Navigation – Plan du site

Une approche territoriale des risques

Un outil pour le chercheur, critique et réflexif
Risk assessment and territorialisation: improving a reflexive and critical research toolbox
Julien Rebotier
p. 77-90

Résumés

Les approches géographiques des risques sont marquées par des préoccupations politiques et culturelles qui influencent le regard des sciences sociales à partir des années 1960. Depuis les années 1990, la question environnementale mondialisée devient hégémonique et performative. Dans un même mouvement d’ouverture politique et culturelle intensifié par la mondialisation et qui accompagne les recompositions de la modernité, les territoires tels qu’ils sont compris par la géographie sociale française offrent un regard localisé et pluriel sur les risques entendus comme une construction sociale, à la fois de faits et de sens. L’idée politique et culturelle de la notion de territoire constitue une proposition épistémologique et une opportunité méthodologique pour l’analyse des risques. À une époque où la question environnementale requiert d’être contextualisée, articulée à différentes échelles, et politisée, la définition de la territorialisation des risques, de leurs ressorts, de leurs implications pour la réalité sociale et des enjeux qu’ils recouvrent renouvelle la pertinence et le mandat de la géographie pour l’étude des défis socio environnementaux contemporains et des interactions entre sociétés et environnement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Paradigme de la géographie, la notion de territoire fait l’objet de débats peu consensuels. Certains n’y voient rien qui pourrait ajouter à ce que recouvre déjà l’espace géographique (Lévy et Lussault 2003). Pour d’autres, ce sont la limite et la réduction du territoire à un espace circonscrit qui présentent des défauts rédhibitoires dans un monde fluide, complexe, et réinventé par la mondialisation et les échanges au tournant des XXe et XXIe siècles (Piolle 1991 ; Badie 1995). Enfin, dans un numéro spécial des Cahiers Espaces-Temps intitulé « Les apories du territoire. Espaces, couper /coller », une axiomatique touffue vise à dépasser la contradiction entre territoire et réseau (Lévy 1993).

2Certes, là où la question nationale est un levier de l’ordre social (Thiesse 2001), les dérives idéologiques liées aux frontières dites naturelles ou à l’essentialisation de groupes culturels jugés homogènes n’aident pas à faire du territoire une catégorie pertinente pour l’analyse géographique (Marchand 2010). En ces termes, le territoire est réduit à une acception politico juridique qui consiste à délimiter une portion d’espace à l’intérieur de laquelle opère un pouvoir. Cette lecture peu dynamique qui identifie une autorité descendante et écrasante, sans code ni symbole, se retrouve dans la littérature anglo-saxonne (Sack 1986), au sein d’une géopolitique conservatrice (depuis Ratzel et l’espace vital à protéger et étendre) ou encore dans une sociologie wébérienne où l’État westphalien moderne assoit son autorité sur un territoire borné.

3Nombre de critiques s’élèvent néanmoins contre cette réduction de l’idée de territoire (Antonsich 2011). La géographie française a fourni un corpus théorique qui met l’accent sur des ressorts idéels et relationnels du territoire dans son contexte (Di Méo 1998 ; Jean et Calenge 2002) alors que la notion fait aussi débat au sein de la communauté anglo-saxonne (Geopolitics 2010). C’est en ligne avec le courant de géographie sociale que nous concevons le territoire comme une construction sociale, matérielle et idéelle, politique et culturelle, consolidée par l’histoire, qui correspond à un espace identifié, approprié, et caractérisé par des pratiques et des représentations (Jean et Calenge 2002 ; Antheaume et Giraut 2005). La dimension politique est fortement articulée au contexte social et figure par exemple au titre des limites – contestables – de l’espace identifié, ou des différents discours et acteurs définissant une portion d’espace qui fait sens socialement – mais pas unanimement. Dans ce cadre, on se propose de concevoir la territorialisation, i.e. les processus, leviers et stratégies de construction du territoire qui ne se limite pas à la seule dimension du bornage et de l’autorité mais qui recouvre nombre d’autres aspects.

