Navigation – Plan du site

Éthique, espace, action : un triptyque à activer

À propos des pratiques gestionnaires des « espaces de nature »
Ethics, space, action: a threesome to be visited: about management practice in « natural areas »
Claire Tollis
p. 97-110

Résumés

Dans cet article, nous montrons comment, en s’appuyant sur certaines théories de l’action et sur la sociologie des associations, il est possible de saisir l’éthique comme un objet géographique. Nous abordons l’éthique dans sa mise en action, un processus long qui mobilise l’espace et se rend visible par lui. Cette réflexion sur l’éthique dans sa forme actée, est menée à travers une analyse des pratiques de gestion des « espaces de nature », ces espaces publics dédiés à la nature et dans lesquels la cohabitation entre entités naturelles et usagers appelle des modes de gestion différenciés, spécifiques, situés. L’enquête fait apparaître une multitude d’acteurs qu’une géographie d’associations hétérogènes est en mesure d’appréhender dans cette pluralité de formes d’engagement.

Haut de page

Texte intégral

L’éthique, une affaire de géographe ?

1Le sens usuel de l’éthique l’apparente d’abord à la philosophie, à une théorie de la morale qui semble plutôt loin des préoccupations du géographe. Il en va autrement pour l’éthique en acte qui nous intéresse ici comme objet proprement géographique. Un large champ de recherche sur l’action a déjà été investi via des approches variées par des géographes qui ont mis en avant le rôle actif de l’espace ou du territoire comme ressource pour l’action (Lussault, 2007 ; Lajarge et Roux, 2007). D’autre part, des sociologues de l’action (Thévenot, 2006 ; Breviglieri, 2008 ; Pattaroni 2001, 2005 ; Dodier, 1993) flirtent avec l’espace en décrivant les « prises », les « appuis », « l’équipement » qu’offre l’espace dans le processus de mise en action. Ces différents travaux nous permettent de penser que, dans sa construction et sa mise en pratique, l’éthique mobilise l’espace : elle le fait exister, le transforme et se fait transformer par lui. Nous suivons ici les propositions de Thévenot qui pose le jugement comme « moteur de l’action ». Il parle d’arrangements, ou « d’accommodements locaux » qui participent à définir le régime d’action emprunté par les acteurs. On entrevoit alors le triptyque « Espace-Action-Éthique » qui sera développé dans cet article.

  • 1 Voir à ce propos le travail d’Augustin Berque.

2Jusqu’ici, les géographes français ont surtout abordé l’éthique au premier degré, soit pour donner le ton de la discipline (comment faire de la bonne géographie ?), soit pour élaborer ce que devrait être la relation de l’homme avec son environnement1. Nous choisissons une approche sensiblement différente : « Toute personne dans l’action est amenée à adopter une éthique au regard de ce qu’il juge bon/juste de faire » (Proctor 1998). Nous postulons donc que chacun se construit une éthique, un cadre guidant son action. Il s’agira alors d’observer ce que les gens font de ce qu’ils disent être leur éthique. Nous explorons cette éthique au second degré en se demandant comment les acteurs l’appliquent, s’engageant pour et dans des espaces, mais aussi avec eux.

3La présente recherche interroge l’éthique à travers les pratiques de gestion des espaces de nature : quels sont les moteurs éthiques de l’action menée en vue de gérer ces espaces publics dédiés à la protection d’entités naturelles et à la récréation des visiteurs, tels que les jardins ou les parcs ? Nous faisons l’hypothèse que ces espaces, étant reconnus, entretenus, et fréquentés pour leurs caractéristiques naturelles, affichent une intention éthique (prendre soin de la nature). Et comme ils sont également ouverts aux usagers, s’y nouent des enjeux qui sont caractéristiques d’une cohabitation entre des entités hétérogènes (humaines et non humaines) qui ne va pas de soi. Nous le verrons, ces pratiques s’ancrent dans des espaces, mais surtout, elles s’arrangent avec ces espaces qui ne sont pas de simples supports d’action, leurs composantes endossant des rôles et même des responsabilités dans les projets engagés.

L’éthique en action dans l’espace

Les « espaces de nature » en question

  • 2 Cette idée est développée par C. Mounet à propos de la gestion du loup et du sanglier, dans les Alp (...)

