés assez favorables, il a été difficile de convaincre les agriculteurs d’adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement, contraignantes pour eux et mal compensées par des subventions spéciales. Quand aux chasseurs et promoteurs immobiliers ou de tourisme, ils sont globalement opposés au parc. Des associations se sont créées en vue de contrer le parc (Cabrejas et Garcia, 1997). Les conflits ont été très violents avec les défenseurs du parc, citadins et universitaires, et surtout dans les premières années, entre gestionnaires et écologistes (Jégou, 2004).

29Aujourd’hui, l’opinion publique a évolué grâce aux campagnes d’éducation environnementale. La très grande majorité des Valenciens est favorable au parc ; elle est désormais très attachée à la protection du site le plus emblématique du patrimoine du Pays valencien.

Le bilan de 20 ans de protection du parc : entre protection et déprotection

30La protection du parc a connu quelques belles réussites. La Devesa a été intelligemment reconstituée, en distinguant des poches de protection au Sud et des espaces permettant l’accueil assez massif du public au Nord. Impossible de deviner aujourd’hui que les dunes actuelles, refaites il y a une dizaine d’années, sont en réalité des dunes reconstituées avec art et talent. L’assainissement de l’Albufera a connu des progrès même si les travaux ont beaucoup tardé et l’ensemble reste inachevé : quelques centrales de traitement des eaux usées manquent encore au réseau d’épuration qui entoure la lagune et toutes ne disposent pas du traitement tertiaire, seul apte à éliminer phosphore et nitrates responsables de l’eutrophisation (Jégou, 2004).

31Le bilan de 20 ans de protection du parc mérite d’être très nuancé. La chasse est mal réglementée car ce lobby est trop puissant. Or il s’agit d’un site Ramsar de catégorie A, où de nombreux oiseaux migrateurs en danger viennent nidifier, hiverner, ou sont de passage. Les trop nombreuses administrations chargées de la gestion du parc sont mal coordonnées, dans un climat politique conflictuel et tendu, qui favorise plus les actions ponctuelles que les projets d’ensemble (Jégou, 2004).

  • 2 Entretiens, revue de presse du quotidien Levante.

32Le Plan directeur d’usage et de gestion du parc a mis plus de huit ans à être présenté. Pour beaucoup de gestionnaires et d’universitaires2, il s’agit d’un puissant retour en arrière vers la « déprotection » du parc. En effet, ce PRUG prévoit que certaines parcelles du parc perdront leur statut d’espace protégé pour être urbanisées, l’administration arguant de la nécessité de construire des équipements publics. Les craintes des écologistes, universitaires et gestionnaires augmentent devant la pression des promoteurs immobiliers et des entrepreneurs d’industries de loisirs, très attirés par un site d’une telle valeur. La Généralité se cantonnait jusqu’à présent dans une volonté de protection, mais elle s’en détache de plus en plus pour un modèle de développement local à travers la réouverture à l’urbanisation touristique.

Le fort problème de l’eau : l’Albufera en attente

33L’amélioration de la qualité de l’eau est imposée par la Directive cadre sur l’eau qui régularise la qualité des eaux européennes en fonction de leurs caractéristiques. Néanmoins, l’impact de cette directive sur l’Albufera dépend d’une décision ministérielle qui doit classifier les eaux espagnoles. Les eaux de l’Albufera pourraient être classées comme masse d’eau artificielle ou très modifiée et dans ce cas, les exigences de qualité de l’eau seraient plus basses. Au contraire, un classement en masse d’eau naturelle obligerait le ministère à adopter des critères élevés de qualité de l’eau, pour éviter les sanctions européennes.

34Cependant, il existe un degré élevé de consensus entre les experts universitaires et les techniciens des administrations de l’état et de la Communauté autonome sur le meilleur scénario envisageable pour un développement durable du parc naturel. Ces principes ont été définis dans un projet développé en 2003 et 2004 sous la direction du ministère de l’Environnement (TYPSA-CHJ, 2004). Le document final établit la nécessité de revenir au niveau optimal des eaux atteint durant les années 1960, avant le développement industriel. Le scénario définit et concrétise des paramètres géomorphologiques, hydrologiques et hydrauliques, physico-chimiques, biologiques et socioéconomiques nécessaires au développement durable de la lagune.

