Navigation – Plan du site

La ville du patrimoine mondial face au défi politique de sa propre image

The word heritage City faced with the political challenge of its own image
Guy Mercier
p. 23-37

Résumés

Les images des villes du patrimoine mondial se multiplient sans cesse et circulent allègrement à travers le monde. Leur nombre et leur diffusion attestent de la valeur universelle de ces artéfacts urbains. La force d’attraction des villes du patrimoine mondial en est du même coup décuplée, suscitant l’affluence de ceux qui désirent voir in situ ce que ces images leur avaient déjà donné à admirer. L’industrie touristique s’en repaît, tandis que les autorités publiques y trouvent leur compte et que la population locale tente de s’en accommoder. Telle est la condition que sa propre image impose à la ville du patrimoine mondial. Or cette image est potentiellement tyrannique au chapitre de l’urbanisme et de la politique locale, d’où l’intérêt d’envisager un modèle politique de la ville patrimoniale, un modèle où sa valeur universelle s’allierait au mieux au droit de ses propres habitants de se laisser inspirer par d’autres images.

Haut de page

Texte intégral

Image, politique et ville

1La représentation est autant mentale qu’iconographique. Si le terme « image » réfère plus spontanément à la représentation iconographique, il n’est pas moins assimilable à l’autre, car la représentation, qu’elle soit iconographique ou mentale, opère toujours une sélection – autrement dit un cadrage et une composition – fondée sur la perception, la cognition et la volition. La représentation ou l’image correspond du coup à un état du sujet fusionnant sensation, interprétation et intention. Tendue entre émotion, entendement et projet, la représentation ou l’image est par conséquent politique, puisqu’elle témoigne d’une mobilisation réalisée ou potentielle du sujet, autant celui qui la forme que celui vers qui elle est diffusée (Stolleis, 2006). Ainsi, l’image ou la représentation est un montage politique qui, sans être énoncé directement, n’en est pas moins opérant. C’est pourquoi, s’il est une politique de l’image, c’est que l’image est elle-même politique (Legendre, 1999 et 2004).

2La ville n’échappe pas aux conditions politiques de l’image. Constamment sous l’emprise de sa propre représentation, celle qu’elle inspire ou celle qu’on lui impose (Corboz, 2009), la ville et sa propre image ont un destin lié. Cette union de la chose et de son reflet se manifeste tout particulièrement dans la dynamique urbaine. Il est en effet impossible d’établir comment la ville ou l’une de ses composantes se fait, se défait et se refait, sans saisir le rôle qu’y tient la représentation de la ville qui habite les agents de cette transformation. Il faut alors assumer que la représentation de la ville participe de la politique même de la ville. Bref, agir politiquement dans la ville, c’est aussi agir sur son image et réagir à son image. L’urbanisme – l’action volontaire visant la création, le maintien ou la transformation des éléments de la ville – en est un exemple patent. On peut même avancer que l’urbanisme constitue un vecteur fondamental de la représentation de la ville, qu’il est au cœur de l’économie de cette représentation, en ce sens où, systématiquement, il produit, met en circulation et consomme des images de la ville (Devisme, 2003). Ces images que l’urbanisme génère, accueille et communique constituent une matrice des significations où se construit une interprétation de la ville, voire une morale de la ville. Car ces images orientent les jugements de l’urbanisme, ceux prononcés en dévalorisant ce qu’est la ville dans son état actuel ou en valorisant ce que la ville devrait être et ce qu’il faudrait faire pour qu’il en soit ainsi.

