Navigation – Plan du site

Le marché de l’art contemporain en Inde

Enjeux de la mondialisation de l’art contemporain dans les pays émergents
Indian contemporary art market: globalization of contemporary art at stake in emerging countries
Christine Ithurbide
p. 207-228

Résumés

La géographie du marché de l’art contemporain permet de constater l’insertion des grandes villes de pays émergents dans un réseau de métropoles mondiales. En Inde, les années qui ont suivi la libéralisation économique de 1991 se caractérisent par une nette augmentation de la demande et par de nouvelles formes d’investissements tournés vers l’art contemporain. Le marché de l’art contemporain indien connaît alors une ascension fulgurante à Delhi et Mumbai, en particulier à partir des années 2003-2005. Contrairement à la situation dans d’autres pays émergents, la Chine ou les Émirats arabes unis, le marché de l’art en Inde présente l’originalité de s’être développé grâce à l’engagement du secteur privé qui s’est substitué au rôle du gouvernement dans son action de soutien aux artistes et de construction d’infrastructures culturelles. De nouveaux acteurs - les collectionneurs, les NRIs (Non Resident Indians), les femmes issues des milieux aisés - s’investissent dans le développement d’une trajectoire de modernité indienne et témoignent de nouveaux enjeux urbains, sociaux et culturels dans un pays au poids des traditions encore très fort.

Haut de page

Texte intégral

1L’émergence de l’art contemporain en Inde est représentative des multiples défis rencontrés par l’ensemble des pays en développement pour intégrer les réseaux de la mondialisation. Ce processus s’inscrit dans la volonté de développer les grandes villes comme lieux de modernité et de multiplier les réseaux d’échanges. L’objectif est de mettre en valeur le fait que l’art contemporain en Inde est au cœur de dynamiques territoriales, économiques et sociales de plus en plus mondialisées qui conduisent à de nouveaux modèles urbains et habitudes culturelles. La récente visibilité du marché de l’art contemporain indien éclaire sur les initiatives et les nouveaux intérêts de plusieurs générations d’indiens nés de différents contextes politiques et économiques de l’histoire indienne et mondiale. Même si de nombreux défis sont encore à relever, l’exemple indien constitue un modèle d’émergence original dans la géographie des lieux de l’art contemporain à une période où l’hégémonie de l’Occident est de plus en plus remise en question.

2Le nombre de recherches menées jusqu’à présent sur le sujet spécifique de la géographie de l’art contemporain indien est assez limité. Pourtant cette question n’est pas éloignée des études menées sur les dynamiques urbaines et sociales dans les grandes villes indiennes (Véronique Dupont) où sur leur place dans le contexte de la mondialisation (Philippe Cadène). Les travaux des sociologues, Homi K. Bhabha, Arjun Appadurai, Jacky Assayag sur les transformations de la culture indienne à l’heure de la mondialisation ou encore de Amartya Sen et Christophe Jaffrelot sur l’histoire et l’économie de la société contemporaine ont largement contribué aux réflexions récentes. Les ouvrages pionniers mais trop peu connus en Occident des historiens de l’art moderne indiens, Geeta Kapur, Partha Mitter et Guha Thakurta, permettent de comprendre l’évolution de l’identité indienne de la fin du XIXe siècle à la période de la postindépendance.

3Aujourd’hui, l’intérêt grandissant pour l’art contemporain indien s’affirme à travers la multiplication de grandes rétrospectives : Edge of Desire en 2005 à New York, Horn Please en 2006 en Allemagne, Indian Summer en 2006 à Paris, Indian Highway en 2008 à Londres, Chalo India ! en 2009 à Tokyo et India Moderna en 2009 à Valence, The Empire Strikes Back : Indian art today en 2010 à Londres et une exposition ouvrira au Centre Pompidou à Paris en mai 2011. Les catalogues d’expositions sont alors l’occasion pour les critiques d’art, commissaires d’expositions et galeristes tels que Nancy Adajania, Peter Nagy, Damia Yashodhara, Bose Krishnamachari, de s’interroger sur les changements impliqués par l’émergence de la scène indienne à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les revues anglophones du marché de l’art ont consacré aux artistes des pays émergents une part croissante de leurs analyses (Art Asia Pacific et Asian Art), en particulier depuis une dizaine d’années que leurs œuvres flambent dans les maisons de ventes Sotheby’s et Christie’s. Le croisement des données issues de sources spécialisées en l’histoire de l’art, marché de l’art et géographie urbaine indienne est donc essentiel pour comprendre le développement et les répercussions de l’art contemporain dans la société indienne et dans le monde.

L’émergence de l’art contemporain indien dans l’ère de la postindépendance

4L’art contemporain indien représente l’ensemble des peintures, sculptures, photographies, installations, vidéos et performances, réalisées à partir des années 1980 par des artistes nés sur le territoire indien ou de parents indiens. Il prend son essor dans le double mouvement d’ouverture économique et culturelle de l’Inde à la mondialisation. Les premières mesures de libéralisation économique sont initiées par Indira Gandhi dans les années 1980 : la dérégulation des licences et la réduction des restrictions pour les grandes entreprises ont permis à quelques grandes fortunes indiennes d’émerger dans des secteurs aussi divers que le bâtiment, la banque, l’immobilier, les nouvelles technologies. En 1991, Rajiv Gandhi crée une véritable rupture avec la politique d’isolationnisme et l’Inde entre dans l’ère du capitalisme et du libre-échange, elle participe au marché global d’exportation et autorise les investissements étrangers. Avec l’ouverture culturelle et intellectuelle de l’Inde, l’importation de valeurs occidentales déferle dans les métropoles indiennes.

