Navigation – Plan du site

Les Espagnols face à la corruption urbaine

The Spaniards against urban corruption
Nacima Baron-Yelles
p. 43-54

Résumés

La croissance de l’urbanisation en Espagne a été l’une des plus intensives d’Europe dans les années 1990 et ce jusqu’à 2008. Comme le dénoncent régulièrement les associations et les rapports du Parlement européen, les mécanismes de production foncière et les procédures de planification ont été (et restent largement) marqués par de nombreux dysfonctionnements juridiques, politiques et économiques. Les scandales liés à la mise à jour de réseaux de corruption alimentent l’idée d’une véritable pathologie urbaine. Cet article présente la lecture que font les Espagnols de cette crise complexe en traçant un parallèle entre les représentations et les discours, d’une part, et les pratiques de certains acteurs urbains, d’autre part. Cette approche conjointe souligne dans quelle mesure la crise urbaine espagnole se nourrit de la dégradation de l’éthique de l’action publique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aborder la crise urbaine espagnole dans un numéro consacré à l’éthique en géographie est un pari osé, car l’urbanisation de ce pays est le plus souvent observée avec un présupposé négatif. Les images communément partagées de l’urbanisme espagnol renvoient au « mur de béton » du littoral. Elles évoquent donc diverses caractéristiques négatives : la laideur de constructions en série, l’excès de densité et de hauteur des ensembles bâtis, l’insertion paysagère très déficiente, les malversations des responsables… Les faits et les statistiques renforcent ces impressions. Le pays a vu la mise en chantier de plus de 800 000 logements en 2006, soit autant que le parc construit la même année dans trois grands pays d’Europe, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Bien des scandales ont émaillé l’actualité et révélé l’ampleur de la corruption des édiles. L’explosion de la bulle immobilière survenue fin 2008 était donc inévitable, et la profonde récession que traverse le pays, avec plus de 20 % de la population au chômage, apparaît comme une sanction logique, sinon méritée. Aujourd’hui, le secteur de la construction est au point mort mais, au fond, la morale paraît sauve.

2Justement, la morale est bien autre chose que l’éthique.

« Là où la morale se composait d’un ensemble de normes transcendantes, l’éthique procède par des valeurs, non immanentes puisque explicitées et débattues, mais pragmatiques » (Lévy J., 2009).

3L’éthique urbaine doit donc être recherchée, si elle existe, dans deux domaines liés. D’une part, elle trouve place dans les efforts que déploient les Espagnols pour s’accorder sur les valeurs qui sous-tendent une bonne ou une mauvaise pratique de l’urbanisme. D’autre part, elle réside, au moins en arrière-plan, dans le champ des pratiques concrètes et quotidiennes de ces acteurs de la ville que sont le législateur, le gestionnaire, le citoyen. On doit donc interroger le lien concret établi entre les discours et les actes, et mettre d’emblée de côté d’autres approches fort intéressantes mais inutiles pour le présent exercice. En particulier, on devra s’abstenir, dans cet article, d’une analyse statistique mesurant l’impact de l’urbanisation. Certes, les mesures de la progression du véritable front pionnier urbain sont nombreuses et très accessibles, comme si les institutions espagnoles, faute de pouvoir réguler et réformer la croissance urbaine, n’avaient d’autre choix que l’évaluer toujours plus précisément. Mais ces observatoires (comme par exemple le portail du « système d’information urbaine » mis en ligne sur le site du ministère du Logement espagnol, www.siu.es, ou l’observatoire de la durabilité, www.sostenibilidad-es.org) mesurent en fait la vitesse du processus d’artificialisation du sol. Comparer des images satellites prises à différentes dates ou bien en compiler de très grosses bases de données apporte des quantités de données brutes, mais ne nous renseigne en rien sur la manière dont ce processus est perçu et sur les intentions d’y remédier. Nous laissons donc là cette première approche, renvoyant le lecteur à une littérature conséquente pour laquelle des pistes sont fournies en bibliographie. Pour tenter de questionner le lien entre corruption urbaine et éthique, nous préférons utiliser des résultats d’enquête et les outils de l’analyse des discours dans un premier temps, puis évoquer le positionnement de responsables politiques et de quelques catégories de citoyens dans un second temps.

De la crise urbaine espagnole à sa dénonciation

Perception de la crise urbaine en Espagne

4Quelques informations intéressantes sont fournies par une enquête commandée à l’agence TNS par les services du Parlement européen, dans le cadre d’une publication spéciale de l’Eurobaromètre diligentée entre septembre et octobre 2009 et dont les résultats ont été publiés en novembre 2009. Il s’agit de « L’attitude des Européens à propos de la corruption » (Eurobaromètre spécial 325, réalisé par la Direction générale de la communication de la Commission européenne, unité Recherche et Analyse politique). On y lit que la perception de l’intensité de la corruption dans les États membres, comme l’explication de ses origines et les moyens de la combattre, s’inscrivent dans des contextes nationaux extrêmement variables.

