Navigation – Plan du site

Savoir-être-au-lieu et mise en patrimoine de la nature dans les stations thermales des Pyrénées (XIXe-XXe s.)

"Savoir-être" in place and making heritage out of nature: thermal spas in the Pyrenees (XIXth-XXth c.)
Vincent Berdoulay, Isabelle Degrémont et Danièle Laplace-Treyture
p. 39-62

Résumés

Les stations thermales qui se sont développées au XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe dans les Pyrénées occidentales ont été un lieu d’expérimentation de nouveaux rapports au milieu naturel. Les guides imprimés locaux, qui précisent comment savoir vivre le lieu, illustrent ce processus où l’espace public et l’image jouent un grand rôle. Plus particulièrement, le recours au pittoresque et au sublime montre comment ce rôle a changé et a conduit à une patrimonialisation de la nature montagnarde.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les rapports qui unissent l’image d’une localité à la configuration de son espace public, il y a bien plus que des représentations mentales. Il y a notamment tout un vécu, toute une expérience qui engage le corps et qui est indissociable des composantes morphologiques et physiques de l’espace géographique. Le but de cet article est d’explorer la façon dont les catégories d’image, d’expérience et d’espace s’interpénètrent et en arrivent à quasiment se confondre. Nous voulons montrer que l’image et l’espace public conditionnent un « savoir-être-au-lieu » qui lui-même les renforce ou les fait évoluer. Caractériser un tel processus doit permettre d’identifier les valeurs sur lesquelles de nouveaux rapports s’établissent entre le sujet individuel et le milieu naturel ou humain.

2Nous nous appuierons sur le laboratoire fourni par les stations thermales qui se sont développées au XIXe siècle et pendant la première moitié du XXe dans les Pyrénées occidentales. Les touristes, qui incluent évidemment les curistes et qui y séjournent, font grand usage des espaces publics – dont relèvent les équipements thermaux – tout en interagissant avec l’imaginaire que ceux-ci cherchent à capter et à matérialiser. Ce faisant, des éléments du milieu naturel et humain se retrouvent privilégiés. Certaines valeurs leur sont attribuées, de sorte qu’une partie du cadre bâti comme de l’environnement naturel peut entrer dans un processus qui s’apparente à celui d’une patrimonialisation. Il y a là une occasion de jeter un regard renouvelé sur ce qui peut faire patrimoine – question mal connue en raison du peu d’intérêt manifesté par les recherches contemporaines sur la patrimonialisation de la nature.

3Pour ce faire, nous utiliserons une source documentaire particulièrement intéressante. Il s’agit des guides imprimés locaux.

4Nous allons donc partir de l’identification des éléments du milieu qui entrent véritablement dans l’image de la station que ces guides transmettent. Puis nous examinerons les pratiques qui sont recommandées, convoquées ou impliquées pour que le touriste puisse profiter de son séjour. Nous analyserons ensuite l’élargissement qui s’est produit de l’expérience de la nature dans ses dimensions sociales et personnelles. Nous pourrons alors évaluer la portée de ce que cet exemple donne sur les relations qui peuvent se tisser entre une redéfinition du rapport individuel au milieu naturel et humain et un processus de patrimonialisation.

Une image d’urbanité où priment la modernité et la nature

5Le thermalisme s’est particulièrement développé dans les Pyrénées à la faveur de ce qui fut vécu comme une véritable découverte – scientifique, littéraire et touristique – de cette chaîne de montagnes (Chadefaud, 1987 ; Briffaud 1994 ; Berdoulay, 1995 ; Cubero, 2009). L’invitation qui est faite aux touristes de bien profiter de ce que la station a à offrir se manifeste clairement dans les guides imprimés locaux. Certes, de grands guides nationaux étaient disponibles pour fournir les renseignements attendus par les touristes : moyens d’accès et de séjour, coûts, horaires, équipements et indications thérapeutiques des eaux, notice descriptive de l’histoire et du cadre naturel, excursions, etc. On les trouve par exemple dans les célèbres guides nationaux Baedeker ou bien Joanne devenus Hachette (Guides Bleus), y compris dans leurs variantes régionales (guides Diamant et Monographies). Mais on voit paraître à partir du milieu du XIXe siècle de très nombreux guides locaux. Ils reprennent en partie les rubriques fournies par les guides nationaux, sans nécessairement détailler les aspects coûts et horaires. Publiés le plus souvent à l’initiative de municipalités ou d’acteurs socio-économiques (gestionnaires d’établissements thermaux, syndicats d’initiative), ils visent à promouvoir seulement ce qui donne une image attrayante de la station. Quoique de formats très divers, ils relèvent de ce que l’on a appelé le « guide thermal », « mélange entre la médecine, le tourisme et les loisirs ; avec un public triple : les médecins, les malades et leurs accompagnateurs, et les touristes » (Penez, 2002, p. 225). Mais comme remarqué par le même auteur, on ne peut pas toujours en faire un genre aux frontières rigides, car il peut glisser autant du côté du guide médical que de celui du guide de tourisme. De fait, c’est vers le milieu du XIXe siècle que ce genre se distingue tant du récit de voyage que du guide proprement médical (Chadefaud, 1987 ; Jarrassé, 2000).

6En mêlant tourisme et thermalisme, les guides imprimés locaux indiquent quoi voir et comment circuler, mais le plus important est qu’ils énoncent comment vivre la station. En effet, à l’instar de tout guide mais en quelques pages très modérément illustrées, ces guides locaux recensent et présentent les lieux-clés d’un séjour en station thermale. Mais ils ne font pas que cela car la description des lieux est indissociable de leur « mode d’emploi », précisant notamment ce que l’on peut y faire et en attendre et aussi comment s’y comporter. En ceci, ils constituent de véritables guides du savoir-être-au-lieu. On peut alors considérer que ces derniers scénarisent l’espace public, c’est-à-dire qu’ils articulent les lieux dans leur dimension matérielle avec un jeu plus ou moins restreint de pratiques, attitudes et représentations possibles (Gomes, 2008). Si parler de figures imposées serait quelque peu exagéré, on peut cependant penser que ces guides contribuent à proposer des façons d’être auxquelles les lecteurs (futurs touristes-curistes) consentiront assez largement. C’est sans doute la force, la dimension performative, de ce type de littérature touristique que de savoir tout à la fois capter, orienter et stabiliser, voire diffuser, une forme de genre de vie qui, bien que temporaire à l’échelle des individus, n’en donne pas moins ses caractéristiques à la station, et de manière encore plus complète durant la « saison thermale ». Ces guides impliquent un souci du corps et des pratiques corporelles, en les associant à deux modalités du rapport à la nature : ses éléments curatifs et son instance paysagère.

7Ce qui surprend d’abord quand on consulte les guides imprimés locaux, c’est le peu de place accordée aux éléments patrimoniaux, archéologiques, historiques ou ethnographiques, que l’on peut trouver dans les stations thermales des Pyrénées occidentales. Certes, ils ne sont pas totalement absents, mais les rares mentions qui leur sont faites semblent correspondre à la volonté de consacrer l’ancienneté du peuplement, voire de compléter le portrait d’une localité par quelques touches historiques ou culturelles.