5Une des conséquences est l’arrivée des performances, de l’art conceptuel, du pop art, des théories postmodernes, mais aussi de la littérature sur les avant-gardes du XXe siècle, Picasso et le Cubisme, le Surréalisme, le Dadaïsme, Fluxus, qui renouvellent considérablement l’approche des arts visuels indiens. Delhi et Mumbai deviennent alors les lieux emblématiques d’un nouveau système artistique et culturel nécessaire à l’intégration d’un système mondialisé. Un nombre croissant d’artistes partent aussi redécouvrir et s’imprégner des œuvres de l’avant-garde exposées dans les musées de Londres, New York ou Amsterdam et totalement absentes en Inde. Cette démarche a permis d’enrichir leurs pratiques artistiques et d’adopter un regard critique sur les notions d’art « moderne », « traditionnel » ou encore d’« artisanat » importées dans l’histoire de l’art de leur pays. Avec la création de nombreuses galeries, maisons de ventes et résidences d’artistes, l’Inde se lance à la conquête du marché de l’art international qu’elle souhaite désormais intégrer.

6Comme dans de nombreux autres pays non-occidentaux, les artistes indiens questionnent l’européanocentrisme dans la construction de la modernité artistique, la place du primitivisme et le problème de l’ « exotisme ». Certains artistes choisissent de se moquer de ces images préconçues d’indianité en détournant les clichés. Sudarshan Shetty exploite la destinée commerciale du Taj Mahal à l’ère de la mécanisation et de la reproductibilité ; dans ses tableaux de bindis proches du Op’art, Bharti Kher transgresse le symbole de féminité et de pureté, tandis que d’autres artistes s’inscrivent résolument dans une démarche non-indienne, non-localisable. Ils touchent aux problèmes actuels de nos sociétés comme l’écologie dans la série Trash de Vivan Sundaram, le recyclage, très présent chez Sheela Gowda ou l’urbanisation effrénée avec ses paysages urbains nocturnes, comme dans Dream Villa, de Dayanita Singh.

L’art contemporain indien dans le contexte international

  • 1 Selon l'index de valeur de l’agence de consultation française Art price, publié dans leur rapport a (...)
  • 2 Sur le site de Art price "Art contemporain indien : le trio de tête" mis en ligne le 14 septembre 2 (...)

7L’art contemporain indien est devenu un phénomène remarquable et la somme totale des ventes du marché de l’art indien est passée de 5 $ millions en 2003 à 150 $ millions en 20071. Si la croissance de la valeur des œuvres d’art contemporain indien a atteint 51,26 % au cours de l’année 2008, elle représente une augmentation de 323 % sur dix ans. En 2009, Anish Kapoor et Subodh Gupta faisaient partie des quinze artistes contemporains les plus cotés aux enchères, toutes nationalités confondues, avec des produits de ventes respectifs de 11,2 € millions et 10,7 € millions2. Les œuvres de Subodh Gupta sont en effet passées d’une moyenne de 13 000 $ en 2005 à 130 000 $ - 280 000 $ en 2007 et il dépasse la barre du million en 2008. Les installations de Vivan Sundaram ou de Shilpa Gupta, les sculptures de Bharti Kher, les peintures de T.V Santosh, Jitish Kallat, les photographies d’Atul Bhalla ou Pushpamala N., atteignent des prix de vente qui varient entre 60 000 $ et 450 000 $ ; ces artistes sont parmi les plus représentatifs de l’engouement pour l’art indien sur le marché de l’art.

  • 3 Dans "Les dix plus fortes enchères d’art contemporain 2007/2008" du rapport annuel Art price, Le ma (...)

8Ce décollage s’observe aussi en Iran où The Wall (Oh Persepolis) de Farhad Moshiri fut vendu 2,5 $ millions en 2008 et où le prix des photographies de Sirin Neshat qui atteint 220 000 $ a presque décuplé en 5 ans. Parmi les 50 meilleures entrées aux enchères 2007 se trouvent trois artistes iraniens, deux russes, deux libanais, un syrien mais la véritable pépinière issue de la poussée des marchés émergents est chinoise puisque près de 75 % des 50 premières positions du classement sont tenues par des artistes chinois. Avec 13,5 $ millions pour My Lonesome Cowboy (Sotheby’s, New York, 8 mai 2008), Takashi Murakami rejoint les stars de l’art contemporain américain telles que Jeff Koons dont Diamond (blue) s’est vendu 10,5 $ millions quelques mois auparavant3.

  • 4 Dans le rapport annuel du 10 Février 2009, publié par Osian.

9Selon Neville Tulli, directeur de la maison de ventes indienne Osian, le marché de l’art indien reste pourtant « insignifiant dans le contexte global ». Pour donner un ordre d’idée, la valeur de deux peintures majeures de l’art occidental est égale à l’ensemble du marché mondial annuel pour l’art contemporain indien. « Mais nous avons beaucoup gagné en reconnaissance internationale grâce à l’augmentation des ventes internationales dans des maisons de ventes installées dans des nouvelles villes, hors de Londres et New York, notamment à Dubai, Hong Kong et Singapour où s’est établie Christie’s ces dernières années », précise t-il4.

10Même si l’ascension fulgurante de l’art contemporain indien est à relativiser à l’échelle internationale, elle participe à une dynamique régionale forte. La carte 1 sur les principales foires internationales d’art contemporain dans le monde met en valeur leur nette augmentation ces dernières années dans plusieurs pays émergents. Chaque cercle correspond à une foire (annuelle, biennale ou triennale) dont la taille est proportionnelle à l’ancienneté. Entre 2000 et 2008, 53 % des nouvelles foires ont été créées en Asie ou au Moyen-Orient, soit un total de 32 foires, dont 13 dans les pays émergents d’Asie de l’Est (Chine, Corée, Vietnam, Malaisie et Indonésie). L’Inde ne connaît qu’une seule inauguration avec Art Summit en 2008, alors que la Chine se présente comme le leader avec neuf nouvelles foires en neuf ans (cinq annuelles, trois biennales et une triennale).

Carte 1 : Les principales foires internationales d’art contemporain dans le monde

Carte 1 : Les principales foires internationales d’art contemporain dans le monde
  • 5 D’après les statistiques des Almanachs d’Art Asia Pacific (années 2006, 2007, 2008 et 2009).

