Navigation – Plan du site

La géographie vidalienne et la géopolitique

The Vidalian Geography and the Geopolitics
Guilherme Ribeiro
p. 247-262

Résumés

L’objectif de cet article est d’interpréter la réflexion de Paul Vidal de la Blache en soulignant la dimension géopolitique, un thème qui mérite d’être approfondi. Dans sa conception de la géographie comme stratégie de survie non seulement des groupes sociaux mais aussi des États nationaux, Vidal de la Blache suit d’un regard assez critique le rôle géopolitique de la France dans des pays comme le Maroc, l’Algérie, le Canada, le Pérou et le Brésil.

Haut de page

Texte intégral

La géographie comme stratégie

1Actuellement, un très riche mouvement est en cours dans l’histoire de la pensée géographique. Dans un de ses derniers livres, Paul Claval passe rétrospectivement en revue son domaine de recherche de façon révélatrice : il dit d’abord que quand il était étudiant, l’histoire de la géographie n’était pas enseignée ; elle n’apparaissait que comme une digression dans les discours des maîtres. Aujourd’hui, après quarante ans, il croit que l’histoire de la géographie classique, en France comme à l’étranger, est bien plus complexe qu’il ne l’imaginait (Claval, 2007, p. 16 et 63). En élargissant la question, on peut dire que trois voies s’ouvrent aujourd’hui : (i) le débat sur modernité et postmodernité ; (ii) l’irruption de thèmes géographiques dans les sciences humaines comme dans le domaine public grâce à la mondialisation et à toutes ses conséquences ; (iii) une relecture de la géographie classique.

2On va retenir le troisième point. Non pour le transposer à nos jours (ce qui serait de grande utilité), mais pour avancer un peu plus sur une piste de recherche cruciale : la géographie vidalienne. S’agissant d’un thème assez complexe, toutes ses dimensions ne seront pas détaillées ici, mais on ne peut négliger un auteur qui demande réflexion, ne serait-ce que parce qu’il y a deux ou trois aspects et deux ou trois articles sur lesquels il convient d’attirer l’attention.

3Sur les polémiques nées autour de Vidal, il suffit de rappeler le vrai « tournant » interprétatif qui a été réalisé par Yves Lacoste. Celui-ci critique la géographie classique de Vidal afin de souligner la dimension stratégique de l’espace. Parmi d’autres reproches qu’il lui adresse, il parle de son aspect descriptif et de son empirisme. Son argument est bien connu : la géographie classique peut se résumer à une opération idéologique de propagation d’une géographie des professeurs, amnésique et insipide, dans le but de masquer une géographie des états-majors et des entreprises capitalistes dont l’objectif est, entre autres, de faire la guerre (Lacoste, 1976). La surprise néanmoins, c’est que Lacoste (lui-même étonné) raconte sa découverte de La France de l’Est (Lorraine-Alsace) (1917) dans les deux nouvelles éditions de La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre (1982 et 1985). Selon lui, il s’agit d’une œuvre « passée sous silence » par les géographes français. Vidal y propose une étude sur la frontière franco-allemande en Alsace-Lorraine, une frontière riche en charbon et minerai de fer (Vidal de la Blache, 1994). Une face « inconnue » de la pensée vidalienne apparaît ainsi : la géopolitique (Lacoste, 1976). C’est pour cette raison que Lacoste réhabilite gentiment Vidal : il ne se contente pas de rééditer La France de l’Est ; il rédige pour elle une préface élogieuse (Lacoste, 1994).

4Lacoste est bien plus vidalien qu’il ne le pense lui-même : parce qu’avant tout, Vidal est un stratège. Non pas pour faire de la géographie un instrument de combat, mais en la concevant comme une science tournée vers la connaissance des caractères physiques de la surface terrestre et de leurs spécificités régionales. Ces caractéristiques sont les bases sur lesquelles les civilisations ont lutté pendant l’histoire ; et pour vivre avec ces contraintes et parvenir même à les surmonter, les civilisations ont dû créer des artifices capables d’assurer leur reproduction. La géographie, c’est donc l’étude des différentes stratégies et tactiques civilisationnelles, qui sont forgées en même temps que l’habitat. Il y a une lutte pour la vie dont la dimension géographique se lit précisément dans l’ingéniosité avec laquelle les hommes exploitent le milieu de façon à optimiser du mieux possible ce qu’ils peuvent en tirer. Lorsqu’il apparaît que les lieux ne sont pas « auto-soutenables », c’est-à-dire qu’ils n’offrent pas la totalité des conditions physiques et humaines nécessaires à la survie des populations, une interdépendance se crée entre eux en fonction des échelles où ils s’articulent. La combinaison entre les capacités techniques et le site où les groupes sociaux s’inscrivent permet d’étendre cette articulation. Cette combinaison dépend de plusieurs facteurs : transformation des paysages, création d’outillages techniques et particularités culturelles (langue, vêtements, nourriture, mœurs). Le résultat le plus important, c’est la formation d’une vaste mosaïque de genres de vie, qui traduit les différentes capacités d’adaptation et de modification par rapport au milieu. La tâche du géographe sera donc toujours d’acquérir une vision d’ensemble en prenant simultanément en compte trois éléments : l’homme, le milieu et la technique.

