Navigation – Plan du site

Communication, éthique et interprétation du risque épidémique

La campagne de prévention de l’épidémie de la dengue à Nouméa
Ethics, communication and interpretation of epidemic risk: Example of dengue fever in Noumea
Marie-José Schmidt-Ehrmann
p. 59-78

Résumés

Cet article cible l’interprétation des images de la grippe tropicale ou dengue par la population et les élèves de collèges et de lycées à Nouméa. Les images des affiches et des dépliants distribués par les organismes gouvernementaux de Nouvelle-Calédonie (DASS, Mairie, Services d’Hygiène) suggèrent des actions de prévention et de ce fait intègrent une dimension éthique. La démarche proposée introduit une méthode où l’analyse du corpus des images est focalisée sur le contenu et le contenant, ainsi que le rapport du texte à l’image et elle est complétée par les premiers résultats d’une enquête réalisée auprès des élèves. L’intérêt de cette recherche est de porter un regard plus géographique sur un thème exploité par d’autres disciplines telles que l’entomologie, la médecine, la virologie et la sociologie.

Haut de page

Texte intégral

1La lutte contre les fléaux de santé passe par la prévention et la promotion de l’éducation, l’égal accès aux soins pour l’ensemble de la population et la mobilisation des techniques de communication. Il est nécessaire de réfléchir aux moyens mis en œuvre pour rendre disponible auprès des populations l’accès aux savoirs concernant la transmission des maladies. En effet, aux cours de ces dernières années, dans le Pacifique occidental, l’île de la Nouvelle-Calédonie a été le théâtre de la réémergence d’épidémies dont la dengue. Celle-ci sévit avec plus d’intensité dans les villes, en particulier dans la capitale régionale : Nouméa. En zone urbaine et périurbaine, la propagation de la dengue ne s’explique pas seulement en fonction de facteurs climatologiques et environnementaux. En l’absence de vaccin, le risque sanitaire reste en effet élevé. Compte tenu de ce danger, il convient de s’interroger sur la quantité et la qualité de l’information donnée au malade « potentiel ». Où se fait la formation des jeunes gens ? Est-ce dans le milieu familial, grâce au système scolaire, via le corps médical ? Le discours est-il clair, exhaustif, compris, accepté ? L’ensemble de ces interrogations participe en fait de la dimension éthique d’une campagne de prévention et pose la question de l’adéquation entre les images et les représentations véhiculées par les populations au sujet du risque.

2L’image, qui devient sujet de colloque (Fayaud, 2010) pour les historiens mais aussi pour les anthropologues ou les chercheurs en sciences politiques, est un mode de transmission du savoir un peu sous-estimé et sous exploré. En géographie, elle est plus banale au moins en ce qui concerne les cartes. L’image permet de décrire, d’analyser la dimension spatiale, elle traduit les formes de représentation des objets selon les sociétés. Toutefois, l’image n’est pas la forme la plus habituelle d’information en matière sanitaire. Si les maladies épidémiques, telles que la dengue, affectent chaque année des centaines, voire des milliers de personnes dans la France d’outre-mer, elles sont beaucoup moins relayées dans les médias que la grippe « porcine » ou « mexicaine ». Pourtant, ces maladies généralement à transmission vectorielle pourraient considérablement régresser si des habitudes d’actions préventives étaient acquises par les jeunes lors de leur scolarité obligatoire et l’image bien pensée pourrait servir à relayer ces messages. Pour faire un bilan des apprentissages, nous avons cherché à évaluer le contenu des fascicules distribués par les médecins, les infirmiers scolaires et la DASS. Puis, nous avons cherché à évaluer ce qui en était retenu. Une enquête de terrain auprès des collégiens et lycéens a donc complété l’étude des images elles-mêmes.

Quelles images pour maîtriser la dengue ?

3L’épidémie de dengue en Nouvelle-Calédonie est encadrée par la DASS, les services municipaux et d’Hygiène. Leurs moyens d’action ciblent la surveillance, l’information, par le biais d’images fixes. Quel est leur impact ? Le choix des images n’introduit-il pas une dimension éthique ?