11Les processus d’émergence de l’art contemporain ne sont donc pas homogènes et dépendent souvent des différentes stratégies adoptées par les gouvernements de chaque pays. Si le gouvernement chinois a pris en main la construction d’un réseau plus dense d’infrastructures sur son territoire (30 musées d’art contemporain et 300 écoles d’enseignements artistiques en 2008, contre respectivement 3 et 17 en Inde5), le contrôle qu’il exerce sur la production presque industrielle d’art contemporain, revêt une allure d’art officiel. En Inde, l’aide du gouvernement est quasi-inexistante, mais le secteur privé, même s’il a surtout développé le marché de l’art, a permis de présenter des œuvres qui auraient pu facilement être censurées dans les musées publics. On pense à certaines peintures érotiques de Mithu Sen ou à la provocante sculpture de Sudarshan Shetty d’un tyrannosaure s’accouplant avec une Jaguar installée à la Devi Art Foundation de Delhi. Autre exemple aux Emirats où le gouvernement s’est lancé dans une ambitieuse politique d’investissements culturels publics, l’objectif étant de devenir une destination phare pour les touristes épris d’art. Parmi les grands chantiers on soulignera l’ouverture de quatre musées réalisés par les stars de l’architecture mondiale (Jean Nouvel, Frank Gehry) dont un Louvre et un Guggenheim à Abu Dhabi. La spectaculaire arrivée de pôles d’art contemporain dans les pays du Sud a donné naissance à un important réseau de nouvelles manifestations et de structures mondialisées. Elle marque une profonde rupture avec l’hégémonie des pays occidentaux en art contemporain.

  • 6 Economic Time du 3 Mars 2009, propos de Bill Ruprecht, président de Sotheby's.

12La récession économique actuelle peut-elle alors mettre un frein à la fièvre de l’art contemporain dans les pays émergents ? Si elle est responsable de la baisse du chiffre d’affaire affiché par les grandes maisons de ventes (moins 11 % sur 14 ventes à Christie’s entre 2007 et 2008 et chute de 52 % à Sotheby’s depuis 20076) et par des galeries, la crise permettra aussi d’assainir un marché qui s’était un peu trop emballé avec l’arrivée massive d’investisseurs. Malgré les ralentissements actuels, la construction de nouveaux rapports de force entre les pays du Nord et du Sud est bien amorcée.

13Un nouveau territoire de l’art contemporain en Inde

Delhi et Mumbai au cœur du réseau des métropoles mondiales

14L’ascension des villes de Delhi et Mumbai dans le réseau des villes mondialisées de l’art contemporain s’explique par l’arrivée de nouveaux lieux spécifiques de vente et d’exposition. Si elles symbolisent deux pôles majeurs de développement, elles mettent aussi en évidence les grandes inégalités territoriales qui dominent dans le pays. Au lendemain de l’Indépendance, plusieurs espaces publics dédiés à la culture indienne furent crées par le gouvernement : la Lalit Kala Akademi et la National Gallery of Modern Art (1954) dans chacune de ces deux villes, Triveni Art Center (1957) à Delhi et Jehangir Art Gallery (1954) à Mumbai. Cependant aujourd’hui, elles manquent cruellement d’une politique audacieuse et d’ouverture aux médiums contemporains. La construction de nouvelles structures adaptées au système du marché de l’art mondial a donc été nécessaire. On remarque qu’elles se sont développées en lien étroit avec l’aménagement du territoire, remplissant des fonctions symboliques, politiques, économiques et sociales particulières.

15La localisation des principaux lieux de l’art contemporain en Inde (carte 2) révèle une forte polarisation du territoire par les deux métropoles internationales Delhi et Mumbai. Elles concentrent l’ensemble des activités de l’art contemporain présentes sur le territoire indien regroupant chacune une soixantaine de galeries, dont la moitié a émergé depuis une dizaine d’années seulement. Viennent ensuite des villes secondaires telles que Bangalore, Kolkata, Hyderabad et Vadodara qui regroupent entre une et vingt galeries. Les principales maisons de ventes indiennes, Osian, Saffronart, Emami Chisel Art, y ont installé leurs succursales et selon une pratique de plus en plus répandue, elles organisent leurs préventes dans les hôtels cinq étoiles des grandes chaînes (Oberoi, Taj Mahal, etc). Certains de ces grands groupes parrainent des résidences d’artistes en offrant de séjourner dans un atelier pendant plusieurs mois en échange d’une œuvre réalisée à cette occasion.

16Les universités indiennes Delhi Art College, Jawaharlal Nehru à Delhi et J.J. School of Art à Mumbai sont réputées pour leur formation en arts plastiques mais aussi dans les domaines de la théorie esthétique et du marché de l’art. Les écoles d’animations se sont récemment multipliées dans les zones urbaines et les métiers du design et du graphisme connaissent un engouement auprès des jeunes indiens qui travaillent de plus en plus avec les nouvelles technologies. On trouve aussi dans ces deux métropoles des associations aux propositions novatrices, expérimentales et relativement détachées des circuits du marché de l’art telles que KHOJ et SARAI.

L’art contemporain, outil de modernisation

17Le développement des infrastructures d’art contemporain dans ces grandes métropoles s’est fait en fonction de dynamiques urbaines spécifiques à chacune. À Delhi, les lieux d’art contemporain, en particulier les galeries, ont suivi les différentes phases d’urbanisation de la capitale (carte 3). Entre 1960 et 1990, ils se sont installés en suivant le processus d’extension de la ville vers le sud et la fragmentation du territoire en colonies d’habitation. Aujourd’hui on constate que les galeries sont principalement regroupées dans ces nouveaux espaces résidentiels réservés aux classes moyennes et riches (gated communities) ou sur les nouvelles places commerciales regroupant magasins de marques, fast-food et cinémas.

18Par ailleurs, la construction des villes satellites de Noida et Gurgaon à partir des années 1990 a entraîné un phénomène de délocalisation des pôles de décisions des entreprises à la périphérie de la ville, où les terrains à vendre sont plus grands et moins chers. L’art contemporain a profité de ces nouveaux espaces qui seront bientôt reliés au centre urbain grâce à l’arrivée du métro. Certains artistes y ont trouvé des studios plus vastes et le grand collectionneur Anupam Poddar y a élevé l’impressionnante Devi Art Foundation, nouveau Guggenheim de l’art contemporain indien, ouvert depuis 2008. Les dynamiques urbaines ont considérablement influencé l’organisation polycentrique des structures d’art contemporain à Delhi.