5Tel est le noyau de la géographie de Vidal de la Blache. La majorité de ses articles, avec la progression qu’ils apportent, est axée sur ce sujet. L’ouvrage Les conditions géographiques des faits sociaux en fournit un exemple. Comme l’indique le titre, les faits sociaux dépendent de certaines conditions géographiques ; celles-ci ne sont pas négligeables, parce que la formation des sociétés résulte, pour une part, des réponses qu’elles ont historiquement apportées aux défis des milieux où elles vivaient. Dans un mouvement qui peut être compris en quelque sorte comme une réaction face à Durkheim et aux durkheimiens, à la suite des critiques formulées contre les géographes dans L’Année Sociologique (voir, par exemple, Rhein, 1982), Vidal cherche pourquoi certains aspects sociaux des différents groupes doivent leur existence à des facteurs géographiques. Un des motifs qui permettent ainsi de différencier les sociétés, c’est la position qu’elles occupent. La forêt tropicale africaine, par exemple, est un obstacle aux échanges et au rapprochement entre ses habitants (même si les contacts ne sont pas nuls, comme le montre l’amitié ou l’inimitié entre les tribus), si bien que les villages constituent des mondes à part entière, dont les membres sont obligés de tirer avec habileté du milieu tout ce qui leur est nécessaire pour survivre. Lorsque l’isolement est dû à des motifs religieux, les groupes cherchent la solitude de sites particuliers, tels que les vallées les plus reculées, les chemins ouverts à l’intérieur de la forêt sibérienne ou les petites anses de la côte de Massachusetts. Ce sont là quelques exemples d’une « géographie sociale » (l’expression est de Vidal). Une autre cause se situe dans les traits physiques d’une région : la connaissance de la physionomie d’un pays a un impact significatif dans sa dynamique migratoire et humaine. Dans les sociétés d’Extrême-Orient, la taille menue du territoire, l’extrême division de la propriété et le très fort besoin d’une main-d’œuvre habile pour la culture du riz, exigent l’engagement des femmes et des voisins, ce qui finit par renforcer les liens de la famille et du village (Vidal de la Blache, 1902).

6D’un autre côté, il faut comprendre que le régime social se reflète dans la Géographie, parce que « tout est action et réaction » (ibidem, p. 21). Vidal veut dire ainsi qu’à cause des intérêts économiques de certains groupes sociaux, un mauvais usage des potentialités géographiques est parfois fait. Par exemple, aux États-Unis, les grandes plantations ont soumis des sols riches, capables de nourrir une population nombreuse, à une monoculture commerciale, et les noirs à « une des formes d’esclavage des plus odieuses et des plus cruelles » (ibidem, p. 21). En ce qui concerne le Brésil, Vidal critique le haut prix des marchandises et du crédit, qui empêche la naissance de petites propriétés ; il souligne l’insalubrité du port de Santos : d’autres sites auraient offert de meilleures conditions sanitaires ; le choix n’est justifié que par la proximité des centres producteurs (ibidem, p. 21-22).

  • 1 En tout cas, Vidal n’insiste pas sur la supériorité des techniques occidentales, mais sur l’approfo (...)

7Pourrait-on lire, entre les lignes de cette réflexion, une justification de l’exploitation des ressources naturelles des colonies ? L’allégation selon laquelle les Européens, maîtres des techniques les plus avancées, seraient les seuls capables d’exploiter les potentialités cachées situées dans les territoires d’outre-mer, au bénéfice de « tous » ? « L’existence très localisée d’un produit de première nécessité peut engendrer des conséquences sociales et politiques » (ibidem, p. 13) : ces mots peuvent être compris comme un avertissement. Voici le sens social de la géographie : la stratégie1.

8En 1911, Vidal publie deux articles homonymes : « Les genres de vie dans la géographie humaine », qui font avancer l’examen des rapports homme/milieu en dessinant un jeu de forces où peu à peu l’action volontaire de l’homme entraîne le remodelage de la nature (Vidal de la Blache, 1911, 1911a). Il ne s’agit toutefois ni d’une conquête définitive ni d’une voie unique, mais d’un nouveau dessein où l’homme et le milieu continuent à s’agréger. Il faut souligner tout autant la capacité d’adaptation de l’homme que celle de la nature, parce que les migrations humaines à la surface terrestre vont de pair avec le déplacement des espèces animales et végétales. L’évolution des genres de vie tient, non seulement, à la compétence technique des groupes sociaux, mais aussi à la plasticité des espèces cultivées.

« (...) l’action de l’homme s’exerce aux dépens d’associations préexistantes, qui lui opposent une résistance inégale. S’il a réussi à transformer à son profit une grande partie de la terre, il ne manque pas de contrées où il est resté à la suite. (...) Pour constituer des genres de vie qui le rendissent indépendant des chances de nourriture quotidienne, l’homme a dû détruire certaines associations d’êtres vivants pour en former d’autres. Il a dû grouper au moyen d’éléments assemblés de divers côtés sa clientèle d’animaux et de plantes, se faire ainsi à la fois destructeur et créateur, c’est-à-dire accomplir simultanément les deux actes en lesquels se résume la notion de vie » (Vidal de la Blache, 1911, p. 200).

