Navigation – Plan du site

Watsuji Tetsurô

Du milieu à l’éthique du milieu
Watsuji Tetsurô : from environment to environmental ethics
Pauline Couteau
p. 111-123

Résumés

La géographie, en tant que description des terres et écriture de la Terre, traite de l’existence concrète de l’humain et renvoie à ce que le philosophe Watsuji Tetsurô (1889-1960) développe sous le terme de mésologie, ou étude des milieux humains. La relation qui unit l’homme et la terre est conceptualisée par Watsuji comme médiance, là où elle est pensée par Eric Dardel comme géographicité. Si Watsuji a développé en profondeur les implications éthique et esthétique, les dimensions sociales et politiques restent implicites, pour ne pas dire ambivalentes, compte tenu du contexte dans lequel ses essais sont parus. Ainsi, la mise en regard de cette théorie qui s’incarne dans un Japon marqué historiquement et politiquement avec ce que le géographe libertaire Elisée Reclus a développé dans des ouvrages comme l’Homme et la Terre permet d’ouvrir la réflexion au-delà des frontières régionales et de souligner la convergence à l’oeuvre dans une réflexion qui s’efforce de penser ensemble l’humain et la Terre.

Haut de page

Texte intégral

« La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. »
Saint-Exupéry

1La géographie, en tant qu’elle traite de la terre, en tant qu’écriture de la terre et description des terres peut être vue comme un mode privilégié de compréhension de l’humain. Si l’objet de la géographie est la terre, celle-ci n’est pas conçue indépendamment des humains qui l’habitent. La géographie n’est pas assimilable à la géologie, et si parmi ses différentes branches certaines sont orientées vers une étude physique ou quantitative, il n’en reste pas moins qu’elle n’est jamais purement abstraite d’un point de vue humain. L’étude des relations, et en particulier les relations entre l’humain et la terre, est au demeurant une des caractéristiques principales de la géographie.

2Or la relation qui unit l’humain et la terre est souvent pensée dans une perspective dualiste dont la distinction entre topos et chôra est en quelque sorte une prémisse incontournable. En effet, le topos aristotélicien renvoie au principe d’identité tandis que la chôra présuppose le mélange, le troisième terme : elle est matrice et empreinte à la fois (Platon, 1925). Ces deux conceptions du lieu sont fondatrices des manières de penser les lieux et les relations de l’homme à ceux-ci. Au-delà, la distinction cartésienne de la res extensa et de la res cogitans reste de mise, sorte de ur-doxa fondatrice des autres séparations que sont le sujet et l’objet, le fait et la valeur, la nature et la culture, etc. Ainsi pensée, la géographie traiterait objectivement de la terre ou des relations entre les sociétés et les milieux en les extrayant du réseau de relations qui les unit aux autres disciplines. Cependant, les questions qui occupent aujourd’hui le champ des sciences sociales sont nécessairement transdisciplinaires et transversales. À l’heure où les thèmes d’environnement, de soutenabilité du milieu de vie sont devenus, non pas plus actuels (ils ont été depuis longtemps pensés sous de multiples formes) mais plus pressants, il semble que la géographie ne puisse faire l’économie d’une réflexion à la fois éthique et esthétique, politique et sociale.

3La notion de milieu peut permettre d’articuler les différents moments à l’œuvre dans la spatialité humaine. Les particularités naturelles des lieux, et les manières dont celles-ci sont transformées, témoignent de la relation particulière qu’entretient l’humain à son milieu de vie. En traitant de ces questions à travers le champ conceptuel du milieu, le philosophe japonais Watsuji Tetsurô (1889-1960) nous permet d’envisager la relation de l’homme à la terre dans sa dimension existentielle. En centrant cette réflexion sur Watsuji Tetsurô et sa conception de la mésologie, je souhaite en même temps ouvrir ce propos à d’autres penseurs, comme Elisée Reclus qui partage avec Watsuji une volonté de concevoir les relations dans leur concrétude. Il ne s’agit pas de faire une étude comparative, mais de saisir en quoi le fait de fonder sa réflexion sur le milieu permet de penser « avec », et ainsi de ne pas exclure les dimensions politique et sociale, éthique et esthétique de la géographie. Cette analyse va porter principalement sur Watsuji Tetsurô et sa conception de l’existence qui lie milieu et éthique pour se tourner, une fois mises en place les grandes lignes de sa pensée, vers quelques aspects de la géographie d’Elisée Reclus.