3La politique de la représentation urbaine se complique quand la ville croule, si on peut dire, sous le poids de sa propre image (Paquet, 2009). C’est particulièrement le cas de toute ville du patrimoine mondial (Choay, 1992 et 2006), dont la représentation iconographique circule en masse à travers le monde. Toutes ces images, aussi stéréotypées que largement diffusées, entretiennent voire renforcent la fascination qu’exerce une telle ville. Elles animent une passion largement partagée dont témoigne à sa manière le fort afflux touristique dont bénéficie chaque ville élevée au rang du patrimoine mondial. Mais au-delà de la haute fréquentation touristique, c’est en quelque sorte une appropriation par l’industrie touristique qui s’opère. Cette appropriation varie en intensité d’une ville patrimoniale à l’autre. Partout, cependant, le risque est que l’industrie touristique et ses affidés s’arrogent le haut du pavé et en viennent à dominer la ville ou du moins ses secteurs les plus sollicités par les visiteurs (Boyer, 1994). Le pire serait une privatisation exacerbée des villes du patrimoine mondial qui en ferait alors l’équivalent, à l’échelle planétaire, du World Showcase de Walt Disney World (figure 1). Soumises à une telle mondialisation, ces villes seraient dès lors autant de pièces d’une exposition où l’on pourrait constater que chacune d’entre elles est conforme à l’image que l’on en connaît (Jeudy, 2008). Certes, on est encore loin de cette issue fatale. Les villes du patrimoine mondial ne sont pas la propriété unique d’une entreprise privée, leur économie n’est pas monopolistique et elles sont soumises à des autorités politiques qui, à défaut d’être toutes démocratiques, restent malgré tout fortement marquées par la société locale. De plus, dans bien des cas du moins, elles accueillent toujours des habitants, des emplois, des activités et des services attestant que leur vie ne se résume pas au tourisme. Bref, les villes du patrimoine et ceux qui y habitent n’ont pas perdu toute maîtrise de leur destinée. Il reste qu’une certaine image de la ville – une image fixée, voire sacralisée, par la célébration patrimoniale et lourde du poids de l’industrie touristique qu’elle entraîne – exerce une pression constante, ravivant sans cesse la même inquiétude. La ville du patrimoine mondial est-elle livrée à l’exclusivité d’une image emblématique ? Est-elle condamnée à ne ressembler qu’à l’icône qu’elle est devenue ? Que la ville du patrimoine mondial projette une image forte et fascinante ne présente pas de problème en soi. Après tout, si cette ville est particulièrement remarquable aux yeux d’un très grand nombre, il faut bien accepter qu’elle soit vouée à l’estime générale et qu’elle fasse l’objet d’une protection extraordinaire. La difficulté surgit quand cette image, au nom de l’admiration qu’on lui voue, devient un projet urbain – ou pis encore commercial – envahissant. Dans ces conditions, le défi de la ville patrimoniale consiste à y laisser s’épanouir d’autres images urbaines (Veschambre, 2008 ; Russeil, 2005 ; Geronimi, 2003 et 2005). La question concerne là encore la dimension fondamentalement politique de toute représentation urbaine (Evans, 2002), si bien qu’il apparaît opportun que la ville patrimoniale soit affranchie, en matière d’urbanisme notamment, de la ferveur aveugle ou mesquine qu’inspire souvent sa propre image emblématique.

Figure 1 : Paris à Walt Disney World

Figure 1 : Paris à Walt Disney World

La Seine et ses abords ont valu à Paris une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (http://whc.unesco.org/fr/list). Le World Showcase de Walt Disney World en Floride n’a pas manqué d’honorer le patrimoine de la Ville lumière en l’offrant lui aussi, grâce à une mise en paysage recherchée, à l’admiration de ses propres visiteurs. (http://disneyworld.disney.go.com/parks/epcot/attractions/france-pavilion).

Guy Mercier, 2009

Patrimoine, mémoire et territoire1

  • 1 Cette section reprend, en les remaniant, certains passages d’un autre de nos textes (Mercier 2009a)

4Se pose au préalable la question de la raison d’être du patrimoine mondial et de son destinataire. La Convention concernant la protection du patrimoine mondial naturel et culturel, adoptée par l’UNESCO en 1972 et qui confère à certaines villes le statut de patrimoine mondial, établit à cet égard une dualité dont on ne doit pas ignorer l’ambiguïté. Le patrimoine, selon la convention, est « représentatif de la nature ou du génie et de l’histoire des peuples du monde » (Préambule). Il doit en porter efficacement et dignement la mémoire vers l’avenir. S’il témoigne de l’identité propre des peuples, le patrimoine, lorsqu’il est déclaré mondial, concerne également « l’humanité toute entière » (Préambule), qui exprime alors son attachement à ce qu’il représente pour « tous les peuples du monde ». On assume ainsi que le patrimoine en question, d’abord célébré comme emblème d’un peuple, possède également une « valeur universelle », d’où la nécessité de le déclarer « patrimoine universel » (Préambule). Au-delà de la générosité de l’intention, le geste suppose une distinction entre un peuple et l’humanité, entre le génie de l’un et la valeur universelle de l’autre, qui n’est pas sans difficulté. Une telle distinction pose en effet le problème de la mémoire que doit transmettre le patrimoine mondial. De quelle mémoire s’agit-il exactement en l’occurrence ? Celle de chacun des peuples du monde ou celle de l’humanité toute entière ? En associant les peuples du monde et l’humanité toute entière, le patrimoine mondial place la démarche mémorielle commune sous tension. Les deux entités en cause – le peuple et l’humanité – peuvent-ils partager une même mémoire collective ? Or n’y-a-t-il pas une différence fondamentale entre l’identité de chacun des peuples du monde – qui elle-même ne se conçoit pas sans difficultés – et l’humanité de toutes les personnes ? Car même en supposant qu’il y ait effectivement relation entre mémoire et identité des peuples – qui, disons, fait plus largement partie de l’identité sociale –, ne peut-on pas également considérer que la mémoire puisse être aussi en relation avec l’humanité de tous ? Une humanité irréductible à aucune identité sociale puisqu’elle assimile chaque être à tous les autres ? Autrement dit, la mémoire collective doit-elle être mise en relation avec les seules entités sociologiquement différenciées ? Ne doit-elle pas aussi être associée aux entités que sont les sujets humains pris dans leur unicité anthropologique ? Ne faut-il pas considérer non seulement la portée sociologique de la mémoire (ce que la société et la mémoire se doivent l’une à l’autre), mais aussi sa portée anthropologique (ce en quoi la mémoire contribue à l’institution des êtres humains et en quoi l’humanité de chacun d’entre eux prolonge et transforme la mémoire). On peut de plus se demander s’il n’y a pas tension entre ces deux registres de la mémoire, une tension polarisée par les deux faces, sociale et personnelle, de l’existence humaine.