  • 7 Nancy Adajania "A tale of two Cities" dans le catalogue de l’exposition Chalo India ! A New Era of (...)

19À Mumbai, les lieux d’art contemporain se sont installés dans le centre historique de la ville et contribuent à la formation d’un district culturel, dont le cœur est le quartier de Kala Gowda situé à Colaba au sud de la ville. Nancy Adajania fait remarquer qu’en traçant le développement des galeries de Mumbai, on pourrait faire la cartographie des changements de la ville pendant l’ère de la globalisation7. L’implantation des galeries Chatterjee & Lal, Bombay Art et The Guild dans la rue Arthur Bunder illustre un phénomène de gentrification récente du quartier arabe dans le centre historique. Les exemples de réhabilitation d’espaces désaffectés se multiplient dans les villes indiennes : à Mumbai, le choix adopté par les galeries Maskara ou Projet 88 de faire rénover par l’architecte Rahul Mehotra des anciens bâtiments industriels est un exemple représentatif du rôle croissant que sont amenés à jouer les acteurs de l’art contemporain dans l’évolution des paysages urbains. Le nouveau Bodhi Space est situé dans un entrepôt sur les docks et Chemould Prescott a déménagé en 2007 au 3e étage d’un bâtiment colonial du XIXe siècle après l’avoir restauré ; à Kolkata, la galerie Bose Pacia a ouvert en 2007 dans l’ancienne zone d’usines Stephenson Court ; The Hatworks Boulevard à Bangalore est une usine de chapeaux reconvertie où se sont installées une galerie, des boutiques de mode et de design. L’art contemporain participe ainsi à l’évolution des paysages urbains et à la remise en valeur de certains quartiers.

20La répartition de l’art contemporain sur le territoire indien reste extrêmement hiérarchisée et inégalitaire. De nouvelles plateformes semblent se former autour des capitales régionales, elles constituent des pôles secondaires d’art contemporain qui se développent à des rythmes variables. La grande majorité du territoire reste exclue de ce réseau, tout comme elle est souvent exclue de l’ensemble du processus de mondialisation. La décentralisation risque d’être longue et dépendra aussi du rôle que sont prêts à jouer le gouvernement central et chacun des États dans l’établissement des politiques publiques.

Le secteur privé et les acteurs d’une nouvelle société de l’art contemporain

21Le secteur privé indien a eu un rôle déterminant dans le processus d’émergence de l’art contemporain. Composé d’une grande diversité d’acteurs issus des réformes économiques récentes, il a largement contribué à la production d’infrastructures, de nouvelles politiques urbaines et artistiques et à la création de réseaux d’échanges nationaux et internationaux. Ainsi, il s’est substitué au rôle que joue habituellement l’État dans la mise en valeur et la promotion de l’art contemporain, même si ce dernier semble aujourd’hui vouloir davantage s’investir.

Les collectionneurs et investisseurs

22Les nouveaux collectionneurs indiens sont le produit du décollage économique de leur pays et de nouvelles pratiques à la fois sociales, financières et individuelles. L’art contemporain est à l’image d’un pays guidé économiquement par un secteur privé ancien et plus récemment par de jeunes entrepreneurs dynamiques. En effet, l’Inde possède un long héritage de paternalisme culturel. Les grandes familles indiennes, Birla, Tata, Saatchi, sont à l’origine d’initiatives multiples dans le domaine des arts et de la culture indienne : ces mécènes visionnaires ont construit de grandes infrastructures publiques, telles que la Birla Academy for the Arts à Kolkata ou le National Center for the Performing Arts à Mumbai. Elles possèdent d’importantes collections d’art moderne et ont surtout adapté leurs investissements à l’évolution des besoins artistiques de leur pays. Tata, qui a longtemps privilégié les arts traditionnels, s’ouvre aux nouvelles formes de création contemporaine, comme en témoigne son nouveau programme de résidence pour jeunes artistes contemporains, la Navajbai Ratan Tata Trust.

Carte 2 : Les galeries publiques et privées d’art contemporain en Inde

Carte 2 : Les galeries publiques et privées d’art contemporain en Inde

Carte 3 : La planification des quartiers de Delhiet la création des galeries d’art contemporain

Carte 3 : La planification des quartiers de Delhiet la création des galeries d’art contemporain

23On distingue aujourd’hui cinq profils de collectionneurs indiens : 1 - ceux issus des grandes familles industrielles de la première moitié du XXe siècle, 2 - les directeurs généraux de grands groupes ou de multinationales, 3 - la jeune génération de nouveaux entrepreneurs, informaticiens issus du boom de la software, médecins, conseillers en gestion, 4 - les NRIs, membres de la diaspora vivant à Londres ou New York, qui ont contribué au nouveau standing de l’art contemporain et enfin 5 - depuis 2007, une nouvelle catégorie appelée les UHNIs- Ultra-High Networth Individuals qui a fait son apparition sur la scène des acheteurs.

  • 8 Rapport annuel Osian, 10 Février 2009.

24L’art contemporain est au croisement de nouveaux comportements sociaux et de stratégies économiques aussi bien pour les individus que les entreprises. Dominé jusqu’aux années 1990 par les collectionneurs de grandes familles indiennes qui développaient principalement une activité de mécénat, il est devenu un objet de spéculation pour des investisseurs indiens et étrangers. Neville Tulli déclare que « gérer sa fortune implique presque systématiquement d’incorporer des objets d’art dans son bagage financier. Aujourd’hui, les institutions restructurent la diversification de leurs investissements : l’art est en train d’occuper une place plus importante que jamais »8.

Les galeries et les maisons de ventes

25Face à l’augmentation de la demande en art contemporain, 2001 a marqué l’ouverture d’une pléthore de nouvelles galeries et 2003 le début du boom du marché de l’art contemporain indien. Ce phénomène s’est accompagné d’une professionnalisation du secteur qui a fonctionné de façon plutôt informelle jusqu’aux années 2000. Les galeries ont impulsé de nouvelles dynamiques culturelles et économiques dans les grandes villes et ont largement contribué à l’entrée d’artistes indiens sur la scène internationale.