Watsuji et la théorie du milieu

4La notion de milieu a toujours traversé la pensée de l’espace et la géographie (Canguilhem, 2009). Cependant, si on l’envisage du point de vue du topos aristotélicien, le lieu est limite, il pose les substances dans un espace en tant que celles-ci sont ici et maintenant dans leur être stable, défini. Je suis dans les limites de mon corps qui me définit comme être substantiel. A = A. Le lieu ainsi conçu est une qualité objective de l’espace abstrait. Comme le temps qui se divise en unités plus petites, le lieu lui-même devient mesurable, quantifiable. Or analyser l’espace à travers sa géométrie, le lieu à travers sa mesure, revient à l’abstraire de l’existence humaine, ainsi que l’énonce Watsuji Tetsurô. Nourrie par un amour des arts orientaux et occidentaux, la philosophie de Watsuji s’est inscrite dans une époque de profonds bouleversements au Japon. Face à la puissance indéniable de la pensée européenne qui se manifeste par une efficacité, technique entre autres, une remise en question des fondements de la pensée japonaise ne pouvait que se développer. Celle-ci, en même temps, se déploie par une mise en regard des modes de pensées et des différences fondamentales de compréhension du monde qui jaillissent de la langue elle-même. Là où le français pose le sujet comme pierre angulaire de la réflexion, d’autres langues vont situer ce sujet dans un réseau d’interactions, de situations. Le lieu devient alors l’élément primordial au détriment, si j’ose dire, du sujet (Nakagawa, 2005).

  • 1 L'Éthique paraît en trois volumes en 1937, 1942 et 1949. Si certaines de ces théories tendent à jus (...)

5Ces généralités ont pour but d’esquisser à grands traits le contexte culturel dans lequel la théorie du milieu de Watsuji est née. Celle-ci a pris corps, plus précisément, dans la conjonction de divers éléments, à savoir son voyage en Europe (donc la traversée de milieux très divers), et la lecture de Sein und Zeit de Heidegger, en 1927, l’année de sa parution. La vive impression causée par cette lecture et ce voyage s’est en quelque sorte renforcée par l’idée que l’espace, plus précisément le milieu, sans être négligé par Heidegger, demeure d’une certaine façon secondaire dans sa réflexion. Or l’espace est condition de l’existence humaine, au même titre que le temps. Bien plus, pour Watsuji, la médiance est le « moment structurel de l’existence humaine », ce qu’il va développer dans son ouvrage intitulé Fûdo, le milieu humain (Watsuji, 2011). Cependant, cet essai ne peut se penser qu’en relation à un autre écrit de la même période, L’éthique en tant qu’étude de l’être humain (Watsuji, 1971), dans lequel il explicite les liens entre l’étude des milieux, ou mésologie, et l’éthique. Les bases définies dans ces deux essais seront reprises dans son Éthique (Watsuji Tetsurô, 1962)1.

6Bien qu’écrit en grande partie entre 1928 et 1929, à partir de cours donnés à l’université impériale de Kyôto, Fûdo ne paraît qu’en 1935, soit un an après La science éthique en tant qu’étude de l’être humain. Ces deux essais sont complémentaires, tant par la méthode – l’herméneutique – que par le contenu, à savoir une analytique de l’existence humaine qui se déploie en regard de l’analytique existentiale. Le champ lexical que Watsuji développe dans Fûdo offre de véritables prises pour l’analyse de la relation de l’humain au milieu (Berque, 2010). Si le terme médiance peut être problématique dans une première approche, son sens est cependant explicite une fois saisis les tenants de la pensée de Watsuji. Afin de mieux comprendre les enjeux, je me réfère à la manière dont Eric Dardel introduit le concept de « géographicité » dans L’Homme et la Terre (Dardel, 1990). En effet, en se réfèrant également à l’œuvre de Heidegger, il met en place une géographie existentielle qui réintègre l’homme dans sa spatialité, dans sa poétique même. Dans les premières lignes de cet ouvrage, le terme de géographicité, qui répond à l’historialité heideggérienne, est introduit comme suit :

« Amour du sol natal ou recherche du dépaysement, une relation concrète se noue entre l’homme et la Terre, une géographicité de l’homme comme mode de son existence et de son destin » (Dardel, 1990, p. 65).

