Navigation – Plan du site

Éthique et aménagement territorial, regard d’un géographe

Note
Jean-Pierre Doumenge
p. 123-138

Résumés

Essai de réflexion sur les principes éthiques qui guident les mandataires des collectivités publiques en matière d’organisation des territoires et sur la position du géographe à afficher vis-à-vis du politique. Cette réflexion implique un rappel insistant sur la nécessaire observation des comportements des acteurs publics et privés pour qui veut redonner sens à la vie en collectivité et à l’organisation du « bien commun » sur un territoire. L’objectif de ce témoignage est de situer clairement la position vers laquelle le géographe doit tendre dans le débat public centré sur le développement collectif et l’aménagement territorial.

Haut de page

Texte intégral

1En tant que responsable d’un dispositif de master, il m’a été donné, encore récemment, de faire des cours inauguraux en première année sur les « concepts » qui guident l’action en aménagement et en développement sociospatial, puis en seconde année sur les « pratiques » institutionnelles et usuelles en matière d’organisation territoriale. Dans un premier temps, il m’incombait principalement de justifier du bien-fondé d’un corpus de principes et de rappeler les règles qui en découlaient ; dans un second temps, il me revenait de présenter, sur une base comparative de cas précis, ce que les praticiens, les entrepreneurs et les politiques initiaient en matière d’organisation des territoires et d’aménagement opérationnel.

2Des contradictions apparaissant parfois entre l’énoncé des principes guidant l’action en aménagement et l’exposé des usages qui en était fait, l’auditoire étudiant pouvant alors être amené à s’inquiéter de la facilité qu’avaient certains à contourner des règles, suscitant à terme des dysfonctionnements graves dans le devenir des collectivités. Lorsqu’on observe une réalité territoriale sur le long terme, il n’est pas rare en effet que les pratiques finissent par apparaître en décalage par rapport aux principes qui ont justifié leur mise en œuvre.

3Cela permet de rebondir sur l’idée que tout concept ne peut s’affirmer dans la durée que s’il est convenablement et régulièrement mis en pratique, quant bien même les règles juridiques et techniques précises définissant les conditions de l’aménagement s’avèrent en général contraignantes. À vrai dire, sans contraintes comprises et acceptées, les hommes ne peuvent, par leurs imprévoyances juridiques et/ou technologiques, qu’amplifier l’impact périodique des aléas biophysiques.

4En passant de « l’organisation de l’espace » (principalement descriptive) à celle de « l’aménagement territorialisé » (à portée systémique), l’école française de géographie s’est pourtant trouvée confrontée, dès la fin des années 1950, aux jeux des acteurs politiques et économiques, aux échelles locale, régionale et nationale, nécessitant obligatoirement, pour toute collectivité observée, la prise en compte minutieuse de tout ce qui donne sens à l’action publique et à ses fondements éthiques.

La question du sens dans les problématiques sociospatiales abordées par les géographes en aménagement et développement territorial

5À divers moments de son déroulement, l’histoire nous révèle que, lorsqu’une collectivité connaît un déficit de sens du « bien commun collectif » (dit « bien public »), elle se désagrège. Cela entraîne inévitablement une remise en cause des comportements citoyens, mais aussi de l’organisation pratique de son territoire. Sachant que la vie en collectivité se réalise par des échanges de services conventionnés entre divers groupes catégoriels (de nature familiale, philosophique ou professionnelle) construits autour de valeurs morales, culturelles et techniques communes, la référence aux principes éthiques fondant une morale publique s’avère donc nécessaire pour toute étude d’aménagement et de développement territorial.

6Généralement les périodes de crise sont propices à des rappels sur la manière du « bien vivre ensemble » et sur le sens à donner à l’action publique qui est à la base de la construction du bien commun. Cela induit obligatoirement une réflexion sur le « bien » et le « mal », le « permis » et le « défendu », l’« utile » et le « dangereux », comme valeurs morales balisant le champ des relations sociales, au sein de toute collectivité. Naturellement ces valeurs influencent la réglementation statutaire fixant le fonctionnement interne des organisations. Et même si l’éthique peut varier en fonction de la personnalité culturelle du corps social observé, ses principes fondateurs se veulent de portée universelle et intemporelle. Pour cela, ils ne souffrent guère de remise en cause radicale, au risque de voir exploser rapidement le corps social ou la collectivité qui s’y réfère.