  • 9 Maria Kravtsova, "Dasha, Masha, le Kremlin et au-delà" dans Art Press, octobre 2009, n° 369, p. 42- (...)

26Concentrées comme nous l’avons vu dans les villes mondialisées, les galeries sont devenues à la fois de nouvelles structures commerciales mais aussi des espaces de service ou de consultation pour faire un investissement et plus récemment des lieux d’éducation et de nouvelles approches de la culture visuelle indienne. Leur activité de médiateurs/promoteurs fait des galeristes de véritables entrepreneurs en art contemporain. Il existe de nombreux parallèles entre les familles d’entrepreneurs de grandes galeries et celles des collectionneurs. Les galeries les plus renommées ont souvent à leur tête un des membres d’une grande entreprise du secteur industriel, banque, assurance, bâtiment comme c’est le cas pour Vadehra Art Gallery, Anant Art, Gallery Espace, Pilgrim Art, Chemould Prescott, etc. Une situation similaire s’est développée en Russie où des acteurs fortunés aux grandes ambitions ont fait leur entrée sur la scène artistique9. Marie Kravtsova établit un lien entre le monde des affaires et de l’art russe, elle cite par exemple Piotr Aven, président de la Banque Alfa et collectionneur d’art russe des années 1890-1930 et l’homme d’affaire-sénateur Sergei Gordeev qui finance le musée d’art contemporain PERMM. Elle ajoute que « ces cinq dernières années, vu la hausse du cours du pétrole, plus d’une dizaine de galeries et de fondations nouvelles sont apparues à Moscou ».

27Créées plus récemment, les maisons de ventes indiennes font aussi partie du groupe des « bâtisseurs d’infrastructures » de l’art contemporain. Chaque grande ville est à présent dotée d’une maison de ventes : Osian ouvre à Mumbai en 2000 puis à Delhi, Saffronart créée en 2001 s’installe à Mumbai en 2003 à New York et à Londres. Bid & Hammer siège à Bangalore et Emami Chisel Art à Kolkata. Géographiquement, les maisons de ventes ont renforcé la polarisation de l’activité dans les grands centres urbains et la métropolisation du territoire de l’art contemporain indien. Leur activité est rapidement passée de la sphère nationale à internationale en particulier grâce à l’arrivée des ventes en ligne qui ont considérablement ouvert les frontières du marché. C’est Saffronart qui apporte ce changement majeur en inaugurant ce système de vente dans le monde entier en temps réel en 2008.

Les NRIs

28Les Non Resident Indians font partie de cette élite indienne émigrée (ingénieurs, scientifiques, professeurs) résidant à l’étranger, principalement dans les pays occidentaux. Ils bénéficient d’un statut particulier au sein de l’Inde (lois concernant les visas, entrées et sorties du territoire, transferts d’argent) et ont été fortement encouragés à investir en Inde grâce à une série de mesures mises en place par le gouvernement.

  • 10 "Made in India: contemporary art in India", John Elliot, dans Royal Academy magazine, hiver 2006, n (...)
  • 11 Nagy P., Inde, période de réajustement" ("Adjustments in a Changing Market"), dans Art Press n° 361 (...)
  • 12 Interviews menées lors de mes recherches de terrain à Delhi et Mumbai de février à mai 2009, auprès (...)

29La destination essentielle des NRIs est l’Angleterre, lieu où se tiennent par ailleurs les principales ventes d’art moderne et contemporain indien. Puis viennent les États-Unis où les migrations importantes d’indiens n’ont commencé qu’après l’Immigration and Nationality Act de 1965. Selon une enquête d’Osian, en 1987 on comptait 500 000 indiens aux États-Unis, généralement d’un milieu éduqué ou de l’élite professionnelle. Dans le Golfe, on dénombre 14 000 indiens en 1948, 40 000 en 1971 puis après le boom pétrolier, 1 150 000 en 1992 et enfin 1,3 million en 2003. Les rôles joués par les NRIs dans les dynamiques économiques et politiques de l’Inde sont multiples. On commence seulement à voir quelques études sur leur contribution dans l’exportation de la culture indienne dans le reste du monde, en particulier pour l’industrie du cinéma. Quel est leur véritable rôle dans l’expansion de l’art contemporain indien ? Aucune étude n’a été publiée sur ce sujet. Seul le rapprochement entre des statistiques sur l’augmentation de leur nombre à l’étranger et le développement d’un intérêt pour l’art contemporain indien dans les pays où ils résident, permet de poser plusieurs hypothèses sur leur engagement dans l’essor de l’art indien à l’étranger. Selon un article publié dans le Royal Academy magazine en 200610, il y aurait, 500 collectionneurs indiens sérieux résidant en Inde et à l’étranger, sur un total de 20 000 à 40 000 acheteurs potentiels. Le marché de l’art en Inde reste essentiellement local, les collectionneurs indiens achetant surtout de l’art indien11 et les galeristes indiens s’accordent sur les estimations suivantes : 60 % des acheteurs sont indiens, 20 % sont des NRIs et 20 % des étrangers (principalement d’Asie, Europe du Nord et États-Unis)12.

30Plusieurs collectionneurs indiens vivant à l’étranger ont déjà joué un rôle clé pour faciliter l’ouverture de la scène internationale et la construction de réseaux d’échanges : Kito de Boer dirige aujourd’hui McKinsey & Co au Moyen-Orient et sa collection reflète le développement historique de l’art moderne et contemporain indien. Ravij Chaudhri, qui vécut à New York, fonda une organisation caritative, l’Indocenter of Art and culture qui ne dura que trois ans, puis il laissa de côté le patronage artistique pour soutenir des institutions existantes comme la Tate Modern à Londres lors de l’exposition Amrita Sher-Gil. Les NRIs n’ont donc pas qu’un rôle de médiateurs favorables aux échanges en art contemporain, certains sont aussi acheteurs, collectionneurs et acteurs du marché mondialisé.