8Un guide publié dans les années 1960 mais représentatif de l’état d’esprit qui régnait auparavant commence par une boutade très appropriée : « Les peuples heureux, dit-on, n’ont pas d’histoire » (Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver, non daté, p. 3). Il continue, bien sûr, par un historique de la localité. Mais celui-ci n’est pas greffé aux témoignages du passé que l’on pourrait y trouver. Il en va plus ou moins de même dans les autres guides locaux. Ils insistent sur l’ancienneté et surtout sur la période romaine. L’un d’eux l’affirme explicitement :

« C’est un principe à peu près généralement admis aujourd’hui : toute station thermale, vraiment digne de ce nom, doit remonter au moins à l’époque romaine » (Labayle, 1933, p. 9).

9L’idée est évidemment de commencer à éliminer le doute ou le scepticisme du visiteur sur l’efficacité des eaux. Les historiques insistent ensuite sur tout ce qui peut corroborer cette reconnaissance ancienne. Ce sont notamment les visiteurs illustres que ces guides ne manquent pas de citer avec plus ou moins de détails. Dans le chapitre « Curiosités et monuments », un guide de Bagnères-de-Bigorre consacre cinq pages sur vingt-trois aux édifices religieux, qui ont pour la plupart une certaine ancienneté ; le reste du texte mentionne les thermes, qui sont modernes, et s’étend abondamment sur les visiteurs illustres (Balencie, 1933, p. 22-45). La venue continue de ces visiteurs, malgré les conditions de confort tout à fait sommaires des débuts, tend à illustrer le sérieux des prétentions thérapeutiques de la station. Parmi eux, sont particulièrement mis en exergue l’intendant d’Étigny et aussi le médecin Bordeu. Si le premier apporte la reconnaissance de l’État, le second vient apporter celle de la science.

10C’est en effet un argument que les guides reprennent à satiété. Certains sont signés par des médecins et ils fournissent tous d’amples détails sur la composition chimique des eaux et sur leurs vertus curatives. Le discours est d’ailleurs très technique, voire aride, pour le lecteur moyen, mais il y là un moyen de fonder en vérité l’efficacité thérapeutique du séjour dans la station thermale. L’iconographie du cadre bâti en témoigne. Rares sont des illustrations du patrimoine historique (Bagnères-de-Bigorre insère, mais le plus souvent sans commentaires, une représentation de la Tour des Jacobins, construction qui date du XVe siècle). Très nombreux sont les dessins ou photographies des établissements thermaux, voire de leurs buvettes ou piscines. Des tableaux caractérisant les températures et composition des eaux viennent parfois compléter ce type d’iconographie. Celle-ci comprend aussi des vues d’esplanades, de casinos, d’hôtels, voire d’édifices publics comme la mairie ou la poste. En somme, le patrimoine bâti qui est mis en valeur renvoie à la modernité de la station et à sa capacité à fournir des services adéquats aux touristes. Comme le reconnaît un des guides : « Une ville thermale désire paraître toute neuve et à la mode aux yeux de l’étranger » (Bagnères de Bigorre, non daté, p. 17).

11L’image que transmet l’espace public par l’aménagement, l’écrit et l’iconographie est bien celle de la modernité. Le confort et les services sont assurés : bâtiments publics, thermes, hôtels, restaurants, théâtres, casinos, allées, places, jardins et esplanades fournissent tout ce que peut attendre le visiteur qui s’attardera dans la station. Les parcours proposés pour en faire la visite ne font que mettre en valeur cette modernité. Dans la mesure du possible, les guides mentionnent l’animation de la station au travers des manifestations mondaines, musicales ou théâtrales, qui s’y tiennent. Certaines insistent sur la vie culturelle qui y règne depuis longtemps. Soit elle résulte du séjour de curistes renommés comme à Cauterets, soit elle s’arrime à une tradition ancienne soutenue par la bourgeoisie locale comme à Bagnères-de-Bigorre. En somme, les guides imprimés donnent une image de la station où règne une urbanité tout à fait moderne. Le citadin aisé qui vient y séjourner ne sera pas dépaysé de ce point de vue : il y retrouvera un espace public avec les aménités qui lui sont chères.

12Mais il s’agit d’une urbanité où prime le contact avec la nature, soit par ses propriétés curatives – les eaux et le climat –, soit par sa présence même. En effet, en phase avec l’hygiénisme qui a conduit non seulement à assainir les villes mais aussi à les verdir au moyen de parcs, jardins et allées, voire de « cités-jardins », la station thermale met en valeur l’interpénétration du bâti et de la nature dans l’espace public. Les commentaires de Taine sur Bagnères-de-Bigorre dans son Voyage aux Pyrénées viennent à propos pour illustrer ce point dans un des guides :

« L’aspect de la ville est charmant. De grandes allées de vieux arbres la traversent en tous sens ; des jardinets fleurissent sur les terrasses. Des ruisseaux d’eau limpide accourent de toutes les places et de toutes les rues ; ils se croisent, s’enfoncent sous terre, reparaissent, et la ville est remplie de leurs murmures, de leur fraîcheur, et de leur gaité... » (Duprat, non daté, p. 11).

13Ainsi, à propos des Eaux-Bonnes, on ne manquera pas d’insister sur la centralité de son jardin public, jusqu’à en faire l’équivalent de son urbanité :

« Un vaste jardin bien ombragé, autour duquel s’élèvent quantité de beaux hôtels et maisons meublées constitue, en quelque sorte, la ville » (Syndicat d’Initiative de Pau, du Béarn et des Pyrénées, non daté).

14De même, J. Daunic, dans son guide sur Bagnères-de-Luchon, ne peut concevoir la station sans le « Quinconce » dont la description introduit la présentation de la ville juste après celle des sources thermales :

« Le Quinconce est certainement l’endroit le plus charmant et le plus fréquenté de la ville. Ce vaste jardin, aux sentiers sinueux bordés de catalpas, de tulipiers et d’acacias, parsemé à profusion de riches corbeilles de fleurs et de plantes exotiques, avec ses nombreux ruisseaux et son lac répandant dans l’atmosphère une douce fraîcheur, offre des plaisirs si variés, que les préférences de la société élégante pour ce quartier sont pleinement justifiées. Dans la matinée, la buvette du Pré et les promenades qui y conduisent offrent un coup d’œil magnifique ; on y voit les buveurs aller, venir en foule, se répandre par groupes, seuls, dans tous les sens après les verrées d’eau : toutes ces toilettes variées, à travers la verdure et les massifs de fleurs, font un tableau charmant » (Daunic, 1873, p. 73-74).

Bains de nature, bains de foule

15Présentée comme un « pittoresque » ou « charmant » mélange de ville et de nature, la station thermale est indissociable d’un style de vie centré sur l’attention portée au corps, le sien propre et celui des autres. Objet de soins, le curiste - le baigneur, comme on l’appelle plutôt - n’en n’est pas moins un touriste auquel l’on vante, outre les bienfaits des eaux, les multiples distractions et plaisirs qu’offre la station. Les guides locaux visent d’ailleurs une clientèle élargie, malade, pourrait-on dire, « de la grande ville » et de ses « outrances » (Bagnères-de-Bigorre, non daté, p. 2) : « à tous les INTOXIQUÉS de la vie moderne » (en lettres capitales dans le texte, Duprat, non daté, p. 44) et les « surmenés de la vie intense des villes » (ibidem, p. 46), le docteur Duprat, médecin consultant à Bagnères-de-Bigorre, recommande une cure préventive pour retrouver goût à la vie. Telle qu’on peut la reconstituer à la lecture des guides, la journée d’un baigneur se trouve grosso modo rythmée par trois temps forts : après les soins généralement dispensés le matin, promenades et activités culturelles ou festives occupent l’après-midi et la soirée, voire, pour ceux qui le souhaitent, la nuit entière.