7Watsuji, quant à lui, définit ainsi son propos dans les premières lignes de Fûdo :

« Ce que vise ce livre, c’est à expliciter la médiance en tant que moment structurel de l’existence humaine. La question n’est donc pas ici de savoir en quoi l’environnement naturel régit la vie humaine. Ce qu’on entend généralement par environnement naturel est une chose que, pour en faire un objet, l’on a dégagée de son sol concret, la médiance humaine. »

8Quand bien même les langues diffèrent, ce qui est suggéré par ces deux auteurs est le mode, ou moment existentiel, que constitue le lien de l’homme à la terre, lien concret, à entendre dans son sens premier, celui de « croître-avec ». L’être humain croît avec le sol qui l’a vu naître, au sein duquel et avec lequel il ek-siste. D’emblée, Watsuji distingue le milieu de l’environnement posé comme un objet face à un sujet, et inversement, selon le point de vue adopté. L’environnement régirait la vie humaine alors transformée en objet de la nature – ou bien, le sujet humain agirait irréversiblement sur l’environnement-objet. Ici, la relation entre existence humaine et environnement est unilatérale. L’interaction entre ces deux éléments n’est pas posée, la relation de causalité est linéaire. Or en définissant la médiance comme moment structurel de l’existence humaine, Watsuji opère un couplage dynamique de deux « moitiés » qui en étant opposées forment l’existence de l’humain. Historicité et médiance sont les conditions sine qua non de l’existence humaine, conditions a priori qu’il s’agit pourtant de réaliser – d’actualiser. Temporalité et spatialité se répondent et s’incarnent en tant qu’historicité et médiance dans l’existence de l’humain. Aussi, le sujet de la médiance n’est-il pas le même que celui de l’environnement naturel. À ce dernier correspond le sujet dichotomique, le sujet par opposition à l’objet au fondement des sciences, là où le sujet de la médiance est un sujet actif, corporel. La subjectivité du premier renvoie à la subjectité du second qui est d’emblée inscrit dans la relation comme fondement de son rapport au monde et à la terre.

  • 2 Le ma dans l'esthétique japonaise renvoie au silence de la musique, au vide de la peinture, kan peu (...)

9Si la notion d’existence traduit l’être au-dehors de soi de Heidegger, l’humain dont il est question pour Watsuji n’est pas le dasein qui reste un individu car seule la temporalité serait prise en compte par Heidegger. En effet, pour Watsuji, en privilégiant la dimension temporelle de l’existence et en faisant de la mort la seule possibilité qu’a en propre le dasein, Heidegger ferait abstraction de la dimension spatiale – donc sociale – de l’être humain qui est un « être vers la vie », dans la mesure où la médiance est le moment structurel de son existence. L’être humain en japonais se dit ningen, où le premier idéogramme, nin, hito, renvoie à l’homme, à l’individu, tandis que le deuxième gen (kan, aida, ma) a plusieurs significations2, mais se rapproche de l’idée d’entre, l’inter latin. Ainsi, l’être humain est un être avec, un être parmi, individuel et social à la fois. Cette dualité fondamentale fait que l’humain ne devient tel que dans le couplage dynamique ou dans un dispositif (Agamben, 2007). L’humain se conçoit toujours déjà dans la relation, plus précisément, ce sont les multiples entre-liens ou aidagara, qui façonnent l’existence humaine. Aidagara est un terme difficile à traduire, littéralement, il s’agit de l’entre-lien, mais au-delà, il marque le corps social comme ensemble des relations qui le constituent. Celles-ci ne sont pas abstraites de la médiance, elles prennent corps dans et par elle. Les relations sociales sont fonction des manières dont l’être humain vit avec ce milieu et par lui, sans pour autant qu’il les détermine.

10Les caractères qui signifient le milieu sont le vent et la terre ; le vent renvoyant aux mœurs, à l’habitus, et la terre à ce qui les fonde, la culture. Les manières qu’a l’être humain de comprendre le milieu forment un ethos, sans qu’il y ait de dimension proprement prescriptive. Cet ethos renvoie simplement à une entente, à une compréhension de l’être humain, celle de la terre avec laquelle il vit. Pour Watsuji, la médiance est déjà éthique, elle signifie la manière qu’a l’humain d’exister, d’être-au-dehors de soi, dans et avec son milieu. Cette relation suppose une corrélation, à savoir que si l’humain modifie son milieu, il est lui-même modifié par lui. L’universalité de l’impératif kantien est replacée au sein de la relation toujours singulière que l’humain, en tant qu’être individuel et social, entretient à son milieu.

