Navigation – Plan du site

L’imaginaire géographique au cœur d’un Voyage Extraordinaire

Le Superbe Orénoque de Jules Verne
The geographical imaginary at the heart of one Extraordinary Journey: The Mighty Orinoco of Jules Verne
Lionel Dupuy
p. 175-188

Résumés

Jules Verne est l’auteur des Voyages extraordinaires, 62 romans où s’articule systématiquement le passage d’une géographie scientifique, campant le récit dans un réel confirmé, vers une géographie plus fictive. Appliquée au roman Le Superbe Orénoque (1898), l’analyse des sources et des figures de rhétorique utilisées par Jules Verne illustre comment fonctionne l’imaginaire géographique dans un roman « vernien ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brosseau, Marc, 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, p. 17.
  • 2 Ibid., p. 7.

1Les travaux de géographes qui explorent les œuvres littéraires sont relativement récents et peu nombreux. Plus rares encore sont les études qui portent une attention particulière à l’imaginaire géographique, tel qu’il peut se manifester dans le récit romanesque. Si Marc Brosseau souligne « […] que la plupart des travaux de géographes sur la littérature ont […] privilégié le dix-neuvième siècle »1, paradoxalement de grands auteurs de cette période n’ont pourtant pas encore été abordés2. Parmi eux, la figure de Jules Verne (1828-1905) mérite une attention particulière, ce dernier n’ayant cessé de répéter tout au long de sa carrière être l’auteur de « romans géographiques ».

  • 3 Voir à ce titre notre thèse soutenue le 30 novembre 2009 et intitulée : "Géographie et imaginaire g (...)

2En 1995, à l’occasion de la célébration du quatre-vingt-dixième anniversaire de la mort du romancier, un numéro de Géographie et Cultures est dédié en partie à l’auteur des Voyages extraordinaires. Intitulé « Jules Verne et la géographie », il a le mérite de focaliser l’attention des géographes sur un romancier très populaire. Néanmoins, depuis cette date, rares sont les nouvelles études qui se sont penchées sur cet auteur dont l’œuvre est pourtant fondamentalement géographique3. Nous souhaitons apporter ici une contribution supplémentaire à la géographie littéraire qui, autour de la notion d’imaginaire, illustre le fonctionnement de l’imaginaire géographique dans un roman « vernien ».

  • 4 Hetzel, Jules, "Avertissement de l’éditeur", dans Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Paris (...)

3Jules Verne a écrit plus de 80 romans et autres nouvelles. Au sein de cette importante production littéraire, 62 romans composent le corpus des Voyages extraordinaires. Ces derniers, sous-titrés « Voyages dans les mondes connus et inconnus », ont pour ambition « de résumer toutes les connaissances géographiques, géologiques, physiques, astronomiques, amassées par la science moderne, et de refaire, sous la forme attrayante et pittoresque qui est propre [à l’auteur], l’histoire de l’univers »4.

  • 5 L’anaphore est une figure de rhétorique qui consiste à répéter un même mot au début d’un vers, d’un (...)

4Dans ses récits, l’auteur articule systématiquement deux géographies complémentaires : l’une, scientifique, où le romancier campe son récit dans un « réel » confirmé ; l’autre beaucoup plus imaginaire, fictive. Afin d’assurer le passage d’une géographie à l’autre, le romancier dispose de différents outils qui lui permettent d’inscrire son récit dans un registre où l’imaginaire géographique occupe une place centrale. L’analyse des sources utilisées par l’écrivain permet de mieux cerner comment l’auteur écrit ses romans, quels sont les ressorts de l’imaginaire géographique vernien. Le plagiat, l’extrapolation et l’invention, techniques littéraires largement employées par Jules Verne, permettent de planter un décor géographique plausible, vraisemblable, dont il va progressivement se détacher pour créer son propre (et imaginaire) espace géographique : la mission de Santa-Juana, dans le roman intitulé Le Superbe Orénoque (1898). Métaphores et anaphores5 sont alors les figures de rhétorique employées par le romancier pour écrire l’extraordinaire, l’imaginaire géographique.

Plagiat, extrapolation et invention : le voyage aux sources de Jules Verne

5Avant de faire évoluer ses héros dans l’imaginaire et improbable mission de Santa-Juana, Jules Verne se sert de deux ouvrages principaux pour planter le décor de son aventure vénézuélienne :

  • L’Orénoque et le Caura. Relation de voyages exécutés en 1886 et 1887 contenant 56 gravures et 2 cartes, de Jean Chaffanjon (1889) ;

  • La Nouvelle Géographie Universelle (tome XVIII, Amérique du Sud, Les régions andines), d’Élisée Reclus (1893).