Les femmes entrepreneurs

31L’activité de l’art contemporain indien est moins dirigée par un seul individu ambitieux que par une entreprise familiale, une joint familly. Ce concept indien « d’unité familiale » a permis aux femmes indiennes de prendre une part croissante aux dynamiques de l’art contemporain, d’acquérir des responsabilités plus importantes et un nouveau statut au sein de la société. Jacky Assayag explique que la liberté ou l’émancipation féminine fait partie des modèles culturels dits « modernes ». Dans 35 % des foyers de classes moyennes indiennes, le couple travaille. Aucune statistique ne permet de chiffrer précisément le pourcentage de femmes travaillant dans une activité liée à l’art contemporain, mais de nombreux exemples existent.

  • 13 Keeko Gandhy, "The beginnings of the art mouvements", City of Dream n° 528, août 2003.
  • 14 Maria Kravtsova, Art Press n° 369, octobre 2009, p. 42-53

32Kekoo Gandhi, dirigeant d’une fabrique d’encadrements de tableaux, a créé la Chemould art gallery en 1951 avec sa femme. À leur retraite, c’est leur fille Shireen qui a continué la gestion de la galerie13. À Mumbai, dans la galerie Art Musing, on est galeriste de mère en fille. Dans la famille Vadehra, mère et fille participent activement à la diversification des activités de la galerie fondée à Delhi : ouverture de Vadehra Bookstore, la première bibliothèque d’art contemporain en 2008, publication des catalogues, organisation de conférences avec les artistes et d’ateliers créatifs pour les enfants. Cette situation est assez proche de celle décrite par Maria Kravtsova en Russie14 : « La plupart [des galeries] sont dirigées par des épouses d’hommes d’affaires importants. Ces femmes considèrent que l’art est un champ d’activité qui va de pair avec leur statut social ». Daria Zhoukova, fille du magnat du pétrole Alexander Zhoukov, a ouvert en 2008 le Centre de la culture contemporain à Moscou et Maria Baibakova, fille du président du fonds d’investissement Onexim a investi l’ancienne usine de confection Octobre rouge pour crée le Baibakov Art Project.

33On observe qu’un nombre croissant de femmes sont employées dans les différents secteurs de l’activité de l’art contemporain : elles sont diplômées en art ou en commerce et travaillent dans les galeries et les services de publication, comme professeurs d’histoire de l’art et commissaires d’expositions. Il n’est pas rare qu’elles soient directrices de grandes galeries comme Bhavna Kakar (Latitude 28), Devika Daugh Singh (Photoink), Renu Modi (Gallery Espace), Shalini H. Sawhney (The Guild) ou Shireen Gandhy (Chemould Prescott). De nombreux centres culturels sont aussi dirigés par des femmes dynamiques : Pooja Sud à KHOJ (résidence internationale pour artiste) et Alka Pande à la galerie de l’India Habitat Center sont les exemples les plus représentatifs de cette génération de femmes engagées dans les politiques culturelles de l’Inde.

Vers de nouveaux défis

L’art contemporain dans l’agenda politique

34Le succès du marché de l’art contemporain indien n’a eu jusqu’à présent qu’un faible impact sur les initiatives de l’État en matière de politiques culturelles et une répercussion restreinte sur la population indienne. Certes, de nouveaux engagements ont été pris par l’État, conscient des enjeux économiques et urbains suscités par l’art contemporain indien, mais aucun projet de grande ampleur semblable à ceux initiés dans d’autres pays émergents n’a vu le jour. À l’échelle sociale, seule l’élite urbaine et éduquée a bénéficié de cette ouverture culturelle. L’art contemporain accentue les profondes inégalités territoriales (comme nous l’avons observé avec la carte 2) et sociales survenues après la libéralisation économique. Si beaucoup reste à faire concernant la question de l’accessibilité et de la diffusion de l’art contemporain dans la sphère publique, plusieurs initiatives témoignent cependant d’une volonté générale de créer de nouvelles dynamiques culturelles dans une société indienne qui cherche de plus en plus à participer au processus de mondialisation culturelle.

  • 15 Voir paragraphe "Delhi et Mumbai au cœur du réseau des métropoles mondiales".

35L’engagement de l’État indien auprès des infrastructures et des acteurs de l’art contemporain est fortement critiqué par l’ensemble de la sphère artistique indienne. Pourtant, au lendemain de l’Indépendance, il avait joué un rôle important dans la reconstruction de l’identité culturelle indienne en ouvrant des musées, écoles et centres d’art15. La situation actuelle est marquée par le manque d’attention portée aux projets artistiques, et l’administration, lente et compliquée, freine de nombreuses démarches : les demandes d’autorisation pour exposer des œuvres contemporaines dans des espaces publics (rues, parcs, etc.) n’aboutissent presque jamais. D’autre part, l’État est resté sourd face aux sollicitations répétées des organisateurs de la 53e biennale de Venise pour l’ouverture d’un pavillon indien en 2008 alors que le Pakistan inaugurait le sien. C’est finalement moins les moyens financiers que la passivité des politiques qui semble faire obstacle à la progression de l’art contemporain indien.

36Cependant, avec l’ascension actuelle sur la scène internationale et les retours sur investissements fructueux dans le domaine du marché de l’art, le gouvernement indien ne peut plus ignorer les enjeux commerciaux et diplomatiques que représente cette activité. La création au sein de la FICCI (Federation of Indian Chambers of Commerce and Industry) d’un secteur dédié à l’art et au commerce de l’art (Art and Business of Art) marque une première étape dans l’intégration de l’art contemporain aux stratégies de développement du pays. L’objectif est de faire entrer l’art dans l’agenda des politiques nationales et d’accompagner sa croissance, engager des industries et corporations indiennes dans le développement de ce secteur et former des partenariats public/privé dans différentes branches du marché de l’art.

L’art dans l’espace public

  • 16 Voir la conférence organisée par la Delhi Urban Art Commission, présidée par K.T. Ravindran, le 11 (...)

