Navigation – Plan du site

Géographies de la Résistance et de la Décolonisation

Une approche de la reconstruction des territoires mapuche au Chili
Geographies of resistance and decolonization. A study of the reconstruction of Mapuche territories in Chili
Irène Hirt

Résumés

Cet article porte sur le mouvement contemporain de « reconstruction territoriale » chez les Mapuche au Chili et la production d’une cartographie mapuche. Par l’analyse de ces processus culturels et politiques, en relation avec les perspectives théoriques des études postcoloniales, il décrit l’émergence de géographies mapuche de la résistance et de la décolonisation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements vont à Anne Fournand, pour son soutien et sa lecture attentive, ainsi qu’à Bernard Debarbieux pour ses remarques critiques.

Texte intégral

1Les Mapuche ont été l’un des derniers peuples autochtones d’Amérique latine à avoir été soumis par les empires coloniaux européens constitués sur le sous-continent dès la fin du xve siècle. Ce peuple transandin – dont les territoires s’étendaient dans le Nord de la Patagonie argentine et dans le Centre-Sud du Chili actuels – n’a été vaincu par les armées chilienne et argentine que dans la seconde moitié du xixe siècle, après avoir résisté plus de trois siècles aux Espagnols. L’Argentine et le Chili venaient alors à peine de gagner leur indépendance des empires coloniaux (en 1816 et 1818 respectivement). Dans leur quête d’extension et de consolidation de leurs frontières nationales, les deux états se sont momentanément alliés dans une guerre d’extermination du peuple mapuche et d’annexion de ses territoires.

2Du côté chilien, qui nous intéresse dans cet article, cette guerre, appelée euphémiquement « pacification de l’Araucanie » par l’historiographie officielle, a abouti à l’incorporation des Mapuche comme minorité ethnique dans la nation. Ils ne sont pas moins restés importants sur le plan démographique, puisque le recensement national de 2002 a décompté 604 349 Mapuche (4 % de la population totale). Bien que ce recensement ait été fondé sur des critères d’auto-identification, les organisations mapuche les estiment trop restrictifs et évaluent quant à elles le nombre de Mapuche à un million et demi d’individus (10 % de la population globale) (Valdés, 2004).

  • 1 Dans les régions politico-administratives correspondant aux territoires historiques, les Mapuche dé (...)

3La conquête et la colonisation ont induit la perte de 90 à 95 % des territoires mapuche et la désarticulation des structures sociales et politiques propres. Ces facteurs, conjugués à la pression démographique sur les terres et à la paupérisation, ont provoqué l’émigration des Mapuche vers les villes et à l’extérieur du territoire historique. à tel point qu’à l’aube du XXIe siècle, ils constituent une minorité démographique dans leur région de résidence traditionnelle (Figure 1), tandis que 30,3 % d’entre eux réside à Santiago, la capitale1 (INE, 2002).

  • 2 Les autres peuples autochtones du pays sont les Rapa Nui (Ile de Pâques) les Aymara, les Atacamènes (...)

4Durant le XXe siècle, la société mapuche a tenté de se relever du traumatisme collectif de la défaite, cherchant une participation dans la vie politique du pays. Ces efforts d’intégration se sont toutefois heurtés à l’attitude coloniale de la société et de l’état chiliens, laquelle n’a pas fondamentalement été remise en cause durant la transition démocratique succédant à la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990). Aussi, depuis la fin des années 1990, le désir frustré d’intégration a fait place à la revendication de formes d’autonomie culturelle, politique et territoriale, transformant les Mapuche en l’un des acteurs majeurs de la contestation politique dans le pays2.

5Dans cet article, je souhaite m’arrêter sur cette dernière période, pour examiner les processus matériels et symboliques de réappropriation territoriale mapuche observables dans le Sud du Chili, en particulier l’émergence d’une cartographie mapuche remettant en cause le récit dominant de la nation et du territoire. Mon objectif est de montrer que ces réalités gagnent à être lues à la lumière d’une géographie d’inspiration postcoloniale. Celle-ci, s’intéressant aux enjeux territoriaux des luttes d’émancipation coloniale, permet d’appréhender le détournement de la cartographie par les peuples autochtones pour soutenir leurs processus de réappropriation territoriale et s’ériger en contre-pouvoir de la cartographie étatique.

Figure 1 : Carte de localisation

Image 1.jpg

La géographie postcoloniale : une discipline repentie qui déconstruit son discours ethnocentriste sur le monde

6Les études postcoloniales trouvent leur origine dans la critique littéraire, plus particulièrement dans l’ouvrage fondateur d’Edward Saïd, Orientalism, publié en 1978. Elles se sont ensuite développées dans les années 1980 et 1990 sous l’influence du « tournant culturel », contribuant à reproblématiser de nombreuses disciplines en sciences sociales, dont la géographie. Elles regroupent des perspectives analytiques et théoriques dont l’ambition commune est d’une part, de relire le passé colonial européen et ses héritages et, d’autre part, de traiter plus généralement des processus de décolonisation, dans leurs expressions passées et présentes.