4On propose de souligner l’intérêt du territoire à travers une approche de géographie sociale et politique des risques et de l’environnement dans le contexte de la mondialisation de la question environnementale. La mondialisation renvoie d’une part au bouclage planétaire des enjeux posés par le changement climatique, et d’autre part à la diffusion et à la généralisation d’un discours hégémonique sur la nécessité d’agir, des institutions internationales aux échelles les plus locales. Il est fait l’hypothèse que la dimension territoriale des risques offre un éclairage contextualisé sur la diversité des logiques qui interviennent dans la production des défis sociaux environnementaux contemporains et plus largement de l’espace (Lefebvre 2000). Si la mondialisation éprouve à juste titre une idéologie territoriale c’est à notre sens l’ouverture à la diversité et l’émergence de rationalités alternatives alors possibles qui légitiment de mobiliser des ressorts culturels et relationnels fondamentaux. C’est par une double dimension politique et culturelle que la territorialisation des risques et les territoires de risques qui en découlent contribuent à une géographie sociale et politique des risques et de l’environnement.

5Pour explorer ces positions plus avant, on reviendra dans une première partie sur la caractérisation de la mondialisation de l’environnement et des risques, dans les faits mais aussi en termes de pratique scientifique. On pourra alors souligner l’intérêt d’envisager les territoires de risques sous la forme d’une production, sociale et politique. Un deuxième grand temps permettra d’exposer quelques cas de territorialisation des risques, notamment à Caracas, et d’adopter un point de vue politique dans une société urbaine très inégalitaire. Un dernier point discutera brièvement la façon dont la mondialisation, sans invalider la notion de territoire, peut être l’occasion de mobiliser avec profit cette double dimension politique et culturelle dans un domaine qui s’impose à bien des agendas : celui des risques et de l’environnement.

Le territoire entre montée de la question environnementale et modernité en tension

6Les préoccupations environnementales émergent au cours des années 1960 et 1970 en réaction à un modèle de développement prédateur et aux grands récits de la croissance et du développement. Le modernisme, i.e. la modernité pour ce qu’elle recouvre de progrès aveugle et de positivisme, est en butte aux contestations sociales de la deuxième moitié du XXe siècle qui se cristallisent pour beaucoup autour de la question environnementale. Critique politique et revendications environnementalistes se conjuguent à une évolution des approches des risques. Longtemps dominée par une approche technique et biophysique des catastrophes (Revet 2011), l’étude des risques se socialise d’une part dans la lignée de courants progressistes anglo-saxons et français qui placent les causalités au sein des sociétés et non à l’extérieur, au sein d’un milieu apolitique (Copans 1975 ; Hewitt 1983 ; Blaikie et Brookfield 1987), et d’autre part à la suite de l’accent porté sur la notion de vulnérabilité indiquant que ce sont les conditions particulières d’une société face aux aléas qui contribuent à produire des situations de risque (Fabiani et Theys 1987 ; Thouret et D'Ercole 1996 ; Wisner, Blaikie et al. 2004 [1994] ; Becerra et Peltier 2009). C’est dans la ligne de cette approche sociale que nous adoptons une définition des risques comme construction sociale caractérisée par des conditions de vulnérabilité face à un événement potentiellement dommageable, et par des représentations (Garcia Acosta 2005). L’historienne et anthropologue García Acosta introduit une nuance culturelle d’importance dans les explications d’économie politique et structurantes des années 1970. Elle s’inscrit aux côtés d’autres auteurs pour souligner l’importance du régime du discours, du poids des représentations, des statuts sociaux ou des hiérarchies dans l’analyse des risques (Douglas 1992 ; Bankoff 2001 ; Oliver-Smith 2002). Ainsi les risques ne sont pas qu’une situation de faits. Ils sont aussi fondamentalement ancrés dans une société, des significations, et des valeurs.