7De cette apparente contradiction, P. Ricœur (1977) tire la conclusion qu’il y a à différencier « l’éthique au singulier » prise en tant que « métamorale » située à la source des normes (ayant valeur de règle absolue pour tous les êtres humains), de « l’éthique au pluriel » (ce qu’on appelle la « déontologie ») spécifique à divers milieux d’activité (médical, juridique, financier, marchand, éducatif, sportif), utilisée comme garde-fou aux abus qui malheureusement affectent périodiquement les pratiques dans ces milieux.

8Du fait de la relation de « conseil » exercée par les praticiens des matières indiquées vis-à-vis de leurs clients, apprentis ou collègues, le respect de l’éthique nécessite une attention de tous les instants. Mais l’importance prise par les manipulations frauduleuses prouve que la position exemplaire que doit avoir le praticien dans l’exercice de son activité est loin d’être la règle. Dans le cadre des valeurs dominantes ayant cours dans une collectivité fonctionnant sous le régime de la démocratie, l’éthique trouve évidemment sa place : selon J. Habermas (1992) elle est recherche de l’adhésion des individus aux référents institutionnels, choisis par mode de consensus ou d’élection, avant que la réalisation envisagée d’un « projet » ne fasse l’objet d’une convention ou d’un contrat.

9Dans les États démocratiques contemporains, la prise en compte du bien commun passe par la définition de multiples politiques publiques s’exprimant tant en faveur de l’aménagement global des territoires que de thématiques précises portant sur l’amélioration des transports et des communications, la protection des environnements biophysiques et de leur expression paysagère, la valorisation des patrimoines économiques ou culturels (matériels et intellectuels), l’organisation de l’emploi, de l’éducation ou de la santé ou la lutte contre la précarité. Évidemment, les prises de position en faveur d’un niveau d’équipement collectif, de la qualité de l’environnement ou de la solidarité vis-à-vis des plus défavorisés peuvent varier au sein d’un territoire selon qu’on adhère à une idéologie conservatrice ou progressiste, d’où la vivacité parfois constatée dans les débats politiques. Mais pour être pérenne, la gestion des collectivités et de leurs territoires demande l’établissement d’une confiance contractuelle autour d’un « programme d’action » proposé par les gouvernants aux gouvernés (comme le font les patrons vis-à-vis de leurs actionnaires et employés, dans le monde de l’entreprise).

10Pour être effective, cette confiance doit faire l’objet d’une validation par les membres ayant pouvoir décisionnel (les citoyens pour les collectivités publiques, les actionnaires et parfois des représentants des personnels pour les organisations économiques). Sans adhésion précise à un « projet de développement » adapté aux besoins des populations, pour le moyen ou long terme, aucun aménagement ne semble viable et aucune solidarité ne peut se dégager en faveur du « bien commun » sur un quelconque territoire. C’est particulièrement évident dans les contextes naturels fragiles ou soumis à une anthropisation lourde : les centres des villes historiques, les espaces portuaires et aéroportuaires, les couloirs de forte circulation et surtout les « stations » de bord de mer ou de haute montagne doivent donc faire l’objet de protections, donc de législations, adaptées à leurs contraintes.

11Lorsque la part du ressenti ou de l’irrationnel prend le pas sur l’observable ou le rationnel, il en découle une forte inquiétude, voire une « crise de confiance », qui débouche souvent sur la remise en cause des responsables de la vie en société, en particulier dans ses attendus politiques et économiques. L’aléa découlant de cette instabilité fait que la « géographie humaine » ne peut se nourrir de raisonnements déterministes pour expliquer l’organisation des collectivités et l’aménagement de leurs territoires ; au contraire, elle doit aborder de manière systémique les jeux d’acteurs privés et publics, dans la longue durée. Le rôle du géographe est en l’occurrence de tenter de dégager les processus d’évolution des sociétés et de construction de leurs territoires, en fonction de la pression des conjonctures externes comme des capacités internes d’innovation.

12Dès lors, faits culturels et positions idéologiques devraient intégrer toute étude portant sur les dynamiques territoriales. Or aujourd’hui encore, les géographes semblent peu sensibles à l’analyse de l’éthique et de l’idéologie donnant sens à l’organisation de leur territoire, alors même que certains géographes exercent des mandats électifs, concrétisant un engagement politique connu de tous. En fait, trop rares sont les liens établis par les universitaires enseignant la géographie avec leurs collègues en charge des sciences morales et politiques.