Le choix des images

4Depuis une décennie, les habitants en Nouvelle-Calédonie sont exposés à une situation épidémique cyclique très rapprochée. Le moustique Aedes aegypti est le vecteur de cette maladie. Il propage l’épidémie en transmettant le virus par sa piqûre d’un individu infecté à un autre. Pendant plus d’une année (de février 2008 à août 2009), une épidémie de dengue a circulé sur l’île et en particulier à Nouméa. La situation était nouvelle, puisque le virus de type 4, à tendance hémorragique (existence de 4 types de virus et chaque type contracté confère l’immunité), était absent depuis 30 ans, si bien que plus de la moitié des habitants y sont exposés.

  • 1 Recensement, 2009.

5On constate qu’à l’échelle de la capitale, le Grand Nouméa (163 723 habitants1) rassemble 3 350 cas confirmés (le 24/4/2009), soit un taux de prévalence proche de la moitié des malades (7 303) à cette date. Selon les sources de la DASS, la présence des foyers de dengue montre des contrastes à l’échelle de Nouméa et de son agglomération entre septembre 2008 et avril 2009. Ces oppositions se localisent entre des quartiers centre (Rivière Salée, Magenta), nord (Koutio, Robinson) dont le nombre de cas est supérieur à 100 et des quartiers sud (Baie des Citrons, Anse Vata) qui ne dépassent pas la moitié de ce chiffre (entre 11 et 50 cas). La vulnérabilité de la population nécessite d’organiser une lutte antimoustiques. L’environnement de proximité des individus est le lieu favorable à la prolifération des gîtes à larves et du rayonnement du moustique qui est d’environ 100 m. Certaines conditions sont nécessaires au développement du moustique : d’une part climatiques (chaleur et humidité) et d’autre part environnementales (une eau stagnante propre dans des récipients). L’aléa de la dengue devient un enjeu sanitaire en Nouvelle-Calédonie et surtout à Nouméa et son agglomération. Les autorités sanitaires ont engagé différentes actions.

6Une des stratégies de gestion du risque consiste à diffuser de l’information par le biais d’images fixes dans des dépliants et sur des affiches afin de réduire la vulnérabilité des individus ou de diminuer le nombre de moustiques vecteurs. L’image et le texte du fascicule sont réfléchis (Juhel, 2006), puisque l’image est un moyen d’expression et de communication au fort pouvoir émotionnel, comme le souligne Louis Marin (1993). Le but est d’approcher la réalité et d’informer en expliquant. Les images sont incluses dans un texte afin qu’entre le demandeur et le diffuseur du document se crée une relation éthique. Images et mots sont des signes de la communication.

Le contenu du corpus

7À partir de 28 documents différents (prospectus, affiches, voir figure 1), 750 images ont pu être soumises à une analyse diachronique sur plus d’une décennie (de 1996 à 2007). Les supports sont de format A4 ou A5, soit une feuille, ou en 4 pages, avec une impression sur une seule ou sur les deux faces. La distribution de ces documents s’effectue par mise à disposition dans les lieux publics, plus précisément dans les cabinets médicaux, les établissements scolaires, les crèches, les maisons de retraite. Le public visé est large, mais les cibles préférentielles sont les familles des enfants en crèche, les personnes âgées, les handicapés, les jeunes. Les objectifs des pouvoirs publics sont de sensibiliser le public essentiellement à la lutte antivectorielle et à la prévention.

8Communiquer sur un risque sanitaire, c’est proposer des images qui auront un écho auprès de la population de tous âges. Pour les concevoir, les administrations s’adressent à des cabinets de conseils. Ceux-ci mettent en scène le message en fonction du type de support à diffuser. L’objet est de promouvoir la santé publique en certains lieux, de transmettre des savoirs de santé ou les améliorer. L’affiche ou le dépliant doit refléter les facteurs de risque, présenter l’espace d’évolution et de concentration de l’épidémie et les méthodes adaptées pour une protection. Le discours du document renvoie à une approche pluridimensionnelle (épidémiologique, environnementale, connaissance de la maladie). Les auteurs focalisent l’information sur la cause de la maladie, comme cela leur est demandé. Ils mettent en scène les images et les textes en réponse à la demande des autorités. La prévention face au moustique qui peut être porteur du virus est jugée essentielle. Les images utilisées sont soit des photos, soit des dessins ou des caricatures afin d’être aisément lues et comprises. Certains feuillets privilégient le texte pour affiner les explications. Pour les rendre plus attrayantes, des couleurs froides (bleu) ou chaudes (rouge, jaune) tentent de faire sens en hiérarchisant le propos.