7Dans la continuité de ce regard social et politique, la question environnementale se consolide institutionnellement à travers conférences et conventions internationales (de Stockholm, 1972 à Cancun, 2010). Le discours se constitue scientifiquement et se mondialise au fil des années 1980 pour le changement environnemental global (CEG), suivant l’approche des physiciens de l’atmosphère (Demeritt 2001), jusqu’à devenir la priorité de la plupart des agendas. L’issue environnementale n’est dorénavant plus régionale (trou d’ozone, pluies acides, désertification) mais mondiale. La mondialisation de la question environnementale se traduit par son institutionnalisation (Revet 2009), par le caractère invasif d’un discours homogène dominant (Demeritt 2006 ; Füssel et Klein 2006) ou encore par la teneur des différents rapports du Groupe Intergouvernemental pour l’Étude du Climat. Alors que les premiers rapports pointaient la nécessité d’atténuer (mitigate) le changement climatique en agissant notamment à l’échelle de la planète sur les émissions de gaz à effet de serre, le dernier rapport souligne le besoin d’adaptation au CEG par le fonctionnement et l’organisation des sociétés. Une telle mesure, si elle est motivée par des logiques environnementales planétaires, ne peut se décliner qu’à grande échelle. En outre, en France, à l’horizon 2012, la plupart des collectivités territoriales seront dans l’obligation d’adopter localement des stratégies d’adaptation, injonction du Grenelle 2 de l’environnement.

8On voit comment la question environnementale qui monte en puissance dans la deuxième moitié du XXe siècle se mondialise et se réalise de manière différenciée au sein des territoires. De fait, la simple production de territoire influence le risque par le biais d’enjeux matériels ou idéels exposés à une destruction potentielle, ou du fait d’un mauvais découpage politico institutionnel pour la gestion des risques (voir infra). En retour, les risques socialement produits contribuent à façonner les territoires car ils pèsent sur des pratiques territoriales, sur des symboles ou même des stigmates attachés aux lieux et aux populations qui les occupent (Douglas 2001 [1967]). En ce sens, risques et territoires, comme deux processus de construction sociale sont à la fois causes et produits mutuels.

9Les deux termes portent la marque d’évolutions épistémologiques plus larges en lien avec l’intensification de la mondialisation dans la deuxième moitié du XXe siècle, ainsi qu’avec l’approfondissement des recompositions dont la modernité fait l’objet (Giddens 1994 [1991] ; Beck 2003 [1986]). Les certitudes et les grands récits modernistes entrent en crise (Latour 1994), tout comme la croyance dans le développement (Rist 1996) ou la référence jusque-là jugée nécessaire aux causalités linéaires et objectives (Demeritt 2006 ; Rayner 2006). Les risques, d’une part, font l’objet d’une attention croissante et servent une certaine réflexivité sur le rôle des sociétés et de leur fonctionnement dans le devenir de la question environnementale aussi entendue comme question politique (Ullman 1983 ; Godard, Henry et al. 2002 ; Beck 2003 [1986]). Les territoires peuvent d’autre part constituer pour l’étude des risques un angle d’analyse qui tient ensemble une entrée éminemment politique et une entrée culturelle (du fait de la prise en compte d’autres ressorts que les seuls rapports de production ou de redistribution, d’une plus grande place ménagée au sujet dans une analyse traditionnellement structurante ou même de l’attention portée aux conditions de production du savoir).