13Le décryptage précis des « choix de société » exprimés dans les débats institutionnels menés dans les collectivités territoriales et au sein de l’État, voire sur le plan international, n’est que trop rarement révélé par les enquêtes géographiques. Puisque le rapport qu’une société entretient avec son territoire est largement fonction des choix pris par ses mandataires élus, la dialectique existant entre « échange » et « capitalisation », « usage » et « appropriation » influence forcément la gestion publique et les arbitrages à opérer entre groupes d’intérêts participant à la vie d’un territoire.

14Cette carence explicative vient certainement de l’importance trop grande prise par l’exercice descriptif mené par les géographes lorsqu’ils sont confrontés à un « terrain » précis, pour lequel ils manquent parfois de connaissance intime, inscrite dans la durée. Dès lors, ils évoquent quelques généralités conceptuelles pour baliser leur démonstration, centrant leur attention sur les dimensions techniques des enjeux sociospatiaux. Ce faisant, les jeux d’acteurs, les contournements des règles, la dimension idéologique de l’organisation des territoires, voire sa dimension psychologique, apparaissent peu dans les manuels professionnels, quant bien même d’excellentes thèses prennent en compte à présent ces thématiques.

15En dehors du livre Géopolitique de l’aménagement (Philippe Subra) paru en 2007, les ouvrages traitant de manière explicite de la dimension politique de l’aménagement et des ajustements entre acteurs sociaux (ce qui concerne la gestion globale des territoires, dite usuellement « gouvernance ») tiennent plus de la « boîte à outils » plus ou moins astucieuse que du manuel de références stratégiques, faute de contenir une présentation systémique des usages de l’espace territorialisé et des pratiques organisationnelles réalisées en son sein par les acteurs publics (institutions) et privés (entreprises, associations ou simples citoyens).

16Implicitement, le géographe s’impliquant en aménagement n’aurait-il pas peur de prendre position au plan stratégique, en centrant ses recherches et enseignements sur l’opérationnel, afin d’éviter tout conflit avec le politique ?

Du rapport du géographe au politique dans l’action publique et l’aménagement territorial

17Pour construire un discours convainquant et persuader ses mandants du bien-fondé de son action, le politique a besoin de se référer à des valeurs éthiques, naturellement interprétées au filtre de son idéologie. Voilà pourquoi la définition, la protection et la valorisation du bien public sont si difficiles à mettre en œuvre. Voilà pourquoi aussi le politique, porteur par nature d’un message idéologique, est si peu enclin à travailler avec le chercheur dont l’éthique professionnelle peut le conduire à critiquer, voire à remettre en cause, tout ou partie du message idéologique émanant du politique, en particulier lorsqu’il lui apparaît trop décalé par rapport à la situation observée.

18L’action du responsable politique et celle du chercheur géographe sont pourtant soumises au même préalable : celui de réaliser pour tout territoire d’intérêt un « diagnostic de situation », afin de pouvoir faire des « propositions » d’amélioration ou de transformation de la situation analysée. N’étant pas lié à une clientèle électorale, le chercheur peut, plus facilement que le politique, prendre de la distance par rapport à une situation problématique et conflictuelle. L’enjeu de l’expertise du géographe en aménagement territorial se situe donc toujours en amont de la décision du politique. En conséquence, le géographe ne peut être qu’un « aide à la décision ». Il bénéficie tout de même d’un atout sur le politique dans la conduite de son analyse, puisqu’il a toute latitude à présenter concurremment plusieurs scenarii de résolution des problèmes diagnostiqués, ce que ne peut pas forcément afficher le politique, sauf à courir le risque de dévoiler sa marge de manœuvre dans le débat public et à fragiliser éventuellement la position de ses supporters.

19Le travail à mener par le géographe consiste donc à faire un point de situation vis-à-vis d’un existant, en matière d’usage et de contrôle d’un territoire, afin de dégager ce qui fonctionne bien et ce qui mérite d’être réformé. Ce travail doit inclure des interviews qualitatives (décodant les stratégies des principaux acteurs) tout autant que l’exploitation de recueils de données statistiques, dans l’optique de la mise à disposition de synthèses devant servir à poser les termes du débat public en matière d’aménagement, lors de réunions de travail des élus ou de consultation des membres de la collectivité. La qualité du travail de consultation est essentielle, si l’on veut qu’un projet ne fasse pas ultérieurement l’objet de recours contentieux.