16La cure est présentée comme une chose sérieuse qui demande savoir-faire et, idéalement, un encadrement médical. Le recours aux eaux laisse peu de place au hasard, à la fantaisie et moins encore à l’exagération :

« des malades ont déjà payé cette erreur de leur vie ou d’une aggravation de leurs infirmités » (Duprat, non daté, p. 35).

17Conseillé sur la manière de se soigner, de se baigner ou simplement de boire, le curiste découvre en même temps un assez grand nombre de figures imposées comme la pulvérisation, le massage, le bain (de vapeur ; pour le corps ou seulement les pieds), la douche (sous des formes variées : locale, ascendante, sous-marine…), le gargarisme, le humage… décrits sous l’angle médical et pas du tout ludique (telle l’énumération de Gimet pour Bagnères-de-Luchon, 1892, p. 28 à 36). Le contact avec l’eau n’est jamais présenté sous l’angle d’un corps qui prend plaisir à ce contact, ni lié à un moment où l’individu nouerait une relation différente et privilégiée à ce corps par ailleurs tenu par des règles strictes en matière de pudeur. Mais il n’y a là rien de très étonnant. Pour les périodes qui nous intéressent, en particulier le XIXe siècle, on peut aussi rappeler que l’usage de l’eau dans le cadre de la propreté corporelle est une chose encore peu répandue, y compris parmi les élites ; rarement pratiqué, le bain conserve aussi une connotation médicale (Léonard, 1986). Comme on l’a dit plus haut, tout guide sérieux se doit de rappeler les propriétés des eaux et d’énumérer leurs applications médicales nombreuses : la liste des maladies – elle aussi technique voire aride – renvoie à ce que l’on pourrait appeler l’image d’un « corps objectivé » par la médecine. Le propos du guide évite pourtant de réduire le baigneur à sa ou ses pathologie(s). Séjourner dans une station thermale doit permettre à l’individu de se rétablir dans un équilibre physique et moral plus global.

18Les guides invitent le lecteur à tirer parti d’un environnement naturel et humain unique qui combine de multiples ressources liées au milieu physique (parmi lesquelles sont les eaux thermales) mais aussi humain (le « Bagnères-mondain » par exemple) et qui toutes peuvent contribuer au rétablissement d’un organisme déréglé par les mauvaises habitudes et les contraintes (les frustrations ?) imposées par la vie quotidienne loin de la station. Le cadre urbain tout imprégné de nature (climat et paysage) constitue un puissant adjuvant pour « refondre un tempérament » (Duprat, non daté, p. 40). Ainsi,

« le triomphe de Bagnères (…) c’est de faire autant de cure par le charme sédatif de ses paysages que par l’action de la thérapeutique thermale » (Bagnères de Bigorre, non daté, p. 1).

19À Cauterets, on veillera à préciser que :

« on soigne le malade et non uniquement la maladie qui a motivé la cure thermale, d’autant plus que le climat a une action remarquablement complémentaire sur le traitement » (Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver, non daté, s.p.).

20Allées, jardins, parcs et une multitude de sentiers invitent au farniente. Déambuler dans les lieux animés de la ville et flâner aux abords immédiats de la station sont une autre manière d’occuper son temps. Ainsi, tous les espaces publics, bâtis et naturels, concourent à inviter à la flânerie, ce qui n’était pas nécessairement le cas dans les grandes capitales européennes de l’époque (Hancock, 2003, p. 163-178). Les promenades, comme activité et dispositif urbain caractéristiques des lieux, sont abondamment détaillées par les guides. Décrites comme délicieuses, pittoresques ou encore ombragées, on en précise la longueur et l’aménagement mais aussi la renommée et la fréquentation. Les points de vue sont également indiqués. Parmi ceux-ci, les panoramas sur la ville, la campagne ou les montagnes environnantes occupent une place de choix. La vision panoramique constitue une modalité particulière du regard ; elle médiatise la relation des individus aux lieux et à la nature à travers une mise à distance qui ouvre vers une forme de jouissance de cette dernière. L’expression « embrasser du regard » dit assez bien que par le lien du regard, la vue panoramique préserve une certaine intimité entre le sujet et ce qu’il voit ; ni rupture ni extériorité, l’image est plutôt celle d’une distanciation entre le sujet et ce qui l’entoure (Laplace-Treyture, 2004). Si le spectacle de la nature est pour beaucoup dans l’agrément que procurent les promenades, le spectacle du monde – le « paysage mondain » (Bagnères de Bigorre, non daté, p. 18) – compte aussi. Un lieu par excellence les réunit d’ailleurs : le Théâtre de la nature et ses représentations en plein air (illustré par des vues, d’ailleurs les seules qui représentent vraiment la foule des villégiateurs). Ici comme ailleurs, voir et être vu font partie intégrante de la scène urbaine :

« se mêler aux autres, ceux qui sont là, dont la vue est à la fois une obsession et un réconfort, les valides ceux qui continuent à goûter les joies de la vie, semées à Cauterets à profusion et dont l’énumération est déjà un stimulant et une espérance » (Cauterets station thermale d’été, non daté, p. 18).

21La station toute entière agit, en quelque sorte, sur l’individu et son « terrain » (mot employé par un guide).

22Ces « petites » stations thermales des Pyrénées sont une étape dans un circuit qui conduit les élites sociales des champs de course parisiens à la Côte d’Azur ; l’adjectif qui caractérise le mieux les types de distraction, les lieux de fêtes et l’ambiance générale qui s’en dégage est celui d’aristocratique. C’est en effet l’image de l’aristocratie, ou ce qu’elle est supposée représenter, qui sert à évoquer l’attrait incomparable des lieux : une vie insouciante et facile, empreinte d’élégance (« une élégance si triée », Duprat, non daté, p. 18) et de plaisirs (y compris amoureux : « Là encore, les passions et les plaisirs faisaient déraper du thermalisme vers les stratagèmes galants », Léonard, 1986, p. 127). Aussi, dans cette façon d’être au lieu, le temps ne compte pas. Un guide de Cauterets présente une vue prise devant l’hôtel d’Angleterre et légendée ainsi : « Toute une société qui, hier encore, était le plus brillant ornement du pesage d’Auteuil et de Chantilly… » et une autre montrant une buvette, avec le commentaire suivant : « chanteurs illustres et orateurs… se retrouvent aux buvettes… » (Cauterets station thermale d’été, non daté, p. 19 et p. 21). Cette aristocratie, fréquentée ou simplement entrevue, ou même seulement présente dans le souvenir de la station, en nourrit l’imaginaire. Loin d’opposer deux temps, celui de la cure proprement dite et celui de la villégiature (les « distractions »), les guides locaux s’emploient au contraire à en montrer l’harmonieuse (sinon même nécessaire) combinaison. Ils diffusent l’image d’un lieu tout entier dédié au bien-être de l’individu, l’essentiel étant, comme ce guide le résume bien, « que chacun y trouve son compte de nature ou de monde » (Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver, non daté, s.p.).