6Dans ces deux ouvrages, Jules Verne va puiser l’essentiel de la matière géographique de son récit. Plagiat, extrapolation et invention sont alors des techniques littéraires auxquelles l’auteur va recourir systématiquement pour installer son récit dans un « réel » confirmé dont il se détache progressivement pour mieux mettre en place son imaginaire géographique.

Le plagiat ou l’art de faire siens les écrits d’un illustre géographe

« J’ai toutes les œuvres d’Élisée Reclus - j’ai une grande admiration pour Élisée Reclus - et tout Arago » (Jules Verne, 1894).

7La première technique employée par le romancier pour ancrer son récit dans un cadre géographique bien réel (avant de le faire basculer dans l’imaginaire) est aussi la plus simple : le plagiat. Ainsi, il arrive souvent à l’auteur de reprendre mot pour mot des passages entiers écrits par Jean Chaffanjon ou par Élisée Reclus. Un des exemples les plus emblématiques du roman étudié ici est la présence d’un nombre incalculable de canards dans la région qui s’étend depuis l’embouchure de l’Apurito à l’embouchure de l’Arauca. Pour comparaison, et afin de montrer l’emprunt réalisé, nous mettons en correspondance le texte d’Élisée Reclus avec celui de Jules Verne (écrit en 1894) :

Nouvelle Géographie Universelle,

Élisée Reclus, 1893, tome XVIII, p. 149 (Faune du Venezuela)

Le Superbe Orénoque,

Jules Verne, 1898, chapitre 6, 1ère partie, p. 124

« […] on raconte qu’un régiment de cavalerie campé près d’une lagune de cette région se nourrit exclusivement de canards sauvages pendant quinze jours sans qu’on put constater une diminution apparente de ces oiseaux dans les canaux environnants* ».

* Carl Sachs, ouvrage cité.

« Cela ne justifiait-il pas le fait qui est rapporté par Élisée Reclus d’après Carl Sachs ? On raconte, assure-t-il, qu’un régiment de cavalerie campé près d’une lagune de cette région se nourrit exclusivement de canards sauvages pendant quinze jours, sans qu’il eût été possible de constater une diminution apparente de ces oiseaux dans les canaux environnants ».

8Jules Verne reprend donc ici à l’identique le texte d’Élisée Reclus, y apportant trois modifications mineures : le rajout, au début de sa phrase, de « assure-t-il » (mais ce dernier renvoie-t-il à Élisée Reclus ou Carl Sachs ?), d’une virgule après « quinze jours » (afin de reposer le texte) et la transformation du passé simple « on put » en un plus-que-parfait du subjonctif « il eût été » (respect de la concordance des temps).

9Dans le cas présent l’emprunt à Élisée Reclus est évident, l’auteur mentionnant sa source. Et il arrive parfois - mais ce n’est pas toujours le cas - à Jules Verne de citer encore plus clairement ses sources en employant notamment les guillemets qui permettent d’identifier le passage emprunté. Prenons cet exemple qui illustre comment Jules Verne a écrit une partie de ses romans :

  • 6 Verne, Jules, 1898, Le Superbe Orénoque, Paris, Hetzel, chapitre 15, 1ère partie, p. 311 (livre de (...)

« Là se dessine ce carrefour dont M. E. Reclus fait avec raison ’le véritable centre hydrographique de toute la région comprise entre les Antilles et l’Amazone’ » (Verne, 1898)6.

10Le passage est tiré directement de la Nouvelle Géographie Universelle :

  • 7 Reclus, Élisée, 1893, Nouvelle Géographie Universelle, Paris, Hachette, tome XVIII, p. 128.

« Le carrefour des eaux courantes que constitue la jonction du Guaviare et de l’Orénoque peut être considéré, bien mieux que la bifurcation du Cassiquiare, comme le véritable centre hydrographique de toute la région comprise entre la mer des Antilles et l’Amazonie » (Reclus, 1893)7.

11Le plagiat est un procédé courant au XIXe siècle, et même avant. Jean-Yves Puyo le démontre également avec l’exemple de Conrad Malte-Brun qui recopie à l’identique des passages entiers de Humboldt :

  • 8 Puyo, Jean-Yves. "L’expédition du Mexique, 1862-1867 : apports cartographiques et géographiques", d (...)