20La peur du recours contentieux est souvent source de retard dans la mise en œuvre d’un projet d’aménagement, voire vecteur d’augmentation de son coût financier. Mais la recherche de la satisfaction d’une collectivité se doit d’être au centre des préoccupations de ses mandataires élus. Ayant pour fonction de valider la pertinence du projet, les élus se doivent de justifier tout à la fois un usage performant des équipements projetés et leur bon rapport « qualité-prix » (en terme d’investissement). Cette position pose implicitement le principe du « juste prix » (eu égard aux « prix du marché » pratiqués) que la collectivité et ses mandataires sont en droit d’attendre des praticiens en charge de la réalisation de leur projet. Forcément, il s’ensuit une obligation d’échanges réguliers d’informations entre « maître d’ouvrage » donneur d’ordre et « maître d’œuvre » responsable de la réalisation concrète du projet. Lorsqu’on est mandataire d’une collectivité, on se doit de savoir prendre toute garantie afin que le projet soutenu arrive à bonne fin et soit rentable (économiquement et/ou socialement), sauf à devoir alourdir durablement la charge fiscale des membres de la collectivité (ce qui peut provoquer la remise en cause de la compétence du politique).

21De ce fait, le chercheur géographe qui veut s’impliquer utilement dans l’action publique doit se positionner de manière discrète vis à vis du politique, sans jamais essayer de se substituer au donneur d’ordre. Sa position de conseil nécessite qu’il soit capable de bien situer les motivations des différents acteurs sociaux impliqués dans le devenir des organisations territoriales, sans pour cela dévoiler leurs motivations intimes, au risque de perdre leur confiance et donc toute utilité sociale. Pour que son évaluation des jeux de pouvoir soit utile tant en matière de réalisations économiques et sociales, que de valorisation des patrimoines ou de gestion des solidarités inter catégorielles sur un territoire, il a intérêt à bien manier ses outils cartographiques pour désamorcer par la symbolique utilisée les passions partisanes, tout en vérifiant in situ la pertinence des discours publics enregistrés : par ses méthodes de travail, il doit restituer sereinement la portée territorialisée des idéologies.

22Par son positionnement en amont du débat public, l’expert géographe se différencie ainsi du cadre technique ayant, au contraire, à traduire en actes concrets les décisions prises par les élus, une fois le débat clos et un contrat signé. Évidemment, cela ne doit pas empêcher le géographe d’être à l’écoute du responsable technique, au sein d’une collectivité territoriale, surtout s’il peut se prévaloir d’une ancienneté importante sur leur territoire lui permettant d’expliciter sans crainte le « non-dit » politique, tout aussi important pour le chercheur que le « dit » exprimé par le mandataire statutaire de la collectivité. En effet, si on veut établir une confiance autour d’un projet opérationnel, sur un territoire, on a besoin de cumuler dit et non-dit : cette recherche a une valeur stratégique puisqu’elle permet de restituer une image précise du contexte d’émergence de tout projet.

23Au regard des attentes des populations résidentes, le géographe doit donc être apte, tout à la fois, à évaluer les politiques publiques produites par les élus, leur pratique de la consultation des populations, leur talent de négociateurs vis-à-vis de mandataires territoriaux concurrents, leur aptitude à capter des activités productives de biens et de services pour leur collectivité et, en dernière instance, leur capacité à mettre en pratique les principes éthiques affichés dans leurs programmes politiques. À ce titre, le géographe doit se tenir au fait des théories guidant l’action des politiques, tout autant que de l’aménagement opérationnel et de la réglementation l’encadrant. Dès lors, il doit essayer de bien comprendre les comportements partisans, en particulier dans les territoires présentant une grande vulnérabilité.

24Le puissant processus d’urbanisation qui caractérise notre époque, à de multiples échelles, n’est pas sans risque dès lors qu’il s’exerce de façon massive sur des milieux naturellement fragiles (notamment sur les montagnes à fortes pentes, les littoraux largement hydratés ou les zones à forts aléas tellurique et/ou cyclonique). Par suite d’une forte demande sociale en ce début de XXIe siècle, on constate la récurrence d’épisodes catastrophiques et le raidissement soudain des pouvoirs publics locaux ou nationaux hier laxistes, en matière de délivrance d’autorisation à aménager (dont le permis à construire). Il y a une quinzaine d’années, il était fréquent d’enregistrer, sur les littoraux français, de violentes attaques menées par des maires (en recherche de terrain à bâtir pour l’agrandissement de leurs stations balnéaires) contre les services de l’État (en charge de la réalisation des plans contraignants de prévention des risques, en particuliers pour ceux liés à l’inondation). Le bilan des tempêtes de 1999 et de 2009 sur les côtes de l’Atlantique montre pourtant qu’une grande vigilance est indispensable en ce domaine pour qui veut minimiser les risques de destruction des espaces fortement anthropisés.