4On trouve une très grande variété d’espaces qualifiés par le public d’« espaces de nature ». Ils s’égrainent le long de ce que l’on pourrait appeler, à la suite de Nicholas Helpburn un « continuum de naturalité » (ou de « sauvage-té », wildness continuum étant l’expression américaine). Dans le cadre de la thèse, nous avons fait le choix de quatre espaces différents, se situant à différents niveaux sur ce continuum, supposant que le rapport à la nature pouvait y être différent et donc enrichir la perspective sur l’objet de recherche. Le premier terrain d’observation, les espaces verts de la ville de Grenoble, permet d’interroger la relation des habitants à la nature de proximité. Le second est une station touristique de moyenne montagne, le Col de Porte, à la périphérie de Grenoble. Le troisième terrain est une entrée du Parc National des Pyrénées, le site du Pont d’Espagne. Enfin le dernier site fait partie de la Mount Jefferson Wilderness, grand espace de nature dite « sauvage », en Oregon (États-Unis). Plus que des périmètres d’étude, ces espaces de nature présentent un intérêt singulier : ils sont des territoires d’expérimentation, de projet. Leur plan de gestion consiste à résoudre un problème central : celui de la cohabitation entre les usagers et les entités naturelles qui s’y trouvent. On y observe une phase de transition : il ne s’agit plus vraiment de mettre la nature à l’écart des activités humaines en traçant un périmètre stable autour de ce qu’est la nature, mais bien de gérer un vivre-ensemble entre des humains et des non humains, instables, changeants, incertains, peu cantonnables dans des espaces2.

5Dans ces espaces de nature, les pratiques de gestion oscillent entre une volonté de laisser faire la nature, de la ménager, et une nécessité d’entretenir et d’aménager l’espace pour les besoins récréatifs exprimés par les visiteurs.

« La nature peut prendre soin d’elle-même, mais les gens… les gens il faut trouver un compromis entre la liberté qu’ils veulent et une visite guidée » (entretien avec un wilderness manager, 2009).

6Ce travail se frotte à des conceptions variées de ce que doit être la nature, avec deux visions extrêmes – un naturel souhaité et un sauvage redouté – mais aussi de nombreuses positions intermédiaires, comme en témoigne l’interprétation de cette employée des services municipaux en charge des espaces verts de la ville de Grenoble :

« Les gens veulent du sauvage, mais quand même faut que ce soit maîtrisé, ils ont peur de la nature, sinon ils ne vivraient pas en ville » (entretien, 2008).

7Ici, en milieu urbain, un programme de suppression de l’usage des produits phytosanitaires a été engagé par la ville dans les espaces verts dont elle gère l’entretien.

  • 3 Le terme wilderness désigne ici une certaine classe de gestion et se rapporte à des indicateurs pré (...)

8Dans le deuxième cas d’étude, un collectif s’est monté pour ramasser les déchets sur les pistes de ski après la saison d’hiver. Dans le troisième cas, un aménagement lourd (parking, sentiers de proximité, télécabine, bâtiment d’accueil) a été réalisé pour organiser le trafic automobile du fond de vallée, auparavant taxé d’« anarchique ». Enfin, dans le dernier cas, un Limited Entry Area a été décidé pour limiter la population des visiteurs à vingt-cinq groupes par jour dans un site « sur-fréquenté » et menacé de perdre son label wilderness3. Ces différents territoires de projets sont interrogés sur les façons dont on prend soin aujourd’hui des espaces de nature, imbroglios à propos desquels des controverses émergent. Or on observe que ces conflits sont tus et dilués pour laisser place à l’action. Ce sont ces « actions malgré tout » qui nous intéressent, ces actions en train de se faire pour organiser sur le temps long la cohabitation entre des entités hétérogènes. En cela, ces espaces constituent des hot spots des questions environnementales dont les arrangements pourraient se retrouver dans d’autres espaces d’action et à d’autres niveaux d’unité praxique (Ricœur, 1990).