  • 3 Voir la synthèse de Hancock (2001) sur la géographie postcoloniale.
  • 4 En 2006 et 2007, la multiplication des publications relatives au postcolonialisme en France témoign (...)

7C’est d’abord la géographie anglophone qui s’est inspirée des postcolonial studies dans les années 1990. Quant à celle de langue française, ce n’est que vers le début de ce siècle qu’elle se réfère explicitement aux perspectives postcoloniales3. Toutefois, comme le signale Claire Hancock, certains géographes, tels que Joël Bonnemaison ou encore Béatrice Collignon, mettent ces dernières en pratique depuis plus longtemps déjà, sans pour autant en revendiquer l’étiquette ni les formaliser d’un point de vue théorique (Hancock, 2001, p. 96)4.

8Voyons à présent quel est le projet de cette géographie postcoloniale. L’impérialisme et le colonialisme sont des phénomènes indiscutablement spatiaux. Les géographes ont joué un rôle primordial dans la conquête, le contrôle et l’administration des territoires, en mettant leurs technologies et savoir-faire spatiaux au service des puissances colonisatrices. Aussi, au lendemain de la chute des grands empires coloniaux européens, la géographie, à l’instar d’autres disciplines comme l’anthropologie, a dû admettre l’évidence de sa complicité historique avec le colonialisme. Ce constat a donné naissance à la géographie « postcoloniale », à savoir une discipline repentie qui opère un renouvellement de ses thèmes de recherche et un renversement de ses perspectives.

  • 5 à mon sens, le terme "d’ethnocartographie" constitue une catégorisation coloniale de plus : qui a l (...)
  • 6 Hormis la cartographie, les géographes postcoloniaux s’intéressent à d’autres phénomènes sociospati (...)

9Les objectifs des géographes postcoloniaux sont aussi bien scientifiques que politiques, puisqu’ils choisissent explicitement de mettre leurs savoir-faire, non plus au service des « dominants », mais des peuples ou groupes sociaux « dominés ». Du moins, c’est le cas des géographes participant activement depuis plusieurs décennies à l’émergence d’une cartographie autochtone, dite aussi « ethnocartographie »5 (Chapin et Threlkeld, 2001)6. L’implication de l’auteure dans le projet de cartographie mapuche exposé dans ce texte en est un exemple. Notons par ailleurs que toujours davantage de ces géographes sont eux-mêmes autochtones (Johnson, Pualani et Pramono, 2005).

10Les peuples autochtones ont été réduits au silence par leur incorporation dans les états-nations. Or aujourd’hui, ils cherchent à faire entendre leurs voix, notamment en produisant leurs propres cartes. Celles-ci s’inscrivent dans le phénomène plus vaste nommé « contre-cartographie » par la littérature anglophone (Crampton, Krygier, 2005). Brian Harley a montré que la carte est une forme de pouvoir et de savoir, historiquement manipulée par les puissances impériales et étatiques (Harley, 1988, 1989, 1992). La contre-cartographie renverse la vapeur en postulant le contre-pouvoir des cartes : elle renvoie à leur appropriation par les mouvements sociaux, en tant qu’outil de transformation sociale (Sieber, 2003). Cette évolution a été rendue possible par la démocratisation de la production cartographique, sous l’effet conjoint du développement des SIG (Systèmes d’information géographique) et des méthodes de cartographie participative dans les années 1980 et 1990. La spécificité des contre-cartographies autochtones est de chercher à subvertir les rapports de pouvoir coloniaux subsistant à l’intérieur des états, par la documentation écrite et graphique de leurs revendications relatives à leurs droits historiques sur leurs terres, leurs territoires et leurs ressources. Sparke souligne les effets « contre-hégémoniques » de ces cartes en « contrepoint » (Sparke, 1998, p. 464), tandis que Rundstrom n’hésite pas à parler d’une « insurrection cartographique » (Rundstrom, 1991, p. 10).

11Mais le projet de la géographe postcoloniale est jusqu’au-boutiste. Si les géographes s’engagent à promouvoir activement des processus de résistance et de décolonisation, le constat de leur complicité passée avec le colonialisme les oblige également à effectuer une révision critique des fondements épistémologiques et culturels de la discipline. Les études postcoloniales sont sensibles aux questions de pouvoir et de savoir. Aussi, c’est le statut de vérité souveraine et universelle de la géographie qui est questionné. Il s’agit de « resituer » cette dernière, en la soumettant à un décentrement culturel. On veut montrer que la géographie comme discipline est d’abord l’expression savante d’une géographie au sens large, c’est-à-dire d’une vision et d’une pratique singulières du monde, lesquelles sont essentiellement eurocentriques. Comme le dit James Sidaway, la géographie postcoloniale a pour ambition de recontextualiser les savoirs qu’elle produit. Cela signifie qu’elle doit déconstruire les « allant-de-soi » de ses propres récits, même s’il lui est impossible d’échapper complètement à ses propres filiations épistémologiques, conceptuelles et culturelles (Sidaway, 2002, p. 27).