5Sous l’angle de la géographie, c’est la définition du lieu de mémoire qui est en cause. Pierre Nora (1997) formulait une problématique des lieux en évoquant la différence et la relation qu’il y a entre la mémoire et l’histoire. Quant aux lieux eux-mêmes, Nora leur réserve la portion congrue de l’explication, suggérant qu’ils ne seraient, en l’occurrence, qu’un attribut de la mémoire. Le lieu, dans son optique, se résume à n’être qu’une entité générique servant essentiellement d’unité spatio-temporelle de la manifestation de la mémoire. Il est vrai que l’approche, bien que réductrice, n’en fut pas moins fructueuse. Il n’est toutefois pas interdit de complexifier la problématique du lieu. Or le premier pas en ce sens ne serait-il pas de se demander qu’est-ce qu’un lieu en soi, et cela avant même de voir en quoi il peut être relié à la mémoire ? Car si un lieu de mémoire est un lieu qui incarne ou active la mémoire, comment alors se distingue-t-il de ce que, désormais, l’on appelle communément le patrimoine (Chastel, 1997) ? La réponse ne tient-elle pas justement dans le fait qu’il soit un lieu justement, plutôt qu’autre chose ? Le fait qu’il soit bel et bien un lieu ne semble en effet pas anodin. Un lieu de mémoire, bien que constitué en objet patrimonial ou considéré comme tel, est et reste un territoire. Il en découlerait une tension entre d’une part le statut patrimonial du lieu de mémoire, qui le différencie du reste – des autres lieux –, et son statut territorial, qui, au contraire, l’assimile à ce reste – aux autres lieux.

6Mais quelle est nature de cette tension qui caractérise ce qu’on peut appeler le paradoxe des lieux de mémoire ? Pour répondre à cette question, une mise au point théorique s’impose concernant la distinction entre lieu et territoire. Dans l’expression « lieu de mémoire » telle que l’entend Nora, « lieu » est un terme générique que l’on peut rapporter à toute espèce d’unité spatiale. Si l’on veut distinguer « lieu » et « territoire », il faut abandonner ce sens général où tout se confond. Pour établir une distinction utile entre ces deux concepts, il convient de se rapporter à la relation qui s’établit entre les sociétés humaines et l’espace terrestre. Or cette relation – que l’on peut qualifier de géographique – opère selon deux modalités qui, tout en n’étant pas indépendantes l’une de l’autre, peuvent être distinguées. D’une part, cette relation donne existence à un territoire lorsqu’une société, une communauté ou une collectivité quelconque s’approprie et contrôle, d’une manière ou d’une autre, une portion de l’espace terrestre. Autrement dit, un territoire fait référence à une puissance sociale qui s’exerce sur une unité spatiale, une région (Smith, 1996). D’autre part, on peut concevoir, à l’inverse, qu’un groupe humain soit sous l’influence plus ou moins intense d’une puissance spatiale. Cette puissance – qui à strictement parler serait notamment celle d’un dit lieu de mémoire – relève de la spécificité même de chaque lieu, puisqu’elle tient à la charge symbolique, à la force économique ou à la portée politique, de ce qui s’y trouve et de ce qui s’y passe.

7En effet, la spécificité même d’un lieu en ces différentes matières infléchit nécessairement la vie non seulement de ceux qui l’occupent mais aussi, à des degrés variables, de la société à laquelle ces derniers appartiennent (Mercier, 2009b). Cette puissance du lieu n’est évidemment pas absolue et immuable puisqu’elle reste soumise, à son tour, à la puissance sociale – et même individuelle – sur l’espace. Elle n’en demeure pas moins non négligeable.

8En reconnaissant ainsi la tension fondamentale existant entre patrimoine et territoire, on constate que le risque politique que court la ville du patrimoine mondial ne réside pas seulement dans la crispation de son image que peut lui imposer l’industrie touristique, mais aussi dans celle que la patrimonialisation elle-même peut entraîner (García Álvarez, 2007 ; Hodges, 2009). La question politique que pose la ville du patrimoine mondial s’en trouve donc encore plus pertinente. S’il y a nécessité de revisiter les conceptions en la matière, on devrait toutefois rester convaincu que la difficulté n’en est pas moins modulée selon les endroits et les époques. De sorte que l’art de la politique consisterait moins, en la matière, à neutraliser cette difficulté, qu’à composer avec elle en chaque lieu et en chaque circonstance afin de favoriser le plus grand intérêt général possible.