9Le moustique est omniprésent. Il est en photo, en dessin réaliste ou en caricature. Les individus représentés sont des malades ou des personnes saines de tranches d’âges différentes. L’environnement fait toujours référence au climat tropical, chaleur et humidité, conditions nécessaires pour le développement du moustique. Pour rendre la tropicalité, la flore est exubérante. De nombreux objets hétéroclites (pot, vase, canoë, piscine…) sont disposés dans cette « nature sauvage ou domestiquée ». Dans ce florilège d’images, les établissements de soins et les acteurs de la santé sont très rares.

Fig. 1 : Des types d’images dans les affiches et les brochures

Fig. 1 : Des types d’images dans les affiches et les brochures

Figure 1a

10

Figure 1f

Gouvernement, DASS, Nouvelle-Calédonie

Le décryptage de certaines images

11Les images ont été comptées et structurées selon une grille de lecture de trente critères élaborée par Tabeaud et Browaeys (2007). L’intérêt a été de recenser le nombre d’images et de les classer selon des thèmes géographiques. La méthode utilisée tente de saisir les éléments du message diffusé auprès des populations et d’identifier si les risques et les moyens de lutte face au danger sont bien perçus par les habitants. Le décodage des images est une lecture quantitative et qualitative prenant en compte la mise en forme et le fond. Les images sont traitées en tenant compte des différents éléments comme leur taille, la prise de vue, la couleur. D’autres éléments d’analyse définissent les contenus tels que la faune, la flore, les personnes et leur position dominante ou secondaire. La quantité d’images permet de dépasser la subjectivité et l’analyse statistique s’impose pour déterminer les premiers résultats dans le cadre de cette étude. L’intérêt est de définir les éléments majeurs de l’imagerie proposée. Le texte accompagnant les documents est le plus souvent informatif.

12Le type d’images le plus usité est le dessin dans plus de 8 images sur 10. Souvent, il n’y a qu’eux dans tout un dépliant. À l’opposé, les photos sont utilisées avec parcimonie. Les images minuscules, certes peu présentes (10 % des images) sont 9 fois sur 10 des dessins indescriptibles. La caricature est utilisée assez rarement, même si elle est très efficace. Les documents représentent surtout des adolescents. Les personnes âgées n’apparaissent pratiquement pas (moins de 1 %). Plus de 20 % des types d’images sont en noir et en blanc (figure 1e). Les images sont de dimensions variables entre une page complète et une image réduite (à moins de 1 % d’un format A8). Les iconographies ciblent la cause de la dengue et la prévention. Le vecteur de la maladie est l’objet principal de 20 % du corpus. Le danger représenté par les gîtes à larves revient sur près de trois quarts des images. Certains dépliants (figure 1c) sont jaunes avec des bandeaux rouges et des inscriptions reprenant la signalétique de type code de la route : stop, attention, interdit.

Un exemple de l’analyse de cinq images sur les quinze de la couverture d’un dépliant (figures 2 et 3)

Figure 2 : Des images dans un dépliant

Figure 2 : Des images dans un dépliant

Gouvernement, DASS, Nouvelle-Calédonie

Fig. 3a : La grille de lecture des cinq images : la mise en forme

Fig. 3a : La grille de lecture des cinq images : la mise en forme

M.-J. Schmidt-Ehrmann

Fig. 3b : La grille de lecture des cinq images : les objets visuels

Fig. 3b : La grille de lecture des cinq images : les objets visuels

M.-J. Schmidt-Ehrmann

13Cette page de couverture comprend 15 images sur les 48 comptabilisées dans ce fascicule de format A5. Cette page de garde comporte des images et du texte. Le lecteur aperçoit en premier l’image et moins le texte, malgré une police de caractère augmentée. Ces images sont examinées au travers d’une grille de lecture de 30 critères en fonction de quatre classes : le cadre (la mise en forme), le contenu du cadre (les objets visuels), l’interprétation du cadre et le rapport entre le visuel et le texte. Le récepteur peut s’interroger sur la dimension éthique de cette image. Reflète-t-elle la réalité de la lutte antivectorielle à adopter dans une situation épidémique de dengue ?