37L’organisation des Commonwealth Games dans la capitale indienne du 3 au 14 octobre 2010, a été l’occasion pour le gouvernement de manifester une attention nouvelle vers la création contemporaine dans l’espace public. En plus de l’exposition « Art Celebrates 2010 : Sports and the city » présentée à la Lalit Kala Akademi, sept artistes ont été invités à participer à un projet de peinture sur rickshaws et à présenter des sculptures et installations dans plusieurs espaces publics de la ville. Au total, douze galeries et deux musées de Delhi ont collaboré pour cet évènement. La Delhi Urban Art Commission (DUAC) a tenu un rôle important dans la genèse de ce projet. Dès mars 2009, lors d’une conférence sur le thème de Public Art for Commonwealth Games, elle annonçait qu’1 % du budget des Jeux serait consacré à l’art contemporain dans l’espace public. Cette commission, créée par le gouvernement en 1973 dans le but de développer la qualité des espaces urbains, a permis de relancer le débat sur la commande et l’exposition d’œuvres et d’installations publiques d’artistes indiens dans le cadre de ces Jeux, même s’il reste encore beaucoup à faire16. Dans les autres grandes villes indiennes, les Commissions d’Art Urbain prennent aussi progressivement en compte l’art contemporain dans les politiques relatives à la qualité des espaces publics puisqu’il représente aussi un enjeu non négligeable dans le développement touristique de la ville.

38L’espace public pourrait ainsi être amené à jouer un nouveau rôle dans le processus d’émergence de l’art contemporain indien. Même si sa définition dans le contexte social indien est assez complexe dans la mesure où l’accès à certains lieux dits « publics » est encore implicitement dicté par le système des castes, il représente un potentiel important pour le développement de manifestations s’adressant à un public local plus large et non-initié. Les grandes villes indiennes ont vu l’apparition de festivals novateurs s’adressant à de nouveaux publics : le Kala Ghoda Arts Festival a lieu depuis 1999 dans le district artistique de Mumbai, sa dernière édition était l’occasion de présenter dans les rues de la ville les œuvres des artistes indiens les plus en vogue (Subodh Gupta, Jitish Kallat, etc.). Project 48°C - Public art ecology17, qui s’est déroulé à Delhi en décembre 2008, était la deuxième édition d’un grand festival d’art de rue proposant à 25 artistes indiens et internationaux d’installer des œuvres in situ dans des espaces publics de la ville. Les habitants ont pu entre autres venir expérimenter les œuvres participatives de Ravi Agarwal ou Najvot Altaf. Les répercutions sociales de ces festivals sont contrastées : si elles témoignent d’une volonté de démocratisation de l’art, la réception des œuvres et la participation d’un public d’indiens non-initiés restent relativement utopiques. L’enjeu de ces nouveaux festivals semble se situer à un autre niveau, celui de s’inscrire dans les grandes problématiques liées à la globalisation culturelle ou à la réactivation de traditions locales au regard de la création contemporaine. En produisant ce type de manifestation en pleine expansion dans la plupart des métropoles artistiques mondiales, les grandes villes indiennes s’insèrent progressivement dans des dynamiques culturelles internationales. Quant aux recherches d’adaptation à un public local, elles n’en sont qu’à leurs débuts et l’on reste encore loin du phénomène de démocratisation culturelle que connaît le cinéma indien avec les films bollywood.

  • 18 Dans Adajania N., "A tale of two Cities", dans Chalo India ! A New Era of Indian Art (22 novembre 2 (...)

39Si l’art contemporain fait désormais partie des nouvelles valeurs artistiques importées en Inde, ses répercussions sur de nouvelles habitudes de consommation ou les inégalités sociales sont minimes, voire inexistantes pour la majorité de la population. Son évolution dans la sphère sociale sera pourtant à suivre avec attention dans les prochaines années, en particulier avec l’intérêt croissant que porte la jeune génération pour ces nouvelles formes d’expressions aux propos engagés. De nombreuses œuvres d’artistes contemporains sont encore censurées, d’autres brûlées par des membres de partis religieux ou politiques pour qui les propos sur la nudité ou la religion sont irrespectueux et provocants. Si l’art contemporain participe au débat social, il souligne aussi, selon Nancy Adajania, le manque cruel d’une sphère publique active en Inde : « combien de temps va-t-il falloir continuer de prêcher auprès du public déjà converti des communautés fermées ? La question devient encore plus urgente au moment où la ville veut afficher avec fierté ses pratiques alternatives dans l’art public et les nouveaux médias. Il est aussi important, sinon plus, de produire une audience sensible à l’art radical que de l’art radical seul. Un artiste peut-il vraiment se dire radical sans réception ? »18

Conclusion

40Le principal défi remporté par l’Inde a été de mettre en place les infrastructures nécessaires à la création d’un marché de l’art local et à la diffusion de ses artistes contemporains sur les plateformes internationales. Les enjeux que représente l’art contemporain dans le processus de la mondialisation des pays émergeants sont multiples comme le montre le cas indien. L’étude de cette ascension particulièrement rapide, souvent qualifiée de bulle économique, et de ses implications urbaines, politiques et sociales, sont révélatrices de la complexité du processus de transformation dans lequel se sont engagés les pays émergents à l’heure de la mondialisation. Les grandes villes y ont un rôle déterminant ; en regroupant l’ensemble de ces nouvelles activités, elles ont acquis le statut de nouveau pôle artistique et pris désormais leur place dans le réseau mondial des métropoles culturelles. Si l’on constate que l’Inde s’inscrit dans le même mouvement de décentralisation des capitales artistiques occidentales auquel participent la Chine, les Émirats arabes unis ou dernièrement la Turquie, elle présente aussi plusieurs spécificités. L’ouverture impulsée par la politique de libéralisation économique de 1991 et le soutien du secteur privé restent les facteurs déterminants dans l’émergence d’un véritable marché de l’art contemporain indien aux échelles internationale puis locale.