L’agir éthique dans l’espace

9L’espace est mobilisé dans la mise en action sur plusieurs étapes. Nous verrons que la mise en action se fait à la fois dans un espace et avec un espace, l’espace prenant part au processus de réalisation des projets étudiés. Pour analyser la mise en actes de l’éthique dans les « espaces de nature », nous nous appuyons sur les travaux de Thévenot qui attribue quatre étapes à la mise en action (Thévenot, 2006), mais aussi sur Ricoeur qui a dessiné un « agir éthique » en quatre phases également (Ricoeur, 1996), qui peuvent se juxtaposer à celles proposées par Thévenot.

10Dans la première phase, celle de l’évaluation de l’environnement, les caractéristiques de l’espace jouent à plein. Elles sont un ensemble d’indices, mais aussi d’équipements, qui vont inviter à choisir tel type d’action plutôt que tel autre. Par exemple, le service des espaces verts de la ville de Grenoble a choisi de mettre en place une gestion différenciée avec des zones ornementales très travaillées et des zones plus rustiques ou semi-naturelles s’appuyant sur des configurations déjà présentes dans les différents espaces verts existants pour décider d’un mode de gestion approprié. Sur un espace avec de petites collines, dont la tonte est difficile et coûteuse, un mode de gestion peu interventionniste a été engagé et une large étendue a été laissée à la libre expression des herbes folles, jusqu’ici niées. Autre exemple, dans la Mt Jefferson Wilderness, la volonté de limiter l’accès aux visiteurs dans les zones les plus fréquentées, s’est cristallisée sur un site en particulier, Pamelia Lake car ses caractéristiques rendaient faisable le projet, notamment le fait qu’un seul chemin principal mène les visiteurs du parking au lac, ce qui rend la mise en application (notamment la signalétique) et la surveillance possibles alors qu’ailleurs, la multiplicité de voies d’accès aux sites compromettrait la réalisation d’un tel projet. Le jugement (Thévenot, 2006) se base donc sur les configurations sociospatiales existantes pour se construire. Un ensemble d’entités hétérogènes connecte le projet au temps et à l’espace. On pourrait alors adopter une approche microgéographique pour comprendre ce travail de sélection des indices nécessaire à la construction de ce jugement. Toutefois, des éléments issus d’autres niveaux entrent aussi en compte.

11Pour Ricœur, ce moment de l’agir éthique est le moment de la morale, c’est-à-dire que l’intention de faire quelque chose (de bon/juste) se confronte aux cadres existants de ce qui est « communément jugé comme bon/juste ». Ainsi, le programme d’action dans les espaces verts de la ville ou le projet de limitation d’accès au lac se situent tous les deux plus largement dans ce qui est reconnu comme « convenable » dans ces types d’espace : on va tenter d’adapter des modes de faire vus ailleurs et salués comme bénéfiques. Ainsi, la mise en action n’est pas purement locale, elle est cadrée. Murdoch nous éclaire à ce sujet lorsqu’il dit :

« À chaque instant, nous rencontrons des centaines de faiseurs absents qui sont éloignés dans l’histoire et dans l’espace, mais quand même simultanément actifs et présents ».

12Un espace immédiat mais connecté semble ainsi conditionner l’éthique dans sa mise en acte, et il revient au géographe d’étudier les moyens par lesquels se forment les liens entre toutes les entités engagées dans le processus de mise en action, et comment les rôles sont distribués tout au long de la chaîne des entités ainsi mobilisées. Les théories de l’acteur-réseau apparaissent pertinentes à ce propos. Car dans cette chaîne d’entités hétérogènes mobilisées dans l’action se trouvent des humains (gestionnaires, usagers, bénévoles, éducateurs) et des non humains (plantes, animaux, livres, lois). Ces théories proposent justement d’étudier symétriquement le local/le global, les humains/les non humains, les sujets/les objets, les acteurs/les intermédiaires en suivant les réseaux, les distributions, les allocations, les configurations (Murdoch, 1997).

13David Harvey a une approche similaire quand il évoque les « rencontres » entre humains et non humains et les modifications auxquelles ces rencontres amènent. Mais son approche est asymétrique.

« Même s’il (Harvey) accepte qu’il y ait une base matérielle à l’action, il traite le monde matériel comme soumis aux constructions (sociales) des humains » (Murdoch, 1997).