Les instances politiques de la ville du patrimoine mondial

9À qui appartient la ville du patrimoine mondial ? La question est déjà ancienne mais demeure toujours actuelle (Watson et Waterton, 2010). On peut y répondre diversement. Cela dépend de la manière de définir l’appartenance et le contexte où elle se réalise. Considérons que l’appartenance renvoie à un pouvoir, c’est-à-dire à une capacité d’agir sur la ville patrimoniale pour la préserver, pour la mettre en valeur, pour la visiter ou, plus encore, pour y résider, soit autant de manières de donner corps à d’autres images de la ville (Veschambre, 2008). Et cette appartenance, situons-la dans le contexte de la mise en œuvre de la Convention sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel. Même si nous nous limitons à la convention de 1972, nous n’ignorons pas que son œuvre a été par la suite confortée par plusieurs autres textes de droit international dont il faudrait tenir compte pour mener une analyse plus détaillée. Quoi qu’il en soit, retenons pour l’instant cette fameuse et décisive Convention du patrimoine mondial de 1972 et demandons-nous quels sont, selon elle, les acteurs de la ville du patrimoine mondial, quelle est la nature de leur pouvoir et quelle est leur représentativité (Russeil, 2005).

10Il y a d’abord et avant tout une figure un peu abstraite : l’humanité tout entière qui s’incarne dans ce que l’on appelle souvent la communauté internationale. Cette communauté internationale, voyant dans la ville du patrimoine mondial une « valeur universelle exceptionnelle » (c’est l’expression même de la Convention), désire la préserver et la rendre accessible au plus grand nombre. Là réside en effet l’esprit de cette Convention dont le préambule spécifie que : « certains biens du patrimoine culturel et naturel présentent un intérêt exceptionnel qui nécessite leur préservation en tant qu’élément du patrimoine mondial de l’humanité tout entière ». Ce désir s’exprime par la voie de la communauté internationale, représentée en l’occurrence par l’UNESCO, qui a le devoir de coopérer pour assurer la protection de ce « patrimoine universel » (article 6.1). Il s’exprime aussi à travers les touristes qui visitent en masse les villes du patrimoine mondial et qui, par la pression ainsi créée, risquent de mettre en péril leur sauvegarde (voir article 11.4). Si le tourisme peut exercer une pression indue sur les villes du patrimoine mondial, il faut admettre en revanche que cette pression est corrélative au fait que, par ailleurs, le tourisme conforte le statut patrimonial de ces entités urbaines. C’est pourquoi tourisme et patrimoine forment un couple aussi paradoxal qu’inséparable avec lequel on doit, depuis longtemps, composer (Lazzarotti, 2003 ; García Álvarez, 2007 ; Geronimi, 2003 et 2005).

11L’autre acteur convoqué par la Convention est l’État, à qui est reconnu un rôle central dans la préservation de la ville du patrimoine mondial. Car si la communauté internationale se reconnaît une responsabilité en la matière, elle n’entend pas agir sans le consentement des États où se trouvent les différentes villes du patrimoine mondial. En fait, en aucun cas, lit-on dans le préambule, elle ne compte « se substituer à l’action de l’État intéressé », qui demeure le principal intéressé et le principal responsable. L’article 4 de la Convention confirme sans équivoque cette charge : « Chacun des États parties à la présente Convention reconnaît que l’obligation d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel et naturel visé […] et situé sur son territoire lui incombe en premier chef. Il s’efforce d’agir à cet effet tant par son propre effort au maximum de ses ressources disponibles que, le cas échéant, au moyen de l’assistance et de la coopération internationales dont il pourra bénéficier, notamment aux plans financier, artistique, scientifique et technique ». Comme on le constate, le devoir de la communauté internationale est plutôt, en l’occurrence, d’encourager l’État national à protéger le patrimoine mondial et de lui apporter une aide scientifique, technique, éducative et, au besoin, financière. La Convention sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel conforte donc une structure politique assez convenue, de l’ordre de la mondialisation interétatique.

Quid de l’universalité du patrimoine mondial ?

12La communauté internationale n’a qu’un seul pouvoir politique en propre : celui de conférer ou non (voire de retirer) le statut de ville du patrimoine mondial. Il est peut-être compréhensible, dans le contexte actuel, que la communauté internationale soit en retrait. Mais qu’advient-il alors des valeurs universelles du patrimoine dit mondial dont la communauté internationale veut assurer la sauvegarde ? L’État est au contraire un acteur bien doté ; il est en fait de loin le plus puissant. Cela n’est certainement pas sans quelque légitimité. On peut néanmoins se douter qu’en l’occurrence l’État représente moins l’humanité tout entière qu’une communauté nationale, et qu’il a peut-être tendance à apprécier la valeur patriotique de la ville patrimoniale – surtout s’il s’agit d’une capitale nationale – davantage que sa valeur universelle. Et que dire des autorités locales et des habitants de ces villes pour qui le patrimoine mondial est une affaire quotidienne ? N’ont-ils pas, eux aussi, leur mot à dire (Crooke, 2010) ?

