Navigation – Plan du site

Métonymies géographiques des espaces publics à Recife (Brésil)

Entre images figées et rhétorique du paysage
Geographical metonymies of public spaces in Recife (Brazil): between cliched images and landscape rhetoric
Caio Augusto Amorim Maciel
p. 63-76

Résumés

Les paysages métonymiques des espaces publics sont abordés en tant que terrains cognitifs de tensions et débats où se développe une rhétorique fondamentale favorable à la coexistence sociale dans les villes. Bien plus que des images figées, les représentations de ces espaces constituent des synthèses bâties par l’intermédiaire du choix de quelques éléments clés pour la société qui s’y reconnaît, et qui sont ensuite amplifiés dans le souci de conférer une plus grande stabilité aux regroupements humains. Cerner la réalité d’une ville à partir de l’émergence paysagère de ses espaces publics demande de la part des citoyens la possibilité de choisir entre plusieurs modèles vraisemblables ceux qui sont les plus évidents et communicables aux autres, sans s’enfermer dans les dérives d’un communautarisme qui mène souvent aux conflits ouverts. Dans les stratégies d’identification territoriale, le rôle rhétorique du paysage semble joindre le culturel et le politique, étant donné que les métonymies sont fondamentales pour choisir, fixer et qualifier des espaces jugés publics.

Haut de page

Texte intégral

1Les espaces publics, par les récits et les images qui leur sont liés, traduisent des pratiques et des conceptions différentes, voire conflictuelles. L’activité permanente de communication qui se déploie dans ces espaces de convivialité et de débats permet d’établir des rapports durables entre des groupes sociaux et le territoire, en mettant en forme un imaginaire et en mobilisant des principes et des règles communes. D’un point de vue géographique, à la fois culturel et politique, l’espace public constitue un lieu matériel et immatériel nécessaire au maintien d’une certaine stabilité de la société urbaine moderne (Berdoulay, Castro et Gomes, 2001). Néanmoins, on y observe souvent des comportements qui la menacent, même s’il est évident que la grande ville se nourrit d’une pluralité culturelle. Celle-ci est toujours composée d’espaces divers où se pratique l’art si difficile de la coexistence, certains d’entre eux s’imposant comme sources du sens donné à l’unité urbaine (Gomes et Berdoulay, 2008, p. 10).

2Parmi les stratégies d’affirmation identitaire qui peuvent se manifester dans les espaces publics, je n’aborderai ici que celle de la « rhétorique du paysage », champ d’analyse fécond pour le dialogue entre géographie, herméneutique et imaginaire depuis les suggestions de Wright (1947), en passant par Sitwell (1981), Berdoulay (1988) et jusqu’à Roux (1999) notamment. Il s’agit désormais d’étudier la façon selon laquelle certains paysages se constituent, prennent forme et synthétisent – par des scènes perçues comme symboliques de la vie des relations dans un lieu donné – des repères d’une géographie existentielle des espaces publics (Maciel, 2005). En effet, les images, qui ont le pouvoir d’évoquer la mixité et la stabilité des contrats sociaux se nouant dans les espaces publics, peuvent être considérées comme des métonymies géographiques. Celles-ci ne sont pas seulement des images figées, mais plutôt des systèmes de pensée en rapport avec l’espace. Cette approche cherche à mettre en relief le rôle des symboliques paysagères, dès lors que celles-ci permettent au sujet de faire un lien entre son environnement immédiat et des étendues moins connues par le biais d’anticipations cognitives (Maciel, 2009). Cette hypothèse d’une pensée métonymique liée aux représentations géographiques s’appuie sur la capacité de l’individu à inscrire son quotidien dans des sphères territoriales plus vastes – ou vice-versa. Or la notion de paysage permet de saisir qu’une des plus fortes déterminations sémantiques de l’imaginaire géographique réside dans la sélection de certains attributs du monde environnant : ceux-ci sont mis au premier plan et finissent même par désigner entièrement la réalité à laquelle ils se réfèrent. Ainsi, ce procédé mental métonymique indique bien que les paysages peuvent être considérés comme schémas ou modèles d’anticipation du réel.