9Cependant, si Vidal est l’architecte d’une géographie des civilisations (Buttimer, 1980), il ne s’agit pas d’une démarche naïve qui décrive une harmonie sans tension entre l’homme et le milieu tissé culturellement par les civilisations. Sa réflexion s’inscrit dans une période où les États-nations européens sont inquiets. Il travaille à la construction d’une science qui s’inscrit dans un espace historiquement problématique, même si l’histoire de la pensée géographique la considère aujourd’hui, au nom de la scientificité, comme un alibi face au pouvoir et à la politique. Si l’on prend en compte la fracture subie par le territoire et la société, en France en 1871, et les demandes issues de l’entreprise coloniale, on voit se dessiner un cadre où l’échelle nationale et l’échelle internationale sont liées et réclament une réflexion commune. Ce n’est pas par hasard que la connaissance géographique est alors considérée comme d’une extrême importance de plusieurs points de vue. Intéressé par le rapport entre la connaissance, le pouvoir et l’espace de production du discours, Edward Said souligne le rôle joué par la géographie :

« En 1875, à l’occasion du IIe Congrès International des Sciences Géographiques tenu sous la présence du Président de la République, du Gouverneur de Paris et du Président de l’Assemblée, le discours inaugural de l’amiral La Roncière-Le Noury reflète l’attitude hégémonique du Congrès : ’Messieurs, la Providence nous a donné l’obligation de connaître et de conquérir la Terre. Cet ordre suprême est un des devoirs qui s’imposent à nos intelligences et nos activités. La géographie, cette science qu’inspire une si belle dévotion et pour laquelle beaucoup des victimes ont été sacrifiées, devient la philosophie de la terre’ » (Said, 1995, p. 221).

10Il faut enseigner la lecture de cartes, initier à la diversité régionale et renforcer l’identité nationale des citoyens français. Peu à peu la géographie change : ce n’est plus un catalogue toponymique et statistique ; elle tient un rôle stratégique dans les projets de développement de la nation et de l’Empire français. Les travaux de terrain et la cartographie des ressources naturelles des colonies comptent aussi parmi leurs mérites.

Vidal, le colonialisme et la géopolitique

  • 2 Cependant, on peut voir la pensée géopolitique de Vidal exprimée avant le lancement des Annales de (...)

11Vidal pourrait-il négliger cette conjoncture ? En tant que savant engagé dans le projet de reconstruction nationale après la défaite de 1870, il est aussi intéressé par le mouvement colonial (Berdoulay, 1995). Entre 1891 et 1918, il fournit à la section « Notes et Correspondances » des Annales de Géographie une série de comptes-rendus et certains textes très importants2. Vidal s’y préoccupe de la faune, de la flore, de l’hydrographie, de la géologie et de la géomorphologie d’espaces hors de France, en les comparant à ceux de l’Europe. Il s’y révèle savant engagé, donc préoccupé de l’économie, de la politique et des modes de pénétration dans le territoire africain. En Afrique ou en Amérique du Sud, il observe l’Empire français, l’Empire britannique et le capitalisme nord-américain avec le souci constant de sauvegarder les intérêts français.

12On peut commencer par le compte-rendu de La conquête du Sahara. Essai de psychologie politique (1910), d’Émile-Félix Gautier (1864-1940), professeur de géographie générale et de géographie du Sahara pendant 35 ans à la faculté des lettres de l’université d’Alger. Il est très connu par ses œuvres sur l’Islam et l’Afrique du Nord, comme aussi par ses expéditions à Madagascar et au Sahara. Dans le riche chapitre qu’il consacre au mouvement colonial, Berdoulay identifie 5 collaborateurs réguliers qui donnent une « tonalité coloniale » aux Annales de Géographie (Berdoulay, 1981 p. 68). Un de ces collaborateurs est Gautier. Selon lui, « la colonisation française a fait revivre les origines latines de l’Empire romain » (Gautier, apud Paris, 1999, p. 72). Même si Vidal ne pense pas comme lui, ils partagent deux idées : (i) la mission française ne peut apporter que des bénéfices aux colonisés. Pour Vidal, « le premier résultat de notre intervention sera d’assurer à tous la liberté de mouvements qui jusqu’alors n’avait été que le privilège de quelques-uns » (Vidal de la Blache, 1911b, p. 75) ; (ii) il y a eu un changement des idées des militaires sur l’action coloniale - que la presse décrit sous le nom de pénétration pacifique - c’est-à-dire « un mélange de diplomatie et de force » (ibidem, p. 74). Il reproduit ainsi la formule du général Lyautey : « Manifester la force pour en éviter l’emploi ». Il croit aussi dans une variation au niveau de « l’état d’esprit des populations » (ibidem). Néanmoins, tant que cette variation n’est pas suffisante, Vidal est intéressé par le chapitre où Gautier parle de la police du désert, dont le succès tient à l’application d’une stratégie utilisée par les milices de Cosaques et fondée « sur le principe qu’on n’atteint son ennemi qu’en lui empruntant ses moyens d’attaque » (ibidem, p. 76). En tout cas, les qualités guerrières que montrent les Albanais du désert pourraient être utilisées dans le cadre de la police française (ibidem).