25Au cours de la dernière décennie, la réalisation des Schémas de cohérence territoriale (SCoT) à l’échelle infra-régionale ou de Plans locaux d’urbanisme (PLU) à l’échelle d’une commune ou d’une agglomération a souvent été l’occasion d’affrontements d’acteurs sociaux ayant un rôle majeur en matière d’organisation de l’espace : il s’agissait non seulement d’élus aux intérêts politiques divergents, mais plus encore de corporations professionnelles exerçant une pression sur l’espace physique sans modération ou volonté de partage (sur les plans d’eau lagunaires et le long des côtes, il n’est pas rare que pêcheurs et aquaculteurs s’opposent, quitte à se liguer ensuite contre des producteurs de sports nautiques et de services touristiques). Au demeurant, les situations de crise sont toujours révélatrices des déséquilibres existant dans une collectivité, d’où l’importance qu’il y a à bien décoder les « rapports de force » catégoriels et les « conflits d’usage » au sein d’un territoire.

26Encore faut-il se montrer capables de décoder ce qui est apparemment paradoxal lorsqu’on incite des étudiants à une observation minutieuse des comportements politiques sur des territoires choisis comme sujets d’études (au cours de leurs stages ou de leur temps de recherche doctorale). Ainsi, peut-on trouver aberrant la mise en place récente d’une communauté de communes littorales (en l’occurrence celle du « pays de [l’étang de] l’Or ») indépendante du reste de l’agglomération de Montpellier puisqu’en terme de gestion quotidienne des réseaux publics (voiries et transports terrestres, eau et assainissement, etc.) comme de structuration d’un espace en voie de métropolisation millionnaire (sur un axe d’environ 80 km de long, allant de Nîmes à Agde), les nécessités présentes et à venir seraient au traitement unifié de l’ensemble de cet espace fortement urbanisé, autour de son axe autoroutier Est-Ouest, depuis les garrigues établies sur les plissements servant de contreforts au Massif central, jusqu’aux rivages de la Méditerranée.

27En fait, il faut savoir qu’il existe une dichotomie structurelle, inscrite dans la ruralité traditionnelle, entre les « gens du bord de mer » méditerranéen, majoritairement de droite depuis des générations (même si on constate une grave régression des activités de pêche, les représentations ritualisées du catholicisme rythment toujours la vie du monde maritime, y compris dans son instrumentalisation touristique), et ceux de « l’intérieur du pays » languedocien, majoritairement de gauche, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (par avènement des anciens métayers et des très petits propriétaires viticoles radicaux, socialistes, voire communistes, dans les instances municipales et celles des caves coopératives).

28Du temps où Montpellier était un centre commercial et industriel actif (1960-1980), la majorité municipale alors de droite (en place entre 1959 et 1977) avait pu facilement faire alliance avec leurs homologues des communes du bord de mer et construire un vaste « district urbain » ; avec la rétraction des activités de production industrielle (en particulier au plan électronique et pharmaceutique) et la reconversion de Montpellier en un grand centre de services intellectuels et scientifiques (depuis les années 1980), on assiste à la transformation progressive de l’électorat et à la consolidation d’une majorité de gauche que les élus du bord de mer ne manquent pas, depuis une dizaine d’années, de stigmatiser. Ils le font avec d’autant plus de vigueur que le président socialiste de l’agglomération (ex-maire de la commune-centre, actuellement président de la région Languedoc-Roussillon) propose un comportement tutélaire, accompagné souvent d’arrogance.

29Lorsqu’on élargit le champs d’observation à l’ensemble du Midi méditerranéen, on se rend compte que le clivage idéologique peut être masqué, comme élément de compréhension de tensions internes d’un jeu institutionnel, par des inimitiés entretenues par quelques fortes personnalités à l’origine de réseaux clientélistes, aux attitudes parfois maffieuses. Ces glissements comportementaux s’expliquent très largement par l’affairisme général régnant dans le domaine de la promotion foncière et immobilière ; or le secteur de la construction résidentielle et touristique constitue à l’heure actuelle le moteur économique essentiel du développement du littoral.

30De ce fait, le décryptage du fonctionnement des territoires devrait prendre en compte les comportements de leurs mandataires politiques autant que l’analyse de leur état démographique, de leur production économique ou de leur personnalité culturelle. En conséquence, l’aménagement territorial ne peut plus se décliner au singulier (comme c’était le cas entre 1945 et 1975, lorsque l’État conduisait la reconstruction de la France), mais doit désormais l’être au pluriel. Cette pluralité stratégique devrait permettre au géographe de s’impliquer plus facilement dans des analyses comparatives, bien localisées, et dans des recherches à finalité pratique qui restent nécessaires au renouvellement des débats théoriques et des enseignements à portée générale.