L’éthique médiale

11Comme l’indique le titre de son essai, la science éthique est l’étude de l’humain en tant qu’être individuel et social, elle a donc trait à la médiance comme moment structurel de l’existence humaine. Elle n’est pas une science prédictive ou normative ; elle est pensée comme ce qui régit les relations humaines sur un principe d’entente au sein d’un même milieu. En même temps, l’éthique (rinri) repose sur la raison, le principe, la règle. Autrement dit, il s’agit de la règle qui préside aux relations humaines.

« Le fait d’interroger l’éthique se ramène en dernier ressort à interroger la configuration de l’existence humaine » (Watsuji, 1971, p. 45).

12L’éthique n’est pas assimilée à l’existence humaine, mais en tant qu’elle signifie les entre-liens qui constituent l’existence humaine, la réflexion éthique ne peut être abstraite de la question existentielle, donc médiale.

13Watsuji procède au début de son essai à l’analyse de quatre termes : l’éthique, l’être humain, le monde et l’existence. Sans entrer dans les détails philologiques, précisons quelques points importants. L’éthique renvoie à la communauté humaine, au corps social compris comme entre-lien. L’humain dont il est question n’est pas l’homme comme individu, qu’il soit de sexe masculin ou féminin. L’humain est celui qui est né de la terre (Dardel, 1990, p. 65). Il est relié à la terre et aux autres, humains et non-humains, qui l’ont en partage. Le monde (sekai, yo no naka) s’inscrit dans la théorie bouddhiste de l’impermanence. L’éphémère est le mode d’être des choses au sein du monde, qui est lui-même fondamentalement vide. Le monde signifie les relations humaines, l’existence de l’humain dans sa dimension passagère, dans son écoulement. Tout est flux, devenir. Tout passe, car au fond tout procède du vide, en découle et y retourne. Ce caractère impermanent doit porter l’humain à prendre soin de ce qui l’entoure, car toute matérialisation suppose en son fond l’interconnexion pratique des actes. L’existence (sonzai) exprime dans le mot japonais les dimensions du devenir, du temps, de l’éphémère et du lieu, de la terre, en ce qu’elle s’incarne au-dehors d’elle-même et dans le temps. Dans l’existence humaine, de même que dans la communauté des hommes, l’entre-lien ou corps social, est déjà réalisé.

14Cependant, l’éthique, inscrite au cœur même de l’existence humaine, se situe sur un double niveau : elle est virtuelle et actuelle à la fois. Elle est et elle a à être, de même qu’être humain n’est pas donné par la simple naissance mais se réalise sans cesse par le mouvement de négation au fondement de l’existence. Le caractère duel de l’existence humaine s’unit dans une dialectique qui s’inscrit originairement dans le bouddhisme Mahayana, plus précisément dans le concept de codépendance originaire. Watsuji, à la suite de Nishida, réinterprète ce mouvement qui fait tenir ensemble existence humaine et vide. Ainsi :

« Nous avons à faire à trois moments unifiés dynamiquement en tant que mouvement de négation. Le vide absolu, l’existence individuelle, l’existence sociale en tant que son développement négatif. Ces trois moments sont en interaction dans la réalité pratique et ne peuvent être séparés. Ils travaillent constamment à l’interconnexion pratique des actes et ne peuvent en aucun cas se stabiliser fixement à aucune place » (Watsuji, 1996, p. 117).

15Il n’y a pas d’arrêt dans le mouvement, l’arrêt signifiant alors la mort, ou tout au moins l’inachèvement, puisque seul ce processus garantit l’advenir de l’humain dans sa « duellité ». Watsuji souligne également la nécessaire réalisation de soi en tant que marque de la réalisation socio-éthique. « Plus l’indépendance de l’individu est réalisée, plus haute est l’unité socio-éthique »(Watsuji, 1996, p. 135). L’un ne va pas sans l’autre car soi et autre ne font qu’un puisque « n’est divisé entre soi et autre que ce qui peut devenir un » (Watsuji Tetsurô, 1962, p. 235-236). Aussi, cet équilibre est-il fragile, instable. Il engage l’être humain à faire attention à la relation. Toute valeur prend forme au sein de ce processus. Si l’éthique est médiale, il ne peut être question d’universalité des valeurs en soi. Toutefois, ceci ne conduit pas à la relativisation, mais à un certain décentrement qui engage à une meilleure compréhension de soi comme de l’autre. L’éthique, pratique, est inscrite dans les relations, elles-mêmes génératrices de manières d’exister.