5Dans cette enquête, le cas de l’Espagne (1004 individus interviewés en face à face sur 26 663 citoyens européens) ressort de manière très aiguë. Visiblement, le degré de confiance des citoyens espagnols dans leurs institutions se détériore de manière inquiétante pour la santé de la démocratie. Une très grande majorité de sondés (88 %) pensent que la corruption est un problème fondamental dans le pays (contre 78 % pour la moyenne européenne) ; 91, 89 et 88 % d’entre eux pensent que la corruption est largement développée dans les institutions nationales, régionales et locales (soit 18, 19 et 7 points de plus que la moyenne européenne). La comparaison avec le même questionnaire dispensé courant 2007 montre que cette défiance à l’égard des responsables politiques s’accentue fortement. Interrogés sur la culpabilité respective des techniciens, du personnel judiciaire, des policiers ou des hommes politiques dans les pratiques de malversation, d’abus de pouvoir et dans les stratégies d’enrichissement personnel incriminées, les Espagnols désignent de plus en plus massivement les élus. Les scores de défiance à l’égard de représentants de l’exécutif régional et local font un bond de 33 et de 28 points.

6La perception de la corruption politique est donc en forte croissance en Espagne. La dégradation de la confiance que les citoyens placent en leurs représentants est clairement liée à la lecture qu’ils ont de l’expansion urbaine excessive et de ses méfaits. Des preuves leur en sont d’ailleurs fournies très régulièrement par l’actualité. Depuis 2006, année où une trame mafieuse a été démantelée à Marbella, de nombreux scandales judiciaires ont éclaté dans les municipalités de tout le pays, mettant au jour des pratiques illégales et délictueuses : paiement de commissions occultes, prévarication, détournement de fonds et entorses aux plans d’aménagement. Une centaine d’élus municipaux ont déjà été inculpés (Marcos et al., 2009 ; Lizcano et al., 2009).

Un corpus pour évaluer et comprendre la perception de la crise urbaine

7L’ampleur de la corruption urbaine devient bien un des problèmes politiques majeurs du pays, problème placé par les citoyens au même niveau de gravité que le chômage et qu’ETA dans les baromètres d’opinion nationaux. Pour essayer de cerner les notions sur lesquelles se fonde cette dénonciation, il faut s’attacher à la terminologie. En Espagne, le terme qui caractérise la construction au sens large est ladrillo, signifiant au premier abord une brique, mais employé au sens métaphorique : Ladrillo s’emploie comme adjectif, ladrillado, ou comme verbe, enladrillar, de la même manière que le terme béton a donné en français les néologismes « bétonné », « bétonner », « bétonnisation ». L’utilisation de ladrillo pour renvoyer à la crise de l’urbanisme sauvage est omniprésente dans l’opinion publique et dans les médias audiovisuels, radiophoniques et dans la presse écrite.

8Nous avons recherché dans l’ensemble de la presse écrite espagnole les textes qui renseignent sur la corruption urbanistique de 2000 à 2008 (car, dès la fin 2008 et depuis, c’est la crise économique au sens le plus global qui est au centre de l’attention et qui a mis au second plan la question proprement urbaine). Les moteurs de recherche d’une demi-douzaine de périodiques ont été activés à partir des mots « ladrillo » et des deux expressions « urbanismo salvaje » et « corrupcion urbana ». Les corpus obtenus sont caractérisés par des tailles et des contenus très différents selon les sources. Avant toute analyse, il faut garder à l’esprit les orientations politiques de ces titres : El País, propriété du groupe Prisa également propriétaire d’une partie des actifs du journal français Le Monde, est assez proche du gouvernement socialiste ; Público est nettement orienté à gauche, et paraît à Barcelone, comme La Vanguardia ; El Mundo et ABC sont davantage conservateurs, sachant qu’ABC propose une édition spéciale pour Séville. El Correo et La Razón n’ont pas été étudiés car leur tirage est moindre.

