Navigation – Plan du site
Lectures

Bernard Bret, Philippe Gervais-Lambony, Claire Hancock et Frédéric Landy, L’espace au prisme de la justice et de l’injustice

Maie Gérardot
p. 126-128
Référence(s) :

Bernard BRET, Philippe GERVAIS-LAMBONY, Claire HANCOCK et Frédéric LANDY (dir.), 2010, Justice et injustices spatiales, Presses universitaires de Paris-Ouest, 315 p.

Texte intégral

1Justice et injuste spatiales, dirigé par Bernard Bret, Philippe Gervais-Lambony, Claire Hancock et Frédéric Landy, est le premier ouvrage (2010) d’une nouvelle collection, « Espace et justice », consacrée au thème de la justice spatiale et dirigée par Frédéric Dufaux et Philippe Gervais-Lambony. L’ouvrage regroupe les actes d’un colloque organisé à l’université de Paris-Ouest-Nanterre en mars 2008 et fait référence au lancement en 2009 d’une revue bilingue en ligne (Justice spatiale/Spatial Justice : www.jssj.org). Il représente plus que les simples actes d’un colloque : c’est l’affirmation d’une dynamique forte dans les recherches en géographie (et plus généralement dans les sciences sociales), avec un nouveau paradigme, la justice et l’injustice spatiales. L’enjeu est double : d’une part, « montrer que la thématique de la justice spatiale peut rassembler différentes disciplines dans une démarche complémentaire, où la géographie tient une place charnière », et d’autre part « rappeler que la compréhension des interactions entre espace et société est essentielle à celle des injustices sociales et à la réflexion appliquée sur les politiques territoriales visant à réduire les ’injustices’ ». L’ouvrage collectif est pour cela organisé en deux grandes parties. La première (Approches théoriques) pose les bases théoriques de la réflexion sur la justice et l’injustice spatiales. La seconde (Justice spatiale, identités, minorités) explore le lien, peu étudié encore dans les recherches françaises, entre justice, appartenances culturelles et appartenances sociales.

2Les textes sont tous de grande qualité, mobilisant des concepts et théories difficiles et présentant des études de cas passionnantes. Dans la première partie, les quatre premiers textes sont rédigés en anglais et en français, initiative malheureusement non poursuivie dans le reste de l’ouvrage (ce qui est donc problématique pour les lecteurs ne maîtrisant pas l’anglais). Ils se succèdent de façon harmonieuse et logique : Bernard Bret introduit la partie et les textes qui la composent, en posant des éléments indispensables de définition et de contextualisation. Il est également l’auteur du premier texte (« L’universalisme rawlsien confronté à la diversité du réel »), dans lequel il présente les travaux de John Rawls. Viennent ensuite les textes d’Edward Soja (« The city and spatial Justice »), Peter Marcuse (« Spatial justice: Derivative but Causal of Social Justice »), Lisa Brawley (« The Practice of Spatial Justice in Crisis »), Jim Josefson (« A theory of Justice as Ethical Consumption »), Wynne Walker Moskop (« Justice and Friendship: an Aristotelian Perspective on Global and Local Justice »). La seconde partie, introduite par Claire Hancock et Frédéric Landy, inclut les textes de Conerly Casey (« Hypocrisy, Spatial (In)justice and Youthful Policing’ »), Susan A. Philipps (« Gang/Anti-Gang Strategic Networks »), Rashad Shabazz (« Kitchenettes, The Robert Taylor Homes and the Racial Spatial Order of Chicago: the Carceral Society in an American City »), Claudia Lindner Leporda (« Tran-scaping Queer Invisibility in Contemporary Eastern Europe »), Vincent Veschambre (« Appréhender la dimension spatiale des inégalités: l’accès au conservatoire de l’espace’ »), Maeva Paupert (« Conflits fonciers et compétition ethnique au Cameroun. L’autochtonie ou le mérite comme fondement de la justice spatiale ») et Pascal Rey (« Une iniquité consensuelle. Le cas des droits fonciers et de la gestion des conflits en Guinée Maritime »).