13Voyons maintenant le récit de voyage de la mission Chari-Lac Tchad dans L’Afrique Centrale Française (1902-1904). Il est écrit par le botaniste Auguste Chevalier (accompagné d’un géologue et d’un ethnologue). Vidal indique que certaines de ses annexes sont dotées d’un « vrai intérêt géographique » (Vidal de la Blache, 1908, p. 166). Au-delà des mérites méthodologiques qu’il souligne, tels que la comparaison et l’articulation passé-présent, il affirme que le livre est un « témoignage précis, pondéré, inspiré par le désir de servir la cause coloniale, émanant d’un des hommes qui connaissent le mieux l’Afrique soudanaise » (ibidem, p. 171). Vidal parle aussi des problèmes provoqués par les populations locales (les incendies, les changements climatiques, la décadence des fleuves). Dans un commentaire sur le sultan Senoussi, il atteste qu’il s’agit « d’un de ces types d’aventuriers politiques qui ont, de tout temps, abondé dans le Soudan africain, et dont M. Chevalier paraît avoir fort exactement sondé la tortueuse psychologie » (ibidem, p. 167). Soucieux des questions économiques, il dit que même si la région a quelques ressources agricoles, de façon générale, elle reste pauvre. L’élevage des animaux destinés à l’usage de l’homme souffre des maladies sans remède provoquées par les insectes. La chasse aux éléphants et la récolte du caoutchouc de brousse, très importantes pour le commerce européen, vont disparaître très vite. Suivant le conseil du botaniste, il faut introduire des cultures nourricières — la suggestion de Vidal, c’est le riz — pour reconstituer la population qui va rapidement vers l’extinction. Savant colonial quelque peu insatisfait des voies de développement retenues dans la région, il se demande : « Qu’avons-nous fait pour restaurer ce pays ? Cela mérite un examen de conscience » (ibidem, p. 171). Il reconnaît que « la famine guette » les indigènes. En fait, ce qui est en jeu, ce ne sont ni les ressources naturelles, ni l’exploitation de la main-d’œuvre, ni la puissance politique de l’Empire français, mais le souci de « ménager ce capital humain, condition essentielle de notre action coloniale » (ibidem, p. 165-171).

14Inquiet de l’action coloniale à cause des conflits qu’elle suscite, Vidal sait que sa position est privilégiée. Comme géographe, il est capable de suggérer une solution à une des questions les plus délicates de l’entreprise coloniale : la délimitation des frontières, point de dispute entre les Empires et entre les Empires et les populations natives. C’est le cas de la zone entre l’Algérie et le Maroc, sujet de sa réflexion en 1897 et en 1911. À ces deux moments, il n’hésite pas à faire l’éloge du travail des militaires français et à critiquer la politique coloniale pour son inefficacité. Il revient sur leur dimension historique en invoquant certains traités et souligne l’importance de la prise en main et du contrôle des territoires africains. Il nous dit :

« Les prédécesseurs turcs de notre domination algérienne avaient évité de s’ingérer dans les affaires du Sud. Une pareille abstention nous était interdite ; et en effet, l’apparition dès 1845 de nos colonnes dans le Sud-Oranais suivit de près le traité de Lalla-Marnia. Ce fut le point de départ d’une série de complications dont nous sommes encore loin de voir le terme. La fondation du poste de Géryville, en 1852, marqua notre ferme intention de soutenir ces premiers pas. Quelles qu’aient été depuis cette époque les hésitations de notre politique, tout indique que, dans l’engrenage qui nous entraîne, nous ne saurions nous dérober longtemps à la nécessité de faire acte d’autorité dans le Touat » (Vidal de la Blache, 1897, p. 359-360).

15La domination, le commerce, la politique et l’autorité se mélangent en faisant de l’impérialisme une entreprise vraiment problématique. La proximité de l’Afrique du Nord et de l’Europe et leur histoire de zone de passage ont pour résultat d’y accentuer la concurrence. Là, les frontières sont extrêmement mobiles. Les préserver constitue une opération assez complexe. Vidal a pleine conscience de tout cela : en constatant la « mauvaise délimitation » (ibidem, p. 362) des frontières après les traités de 1845 avec le Maroc, il annonce l’aggravation de la politique française dans la vallée de la Moulouïa, et distingue ses conséquences économiques :

« Mais, ce qui est plus grave, c’est qu’il s’organise sur les flancs de notre colonie un mouvement commercial qui, partant de Melilla, que les Espagnols ont érigé en port franc, fait pénétrer les armes et les produits européens tout le long de nos frontières jusque dans le Sud. L’élévation maladroite de nos tarifs douaniers s’ajoute aux causes qui favorisent ce trafic rival (...). Il semble donc bien que la frontière oranaise soit un point malade dans notre colonie africaine » (ibidem, p. 362).