« […] Malte-Brun s’attachant à reproduire fidèlement les écrits du grand maître allemand. Ainsi, dans les références bibliographiques citées en bas de page, l’auteur se réfère quasi exclusivement à Humboldt » (Puyo, 2004)8.

12Le plagiat est ainsi la première technique littéraire utilisée par Jules Verne dans l’écriture de ses romans. Mais il arrive très souvent au romancier d’adapter à son récit les informations puisées dans les ouvrages de Jean Chaffanjon et d’Élisée Reclus. Ainsi, afin de rendre parfaitement plausible la description qu’il offre de certains villages visités par ses propres héros - quelques années donc après le voyage bien réel de Jean Chaffanjon - Jules Verne n’hésite pas à extrapoler les données dont il dispose. Trois ressources s’offrent alors au romancier : l’extrapolation positive (un village s’est agrandi), l’extrapolation négative (un village se meurt) et la disparition pure et simple.

L’exploration de Jean Chaffanjon, l’extrapolation de Jules Verne.

« Cette lecture m’a donné la pensée de puiser dans votre œuvre des éléments d’un volume pour la série des Voyages Extraordinaires, parmi lesquels le vôtre doit être rangé au premier rang » (Lettre de Jules Verne à Jean Chaffanjon, 14 août 1900, dans Chaffanjon, 1978).

13Dans son récit de voyage, l’explorateur français donne des informations très précises des lieux traversés et des personnes rencontrées. Jules Verne ne manque pas de s’en inspirer et de les adapter à l’évolution de son propre récit, préparant ainsi le terrain à la découverte de l’imaginaire mission de Santa-Juana. Ainsi, lorsque les indications de Chaffanjon font référence à un village en expansion, Jules Verne extrapole positivement les informations alors recueillies. Lorsque les informations font référence à un village qui dépérit, le romancier accentue son déclin. Car ce procédé lui permet, alors qu’il ne possède pas d’informations chiffrées réactualisées, de prétendre à une description qui demeure vraisemblable, tout en ayant la possibilité de se détacher progressivement de sa source principale. Et par ces petits décrochages, Jules Verne introduit une première forme d’imaginaire : c’est ainsi que s’installe progressivement l’imaginaire géographique qui permet au romancier de passer d’une géographie réelle, éprouvée scientifiquement, vers une géographie plus imaginaire, extraordinaire.

  • 9 Chaffanjon, Jean, 1889, L’Orénoque et le Caura, Paris, Hachette, p. 80.
  • 10 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 63.
  • 11 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 101.
  • 12 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 95-96.
  • 13 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 127-128.
  • 14 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 116.
  • 15 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 157.
  • 16 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 156.

14À propos d’Almacen, Jean Chaffanjon estime « la population peu nombreuse, 25 ou 30 habitants environ, […] »9. Jules Verne retient l’estimation supérieure de l’explorateur français qu’il ne manque pas de citer au passage : « […] petit village d’une trentaine d’habitants, et tel encore que l’avait vu M. Chaffanjon huit ans auparavant »10. Le romancier procède à l’identique quand il décrit Caïcara. Alors que Jean Chaffanjon écrit : « Caïcara, ville de 500 habitants environ, compte 140 maisons en pierre […] »11, Jules Verne rajoute 10 cases mais conserve le même nombre d’habitants : « Caïcara possède environ cinq cents habitants […]. On y compte cent cinquante cases - maisons si l’on veut -, la plupart construites en pierre […] »12. Pour la description de Cabruta, Jules Verne ne fournit que des valeurs approximatives, mais reste cependant dans les proportions données par Jean Chaffanjon : « Le village, de 54 feux, possède 380 habitants, […] »13. Et Jules Verne d’écrire que le village est « composé d’une cinquantaine de paillotes, et si l’on veut bien multiplier ce nombre par huit, on aura à peu près celui de ses habitants »14. Pour La Urbana, village plus important, Jules Verne extrapole positivement les estimations proposées par l’explorateur français. Celui-ci écrit que La Urbana : « […] se compose de cinquante à soixante habitations bien construites en pierres ou torchis, contenant trois cents âmes, […] »15. Jules Verne, lui, rajoute plus d’une cinquantaine d’habitants à ce village prospère et double le nombre de cases : « À cette époque, La Urbana possédait une population de trois cent cinquante à quatre cents habitants, répartis en une centaine de cases […] »16.