9Sur le plan quantitatif, le quotidien El País vient très largement en tête, avec 310 articles, suivi d’El Mundo (240), El Periodico de Catalunya (213), ABC (198), La Vanguardia (167) et Público (34, mais le titre a été créé en 2007). (Les périodiques de la presse économique ont été écartés, le résultat obtenu n’étant pas significatif). Sur le plan qualitatif, les divergences entre les divers titres de la presse sont encore plus importantes : El País présente la plus grande diversité de types de textes (65 dépêches, 17 reportages, 43 éditoriaux et 88 tribunes, sans compter les courriers de lecteurs, les billets d’humeur, les bilans statistiques, les dessins de presse, etc.). Les autres titres offrent une grande majorité de dépêches et de textes courts à dimension purement informative (tel maire a fait l’objet d’une procédure d’instruction, telle association a déposé un recours), mais publient moins de textes de réflexion et d’interprétation de la crise urbaine. El Mundo ne fournit qu’une quinzaine d’éditoriaux en lien avec la problématique urbaine, Público se fait plutôt le porte-parole des associations et des ONG, tandis qu’El Periódico et ABC se limitent à un traitement plus régional. C’est d’ailleurs logique, surtout pour El Periódico qui est le premier quotidien catalan et se fait davantage l’écho des « affaires » barcelonaises et majorquines.

10Il a donc semblé opportun de tenter une lecture approfondie du corpus d’El País, en s’intéressant à la couverture de la crise urbaine à partir de trois axes. Le premier axe est chronologique ; il étudie le lien entre l’enchaînement des événements et la couverture du sujet par la publication de textes. Le deuxième axe est typologique, il interroge la nature des textes journalistiques présentés. Le troisième axe est thématique et aborde l’angle de lecture des faits liés à la crise urbaine et à la corruption.

L’onde médiatique et le formatage d’un sujet

11La courbe d’occurrence des articles relatifs à la crise urbaine présente une forme en cloche avec un pic très accusé en 2006 et 2007. Le journal suit une stratégie très claire ; il constitue la « crise urbaine » comme sujet phare, démarche tout à fait rationnelle pour un organe de presse, car la « question urbaine » est alors à la mode dans l’opinion publique (figure 1).

Figure 1 : Fréquence d’articles relatifs à la crise urbaine dans El País (1998-2008)

Figure 1 : Fréquence d’articles relatifs à la crise urbaine dans El País (1998-2008)

N. Baron-Yellès

12Le journal s’appuie sur les opérations urbanistiques plus ou moins frauduleuses dont les péripéties judiciaires alimentent un vrai feuilleton pour constituer un espace de débat politique autour de la crise urbaine dans son ensemble. Une rubrique quotidienne intitulée « la crise de l’urbanisme sauvage » est créée entre l’automne 2006 et le printemps 2007, occupant quatre pleines pages. Point fort de cette rubrique, une grande tribune (environ 7000 caractères) présente le point de vue d’un expert (un universitaire, urbaniste, géographe, sociologue, architecte, souvent directeur d’une formation ou d’une institution) (figure 2). Nous avons donc plus de cinquante de ces tribunes d’auteur sur la crise de l’urbanisme sauvage. Que disent-elles ?

13Les tribunes déchiffrent et analysent la crise urbaine espagnole à partir d’un élément de l’actualité (l’incarcération d’un maire, la modification de la loi foncière, le discours de tel ministre) et instruisent la controverse. Les experts ou universitaires font passer des messages dans l’opinion publique en matière de citoyenneté, de forme urbaine, de devenir des quartiers. Leur conception de la « bonne urbanité » se trouve bien sûr à l’opposé de ce que l’actualité donne à voir (figure 3).

Figure 2 : La crise urbaine, une « sphère de sens » et ses éléments clés vus par les médias espagnols

Figure 2 : La crise urbaine, une « sphère de sens » et ses éléments clés vus par les médias espagnols

N. Baron-Yellès

14Malgré le caractère prestigieux des signatures et la grande qualité des textes, le contenu est globalement décevant, car on y trouve exactement ce que les citoyens veulent lire. Ainsi, les universitaires expliquent que la ville est malade, et que l’organisation des pouvoirs démocratiques, notamment à l’échelon municipal, est très vulnérable à la corruption. Les titres des tribunes adoptent un style non scientifique mais strictement journalistique : on lit « ville, état d’alerte », « chaos urbain », « urbanisme = bombe à neutrons », « spirale infernale », « métastase urbaine », « un urbanisme de mauvaise réputation », « le cancer urbain espagnol ».