3Dans une compréhension élargie de la rhétorique en tant que « pensée visuelle » et processus cognitif (Arnheim, 1976 ; Ricœur, 1992 ; Gardes-Tamine, 1996), toutes les procédures mentales qui définissent un objet à travers un terme ou une image généralisant ou particularisant relèvent de la métonymie. Comme point de départ, on peut dire que celle-ci correspond à un procédé linguistique par lequel un concept est désigné par un terme désignant un autre concept qui lui est relié par une relation nécessaire. Mais, comme pour la métaphore, il ne s’agit point d’un simple artifice stylistique : selon les récentes théories psychologiques de l’imagination, on peut voir la métonymie comme un moyen de dégager des similitudes entre des choses différentes (Lima, 2006, p. 50-51). Par analogie, quand on prend l’image d’un monument pour symboliser une ville, ce choix procède de la même logique d’intégration : une quête d’identité (ou de similitude) dans l’infini des différences. Sans oublier le caractère sensible de nos rapports avec le paysage (Corbin, 2001), on retiendra ici comme prémisse que représenter l’espace par ses traits visuels dominants implique le recours à la métonymie (Maciel, 2004, p. 218).

4Dans la rhétorique du paysage, les métonymies sont comme des évidences qui renvoient à un modèle facile à communiquer (Roux, op. cit., p. 53). Mais elles ne se font pas toujours dans un esprit de partage pacifique des images qui symbolisent un lieu particulier ; c’est plutôt le contraire qui est le plus fréquent. La culture se caractérise à la fois par le débat et la concertation, l’adaptabilité et la variabilité, et elle est fondée sur une praxis que l’on peut concevoir comme l’action de persuader ou de convaincre l’autre par la parole, définition a minima de la rhétorique. Ici, de façon plus générale, on peut envisager celle-ci comme « la négociation de la distance » entre des hommes à propos d’une question, d’un problème (Meyer, 1993, p. 22).

5De ce fait, la traduction de pensées et intentions en images et narrations géographiquement référencées place le paysage dans le champ d’une géographie sociale et politique. Aux dires de Paul Claval (1999, p. 22) la géographie fondée sur l’approche culturelle est essentiellement politique « car elle montre avec quels instruments et par quelles voies les individus et les sociétés se construisent, s’affirment et se transforment dans un jeu de compétition et de coopération ». C’est pourquoi l’étude des fondements imaginaires de la société doit tenir compte de ce que les valeurs symboliques et esthétiques sont un produit social et supposent donc des intérêts différents et des choix politiques (Castro, 2002, p. 123). La métonymie permet ainsi de comprendre géographiquement comment des identités territoriales peuvent trouver dans le paysage tant une source de symboles qu’un moyen d’expression privilégié. C’est à cette tâche que s’attelle cet article, en se concentrant sur ce qui se passe à propos des espaces publics.

Imaginaire, espace public et rhétorique du paysage

6Conçu en tant que produit de tensions et de conflits qui s’expriment dans l’espace, le paysage met en rapport étroit le politique et le territoire. Les aspects remarquables de la nature et de sa transformation humaine nourrissent un imaginaire collectif et favorisent l’incorporation de lieux particuliers (réels ou imaginaires) à certains ensembles territoriaux. Déclenchée à partir d’un lieu spécifique (un boulevard, un pont), la métonymie prend une consistance historique et géographique profonde – qu’on pense, par exemple, aux hauts lieux identitaires qui peuvent être des places ou des monuments. Ces images sont cruciales pour comprendre la façon selon laquelle la culture est imaginée en tant qu’espace.

7Il est courant de penser que, pour l’efficacité politique d’un certain imaginaire de la ville moderne, l’espace public ne doit accepter en son sein ni la fixation d’identités communautaires, ni la totale dissolution identitaire prônée par la mondialisation. Il représente le projet d’une unité politique négociée à partir de certaines normes de coexistence spatiale historiquement établies. On perçoit l’unité émergeant de la diversité, où quelques espaces prennent des caractéristiques exceptionnelles et très imprégnées d’un sens moral : le mélange plus ou moins accepté des gens dans une ville ou dans un pays.