15La lecture de l’ouvrage de Jean Chaffanjon, pour pertinente qu’elle soit au romancier français, ne peut cependant faire l’économie d’un complément indispensable. La Nouvelle Géographie Universelle d’Élisée Reclus constitue pour le romancier français la source complémentaire qui peut asseoir définitivement tout le crédit scientifique et géographique requis pour le roman. Ainsi, quand Élisée Reclus appuie les écrits de Jean Chaffanjon, Jules Verne n’hésite pas à convoquer et citer directement la double référence. L’exemple de la description du village d’Atures est emblématique de la démarche « vernienne ». Dans son récit, Jean Chaffanjon se livre à la description suivante :

  • 17 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 163.

« Atures se compose de sept ou huit carbets avec vingt-cinq habitants, tous d’une paresse distinguée. C’est le dernier point sur l’Orénoque où l’on rencontre des bestiaux. La localité est très saine et n’a pas de moustiques » (Chaffanjon, 1889)17.

16Jules Verne s’inspire donc de Jean Chaffanjon (s’il ne le cite pas directement, il emploie la périphrase « l’explorateur français »), mais il apporte surtout une précision qui permet de comprendre pourquoi et comment il procède dans ses extrapolations :

  • 18 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 244.

« À cette époque, Atures était tel encore que l’avait trouvé l’explorateur français cinq ans auparavant, tel qu’il restera sans doute, si l’on s’en tient aux pronostics d’Élisée Reclus relativement à ces villages du moyen Orénoque. […] Sept ou huit cases, c’était tout Atures, une trentaine d’Indiens, toute sa population » (Verne, 1898)18.

17Dans les cas cités précédemment, nous avons affaire à une extrapolation positive. Jules Verne augmente systématiquement les données chiffrées du récit de Jean Chaffanjon. Mais quand ce dernier dresse un tableau sombre, l’auteur n’hésite pas à suivre les indications en accentuant alors le déclin observé par l’explorateur français. À propos du village de Caribeu (orthographié Cariben par Jules Verne), Jean Chaffanjon constate ainsi :

  • 19 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 136.

« Caribeu, autrefois très considérable, n’a plus que six cases, habitées par une vingtaine de naturels appartenant à diverses tribus. Le général Oublion achète un fourmilier qu’il m’offre pour l’emporter en France » (Chaffanjon, 1889)19.

18Jules Verne suit l’indication donnée par Chaffanjon, et procède à une extrapolation négative :

  • 20 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 53.

« Autrefois, les passagers eussent trouvé en cet endroit une bourgade, habitée par une population active, douée d’un certain mouvement commercial, et qui ne demandait qu’à prospérer. À présent, la ruine était arrivée, pour les causes que l’on sait, et Cariben ne comptait plus que cinq cases d’Indiens - une de moins qu’à l’époque où M. Chaffanjon y débarquait avec le général Oublion » (Verne, 1898)20.

19Enfin, il arrive même à Jules Verne de faire définitivement disparaître les traces d’un ancien village évoqué pourtant par Chaffanjon :

  • 21 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 188.

« Santa Barbara était autrefois un village important, bâti au milieu des rochers en face des bouches du Ventuario sur la rive gauche. Quelques piquets de case à demi carbonisés, des manguiers et quelques arbres fruitiers sont les seuls vestiges de l’ancien site » (Chaffanjon, 1889)21.

20Et Jules Verne d’écrire :

  • 22 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 367. Jules Verne écrit "San Barbara".

« En amont de ces roches avaient succédé les rapides de San Barbara, que les pirogues franchirent heureusement sans avoir été obligées à aucun transbordement. On n’aperçut point à cet endroit les ruines de l’ancien village, signalées par M. Chaffanjon, et il ne semblait même pas que cette portion de la rive gauche du fleuve eût jamais été habitée par des Indiens sédentaires » (Verne, 1898)22.

21Pour résumer, il est donc intéressant de souligner que les informations données par Jean Chaffanjon orientent systématiquement le récit « vernien ». Quand Chaffanjon constate une baisse de la population (Cariben, par exemple), Jules Verne accentue cette baisse ; inversement, quand Chaffanjon constate une augmentation (La Urbana, par exemple), Jules Verne accentue cette augmentation. Enfin, quand Élisée Reclus et Jean Chaffanjon évoquent une stagnation, Jules Verne la confirme dans son récit (Atures, par exemple). Mais cette dépendance relative au récit de Jean Chaffanjon souffre cependant de quelques exceptions. Parmi elles, une est caractéristique de la technique littéraire « vernienne » (et repose fondamentalement sur l’imaginaire) : l’invention.