31Dans tous les cas, une opération d’aménagement menée au titre d’une initiative publique locale nécessite la capacité de pouvoir présenter à l’agrément des autorités décentralisées de l’État un « projet de développement » précis. Ce projet doit situer clairement, sur le territoire de référence, l’opportunité à mieux desservir la population locale, tout en démontrant son acceptation culturelle et paysagère, afin de limiter son impact sur l’existant et ainsi d’éviter tout motif de plainte de la part de tout ou partie des résidents.

32Pour tout projet de construction privée, il faut pouvoir justifier des acceptations culturelles (par référence, par exemple, à un style architectural local ou régional reconnu) et biophysiques (en minorant l’exposition aux divers risques naturels ou les possibilités de pollution) auprès des autorités publiques locales. La population vivant dans le voisinage immédiat de l’aménagement projeté peut en effet intervenir, au moment du « porté à connaissance », si la réglementation inscrite au PLU n’est pas respectée.

33La rigueur de la présentation, en particulier celle des documents graphiques, exigée pour tout dossier de demande d’agrément d’un aménagement, pose donc le géographe en interlocuteur incontournable sur le champ de l’aménagement, d’autant plus que la conformité exigée entre les documents officiels de planification (SRADDT, SCoT, PLU) peut toujours faire l’objet d’une interprétation par ceux même qui les ont élaborés. Lorsqu’ils le peuvent, les représentants des communes se réservent en effet une marge de manœuvre pour l’élaboration des PLU en énonçant des orientations très générales, lors de leur participation à la confection du SCoT infra régional auquel leurs PLU se trouvent affiliés.

34La satisfaction des intérêts locaux (pas toujours avouables) en matière d’urbanisme est d’autant plus facile à négocier que les échelles de représentation graphique des orientations d’un SCoT se font au 1/25.000 et au 1/100.000, alors que celles prévalant pour un PLU s’expriment au 1/5.000 et au 1/10.000.

Du nécessaire rappel du principe de « solidarité », à la référence au concept d’« équité » comme fondement d’un « développement durable » des territoires

35Dans le discours du politique, le rappel à la solidarité intercatégorielle est constant dans l’optique du maintien d’une bonne cohésion sociale sur tout territoire ; l’équité est au contrainte une valeur morale encore émergente, car elle sous entend l’acceptation de certaines discriminations catégorielles, en faveur des plus démunis. Selon l’échelle territoriale choisie, la formulation de la solidarité peut varier dans son contenu et on peut voir se développer des tensions entre échelons de gouvernance : les objectifs du « bien vivre ensemble » varient en effet en fonction de la position institutionnelle des territoires. Aussi pour un élu local ou régional, la perception de l’aménagement de son territoire d’élection peut-il facilement apparaître en net décalage par rapport aux objectifs affichés par le gouvernement national et ses administrations, en particulier en matière d’accès aux services publics. C’est actuellement un grand débat en France et en Europe.

36Des imperfections de l’application du principe d’« égalité » en matière de solidarité intercatégorielle est donc née l’idée de compensations légitimes à trouver pour les territoires économiquement ou écologiquement fragiles. À l’échelle d’un territoire souverain (étatique ou pluri-étatique), c’est au nom du principe d’« équité » que les entrepreneurs et les citoyens (attentifs au maintien des grands équilibres économiques et sociaux) demandent à présent aux pouvoirs publics à ce que les biens et les services locaux soient efficacement protégés dans les zones en difficulté, souvent par suite d’un faible peuplement (effet d’un exode rural massif). Il en découle d’une part la promotion commerciale vers l’extérieur des « produits de terroir » locaux, d’autre part l’organisation sur place de « points multi services » permettant un ravitaillement dans la proximité des populations résidentes.

37Dans le même registre, entrepreneurs et citoyens ne manquent pas de suggérer aux pouvoirs publics une forte taxation des productions d’origine extérieure au marché national ou communautaire, surtout lorsqu’un différentiel important existe, en matière de construction du prix de revient, sans qu’une différence de qualité ne le justifie clairement : quand le « moindre prix » prend le pas sur le « juste prix », les conditions sont en effet réunies pour que se développe une concurrence déloyale entre territoires et que le chômage se renforce dans ceux où le coût salarial est le plus élevé. Sur le plan éthique autant que politique, la répression de toute compétition non réglementée (dite pour cela « sauvage »), s’avère donc être parfaitement légitime. Le laxisme réglementaire amène certains à faire le procès de l’économie de marché.