8Alors, si la mémoire et l’imagination collectives de l’espace urbain sont composées d’expériences individuelles relativement spécifiques dans un ensemble de lieux, la métonymie géographique est une des conditions nécessaires à l’existence de l’espace public, car elle veut y saisir les synthèses possibles de la vie sociale. Puisque la métaphorisation des rapports homme/espace s’appuie sur le paysage comme une sorte de bien commun, les avis et décisions personnelles se manifestent dans ce cadre englobant et donné socialement. Celui-ci est ainsi chargé des valeurs sociales, voire culturelles, qui lui donnent un rôle de régulation dans la vie en société et qui trouvent leur expression la plus poussée justement dans l’espace public et ses emblèmes – paysage matériel aménagé pour représenter la collectivité et renforcé par l’imagerie paysagère qui lui est associée (photos, films, cartes, plans, peintures, cartes postales, etc.)

9On peut toutefois s’interroger sur la capacité des espaces à caractère public à engendrer une stabilité sur la base d’un imaginaire urbain partagé, surtout dans des pays très contrastés, comme le Brésil, où les fractures entre quartiers moins favorisés et ceux bien aménagés sont de redoutables obstacles à l’équité. Les espaces publics risquent alors d’être submergés par le secteur informel ou d’autres enjeux privés, selon N. García Canclini (2008, p. 28-29), pour qui la construction de paysages remplaçant le chaos urbain contemporain demeure un défi difficile à relever. Mais on soutiendra ici que c’est justement là où les conditions de coexistence sont les plus menacées par les inégalités sociales que le recours à la métonymie la plus expressive s’impose. C’est là aussi que le développement de la rhétorique du paysage à propos des espaces publics peut représenter une quête de civilité, en dépit des insatisfactions et des injustices qui s’y trouvent dans la vie quotidienne.

10L’avertissement de García Canclini n’est pas seulement une perspective critique utile en géographie culturelle, mais il nous incite à réfléchir davantage sur la mise en œuvre d’une herméneutique de l’imagination comme ingrédient du processus rhétorique qui a lieu dans les espaces publics, souvent à travers l’appel à des récits et images du paysage. De cette façon, on reconnaît plus aisément les rapports qui se tissent entre imaginaire, métonymies géographiques et espaces publics : l’imaginaire ne concerne pas la seule représentation symbolique des évènements, mais il est aussi un lieu de manifestation d’insatisfactions, de désirs et de recherche de communication avec les autres (García Canclini, ibidem, p. 21).

11Cela n’exclut pas, bien entendu, les tentatives de conditionnement culturel par l’aménagement du territoire, des classes et groupes sociaux dominés : cela fait partie de la politique de tous les jours, de même que le refus des pauvres de se plier aux comportements attendus dans les zones « requalifiées ». Disons que l’imagination est impliquée, de manière croissante, dans les tentatives de consensus matérialisées par les espaces publics.

12À cet égard, Teixeira Coelho affirme que :

« dans l’administration publique d’aujourd’hui le nom de la différence est la culture ou, de façon plus vaste, la sphère de l’imaginaire » (Teixeira Coelho, 2008, p. 64).

13Alors, au moment où l’imaginaire géographique est évoqué pour pallier aux oublis des aménagements matériels de l’espace public, la raison métonymique peut bien servir à souligner ou gommer les différences liées à un certain contexte prétendument culturel. Reconnaître ce jeu paradoxal de forces symboliques est fondamental pour comprendre les querelles inhérentes à l’espace public, lieu de débats à la fois culturels et politiques pour énoncer, légitimer et essayer de résoudre les problèmes socioterritoriaux de la vie moderne.

Paysage et espace public : un appel à la responsabilité sociale ?

14Afin de rendre visibles ces enjeux, je vais utiliser l’exemple du rapport des habitants de la ville de Recife (au nord-est du Brésil) avec les rivières et les ponts, en faisant appel aux actions des pouvoirs publics en faveur de la réhabilitation de son centre urbain. De façon plus précise, il sera question ici d’analyser deux interventions récentes de la Mairie : le Projet Circuito da poesia (Circuit de la poésie, lancé en 2005) et l’Agenda escolar 2008 : Recife no dia-a-dia com os seus poetas (Agenda des écoles 2008 : Recife au quotidien avec ses poètes). Les actions sont toutes deux associées à l’utilisation d’une rhétorique paysagère qui fait appel aux sentiments d’identification de l’ensemble de la ville avec ses eaux et des artistes qui ont des liens avec elle.