L’invention : Jules Verne, créateur de mondes

22Poursuivant leur périple, les héros de Jules Verne évoquent le village d’Augustino :

  • 23 Ibid, p. 274.

« Ce fut donc avec une escorte d’une demi-douzaine de curiares que la flottille accosta le village d’Augustino, situé sur la rive droite, et dont M. Chaffanjon ne parle point, pour cette bonne raison qu’il n’existait pas lors de son voyage » (Verne, 1898)23.

23Jules Verne confirme par la suite l’implantation récente de ce village :

  • 24 Ibid, p. 275.

« Il paraissait cependant que ce village d’Augustino devait avoir quelques chances de durée, bien que sa construction fût récente. Il occupait une place heureusement choisie dans un coude de l’Orénoque. Sur la grève, et en arrière jusqu’à de moyens cerros verdoyants, les arbres poussaient par centaines. À gauche se massait une forêt de caoutchoucs, dont les gomeros tiraient profit en recueillant cette précieuse gomme » (Verne, 1898)24.

24Cette invention, pour anecdotique qu’elle apparaisse dans le récit « vernien », est bien plus fondamentale qu’il y paraît. En effet, elle permet au romancier de préparer subtilement le terrain d’une invention plus importante et centrale dans le récit « vernien » : celle de l’hypothétique et imaginaire mission de Santa-Juana.

25Dans le cas présent nous avons affaire à un véritable décrochage qui ne repose sur aucune extrapolation. D’un décrochage par extrapolation (Cariben, La Urbana), nous passons à un décrochage par invention (Augustino, mission de Santa-Juana). Jules Verne crée ici ex nihilo le petit village d’Augustino qui prépare habilement le lecteur à la suite des événements. Augustino préfigure incontestablement la présentation de l’imaginaire mission de Santa-Juana, point ultime de ce voyage véritablement extraordinaire.

Une poétique de l’espace : métaphores et anaphores au service de la création géographique

26S’inspirant du voyage effectué en 1886 par Jean Chaffanjon à la recherche des sources de l’Orénoque, Jules Verne fait évoluer ses personnages sur les traces de l’explorateur français. Mais au-delà des sources présumées du fleuve, telles que découvertes par Jean Chaffanjon, le romancier y installe une hypothétique et improbable mission évangélique, reliée à l’Orénoque par un affluent imaginaire, le rio Torrida.

27Jules Verne débute ainsi le chapitre XI de la seconde partie de son roman (intitulé « La mission de Santa-Juana ») :

  • 25 Ibid, p. 547.

« Treize ans avant le début de cette histoire la région que traversait le rio Torrida ne possédait ni un village, ni un rancho, ni un sitio. C’est à peine si les Indiens le parcouraient, lorsque la nécessité les obligeait à faire transhumer leurs troupeaux. À la surface de ces territoires, rien que de vastes llanos, fertiles mais incultivés, des forêts impénétrables, des esteros marécageux, inondés l’hiver par le trop-plein des coulières avoisinantes. Rien que des fauves, des ophidiens, des singes, des volatiles, - sans oublier les insectes et particulièrement les moustiques, - à représenter la vie animale en ces contrées presque inconnues encore. C’était, à vrai dire, le désert, où ne s’aventuraient jamais ni les marchands ni les exploitants de la République vénézuelienne » (Verne, 1898)25.

28La dernière phrase de ce paragraphe résume clairement la situation, où l’auteur ne manque pas d’insister sur le caractère désertique du territoire retenu : par cette métaphore du désert, le romancier évoque un chaos originel que ses héros vont transformer en cosmos. Cette transformation du territoire (un vide cartographique, un territoire à la marge) procède d’une véritable poiésis de l’espace (au sens étymologique du terme : faire, créer). Jules Verne crée ici, ex nihilo, un espace géographique que ses héros vont rendre extraordinaire : la mission de Santa-Juana apparaît comme une oasis en désert vénézuélien. La symbolique de l’eau et du cordon ombilical (via le rio Torrida) prend ici un tour également mythique : la mission de Santa-Juana serait ainsi située à proximité du Lac Parime (L’Eldorado), tel que les représentations cartographiques le figuraient encore avant la découverte de Jean Chaffanjon.

29Cette création géographique, comme nous l’avons souligné précédemment, n’est pas une première dans le roman. Par les différents décrochages auxquels l’auteur a régulièrement procédé dans son récit (extrapolation, positive ou négative), et notamment l’invention du village d’Augustina, le romancier a déjà préparé le lecteur à accepter cette mission improbable aux sources de l’Orénoque. Ce faisant, soulignons également comment les héros de Jules Verne vont encore plus loin que n’a pu le faire Jean Chaffanjon.