16Les principes que Watsuji pose au fondement de la relation sont des valeurs telles que la confiance, la vérité et la sincérité. Dans l’Éthique, il définit le fond de confiance comme la « règle de l’existence humaine ». En effet, l’existence repose, normalement, sur ce fond. Nous avons confiance dans un certain état de choses, et cette confiance assure une continuité, un ordre. Nous pouvons certes intentionnellement nous prêter à l’exercice de la mise en doute, mais cela tient habituellement du jeu intellectuel (ou sensationnel). En un mot, cela relève de l’extraordinaire. Cette confiance sur laquelle nous fondons habituellement nos actions assure une continuité temporelle au sein du monde. Si le présupposé est l’impermanence, nous savons cependant que l’écoulement des choses prend corps dans une certaine durée et se transmet. Aussi, Watsuji prend-il comme exemple de cette valeur fondamentale l’acte de promettre. Si la promesse n’est pas réalisée, il n’en reste pas moins que l’acte de promettre dans une situation donnée engage celui qui l’énonce. On peut croire ou ne pas croire à la véracité des propos tenus, mais la promesse reste un fait d’élocution performatif. Au sujet de la promesse, Watsuji dit :

« La raison pour laquelle nous pouvons assumer une telle attitude est que le passé que nous portons dans l’existence humaine est en même temps précisément le futur auquel nous aspirons. Notre action présente prend place dans cette identité entre le passé et le futur »(Watsuji, 1996, p. 271).

17La question de la confiance soulève, aussitôt posée, le problème de la vérité. Or la vérité n’est pas ici à comprendre sous l’angle de la véracité de la philosophie analytique, ni de la recherche d’universaux. Le vrai ne peut que s’actualiser. Il prend corps au sein de la relation, en tant que réalisation du mouvement de négation qui assure, en même temps que l’unité socio-éthique, l’indépendance et la liberté de l’être humain. La vérité est virtuelle et réelle, puisqu’elle a la possibilité de ne pas s’actualiser, d’où la responsabilité humaine de faire exister ces valeurs dans la relation qui garantit le mouvement. Ce qui est exprimé ici sous la forme de l’éthique individuelle vaut tout autant pour la question du milieu humain. La médiance et l’historicité sont les moments structurels de l’existence humaine, que l’éthique exprime et explicite. Penser le lieu et les lieux hors de cette interconnexion pratique relève pour Watsuji d’un non-sens, d’une abstraction qui fait fi de l’humain, car celui-ci n’est pas indépendant des milieux, de même que les milieux se modifient par l’action humaine. Une telle science des lieux suppose nécessairement une éthique, celle des relations qu’entretiennent les hommes à leur milieu et qui témoignent des valeurs immanentes à celles-ci. Cette conception nous replace au cœur d’un monde sensé, d’un cosmos qu’une science des lieux abstraite de la dimension humaine annulerait.

La mésologie

  • 3 Les Idées sur la philosophie de l'Histoire de l'Humanité et Une Autre Philosophie de l'Histoire pou (...)

18En centrant cette réflexion sur Watsuji et la mésologie, une vision de l’homme et de sa relation au monde s’est dégagée. Cependant, il est important de la replacer dans un courant de pensée ou une généalogie des valeurs afin de souligner la convergence entre cette pensée et la tradition occidentale. Dans le dernier chapitre de Fûdo, « l’histoire de la mésologie », Watsuji situe sa contribution au sein d’une histoire, qui va d’Hippocrate à Vidal de La Blache. Son analyse porte de façon plus approfondie sur Herder3, mais aussi sur la philosophie des milieux de Hegel, sans toutefois qu’il adhère à sa vision européocentriste. Après une étude de la question chez Marx, Watsuji se réfère à Ratzel, Kjellen, en critiquant la dérive organiciste de ce dernier et cite également Hellpach, Vidal de la Blache, etc.