14Alors que pour Latour, sans les objets, il n’y aurait pas de social puisque ce sont eux qui nous connectent dans le temps et dans l’espace. Se pencher sur la mise en acte d’une éthique environnementale en étudiant les pratiques gestionnaires d’« espaces de nature », ne revient pas à étudier les pratiques des gestionnaires, mais la façon dont s’organise la gestion de ces espaces, en essayant d’inclure dans l’analyse toutes les entités hétérogènes qui y sont impliquées ainsi que ce qui les relie ensemble, dans l’action. Pour des besoins méthodologiques, nous avons choisi d’étudier le collectif depuis une perspective en particulier, celle des gestionnaires ou managers. L’objectif est d’analyser l’influence des différentes entités du collectif sur les projets de gestion, influence exercée dans des interstices d’expression dessinés par les gestionnaires, qui donnent de la performativité à ces entités : elles sont saisies par les gestionnaires et activées par leurs soins.

L’éthique en action avec l’espace

15Nous souhaitons aller plus loin dans cette approche, dans le sillon qu’a déjà tracé Michel Lussault, en adaptant les travaux de Bruno Latour dans le champ de la géographie. Pour Lussault, l’espace n’est pas seulement mobilisé par les acteurs, il travaille de manière active les pratiques des acteurs. Ses propositions sont d’ailleurs bien illustrées par les discours recueillis sur le terrain :

« Quelle que soit la décision que vous prenez, c’est un processus qui commence […] quel type d’action va donner quelle sorte de résultats ? Ensuite, vous regardez dans le temps quel est le résultat obtenu, vous mesurez les effets et si ce n’est pas ce que vous attendiez, vous réévaluez » (entretien avec un wildernness manager, 2008).

16Ce même gestionnaire affirme qu’en 2004, un feu de forêt ravageur a « considérablement redirigé le flot des visiteurs » dans l’espace dont il a la responsabilité. Ici, le feu peut être vu comme un actant (Lussault, 2007). De la même façon, lorsque dans les espaces verts urbains, des insectes sont utilisés comme auxiliaires pour lutter contre les parasites, ils deviennent des adjuvants pour les gestionnaires :

« On fait des lâchés d’auxiliaires […] il faut regarder un peu l’évolution, voyons qui est en train de gagner, si jamais les auxiliaires sont en train de gagner, eh ben, on laisse la nature faire, on la laisse se débrouiller » (entretien, 2008).

17Des entités complexes sont ainsi considérées comme autant de partenaires ou d’ennemis pouvant aider ou compromettre la réussite des projets de gestion. C’est donc tout un réseau qui opère de façon située dans la mise en acte d’une éthique et qui fonde des pratiques non génériques. Ceci nous amène à dire, à la suite de Jonathan Murdoch : « L’action est une propriété des associations plutôt que des agents humains ».

18Ainsi, se pencher sur la mise en action de l’éthique dans les « espaces de nature » nous amène à nous intéresser à une grande diversité d’entités pour tenter de dessiner la chaîne d’actants (Lussault, 2007) qui concoure à influencer le cours des choses. Murdoch ajoute :

« La responsabilité se trouve distribuée le long de la chaîne d’humains et de non humains » (Murdoch, 1997).

19Nous cherchons à avancer ici que les acteurs n’agissent pas sur l’espace inerte, stable ou neutre mais qu’au contraire ce sont des associations d’entités hétérogènes qui sont à l’œuvre et portent la responsabilité du devenir d’espaces spécifiques. L’éthique, dans sa mise en action, comporte donc une dimension spatiale forte, tant par les repères qui sont mobilisés que par les entités qui sont enrôlées. Ici, les acteurs comptent tacitement sur les différentes composantes de l’espace comme dans un « contrat » qui serait « implicite » (Mounet, 2007). Des humains et des non humains les aident ou les gênent dans leur entreprise, avec toute la part d’incertitude qui les caractérise, et les gestionnaires composent avec les éléments hétérogènes de l’espace dans lequel ils inscrivent leur action, comme le décrit l’un des employés du service des espaces verts :

« Du moment qu’on travaille sur du  »végétaux« , avec du vivant extérieur, on maîtrise pas, on maîtrise pas tout, pas grand-chose je dirais. C’est vrai. Heureusement ! Donc, on adapte, ça on a l’habitude, hein, c’est notre métier, on est les paysans de la ville, aux espaces verts ! »

20Voyons maintenant comment tout au long des processus d’action que l’on tente de décortiquer, l’espace constitue une vitrine vivante des pratiques gestionnaires. En effet, c’est précisément par l’espace que ces pratiques se donnent à voir, se rendent visibles et c’est peut-être même dans l’espace que se livrent des indices pouvant émouvoir et faire se mouvoir les individus dans un rapport sensible proche de la sollicitude.

