Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux

Paul Claval
p. 276-277
Référence(s) :

Jean-Baptiste Maudet, 2010, Terres de taureaux : les jeux taurins de l’Europe à l’Amérique, Madrid, Casa de Velázquez, 494 p.

Texte intégral

1Pour beaucoup, la corrida espagnole résume à elle seule les jeux taurins : rituel sacrificiel, elle plongerait ses racines dans un fond méditerranéen très ancien, dont témoignent les fresques de Cnossos. Vision romantique, élitiste, que ne partage pas Jean-Baptiste Maudet. Il étudie les jeux taurins (dont la corrida n’est qu’un exemple) à partir du moment où ceux-ci ont laissé des traces, au XIe ou au XIIe siècle. Il souligne les liens qu’ils ont avec la fête, comme leur dimension sportive. Il les saisit dans leur diversité : corrida à l’espagnole, à la portugaise, mais aussi courses landaises, courses camarguaises, rodéos américains, etc. ; ce sont des spectacles donnés par des professionnels, ou une forme de distraction populaire. Leur extension actuelle est immense : Europe du Sud-Ouest et Amériques. Il y a eu des reculs – des formes populaires étaient présentes autrefois dans une bonne partie de l’Europe.

2La corrida actuelle est menée par des piétons, alors que la corrida aristocratique, qui l’a précédée, était un jeu de cavaliers, comme on le sent encore au Portugal. À l’origine, la corrida à pied était une distraction de basses classes : elle était animée par des bouchers, autour des abattoirs. La mutation intervient dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, à Séville, Madrid ou Pampelune en particulier. Le succès s’affirme au XIXe siècle : les arènes se multiplient ; la corrida devient le symbole de l’âme et de l’identité espagnoles.

3Ceux qui découvrent et occupent le Nouveau Monde y lâchent des chevaux ou des bœufs. Dans les grandes exploitations extensives qui vivent de ces troupeaux, le bétail s’est ensauvagé : il faut le réunir périodiquement pour le marquer et trier les bêtes à vendre. Les vachers venus d’Andalousie ou d’Estramadoure espagnole ou portugaise apprennent à encercler le bétail (encierra, rodeo), à le confiner dans un corral et à l’affronter : des jeux taurins naissent ainsi dans toutes les zones de savanes ou de prairies depuis les États-Unis jusqu’au Chili en passant par le Mexique, les Llanos du Venezuela et de la Colombie ou le Sertão brésilien. Au moment des Indépendances, la corrida à l’espagnole n’est pas encore codifiée : elle ne s’impose que dans les aires les plus densément hispanisées, Cuba, Mexique, Colombie, Venezuela, Équateur, Pérou.

4Les jeux taurins occupent dans le monde actuel une place beaucoup plus grande que la corrida, mais ils sont peu médiatisés, sauf aux États-Unis. Leur organisation se fait généralement dans le cadre de fédérations sportives. De grandes familles d’entrepreneurs de spectacles dominent en revanche la corrida. Elles possèdent des manades, des arènes et savent s’appuyer sur les médias ; ces derniers assurent le succès des courses.

5On annonce le déclin des jeux taurins. Quoiqu’ils soient l’objet d’une vive réprobation de la part de tous ceux qui détestent la violence, les spectacles se multiplient, mais dans les aires où ils sont intégrés à la culture et aident à forger les identités.

6Un travail clair, sans jargon, prodigieusement documenté – mais pourquoi attendre la page 69 pour décrire les jeux taurins ? Leur diversité est telle qu’on se sent jusque-là un peu perdu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Claval, « Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux », Géographie et cultures, 75 | 2010, 276-277.

Référence électronique

Paul Claval, « Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux », Géographie et cultures [En ligne], 75 | 2010, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1714

Haut de page

Auteur

Paul Claval

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org