Figure 3 : Quelques-unes des grandes signatures des tribunes portant sur la crise urbaine dans El País, dans les années 2000

Figure 3 : Quelques-unes des grandes signatures des tribunes portant sur la crise urbaine dans El País, dans les années 2000

N. Baron-Yellès

15Ces textes de presse semblent servir d’exutoire pour un grand malaise social, ils jouent un rôle cathartique. Plus les condamnations judiciaires et les quantités d’argent détournées s’accumulent, plus l’indignation apparaît dans les textes… comme dans le lectorat qui, pour autant qu’on peut en juger par le forum digital et le courrier des lecteurs, est absolument en phase. El País publie des lettres envoyées par des habitants d’Alicante ou d’Almeria qui exorcisent leur angoisse et parlent de « pays non civilisé », de « barbarie urbaine », de « désastre », de la « corruption et de la spéculation comme drame national »…

Angles vifs et angles morts dans les représentations de la crise urbaine

16Il serait injuste de juger de l’engagement de tout un corps d’experts de la ville à partir de la lecture de textes journalistiques. On sait que nombre d’urbanistes, d’architectes, de géographes et de sociologues mènent depuis des décennies des combats de terrain pour dénoncer des opérations d’aménagement dépourvues de justification (on peut citer l’implication de Mercedes Tatjer dans la défense du quartier de Barceloneta ou Ramón López Lucio qui, entouré de neuf collègues, anime un club de débats sur l’urbanisme à Madrid). Cependant, les tribunes que ces chercheurs signent dans le premier quotidien national s’inscrivent dans un autre cadre. Ces tribunes sont destinées à un public beaucoup plus large, aussi leur construction et leur argumentaire obéissent à des règles différentes. Ces textes sont en situation d’interaction avec le grand public et jouent, même s’ils n’y sacrifient pas, avec un vieux discours anti-urbain inscrit, en Espagne comme ailleurs, dans une longue tradition littéraire (Jurdão, 1990). En outre, les angles d’analyse, c’est-à-dire le point à partir duquel l’auteur éclaire son objet (Ruellan, 2006), sont peu variés. Trois points d’entrée dominent : l’angle moral (la forme de ville qui se construit aujourd’hui en Espagne est mauvaise), l’angle esthétique (cette forme de ville est laide) et l’angle normatif (cette forme de ville est produite par un pouvoir qui soit triche avec les règlements, soit produit des règlements d’urbanisme inappropriés).

17D’autres registres sont davantage mis de côté, comme l’angle sociologique (la ville est le reflet d’une société ségrégée et inégale), l’angle culturel (cette forme de ville trouve ses racines dans la manière dont la société espagnole envisage son rapport au territoire et à l’espace) et l’angle technique. Le choix de privilégier les angles moraux et esthétiques et de mettre de côté les angles plus sociaux ou techniques vient peut-être de ce que les seconds sont perçus par la direction du journal comme trop complexes, parce qu’ils demandent un bagage conceptuel qui manque au lectorat. Mais ce faisant, l’expert n’apporte rien que le lecteur ne sache au fond déjà. Ainsi, il n’est pas question d’intenter un procès à des universitaires qui ont choisi, en toute connaissance de cause, en en assumant les ambiguïtés, de passer par le canal des médias pour tenter de réformer un système dont ils connaissent parfaitement les faiblesses. Il s’agit ici, simplement, de montrer les problèmes posés par le passage d’un niveau de discours d’expert à un niveau de discours journalistique qui a sa propre logique, et aussi ses limites, dès lors qu’on le confronte avec le champ des pratiques, des usages et des comportements effectifs.

À la recherche d’une éthique urbaine : les discours confrontés aux stratégies des acteurs de la ville

La dénonciation des maux urbains est-elle contreproductive ?

18La rubrique relative à la crise de l’urbanisme sauvage disparaît dans le premier quotidien national et les autres titres baissent aussi fortement l’intensité de la couverture relative aux pratiques délictueuses dans l’urbanisme espagnol dès le début de l’année 2008. Comment expliquer ce moindre intérêt, alors que la demande sociale autour de la question ne semble pas s’affaiblir ? Il y a d’une part des explications d’ordre externe : le renouvellement des sujets d’actualité déplace la focale vers l’envolée du prix des matières premières et du pétrole, et puis bientôt vers la grave récession économique qui fait exploser le taux de chômage. Il y a aussi un constat gênant tiré aussi bien par les journalistes que par les différents observateurs de la question politique en Espagne : plus on dénonce la crise urbaine et on cible précisément les responsabilités politiques, plus cela semble consolider électoralement les responsables pointés du doigt. L’une des limites de l’opération de dénonciation de la crise urbaine apparaît clairement à l’occasion des élections municipales du printemps 2008, puis aux élections générales qui suivent cette première consultation. En mars, les trois quarts des élus locaux qui ont été inculpés et lourdement condamnés sont confortablement réélus. En mai, le parti populaire, auquel appartiennent un nombre non négligeable de présidents de communautés autonomes et de province clairement impliqués dans les trames incriminées (Francisco Camps à Valence, Carlos Fabra à Castellón, Esperanza Aguirre à Madrid) paraissent au sommet de leur aura.