30Dès les premières lignes du paragraphe, Jules Verne utilise l’anaphore de la conjonction de coordination négative « ni » pour insister sur le caractère inhabité et inhospitalier du territoire : « ni un village, ni un rancho, ni un sitio ». Et l’on retrouve la même anaphore à la fin du paragraphe : « ni les marchands ni les exploitants de la République vénézuelienne ». Pour la première anaphore, il est intéressant de remarquer l’emboîtement scalaire parfaitement maîtrisé par le romancier : nous pouvons parler d’anaphore par emboîtement scalaire. Le début de la deuxième phrase ouvre sur une emphase qui renforce l’inhospitalité du territoire décrit : « C’est à peine si ». Le discours est ici hyperbolique, l’exagération permettant de renforcer l’abandon du territoire décrit. L’utilisation de préfixes privatifs (in / im) complète également ce sentiment général d’abandon, de tristesse : « incultivés » ; « impénétrables » ; « inconnues ». La transhumance des troupeaux dont parle le romancier est ici pure invention. Ce dernier prend cependant le soin de préciser le potentiel pédologique et botanique de la région retenue : « rien que de vastes llanos, fertiles mais incultivés ». L’établissement d’une mission évangélique apparaît alors somme toute probable et même encouragée par une nature potentiellement très généreuse. Le récit imaginaire repose ici sur une puissante trame poético-mythique, renforcée par l’exotisme du territoire décrit.

31Dans le deuxième paragraphe, l’auteur file une magnifique métaphore organiciste qui donne corps à cette région a priori sans âme :

« En s’élevant de quelques centaines de kilomètres vers le nord et le nord-est, on se fût perdu à la surface d’une extraordinaire région, dont le relief se rattachait peut-être à celui des Andes, avant que les grands lacs se fussent vidés, à travers un incohérent réseau d’artères fluviales, dans les profondeurs de l’Atlantique. Pays tourmenté, où les arêtes se confondent, où les reliefs semblent en désaccord avec les logiques lois de la nature, même dans ses caprices hydrographiques et orographiques, immense aire, génératrice inépuisable de cet Orénoque qu’elle envoie vers le nord, et de ce rio Blanco qu’elle déverse vers le sud, dominée par l’imposant massif du Roraima, dont Im Thurn et Perkin devaient, quelques années plus tard, fouler la cime inviolée jusqu’alors. Telle était cette portion du Venezuela, son inutilité, son abandon, lorsqu’un étranger, un missionnaire, entreprit de la transformer » (Verne, 1898).

32Jules Verne reprend ici la théorie géologique développée par Humboldt selon laquelle :

  • 26 Manara, Bruno, 1998, "Le Superbe Orénoque en 80 mondes", dans Revue Jules Verne, vol. 3, n° 6, p. 2 (...)

« toutes les immenses plaines qui se trouvent entre le haut Orénoque et les Andes de Colombie et d’Équateur, étaient, dans des temps géologiques lointains, un lac immense et les rapides d’Atures et Maipures seraient les restes d’une ancienne barrière montagneuse qui a finalement cédé devant la pression des eaux et a rendu possible la formation des Llanos dans ce qui était autrefois l’Océan »26.

  • 27 Ibid.

33Mais il commet là aussi un arbitraire géographique, celui de déplacer le mont Roraima à proximité de la Sierra Parima27. Cependant, l’évocation de cette « cime inviolée » permet surtout à l’auteur de renforcer sa métaphore du désert, développée dans le premier paragraphe. Le territoire décrit par l’auteur, sous forme poétique, s’inscrit ainsi entre le mythique Eldorado au sud et le mystérieux mont Roraima au nord. Le romancier précise cependant que nous sommes bien au Venezuela (« portion du Venezuela »), mais dans une autre dialectique de l’espace et du temps, une autre logique « où les reliefs semblent en désaccord avec les logiques lois de la nature ». Le basculement vers une géographie parallèle se fait ainsi par l’évocation d’une nature capricieuse, a priori incohérente.

34Et Jules Verne d’utiliser à nouveau l’anaphore du possessif « son » pour insister sur la désolation de ce territoire à la marge : « son inutilité, son abandon ». La transformation du chaos en cosmos est aussi l’œuvre du Père Espérante : « lorsqu’un étranger, un missionnaire, entreprit de la transformer ». Michel Roux reconnaît d’ailleurs dans ces gestes fondateurs l’efficacité d’un démiurge :

  • 28 Roux, Michel, 1999, Géographie et Complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, p. 1 (...)