35La réduction des apports d’eau douce à l’Albufera, surtout alimentée par les eaux d’irrigation, constitue le problème le plus préoccupant. Certes, le comblement est le destin naturel d’une lagune, mais il a été très accéléré dans le cas de l’Albufera. Les autorités exposent publiquement les problèmes de pollution et évitent de mettre en valeur les problèmes de quantité d’eau plus graves. Pourtant le problème est global : si les apports d’eau diminuent, la pollution des eaux va croître.

36La grande menace pesant actuellement sur l’Albufera est le transfert d’eau du Júcar vers le Vinalopó, fleuve situé plus au Sud, dans une région d’irrigation intense où les aquifères sont très dégradés, dans le cadre du Plan Hydrologique National (PHN). L’objectif du transfert est de combler 21 % du déficit hydrique de la zone du Vinalopó pour récupérer les aquifères salinisés (BEI, 2003). Or, le transfert suppose que le fleuve Júcar est excédentaire, mais en période d’étiage, celui-ci ne parvient pas jusqu’à la mer et son dernier tronçon, après la dernière prise d’eau, est souvent constitué d’eau salée… Quelle est la quantité d’eau réellement disponible dans le bassin du Júcar pour un transfert au Vinalopó ? La Confédération hydrographique du Jucar (CHJ) doit prouver à la Banque européenne d’investissement (BEI) que le Jucar est excédentaire. La BEI a demandé la réduction de la quantité transférée de 75 à 50 hm3 en moyenne par an (BEI, 2003).

37En réalité, la CHJ espère économiser 90 hm3 par an grâce à la modernisation du réseau d’irrigation de l’Acequia Real del Jucar (PHJ, 1999). Or cette communauté d’irrigants, une des plus importantes d’Espagne, alimente à 25 % la lagune proprement dite, le Jucar alimentant à 90 % l’ensemble du parc naturel (Soria et Vicente, 2002). Cette modernisation développant la technique du goutte-à-goutte diminuera considérablement les apports en eau de l’Albufera. Les experts ont pointé du doigt les estimations de la CHJ : le débit du Jucar est surestimé tandis que les besoins de l’Albufera sont sous-estimés. En effet, la CHJ estime les besoins du parc à 100 hm3 par an, sans autre forme d’explication (PHJ, 1999). Or, ce chiffre est très controversé : il n’est pas prouvé et deux chercheurs sont parvenus à une estimation de 409 hm3 par an pour le parc et 265 hm3 pour la lagune (Soria et Vicente, 2002).

38Le transfert Júcar-Vinalopó a été retracé par le gouvernement socialiste, poussé par les irrigants du Júcar et les écologistes à étudier une prise d’eau au niveau de l’embouchure du fleuve pour que seules les eaux inutilisées du fleuve soient transférées et que l’opération n’affecte ni l’Albufera ni les irrigations du Júcar. Une réduction de la quantité des eaux transférées au Vinalopó est également annoncée, jusqu’à 40 hm3, qui serait complétée dans les zones côtières d’Alicante avec de l’eau marine dessalée, pour atteindre les 75 hm3 annuels initialement prévus. L’achèvement des travaux du nouveau transfert est prévu pour 2010.

39La gestion de l’eau dans l’Albufera ne tient pas compte de la préservation des milieux naturels, qui sont les derniers par ordre de priorité à être alimentés en eau. à l’échelle du parc, la Junta de desagüe, une assemblée d’agriculteurs maîtresse du partage de l’eau, mène la gestion des eaux uniquement sur des critères agricoles. à l’échelle du bassin-versant (dans lequel l’Albufera occupe une situation d’usager final) la réduction des apports hydriques en cours et à venir, tant avec la modernisation de l’irrigation de l’Acequia Real del Jucar qu’avec le transfert Júcar-Vinalopó, représente une réelle menace pour une survie figée de l’Albufera (Jégou, 2004). Le transfert, initié par une administration aux pouvoirs considérables, la CHJ, entre dans une vision peu préoccupée des milieux naturels. La création d’un parc naturel à l’Albufera a surtout brouillé la lisibilité de ses paysages, en l’entraînant dans une dynamique contradictoire (Figure 5).

