Navigation – Plan du site
Lectures

Guillemette Pincent, Le devenir des quartiers précoloniaux Eski Chahar de Tachkent et Boukhara

Sylvie Guichard-Anguis
p. 274-275
Référence(s) :

Guillemette Pincent, 2009, Asie Centrale : la réhabilitation des quartiers précoloniaux, Paris, l’Harmattan (coll. Villes et Entreprises), 277 p. 

Texte intégral

1Voici un ouvrage passionnant malgré quelques redites sur un domaine peu étudié et pourtant d’importance majeure. Saluons d’abord la prouesse de l’auteur de s’attaquer à un domaine culturel qui requiert des compétences linguistiques assez exceptionnelles, comme le soulignent les différentes langues (anglais, russe, ouzbèk, turcn, etc.) utilisées lors des nombreuses interviews auxquelles il est fait référence dans l’ouvrage. Un tel travail demande aussi beaucoup de persévérance car la documentation non seulement fait terriblement défaut mais aussi n’est pas toujours accessible quand elle existe. Guillemette Pincent a dû sans cesse affronter toutes sortes de difficultés parmi lesquelles celles d’origine matérielle, ou politique ne sont pas des moindres. 

2Cet ouvrage étudie le devenir des vieilles villes de Tachkent et Boukhara en Ouzbékistan, Eski Chahar en ouzbek, en d’autres termes des quartiers précoloniaux. L’auteur a sélectionné ces deux centres car ils présentent des cas comparables à l’échelle d’un même pays, de juxtaposition de quartiers précoloniaux, russes, soviétiques et postsoviétiques. Ce sujet apparaît d’autant plus fascinant que l’histoire récente de ces agglomérations se révèle riche en changements très brutaux. Il faut en effet faire appel à la période des khanats (en ancien turc, région contrôlée par des chefs de confédérations tribales), celle de l’empire russe, puis à celle de l’Union soviétique avant d’aborder celle de l’indépendance pour comprendre l’évolution de ces centres. L’un des principaux intérêts de l’ouvrage réside dans les relations tissées entre ces diverses cultures dont l’histoire reste encore très proche, et celles avec une nouvelle identité en cours d’élaboration. Les anciennes cités sur la route de la soie se sont transformées désormais en quartiers centraux en cours de protection. La question centrale de l’ouvrage porte sur la très difficile conciliation de la réhabilitation de ces quartiers fragiles en voie de dégradation rapide avec la modernité, dans un contexte de pouvoirs successifs centraux forts. 

3L’auteur choisit une approche diachronique pour sa démonstration. Divisé en quatre chapitres, l’ouvrage aborde tout d’abord l’état de ces centres avant 1865, date de la conquête russe. Ces cités forment des centres urbains fermés autour d’une citadelle (ark), siège du pouvoir, et des quartiers résidentiels existant avant l’arrivée des arabes au VIIIe siècle (chahristan) où s’entremêlent les diverses fonctions religieuses et commerciales. À ce premier tissu urbain qui recèle l’essentiel des biens culturels sur lesquels porte la protection contemporaine vont s’ajouter successivement les villes ouvertes russe, puis soviétique et enfin ouzbek. Face à ces différents pouvoirs centraux qui façonnent ces villes, l’auteur s’intéresse ensuite aux jeux des acteurs privés et à ceux des organisations internationales pour en dresser un tableau qui ne tend guère à l’optimisme. La réhabilitation reste trop partielle pour enrayer la lente disparition de ces centres, accélérée par de nombreux et graves dysfonctionnements urbains. Faute de moyens, la ville d’avant 1865 est réinventée afin de nourrir un mythe postsoviétique, associé à une nouvelle identité nationale en cours d’élaboration. 

4Cet ouvrage traite de nombreuses questions qui peuvent trouver de larges échos dans d’autres pays asiatiques. La réhabilitation au service d’une nouvelle identité nationale, les différents enjeux associés à la production d’une mémoire qui fluctue suivant les régimes politiques, la très difficile conciliation de la réhabilitation avec un habitat sans cesse reconstruit, sans compter l’introduction du modernisme de la ville contemporaine dans des quartiers très fragiles etc. ne relèvent pas de domaines exclusifs. La lecture de cet ouvrage livre de nombreuses pistes à la réflexion, non seulement sur l’Asie centrale même mais aussi ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Guichard-Anguis, « Guillemette Pincent, Le devenir des quartiers précoloniaux Eski Chahar de Tachkent et Boukhara », Géographie et cultures, 75 | 2010, 274-275.

Référence électronique

Sylvie Guichard-Anguis, « Guillemette Pincent, Le devenir des quartiers précoloniaux Eski Chahar de Tachkent et Boukhara », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1712

Haut de page

Auteur

Sylvie Guichard-Anguis

Laboratoire Espaces, Nature et Culture – EneC UMR 8185

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org