16Ce qu’on doit signaler, c’est que, dans ce cas, l’argument selon lequel il y a des frontières naturelles qu’il faut respecter dans la délimitation de régions et de territoires ne fait aucun sens. On peut donc voir exactement comment le discours géographique change non seulement en fonction des motivations qui sont opposées, mais surtout en fonction du lieu qui est l’objet de la discussion. L’affirmation selon laquelle la géographie marche vers la convergence, en faisant émerger les vertus de la rencontre et des échanges chez les habitants de lieux variés, sert juste quand l’impératif est de construire un discours dont la rhétorique est de forger un sentiment d’unité nationale. En France et pour les Français, la géographie est un moyen de rassemblement, une source qui pousse à la communication entre le Midi et le Nord, entre la Bretagne et l’Est ; un espace lisse et pacifique permettant la libre circulation des citoyens. Dans le même temps, en Afrique et en Asie, chez les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Belges, la géographie est le théâtre de la discorde, un thème qui tend à disperser les peuples, les milieux et les cultures selon les valeurs économiques, politiques et sociales des lieux colonisés et du commerce colonial. Dans ces continents, les « régions naturelles » ne possèdent pas l’harmonie qu’elles ont chez les peuples d’agriculteurs et de pasteurs ; elles sont repérées par les géologues, que l’armée protège, et qu’ils cartographient selon leurs ressources. Elles sont, bien sûr, analysées par les géographes :

« C’est une idée de géographe que d’étudier dans une zone territoriale, d’après le sol et les habitants, ce phénomène de contact entre contrées inégalement civilisées, qui, partout où il se produit, semble provoquer tôt ou tard un mouvement d’expansion ou de recul. Nous rencontrons ces conditions au Maroc. Elles ressemblent à celles qui se sont présentées à la Russie en Asie, à l’Angleterre dans l’Inde » (Vidal de la Blache, 1911c, p. 448).

  • 3 Il faut observer ici l’affinité entre le dialogue que Vidal mène avec Gautier et la pensée de Lyaut (...)

17Évoquer une disparité de civilisation, c’est en réalité faire appel à une ressource de langage pour dissimuler le fait que l’on se heurte là à un obstacle à l’organisation coloniale conformément à la territorialité eurocentrique moderne. Pour Vidal, dans une région où historiquement les querelles sont constantes, l’organisation sociale africaine ne correspond pas aux frontières établies de façon diplomatique : la tribu Doui-Menia possède ses cultures dans le bas-Guir mais ses palmiers sont localisés au Tafilelt. Ainsi, il reste surpris de l’instabilité des groupes sociaux et de leur extrême fragmentation territoriale. « Cet état de querelle semble pour ces sociétés l’air respirable » (ibidem, p. 451). Même s’il admet que ce qui apparaît comme l’anarchie selon les modèles européens de l’État est parfaitement conciliable avec des sociétés élémentaires réglées par des relations strictement locales, il préconise que « le seul moyen d’introduire la sécurité dans ce monde inorganique consiste à constituer des groupements ; tâche à laquelle le maghzen s’est toujours montré rebelle ou malhabile » (ibidem, p. 451). Sur ce cas en particulier, il vante nouvellement la participation du lieutenant Lyautey, l’homme qui va, pour ainsi dire, mettre en œuvre la géographie. Porte-parole et modèle du soldat colonial, ses écrits insistent sur le rôle du progrès et de la paix promues par l’Empire3 (Girardet, 2007, p. 125-126).

18Quoique Vidal n’ait pas été un explorateur, il ne fait aucun doute que les documents et les actions militaires ont attiré l’auteur du Tableau. Les mémoires du colonel Clément, chef de la mission au Pérou avec le lieutenant-colonel Bailly-Maitre en 1902, en sont une preuve importante. Dans l’effort vidalien pour bâtir la géographie comme science, il y a une contribution significative des militaires : elle ne pouvait pas être ignorée. Ces mémoires ne sont pas « un simple voyage d’études militaires techniques » (Vidal de la Blache, 1906, p. 79), mais une effective « reconnaissance géographique » (ibidem, p. 79) à travers la description du site et de la topographie du terrain, la production et la rectification de cartes, et le rassemblement empirique de données. Ce n’est pas par hasard qu’il stimule l’organisation du Service géographique de l’armée péruvienne, un « instrument nécessaire pour l’étude de cette région intéressante et mal connue » (ibidem, p. 79). Au-delà d’une dichotomie fragile et sans raison, cabinet et terrain se trouvent côte à côte : pendant que la science gagne grâce aux renseignements recueillis, les militaires voient leurs efforts soutenus dans le milieu académique par une revue prestigieuse— ce qui justifie donc de nouvelles interventions.

19Vidal ne se borne pas cependant à être d’accord avec la participation des militaires ; il souligne la pluralité de leurs missions, qui vont du territoire aux domaines économique, politique et social. Encore que le Pérou ne soit pas une colonie, la France y exerce un rôle impérial avec pour objectif d’élargir sa zone d’influence et d’« aider » le pays à choisir la meilleure voie pour son développement ; en un mot, en vue d’obtenir des avantages grâce à ce rapprochement. Vidal ratifie tout cela : « La question des communications, vitale pour le Pérou, se lie étroitement aux questions militaires qui étaient l’objet du voyage » (ibidem, p. 79). Voici un des graves problèmes auxquels se heurte le Pérou : à cause des accidents de relief, son centre politique et économique est détaché de la principale voie fluviale, celle du versant amazonien et du port d’Iquitos. Le résultat direct, ce sont les coûts élevés que supportent les exportations. La situation s’aggrave quand, après la publication des mémoires de voyages, un syndicat minier nord-américain élargit le chemin de fer d’Oroya jusqu’à Cerro de Pasco. Le conseil français est clair : il faut être vigilant à l’égard de la formation d’un monopole. En soulignant le haut coût du transport de Lima jusqu’à Iquitos, Vidal ajoute :