19Le problème éthique est plus que jamais posé. Malgré tous les efforts des associations, malgré la mobilisation des intellectuels et des médias, les responsables ne réforment pas leur comportement dans un sens plus respectueux des valeurs de l’aménagement du territoire. Comment expliquer qu’un pays dont l’élite intellectuelle dénonce sans cesse les travers, laisse une situation pathologique se perpétuer ? Est-ce que ce déluge d’opprobre sur certaines zones (la Costa del sol par exemple) a fait que les habitants se sont sentis salis, et qu’ils ont voulu défendre leur maire et leur communauté, par réaction ? Ou est-ce que, comme l’explique avec insistance l’architecte Vicente Guallart, les Espagnols manqueraient d’une « culture du territoire » (comme on entend dire quelquefois qu’ils manquent de culture démocratique) ? Les promoteurs écrivent des codes de durabilité urbaine, mais spéculent à tout va. Les citoyens émettent un rejet sans concessions du système politique qui produit leur ville, mais ils votent pour que le système reste le même. Les résidents dénoncent la périurbanisation et le mitage de l’environnement, mais achètent les maisons dans des quartiers périphériques sans âme (figure 4). À quoi tient ce décalage entre les principes affichés et les pratiques ? Les hypothèses des chercheurs suivent deux grandes pistes : la première, de nature politique, interroge le déclin d’influence et la crise profonde de la social-démocratie en Espagne (comme d’ailleurs dans les autres pays méditerranéens) (Alliès, 2007 ; Delwit, 2007). La seconde piste met en parallèle l’évolution des mentalités et de la société espagnole, sous l’effet du processus de modernisation et d’enrichissement des vingt dernières années. En effet, le produit intérieur brut du pays a été multiplié par huit dans les trente dernières années, le bond en matière de niveau de vie et la transformation des modes de vie sont énormes. Le sociologue Enrique Gil Calvo souligne la décomplexion de ses concitoyens à l’égard des questions d’argent et leur mentalité de « nouveau riche », qu’il interprète comme une « américanisation » de la société urbaine, notamment à Madrid (Gil Calvo, tribune du 16 juin 2007). La mutation sociologique, visible dans les mentalités et dans les pratiques, et la profonde crise politique seraient des éléments d’explication du décalage entre les représentations de la ville et la réalité des pratiques urbaines. On propose d’illustrer la validité de ces deux hypothèses successives par des analyses prises dans l’expérience concrète de certains acteurs urbains.

Les pratiques urbaines au prisme des actes de la vie quotidienne

20Du côté des pratiques, bien des contradictions émaillent le rapport des citadins espagnols à la ville moderne. Par leurs mobilités résidentielles, les Espagnols, comme les Européens en général, ont massivement quitté les centres anciens depuis vingt ans et choisi de résider dans des espaces périphériques, sacrifiant au modèle de la villa avec jardin. Ce nouvel urbanisme apparaît finalement comme le résultat d’une série de choix rationnels, si l’on le met en regard avec l’élévation du taux de motorisation des ménages et avec les stimulations économiques et fiscales pour l’acquisition immobilière, puisque le secteur de la construction est le véritable pilier de l’économie espagnole. Ainsi, modèle urbain que chacun conspue n’est ni une exception, ni une perversion, mais une sorte de nouvelle normalité. Ainsi, la ville apparemment décadente est simplement un niveau de la réalité collective. C’est ce que montre le romancier valencien réputé et primé en Espagne, Rafael Chirbès, dont le regard acerbe critique l’urbanisation du littoral du point de vue de la subjectivité d’une série de personnes ordinaires, un architecte, une mère de famille, un professeur de faculté et une prostituée (Chirbès, 2007). Par la littérature, on y comprend combien les pratiques et les logiques d’action individuelle poussent chacun à développer son activité, ce qui paraît naturel, conduisent au tableau d’une urbanisation pathologique et d’une corruption généralisée.

Figure 4. La contradiction entre les discours et les actes de la population à l’égard de l’urbanisme

Figure 4. La contradiction entre les discours et les actes de la population à l’égard de l’urbanisme

« C’est intolérable ! Ils construisent des villas dans un espace naturel protégé !
Je vais en acheter une tout de suite ! »

Caricature signée El Roto, publiée dans El Pais, 12/01/2007, p. 15.