Figure 5 : Quelle médiance actuelle ?

Image 5.jpg

40Il est possible d’appliquer le modèle de médiance à l’Albufera pour les trois médiances passées : elles se distinguent par des mises en valeur d’une grande singularité et intensité, conduisant à de grands changements environnementaux. L’Albufera des pêcheurs est salée. Puis la mise en valeur agricole est telle que l’eau devient douce. Ensuite, l’utilisation touristique et industrielle du milieu rend la lagune hypereutrophiée et polluée. La transformation paysagère et environnementale devient alors la marque de l’existence de médiances définies.

41Actuellement, l’Albufera vit une période agitée, tirée entre plusieurs dynamiques paysagères opposées, partagées entre volonté de préservation d’un patrimoine paysager et culturel de grande valeur et utilisation économique d’un espace d’une toute aussi grande valeur. C’est tout le contraste entre un modèle territorial qui permet une croissance urbaine presque illimitée et les principes de développement durable applicables à la gestion des espaces naturels. Il s’agit d’un moment de transition entre deux médiances : celle de l’Albufera hypereutrophiée et celle du développement durable.

42Appliquer la médiance aux relations actuelles des Valenciens avec leur lagune n’est pas possible. La volonté de protéger le parc n’est pas suffisamment forte ; elle est contrecarrée par des visions plus utilitaristes du milieu. L’ensemble des relations demeure brouillé et conflictuel. Les évolutions environnementales ne sont pas suffisamment tangibles pour pouvoir parler d’une réelle transformation environnementale, même si le cordon dunaire a été magnifiquement refait et que l’eau est d’une meilleure qualité. Vu les perspectives de réduction des apports d’eau, cette amélioration ne peut être considérée comme durable et demande encore des investissements importants pour épurer l’eau. Si la nouvelle médiance existe sur le papier, en tant qu’objectif ultime de la gestion environnementale, elle n’est encore ni réelle ni tangible. Il ressort des entretiens que le développement durable n’est pas encore suffisamment désiré pour être réalisé. Mais peut-être est-il en cours.

Haut de page

Bibliographie

BANQUE EUROPéENNE d’INVESTISSEMENT, 2003, Detailed analysis. Conducción Jucar-Vinalopo, rapport inédit.

BERQUE, A., 1996, Être humains sur la terre. Principes d’éthique de l’écoumène, Paris, Gallimard, 212 p.

BERQUE, A., 2000a, écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 244 p.

BERQUE, A., 2000b, Médiance. De milieux en paysages, Montpellier, Reclus Belin, 156 p.

Blanco, C., 1984, Estudio de la contaminación de la Albufera de Valencia y los efectos de dicha contaminación sobre la fauna y flora del lago, thèse, Universitat de València, non publiée.

BLASCO IBÁÑEZ, V., 1902, Cañas y barro, Valencia, Alianza Editorial, 275 p.

CABREJAS, M. et E. GARCIA, 1997, Valencia, l’Albufera, l’Horta : medi ambient i conflicte social, Valencia, Collecció Oberta, Universitat de Valencia, 244 p.

Carrasco, J. M., P. Cuñat, M. Martínez et al., 1972, « Contaminación de la Albufera de Valencia. I. Niveles de contaminación por insecticidas », Revista de Agroquímica y Tecnología de los Alimentos, n° 12 (4), p. 583-596.

CHJ, 1997. Plan Hidrológico de la Cuenca del Júcar, Confederación hidrográfica del Júcar, http://www.chj.es/index2.HTM

COURTOT R., 1989, Campagnes et villes dans les huertas valenciennes, Paris, éd. du CNRS, 191 p.