« Ces conditions, déplorables au point de vue économique, peuvent, dans certaines éventualités, devenir dangereuses au point de vue militaire. Une des préoccupations de la mission fut donc de chercher le meilleur tracé pour ‘la grande voie centrale’ de la côte du Pacifique à l’Amazone ; voie sans laquelle le Pérou ne saurait asseoir son individualité politique (...) » (ibidem, p. 79).

20Après avoir souligné le rôle du milieu dans les difficultés d’établissement d’un groupe de colons allemands dans la région de Montana, Vidal revient à sa question centrale avec une interrogation : « À défaut d’établissements européens, une route vraiment commerciale et stratégique est-elle possible ? » (ibidem, p. 81). Il fait référence à la région de Montana où se trouvent « les origines du plus vaste réseau de navigation fluviale qui existe au monde » (ibidem, p. 81). Beaucoup de choses restent ainsi à faire parce que ni la Société géographique de Lima ni la mission française ne disposaient de renseignements suffisants pour la définition du meilleur tracé de la route. Vidal finit par un conseil :

« Si ce programme de travaux publics, avec les études préalables qu’il suppose, était entrepris, on voit combien la géographie aurait à gagner. Nos compatriotes se sont déjà employés, dans la mesure de leurs moyens, à rendre ce programme réalisable. Souhaitons que leur initiative, récompensée par un bail nouveau, continue à s’exercer en intime et cordial accord avec les intérêts du pays dont ils sont les hôtes » (ibidem, p. 82).

21Ainsi, les bénéfices scientifiques, les gains financiers et l’influence politique française seraient assurés.

22Mais la démarche géographique vidalienne est assez diverse. Si son goût pour les genres de vie dans les régions tropicales est réel (Vidal de la Blache, 1911), l’importance géopolitique de ces régions n’est pas perdue de vue. Quel serait l’avantage de la présence française au Pérou ? Une contre-offensive face aux Anglais et Nord-Américains en Amérique du Sud ? C’est possible. La proximité avec la Guyane ? Certainement. Sur ce point, Vidal proteste contre la décision diplomatique prise par le Conseil Fédéral Suisse et relative aux demandes françaises dans le « contesté franco-brésilien ». Cet arrêt conduit, en 1900, à la perte d’une fraction du territoire de la Guyane en faveur du Brésil. Bien que la décision ait été positive en ce sens qu’elle préservait de bonnes relations avec ce pays et qu’en fait, le thème affecte Vidal plus qu’il n’affecte la France, la défaite ne doit pas être relativisée :

« On n’a pas manqué d’alléguer, avant comme après la sentence, que l’axe de notre puissance coloniale étant aujourd’hui transporté en Afrique et dans le Sud-Est de l’Asie, la question ne pouvait avoir pour nous la même importance que pour le Brésil. Cependant, sans rien vouloir exagérer, il ne serait pas exact de dire que la sentence qui nous écarte désormais du territoire dit contesté, soit pour nous de conséquence négligeable » (Vidal de la Blache, 1901, p. 68).

23Vidal pense aussi au succès des expéditions françaises dans la région et il attend que la compréhension brésilienne se manifeste en permettant leur poursuite. Le litige avait conduit à la production de cartes par les deux pays : quelques-unes étaient inédites et présentaient un intérêt scientifique évident. Même si la question politique est close, elle reste ouverte pour la science, qui va éclairer la dispute (voir Mercier, 2009). Vidal n’est pas sûr que la région manifeste plus d’identité avec le Brésil qu’avec l’Europe :

« On peut dire, sans manquer au respect de la chose jugée, qu’elle ne s’applique qu’à l’interprétation d’un article ambigu, glissé dans un instrument diplomatique. Mais quant à la question scientifique, elle reste entière. Y a-t-il identité entre la rivière que nous appelons aujourd’hui Araguary et celle que les Espagnols du XVIe siècle, maîtres et découvreurs du pays, appelaient rivière de Vincent-Pinçon ? C’est de l’analyse seule des documents que relève ce problème. S’il a cessé d’être d’actualité politique, il continue à valoir la peine d’être discuté comme point d’histoire. Nous ne sommes pas si bien renseignés sur les anciens rapports de l’Europe avec cette partie du continent américain, que ce chapitre de l’histoire des découvertes puisse être regardé comme un objet peu digne d’attention. Peut-être, après tout, n’est-il pas fâcheux pour la science que la question soit déblayée des intérêts politiques qui avaient contribué à l’obscurcir. Elle rentre désormais sur son vrai terrain. Les ouvrages de polémique, les plaidoyers passionnés seront relégués dans l’arsenal des vieilles armes ; la discussion, face à face avec les documents seuls, gagnera en clarté » (ibidem, p. 69-70).