15L’Agenda des écoles 2008 invite les élèves à lire mensuellement des poèmes et à parcourir le Circuit de la Poésie pour y connaître douze monuments consacrés à de « grands auteurs qui ont vécu à Recife et qui ont été sensibles à ses luttes, ses désirs, ses contrastes et ses beautés, en traduisant tout cela dans des vers » (Prefeitura do Recife, 2008, n.p.). Les étudiants ont accès, chaque mois de l’année, aux donnés biographiques des poètes sélectionnés par la Mairie, ainsi qu’à quelques-uns de leurs vers. Plus important encore, la brochure présente plusieurs photos d’espaces publics et un plan du centre-ville (montrant le Circuit de la poésie) avec la localisation de chacune des statues bâties en hommage à ces personnalités. Il s’agit, en somme, d’une pédagogie reposant sur la reconnaissance d’espaces de signification publique.

16Selon la Mairie, l’itinéraire de la poésie serait une façon de connaître des talents qui ont « embelli les cartes postales de Recife, et au-delà, ont resserré les liens des citoyens avec la culture » (Ibidem). On remarquera ici simplement que, parmi les douze sculptures d’artistes, cinq sont placées au bord de l’eau (dont une au centre d’un pont) et que l’ensemble a tout entier été aménagé dans les environs du fleuve principal et de ses îles, dans les anciens quartiers centraux de la ville. En marchant d’un emplacement à l’autre, c’est le cœur historique et géographique de la « ville-estuaire » qui s’offre au regard.

17Il est bon de rappeler ici que les métropoles des pays où règnent de grandes inégalités socio-économiques et écologiques, comme Recife (habitée par plus de 1,5 million de personnes et située au centre d’une agglomération de presque 3 millions), possèdent des espaces publics qui font face à un profond éclatement social, voire existentiel. On y trouve des catégories sociales extrêmement différentes par leurs caractéristiques mais pas toujours éloignées géographiquement. Dans la capitale de l’État du Pernambouc, d’après la Mairie et le PNUD (2005), la différence entre les revenus des plus pauvres et ceux des plus riches va de 1 à 33. Mais spatialement, les catégories les plus différentes ne sont jamais séparées par des distances supérieures à un kilomètre ; parfois, il n’y a qu’un bras de fleuve entre les bidonvilles et les gratte-ciel.

18Les élèves des écoles publiques appartiennent, dans la plupart des cas, aux couches les moins aisées de la société. Les images symboliques diffusées par la Mairie de Recife évoquent donc les eaux qui séparent ou unissent les classes sociales, mais elles incarnent avant tout le pouvoir métaphorique des ponts comme éléments essentiels pour relier les quartiers. Le pont, c’est la liaison nécessaire pour (ré)unir une société éclatée. Néanmoins, le lourd héritage d’une population misérable vivant encore au bord de l’eau (dans les favelas et palafitas) doit s’harmoniser avec la revalorisation des berges par des entreprises modernes de construction (immeubles destinés aux services et institutions publiques et aux logements pour les élites).

19En conséquence, les contradictions de la vie sociale et politique de Recife acquièrent une visibilité le long du fleuve principal, le Capibaribe, près de ses quais et trottoirs, surtout au centre-ville. Bien que subsistent plusieurs quartiers délabrés, le statut renouvelé de ces lieux crée une demande pour un discours original donnant une nouvelle cohérence vis-à-vis d’un répertoire d’images dépassées ; d’où le recours croissant à une certaine rhétorique qui renforce le fleuve et ses berges comme axes de convivialité locale. Éléments reconquis à la civitas, les quais deviennent donc des espaces de plus en plus associés aux idées de culture, civisme, citoyenneté, mémoire collective, etc.

20La ville cherche à établir ce que Teixeira Coelho (2008, p. 66) appelle un « réseau de sécurité de base dans le champ culturel », afin de trouver d’urgence des lignes de soudure entre les différentes catégories de population. Ainsi, les espaces publics au bord de l’eau sont soumis à la gentrification, c’est-à-dire que la ville relocalise ailleurs la pauvreté tout en célébrant l’importance de lieux de conciliation porteurs d’une identité d’ensemble. Les espaces ainsi construits sollicitent des citoyens une « responsabilité sociale renforcée », comme l’affirme le même auteur en reprenant une proposition de Anthony Giddens.