Un retour aux sources : vivre la nature

23Une manière de vivre « aristocratique » a donc véritablement servi de modèle pour savoir être au lieu. La station, c’est tout à la fois un lieu de santé, un lieu de plaisirs, un lieu dédié à soi et pour soi. Cette urbanité tournée sur le bien-être individuel, qui laisse place au temps libre et au retour sur soi, a fortement marqué la station bien avant que se généralise une société des loisirs, ouverte à toutes ses composantes sociales. De véritables codes et rituels rythment donc la vie de la station. Cette dernière les reprendra à satiété jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, après avoir insisté sur l’histoire et les changements de la ville et du public, un guide de Cauterets exprime la naturalité immuable de la région :

« Assurément, le cadre grandiose reste-t-il celui qui effraya les premiers occupants ou charma les romantiques » (Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver, non daté, s.p.).

24On peut donc affirmer que les valeurs et les pratiques des premiers curistes en matière de nature ont conditionné l’image de marque des stations thermales de façon durable. La modernité de la station à sa création, dans ses éléments architecturaux et dans ses espaces publics, n’a d’égale que la modernité des pratiques, des usages et des valeurs du curiste. Quels rituels développe alors ce dernier ?

25Nous avons vu ce qu’il fait avec ou après « son verre d’eau » : boire, déambuler, se rencontrer, s’amuser en bonne société. Un jeu de miroir s’opère entre l’individu et les autres curistes au travers de la ville : voir et être vu. Mais le curiste recherche également un rapport plus « intellectuel » et « personnel » entre lui et la nature. Or la station met à sa disposition de multiples ressources naturelles, bien davantage que les seules sources d’eau réputées, tel ce guide sur Bagnères-de-Bigorre qui explique que l’on y vient par passion et argumente ainsi :

« Quoi d’étonnant d’ailleurs à cela, quand on songe qu’il est impossible de trouver un site plus pittoresque et plus enchanteur, de respirer un air plus pur, de s’abandonner aux douceurs du farniente sous des ombrages plus mystérieux et plus frais, d’entendre chanter des eaux plus cristallines, en un mot de se sentir vivre (…) » (Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), Syndicat des intérêts thermaux, non daté, p. 1).

26Il existe donc également un jeu de miroir entre soi et cette nature mise en scène par la station. Le curiste recherche l’harmonie intérieure que seul un retour « aux sources » de la nature lui permet. Ainsi, à propos de la promenade à partir de Cauterets vers la plus proche éminence du secteur, le Mamelon-Vert, on note cette relation privilégiée à la nature :

« À partir de ce point, la campagne prend possession de son domaine : on descend par une pente très douce ; à droite, un promontoire en saillie sur le vide, où la nature semble avoir indiqué un point de repos sous de beaux arbres enlacés comme pour un kiosque de verdure. Le promeneur repose sa vue sur les flancs de la montagne cultivée aux deux tiers de la hauteur. À droite surtout, où le regard a plus d’horizon, le damier de prairies et de cabanes émaillant les pentes adoucies semble avoir été tracé tout exprès par la nature pour l’unique plaisir des yeux. À certaines heures et sous certains effets de lumière, ce spectacle devient si fascinant qu’il prend les teintes du rêve » (Lequeutre et Wallon, 1910, p. 117).

27Nous voyons ici combien cette relation à la nature fait partie intégrante du discours sur la station en retrouvant intact ce type d’émotions et de sentiments quelque quarante ans plus tard :

« Il n’est pas possible, dans le cadre de cet ouvrage, de détailler tous les itinéraires possibles autour de Cauterets (…) Mais, en vous indiquant quelques promenades faciles, des excursions et des ascensions classiques, nous avons pensé vous aider à déchiffrer mieux et plus vite cette magnifique symphonie que la Nature a réglée autour de Cauterets, et à découvrir, parmi les mille visages qu’elle présente dans nos vallées, nos cascades et nos pics, celui qui vous séduira » (Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver, non daté, s.p.).

28Si cette attitude sollicite l’esprit, le corps n’est pas négligé. Ce dernier n’est pas seulement un corps malade : l’effort physique, plus ou moins modéré, est donc prisé pour se ressourcer, être en harmonie avec la nature. Cette attitude individuelle contemplative, tout à fait moderne, va avoir des conséquences sur la façon dont on se représente la nature et tout particulièrement la montagne. Pour la première fois, on met à disposition des curistes la nature dans une perspective de bien-être physique et spirituel. La nature est aménagée pour répondre à ce nouveau besoin, mais la station sert également de tremplin pour investir la nature environnante en lui accordant une véritable dimension d’espace public. Certains aspects de la nature deviennent des espaces publics à part entière et drainent bien des émotions et des valeurs. Nous assistons aux prémices d’un processus de mise en patrimoine de la nature dans le cadre de la montagne par ces curistes urbains et mondains : ceux-ci vont construire un système « nouveau » de valeurs et de pratiques de la nature qui va aboutir à une volonté de conservation officielle des lieux montagnards.

29Mais avant de se pencher sur les valeurs en elles-mêmes, nous pouvons nous demander quelle nature publique la station nous invite à pratiquer et à observer ? Nous avons vu que le curiste prend soin de son corps, l’écoute mais ne le considère pas seulement comme en souffrance. Il le sollicite également pour être à l’écoute de la nature, des paysages ou de la montagne, selon les termes les plus souvent utilisés par les guides. L’usager de la station devient promeneur, randonneur, excursionniste et pyrénéiste sportif au gré de son envie de contact avec les éléments naturels. Il existe donc, indépendamment du temps du soin, du temps des relations sociales, un temps de retour sur soi en relation avec l’effort physique par la marche. Cette pratique est fortement recommandée par les guides (bien qu’avec l’aval obligatoire d’un médecin) : des propositions d’itinéraires et de circuits font l’objet de longs développements où l’on observe que la station apprivoise son voisinage en tant qu’espace public de pratiques. Cette nature en itinéraires est convoquée sous différentes formes. La grande majorité des guides insiste déjà sur une nature à taille humaine dans une ville à taille humaine. L’échelle de la station n’est ainsi jamais oubliée, avec des descriptions qui concernent autant les aménagements bâtis que paysagers :

« C’est ainsi, par exemple, que le baigneur se rend sans s’en apercevoir aux bains célèbres de Salut, par le plus idéal vallon que puisse rêver peintre ou poète. Et l’Elysée-Cottin ! Et la Fontaine des Fées ! Et le Castelmouly ! Que peut-on en dire, sinon que c’est là le royaume du vert, où s’épanouissent la blancheur des bouleaux, la sveltesse des hêtres, la splendeur sombre des sapins. » (Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), Syndicat des intérêts thermaux, non daté, p. 2).