14Douze éléments composent la mise en forme de l’iconographie :

  • le type d’images ;

  • si elle est en noir et blanc ou en couleur ;

  • la superficie occupée en pourcentage ;

  • l’échelle ;

  • si le plan est large ou autre ;

  • le nombre d’images par page ;

  • la position de l’image dans la page ;

  • le lieu que représente l’image (intérieur ou extérieur) ;

  • l’angle de prise de vue pour l’image ;

  • le temps (jour, nuit, soir) ;

  • l’année ;

  • la météo.

15L’application de la méthode permet de déduire que les images sont en majorité des dessins en couleur. Certains éléments sont mis en valeur par des plans larges : le jardin, l’insecte. Le ciel est bleu ce qui suppose une saison chaude en milieu tropical en raison de la flore (bananier et palmier), et humide puisque l’insecte est présent.

16L’étape suivante est de relever les objets visuels selon 7 repères :

  • les éléments dominants ;

  • les éléments secondaires ;

  • les couleurs dominantes ;

  • les couleurs secondaires ;

  • les gîtes à larves ;

  • les antimoustiques ;

  • la relation eau, peau et terre.

17Les couleurs froides (bleu, vert) dominent. Le moustique est omniprésent par sa position et par sa taille importante alors qu’il ne mesure en réalité que 5 millimètres. L’image ne reflète dans ce cas pas la réalité. Cependant, l’aspect du moustique est correctement reproduit : les stries blanches sur le corps et les pattes, et un abdomen de couleur sombre. L’espace où évolue cet insecte est la représentation de l’environnement de proximité d’un habitat pavillonnaire. Le lecteur constate que dans ce jardin, il existe un éparpillement d’objets qui sont des gîtes à larves potentiels. L’eau est nécessaire au développement du moustique. Elle est visible dans le vase sur le banc, dans une bassine ou piscine et à l’horizon au-delà de la barrière du jardin et de la mer.

Fig. 3c : La grille de lecture des cinq images : les thèmes et les tonalités

Fig. 3c : La grille de lecture des cinq images : les thèmes et les tonalités

M.-J. Schmidt-Ehrmann

18Cinq critères sont retenus pour les thèmes et les tonalités :

  • les thèmes géographiques dominants ;

  • les thèmes géographiques secondaires ;

  • le type de message (éducation, information) ;

  • le ton, l’ambiance, le type de personnages ;

  • la phase du risque (vulnérabilité, impact).

19Le dessinateur désigne implicitement le rayon d’action du moustique (maison et jardin), pourtant son champ de déplacement est d’environ 100 mètres. Il y a absence d’individus.

Fig. 3d : La grille de lecture des cinq images : le rapport visuel/écrit

Fig. 3d : La grille de lecture des cinq images : le rapport visuel/écrit

M.-J. Schmidt-Ehrmann

20Six points ciblent les rapports entre le visuel et l’écrit :

  • le rapport entre la légende et les objets visuels,

  • l’emplacement (dans ou hors du texte),

  • le message simple ou d’accès plus complexe,

  • le titre

  • le rapport avec l’intertitre

  • les niveaux de pertinence de l’image.

21Le texte conseille la prévention. Il accompagne le document, il est dans l’ensemble très succinct. Le titre est mis en valeur par une augmentation du caractère de la police. Les autres titres sont moins imposants, l’objectif est de convaincre par l’image plus que par des mots. Les cinq images traitées grâce aux 30 critères révèlent que, premièrement, la présence du vecteur, le moustique Aedes aegypti dans un jardin, induit la contamination des habitants de la maison. Secondairement, les gîtes à larves signifient une présence de l’Aedes aegypti nombreuse et dangereuse selon le logo. La multiplicité des objets évoque la « redondance » nécessaire à l’assimilation (Shannon, 1948). Ces quelques images invitent le lecteur à imaginer les lieux de gîtes et ne présentent aucun geste de protection, et donc le responsable de la maladie mais sans aucun moyen de lutte.