19Il est étonnant que Watsuji ne parle pas des travaux d’Elisée Reclus, mais ceci s’explique sans doute à différents niveaux (Pelletier, 2009). Je souhaite maintenant, comme annoncé dans l’introduction, tisser les liens entre ce que nous avons pu voir au sujet de la mésologie de Watsuji et certaines notions de L’Homme et la Terre d’Elisée Reclus, car ces pensées se rejoignent sur un plan horizontal, comme autant de plateaux qui contribuent à renforcer une logique du « et » qui prend corps dans ces considérations sur le milieu.

  • 4 Pelletier, 2009, p. 112 : "Milieu semble épistémologiquement et ontologiquement plus approprié pour (...)

20Si pour Watsuji « il n’y a pas plus de milieu séparé de l’histoire que d’histoire séparée du milieu », pour Reclus, « La géographie n’est autre chose que l’histoire dans l’espace, de même que l’histoire est la géographie dans le temps » (Reclus, 1982). Cependant, pour l’un comme pour l’autre, mésologie et géographie diffèrent dans leur visée4. Le philosophe conçoit l’histoire de l’étude des milieux dans une généalogie ouverte, qui intègre des penseurs de tous horizons ; le géographe, en phase avec son temps, inscrit sa pensée dans les problématiques contemporaines, il tente d’augmenter la portée de la géographie en l’inscrivant dans son époque. Toutefois, aucun des deux ne se réfère à l’environnement, qu’ils récusent comme étant un objet ne se référant ni à une position externe, ni à l’écologie qui était pourtant déjà en vogue. Elisée Reclus a lu Haeckel dont il était le contemporain, mais il refuse cette approche qui tend à être « biologisante », à exclure l’homme au lieu de penser les relations qui unissent l’homme et la terre. Pour Reclus, « l’homme est la nature prenant conscience d’elle-même » (Reclus, 1982). Cette idée est extrêmement importante car elle exclut « principiellement » toute forme d’anthropocentrisme ou de biologisme, et intègre, situe, l’homme au sein du cosmos. L’importance du concept d’« harmonie secrète » chez Reclus renvoie à l’idée du cosmos de Humboldt et à Carl Ritter pour qui « la terre est le corps de l’humanité et l’homme, à son tour, l’âme de la terre » (Pelletier, 2009, p. 117). Il y a une interaction fondamentale, une relation subtilement tissée entre l’homme et la terre qui n’est pas une relation de dépendance, mais d’interdépendance au niveau humain. Là où Watsuji considère la relation de l’homme à son milieu dans la dynamique du mouvement de négation, Reclus conçoit cette relation à travers une dynamique de milieu-espace et milieu-temps, de progrès et de « régrès ». Il n’y a pas de marche inéluctable, monolithique, vers le progrès, ni de conception statique de la nature. Au contraire, tout est pensé dans cette dialectique fine qui replace l’homme à sa juste mesure dans le monde.

« [Si] l’humanité modifie constamment son environnement, cet environnement modifié exerce à son tour une influence sur elle, et ainsi de suite » (Pelletier, 2009, p. 116).

21Nous ne sommes pas ici du côté de la nature vierge, innocente, à préserver de l’influence néfaste de l’homme, ni dans une logique de maîtrise totale de la nature par l’homme. Bien au contraire, cette trame subtile exige que :

« l’homme, devenu conscience de la terre, digne de sa mission assume par cela même une part de responsabilité dans l’harmonie et la beauté de la nature environnante » (Idem, p. 114).

22Ici aussi, Elisée Reclus nous engage à une éthique et une esthétique de la responsabilité, différente de celle de Jonas ; une responsabilité qui nous engage à répondre de ce qui nous entoure, dans la mesure même où nous sommes à notre tour modifiés par cela même que nous modifions. L’humanité est responsable de la nature puisqu’elle en est issue elle-même.

« Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de nous-mêmes ; l’embellir, c’est s’embellir soi-même » (Idem, p. 119).

23L’action de l’homme n’est ni néfaste ni négative en soi. Reclus lui-même prendra fait et cause pour certaines transformations et en récusera d’autres. Le principe n’est pas simplement le principe de précaution qui conduirait à l’abandon de l’action, mais celui d’ « harmonie secrète », où « harmonie, beauté et poésie » s’opposent à « imprudence, laideur, appauvrissement, servilité ». Ces critères ne sont pas de simples jugements de valeur esthétiques, ils engagent socialement, esthétiquement et éthiquement l’action humaine. Celle-ci :

« peut embellir la Terre, mais elle peut aussi l’enlaidir, suivant l’état social et les mœurs de chaque peuple, elle contribue tantôt à dégrader la nature, tantôt à la transfigurer » (idem, p. 119).