13Certes, maints pays ont déjà confié aux autorités locales des responsabilités en matière de protection et de mise en valeur du patrimoine. C’est par exemple le cas au Québec où la loi sur les biens culturels, depuis les années 1980, confère aux municipalités d’importants pouvoirs de cet ordre. Et parmi les pays tout particulièrement soucieux de démocratie locale, certains ont de plus constitué des instances favorisant la participation de la population à la vie politique de leur ville et de leur quartier. L’exemple de la ville de Québec est d’ailleurs à cet égard tout particulièrement significatif. Les autorités municipales y ayant institué des Conseils de quartier où siègent majoritairement des citoyens et dont l’un des mandats est de contribuer activement à la conception d’un Plan directeur de quartier.

14La Convention du patrimoine mondial ne renie évidemment pas ces acquis de la décentralisation et de la démocratie locale, ni ne décourage leur développement. La question toutefois est de savoir pourquoi elle ne l’encourage pas explicitement. D’autres documents de droit international, il est vrai, vont en ce sens, notamment la Déclaration de Deschambault de 1982 dont l’article 1 proclame que :

« C’est d’abord en tant qu’individu que le citoyen du Québec est responsable de la protection de son patrimoine. Il doit tout mettre en œuvre pour en comprendre la valeur, s’efforcer d’en saisir toute la signification, et participer à sa préservation ».

15Ce même article ajoutant que « cette responsabilité individuelle doit aussi se manifester dans toute décision collective, prise par les élus ».

Localité et universalité : même combat

16Ce que la Convention du patrimoine mondial en 1972 suggérait à peine, le droit international du patrimoine l’affirme depuis de plus en plus. Il reste qu’un pas supplémentaire pourrait être fait pour consolider la dimension démocratique de la pratique patrimoniale (Perkin, 2010), tout en l’arrimant à l’idée de valeur universelle propre au patrimoine mondial (Evans, 2002). Trois raisons, à notre avis, militent en ce sens. La première, qui concerne l’équilibre des pouvoirs, est pratique. Le statut de ville patrimoniale vient avec un cortège de contraintes pour la population locale. Témoignant d’une volonté nationale, ces contraintes sont le plus souvent imposées par une administration supra-municipale. Bien que ces contraintes soient légitimes – d’autant plus légitimes qu’elles ont la reconnaissance du droit international –, n’est-il pas opportun, en contrepartie, que cette même population dispose d’un pouvoir local effectif, non pas pour contourner les normes patrimoniales, mais pour mieux les adapter à ses conditions spécifiques ?

17La deuxième raison relève de la définition même du patrimoine qui, à l’UNESCO comme ailleurs, comprend désormais non plus seulement des biens, mais aussi des pratiques et des connaissances. Il est en effet reconnu qu’un bien patrimonial n’est pas autre chose que le résultat de pratiques et de connaissances. C’est pourquoi la préservation d’un bien sera d’autant plus efficace que les pratiques et les connaissances qui le portent restent vivantes. Or ne peut-on pas assumer que les habitants et les pouvoirs publics qui les représentent directement soient parmi les principaux dépositaires des pratiques et des connaissances ayant conduit à l’édification de la ville du patrimoine mondial ? Si tel est le cas, ne faut-il donc pas, en toute logique, leur reconnaître une sorte de statut patrimonial qui, en l’occurrence, se manifesterait à travers un pouvoir politique à l’échelle locale ?

18La troisième raison renvoie à l’idée que le patrimoine mondial témoigne de valeurs universelles que partagerait l’humanité tout entière. Ces valeurs fondent la légitimité de la communauté internationale dans sa volonté de préserver le patrimoine mondial. Or ne faut-il pas déplorer que cette humanité que l’UNESCO veut désespérément représenter ait, somme toute, si peu de voix au chapitre ? Aussi n’est-il pas raisonnable de penser que les habitants et les instances politiques de la ville patrimoniale puissent être mis à contribution et qu’ils soient investis eux aussi du devoir de représenter la communauté internationale ? Cela peut paraître paradoxal de confondre ainsi la communauté internationale et ses convictions universalistes avec la communauté locale et ses préoccupations quotidiennes. Il n’est néanmoins pas interdit de penser que la communauté internationale puisse, en l’occurrence, demander à la communauté de la représenter et d’exercer des pouvoirs en son nom. On parle alors de délégation de pouvoir (Choay, 2006, p. 331). Car il n’est pas interdit non plus de penser que les valeurs les plus universelles puissent s’incarner dans des pratiques les plus quotidiennes et les plus pragmatiques. Cette délégation a comme avantage de donner à la communauté internationale une voix locale aussi informée que légitime. De plus, cela donne à la voix de la population locale une certaine légitimité internationale sans toutefois recourir directement au droit international. Bien sûr, on ne peut écarter cette possibilité. La population locale doit certainement avoir le droit de se plaindre à l’UNESCO de décisions ou de projets qui risquent, selon elle, de nuire à un joyau du patrimoine mondial, pour reprendre l’expression consacrée. Bien que jusqu’à maintenant les expériences de ce type aient été rarement concluantes, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas là une avenue. Cela dit, pour qu’elle ait quelque effet, cette procédure supposerait que l’UNESCO ait une certaine juridiction sur le territoire concerné. Or elle n’a, en la matière, que le pouvoir d’inscrire le site à la Liste du patrimoine mondial. Elle peut, il est vrai, infirmer cette décision après vérification. Encore faut-il que l’UNESCO ait les moyens de vérifier ce qu’il en est vraiment et la volonté d’y donner suite en cas de non-respect des conditions de l’inscription.