21Quoi qu’il en soit, les paysages ainsi mis en images sont considérés comme des représentations sur lesquelles jouent les pouvoirs publics et les classes sociales (principalement les dominantes), qui cherchent à fonder sur la convivialité urbaine la cohérence de leur propre discours. Même s’il s’agit d’une démarche idéologique, il n’en reste pas moins que l’existence empirique du paysage constitue un terrain où s’élaborent des pratiques et des comportements créateurs d’un espace public.

22Les lectures multiples de la morphologie constituent un des paramètres pour comprendre les identités territoriales à partir du choix, de la stabilité ou du changement des lieux comme représentatifs des valeurs et aspirations sociétales. La dynamique des images oblige la géographie culturelle à se pencher sur les enjeux posés par les symboles et les processus de symbolisation. Mais les conséquences et les ancrages de ces processus doivent êtres abordés dans leur intime corrélation avec le territoire et l’environnement, afin de dépasser le problème des stéréotypes et des clichés paysagers, étant donné que le paysage correspond aussi à cette partie de la réalité extérieure qu’on veut saisir, partager et transmettre.

23En tant que produits de la vie politique, les paysages des espaces publics dépassent les images emblématiques auxquelles ils font appel. Dans les « symboles publics » figés demeurent une richesse de réinterprétations permanentes et de nouvelles métaphores : c’est de là que découlent les actions proposées par les spécialistes de l’aménagement, de la publicité et du marketing, ayant pour but la gestion du « réseau de sécurité culturelle » dans l’espace. À cet égard, le logo de la Mairie de Recife, responsable des projets ici analysés, est exemplaire : un pont, icône d’une ville entrecoupée de plusieurs rivières, devient une chaîne de personnes unies par les bras. Le slogan qui l’accompagne complète le message : « le grand œuvre, c’est de s’occuper des gens (a grande obra é cuidar das pessoas) » (Prefeitura do Recife, 2008, n.p.). Cette image d’une liaison formée à partir de gens représente le mariage de la matérialité et de l’immatérialité de l’un des types d’espaces publics les plus symboliques de la ville, et relève l’appel aux valeurs de la responsabilité et cohésion sociales.

24Mais si la mobilisation et la réaffirmation des paysages métonymiques dans des stratégies de pouvoir contribuent à sceller une certaine image de la société et à stabiliser l’espace public, leurs contenus peuvent être le fruit d’une intense activité culturelle des sujets (Berdoulay et Entrikin, 1998). Les résultats de l’action pédagogique de l’État restent encore à évaluer, mais son symbolisme ne doit pas être réduit aux empreintes imposées par un pouvoir institué, ni aux manipulations des mythes et des images par les hommes politiques. Il s’agit plutôt d’un instrument de communication efficace dans le jeu de compétition et coopération sociales au sein d’une mosaïque urbaine assez complexe.

25Selon le géographe Jan Bitoun, si le centre historique de Recife rassemble les multiples et contradictoires identités sur lesquelles la ville a été fondée, la coexistence de ces expressions culturelles locales n’a rien de pacifique ; c’est pourquoi l’image métonymique des ponts y évoque depuis longtemps un besoin fondamental de négociation pour faire se développer une conscience civique :

« ce sont des liaisons [mentales] qu’on doit bâtir entre les diverses expressions culturelles qui cohabitent dans cette ville » (Bitoun, 1993, p. 57-58).

26La métonymie paysagère n’est qu’un acte cognitif qui va des différences sociales vers une image spatiale de consensus possible ou désirable pour la ville. Le potentiel communicatif du paysage et le pouvoir interprétatif du sujet sont, alors, à l’origine de la vitalité de l’espace public. Certes, le choix des quais, ponts et poètes fait appel à des éléments déjà imprégnés de sens, mais c’est à partir du dialogue avec la société, et plus précisément avec les jeunes, que l’efficacité de ces espaces de cohésion sociale va se faire sentir. En somme, la rhétorique paysagère révèle, dans le cas de l’espace public, des paysages métonymiques qui semblent renforcer son caractère d’alliance sociale établie autour d’une ville.