10Pour autant, certains ont déjà mis l’accent sur les liens entre risque et territoire, mais selon des acceptions différentes du terme territoire. André Dauphiné (2001) mentionne des aspects territoriaux propres à une lecture fonctionnelle dans la troisième partie seulement d’un chapitre intitulé « la complexité territoriale des risques et des catastrophes ». Il s’agit de juger du potentiel perturbateur des risques en termes de « désorganisation territoriale ». Les deux premières parties du chapitre portent sur la répartition, la localisation, la taille et la forme des catastrophes. À cette lecture fonctionnaliste, Valérie November oppose une discussion épistémologique sur les liens entre risque et territoire, et dénonce une trop forte objectivation du risque réduit à une mesure. Dans un accès moderniste, c’est le lien avec le territoire qui est perdu. Ce lien est pourtant constitutif d’une lecture des risques. L’auteur associe le risque au territoire comme inséré dans un vaste processus de traductions qui lui donnent sens. Son travail épistémologique vise l’émergence d’une relation globale entre risque et territoire en s’appuyant sur une lecture politique et culturelle du territoire (November 2002). Dans un ouvrage clé sur les risques, Patrick Pigeon associe indirectement l’idée de territoire à la construction des situations de risque à travers la notion d’héritage des formes de peuplement (Pigeon 2005 : 142). En outre, il met largement l’accent sur la dimension politique des territoires et de leur gestion en soulignant que « toute mesure politique aboutit à déplacer, à transformer les risques » (Pigeon 2005 : 170). Il est du reste évident que les documents règlementaires de la législation française, produits d’expertises et de mesures, modernes entre tous, sont le produit de négociations farouches entre acteurs locaux (Martin, Ansel et al. 2010). L’aspect politique des territoires de risque est fondamental, dans les logiques de leur identification et de leur gestion, mais aussi dans la façon dont on peut les mobiliser comme raison légitime et difficile à contester pour justifier l’action (Bezunesh 2002). Mais en complément des contingences politiques qu’impliquent les territoires dans la définition des risques, ou encore de leur instrumentalisation potentielle, la dimension culturelle et symbolique des territoires est aussi présente parmi les approches de géographes. En choisissant une posture de construction sociale pour définir les risques (Garcia Acosta 2005), on souhaite mettre l’accent sur l’importance de cerner des faits tout autant que du sens, et sur le pouvoir performatif des discours sur les risques et l’environnement qui font exister les choses désignées (Latham and McCormack 2004). Si l’étude de la matérialité des risques et des catastrophes et l’étude des représentations que l’on en a sont deux objets différents (Coanus et Pérouse 2006), ils n’en restent pas moins deux aspects d’une même réalité sociale que l’on souhaite rassembler à travers la notion de territoires de risque.

11Ainsi, en ligne avec les recompositions épistémologiques de l’étude des risques et dans le contexte de discours hégémoniques sur les risques et l’environnement, les territoires de risque font l’objet d’enjeux de pouvoir cruciaux, en lien avec le contrôle de l’espace et la sécurité, et mettent en jeu des rapports de domination, des inégalités, mais aussi des différences de statuts, de symboles et de représentations.

Territorialiser pour contextualiser et politiser les risques

12Suivant l’approche du risque comme construction sociale, c’est une posture constructiviste qui nous amène à considérer l’espace comme une production sociale contingente, propre à une société, mais aussi porteuse d’instrumentalisation, d’intentionnalités et de rapports de force (Lefebvre 2000 [1974]). La multiplicité des facteurs qui interviennent dans la constitution des territoires (figure 1) permet d’opérer un rapprochement avec la construction sociale des risques. C’est à travers la notion de territoire qu’on entre dans les conflits dont l’identification, les représentations et la gestion des risques font l’objet. L’espace intervient comme levier de l’action et comme manifestation des contingences sociales.

Figure 1 : Une lecture des ressorts territoriaux des risques

Figure 1 : Une lecture des ressorts territoriaux des risques

D’après Di Méo et Buléon 2005

13De fait, la territorialisation des risques est multiple. Elle peut répondre à des nécessités règlementaires où aux priorités de groupes d’acteurs (experts) au détriment d’autres (habitants, usagers). À ces caractères territoriaux multiples des risques, en fonction des acteurs, des intérêts, des problématiques ou des facteurs privilégiés, on relève la possibilité d’une intentionnalité de la territorialisation des risques qui ouvre la voie à une instrumentalisation potentielle. Dans le cadre d’un discours hégémonique sur les risques et l’environnement, la force de légitimation dissimule des mécanismes et des logiques cachés qui, sous couvert de cause environnementale unanime, motivent en réalité l’action, la réglementation ou le contrôle des territoires. La territorialisation des risques constitue un processus « créateur », qui contribue à façonner la réalité sociale en mobilisant des ressorts multiples, politiques bien sûr, mais aussi symboliques, culturels ou discursifs. Les territorialités multiples des risques correspondent à autant de stratégies d’acteurs et renvoient à la diversité et aux inégalités d’une société aux prises avec une question environnementale aujourd’hui mondialisée. On trouve des exemples d’une dimension résolument politique des territoires de risque (politico juridique ou géopolitique locale) et des ressorts multiples de leur construction (culturels, fonctionnels ou liés aux représentations) dans le cas de Caracas. On se limitera par la suite à souligner la diversité des acteurs, de leurs discours, de leurs représentations et de la dimension performative qu’ils recouvrent.