22Le jeune public peut-il se reconnaître dans les images et se sentir concerné ? Une enquête auprès de collégiens et de lycéens tente de répondre à cette question. Elle utilise un questionnaire et s’appuie sur leurs « images mentales » de l’épidémie.

L’interprétation par les élèves des images de la dengue

23La communication du risque sanitaire évoquée par le contenu des dépliants s’adresse particulièrement aux jeunes collégiens et lycéens qui les ont vus et observés au sein des établissements où les infirmières scolaires les mettent à disposition. Une enquête a été réalisée à Nouméa et dans le Grand Nouméa auprès des élèves de deux collèges et deux lycées : une classe de 1ère ST2S (Sciences et Technologie de la santé et du social), deux classes de 1ère S (Science), une classe de 4ème et trois classes de 6ème, soit 188 élèves âgés de 10 à 18 ans. Elle a été effectuée entre septembre et novembre 2008, compte tenu du fait que l’année scolaire en Nouvelle-Calédonie se termine mi-décembre. Seize questions ont été posées aux élèves. Ils ont eu à répondre par oui ou non ou par des choix multiples et aussi en argumentant certaines réponses.

24L’objectif était de savoir quelles idées étaient retenues sur la maladie grâce aux images. Est-ce que les élèves pensent qu’ils pourraient être des malades potentiels en se référant à ces images ?

Le choix des élèves par rapport aux mots ou aux images

25Mis à disposition, distribués dans l’établissement, les fascicules sont consultés par plus de neuf élèves sur dix. Mais comment ? Feuilleter ou/et lire un dépliant, une affiche, c’est procéder à un choix entre les images et le texte ou saisir l’ensemble (figure 4). Trois quarts des élèves ne se limitent pas aux images. Près d’un quart des élèves ne se prononcent pas. Mais en fait, il ne s’agit pas d’une lecture attentive mais plutôt « en diagonale » puisque huit élèves sur dix regardent vite l’ensemble. Premier constat : le texte n’est pas accrocheur, il manque d’attrait ou le vocabulaire n’est pas compris. Mais l’image ne captive pas non plus les élèves. Ceux-ci expriment plutôt un intérêt porté à l’unité thématique d’ensemble du document.

Figure 4 : le contenu d’un dépliant, d’une affiche

Figure 4 : le contenu d’un dépliant, d’une affiche

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

26En lycée, la majorité des élèves de première ST2S et S (figure 5) ont un accès aux documents de prévention de la dengue par leur programme spécifique et les autres par le programme de géographie de seconde sur le thème « Les sociétés face aux risques » (Schmidt-Ehrmann, 2009). Le risque sanitaire est exploité en deuxième partie du chapitre. Le contenu des enseignements qui est prodigué aux élèves suscite-t-il leur intérêt ?

Figure 5 : préférence par rapport au contenu pour les élèves de 1ère ST2S et S

Figure 5 : préférence par rapport au contenu pour les élèves de 1ère ST2S et S

27Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

28Nous constatons que les élèves de 1ère ST2S (figure 6) regardent tous les affiches ou prospectus. Ces élèves sont les futurs acteurs de santé, par leur formation. 8 élèves sur dix de cette filière de santé sont très attentifs aux images et au texte dans une affiche ou un dépliant. Le reste regarde uniquement les images, à l’exception d’un élève qui s’est contenté du texte.

Figure 6 : 1ère ST2S

Figure 6 : 1ère ST2S

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

29En 1ère S (figure 7), près de 9 élèves sur 10 consultent les affiches ou dépliants et regardent le texte et les images. Les autres regardent uniquement le texte ou les images.

Figure 7 : 1ère S

Figure 7 : 1ère S

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

30Le regard est capté par les images avant le texte, les couleurs des titres, les sous-titres, le design de la feuille. L’élève non motivé est donc passif et reste à une approche superficielle du document. Il ne décortique pas tous les éléments représentés et décrits.