30La station joue donc sur son site et ses aménagements pour une communion avec la nature. Allées et parcs sont aménagés pour agrémenter les promenades des curistes, tel le vallon de Salut déjà cité à Bagnères-de-Bigorre :

« L’avenue principale, ombragée de vieux arbres et munie de bancs, domine dans toute sa longueur, le joli vallon de Salut,  »site virgilien« , aménagé en parc public grâce au produit de la taxe de séjour, et qui est le coin le plus fréquenté de Bagnères-Thermal (Théâtre de la Nature). Des travaux d’édilité récents, et que le temps devra intégrer dans le cadre, ont été entrepris à l’entrée du Parc Thermal ; les personnes désireuses d’éviter la légère pente de l’avenue, devront prendre à cet endroit le nouveau petit chemin qui suit au creux du vallon le pittoresque ruisseau d’Ayguo-Tébio, et qui conduit aux bains de Salut sans la moindre fatigue » (Duprat, non daté, p. 50).

31Mais cet aménagement peut se poursuivre bien au-delà de la ville et investir la campagne environnante (figure 1). La nature pratiquée est donc de deux ordres : la nature dans la ville, extrêmement aménagée et jardinée, et plus loin, la nature reliée à l’idée d’un panorama harmonieux, où l’ambiance de beauté est recherchée comme à Bagnères-de-Bigorre :

« À l’extrémité de la rue des Pyrénées, à droite de l’avenue de Campan, s’ouvre la pittoresque promenade des Allées Maintenon (…). La montée, tout d’abord un peu rude, permet d’accéder à un véritable plateau, d’où la vue s’étend, magnifique, sur les hauteurs des Palombières, les plaines d’Asté, de Baudéan, les massifs du Lhéris et la vallée de Campan, et d’un autre côté sur le Monné, la montagne de Salut et le Bédat. Le chemin permet de rejoindre à travers la belle châtaigneraie de Médous la route de Campan » (Duprat, non daté, p. 50-51).

32Il faut d’ailleurs insister sur le fait que le discours tiré des circuits s’extasie sur les lignes des collines et des montagnes, sur les forêts, sur les cours d’eau mais en aucun cas sur le caractère champêtre des espaces agraires, à part les estives des plus hautes montagnes. Ainsi, pour les Eaux-Bonnes, lit-on :

« Après trois ou quatre tournants, au milieu des buis, des bruyères et des hêtres aux troncs noueux, vous découvrirez au loin Laruns, à votre droite Aas et Béost. C’est un magnifique point de vue que je vous signale et vous recommande » (Pau, Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, non daté, p. 210).

Figure 1 : Environs immédiats de Bagnères-de-Bigorre

Figure 1 : Environs immédiats de Bagnères-de-Bigorre

D’après Duprat, non daté

33Il n’existe d’ailleurs aucune mention, ni en texte ni en image, des habitants et de leurs activités quotidiennes. Les pratiques de nature n’atteignent donc pas les paysages du quotidien des habitants lorsque l’on regarde ces premiers guides pour curistes, contrairement à ceux du milieu du XXe siècle.

34Ces « promenades » toujours proposées à pied se doublent cependant d’itinéraires plus ambitieux, « excursions » en voiture ou à cheval et plus loin encore, « ascensions » en haute montagne. Ainsi nous interpelle un guide à propos de la haute montagne dominant Luchon :

« Mais la fin d’une excursion est le commencement du grand jeu pour les vrais montagnards. Vous êtes au pied du Cirque et vous n’avez pas l’intention, j’en suis sûr, de rester en bas quand il y a tant de choses intéressantes à voir en haut. (…) Après quoi, le sentier tournant court à gauche atteint la frontière, semblable à une coupure verticale dans le roc. D’ici, vous jouirez de la vue la plus enchanteresse sur le massif de la Maladetta » (Spont, 1919, p. 43 et 47).

35On assiste, à ce niveau, de la part des guides à de véritables panégyriques du panorama, lorsqu’ils proposent des ascensions de sommets, de cols, mais aussi de chemins vers des lacs, cascades et autres éléments montagnards emblématiques.

« Pour le patrimoine par la station » : les prémices modernes d’une patrimonialisation de la montagne

36Que nous disent les guides sur la justification de pratiquer pour soi ces éléments de nature ? Comment les qualifient-ils ? Les différents types de nature pratiqués, observés précédemment, nous ont dévoilé une première mise en qualité des lieux : la nature y est charmante, pittoresque, belle, sauvage… Nous voyons bien l’arrivée d’éléments, de caractères qui construisent la personnalité de la nature et qui qualifient le rapport symbolique, voire la symbiose, que développent les visiteurs face aux différentes natures proches des stations.

37La beauté est déjà le maître mot. Tous les guides justifient les pratiques des lieux, de la station même jusqu’aux sommets les plus élevés, par le sentiment de beauté que les curistes ressentent face à ces natures pourtant bien différentes. Si l’on se penche ainsi sur les « qualificatifs » employés dans la présentation des itinéraires et circuits de promenades et d’excursions du guide de Bagnères-de-Bigorre de G. Balencie , nous notons que la nature peut être remarquable (le châtaignier de Médous), superbe (lac bleu au pied du Pic du Midi de Bigorre), splendide (le plateau et cirque de Payolle au col d’Aspin), magnifique (la sapinière du col d’Aspin), sauvage et désertique (la montée au col du Tourmalet) mais aussi pittoresque (les collines aux alentours de la station de Bagnères), charmante (les chalets de villégiature et leurs jardins) ou délicieux (les vallons alentours)… Finalement, les curistes ont bien créé les images de ce qui les entourait par l’intensité de leurs perceptions esthétiques. Plus précisément, nous pensons que cette beauté doit se décliner en deux grandes sensations : sentiment du sublime et sentiment du pittoresque.

38Ces deux sentiments ont été théorisés par les plasticiens et artistes dès la grande période du Romantisme lorsque les visiteurs en sont venus à contempler la nature et les paysages : « Le balancier de l’esthétique romantique oscille entre le pittoresque et le sublime ». Deux nouvelles catégories esthétiques s’imposent au côté du beau dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et manifestent leur emprise sur la littérature, les arts, l’architecture, le jardin paysager, jusque vers 1850. Leurs principaux promoteurs sont les Anglais : Uvelade Price pour le pittoresque, Edmond Burke pour le sublime (Saule-Sorbé, 1993, p. 163). Les panoramas de hautes montagnes, les cimes, les gouffres, les ravins tombent ainsi sous le coup de cette émotion du sublime qui privilégie les visions plus tourmentées de la nature. La théorie esthétique du sublime cherche donc à montrer des scènes grandioses :

« (…) le sublime produit la plus forte émotion que l’esprit soit capable de ressentir. Il est associé à l’infiniment grand, aux ténèbres, à l’obscurité (…) Le vide, la solitude et le silence évoquent le sublime » (Klingender, 1988, p. 2).

39Les guides montrent ainsi une nature sublime et grandiose, ils la qualifient également de « sauvage » ; elle y est mise en avant, en opposition aux premières réticences de grands écrivains, tout comme le souligne Franz Schrader dans sa conférence faite au Club Alpin le 25 novembre 1897 à Paris intitulée « À quoi tient la beauté des montagnes » (Schrader, 1897, p. 6). Ainsi, selon le Docteur Labayle, Taine n’est pas en mesure de comprendre les « charmes de la montagne » :

« Comment le pourrait-il, du reste, puisque pas plus que George Sand, que Victor Hugo, ou même Lamartine ou Henri Heine, il n’a gravi les sommets (…) ils n’ont pas connu l’émotion violente et sublime réservée à ceux qui, parvenus au faîte des monts, sentent toute la grandiose et saisissante beauté qui se dégage de ces spectacles magiques qu’étale à leurs yeux la Nature » (Labayle, 1933, p. 47).