21D’ailleurs, si on dépasse le niveau des subjectivités, on voit qu’au niveau du collectif, les citadins vivent d’autant mieux que le niveau de bien-être social est d’autant plus développé, que la croissance urbaine est forte. En effet, le système juridique et réglementaire espagnol permet qu’une part des plus-values dégagées par la requalification de sols ruraux en terrain à bâtir revienne de droit à la municipalité. Ce cercle vicieux favorise évidemment la concession du plus grand nombre de terrains possibles par les mairies et par les propriétaires privés. Chaque ville a d’autant plus de stades, d’écoles et de bibliothèques qu’elle accorde davantage de droits à construire aux promoteurs, et l’enrichissement personnel des petits et grands spéculateurs cédant leur parcelle s’accompagne d’une sensation de développement collectif. Dans certaines communes littorales, il n’est pas rare qu’on entende, dans les moments de liesse, « Vive le plan d’aménagement urbain » par exemple à l’occasion de mariages. Mais la dynamique générale de développement, l’édification d’équipements publics dont l’architecture montre souvent l’affirmation de la fierté municipale (monuments au style tapageur, architecture de façade) ne créent pas, chez les individus, de culpabilité particulière.

Des individus écartelés entre discours et pratique, intérêt personnel et logiques collectives

22Penser l’éthique dans la ville, c’est donc questionner la fabrique et le fonctionnement non en fonction de valeurs extérieures et immanentes, mais à partir des principes que se donne chaque acteur urbain et en fonction des pratiques qu’il déploie. On peut en donner un second exemple avec le changement d’attitude récent des résidents anglais en Espagne.

23Chacun sait que la communauté anglaise, en majorité retraitée, est en forte croissance dans ce pays. Si le recensement de 2009 compte 420 000 ressortissants britanniques installés comme habitants à titre permanent, leur présence effective dépasse probablement 500 000 personnes, touristes non compris. Les résidents anglais sont les premiers clients des villas avec vue sur mer et ils constituent la communauté majoritaire de nombreuses communes de la côte méditerranéenne comme Orihuela. Plusieurs centaines d’Anglais sont adjoints ou conseillers communaux, un (d’ailleurs non hispanophone) est maire. Depuis quelques années, ces résidents se soulèvent contre la croissance excessive et désordonnée de l’urbanisation espagnole. Ils traînent le gouvernement espagnol et l’exécutif de la communauté valencienne devant le Parlement et la cour européenne de justice. Ils diligentent des enquêtes parlementaires (Auken, 2009) sur les irrégularités administratives qui conduisent à construire non seulement sur des sites naturels protégés, mais parfois sur leur propre terrain, en expropriant et rasant leur villa (la loi valencienne a utilisé massivement cet outil juridique). Leur discours s’appuie sur un argumentaire environnementaliste ou encore esthétique, parfois sur l’éthique de la durabilité. Cependant, la logique de leur révolte s’appuie aussi sur une série de contradictions. Ils sont bien chacun propriétaires et, à ce titre, veulent protéger une nature et un paysage littoral qu’ils ont collectivement déjà largement détruits. Ils refusent de voir s’ériger un hôtel de luxe au fond de leur jardin, mais ils sont encore plus vindicatifs à l’égard du gouvernement central qui leur fait remarquer qu’au titre de la loi littoral, leur maison est trop près du rivage et doit être détruite... Le lien entre le niveau du discours et la praxis n’est pas exempt d’ambiguïté mais, pour autant, dans leur combat individuel et associatif, ils sont utiles à toute la société espagnole.

24Et les élus locaux ? Montrés des menottes au poignet dans les journaux, ils jouent systématiquement le mauvais rôle. Pourtant, ils sont des victimes autant que des coupables. En effet, le local est l’instance la plus proche du citoyen, celle qui assure les services publics de base. Mais les municipalités sont pauvres. Le niveau local recueille 13 % des budgets publics, trois fois moins que les communes françaises, qui absorbent à elles seules plus du tiers du budget des collectivités françaises. Aussi, les municipalités espagnoles sont presque obligées de financer les services urbains de base par la vente du sol. La croissance démographique des dix dernières années (l’Espagne a gagné 7 millions d’habitants en 10 ans) a pesé sur les services sociaux (éducation, logement, suivi social…) et créé ce besoin de financement au niveau local, ouvrant grand la porte à la corruption : cet engrenage est bien mis en lumière dans la thèse de Jennifer Sands, de l’université de Leeds (Sands, 2007). Pourquoi n’a-t-on pas donné à ces municipalités étranglées de demandes sociales les moyens de fonctionner ? La réponse est d’ordre géopolitique : « En Espagne, la reconnaissance du local est rendue impossible par la consolidation du pouvoir autonomique » explique Joan Subirats (2009). Les communautés autonomes sont très puissantes, certaines ont des prétentions souverainistes ou indépendantistes, elles exercent un chantage par l’argent pour rester dans le giron national. Le bras de fer permanent entre l’État et ces communautés explique le trop faible financement des institutions locales. Sous cet angle, la crise urbaine n’est pas – ou pas seulement – la preuve du manque d’éthique des élus, ni l’effet d’un mode de fonctionnement anachronique et caciquiste des édiles (qui peut exister par ailleurs), mais le résultat de leur adaptation pragmatique au monde réel. Les prévenus expliquent d’ailleurs aux juges, quand ils sont condamnés, qu’ils ne cherchaient pas un enrichissement personnel mais qu’ils agissaient pour la collectivité, cherchant coûte que coûte de l’argent pour répondre aux demandes qu’émettent leurs administrés.