La sélection des types d’images par les élèves

31À présent, interrogeons les élèves sur le type d’images qu’ils préfèrent retrouver dans les fascicules (figure 8).

32Plus de 60 % des élèves de collèges et de lycées de Nouméa et du Grand Nouméa préfèrent les photos, surtout qu’elles sont sans exception en couleur et sur papier glacé. Dans l’ensemble de taille moyenne, avec un angle de vue horizontal, elles se rapprochent du réel. L’esthétique dépend aussi de la lumière du jour et du décor souvent attrayant car coloré. Pourtant, les dessins constituent la majorité des représentations dans les dépliants et les prospectus. Même si les élèves sont supposés aimer les bandes dessinées, 2 élèves sur 3 n’apprécient pas les dessins. Ce choix se confirme aussi pour les caricatures, désapprouvées par deux tiers des élèves. Quant aux cartes certes rares, 85 % des élèves ne les regardent même pas, alors qu’elles informent sur la répartition de la maladie sur leurs lieux de vie. On peut émettre l’hypothèse que les élèves utilisent cet outil dans leur cours de géographie et jugent peu ludique ce mode de représentation.

Figure 8 : le type d’images recherchées

Figure 8 : le type d’images recherchées

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

33Une analyse plus fine par tranches d’âge (figures 9 et 10) permet de compléter les résultats. Les élèves de lycée comme ceux du collège préfèrent les photos dans les dépliants ou affiches, ce sont les élèves de 4ème qui se sont exprimés avec un score plus élevé (66 %). Plus de 90 % des élèves rejettent les cartes, néanmoins 14 % de collégiens de 6ème les regardent. Les lycéens sont plus sensibles au dessin dans un cas sur trois ainsi qu’aux caricatures pour plus d’un quart des élèves de 1ère S.

34Il est donc important de souligner que les photos sont approuvées en majorité par les élèves, malgré leur diffusion très limitée car nécessitant un papier plus épais, brillant, un pixel très élevé pour un meilleur rendu des couleurs et des détails. La représentation de la réalité quotidienne les satisfait plus que le dessin qui demande une attention plus soutenue pour être compris. On en déduit alors que les designers, maquettistes, devraient tenir compte de cette préférence du public afin de privilégier des photos soit d’insecte, soit des lieux de développement.

Figure 9 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de lycées à Nouméa et Grand-Nouméa

Figure 9 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de lycées à Nouméa et Grand-Nouméa

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

Figure 10 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de collèges à Nouméa

Figure 10 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de collèges à Nouméa

Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann

Conclusion

35La dengue représente un réel risque épidémique pour la population. La gestion de ce risque relève des autorités sanitaires (DASS, Institut Pasteur) et des pouvoirs publics. Ils utilisent des images pour communiquer le danger de la maladie. Ils ont une réflexion éthique lors de la conception des maquettes. Ils effectuent des choix d’images, de titres, de thèmes à transmettre aux individus. Ils ne veulent ni faire peur, ni discriminer. Leur marge de manœuvre est sans doute faible. Mais les premiers résultats de l’enquête menée auprès des élèves de lycées et de collèges montrent que l’efficacité quant à la transmission du message n’est pas parfaite. Tous les élèves ne sont pas aussi attentifs aux images et au texte. Certes, l’apprentissage scolaire n’est pas unique et doit être complété par les acquis issus des autres sources d’informations dont la famille, les amis, les médias. La dimension éthique d’une campagne de sensibilisation et de prévention repose sur le principe que l’école, le collège et le lycée compensent les inégalités face aux risques, qui touchent, on le sait, partout en premier les plus défavorisés.

36S’intéresser aux inégalités face à la maladie, c’est se poser des questions à propos des surexpositions, ici à la dengue, pour tenter d’y remédier dans un souci d’équité. L’éducation a pour fonction de donner un savoir et un savoir-faire qui permettent à tous de vivre en s’épanouissant au mieux et de limiter les risques de l’épidémie. Comme les acquis familiaux et culturels ne permettent pas à tous les individus d’être égaux face au risque sanitaire, il revient à la sphère scolaire de jouer pleinement son rôle sur les conduites à tenir afin de réduire les risques chez les moins informés, donc les plus vulnérables. D’où l’intérêt d’une campagne d’information et de sensibilisation des risques liés à la dengue prenant en compte cette dimension éthique.