L’espace, un déclencheur de l’agir éthique ?

L’espace, révélateur des bonnes pratiques

21D’abord, nous aimerions approfondir l’idée selon laquelle l’espace – ici les espaces de nature – peut être révélateur du soin qui lui est apporté. Un espace qui se porte bien peut montrer des signes ostentatoires de bonne gestion. Il légitime les programmes mis en œuvre en son sein. À l’inverse, un espace pourrait montrer des signes de mauvais traitement et signifier ainsi le manque d’éthique avec lequel on le gère. Il existe à ce titre des indicateurs assez génériques qui caractérisent la bonne santé d’un espace. On pourrait retenir comme exemples la biodiversité, la qualité de l’eau, ou encore, comme c’est le cas aux États Unis, la largeur du chemin, la taille des aires de bivouac, le nombre de sentiers secondaires, ou le niveau de bois mort (fuel) accumulé au sol. Ces réflexions sont très présentes dans le discours des acteurs (entretiens, archives, articles de presse et lettres de plainte). Dans le cas du projet d’aménagement du Pont d’Espagne (Pyrénées), la littérature fait état des effets bénéfiques du projet sur l’environnement direct :

« Un an plus tard, la végétation avait déjà reconquis une grande partie des zones dégradées, l’ancien parking du Clot avait retrouvé en hiver sa parure de neige immaculée » (Flurin, 1999).

22La végétation, par son retour, donne ici un aspect positif au paysage qui vient asseoir a posteriori la pertinence de l’initiative prise. La neige, quant à elle, donne à voir le site comme ayant recouvré sa virginité. Bien entendu, les acteurs sélectionnent les signes qui vont dans le sens de ce qu’ils ont à dire. Mais il est important de noter que ces signes se spatialisent et que les conséquences des pratiques gestionnaires ne se rendent palpables qu’à travers un espace spécifique que les protagonistes lisent attentivement. Aux États-Unis et dans certains parcs français, une des activités principales des gardes est le monitoring, c’est-à-dire une observation fine de leurs espaces de patrouille, aidée par des instruments, informée par une connaissance approfondie et une expérience longue, destinée à recueillir très régulièrement des indices sur l’évolution des espaces et des espèces :

« Toute prise de décision dépend des données que recueillent les gars sur le terrain. » (Entretien avec un wilderness manager).

23Ces données sont compilées dans de longs argumentaires envoyés au responsable régional qui allouera ou non les budgets pour la mise en œuvre du projet proposé. Les gardes agissent à ce stade comme des relais, des « acteurs-passerelles » (Mounet, 2007). Ils traduisent les indices de l’espace en besoins d’agir.

24Un autre exemple de la façon dont l’espace sert de révélateur, est celui d’une habitante de Grenoble qui se plaint en ces termes :

« Une partie du Parc Paul Mistral semble être livrée à elle-même dans le plus parfait désordre […] ne laissez pas nos rosiers étouffer sous les mauvaises herbes ! ».

25Ici, l’espace est bien connu de la personne qui en parle, elle se l’approprie et rappelle aux responsables leurs devoirs :

« Il semble peu à propos de vous livrer à vos expériences écolos en plein centre ville. Le parc Paul Mistral n’a pas été conçu pour cela mais pour être, au contraire, bien et entièrement entretenu ».

26Cette habituée a une idée précise de ce que le parc a été, et de ce qu’il doit être. Elle lit, à travers des signes comme « les rosiers étouffés par les mauvaises herbes », la détresse d’un endroit à l’abandon. En lui donnant une dimension hyperbolique (la menace de mort pour les rosiers), elle fait de sa plainte un rappel déontologique au service qui en a la responsabilité. Un autre habitant évoque sa relation à l’arbre-devant-chez-lui, approche récurrente dans les courriers étudiés :

« Cette année l’élagage s’est fait en pleine floraison, l’arbre rempli d’abeilles qui butinaient. Dans l’administration on ne tient pas compte d’une météo plus en avance […] L’arbre l’a mal vécu, il a fallu un été pluvieux pour qu’il reprenne vigueur ».