24Nous avons deux questions ici : d’abord, un rappel de la légitimation de la séparation entre la science et la politique telle qu’elle a été ou sera formulée par Comte et Weber. Une fois la défaite intervenue dans la sphère humaine, on ne peut trouver de compensation supérieure et neutre que dans le domaine de l’intellect. Ensuite, ce qui frappe, c’est le discours historique où les Français ne sont plus français mais européens, comme les Espagnols qui ont découvert et conquis la région. La différence devient identité et, si le passé n’est pas capable de corriger le présent, il peut au moins servir à remédier aux distorsions du présent.

25Un tel discours n’est cependant qu’un mirage. Vidal continue à cartographier les zones d’influence européenne en Amérique du Nord à travers le compte-rendu de La mise en valeur de la Colombie britannique (1907), thèse de doctorat d’Albert Métin (Vidal de la Blache, 1908a). Vidal souligne au début le ton géographique de toute la thèse (l’encadrement du milieu, par exemple), qui dénote une posture eurocentrique ; elle est sensible dans l’affirmation selon laquelle certaines tribus indigènes se seraient adaptées de telle façon aux chemins de fer qu’elles auraient été élevées à un degré de civilisation (Vidal de la Blache, 1908a, p. 365). Il parle ensuite des aspects économiques de la domination anglaise au Canada, comme l’extraction de matières premières (plomb et cuivre), de métaux précieux (or) et souligne la faiblesse de l’agriculture. Dans sa position de « colonie de la colonie », la région est restée pratiquement à l’écart, sauf pour les chasseurs professionnels (qui ont tué à peu près complètement les loutres de mer et les phoques), en dehors de quelques disputes de frontières ou de quelques alertes de prospection de l’or. La situation commence néanmoins à changer grâce à l’achèvement du Canadian Pacific, qui intègre la Colombie britannique au marché mondial. Mais ici l’arrivée du progrès est condamnée par Vidal : il critique les capitalistes, les spéculateurs et les ingénieurs disposés à tirer le lucre maximum de cette terre de la manière la plus efficace possible. Il s’agit du « phénomène américain par excellence » : le slogan make money (qui atteint aussi le Mexique, comme il le mentionne) « reste le but suprême et la préoccupation dominante de ces sociétés utilitaristes. La Colombie britannique profite de la domination anglaise et vit de l’américanisme » (ibidem, p. 366). Une telle déclaration ne doit pas surprendre : elle est absolument normale. Si d’un coté, Vidal ferme les yeux face aux atrocités de la colonisation française en vantant les actions de ses compatriotes militaires, il lui paraît d’un autre côté licite de censurer non seulement le vieil ennemi anglais, mais aussi la jeune nation nord-américaine.

Pour conclure : un regard possible sur Vidal de la Blache

  • 4 Même si Vidal dit qu’une ville ou un État "ressemblent à des êtres vivants" et non, comme Ratzel, q (...)

26Dans le cas de Vidal, le souci patriotique, le développement des aptitudes régionales de la France et la promotion de l’empire se mélangent. Ainsi, Vidal n’est pas aussi éloigné de Ratzel sur la question géopolitique que le voudrait Lucien Febvre (Febvre, 1922 ; Mercier, 1995). Même si le langage, la démarche, la vision de la guerre et de l’expansion territoriale ne sont pas les mêmes, tous les deux sont convaincus que territoire et pouvoir sont synonymes. C’est pour cela que dans un article sur Ratzel, Vidal admettait que la géographie politique pouvait être incorporée à l’ensemble de la géographie humaine (Vidal de la Blache, 1898). Pour lui, la géographie humaine serait l’étude des stratégies multiples mises en œuvre par les groupes sociaux en vue de leur plein développement. « Multiples stratégies », cela veut dire imaginer les divers modes d’adaptation aux milieux distribués à la surface terrestre, mais aussi prendre en compte l’enjeu économique et politique en vue d’accéder aux meilleures ressources et de s’assurer les meilleures positions. « Groupes sociaux », cela veut dire les chasseurs, les bergers et les nomades, mais aussi les États nationaux qui partagent les territoires comme s’il s’agissait d’un énorme jeu d’échecs. Une telle dispute signifie un tournant dans le rapport entre l’homme et le milieu pour deux raisons : (i) sous l’État, la structure politique des hommes subit une évolution et apporte un changement singulier à ce que Ratzel et Vidal appelaient des « organismes vivants » et qu’il faut étudier de façon attentive4 ; (ii) si jadis les distances et les accidents naturels étaient des obstacles, le progrès technique apporte la capacité de les dépasser. L’espace devient en effet un atout, quelque chose dans lequel il faut investir.

Haut de page

Bibliographie

BERDOULAY, Vincent, 1995 [1981], La formation de l’école française de géographie, Paris, Éditions du CTHS, 253 p.

BUTTIMER, Anne, 1980, Sociedad y medio en la tradición geográfica francesa, Barcelona, Oikos-Tau, 229 p.

CLAVAL, Paul, 2007, Géographies et géographes, Paris, L’Harmattan, 384 p.

FEBVRE, Lucien, 1922, La terre et l’évolution humaine, Paris, La Renaissance du Livre, 471 p.

GIRARDET, Raoul, 2007 [1972], L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette, 506 p.