Haut de page

Bibliographie

AMAT-ROZE, J.-M., 2004, « Les risques sanitaires », dans WACKERMANN, G. (dir.), La Géographie des risques dans le monde, Paris, Ellipses, p .321-352.

BESANCENNOT, J.-P., 2007, Notre santé à l’épreuve du changement climatique, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 321-352

DAB, W., 2008, Santé et environnement, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 2ème édition, 127 p.

DAUPHINE, A., 2001, Risques et catastrophes. Observer-Spatialiser-Comprendre-Gérer, Paris, A. Colin, 288 p.

FAYAUD, V., 2010, Actes des « Journées d’études : Images et pouvoirs dans le Pacifique », Rochefort, 27 au 29-05-2009, Revue Outremer de la société francaise d’histoire d’outre-mer, juin, n° 366-367

GERVEREAU, L., 2007, Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 197 p.

GUILLAUMOT, L., 2005, « Arbovirus and their Vectors in the Pacific - Status Report », Journal of Community Health and Clinical Medicine for the Pacific, 12, 2, p. 45-52.

JUHEL, F. (dir.), 2006, Dictionnaire de l’Image, Paris, Vuibert, 398 p.

MARIN, L., 1993, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Le Seuil, 265 p.

POUSSIN, F. (dir.), 2001, « Pouvoir des figures », dossier des Cahiers de la recherche architecturale, p. 7-80.

SCHMIDT-EHRMANN, M.-J., 2009, « Communication channels on dengue fever in the Pacific », Environmental Engineering and Management, edited by Michael Theophanides & Theophile Theophanides, Athens, Atiner, p. 333-342.

SHANNON, C.-E., 1948, A Mathematical Theory of Communication, Bell System Technical Journal, vol. 27, July and October, p. 379-423 et 623-656,.

TABEAUD, M. et X. BROWAEYS, 2007, « L’imagerie stéréotype des brochures des offices de tourisme », Espaces, 246, spécial « communication touristique », p. 31-35

TABEAUD, M., X. BROWAEYS et G. FUMEY, 2006, « Les représentations d’une ’identité régionale’ à partir des images des brochures des offices de tourisme » dans Koebel, M. (dir.), Actes du colloque ’Identité et espace’, publication sur cd rom, université Reims-Champagne-Ardennes, France.

Haut de page

Notes

1 Recensement, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Des types d’images dans les affiches et les brochures
Légende Figure 1a
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Figure 1b
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Figure 1c
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Figure 1d
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 1e
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 1f
Crédits Gouvernement, DASS, Nouvelle-Calédonie
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 2 : Des images dans un dépliant
Crédits Gouvernement, DASS, Nouvelle-Calédonie
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 3a : La grille de lecture des cinq images : la mise en forme
Crédits M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 3b : La grille de lecture des cinq images : les objets visuels
Crédits M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 3c : La grille de lecture des cinq images : les thèmes et les tonalités
Crédits M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 3d : La grille de lecture des cinq images : le rapport visuel/écrit
Crédits M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 4 : le contenu d’un dépliant, d’une affiche
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Figure 5 : préférence par rapport au contenu pour les élèves de 1ère ST2S et S
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 6 : 1ère ST2S
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 7 : 1ère S
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 8 : le type d’images recherchées
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 9 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de lycées à Nouméa et Grand-Nouméa
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 10 : choix positifs pour chaque type de documents des élèves de collèges à Nouméa
Crédits Enquête effectuée par M.-J. Schmidt-Ehrmann
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1749/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-José Schmidt-Ehrmann, « Communication, éthique et interprétation du risque épidémique », Géographie et cultures, 74 | 2010, 59-78.

Référence électronique

Marie-José Schmidt-Ehrmann, « Communication, éthique et interprétation du risque épidémique », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1749 ; DOI : 10.4000/gc.1749

Haut de page

Auteur

Marie-José Schmidt-Ehrmann

Laboratoire ENeC UMR 8185 – Université Paris 1 – CNRS
mariejose.ehrmann@gmail.com

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org