14Au terme d’enquêtes de terrain menées à Caracas en 2005 sur les perceptions et représentations des risques parmi des secteurs populaires, les résultats se sont nettement distingués du discours dominant porté sur le risque dans la capitale vénézuélienne. La principale préoccupation des habitants devait être l’insécurité urbaine d’après le traitement médiatique et les sondages d’opinion dont elle est l’objet, d’après un fort écho dans l’arène politique, et selon le « discours du crime » le plus familier (Caldeira 2000). Pour autant, dans les secteurs populaires de l’ouest de Caracas les plus massivement concernés par l’insécurité urbaine et particulièrement les homicides, il s’avère que les « premières menaces auxquelles les gens se sentent confrontés » sont les filtrations et les glissements de terrain, suivies à égalité des inondations, des séismes et de la délinquance (Rebotier 2008). On trouve là des rationalités alternatives aux logiques dominantes mais qui se font difficilement entendre au moment de mettre en place des politiques publiques (Rebotier 2011).

15Dans le cas de la gestion des risques environnementaux à Caracas, on sait combien le découpage politico territorial de la capitale et l’autonomie des différentes municipalités dans leurs politiques de risque constituent des entraves considérables à la coordination d’une politique efficace à l’échelle de l’agglomération. Les tensions politiques et le contexte politico juridique ont poussé l’absurdité au point que la coopération japonaise s’est vue commander une étude de trois types d’aléas naturels, mais qui ne porte que sur les deux tiers de l’agglomération de Caracas (figure 2).

Figure 2 : Aire d’étude sélective des aléas au nord de l’agglomération de Caracas

Figure 2 : Aire d’étude sélective des aléas au nord de l’agglomération de Caracas

JICA, 2004

16Les raisons de ce découpage territorial pour l’étude de certains risques (l’analyse est complétée par des études de vulnérabilité menées par l’ONG SOCSAL) sont bien moins à chercher dans les caractéristiques du milieu que dans les instances politiques et idéologiques (figure 1) d’une société inégalitaire et conflictuelle (Rebotier 2008).

17Il est même possible d’établir un lien entre le formatage des politiques publiques ou des sujets de recherche et le discours hégémonique mondialisé du CEG, à contre-courant des priorités qui émergent du terrain. Au Brésil, des collègues chercheurs de l’Université de Sao Paolo s’interrogent sur les logiques de la politique publique de distribution de fonds pour la recherche. Il existe désormais pléthore d’opportunités pour étudier les impacts du CEG dans les grandes villes brésiliennes, alors que d’autres types de risque font l’objet de peu d’attention. Des problèmes urbains de fond, tels que les inégalités, le transport ou le logement ne semblent pas constituer des priorités (Lima et Nobre 2009). Pourtant, et pour paraphraser Ben Wisner, il y a pires choses que le CEG sur le terrain (Wisner 1999), ce qui donne lieu à des territorialisations de risques très hétérogènes, en concurrence au moment de gérer et contrôler l’espace.

18Le processus de territorialisation des risques constitue une arène d’observation de contentieux et de rapports de force au sein de la société. Les différentes territorialités sont souvent en compétition, certaines permettent de légitimer l’intervention des pouvoirs publics sur l’espace urbain, sous la forme – renouvelée – d’un hygiénisme social alors que d’autres, en s’affirmant, peuvent constituer des façons d’exister pour certains acteurs traditionnellement marginalisés à l’heure où le local et la participation sont valorisés. Dans ces cas, la dimension critique relève autant de la dénaturalisation des catégories employées ou des situations décrites que de la capacité des territoires de risque à faire émerger des stratégies de résistance (Scott 1987). Pour ces stratégies, l’espace constitue un recours et même un levier pour l’action face à des processus de territorialisation dominants posés à de plus petites échelles dans le cas de la « cause » environnementale.