Conclusion

25La multiplication de cas de corruption met en évidence, en Espagne, de graves déficiences institutionnelles. « L’État de droit a été remplacé par la logique de la partitocratie et, en dernier lieu, par l’émergence d’une oligarchie économico-politique. Et la politique s’est convertie en négoce ». Cette appréciation d’Alejandro Nieto (2008) montre clairement le fondement des dérives mafieuses dans la gestion des affaires publiques, au moins au niveau local et parfois régional, et leur articulation avec la production résidentielle et urbaine, principal moteur de création de richesse. Un fait est avéré : les polémiques qui animent l’opinion publique autour de ce thème ne débouchent pas sur les transformations effectives des pratiques. Elles paraissent vaines et renvoient à un faisceau de contradictions qui animent chaque individu et les différents collectifs de la société.

26Reconsidérer ce modèle urbain espagnol nécessite de refonder tout le contrat politique espagnol (Nieto, 2008), en le considérant à deux niveaux très distincts. Il existe d’un côté un niveau fondamental, porté par la Constitution démocratique de 1978, et qui structure l’État de droit, avec l’édiction d’un certain nombre de règles et de références collectives qui donnent valeur et force à la loi. De ce niveau procède une législation (y compris un code de l’urbanisme) tout à fait mature et complexe, qui organise un système de pouvoirs et de compétences très clair. À côté de ce premier niveau, un second niveau est probablement à reconstruire : celui de l’éthique politique, celui à travers lequel les acteurs mettent en œuvre la loi. Le législateur a tenté de renforcer ce deuxième niveau en inscrivant un « code éthique » dans la dernière loi foncière (en 2007). Est-ce que ce sera suffisant ? Le résultat est moins que certain.

Haut de page

Bibliographie

ALLIES, Paul, 2007, « La crise de la social-démocratie européenne et ses paradoxes sudistes », Pôle Sud, 2007/2 - n° 27, p. 9-19.

AUKEN, Margrete, 2009, « Rapport concernant l’impact de l’urbanisation extensive en Espagne et les droits individuels des citoyens européens, l’environnement et l’application du droit communautaire », Procédure sur un rapport d’initiative, mis aux débat et au vote au Parlement européen le 16 avril 2009.ref document A6-2009-0082, en ligne sur www.europarl.europa.eu, 35 pages.

AUKEN, Margrete, 2009, Rapport présenté au Parlement européen le 20 février 2009 concernant l’impact de l’urbanisation extensive en Espagne sur les droits individuels des citoyens européens, l’environnement et l’application du droit communautaire, sur la base des pétitions reçues par diverses ONG. Texte ayant donné lieu à la Résolution (portant le même titre) votée par le Parlement européen du 26 mars 2009 à Strasbourg.

BECK, Ulrich, 2005, Pouvoir et contre-pouvoir à l’heure de la mondialisation, Champs Flammarion, Paris, 599 p.

BORJA, Jordi, 2004, Urbanismo en el siglo XXI. Bilbao, Madrid, Valencia y Barcelona, Universidad Politécnica de Cataluña, Barcelona, 231 p.

CHAMPAGNE, P., 1991, « La construction médiatique des malaises sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 90, p. 64-75.

CHIRBES, Rafael, 2007, Crematorio, Anagrama, Narrativas Hispánicas, 415 p.

DEL CAZ, Rosario, Pablo GIGOSOS et Manuel SARAVIA, 2003, « Mafia inmoviliara y modela de ciudad », Pagina Abierta, n° 141, p. 20-24.

DELWIT, P., 2007, Les partis socialistes d’Europe du Sud : des organisations performantes ?, Pôle Sud, 2007/2, n° 27, p. 21-41.

ENTMAN, R.-M., 1993, « Framing: Toward Clarification of Fractured Paradigm », Journal of Communication, 43(4), aut., p. 51-58.

ESTEFANIA, Joaquin (dir.), 2008, Informe sobre la democracia en España, Madrid, Fundación Alternativas, 23 p.

FAURA COLL, Ramon, 2005, « Bendita corrupcion », Quaderns d’arquitectura i urbanisme, n° 246, p. 86-97.