« Chaque individu accomplit des gestes civilisateurs, puisqu’il transforme le Chaos en Cosmos » (Roux, 1999)28.

  • 29 Berdoulay, Vincent, 1982, "La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géograph (...)

35La transformation du territoire passe par sa personnification, anthropomorphisme que l’auteur développe par l’emploi d’une métaphore filée organiciste29 : « réseau d’artères fluviales […] pays tourmenté […] ses caprices hydrographiques et orographiques ». La géographie de cette portion du Venezuela nous apparaît alors tel un organisme complexe dont les seules métaphores et anaphores peuvent rendre compte. Les figures de rhétorique permettent ainsi à l’auteur de créer son propre espace géographique, en décalage avec les territoires parcourus par Chaffanjon ou Reclus. L’imaginaire géographique assure au romancier ce passage entre deux géographies, deux mondes, l’un réel, l’autre plus fictif, imaginaire.

36L’imaginaire géographique « vernien » repose ainsi sur différents ressorts communs à l’ensemble des romans composant le corpus des Voyages extraordinaires. La comparaison que nous avons effectuée du récit « vernien » avec les sources que l’auteur a utilisées permet de mettre en évidence trois possibilités qui s’offrent au romancier :

37d’abord le plagiat, qui est une technique littéraire ancienne et pratiquée par de nombreux auteurs : le romancier procède à un emprunt évident sans mentionner toujours clairement qui est l’auteur du texte ;

38ensuite l’extrapolation, où l’auteur se détache progressivement de ses sources et surtout des indications fournies par ces dernières, afin de rendre plus vraisemblable et plausible son propre récit qui se déroule alors dans une géographie parallèle, décalée ;

39enfin l’invention, un procédé qui permet de créer ex-nihilo un territoire, un lieu, un espace géographique où le romancier peut cristalliser son imagination et proposer littéralement un récit imaginaire.

40En complément à ces différentes techniques littéraires, l’auteur dispose également de figures de rhétorique qui lui assurent l’écriture de l’ailleurs, de l’extraordinaire. Parmi elles, deux ont retenu notre attention : la métaphore et l’anaphore. Ces dernières permettent de faire fonctionner l’imaginaire géographique dans le récit « vernien ». Cette approche discursive du récit imaginaire illustre notamment la puissance de la métaphore et l’efficacité de l’anaphore dans la mise en place de cette géographie imaginaire, fictive, de cet espace parallèle où évoluent les héros « verniens » avant de revenir vers une géographie où le récit est campé dans un réel confirmé, avéré par des sources authentiques. Il se dégage alors de ces différents voyages (d’une géographie à l’autre) une circularité d’autant plus symbolique et structurante ici que le déroulement hydrographique du fleuve Orénoque dessine un parfait demi-cercle à l’intérieur du Venezuela. Dans Le superbe Orénoque, la remontée du fleuve recouvre alors une triple dimension :

41géographique, par la découverte du véritable lieu de naissance du fleuve ;

42symbolique, en permettant à l’héroïne de connaître enfin son père ;

43littéraire par la comparaison des sources utilisées par le romancier pour écrire son roman.

44Ce voyage aux sources du Superbe Orénoque, et plus particulièrement de l’imaginaire géographique « vernien », souligne plus largement la pertinence d’une approche géographique des œuvres littéraires. Parce que les romans produisent de l’intérieur une géographie différente de celle que nous avons l’habitude de pratiquer, nous avons affaire ici à de nouveaux territoires susceptibles d’éclairer autrement les rapports de l’homme à l’espace. Et en revisitant ces auteurs nous apportons également un autre éclairage sur l’histoire de notre discipline.

Haut de page

Bibliographie

BERDOULAY, Vincent, 1982, « La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géographes », Annales de Géographie, vol. 91, n° 507, p. 573-586.

BERDOULAY, Vincent, 1988, Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique, Paris, Éditions du CNRS, 108 p.

BROSSEAU, Marc, 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, 246 p.

BROSSEAU, Marc et Micheline CAMBRON, 2003, « Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques », Recherches sociographiques, vol. 44, n° 3, p. 525-547.

CHAFFANJON, Arnaud, 1978, L’Orénoque aux deux visages. L’Orénoque et le Caura. Voyages aux Sources de l’Orénoque, par Jean Chaffanjon. Le Superbe Orénoque, par Jules Verne, Paris, Denys Pierron, 573 p.