Assumer démocratiquement l’impératif politique de l’image

19La faiblesse du pouvoir réel de l’UNESCO en matière de ville du patrimoine mondial milite en faveur de cette idée de délégation que nous défendons. Cette délégation, fondée sur le principe d’une correspondance entre la communauté internationale et la communauté locale est par ailleurs conforme à la définition qu’en donne le droit, autant le droit public que le droit privé. Selon le droit public, la délégation est l’« acte […] en vertu duquel une autorité publique, elle-même habilitée, transfère une partie de sa compétence » (Fonbaustier, 2003, p. 354). Dans cette perspective, ce serait l’UNESCO qui délèguerait à l’autorité municipale (voire à une instance infra-municipale) une partie de sa compétence. Aux yeux du droit privé, la délégation est « le procédé par lequel il est donné droit à une personne d’agir au nom de quelqu’un d’autre » (ibidem). Dans cette autre perspective, on concevrait que la communauté locale agirait au nom de la communauté internationale.

20Quelle que soit l’option retenue, la délégation ferait donc que la communauté locale (elle-même ou l’instance politique qui la représente au niveau local) aurait la responsabilité d’assumer cette dimension universelle de la condition humaine. Si cette position, au plan théorique, semble inédite, confessons qu’elle n’ajoute en pratique rien à ce qui se passe actuellement dans plusieurs pays où la démocratie locale est plus avancée. Dans l’optique du droit public, l’UNESCO, comme nous l’avons évoqué un peu plus haut, n’a pas vraiment en la matière de pouvoir à déléguer. En fait, renoncer à exercer elle-même le seul pouvoir qu’elle a (celui de déclarer un site patrimoine mondial) reviendrait à faire taire, en ce domaine, la voix de la communauté internationale.

21En revanche, sous l’angle de ce qu’inspire le droit privé, l’idée de délégation ajouterait – si elle était nommément exprimée dans le droit international – une forte légitimité à l’actuelle ou possible participation de la population locale. Or, même dans les cas où elle ne change rien dans les faits, cette légitimité est loin d’être négligeable car elle confirme qu’une ville du patrimoine mondial ne doit pas être réduite à sa seule part institutionnelle. Puisque la voix de la communauté internationale se laisse entendre à travers celle de la population locale, c’est en effet d’une certaine manière l’humanité entière qui dès lors s’exprime. Il est vrai que la démocratie locale, même munie d’institutions fortes et crédibles, n’est pas à l’abri des dysfonctionnements. Aussi dotée soit-elle, elle conserve ses propres contraintes sociologiques qui, parfois, peuvent la conduire à l’impasse ou à la paralysie. Ces ratés ne justifient toutefois pas que la démocratie locale ne doive pas être encouragée par le droit international. Sinon il est à craindre que la ville du patrimoine mondial soit livrée au diktat d’une image – sacralisée au nom du patrimoine ou offerte en pâture au tourisme – qui certes lui ressemble, mais qui, à force d’être célébrée et exploitée, la prive de bien d’autres, tout aussi légitimes et motivantes (Hodges, 2009 ; Boyer, 1994 ; Choay, 1992). En donnant à ses autres images une véritable assise démocratique, la ville du patrimoine mondial s’assure de ne pas seulement subir l’impératif politique de sa propre représentation (Mitchell, 2003).