27En effet, toutes les sociétés pensent leurs actions, pratiques et rapports à l’espace. La géographie accède à de telles connaissances à travers l’expressivité du paysage, dont le potentiel rhétorique repose sur l’identification, le choix et la reproduction de géosymboles remarquables, ainsi que sur les scénarios qui amènent du simple acte de voir au processus réflexif de comment voir. La rhétorique du paysage correspond à l’action d’un sujet sur d’autres sujets au moyen de récits et images, afin d’exprimer et d’assimiler les divers sens que prennent les interactions homme/espace en fonction de l’imaginaire collectif.

Au delà des images figées

28L’exemple des géosymboles de l’espace public riverain à Recife est très utile pour réfléchir au potentiel de la rhétorique pour l’imagination : en tant que métonymies, les paysages qui sont mobilisés par les pouvoirs publics et interprétés par la population constituent une stratégie de communication capable d’unir une diversité de populations auparavant moins conciliables. Les motifs idéologiques s’appuient sur des lieux identitaires de la ville toute entière : étendues marquées par l’eau, les ponts, les mangroves, etc. Ces figurations montrent nettement l’orientation prise par les auteurs de cette rhétorique qui veut renforcer la cohérence des espaces publics en faisant appel à un vécu construit sur des expériences diverses (voir les photos 1 et 2 et les poèmes retranscrits ci-après).

Photo 1 : Les sculptures de poètes à Recife, statue de João Cabral de Melo Neto au quai de la rue Aurora. Le pont Princesa Isabel, au fond, a été pris comme modèle pour le logo de la Mairie

Photo 1 : Les sculptures de poètes à Recife, statue de João Cabral de Melo Neto au quai de la rue Aurora. Le pont Princesa Isabel, au fond, a été pris comme modèle pour le logo de la Mairie

Nando Chiappetta, 2009 – www.flickr.com/nandochiappetta

Photo 2 : Statue de Joaquim Cardozo, bien au centre du pont Maurício de Nassau. Les quais, les ponts et les eaux sont les éléments les plus présents dans l’espace public au centre-ville

Photo 2 : Statue de Joaquim Cardozo, bien au centre du pont Maurício de Nassau. Les quais, les ponts et les eaux sont les éléments les plus présents dans l’espace public au centre-ville

Nando Chiappetta, 2009 – www.flickr.com/nandochiappetta

Document 1 : Poèmes présentés par l’Agenda escolar 2008. Traduction libre de l’auteur.

Paysage du Capibaribe (1950)
(extrait du poème Le chien sans plumes)

João Cabral de Melo Neto

Dans le paysage,
le fleuve coulait
comme une lance de liquide épais
comme un chien
pauvre et épais
[...]
Tel le fleuve,
ces hommes
sont comme un chien sans plumes
(un chien sans plumes
est pire
qu’un chien maltraité,
est pire
qu’un chien assassiné...

Après-midi à Recife (1925)

(extrait)

Joaquim Cardozo

L’après-midi à Recife
Du pont Maurice le ciel et la ville.
Façade verte du Café Maxime
Quais des Ananas, des Gameleiras.
De la tour du Télégraphe Optique
La voix colorée des drapeaux annonce
Que les vapeurs entrent à l’horizon
[...]
Recife romantique des crépuscules sur les ponts
Et de la beauté catholique du fleuve.

29Aucune expérience n’étant possible si elle n’est pas fondée sur des anticipations cognitives, on est enclin à affirmer que les figurations métonymiques sont des procédés inhérents à la pensée de l’espace. Outils de quête de la réalité, les paysages symboliques font partie de ces procédés d’anticipation. On objectera qu’en cas d’interruption du processus interactif la société peut se couper de la réalité, comme cela arrive très souvent dans la construction de préjugés et de stéréotypes. Mais une fois que ceux-ci sont identifiés et analysés, il est plus intéressant de s’attacher à comprendre la portée de schémas réflexifs vis-à-vis de la réalité – comme ces images des espaces publics qui visent à concentrer et à transmettre des significations et des valeurs à la société qui peut s’y reconnaître.