FERNANDEZ-GALIANO, Luis, 2007, El clima es el problemo, el ciudad es la solucion, conferencia sobre el modelo ecologico de la ciudad, Conférence 15 novembre 2007, Madrid, Fundacion BBVA, téléchargeable sur : www.fbbva.es/TLFU/dat/np_urbanismo2.doc

GIL CALVO, Enrique, 2006, La ideologia española, ed. NOBEL, Oviedo, 206 p.

GIL CALVO, Enrique, 2007, La americanization mericanización de Madrid, El Pais, tribune publiée le 16/06/2007, p. 17.

IGLESIAS, Francisco (dir.), 2007, Urbanismo y democracia Alternativas para evitar la corrupción, Madrid, Fundación Alternativas, 188 p.

JIMENEZ HERRERO, Luis, 2008, Sostenibilidad en España 2008, Rapport annuel de l‘Observatorio de la sostenibilidad en España, université de Alacalà – Ministerio de medio ambiente, 268 p.

JURDAO, Francisco, 1990, Espana en venta, Endymion, Madrid, 500 p.

LEVY Jacques, 2009, « Éthique », article publié le 25 mai 2009 dans la revue en ligne Espacestemps.net, www.espacestemps.net/document7748.html

LIZCANO, Jesus, Fernando JIMENEZ, 2009, España, informe global sobre la corrupcion Transparencia International, Madrid, 9 p.

MARCOS, Pilar, Sara DEL RIO, Julio BAREA, María José CABALLERO (dir.), 2008, Destruccion a toda cost(a) Informe de greenpeace sobre la situación del litoral español y sus espacios protegidos, Greenpeace Espagne, Barcelone, 279 p. en version papier téléchargeable et en ligne sur www.greenpeace.org

MARTIN-LAGARDETTE, J.-L., 2003, Le guide de l’écriture journalistique, Paris, Éd. La Découverte, 251 p.

NIETO, Alejandro, 2008, El desgobierno de la publico, Barcelona, Ariel, 351 p.

RINGOOT, R., P. ROBERT-DEMONTROND (dir.), 2004, L’analyse de discours, Rennes, Éd. Apogée, 222 p.

ROGER FERNANDEZ, Gerardo, 2007, « Las peculiaridades del modelo urbanístico español : la especulación legalizada del suelo », Fundación César Manrique, Lanzarote, 26-28 septembre 2007.

RUELLAN, Denis, 2006, « La routine de l’angle », Questions de communication, n° 10, Presses universitaires de Nancy, p. 369-390.

SANDS, J., (2007) « Organized Crime and Illicit Activities in Spain: Causes and Facilitating Factors », Mediterranean Politics, vol. 12, n° 2, p. 211-232

SLOTERDIJK, Peter, 2003, Bulles, Sphères 1, Hachette Littératures, coll. Pluriel, 686 p.

SORRIBES, J., 1978, Crecimiento urbano y especulación en Valencia, Ed. Almudín, Valencia, 95 p.

SORRIBES, J., 1985, Desarrollo capitalista y proceso de urbanización en el País Valenciano, Ed. Alfonso el Magnánimo, Valencia, 358 p.

SUBIRATS, Joan, 2009, Trenta años gobernando la proximidad, El Pais, 15 avril 2009, p. 29.

VERCHER NOGUERA, Antonio, 2004,« Reflexiones sobre corrupcion y urbanismo », Agora, revista de ciencias sociales, n° 11, p. 17-24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Fréquence d’articles relatifs à la crise urbaine dans El País (1998-2008)
Crédits N. Baron-Yellès
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 2 : La crise urbaine, une « sphère de sens » et ses éléments clés vus par les médias espagnols
Crédits N. Baron-Yellès
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 3 : Quelques-unes des grandes signatures des tribunes portant sur la crise urbaine dans El País, dans les années 2000
Crédits N. Baron-Yellès
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1739/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. La contradiction entre les discours et les actes de la population à l’égard de l’urbanisme
Légende « C’est intolérable ! Ils construisent des villas dans un espace naturel protégé ! Je vais en acheter une tout de suite ! »
Crédits Caricature signée El Roto, publiée dans El Pais, 12/01/2007, p. 15.
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nacima Baron-Yelles, « Les Espagnols face à la corruption urbaine », Géographie et cultures, 74 | 2010, 43-54.

Référence électronique

Nacima Baron-Yelles, « Les Espagnols face à la corruption urbaine », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1739 ; DOI : 10.4000/gc.1739

Haut de page

Auteur

Nacima Baron-Yelles

Laboratoire Ville Mobilité Transport UMR 9403 – Université Paris Est
nbaron@univ-mlv.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org