40Le terme de pittoresque, quant à lui, est plus souvent réservé aux éléments de nature pratiqués dans la station ou dans ses environs immédiats. En effet, étymologiquement, le mot « pittoresque » provient de l’italien pittoresco qui signifiait « à la manière des peintres » (en tant que nom) et « qui concerne la peinture » (en tant qu’adjectif) (Rey, 2005, p. 1753). Cet adjectif permet alors de qualifier, dans le langage courant, ce qui est charmant mais aussi original, insolite, en tout cas qui a un caractère bien marqué. Les théoriciens de l’esthétisme l’ont ensuite généralisé, à la suite de ce qu’implique le mot anglais picture, comme tout ce qui peut être peint et donc mis en tableau mais aussi en image ou en photo... Bien davantage, le pittoresque en tant que théorie esthétique doit fournir une émotion et une imagination par la contemplation à partir de paysages à peindre non classiques, c’est-à-dire sans la beauté classique où étaient recherchées la géométrie et la rationalité :

« Ainsi, l’interrègne pittoresque entre l’art classique et l’art romantique fut nécessaire pour rendre l’imagination capable de constituer l’habitude de sentir à travers le regard » (C. Hussey, cité par Klingender, 1988, p. 12).

41Les guides jouent cette carte du pittoresque avec passion, comme dans le cas de Bagnères-de-Luchon :

« Comme on le voit, la France est la partie du monde la plus riche en eaux minérales. Dans la région pyrénéenne, où le groupe des sources est le plus important et le plus riche, la nature s’est plu à entourer nos nymphes des sites les plus charmants et les plus pittoresques. (…) Nos montagnes et nos vallées ont des sites, tour à tour, riants et pittoresques, qui laissent au cœur et à l’esprit du touriste d’impérissables souvenirs » (Daunic, 1873, p. 11-12).

42Le pittoresque est aussi considéré, dans les guides, comme un processus esthétique développé par le curiste, surtout « curieux des choses de la nature », pour reprendre G. Balancie à propos de son analyse des pratiques de Nansouty, un des promoteurs de la création de l’observatoire du Pic de Midi de Bigorre (Balancie, 1933, p. 37).

43La nature se décline donc dans une large gamme, de la vision pittoresque à la vision sauvage, mais toujours accessible, surtout si l’on prend la précaution de louer la compagnie d’un guide… Dans tous les cas, la beauté de la nature, sublime ou pittoresque, est reliée à la subjectivité des regards (Milani, 2001). Les sensations, parfois quasi métaphysiques, provoquées par les émotions individuelles sont ainsi fortement sollicitées en dehors même de la seule vision du lieu, voire de ses réelles fonctions d’usage (voir ainsi Martonyi, 2003, p. 39, à propos du voyage de Victor Hugo aux Pyrénées). C’est en fait ces valeurs de beauté « ressenties » par le visiteur qui font véritablement entrer la nature pratiquée par les curistes dans un phénomène de patrimonialisation moderne. En effet, la mise en patrimoine, qui parfois fera sens collectif dans les premières années du XXe siècle avec la conservation officielle des sites naturels, est avant tout un contact, un rapport aux lieux éminemment individuel, voire parfois solitaire (avec le goût de l’effort), en ce qui concerne la montagne.

44De plus, la mise en avant d’une beauté pittoresque de la nature entraîne l’apparition d’une autre valeur fondamentale qui permet, selon nous, de vraiment définir la nature patrimoniale de la nature. Le pittoresque s’accompagne, en effet, d’un sentiment mélancolique du temps qui passe. Ce sentiment esthétique se construit sur des formes et des volumes paysagers irréguliers ayant subi l’œuvre du temps. Il peut s’agir de productions humaines qui sont ou ont l’air abandonnées, en ruine ou en décrépitude : « un beau chemin, aujourd’hui trop abandonné (…) en regrettant aujourd’hui la fontaine tarie (…) descendre la côte trop dégradée (…) un kiosque malheureusement abandonné (…) » (Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), Syndicat des intérêts thermaux, non daté, p. 26). Paradoxalement, les lieux d’économie montagnarde deviennent des emblèmes pittoresques sans que les curistes ne soient curieux de la société montagnarde qu’ils côtoient pourtant. Mais il peut s’agir aussi d’éléments naturels qui permettent d’arrêter ce temps qui passe, d’être seul au monde, en tout cas lors des randonnées pédestres. Ainsi pouvons-nous noter près de Luchon :

« Ici, le piéton se sent chez lui, seul, enfin seul, au milieu de la nature. Dès qu’il a dépassé les dernières maisons du village, il a l’impression que le chemin lui fait signe, veut l’attirer dans la forêt prochaine. Là, plus d’autos ni de cavalcades, le silence sacré au lieu de l’assourdissant vacarme, et quels parfums ! Alors, il s’épanouit, s’abandonne, retire sa veste qu’il pose sur son épaule, à la façon des montagnards, et prend son pas de route, son pas souple et cadencé qui se développe lentement, d’un rythme égal et doux, sur le sol élastique, feutré, parmi les aiguilles de pins. » (Spont, 1920, p. 26).

45La plupart des guides jouent sur ces deux aspects temporels (humain et naturel) du pittoresque.

46Mais, plus que par les mots, le pittoresque est véhiculé par les photographies ou les illustrations présentes dans les guides (voir à ce propos l’analyse d’Hélène Saule-Sorbé sur les premières photographies des Pyrénées, dans Pyrénées, voyages photographiques, 1998, p. 22-51). Il existe ici une supériorité de la photographie sur le texte car le pittoresque mérite toujours une peinture, une photographie, un dessin… En effet, si les nouveaux rapports à la nature s’établissent dans les guides à partir d’un choix d’itinéraires et de circuits, une bonne part des sentiments et des émotions de nature passe par une iconographie choisie. Il est significatif que, la plupart du temps, les photos des guides ne sont pas commentées ni appelées dans le texte. Si les guides ne laissent pas le visiteur sans fil conducteur pour découvrir la nature grâce aux itinéraires, le fil des émotions est laissé en partie à l’appréciation du lecteur. Ce dernier peut donc déjà explorer ces émotions « virtuellement » à travers les illustrations et choisir alors, par la suite, selon ses envies, le type de nature à rencontrer dans les itinéraires. La prise de vue devient un instantané de vision qui permet de garder en mémoire la beauté et le temps qui passe, par le pittoresque : celui du rocher, de la pente, du panorama (figures 2 et 3).