TYPSA-CHJ, 2004, Estudio para el desarrollo sostenible de l’Albufera de Valencia, Confederación hidrográfica del Júcar-TYPSA, http://www.albufera.com.es/.

IATA, 1974, Estudio de la contaminación y aterramiento de la Albufera de Valencia, Valencia, Instituto de Agroquímica y Tecnología de los Alimentos, ICONA, mémoire inédit.

JEGOU, A., 2004, Roseaux et boue – La préservation des espaces naturels et la gestion de l’eau en Espagne : l’exemple conflictuel du parc naturel de l’Albufera de Valencia, mémoire de maîtrise, université Paris I, 218 p., non publié.

MARGALEF, R. et M. MIR, 1973, « Indicadors de canvis de salinitat en els sediments de l’Albufera de València », Barcelona, Treballs de la Societat Catalana de Biologia, n° 32, p. 111-117.

Martín Monerris, M., 1998, Modelación de la calidad en aguas superficiales. Aplicación al caso de la Albufera de Valencia, thèse, universitat de València, non publiée.

MIRACLE, M. R. et E. VICENTE, 1993, « El proceso de contaminación de la Albufera de Valencia : carga de nutrientes y materia organica », dans A. Rincón de Arellano (dir.) Medio ambiente y salud, Real academia de Medicina de Valencia, Fundación Cañada Blanch, p. 107-128.

OTDA, 2003, La gestion de l’Albufera de Valencia y su devesa (1981-2003), Valencia, Ajuntament de Valencia, 51 p.

PERIS MORA, E. et al., 2000, Caracterización de los materiales de fondo del lago de la Albufera, evaluación del nivel de aterramiento y caracterización mineralógica de los materiales, así como de su carga contaminante persistente, Universidad Politécnica de Valencia, non publié.

PLAN RECTOR DE USO Y GESTION, 2001, CD, Conselleria de Medi Ambient, Generalitat Valenciana, rapport destiné à la consultation publique.

ROSSELLÓ, V. M., 1995, L’Albufera de València, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 190 p.

SANCHIS IBOR, C., 1998, De la gola a les goles. Canvi ambiental secular a l’Albufera de València, Valencia, Fundació Bancaixa, 143 p.

SANCHIS IBOR, C., 1999, La Albufera de Blasco Ibáñez, Ed. Palmart-Ajuntament Catarroja, 101 p.

SANCHIS IBOR, C., 2001, Regadiu i canvi ambiental a l’Albufera de València, Universitat de Valencia, departament de geografia, Centre Valencià d’Estudis del Reg, Collecció Oberta, 332 p.

SANCHIS IBOR, C., 2006, El parc natural de l’Albufera, Pla Estrategia e Sueca, Sueca, Departament de geografia-Ajutament de Sueca, p. 81-86.

SORIA, J. M. et E. VICENTE, 2002, « Estudi o de los aportes hidricos al parque natural de la Albufera de Valencia », Limnetica, Madrid, Asociación española de limnología, n° 21 (1-2), p. 105-115.

Haut de page

Notes

1 Concentration de mercure dans les boues de 0,03 à 0,24 ppm, de cadmium de 0.00 à 0.99 ppm, de plomb de 11,53 à 129,01 ppm, de cuivre de 12 à 105 ppm, de chrome de 18 à 561 ppm (polluant le plus important). Apparaissent des concentrations significatives d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (PRUG, 2001).

2 Entretiens, revue de presse du quotidien Levante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carles Sanchis Ibor, Anne Jégou et Pierre Pech, « L'Albufera de Valencia », Géographie et cultures, 63 | 2008, 5-22.

Référence électronique

Carles Sanchis Ibor, Anne Jégou et Pierre Pech, « L'Albufera de Valencia », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1593 ; DOI : 10.4000/gc.1593

Haut de page

Auteurs

Carles Sanchis Ibor

Universidad Politecnica de Valencia
csanchis@hma.upv.es

Anne Jégou

Université Paris I Panthéon-Sorbonne
jegouanne@yahoo.fr, et

Articles du même auteur

Pierre Pech

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

pierre-pech@univ-paris1.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org