38En quelque matière que ce soit, la réglementation de la concurrence (basée sur l’établissement d’un « juste prix » pour tout bien ou service marchand) semble essentielle, pour assurer, dans la longue durée, la stabilité des échanges et le bon fonctionnement des territoires. On peut donc s’étonner qu’un grand marché commun, comme l’est celui de l’Union européenne, applique de moins en moins la « préférence communautaire » en matière d’écoulement des productions, alors que cette préférence est à l’origine de sa construction.

39Au plan national, pour que la recherche du juste prix soit synonyme d’équité, elle doit s’appuyer sur des chartes de qualité établies en concertation entre professionnels, associations d’utilisateurs et représentants de l’État et sur des contrôles-tests réalisés par l’administration de la répression des fraudes (réglementairement habilitée à vérifier les performances des produits). Les consommateurs sont d’autant plus attentifs à la labellisation des produits qu’ils y trouvent de plus en plus un élément essentiel de référence à leur qualité de vie.

40Depuis trente ans, la bonne prise en compte de la qualité de vie gagne en importance dans le discours des politiques, surtout lorsqu’un territoire connaît une régression relative dans le développement de ses activités. Cela est d’autant plus compréhensible que le rapport de nos contemporains à l’espace et au temps s’est profondément modifié en une génération, par suite de la rapidité des déplacements à longue distance, de la vulgarisation des technologies de linformation et de la communication, de la fragmentation accrue du temps de travail, de l’augmentation sensible du temps de loisir, et surtout d’une volonté globale à protéger la qualité paysagère de leur cadre de vie, lorsque celui-ci est jugé beau, voire prestigieux par un grand nombre d’observateurs.

41Dans les pays développés, la convergence du « bien », du « bon » et du « beau » au meilleur prix est plus que jamais au centre des préoccupations des individus, comme des collectivités. Traditionnellement, les « hommes de l’art » savent concilier utilité symbolique (la « notoriété ») et utilité pratique (la « fonctionnalité ») dans toute opération d’aménagement que ce soit en matière de conservation du cadre de vie qu’en matière de restauration des patrimoines ou de promotion des produits labellisés, y compris pour les mandataires de forces politiques se déclarant « progressistes ». Aujourd’hui, préserver et valoriser un patrimoine dans le but de pérenniser des productions matérielles ou intellectuelles héritées, participant à la construction d’une identité collective (et à ce titre dont chacun peut être fier), revient à se réapproprier utilement des savoirs et des savoir-faire parfois oubliés.

42Lorsqu’à titre collectif, on témoigne du souci de transmettre ces productions héritées de manière performante aux générations à venir, tout en faisant que les générations présentes en profitent pleinement, on fait œuvre de « développement durable ». En prenant appui sur la transmission entre générations, ce concept de conciliation des impératifs économiques, sociaux et environnementaux s’affiche de plus en plus comme fondement éthique, voire comme référence idéologique d’importance majeure pour beaucoup d’acteurs politiques, économiques ou culturels influents, tant dans les pays nantis que dans les nations émergeantes.

43En influençant tout à la fois la législation, les technologies et les comportements individuels et collectifs, cette notion vise à établir une production de biens matériels au moindre coût en énergie et en matières premières, ainsi qu’à promouvoir des innovations en matière de limitation des nuisances et des pollutions (le traitement des déchets est devenu un impératif pour toute collectivité contemporaine). En tendant à remettre en cause les structures contemporaines de production et de consommation de masse, les promoteurs du développement durable cherchent donc à faire évoluer les façons de penser et d’agir, exigeant de chacun d’entre nous, comme des responsables politiques, un effort de synthèse interdisciplinaire dans les différents secteurs d’activités économiques et sociales.

44Dans le but de démasquer les incohérences éventuelles pouvant se glisser dans les prises de décision politique, l’accent est alors mis sur l’association des acteurs locaux, de l’entreprise et de la vie culturelle à la préparation des décisions dans les collectivités locales, pour ensuite faire remonter les décisions prises par consensus au niveau régional, voire, si l’affaire à traiter est d’importance, au niveau national. Il s’agit en l’occurrence de mettre en pratique une stratégie dite du bottom up, base de la démocratie participative, revanche du local et du régional sur le national ou le supra-national.