Territorialiser les lieux de mémoire

22Les lieux de mémoire font s’entrecroiser, sans nécessairement les concilier, le droit des touristes et ceux des résidents, l’identité des peuples et l’humanité des personnes. Les uns et les autres sont animés d’autant d’images qui, en se multipliant, compliquent l’exercice politique. Ce motif justifie la mise en œuvre d’un modèle politique spécifique aux villes du patrimoine mondial, afin que la population locale, à titre de délégué de la communauté internationale, y assume plus sereinement sa part de responsabilité. Il exige plus fondamentalement un retour sur le paradoxe du territoire et de la mémoire propre au patrimoine. L’argument que nous avons énoncé à cet égard porte à penser que le paradoxe se résout quand on pose que la part territoriale d’un lieu de mémoire est plus fondamentale encore que sa part mémorielle. À ce compte, les images figées par la mémoire ne sont pas nécessairement bien meilleures que celles que l’industrie manufacture et diffuse. La raison est que le territoire offre une plus grande ouverture que ne peut le faire la mémoire. Car qu’est-ce que la mémoire sinon le seul écho de l’histoire qui se découpe sur le vaste champ de l’oubli ? Quelles possibilités crée-t-elle vraiment ? Certes, elle peut toujours être remodelée, recomposée au gré des espoirs et des désespoirs des uns et des autres. Il n’en demeure pas moins que, pour l’essentiel, la mémoire est un dialogue avec le passé, pour l’approuver ou le désapprouver, pour s’en vanter ou pour s’en plaindre, pour se l’approprier ou pour le dénoncer, pour le rejeter ou pour l’assumer. Évidemment, elle se projette dans l’avenir quand elle commande le souvenir, quand on y trouve l’inspiration d’une chose à faire ou à ne pas faire. Mais encore là, on sent que le présent, sous l’emprise de la mémoire, a des comptes à régler avec le passé ou qu’il a des comptes à lui rendre. Avec le territoire, le passé, tout en pouvant être évoqué, soupesé et discuté, ne s’impose pas nécessairement comme un impératif.

23Le territoire a un passé, mais il est plus encore un héritage dont le potentiel demande à être mis en valeur. En ce sens, il est comme une langue qui, comme le rappelle le poète Joseph Brodsky (Volkov, 2003), suscite encore et toujours de nouvelles œuvres, exige des créations, et cela tout en restant encore et toujours la même. Ainsi le territoire est constamment en attente d’un nouvel usage, d’un prochain commentaire, d’une autre illustration, d’un aménagement, d’un établissement. Bref, le territoire est essentiellement projet et projection, projet et projection qui ne sont pas coupés de la mémoire, mais qui n’en sont pas pour autant de simples attributs. De sorte que ce qu’un territoire offre de mieux, c’est en fait l’espoir d’un prochain poème qui s’en inspirera, d’une photographie qui le captera, d’une carte qui le représentera, d’un instrument qui en prendra toute la mesure, d’un plan qui l’aménagera, d’un ménage qui s’y établira, d’un touriste qui le visitera, etc.

24C’est pourquoi le territoire, s’il est démocratiquement approprié par la population, peut grandement contribuer à la construction des identités des sociétés tout en réalisant au mieux l’humanité de chacun. Cette appropriation démocratique est certes aussi difficile qu’incertaine dans ses résultats. L’important est que cette appropriation génère sa propre vision et sa propre pratique du patrimoine car il faut ensuite que ce patrimoine, réinterprété par le débat démocratique, soit réintégré dans le territoire, seule condition pour que toutes les images que celui-ci inspire aient quelque promesse.

25BOYER, Marie-Christine, 1994, The city of collective memory: Its historical imagery and architectural entertainments, Cambridge, MIT Press, 560 p.

26Charte de conservation du patrimoine québécois. Conseil des monuments et sites du Québec, comité francophone d’ICOMOS Canada, avril 1982.

27[en ligne] http://www.icomos.org/docs/deschambault.html (consulté le 16 juin 2010)

28CHASTEL, André, 1997, « La notion de patrimoine », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, vol. 1, coll. « Quarto », Paris, Gallimard, p. 1433-1469.

29CHOAY, Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 276 p.

30CHOAY, Françoise, 2006, Pour une anthropologie de l’espace, Paris, Seuil, 414 p.

31Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, UNESCO, 1972. [en ligne] http://whc.unesco.org/archive/convention-en.pdf (consulté le 16 juin 2010).

32CORBOZ, André, 2009, « Petite typologie de l’image urbaine », dans Lucie K. Morisset, De la ville au patrimoine urbain. Histoire de forme et de sens : textes d’André Corboz, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 89-117.

33CROOKE, Elisabeth, 2010, « The politics of community heritage: motivations, authority and control », International Journal of Heritage Studies, vol. 16, n° 1 et 2, p. 16-29.

34DEVISME, Laurent, 2003, « Urbanisme », dans Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 962-966.

35EVANS, G., 2002, « Living in a World Heritage City: Stakeholders in the Dialectics of Universal and Particular », International Journal of Heritage Studies, vol. 8, n° 2, p. 117-135.

36FONBAUSTIER, Laurent, 2003, « Délégation », dans Denis Alland et Stéphane Rials (dir.), Dictionnaire de la culture juridique, Paris, Presses universitaires de France, p. 354-359.