41Les dernières initiatives du gouvernement semblent indiquer que des changements pourraient avoir lieu ces prochaines années, s’il prend davantage part au développement de la création contemporaine. À l’échelle régionale, l’Inde a le potentiel de devenir une véritable plateforme artistique grâce à la qualité de ses artistes, à l’engagement des principaux acteurs de cette activité et aux nouveaux partenariats qu’elle tente de mettre en place avec ses voisins de la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation), pour participer aux dynamiques culturelles de la région Asie du Sud. Si les nouvelles recherches en géographie de l’art contemporain s’étendent à d’autres pays émergents, Asie du Sud, Moyen-Orient et bien sûr Amérique latine, il sera alors possible de construire une étude plus approfondie sur les dynamiques régionales artistiques dans les pays du Sud.

Haut de page

Bibliographie

Adajania, N., “A tale of two Cities” dans Chalo India! A New Era of Indian Art (22 novembre 2008 -15 mars 2009), Tokyo, Mori Art Museum, 294p.

Apparudaï, A., 1996, Après le colonialisme, Les conséquences culturelles de la globalisation (Modernity at Large, Cultural dimension of Globalization), University of Minnesota, Paris, Editions Payots & Rivages, 248 p.

Bhabha, H. K, 1994, Les lieux de la culture, une théorie postcoloniale, Lausanne, Payot, 411 p.

Cadène, P., 2007, La Mondialisation, L’intégration des pays en développement, Paris, SEDET, 222 p.

Cadène, P., 2008, Atlas de l’Inde, Une fulgurante ascension, Paris, Autrement, 80 p.

Da Cunha, A. et L. Matthey, 2007, La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Lausanne, PPUR romandes, 488 p.

Dureau, F., V. Dupont, E. Lelièvre, J.P. Lévy, T. Lulle, 2000, Métropoles en mouvement, Une comparaison internationale, Paris, IRD, 656 p.

Drèze, J. et A. Sen, 1995, India Economic Development and Social Opportunity, New Delhi, Oxford University Press, 292 p.

Gantcheva, M., 2007, « Les très riches heures de la peinture indienne » et Saglio, M.C., « Cultures urbaines et populaires » dans Le Monde Diplomatique, n° 94, p. 90-93

Jaffrelot, C., 2005, L’Inde Contemporaine - de 1950 à nos jours, Paris, Fayard, 969 p.

Jaffrelot, C. et P. Van der Veer, 2008, Partern of Middle class – Consumption in India and China, New Delhi, Sage, 300 p.

Kapur, G., 2000, When was modernism? Essays on Contemporary Cultural Practice in India, New Delhi, Tulika Books, 439 p.

Kravtsova, M., 2009, « Dasha, Masha, le Kremlin et au-delà » dans Art Press n° 359, octobre, p. 42-53

Mitter, P., 2007, The triumph of Modernism – India’s artists and the avant-garde 1922-1947, Reacktion Books, 256 p.

Nagy, P., “Inde, période de réajustement” (“Adjustments in a Changing Market”), dans Art Press n° 361, novembre 2009, p. 46-51

Thakurta, G., 2006, Art, archeology and the museums in India: monuments, objects, histories. Institutions of art in colonial and post-colonial, Columbia University Press, 432 p.

Presse spécialisée: Art Asia Pacific, Asian Art, Art&Deal, Art India, Art, Art + Auction, Third Text.

Haut de page

Notes

1 Selon l'index de valeur de l’agence de consultation française Art price, publié dans leur rapport annuel, Le marché de l’art contemporain 2007/2008.

2 Sur le site de Art price "Art contemporain indien : le trio de tête" mis en ligne le 14 septembre 2009.

3 Dans "Les dix plus fortes enchères d’art contemporain 2007/2008" du rapport annuel Art price, Le marché de l’art contemporain 2007/2008.

4 Dans le rapport annuel du 10 Février 2009, publié par Osian.

5 D’après les statistiques des Almanachs d’Art Asia Pacific (années 2006, 2007, 2008 et 2009).

6 Economic Time du 3 Mars 2009, propos de Bill Ruprecht, président de Sotheby's.

7 Nancy Adajania "A tale of two Cities" dans le catalogue de l’exposition Chalo India ! A New Era of Indian Art (22 novembre 2008 - 15 mars 2009), Tokyo.

8 Rapport annuel Osian, 10 Février 2009.

9 Maria Kravtsova, "Dasha, Masha, le Kremlin et au-delà" dans Art Press, octobre 2009, n° 369, p. 42-53

10 "Made in India: contemporary art in India", John Elliot, dans Royal Academy magazine, hiver 2006, n° 93.

11 Nagy P., Inde, période de réajustement" ("Adjustments in a Changing Market"), dans Art Press n° 361, novembre 2009, p. 46-51

12 Interviews menées lors de mes recherches de terrain à Delhi et Mumbai de février à mai 2009, auprès des 20 galeries les plus représentées sur les foires internationales d’art contemporain.

13 Keeko Gandhy, "The beginnings of the art mouvements", City of Dream n° 528, août 2003.

14 Maria Kravtsova, Art Press n° 369, octobre 2009, p. 42-53

15 Voir paragraphe "Delhi et Mumbai au cœur du réseau des métropoles mondiales".

16 Voir la conférence organisée par la Delhi Urban Art Commission, présidée par K.T. Ravindran, le 11 avril 2009 à l’Indian Habitat Center, Delhi, "Public Art for Commonwealth Games".

17 Pour plus d’information, consulter les sites www.kalaghodaassociation.com et www.48c.org

18 Dans Adajania N., "A tale of two Cities", dans Chalo India ! A New Era of Indian Art (22 novembre 2008 - 15 mars 2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les principales foires internationales d’art contemporain dans le monde
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Carte 2 : Les galeries publiques et privées d’art contemporain en Inde
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Carte 3 : La planification des quartiers de Delhiet la création des galeries d’art contemporain
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Ithurbide, « Le marché de l’art contemporain en Inde », Géographie et cultures, 75 | 2010, 207-228.

Référence électronique

Christine Ithurbide, « Le marché de l’art contemporain en Inde », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1671 ; DOI : 10.4000/gc.1671

Haut de page

Auteur

Christine Ithurbide

SEDET UMR 7135 – Université Paris VII
c.ithurbide@orange.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org