27Par cette initiative, l’habitant cherche à culpabiliser les responsables d’une taille peut-être trop radicale qu’il évoque comme suit :

« Cette taille bizarre où les arbres ressemblent à des spectres ».

28Pour lui, le travail n’a pas été fait convenablement, et l’arbre devient ici, par les signes qu’il envoie (« il l’a mal vécu »), un témoin des mauvaises pratiques gestionnaires. Dans ces deux cas, c’est une relation sensible à la nature qui est évoquée. Ce contact habitant, familier (Thévenot, 2006), procure une base originale au jugement et à l’action (les habitants vont jusqu’à écrire aux responsables pour espérer influer sur leurs décisions et leurs mode de faire dans le futur).

L’espace, activeur de l’agir éthique

29Ces différentes façons de se saisir des signes de la nature pour alimenter une réflexion éthique sur ce qu’il convient de faire pourraient être assimilées à ce que Luca Pattaroni décrit dans son travail sur le geste moral comme les preuves ou les épreuves d’une « sollicitude » (Pattaroni, 2001). Pour l’auteur, ce mode relationnel :

« suppose de connaître l’autre dans sa singularité afin de pouvoir répondre à des attentes qui sont généralement peu explicitées. Faire preuve de sollicitude, c’est savoir se mettre à l’écoute de l’autre afin de le reconnaître dans la singularité de son besoin ».

30On peut penser que dans les « espaces de nature », des modes singuliers d’attachement vont jouer pour déclencher l’intention d’agir en leur faveur. On peut ici faire référence aux travaux d’Augustin Berque, dans lesquels il met au jour cette capacité qu’a l’homme-sujet de tisser des interrelations physiques et symboliques avec le monde « par la technique et la corporalité » mais aussi d’extérioriser ces fonctions hors de son « corps animal » en un « corps social composé de systèmes techniques et de systèmes symboliques » (Berque, 1996). Il nous semble que c’est effectivement ce que les acteurs font lorsqu’ils tentent (par une lettre de plainte, par un relevé minutieux de données, par l’organisation d’une réunion de travail) de mettre en commun leurs impressions, leurs affects, leurs perceptions vis-à-vis de ce à quoi ils sont attachés. Thévenot souligne également ce mode relationnel quand il dit :

« Il faut considérer l’évidence d’une multiplicité d’attaches entre les corps humains et leur environnement. C’est ensuite en opérant une sélection dans ces attaches multiples, en qualifiant certaines et en négligeant d’autres, que peuvent s’élever des modalités particulières de relation à l’autre » (Thévenot, 2006).

31Ces attaches singulières qui se tissent entre le sujet et son environnement, « son monde » (Lolive, 2008), informent le jugement éthique et donc l’engagement dans l’action, mais pouvons-nous dire qu’à travers ces attaches, l’espace va jusqu’à motiver la mise en actes d’une éthique ? Les individus enrôlés perçoivent-ils l’espace, ou certaines de ses composantes, comme ayant des attentes à leur égard ? Ressentent-ils un appel de la nature ?

L’espace, déclencheur de l’agir éthique ?

32Une des pistes que nous suivons est qu’un agir éthique peut être influencé par des relations spécifiques (sensibles, médiales, sensorielles) à l’espace, en l’occurrence, aux espaces de nature. Ces liens mettent en avant l’expertise profane de personnes qui a priori ne sont pas désignées comme les responsables officiels du devenir de ces espaces mais qui, par des pratiques de veille, d’écoute, d’observation fine, se mettent à la disposition de leur monde pour détecter des signes qu’ils traduisent en appels sollicités, selon eux, par ces espaces dont ils veulent prendre soin. On observe à ce sujet des processus d’apprentissage au contact de l’espace : les individus acquièrent des connaissances et des compétences, ainsi que des savoir-être et deviennent alors des passeurs. Les activités décrites comme des tests, des expérimentations visant à être adaptées aux réactions de l’espace, vont dans le sens d’une confiance qui serait accordée à la nature pour révéler ses besoins. La question qui n’est donc pas de savoir s’il y a un appel mais si les individus ressentent un appel qui les fait entrer en action, se révèle pertinente. Les discours de certains acteurs pour justifier leurs actions sont, à ce niveau, tout à fait probants, à l’instar de ce coordinateur qui raconte pourquoi c’est au printemps qu’il faut aller ramasser les déchets en montagne plutôt qu’au cours des autres saisons :

« On se réveille, on se fait beau. La montagne se fait belle au printemps, c’est le moment d’aller faire du propre » (entretien, 2009).