24Notons bien : « de chaque peuple ». Il ne s’agit pas d’un critère universel, qui serait en l’occurrence un universel occidental, mais de quelque chose qui provient de l’intérieur de chaque société qui est à même de juger si cela répond ou non à ses propres critères. En ce qui concerne également l’harmonie chez Reclus, celle-ci renvoie à :

« une dimension d’intimité, de chaleur, à la fois sentimentale, charnelle, presque érotique, d’accomplissement de soi. Mieux que l’ordre pour l’ordre, s’y combine la beauté. Celle-ci ne s’y ajoute pas mais s’y intègre : ce n’est pas le ’plus’ d’une opération mathématique, mais le ’et’ de la combinaison dialectique » (Pelletier, 2009, p. 116-119).

25La façon dont Watsuji conçoit la subjectivité de l’existence humaine dans une logique de non opposition des contraires se retrouve ici aussi. Le sujet est charnel, actif, vivant, il n’est pas opposé à un environnement objectif. Il s’agit d’une relation fragile, subtile, dont nous devons prendre soin. L’harmonie est une chose ténue, impalpable et pourtant nous la ressentons. Nous ne sommes pas extérieurs à elle ; nous l’éprouvons, elle nous modifie. La mise en valeur et en action de ce « et » de la dialectique au lieu du « plus » mathématique est extrêmement importante et partagée par ces deux penseurs. Nous ne pouvons penser l’homme et la terre comme une relation mathématique, comme une règle d’arithmétique, comme une analyse quantitative. Il y a toujours du qualitatif en jeu, quelque chose de l’ordre du « et...et... » et non de l’alternative, « ou bien...ou bien... » Ou bien l’homme et son développement ou bien la terre... Les deux ne sont pas contradictoires en soi, ne l’ont jamais été, sauf peut-être si l’on détruit le lien, si l’on pense cette relation dans une logique d’exclusion, alors un des termes doit disparaître. Nous rentrons dans le catastrophisme ou l’édénisme.

26La pensée du lieu, centrale chez nombre de philosophes japonais, ne peut être conçue comme une idiosyncrase limitée à la sphère orientale. Au contraire, la convergence de fond entre deux penseurs aussi différents que le sont Elisée Reclus et Watsuji Tetsurô nous force à puiser dans la richesse de cette acception du monde et à nous situer au sein de celui-ci, non comme démiurge, mais avec une certaine humilité, en sachant que l’action en soi n’est pas néfaste, mais qu’elle doit être pensée en prenant en compte l’ensemble des éléments en jeu. Watsuji avec la mésologie, Elisée Reclus avec la géographie sociale ont tenté de nous faire saisir l’importance de faire « se tenir ensemble » les éléments hétérogènes, l’importance du « et » et de ce sens de la terre qui nous relie, en même temps que du caractère fragile de cette relation. Plus concrètement, ils nous convient à ne pas séparer la géographie de ses dimensions éthique et esthétique, politique et sociologique, car la terre est l’enjeu, et précisément l’enjeu de l’existence humaine, dans tous ses aspects. Ils nous engagent à répondre de cet équilibre instable et de sa fragile beauté.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN, Giorgio, 2007, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Payot Rivages, 64 p.

BERQUE, Augustin, 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains Paris, Belin, Mappemonde, 272 p.

BERQUE, Augustin (dir.), 2002, Logique du lieu et dépassement de la modernité, vol. I : Nishida : la mouvance philosophique ; vol. II : Du lieu nishidien vers d’autres mondes, Bruxelles, Ousia , 390 p.

BERQUE, Augustin, 2010, « La Théorie de la médiance chez Watsuji Tetsurô », dans Jacynthe Trembaly (dir.), Philosophes japonais contemporains, Presses Universitaires de Montréal, Sociétés et cultures d’Asie, 496 p.

CANGUILHEM, Georges, 2009, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, chapitre II.3, « Le vivant et son milieu ».

DARDEL, Éric, 1990, L’Homme et la Terre, Paris, Éditions du CTHS, 200 p.

DELEUZE G. et F. GUATTARI, 1980, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, Critique, 648 p.

DERRIDA, Jacques, 1993, Khôra, Paris, Galilée, 103 p.