30De plus, il est prudent ici de faire appel à l’idée de Gadamer (1998) pour qui les préconceptions doivent être considérées comme inhérentes à l’expérience herméneutique : elles sont donc une des conditions pour atteindre la compréhension. Au delà des figures figées, les images des espaces publics sont des points de repère culturels dans le perpétuel souci de refondation du « réseau de sécurité » sociospatial des villes modernes.

Conclusion

31Les paysages métonymiques des espaces publics doivent être abordés en tant que terrains cognitifs de tensions et débats où se développe une rhétorique fondamentale favorable à la coexistence sociale. Au-delà de la simple construction de stéréotypes, la mise en image de quelques lieux identitaires fait face à des insatisfactions et des désirs et cherche à établir de la communication entre les habitants, les pouvoirs publics et les classes sociales. Les discours qui instituent l’espace public à partir de l’imaginaire sont nés des expériences vécues possibles à partager, bien que soumises à des points de vue hégémoniques à un moment et dans un cadre donnés. Mais pourrait-on s’attendre à autre chose à propos d’emplacements qui sont des scènes du politique et qui veulent symboliser la société ? Enfin, n’est-ce pas à l’activité du sujet d’accommoder ce qu’il perçoit avec l’imaginaire collectif ?

32Il faut noter la perspective critique de Melo Neto par rapport au « paysage de la pauvreté » à Recife, d’autant plus que Cardozo se réclame d’une vision plutôt bourgeoise du « paysage de la modernité ». On constate la centralité d’un paysage liquide, fluvial, que les statues invitent à regarder. Ainsi les poètes contribuent à resserrer les liens des élèves avec la culture et l’espace public.

33Les paysages métonymiques n’offrent donc guère une représentation fidèle du monde, mais ils sont, en revanche, des préconceptions nécessaires et représentatives – puisque résultats d’un débat historique – d’une certaine façon de voir et d’une sensibilité culturelle en rapport avec l’espace. Bien plus que des images figées, les représentations liées aux espaces publics constituent des synthèses reposant sur le choix de quelques éléments clés pour la société qui s’y reconnaît, et qui sont ensuite amplifiés dans le souci de conférer une plus grande stabilité aux regroupements humains. Les images constituent donc des ponts obligatoires pour assurer la cohésion de l’espace public.

34Considérer une ville du point de vue des émergences paysagères liées à ses espaces publics fait écho à la possibilité qu’ont ses citoyens de choisir entre plusieurs modèles vraisemblables ceux qui semblent évidents et facilement communicables aux autres, sans s’enfermer dans les dérives d’un communautarisme capable de conduire à des conflits ouverts. C’est ainsi que les métonymies géographiques sont des éléments fondamentaux du choix, de la fixation et de la qualification, dans un éventail de possibilités, d’espaces réputés comme publics. Il en va de même pour leur disqualification ou leur recréation.

Haut de page

Bibliographie

ARNHEIM, R., 1976, La pensée visuelle, Paris, Flammarion, 350 p.

BERDOULAY, V., 1988, Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique, Paris, Éditions du CNRS, 106 p.

BERDOULAY, V. et J.-N. ENTRIKIN, 1998, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », L’Espace Géographique, n° 2, p. 111-121.

BERDOULAY, V., I.E. CASTRO, P.C.C. GOMES, 2001, « L’espace public entre mythe, imaginaire et culture », Cahiers de Géographie du Québec, n° 45, p. 413-428.

BITOUN, J., 1993, « Centro histórico e identidade cultural », dans B. Sarinho et W. Borges (dir.), Memória do Seminário Recife, Cidadania e Revitalização, Recife, Inojosa Editores, p. 49-58.

CASTRO, I.E., 2002, « Paisagem e turismo. De estética, nostalgia e política », dans E. Yázigi (dir.), Turismo e Paisagem, São Paulo, Contexto, p. 121-140.

CLAVAL, P., 1999, « Qu’apporte l’approche culturelle à la géographie ? » Géographie et Cultures, n° 31, p. 5-24.

CORBIN, A., 2001, L’homme dans le paysage (Entretien avec Jean Lebrun), Paris, Les Éditions Textuel, 190 p.

GADAMER, H.-G., 1998, Verdade e método. Traços fundamentais de uma hermenêutica filosófica, Petrópolis, Vozes, 731 p.