33Ici, c’est comme si le collectif de ramassage des déchets allait aider la montagne à bien se réveiller, au moment qui lui est propice. L’espace au réveil constitue donc un levier ou un déclencheur pour entrer en action. Et l’on peut même aller un peu plus loin. Cette action phare, apparemment incitée par la montagne sortant de la dormance hivernale, serait, nous l’explique cet acteur, le déclencheur de pratiques qui peuvent se retrouver ailleurs :

« Le ramassage c’est une clé simple : il y a des déchets, dans un lieu pur. 2500 personnes se mobilisent, un message simple et qui sert. C’est le point de départ vers la cohérence. On met la main à la pâte, après chez soi, l’effort va faire sens. On manque de ça » (Ibidem).

  • 4 Le ranger est ici le directeur de la Ranger Station. Son rôle le place au-dessus de tous les respon (...)

34On pourrait alors tisser un lien avec les campagnes d’incitation au tri des déchets qui sont très souvent illustrées par des images d’espaces de nature connus, comme les volcans d’Auvergne par exemple. Une interprétation possible de cette tendance serait de dire que l’argumentaire convoque une rencontre sensible (celle des destinataires de l’affiche avec les volcans par exemple) pour provoquer une pratique éthique (trier ses déchets). Une autre piste de réponse tient au fait que l’espace, dans sa configuration (setting) déclencherait des types différents de pratiques chez les usagers. En étant révélateur du soin qui lui est apporté, l’espace peut aussi participer à activer des comportements conformes comme l’évoque ce ranger4 :

« Ils se conformeront à l’environnement autour d’eux. Si l’environnement a l’air d’être entretenu, géré avec soin, ils se comporteront de manière responsable. Mais certains types, si je leur livre un site qui a l’air à l’abandon, comme si personne ne s’en souciait, ne le gérait, ils le traiteront de la même façon. Je ne dis pas que tout le monde agira comme ça mais beaucoup oui. Les gens se calquent sur un agencement en particulier (setting) » (Ibidem).

35Comme nous avons tenté de le souligner, l’éthique se spatialise en se donnant à voir dans des espaces non génériques. De nombreuses pistes de recherche apparaissent alors. L’espace semble être le résultat d’une multitude de processus d’action dont l’éthique peut être le moteur. Les projets se réclamant d’une éthique ne se mettent pas en acte dans n’importe quel endroit : certains attachements, certains arrangements, certains modes d’être au monde (écoute, veille, observation) semblent récurrents.

Éthique-action-géographie, un triptyque à activer

36Nous avons soutenu dans cet article que l’éthique tient vraiment à une évaluation contextualisée dans un environnement qui est toujours particulier. Nous avons insisté sur le fait que l’espace dans lequel l’éthique est construite importe à tous pour déterminer ce qu’il convient de faire. Mais nous avons surtout tenté de démontrer que c’est dans sa forme actée que l’éthique pouvait intéresser le géographe. En effet, l’éthique acquiert une dimension spatiale forte dans sa mise en action. L’intention d’agir bien se frotte à l’espace. Les acteurs s’équipent auprès d’espaces singuliers qui réagissent, c’est-à-dire qui résistent ou qui répondent à leurs attentes, ce qui nous a fait dire que la mise en action de l’éthique était une épreuve qui se déroulait avec l’espace et pas simplement dans un espace. Activer le triptyque éthique-action-géographie amène ainsi à prendre en considération une multitude d’acteurs et d’actants portant la responsabilité de la réussite du projet, dans une « géographie des associations hétérogènes » comme l’appelait justement Jonathan Murdoch (Murdoch, 1997). Cette géographie, qui prend le parti d’étudier les liens, les distributions, les constructions et les configurations, s’avère la plus à même d’éclairer ce qui se joue dans ces attachements dessinés entre les acteurs et leurs mondes. L’intention même d’agir éthiquement semble être inspirée, initiée, sollicitée par l’espace, dans un rapport sensible de mise à disposition de cet environnement qui deviendrait alors déclencheur de l’éthique et de sa mise en acte dans un rapport finalement proche de la sollicitude où l’espace, dans la singularité de son besoin, devient un motif en soi pour agir.