3Si tous les textes méritent amplement d’être lus, il est possible de s’arrêter un peu plus longuement sur quelques-uns d’entre eux, comme ceux d’Edward Soja et de Lisa Brawley. Le texte d’Edward est un modèle : écrit de façon claire et organisée, il interroge la notion de justice spatiale (définition, fondements, enjeux, échelles, liens avec l’injustice spatiale) avant de s’intéresser au cas emblématique de Los Angeles « centre majeur non seulement pour la théorisation de la justice spatiale mais, plus important encore, pour le glissement du concept et son élargissement des stricts débats académiques aux mondes de l’action politique et de l’aménagement » (p. 71). Le conflit ayant opposé l’Union des Usagers de l’Autobus à l’Autorité Métropolitaine des Transports Publics, développé dans les dernières pages du texte, illustre, d’une part, la diversité des actions menées au nom de la justice spatiale et, d’autre part, la très grande diversité des acteurs de ce combat, en particulier à Los Angeles. Le texte de Lisa Brawley explore quant à lui, à la suite des travaux de la politologue Wendy Brown, la pratique spatiale en temps de crise, c’est-à-dire dans un contexte de néolibéralisme « meurtri » (p. 101). Quelle est la place de la justice spatiale dans le néolibéralisme ? La réponse de Lisa Brawley n’est guère optimiste : montée de la logique d’entreprise comme principal mode de gouvernance urbaine, pouvoir accru du secteur immobilier, passage de l’aménagement du territoire au « désaménagement » (expression de Peter Marcuse), criminalisation des clandestins, ou encore « névrotisation » des individus. Derrière la justice spatiale se dessinent donc des enjeux sociaux majeurs : « faire naître une nouvelle figure du citoyen » (p. 137), « forger une nouvelle représentation de l’appartenance politique et de la collectivité humaine » (p. 139).

  • 1 John Rawls, A Theory of Justice, 1971.
  • 2 Marion Iris Young, Justice and the Politics of Difference, 1990.
  • 3 David Harvey, Social Justice and the City, 1973 ; "Social Justice, Postmodernism and the City", dan (...)
  • 4 Lefebvre, Henri, 1968, Le droit à la ville, cité par Lisa Brawley dans le texte "The Practice of Sp (...)

4Tous les auteurs reviennent de façon récurrente aux écrits de John Rawls1 et de Marion Iris Young2, incontournables sur la question. C’est ensuite, dans la lignée de David Harvey3, appliquer et confronter ces théories à l’espace, « prendre en considération tout ce qui touche à la distribution équitable et juste dans l’espace des ressources socialement valorisées et des possibilités de les exploiter ». Une autre figure importante domine, celle d’Henri Lefevbre, penseur du fondamental Droit à la ville (« le droit à la ville doit être plus qu’un simple droit d’habiter une ville déjà là – et de choisir entre l’enclave protégée et la citadelle barricadée – mais bien plutôt un droit à la capacité de donner forme aux habitations de notre vie collective »4), auquel les auteurs font souvent référence, de même qu’à la ville de Nanterre, hautement symbolique pour la question. D’une diffusion somme toute récente, l’expression « justice spatiale » est intimement liée à la géographie urbaine. Fédératrice, elle est extrêmement importante pour une géographie en quête d’utilité sociale et permet, à toutes les échelles, d’interroger les distributions spatiales, les représentations de l’espace des différents individus et groupes sociaux, leurs identités et leurs pratiques, mais également les politiques menées pour (ré)organiser l’espace. L’enjeu est donc d’importance pour le géographe dont la responsabilité est de comprendre le monde, mais aussi de le transformer. On retrouve ici les idées particulièrement fortes défendues par Lisa Brawley dans son texte.

Haut de page

Notes

1 John Rawls, A Theory of Justice, 1971.

2 Marion Iris Young, Justice and the Politics of Difference, 1990.

3 David Harvey, Social Justice and the City, 1973 ; "Social Justice, Postmodernism and the City", dans International Journal of Urban Regional Research, 1992.

4 Lefebvre, Henri, 1968, Le droit à la ville, cité par Lisa Brawley dans le texte "The Practice of Spatial Justice in Crisis".

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maie Gérardot, « Bernard Bret, Philippe Gervais-Lambony, Claire Hancock et Frédéric Landy, L’espace au prisme de la justice et de l’injustice », Géographie et cultures, 74 | 2010, 126-128.

Référence électronique

Maie Gérardot, « Bernard Bret, Philippe Gervais-Lambony, Claire Hancock et Frédéric Landy, L’espace au prisme de la justice et de l’injustice », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/1798

Haut de page

Auteur

Maie Gérardot

Université de Cergy-Pontoise
Maie.Gerardot@u-cergy.f

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org