L’idée de territoire pour penser les risques

19Au-delà de communautés épistémiques et linguistiques différentes, la notion de territoire a sa place dans le contexte de mondialisation de la question environnementale, d’une part pour la dimension politique et l’articulation d’échelle qu’elle recouvre (problématique de l’adaptation, circulation des discours, principes hégémoniques qui motivent l’action), d’autre part pour la possibilité d’une approche contextuelle, constructiviste, multicritère et non sectorielle des risques. Plus que le terme, c’est l’idée de territoire que l’on retrouve dans d’autres contextes épistémiques ou linguistiques (Antonsich 2011). Dans un ouvrage récent sur l’écologie politique, l’examen nécessaire du local articulé à d’autres échelles apparaît sous la forme de place : « En deux mots, places sont des construits historiquement articulés à des processus spatiaux qui dépassent le local et pour lesquels l’extra-local est aussi déterminant que le local » (Biersack et Greenberg 2006). Ce souci d’une approche qui articule les échelles est complété dans l’ouvrage par la mention régulière du rôle central du pouvoir dans l’analyse. La notion de situatedness implique aussi la compréhension nécessaire d’enjeux locaux (Pain et Smith 2008) alors que l’importance d’une articulation locale, politique et culturelle de l’analyse des risques a déjà fait l’objet de conceptualisations avec la notion de hazards as places (Mitchell, Devine et al. 1989 ; Hewitt 1997) ou de place-grounded approach (Cutter 2006). Ces modèles d’interprétation font autant intervenir les nécessités impérieuses des dynamiques biophysiques du milieu que les spécificités des sociétés, de leur organisation, leur fonctionnement ou leurs valeurs. En plus d’une ouverture et d’une politisation certaine, l’approche des risques par leur dimension territoriale offre un regard englobant et articulé, sur un processus multicritère et non sectoriel de construction des risques dans le cadre de la mondialisation de la question environnementale.

20Les territorialités de risque sont plurielles. Les différents territoires de risque identifiés ne se limitent pas au tracé d’une ligne sur une carte à l’intérieur de laquelle un règlement ou une autorité s’applique. Ils sont la marque de la diversité (et des inégalités) de la société, et constituent des leviers pour l’action. Ils présentent une forme, des limites et un contenu matériels, mais recouvrent aussi des significations, des symboles et des valeurs qui participent à la diversité du processus de territorialisation des risques. La géographie fait son miel d’une diversité matérielle, mais aussi politique et culturelle. Le mandat de la géographie comme science des interactions et de l’articulation légitime l’approche par la dimension territoriale pour étudier le jeu de facteurs multiples, matériels et idéels (Demeritt 2009). L’analyse des territoires de risque telle qu’elle est exposée brièvement ici relève d’un type d’approche plus que d’une méthode mais permet de restituer les divers ressorts géographiques des risques tout en constituant l’espace à la fois comme un produit et comme un déterminant soumis incessamment aux tensions de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

ANTHEAUME B. and F. GIRAUT (eds.), 2005, Le territoire est mort, vive les territoires ! Paris, Éditions de l'IRD.

ANTONSICH M., 2011, « Rethinking Territory », Progress in Human Geography, vol. 35, n° 3, p. 422-425.

BADIE B., 1995, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l'utilité sociale du respect, Paris, Fayard.

BANKOFF G., 2001, « Rendering the world unsafe: ‘vulnerability’ as western discourse », Disasters, vol. 25, n° 10, p. 19-35.

BECERRA S. and A. PELTIER (eds.), 2009, Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés, Paris, L'Harmattan.

BECK U., 2003 [1986], La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Flammarion.