FEBVRE, Lucien, 1949, La terre et l’évolution humaine, Paris, Albin Michel, 475 p.

HEIDEGGER, Martin, 1986, Être et Temps, Paris, Gallimard, NRF, 589 p.

HERDER, Johann Gottfried von, 1964, Une Autre philosophie de l’histoire, Paris, Aubier, domaine allemand bilingue, 369 p.

HIPPOCRATE, 1996, Airs, eaux, lieux, Paris, Payot Rivages, 112 p.

JONAS, Hans, 2008, Le Principe Responsabilité, Paris, Flammarion, Champs, 450 p.

KIMURA, Bin, 2000, L’Entre, une approche phénoménologique de la schizophrénie, Paris, Éditions Jérôme Millon, Krisis, 560 p.

NAKAGAWA, Hisayasu, 2005, Introduction à la culture japonaise, Paris, PUF, Libelles, 101 p.

PELLETIER, Philippe, 2009, Elisée Reclus, géographie et anarchie, Paris, Éditions Libertaires, 220 p.

PLATON, 1925, Timée-Critias, « Œuvres complètes, tome X », Texte établi et traduit par A. Rivaud, Paris, Les Belles Lettres, 223 p.

RECLUS, Elisée, 1982, L’homme et la terre, vol. 1-2, Introduction et choix des textes par Béatrice Giblin, Paris, FM/La Découverte, p. 182 et p. 222.

WATSUJI, Tetsurô, 1962, Rinrigaku, Watsuji Tetsurô zenshu (WTZ), vol 10-11, Tokyo, Iwanami shoten, 381 p.

WATSUJI, Tetsurô, 1971, Ningen no gaku toshite no rinrigaku, Tokyo, Iwanami Zensho, 262 p.

WATSUJI, Tetsurô, 1996, Ethics as the study of Ningen, traduit par Seisaku Yamamoto et Robert Carter, Éditions SUNY Press, 381 p.

WATSUJI, Tetsurô, 2004, Fûdo, ningengakuteki kôsatsu, Tokyo, Iwanami Bunko, 278 p.

WATSUJI, Tetsurô, 2011, Fûdo, le milieu humain, traduction Augustin Berque, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 L'Éthique paraît en trois volumes en 1937, 1942 et 1949. Si certaines de ces théories tendent à justifier l'exception japonaise et par là même la supériorité de la nation japonaise et en particulier de l'État, nous ne pouvons oublier le contexte dans lequel Watsuji a écrit ces ouvrages et noter à sa décharge qu'il a lui-même fait amende honorable à la fin de la guerre, et qu'il ne s'est pas non plus engagé directement en faveur du gouvernement impérial. Cette note n'a pas pour but de justifier les orientations de Watsuji, il s'agit simplement de resituer quelque peu les faits.

2 Le ma dans l'esthétique japonaise renvoie au silence de la musique, au vide de la peinture, kan peut indiquer la notion d'entre comme dans kanshukansei, l'intersubjectivité, mais aussi comme "l'espace déployé historiquement où le soi se rencontre lui-même, rencontre autrui et le monde en se fondant sur le flux vital se dit en japonais aida" (Kimura, 2000).

3 Les Idées sur la philosophie de l'Histoire de l'Humanité et Une Autre Philosophie de l'Histoire pour contribuer à l'éducation de l'humanité traitent plus précisément de ces questions. En tant que pionnier d'une étude approfondie des milieux, là où l'objectivité des sciences naturelles était dominante, Herder fait figure de précurseur idéaliste, marginal, par rapport aux critères d'objectivité et de rationalité attendus, ainsi que Kant le note sévèrement à son égard (Watsuji, 2010).

4 Pelletier, 2009, p. 112 : "Milieu semble épistémologiquement et ontologiquement plus approprié pour Reclus comme combinaison de l'homme et de la nature, comme 'harmonie secrète' entre les deux. Pour autant, la mésologie ne se confond pas avec la géographie".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Couteau, « Watsuji Tetsurô », Géographie et cultures, 74 | 2010, 111-123.

Référence électronique

Pauline Couteau, « Watsuji Tetsurô », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1779 ; DOI : 10.4000/gc.1779

Haut de page

Auteur

Pauline Couteau

Centre de recherche sur le Japon – EHESS
pauline.couteau@ulb.ac.be

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org