Figure 2 : gravure sur bois de Bagnères-de-Bigorre

Figure 2 : gravure sur bois de Bagnères-de-Bigorre

Dans Balancie, 1933

Figure 3 : gravure sur bois de Bagnères-de-Bigorre

Image 3.wmf

Dans Balancie, 1933

47Une grande majorité des photographies nous montre des lieux emblématiques dans et aux alentours de la station. Emblématiques car, finalement, si les émotions convoquées sont individuelles face aux lieux, tout le monde y retrouve les mêmes valeurs de beauté et de mémoire. Ces lieux deviennent publics et collectifs. Le poids des images permet finalement la théâtralisation des émotions présentes lors de la visite de ces lieux, espaces de jeu et de loisirs pour la station et pour ses visiteurs. C’est un changement fondamental de la fonction des lieux, qui devient avant tout, patrimoniale. Or que nous dévoilent également ces photographies ? Il existe une totale adéquation entre les illustrations patrimonialisées des guides et les premiers efforts de conservation officielle des sites et monuments naturels de la part de l’État français (Degrémont et Puyo, 2008). Les premiers guides attirent donc l’attention sur les lieux les plus pratiqués et les plus investis de valeurs lors des promenades, excursions et autres ascensions des visiteurs. Ainsi, Cauterets, par exemple, développe bien ce phénomène. Les lois de 1906 (organisant la protection des sites et monuments naturels de caractère artistique) et 1930 (réorganisant la protection des monuments naturels et des sites de caractères artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque) n’ont fait que « reprendre » les lieux les plus emblématiques et les plus mis en publicité (figures 4 et 5). Ainsi, dès 1926 (le 3 juin), les vallées des gaves du Lutour, de Gaube, de Jerret, du Marcadau et du Cambasque sont classées à la grande joie des défenseurs du thermalisme.

Figure 4 Cauterets, le lac de Gaube devenu site classé en 1926

Figure 4 Cauterets, le lac de Gaube devenu site classé en 1926

Dans Lequeutre et Wallon, p. 81, 1910

Figures 5 : Cauterets, le Pont d’Espagne devenu site classé en 1926

Figures 5 : Cauterets, le Pont d’Espagne devenu site classé en 1926

Dans Lequeutre et Wallon, p. 81, 1910

48La nature, prolongement de l’espace public de la station thermale, a été mise en publicité dans les guides, véhiculant l’idée d’un nouveau rapport avec l’homme mondain et curiste. Ainsi le clame Henri Spont dans Les Pyrénées illustrées, Luchon et ses environs (non daté, p. IV) :

« On aurait mauvaise grâce à se plaindre des stations thermales. Sans doute la vie qu’on y mène est factice et les distractions qu’elles offrent n’ont parfois qu’un rapport lointain avec la nature. Mais elles sont si charmantes, elles sont si bien assises dans leur ceinture de fleurs, elles se développent avec une si tranquille audace au pied des monts formidables ! (…) Il faut les aimer surtout parce qu’elles répandent au dehors la gloire des Pyrénées. C’est grâce à elles qu’on y vient, c’est grâce à elles qu’on y retourne. Ce sont des messagères ».

49Pour la première fois, cette mise en scène témoigne d’un ressourcement du visiteur avant que ce dernier retourne à la station et intègre les autres temps du mode de vie du curiste. Toutes ces sensations de nature ont mené à un mouvement de patrimonialisation qui deviendra un phénomène de société par la suite, au moment de la généralisation du tourisme et de l’avènement d’une société de loisirs (voir ainsi Donadieu, 2007 et Dumont-Fillon, 2002). Ce sentiment très moderne travaille à la construction de lieux symboliques dont la plupart n’ont jamais été remis en cause. Les stations thermales qui ont amené de nouveaux résidents et de nouvelles pratiques des lieux montagnards ont servi de lieux de diffusion pour une nouvelle façon de voir, de sentir et de mettre en scène la montagne tant dans ses beautés pittoresques que sauvages.

Conclusion

50Telles qu’abordées dans cet article, les stations thermales apparaissent comme des lieux d’expérimentation de nouvelles façons d’entrer en relation avec la nature. Les guides imprimés locaux, qui expriment cette recherche d’un savoir-être-au-lieu, reflètent ce processus d’invention et de codification de nouveaux scénarios où la scène et la performance sont étroitement liées. L’espace public, avec ses aménagements et les pratiques qu’il stabilise, ainsi que l’image visuelle, matérialisée ou simplement dite, de la station et de son milieu sont fondamentales dans ce processus. C’est parce que l’espace public est vécu, qu’il fait l’objet d’une expérience personnelle recherchée, que les images qui le consacrent seront précisément celles qui serviront de base à la patrimonialisation du cadre montagnard.

51Considéré dans les liens de renforcement réciproque qu’il entretient avec l’image, l’espace public fonctionne comme un opérateur puissant des réajustements du rapport à la nature qui se sont effectués sous prétexte de thermalisme et qui ont préparé sa patrimonialisation. Ce rapport à la nature, limité initialement à la consommation d’éléments minéraux à vertu thérapeutique, parce qu’il concernait le corps, s’est vite élargi à une meilleure prise en compte du bien-être que celui-ci mérite et qui passe par de bons aménagements de l’espace public construit et naturel. L’élargissement s’est fait progressivement, non seulement en étendue mais aussi en altitude, associé à des sentiments différents de la nature. Le pittoresque a fortement conditionné un rapport à la nature, dont la dimension temporelle est absolument essentielle. Quant au sublime, il inspire des images liées à des pratiques qui quittent au cours du XIXe siècle les abords immédiats de la station pour se réfugier en haute montagne. Mais dans un cas comme dans l’autre, on constate un élargissement de l’espace public au domaine de la montagne.

52Ainsi, il apparaît que la réflexivité qui fonde la performativité de l’espace public possède deux sources, ou deux dimensions fondamentales quoique non exclusives. D’une part, la réflexivité s’exerce en miroir avec autrui, l’Autre ou les Autres, que l’on rencontre dans l’espace même de la station ou dans les promenades aménagées à proximité, et beaucoup moins dans la plus haute montagne. Le souci de soi, par celui du corps, est présent mais y domine la question de son interface avec le social. D’autre part, la réflexivité s’exerce aussi en miroir avec la nature environnante. Que ce soit par l’intermédiaire du pittoresque ou du sublime, l’individu, à travers sa pratique corporelle de l’espace, est invité à se situer en rapport avec le temps ou avec des forces qui le dépassent. L’image, dite, écrite ou surtout concrétisée par des tableaux, dessins ou photographies, inscrite dans l’aménagement des points de vue, donne une portée collective à ce qui est toujours vécu et ressenti sur une base individuelle.

53On a vu que l’image et l’espace public font lieu par les scénarios expérimentés et mis au point dans les stations. C’est précisément pour cette raison que l’image et l’espace public constituent les passages obligés, à caractère collectif, par lesquels se construit le sujet individuel dans le contexte de la modernité.

Haut de page

Bibliographie

Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), non daté, Paris, Album illustré des Villes d’Eaux et de Bains de Mer, Syndicat des Intérêts thermaux de Bagnères-de-Bigorre, 78 p.

Bagnères de Bigorre (Hautes-Pyrénées), non daté, Bagnères-de-Bigorre, Syndicat des intérêts thermaux, 76 p.

BALANCIE, G., 1933, Bagnères-de-Bigorre, Hossegor, Librairie D. Chabas éditeur, 54 p.

BERDOULAY, V. (dir.), 1995, Les Pyrénées. Lieux d’interaction des savoirs (XIXe-début XXe s.), Paris, Ed. du CTHS, 240 p.

BRIFFAUD, S., 1994, Naissance d’un paysage. La montagne pyrénéenne à la croisée des regards. XVIe siècle, Tarbes, AGM-Archives des Hautes-Pyrénées, 622 p.

Cauterets. Hautes-Pyrénées, non daté, Bordeaux, F. Pech & Cie imprimeurs, 22 p.