BEZUNESH T., 2002, « L'émergence du risque d'inondation à Addis-Abeba : pertinence d'une étude des dynamiques urbaines comme révélatrices d'un processus de vulnérabilisation », Annales de Géographie, n° 627-628, p. 614-636.

BIERSACK A. and J. GREENBERG (eds.), 2006, Reimagining political ecology, Duke University Press.

BLAIKIE P. and H. BROOKFIELD, 1987, Land degradation and society, London, Methuen.

CALDEIRA T., 2000, City of walls. Crime, segregation and citizenship in São Paulo, Berkley, University of Calidornia Press.

COANUS T. and J.-F. PÉROUSE, 2006, Villes et risques, regards croisés sur quelques cités en danger, Paris, Anthropos.

COPANS J. (ed.), 1975, Sécheresses et famines du Sahel. I : Écologie, dénutrition, assistance, Paris, Maspero.

CUTTER S. L., 2006, Hazards, Vulnerability and Environmental Justice, London and Sterling, Earthscan.

DAUPHINÉ A., 2001, Risques et catastrophes. Observer - Spatialiser - Comprendre - Gérer, Paris, Armand Colin.

DEMERITT D., 2001, « The construction of global warming and the politics of science », Annals of the Association of American Geographers, vol. 91, n° 2, p. 307-337.

DEMERITT D., 2006, « Science studies, climate change and the prospects for constructivist critique », Economy and society, vol. 35, n° 3, p. 453-479.

DEMERITT D., 2009, « Geography and the promise of integrative environmental research », Geoforum, vol. 40, n° 2, p. 127-129.

DI MÉO G., 1998, « Le territoire: un concept essentiel de la géographie sociale », Les documents de la MRSH, n° 7, p. 49-61.

DI MÉO G. and P. BULÉON, 2005, L'espace social, Paris, Armand Colin.

DOUGLAS M. (ed.), 1992, Risk and blame. Essays in cultural theory, London and New York, Routledge.

DOUGLAS M., 2001 [1967], De la souillure, essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte.

FABIANI J.-L. and J.-M. THEYS, 1987, La société vulnérable. Évaluer et maîtriser les risques, Paris, Presses de l'ENS.

FÜSSEL H.-M. and R. J. T. KLEIN, 2006, « Climate change vulnerability assessments: an evolution of conceptual thinking », Climate change, n° 75, p. 301-329.

GARCIA ACOSTA V., 2005, « El riesgo como construccion social y la construccion social de riesgos », Desacatos, n° 19, p. 11-24.

Geopolitics, 2010, « Geopolitics roundtable », vol. 15, n° 4, p. 752-784.

GIDDENS A., 1994 [1991], Les conséquences de la modernité, Paris, L'Harmattan.

GODARD O., C. HENRY et al., 2002, Traité des nouveaux risques, Paris, Gallimard.

HEWITT K., 1983, Interpretations of calamity from the viewpoint of human ecology, Boston, Allen and Unwin.

HEWITT K., 1997, Regions of risk: a geographical introduction to disasters, Addison Wesley Longman Harlow.

JEAN Y. and C. CALENGE, 2002, Lire les territoires, Tours, MSH.

JICA, 2004, Estudio sobre el plan básico de prevención de desastres en el distrito metropolitano de Caracas en la República Bolivariana de Venezuela – Informe final (borrador), resumen, Agencia de Cooperación Internacional de Japón, Pacific Consultants Internacional/Oyo International Cooperation.

LATHAM, A. and D. MCCORMACK, 2004, « Moving cities: rethinking the materialities of human geographies », Progress in Human Geography, vol. 28, n° 6, p. 701-724.

LATOUR B., 1994, Nous n'avons jamais été modernes. Essai d'anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

LEFEBVRE H., 2000 [1974], La production de l'espace, Paris, Anthropos.

LÉVY J., 1993, « A-t-on encore vraiment besoin du territoire ? », Les Cahiers Espaces-Temps, n° 51-52.

LÉVY J. and M. LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin.

LIMA J. and C. NOBRE, 2009, « Mapping vulnerability to climate in Brazilian megacities», in Megacities: risk, vulnerability and sustainable development, UFZ, Leipzig.