CHAFFANJON, Jean, 1889, L’Orénoque et le Caura, Paris, Hachette, 351 p.

CHEVALIER, Michel, 2001, « Géographie et Littérature », La Géographie - Acta Geographica, n° 1500 bis, 260 p.

DEBARBIEUX, Bernard, 1995, « Le lieu, le territoire, et trois figures de rhétorique », L’espace géographique, n° 2, p. 97-112.

DUPUY, Lionel, 2009, « Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898) », thèse de géographie, Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Vincent Berdoulay et Jean-Yves Puyo (dir.), 332 p.

FALGON, Elisabeth, 1995, « L’ici et l’ailleurs. Les mots pour le dire », Hegoa, n° 18, 160 p.

« GÉOGRAPHIE ET LITTÉRATURE », 2006, Le Globe, revue genevoise de géographie, tome 146, 160 p.

« JULES VERNE ET LA GÉOGRAPHIE », 1995, Géographie et Cultures, n° 15, 143 p.

« L’ÉNIGMATIQUE ORÉNOQUE », 1998, Revue Jules Verne, vol. 3, n° 6, 115 p.

PUYO, Jean-Yves, 2004, « L’expédition du Mexique, 1862-1867 : apports cartographiques et géographiques », Le Monde des cartes, n° 180, p. 57-70.

RECLUS, Élisée, 1893, Nouvelle Géographie Universelle, Paris, Hachette, tome XVIII, 846 p.

ROUX, Michel, 1999, Géographie et Complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 335 p.

VERNE, Jules, 2005 (réédition de l’ouvrage original de 1898), Le superbe Orénoque, Paris, Le Serpent à Plumes, Collection motifs, 611 p.

Haut de page

Notes

1 Brosseau, Marc, 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, p. 17.

2 Ibid., p. 7.

3 Voir à ce titre notre thèse soutenue le 30 novembre 2009 et intitulée : "Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898)" (Vincent Berdoulay et Jean-Yves Puyo, dir.).

4 Hetzel, Jules, "Avertissement de l’éditeur", dans Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Paris, Hetzel, 1866, p. 2.

5 L’anaphore est une figure de rhétorique qui consiste à répéter un même mot au début d’un vers, d’une phrase ou d’une proposition. Cette répétition permet d’insister notamment sur une idée.

6 Verne, Jules, 1898, Le Superbe Orénoque, Paris, Hetzel, chapitre 15, 1ère partie, p. 311 (livre de poche, idem pour les références suivantes).

7 Reclus, Élisée, 1893, Nouvelle Géographie Universelle, Paris, Hachette, tome XVIII, p. 128.

8 Puyo, Jean-Yves. "L’expédition du Mexique, 1862-1867 : apports cartographiques et géographiques", dans Le Monde des cartes, n° 180, 2004, p. 57-70.

9 Chaffanjon, Jean, 1889, L’Orénoque et le Caura, Paris, Hachette, p. 80.

10 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 63.

11 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 101.

12 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 95-96.

13 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 127-128.

14 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 116.

15 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 157.

16 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 156.

17 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 163.

18 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 244.

19 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 136.

20 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 53.

21 Op. cit., L’Orénoque et le Caura, p. 188.

22 Op. cit., Le Superbe Orénoque, p. 367. Jules Verne écrit "San Barbara".

23 Ibid, p. 274.

24 Ibid, p. 275.

25 Ibid, p. 547.

26 Manara, Bruno, 1998, "Le Superbe Orénoque en 80 mondes", dans Revue Jules Verne, vol. 3, n° 6, p. 25.

27 Ibid.

28 Roux, Michel, 1999, Géographie et Complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, p. 151.

29 Berdoulay, Vincent, 1982, "La métaphore organiciste. Contribution à l’étude du langage des géographes", dans Annales de Géographie, vol 91, n° 507, p. 573-586.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Dupuy, « L’imaginaire géographique au cœur d’un Voyage Extraordinaire », Géographie et cultures, 75 | 2010, 175-188.

Référence électronique

Lionel Dupuy, « L’imaginaire géographique au cœur d’un Voyage Extraordinaire », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/1654 ; DOI : 10.4000/gc.1654

Haut de page

Auteur

Lionel Dupuy

Laboratoire SET (Société, Environnement, Territoire)
UMR 5603, Université de Pau et des Pays de l’Adour
lionel.dupuy@univ-pau.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org