37GARCÍA ÁLVAREZ, Jacobo, 2007, « Paisajes nacionales, turismo y políticas de memoria : Toledo (1900-1950) », Eria, n° 73-74, p. 193-212.

38GERONIMI, Martine, 2003, « Géographie historique des paysages patrimoniaux et touristiques de mémoire française. Étude comparative du Vieux-Québec et du Vieux Carré », Annales de géographie, vol. 112, n° 629, p. 68-90.

39GERONIMI, Martine, 2005, « Sentiment patrimonial et préservation d’une ville du patrimoine mondial : les résidents du Vieux-Québec entre patrimoine et tourisme », dans Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 451-466.

40HODGES, Matt, 2009, “Disciplining Memory: Heritage Tourism and the Temporalisation of the Built Environment in Rural France”, International Journal of Heritage Studies, vol. 15, n° 1, p. 76-99.

41JEUDY, Henri-Pierre, 2008, La machine patrimoniale, Paris, Circé, 121 p.

42LAZZAROTTI, Olivier, 2003, « Patrimoine », dans Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 692-693.

43LEGENDRE, Pierre, 1999, Sur la question dogmatique en Occident, Paris, Fayard, 378 p.

44LEGENDRE, Pierre, 2004, Ce que l’Occident ne voit pas de l’Occident, Paris, Mille et une nuits, 140 p.

45Liste du patrimoine mondial, UNESCO, [en ligne] http://whc.unesco.org/fr/list (consulté le 16 juin 2010)

46Loi sur les biens culturels, Lois refondues du Québec, c. B-4.

47[en ligne] http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/home.php (consulté le 16 juin 2010)

48MERCIER, Guy, 2009a, « La territorialité des lieux de mémoire. À qui appartient le Vieux-Québec ? », dans Anne Gilbert, Michel Bock et Joseph-Yvon Thériault (dir.), Entre lieux et mémoire. L’inscription de la francophonie canadienne dans la durée, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, p. 173-191.

49MERCIER, Guy, 2009b, « Hacia una teoría del lugar », dans Jhon Williams Montoya (dir.), Lecturas en Teoría de la Geografía, collection « Trabajos en Geografía », Bogota, Edicíon de la Universidad Nacional de Colombia, p. 21-40.

50MITCHELL, Don, 2003, The Right to the City. Social Justice and the Fight for Public Space, New York, The Guilford Press, 270 p.

51NORA, Pierre, 1997, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire 1, coll. « Quarto », Paris, Gallimard, p. 23-43.

52PAQUET, Suzanne, 2009, « Violence d’un medium ou tyrannie paysagère », Cahiers de géographie du Québec, vol. 53, n° 150, p. 441-454.

53PERKIN, Corinne, 2010, « Beyond the rhetoric: negotiating the politics and realising the potential of community-driven heritage engagement », International Journal of Heritage Studies, vol. 8, n° 2, p. 107-122.

54RUSSEIL, Sarah, 2005, « Logiques d’acteurs et processus d’inscription à l’Unesco. Quelle prise en compte des enjeux sociaux dans la gestion du label Unesco à Québec ? », dans Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 333-350.

55SMITH, J.-M., 1996, « Ramifications of Region and Senses of Place », dans C. Earle, K. Mathewson et M.S. Kenzer (dir.), Concepts in Human Geography, Boston, Rowman & Littlefield, p. 189-211.

56STOLLEIS, Michael, 2006, L’œil de la Loi. Histoire d’une métaphore. Paris, Mille et une nuits, 127 p.

57VESCHAMBRE, Vincent, 2008, Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 315 p.

58VOLKOV, Solomon, 2003, Conversations avec Joseph Brodsky, Monaco, Éditions du Rocher, 457 p.

59WATSON, Steve et Emily WATERTON, 2010, « Heritage and community engagement », International Journal of Heritage Studies, vol. 16, n° 1 et 2, p. 1-3.

Haut de page

Notes

1 Cette section reprend, en les remaniant, certains passages d’un autre de nos textes (Mercier 2009a).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Paris à Walt Disney World
Légende La Seine et ses abords ont valu à Paris une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (http://whc.unesco.org/fr/list). Le World Showcase de Walt Disney World en Floride n’a pas manqué d’honorer le patrimoine de la Ville lumière en l’offrant lui aussi, grâce à une mise en paysage recherchée, à l’admiration de ses propres visiteurs. (http://disneyworld.disney.go.com/parks/epcot/attractions/france-pavilion).
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Mercier, « La ville du patrimoine mondial face au défi politique de sa propre image », Géographie et cultures, 73 | 2010, 23-37.

Référence électronique

Guy Mercier, « La ville du patrimoine mondial face au défi politique de sa propre image », Géographie et cultures [En ligne], 73 | 2010, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1832 ; DOI : 10.4000/gc.1832

Haut de page

Auteur

Guy Mercier

Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions – Département de géographie – Université Laval – Québec
guy.mercier@ggr.ulaval.ca

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org