LACOSTE, Yves, Préface, dans Paul Vidal de la Blache, (1994 [1917]), La France de l’Est (Lorraine-Alsace), Paris, La Découverte, p. V-XXXVIII.

LACOSTE, Yves, 1976, La Géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspéro, 187 p.

MERCIER, Guy, 2009, « La géographie de Paul Vidal de la Blache face au litige guyanais : la science à l’épreuve de la justice », Annales de Géographie, n° 667, 294-317 p.

MERCIER, Guy, 1995, « La région et l’État selon Friedrich Ratzel et Paul Vidal de la Blache », Annales de Géographie, n° 583, p. 211-235.

PARIS, Erato, 1999, La genèse intellectuelle de l’œuvre de Fernand Braudel, Athènes, Institut de Recherches Néohelléniques/FNRS, 352 p.

RHEIN, Catherine, 1982, « La Géographie, discipline scolaire et/ou science sociale ? (1860-1920) », Revue française de Sociologie, Paris, XXIII, n° 23-2, p. 223-251.

SAID, Edward, 1995 [1993], « Camus e a experiência colonial francesa », dans Edward Said, Cultura e Imperialismo, São Paulo, Cia. das Letras, p. 220-239.

SANGUIN, André-Louis, 1988, Vidal de la Blache et la géographie politique, Bulletin de l’association des géographes français, Paris, n° 4, p. 321-331

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1994 [1917], La France de l’est (Lorraine-Alsace), Paris, La Découverte, 285 p.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1911, « Les genres de vie dans la géographie humaine. Premier article », Annales de Géographie, année XX, n° 111, p. 193-212.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1911a, « Les genres de vie dans la géographie humaine. Deuxième article », Annales de Géographie, année XX, n° 112, p. 289-304

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1911b, « La conquête du Sahara d’après E. F. Gautier » Annales de Géographie, année XX, n° 109, p. 73-77

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1911c, « Les confins algéro-marocains, d’après le livre de Augustin Bernard », Annales de Géographie, année XX, n° 114, p. 448-452.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1908, « L’Afrique Centrale Française, par A. Chevalier », Annales de Géographie, année XVII, n° 92, p. 165-171.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul 1908a, « La Colombie Britannique, par A. Métin », Annales de Géographie, année XVII, n° 94, p. 364-366.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1906, « La mission militaire française au Pérou », Annales de Géographie, année XV, n° 79, p. 78-82.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1902, « Les conditions géographiques des faits sociaux », Annales de Géographie, année XI, n° 55, p. 13-23.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1901, « Le contesté franco-brésilien », Annales de Géographie, année X, n° 49, p. 68-70.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1898, « La géographie politique. À propos des écrits de M. Frédéric Ratzel », Annales de Géographie, année VII, n° 32, p. 97-111.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1897, « La zone frontière de l’Algérie et du Maroc, d’après de nouveaux documents », Annales de Géographie, année VI, n° 28, p. 357-365.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1889, États et nations de l’Europe autour de la France, Paris, Delagrave, 568 p.

VIDAL DE LA BLACHE, Paul, 1873, La Péninsule européenne. L’Océan et la Méditerranée, Paris et Nancy, Berger-Levrault, 28 p.

Haut de page

Notes

1 En tout cas, Vidal n’insiste pas sur la supériorité des techniques occidentales, mais sur l’approfondissement des études de genres de vie dans plusieurs espaces différents.

2 Cependant, on peut voir la pensée géopolitique de Vidal exprimée avant le lancement des Annales de Géographie. Par exemple : La Péninsule européenne. L’Océan et la Méditerranée (1873) et États et nations de l’Europe autour de la France (1889). Sanguin est éloquent : le livre de 1889 c’est "son premier véritable manuel de géographie politique" (Sanguin, 1988, p. 324).

3 Il faut observer ici l’affinité entre le dialogue que Vidal mène avec Gautier et la pensée de Lyautey — un militaire encore au début de sa carrière et très peu connu.

4 Même si Vidal dit qu’une ville ou un État "ressemblent à des êtres vivants" et non, comme Ratzel, qu’ils sont êtres vivants : "Il est un mot dont il ne conviendrait pas d'abuser, mais que M. Ratzel emploie avec raison en parlant des États, c’est celui d’organisme vivant. Cette expression ne fait que désigner par une formule frappante la loi de développement qui domine les relations de l’homme et du sol. Une ville, un État, au vrai sens du mot, sont des expressions très avancées de ce développement ; mais à leur origine il existe un noyau qui leur a donné naissance, un point solide autour duquel, par une sorte de cristallisation, se sont groupées les parties annexes. Ils ressemblent en ce sens à des êtres vivants" (Vidal de la Blache, 1898, p. 108).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilherme Ribeiro, « La géographie vidalienne et la géopolitique », Géographie et cultures, 75 | 2010, 247-262.

Référence électronique

Guilherme Ribeiro, « La géographie vidalienne et la géopolitique », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/1690 ; DOI : 10.4000/gc.1690

Haut de page

Auteur

Guilherme Ribeiro

Université Fédérale Fluminense – Campos dos Goytacazes, Brésil
geofilos@ig.com.br

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org