GARCÍA CANCLINI, N.G., 2008, « Imaginários culturais da cidade: conhecimento / espetáculo / desconhecimento », dans T. Coelho, A cultura pela cidade, São Paulo, Iluminuras, Itaú Cultural, p. 15-31.

GARDES-TAMINE, J., 1996, La rhétorique, Paris, Armand Colin, 184 p.

GOMES, P.C.C. et V. BERDOULAY, 2008, « Cenários da vida urbana : imagens, espaços e representações [Apresentação] », Cidades, vol. 5, n° 7, p. 9-14.

LIMA, A., 2006, Metáfora e cognição, Recife, Editora Universitária da UFPE, 117 p.

MACIEL, C. A. A., 2004, Metonímias Geográficas: imaginação e retórica da paisagem no semi-árido pernambucano, thèse de doctorat, Rio de Janeiro, UFRJ/CCMN, Geografia, 527 p.

MACIEL, C.A.A., 2005, « Transfigurations de l’espace public : rivières, ponts et autres paysages métonymiques à Recife (Brésil) », dans V. Berdoulay, P.C.C. Gomes et J. Lolive, L’espace public à l’épreuve. Régressions et émergences, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 213-224.

MACIEL, C.A.A., 2009, « Rhétorique du paysage et identités territoriales », dans P. Grandjean (dir.), Construction identitaire et espace, Paris, L’Harmattan, p. 153-175.

MEYER, M., 1993, Questions de rhétorique : langage, raison et séduction, Paris, Le Livre de Poche, 155 p.

PREFEITURA DO RECIFE/PNUD/FUNDAÇÃO JOÃO PINHEIRO, 2005, Atlas Municipal 2005 - Desenvolvimento Humano no Recife, disponible à http://www.recife.pe.gov.br/pr/secplanejamento/pnud2005/, consulté le 25/09/09.

PREFEITURA DO RECIFE, 2005, Projeto Circuito da Poesia, disponible à http://www.recife.pe.gov.br/2009/09/18/circuito_da_poesia__168591.php, consulté le 25/09/09.

PREFEITURA DO RECIFE, 2008, Agenda Escolar 2008: Recife no dia-a-dia com os seus poetas, Recife, Multimarcas Editora, 196 p.

RICŒUR, P., 1992, « O processo metafórico como cognição, imaginação e sentimento », dans S. SACKS (dir.), Da metáfora, São Paulo, EDUC/Campinas, Pontes, p. 145-159.

ROUX, M., 1999, Géographie et Complexité – Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 335 p.

SITWELL, O.F.G., 1981, « Elements of the cultural landscape as figures of speech », Canadian Geographer, XXV, p. 167-180.

TEIXEIRA COELHO, J.N., 2008, « A cidade e os avatares da cultura », dans T. Coelho (dir.), A cultura pela cidade, São Paulo, Iluminuras, Itaú Cultural, p. 63-68.

WRIGHT, J.-K., 1947, « Terrae incognitae: the place of the imagination in geography », Annals of the Association of American geographers, vol. 37, n° 1, p. 1-15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Les sculptures de poètes à Recife, statue de João Cabral de Melo Neto au quai de la rue Aurora. Le pont Princesa Isabel, au fond, a été pris comme modèle pour le logo de la Mairie
Crédits Nando Chiappetta, 2009 – www.flickr.com/nandochiappetta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 2 : Statue de Joaquim Cardozo, bien au centre du pont Maurício de Nassau. Les quais, les ponts et les eaux sont les éléments les plus présents dans l’espace public au centre-ville
Crédits Nando Chiappetta, 2009 – www.flickr.com/nandochiappetta
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/1851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caio Augusto Amorim Maciel, « Métonymies géographiques des espaces publics à Recife (Brésil) », Géographie et cultures, 73 | 2010, 63-76.

Référence électronique

Caio Augusto Amorim Maciel, « Métonymies géographiques des espaces publics à Recife (Brésil) », Géographie et cultures [En ligne], 73 | 2010, mis en ligne le 14 mars 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1851 ; DOI : 10.4000/gc.1851

Haut de page

Auteur

Caio Augusto Amorim Maciel

Université fédérale du Pernambouc, Recife
camorim3@terra.com.br

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org