Navigation – Plan du site
Lectures

François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 129-130
Référence(s) :

François-Michel LE TOURNEAU, 2010, Les Yanomami du Brésil : géographie d’un territoire amérindien, Paris, Belin, 479 p.

Texte intégral

1L’ouvrage s’inscrit dans un débat scientifique et politique concernant l’avenir des populations autochtones. L’auteur se propose de répondre à ce questionnement après avoir travaillé sur un peuple amérindien, les Yanomami d’Amazonie vivant de part et d’autre de la frontière séparant le Brésil du Venezuela tout en privilégiant ceux du Brésil. Cette ethnie amérindienne dont la culture et la langue sont radicalement différentes du reste du pays avait vécu jusque dans les années 1970 isolée de la société occidentale, avant de s’ouvrir progressivement au monde extérieur. Toutefois, son territoire ne correspond pas vraiment à une « réserve indienne » comme l’entendent les Nord-Américains : il représente 9,4 millions d’hectares pour une population de 19 000 personnes.

2Tout au long des quatre parties qui constituent l’ouvrage, le chercheur démontre avec clarté et précision la manière dont les Yanomami ont réussi à développer des capacités leur permettant d’être en contact avec différents acteurs sans pour autant perdre leur identité. La première retrace les relations entre les Yanomami et la puissance colonisatrice et plus tard l’État brésilien sans oublier les entreprises minières. La deuxième cerne le sens donné à la notion de territoire habité par un peuple autochtone en revenant sur quelques épisodes historiques comme la ruée vers l’or et en portant une attention particulière aux relations avec les pouvoirs de l’État et de l’Église. La troisième partie analyse les différents défis auxquels la population Yanomami fait face, et met en évidence leurs capacités d’organisation les autorisant à faire prévaloir leurs intérêts face à la puissance étatique tout en bénéficiant de l’aide d’ONG locales dont certaines relèvent de réseaux puissants œuvrant à l’échelle mondiale. La quatrième partie, intitulée « Anatomie du territoire » inclut de nombreuses cartes et des tableaux et rend compte de la richesse de ce territoire.

3Les Yanomami sont présentés comme un groupe indigène habile ayant réussi à s’adapter aux différents événements historiques auxquels ils ont été confrontés sans perdre leurs spécificités à l’instar d’autres peuples. La démonstration de la troisième partie souligne avec précision les négociations menées auprès de lobbies indigénistes blancs œuvrant en relation avec des instances internationales, les autorisant ainsi à bénéficier de soutiens financiers. Mais outre la qualité intrinsèque de l’analyse géographique menée par François-Michel Le Tourneau et sa contribution magistrale à la géographie sociale, culturelle, politique et environnementale, l’intérêt majeur de cet ouvrage pour ce numéro de Géographie et Cultures réside dans la prise en compte de questions éthiques au travers notamment de la thématique des droits de l’homme. Celle-ci est particulièrement développée dans la quatrième partie qui analyse l’ingérence d’un pays occidental (la Norvège) ayant choisi, à partir de 1983, de mener une politique étrangère principalement fondée sur la défense des droits de l’homme et ayant ainsi œuvré en faveur des Yanomami.

4La problématique est illustrée à partir de plusieurs exemples comme celui des échantillons de sang Yanomami détenus par des institutions médicales américaines depuis les années 1990 à un moment où la recherche fut intéressée par l’identification de gènes déterminants de populations ayant vécu dans l’isolement. Aujourd’hui, cette question alimente le débat politique : les Yanomami font pression pour récupérer ces échantillons qui pour eux représentent une violation des droits des survivants et des descendants.

5Pensé comme une contribution – que l’on peut qualifier de grande qualité – à la connaissance du peuple Yanomami, cet ouvrage – en dépit de sa longueur et de quelques répétitions – réussit à convaincre le lecteur que les peuples autochtones ne sont pas voués à une progressive extinction. Ces derniers ont réussi à négocier leurs intérêts et les croyances ancrées dans les traditions avec les autorités publiques et ils ont notamment bénéficié d’un contexte où la question autochtone ne s’est plus limitée à une question nationale (relevant donc de l’échelon étatique) pour devenir une priorité de l’action internationale : défendre la diversité culturelle de l’humanité. Le livre illustre l’intérêt des géographes pour inclure sur le mode explicite des questions relevant de l’identité culturelle mettant ainsi en scène l’éthique de la préservation de la diversité de l’humanité indissociable du respect des droits de l’homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil », Géographie et cultures, 74 | 2010, 129-130.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « François-Michel Le Tourneau, Les Yanomami du Brésil », Géographie et cultures [En ligne], 74 | 2010, mis en ligne le 20 mai 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://gc.revues.org/1804

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS – UMR 7227

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org