45Parce que l’agrément des populations est maintenant systématiquement requis en matière d’aménagement, une présentation pratique, attentive à l’éthique, apparaît nécessaire pour qui veut réaliser un projet viable de développement territorial. Pour le politique, l’exigence est de répondre aux besoins immédiats ou à venir exprimés par des populations et cela, si possible, au meilleur coût financier. Pour le géographe, l’exigence recherchée est aussi de préserver les capacités créatives des sociétés humaines et de voir se concrétiser dans la durée, de manière régulière et innovante, leur production de biens et de services.

46Grâce à une présentation multiscalaire des motivations des sociétés humaines, ainsi que de leurs aptitudes à remodeler leurs territoires, le géographe-aménageur propose ainsi une vision généralement plus complète des problématiques sociospatiales que celle visée par l’architecte-urbaniste, au rôle plus technique et plus opérationnel. En jouant sur plusieurs échelles pour exprimer la multiplicités des aspirations collectives, le premier cité a en effet toute chance d’appréhender dans sa globalité les impératifs complexes de la vie en collectivité : de la bonne hiérarchisation des enjeux territoriaux devrait donc naître l’utilité pratique du géographe pour le politique comme de l’urbaniste.

47Puisque le politique se positionne à la convergence de l’idéologique (vision du devenir humain donnant sens à toute action) et de l’éthique (code de bonne conduite légitimant et régulant toute action), la participation des géographes à la définition, à l’élaboration et à l’évaluation des plans de développement collectif comme à celle des schémas d’aménagement territorial (à toutes les échelles territoriales) semble être essentielle à leur promotion, tant dans les formations universitaires (de niveau master ou doctorat) que dans la recherche scientifique (post-doctorale et professionnelle). Pour cela, l’engagement des géographes pour un mieux être social, donc territorial, est à afficher clairement, le tout étant de bien l’illustrer par une analyse comparée de situations précises qu’il est donné d’observer.

48En conséquence, il serait bon que puisse s’estomper définitivement la méfiance que beaucoup de géographes ressentent encore à l’égard des politiques. Les jalousies, voire les oppositions comportementales entre enseignants-chercheurs en charge de parcours pédagogiques en « géographie » et ceux en charge de l’« aménagement » dans certains départements universitaires, les suspicions entre chercheurs (analysant la vie politique d’une collectivité à partir des résultats électoraux) et praticiens de l’expertise (en aménagement et développement territorial) sont là pour nous inciter à l’ouverture d’un débat renouvelé en matière de structuration territoriale et de logique de développement collectif pour une meilleure approche pluridisciplinaire des problématiques territorialisées.

Haut de page

Bibliographie

Claval P., 1978, Espace et pouvoir, Paris, PUF, 257 p.

ClavaL P., 1994, Géopolitique et géostratégie, la pensée politique, l’espace et le territoire au XXe siècle, Paris, Nathan, 189 p.

Dumont L., 1977, Homo aequalis, genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard, 278 p.

Gottmann J., 1952, La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

Habermas J., 1992, De l’éthique de la discussion, Paris, éditions du Cerf (coll. « Passage »), 202 p.

Labasse J., 1966, L’organisation de l’espace, éléments de géographie volontaire, Paris, Hermann, 337 p.

Lacoste Y., 1993, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1680 p.

Lacoste Y., 1986, Géopolitique des régions françaises, Paris, Fayard, 3645 p.

Lévy J., 2008, L’invention du monde, une géographie de la mondialisation, Paris, Presses Sciences Po, 402 p.

Philipponneau M., 1960, Géographie et action, introduction à la géographie appliquée, Paris, Armand Colin, 227 p.

RicŒur P., 1977, L’idéologie et l’utopie, Paris, Le Seuil, 279 p.

RicŒur P., 1999, La quête du sens, Paris, Aube.

Subra Ph., 2007, Géopolitique de l’aménagement, Paris, Armand Colin (coll. « Perspectives géopolitiques »).

Tenzer N., 2007, Pour une nouvelle philosophie politique, de la philosophie à l’action et retour, Paris, PUF.

Weber M., 1971, Économie et société, Paris, Plon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Doumenge, « Éthique et aménagement territorial, regard d’un géographe », Géographie et cultures, 73 | 2010, 123-138.

Référence électronique

Jean-Pierre Doumenge, « Éthique et aménagement territorial, regard d’un géographe », Géographie et cultures [En ligne], 73 | 2010, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/1890 ; DOI : 10.4000/gc.1890

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Doumenge

UMR ART-Dev. – Université Paul-Valéry, Montpellier 3
doumenge.jp@free.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org