Haut de page

Bibliographie

BERQUE, A., 1996, Être humains sur la terre. Principes d’éthique de l’écoumène, Paris, Gallimard, 212 p.

BREVIGLIERI, M., 2008, « L’insupportable. L’excès de proximité, l’atteinte à l’autonomie et le sentiment de violation du privé », dans Breviglieri M., C. Lafaye et D. Trom, (dir.), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica, 29 p.

CALLON, M., 1986, Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la Baie de Saint-Brieuc, l’année sociologique, n° 36, p. 169-208.

DODIER, N., 1993, Les appuis conventionnels de l’action. Eléments de pragmatique sociologique, Réseaux, n° 62, p. 63-85.

FLURIN, R., 1999, Histoire de Cauterets : des origines à nos jours, Nonette, Créer, 664 p.

LAJARGE, R. et E. ROUX, 2007, « Ressource, projet, territoire : le travail continu des intentionnalités », dans Gumuchian H. et B. Pecqueur, La ressource territoriale, Paris, Anthropos, p. 133-146.

LATOUR, B., 2006, Changer de société, Refaire de la Sociologie, Paris, La découverte, 379 p.

LEVY, J. et M. LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1032 p.

LOLIVE, J., 2008, De la planification environnementale à l’émergence des cosmopolitiques : un parcours de recherche consacré à l’environnement, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

LUSSAULT, M., 2007, L’Homme spatial : La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 366 p.

MOUNET C., 2007, Les territoires de l’imprévisible. Conflits, controverses et « vivre ensemble » autour de la gestion de la faune sauvage. Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises. Thèse de doctorat, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

MURDOCH, J., 1997, « Towards a geography of heterogeneous associations », Progress in Human Geography, n° 21, 3, p. 321-337.

PATTARONI, L., 2001, « Le geste moral. Perspective sociologique sur les modalités du vivre ensemble », Carnets de bord, n° 2, p. 67-77.

PATTARONI, L., 2005, Politique de la responsabilité : promesses et limites d’un monde fondé sur l’autonomie. Thèse de doctorat sous la codirection de Laurent Thévenot et Jean Kellerhals, Paris/ Genève, École des Hautes Etudes en Sciences Sociale et université de Genève.

PROCTOR, J., 1999, « A Moral Earth? Facts and values in Global Environment Change », dans Proctor J. et D. Smith, Geography and Ethics, journeys in a moral terrain, Londres, Routledge, p. 149-162.

RICŒUR, P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 424 p.

SOUBEYRAN, O., 2004, « Tautologie, effet géographique, fabrication des comportements attendus », dans Debarbieux B. et M-C. Fourny, L’effet géographique : construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, p. 241-247.

THÉVENOT, L., 2006, L’action au pluriel : Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La découverte, 310 p.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos le travail d’Augustin Berque.

2 Cette idée est développée par C. Mounet à propos de la gestion du loup et du sanglier, dans les Alpes françaises.

3 Le terme wilderness désigne ici une certaine classe de gestion et se rapporte à des indicateurs précis édictés par le US Government.

4 Le ranger est ici le directeur de la Ranger Station. Son rôle le place au-dessus de tous les responsables locaux (notamment, le wilderness manager) sous les ordres du Forest Supervisor, du Regional Director, et du USFS Chief.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Tollis, « Éthique, espace, action : un triptyque à activer », Géographie et cultures, 74 | 2010, 97-110.

Référence électronique

Claire Tollis, « Éthique, espace, action : un triptyque à activer », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1772 ; DOI : 10.4000/gc.1772

Haut de page

Auteur

Claire Tollis

Laboratoire PACTE-Territoire – Grenoble
clairetollis1@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org