Cauterets. Station thermale et climatique, station de sports d’hiver (altitude 960m.), non daté, Pau, Marrimpouey, s.p.

CHADEFAUD, M., 1987, Aux origines du tourisme dans les pays de l’Adour, Pau, Université de Pau, 1010 p.

CUBERO, J., 2009, L’invention des Pyrénées, Pau, Cairn, 231 p.

DAUNIC, J., 1873, « Luchon-guide à l’usage des baigneurs et des touristes à Luchon », Luchon, V. Sarthe Libraire-Editeur, 174 p.

DEGRÉMONT, I. et J.-Y. PUYO, 2008, « Le paysage dans les lois de conservation et d’urbanisme en France, L’exemple des stations touristiques pyrénéennes, première moitié du XXe siècle », dans E. Martinez de Pisón et N. Ortega Cantero (dir.), Los valores del paisaje, Madrid, Soria, U.A., Fundación Duques de Soria, p. 95-136.

DONADIEU, P., 2007, « Du pittoresque au durable, les natures touristiques du paysages », Revue Espaces, n° 254 (le paysage, patrimoine touristique), p. 1-8.

DUMONT-FILLON, N., 2002, « Les politiques publiques de paysage et de patrimoine : un outil de gestion des territoires. Le cas du marais Vernier (Eure) et des coteaux de La Roche-Guyon (Val-d’Oise) », Thèse de l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts, École nationale supérieure du paysage de Versailles (ENGREF Paris/ ENSP Versailles) sous la direction de P. Donadieu, 276 p.

DUPRAT, Dr F., non daté, Bagnères-de-Bigorre. Guide thermal et touristique, 2e édition, Paris, Gotscho imprimeurs, 69 p.

GIMET, F., 1892, Luchon en poche, guide du tourisme et du baigneur, Luchon, Lafont Libraire-éditeur, 187 p.

GOMES, P.C.D.C., 2008, « Cenários para a geografia. Sobre a espacialidade das imagens e suas significações », dans Z. Rosendahl et R.L. Corrêa (dir.), Geografia e cultura : pluralidade metodológica, Rio de Janeiro, EDUERJ, p. 187-210.

HANCOCK, C., (2003), Paris et Londres au XIXe siècle, Représentations dans les guides et récits de voyage, Paris, CNRS Éditions (Espaces et Milieux), 357 p.

JARRASSÉ, D., 2000, « Représentations de la ville d’eaux. Statut de l’image dans les guides thermaux français entre 1840 et 1870 », dans G. Chabaud et al. (dir.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, p. 207-220.

KLINGENDER, F., 1988, « Le sublime et le pittoresque », Actes de la recherche en Sciences Sociales, vol. 75 (Sur l’art), p. 2-13.

LABAYLE, Dr, 1933, Cauterets, Hossegor, Librairie D. Chabas éditeur, 55 p.

LAPLACE-TREYTURE, D., 2004, « De quelques médiations dans la construction de l’identité », dans V. Berdoulay et al. (dir.), L’espace public à l’épreuve. Régressions et émergences, Bordeaux, MSHA, p. 201-211.

LEQUEUTRE, A. et E. WALLON, 1910, Guide de Cauterets, Cauterets, librairie Cazaux Thalabot, 308 p.

LÉONARD, J., 1986, Archives du corps. La santé au XIXe siècle, Rennes, Ouest-France, 332 p.

MARTONYI, E., 2003, « Le pittoresque et la couleur locale dans le voyage vers les Pyrénées de Victor Hugo », Revue Verbum, Akadémial Kiado, vol. 5, n° 1, juin : [http://verbum.btk.ppke.hu/pdf/5-1-03.pdf] consulté le 1/02/10.

MILANI, R., 2001, « La théorie du pittoresque et la naissance d’une esthétique du paysage », AE. Canadian Aesthetics Journal / Revue canadienne d’esthétique, volume 6 (L’esthétique face aux jardins) :

[http://www.uqtr.uquebec.ca/AE/Vol_6/index.html] consulté le 1/02/10.

Pau Eaux-Bonnes Eaux-Chaudes, bains – séjour – excursions, non daté, Paris, Auguste-Fontaine Libraire-éditeur, 3e édition illustrée, 396 p.

PENEZ, J., 2002, « Guides imprimés et thermalisme en France, 1850-1914 : pluralité, originalité et développement », dans G. Chabaud et al. (dir.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, p. 221-238.

REY, A. (dir.), 2005, « Pittoresque », Dictionnaire culturel en langue française, Paris, Le Robert, Tome III, p. 1753.

SAULE-SORBÉ, H., 1993, « Les Pyrénées sublimes ou pittoresques », dans H. Saule-Sorbé, Pyrénées, voyage par les images, Serres-Castet, éditions de Faucompret, p. 163-179.

SAULE-SORBÉ H., 1998, « La photographie est au pied des Pyrénées », dans H. Saule-Sorbé (dir.), Pyrénées, voyages photographiques, Pau, éditions du Pin à crochets, p. 22-51.

SCHRADER, F., 1988 [1897], À quoi tient la beauté des montagnes, Conférence faite au Club Alpin, le 25 novembre 1897 à Paris + panorama des Hautes Pyrénées du sommet du Pic de Piméné, Pau, éditions du Pin à crochets, 29 p.

SPONT, H., Les Pyrénées illustrées, Luchon et ses environs, Paris, Flammarion, non daté, 134 p.

SPONT, H., 1919, A souvenir guide of Bagnères-de-Luchon France, Luchon, 100 p.

SPONT, H., 1920, Luchon médical et touristique, Luchon, s.n., 74 p.

Syndicat d’Initiative de Pau, du Béarn et des Pyrénées, non daté, Pau, Béarn, Pyrénées, Pau, Imprimerie Garet et Haristoy, 140 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Environs immédiats de Bagnères-de-Bigorre
Crédits D’après Duprat, non daté
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 2 : gravure sur bois de Bagnères-de-Bigorre
Crédits Dans Balancie, 1933
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4 Cauterets, le lac de Gaube devenu site classé en 1926
Crédits Dans Lequeutre et Wallon, p. 81, 1910
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figures 5 : Cauterets, le Pont d’Espagne devenu site classé en 1926
Crédits Dans Lequeutre et Wallon, p. 81, 1910
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Berdoulay, Isabelle Degrémont et Danièle Laplace-Treyture, « Savoir-être-au-lieu et mise en patrimoine de la nature dans les stations thermales des Pyrénées (XIXe-XXe s.) », Géographie et cultures, 73 | 2010, 39-62.

Référence électronique

Vincent Berdoulay, Isabelle Degrémont et Danièle Laplace-Treyture, « Savoir-être-au-lieu et mise en patrimoine de la nature dans les stations thermales des Pyrénées (XIXe-XXe s.) », Géographie et cultures [En ligne], 73 | 2010, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1842 ; DOI : 10.4000/gc.1842

Haut de page

Auteurs

Vincent Berdoulay

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS) – Université de Pau et des Pays de l’Adour
vincent.berdoulay@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Isabelle Degrémont

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS) – Université de Pau et des Pays de l’Adour
daniele.laplace@univ-pau.fr

Danièle Laplace-Treyture

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS) – Université de Pau et des Pays de l’Adour
isabelle.degremont@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org