MARCHAND B., 2010, The concept of « territory » in French planning: An essay in dialectical analysis, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00529037/fr/

MARTIN B., R. ANSEL et al., 2010, « Territorialisation ou déterritorialisation du risque ? Analyse comparative et critique de la procédure de réalisation des PPRNP », Riseo : risques études et observations, n° 1.

MITCHELL J. K., N. DEVINE et al., 1989, « A contextual model of natural hazard », Geographical Review, vol. 89, n° 4, p. 391-409.

NOVEMBER V., 2002, Les territoires du risque. Le risque comme objet de réflexion géographique, Berne, Peter Lang.

OLIVER-SMITH A., 2002, « Theorizing Disasters: Nature, Culture, Power », in S. M. Hoffman and A. Oliver-Smith (eds.), Culture and catastrophe: The anthropology of disaster, Santa Fe, New Mexico, The School of American Research Press.

PAIN R. and S. SMITH, 2008, Geopolitics of fear, Ashgate.

PIGEON P., 2005, Géographie critique des risques, Paris, Anthropos.

PIOLLE X., 1991, « Proximités géographiques et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », Espace géographique, n° 4, p. 349-358.

RAYNER S., 2006, « What drive environmental policies ? », Global Environmental Change, vol. 16, n° 1, p. 4-6.

REBOTIER J., 2008, Les territorialités du risque urbain à Caracas. Les implications d’un construit socio-spatial dans une métropole d’Amérique latine, Institut des Hautes Etudes d'Amérique Latine, Paris, Paris 3/ Sorbonne Nouvelle, thèse de doctorat, 429 p.

REBOTIER J., 2011, « Politicizing fear of crime and insecurity in Caracas. The manufacturing of a fearful urban meta-narrative », Emotion, Space and Society, vol. 4, n° 2, p. 104-112.

REVET S., 2009, « Les organisations internationales et la gestion des risques et des catastrophes 'naturels' », Les Études du CERI, Paris, CERI/Sciences Po, n° 157.

REVET S., 2011, « Penser et affronter les désastres: un panorama des recherches en sciences sociales et des politiques internationales », Critique internationale, vol. 52, n° 3, p. 157-173.

RIST G., 1996, Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques.

SACK R. D., 1986, Human territoriality: its theory and history, New York, Cambridge University Press.

SCOTT J., 1987, Weapons of the weak: everyday forms of peasant resistance, New Heaven, Yale University Press.

THIESSE A.-M., 2001, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Seuil.

THOURET J.-C. and R. D'ERCOLE, 1996, « Vulnérabilité aux risques naturels en milieu urbain : effets, facteurs et réponses sociales », Cahiers des Sciences Humaines, vol. 96, n° 2, p. 407-422.

ULLMAN, R., 1983, « Redefining security », International security, vol. 8, n° 1, p. 129-153.

WISNER B., 1999, « There are worse things than earthquakes: hazard, vulnerability and mitigation capacity in greater Los Angeles », in J. K. Mitchell (ed.) Crucibles of hazard: Mega-cities and disasters in transition, Tokyo, New York, Paris, UNU.

WISNER B., P. BLAIKIE et al. (eds.), 2004 [1994], At Risk, natural hazards, people’s vulnerability and disasters, London, Routledge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Une lecture des ressorts territoriaux des risques
Crédits D’après Di Méo et Buléon 2005
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/176/img-1.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 2 : Aire d’étude sélective des aléas au nord de l’agglomération de Caracas
Crédits JICA, 2004
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/176/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rebotier, « Une approche territoriale des risques », Géographie et cultures, 81 | 2012, 77-90.

Référence électronique

Julien Rebotier, « Une approche territoriale des risques », Géographie et cultures [En ligne], 81 | 2012, mis en ligne le 25 février 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/176 ; DOI : 10.4000/gc.176

Haut de page

Auteur

Julien Rebotier

UMR 5603 SET – Société Environnement Territoire – Université de Pau & des Pays de l’Adour

julien.rebotier@univ-pau.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org