Géographies mapuche de la résistance et de la décolonisation au Chili

12Si le caractère fécond des études postcoloniales est généralement salué, le mot « postcolonialisme » lui-même fait l’objet de critiques. Comme la plupart des concepts, il comporte ses sens et contresens, qui doivent être explicités à la lumière des situations précises auxquelles il se réfère.

13Dans un sens temporel, le « postcolonialisme » renvoie à la condition des individus, des sociétés ou des états passés par un processus de décolonisation formelle. Il sous-entend que la chute des empires coloniaux européens, ainsi que les indépendances des pays anciennement colonisés, auraient marqué la fin de l’ère coloniale. Celle-ci appartiendrait désormais au passé. Or, comme le suggèrent Ania Loomba et Anne McClintock, une telle proclamation est sans doute prématurée : dans de nombreux cas, l’importance de la décolonisation formelle est certes réelle, mais on ne peut éluder le fait que des relations de domination coloniale ou impérialiste se soient réinscrites dans les déséquilibres mondiaux actuels. à titre d’exemple, un pays peut être à la fois postcolonial (car formellement indépendant) et néocolonial (car économiquement et culturellement dépendant). Par ailleurs, un usage univoque et globalisant du terme « postcolonialisme » tend à occulter les formes de discrimination sociale, politique et raciale prévalant à l’intérieur d’un pays. La situation peut alors également être caractérisée de colonialisme interne, dans les pays où les populations autochtones sont devenues minoritaires sur leurs propres territoires, suite à l’immigration d’origine européenne (Loomba, 1998 ; McClintock, 1992). Comme le dit Jane Jacobs, pour ces colonisés-là, la possibilité de l’indépendance n’existe pas (Jacobs, 2001, p. 113).

14C’est le cas des Mapuche au Chili. Dans l’introduction, nous avons vu que le pays a proclamé son indépendance de la couronne espagnole au début du xixe siècle. Stricto sensu, la nation chilienne est donc aujourd’hui « postcoloniale », si l’on ne tient pas compte, d’une part, des jeux d’influence internationaux, qui le soumettent à diverses formes d’impérialismes culturel et économique, et, d’autre part, des différences sociales et politiques internes. C’est sur ce second point que je vais m’attarder.

  • 7 Concertación de Partidos por la Democracia.

15La transition démocratique s’est amorcée au Chili au début des années 1990, après plus de dix-sept ans de régime dictatorial. Sa croissance économique vaut au pays d’être nommé le « jaguar de l’Amérique du Sud ». Sur le plan politique, quatre présidences issues de la Concertación7, la coalition gouvernementale de gauche et de centre-gauche, se sont succédé entre 1990 et 2007. Elles renvoient à la communauté internationale l’image d’un pays progressiste doté de valeurs démocratiques, qui culmine avec l’élection d’une femme (Michelle Bachelet) à la présidence, en janvier 2006. De fait, la réalité nationale est plus nuancée. D’un côté, la production des richesses ne profite pas à tous les citoyens et les inégalités entre classes sociales sont très marquées. De l’autre, ces différences d’accès au bien-être économique correspondent également à des clivages ethniques, puisque les peuples autochtones figurent parmi les groupes sociaux les plus défavorisés du Chili. Quant aux communautés rurales mapuche, leur survie culturelle et matérielle est plus que jamais menacée par les impacts des politiques économiques néolibérales mises en œuvre depuis les années 1980. Leurs terres font l’objet de nouveaux fronts de colonisation générés par des projets modernisateurs (routes, barrages hydroélectriques, etc.), l’expansion périurbaine et celle de l’industrie forestière. Le sort des populations mapuche résidant en ville n’est guère plus enviable puisqu’elles viennent grossir les rangs des masses urbaines pauvres, en particulier à Santiago, la capitale. à cela s’ajoute une absence de représentation de la population autochtone au sein du système politique chilien, au-delà de l’échelle locale communale.

  • 8 La Convention n° 169 relative aux peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants, de 1989, (...)

16Depuis la fin de la dictature, la reconnaissance des droits des peuples autochtones s’est en outre heurtée à un blocage politique. Sous la présidence de Ricardo Lagos (2000-2006), le pouvoir exécutif a cherché à instaurer une politique de dialogue avec les peuples autochtones. Mais de tels efforts ont été freinés par le pouvoir législatif. Ce dernier a jusqu’à présent refusé d’octroyer constitutionnellement la qualité de « peuple » aux minorités autochtones et de ratifier la Convention n° 169 de l’OIT (Organisation internationale du travail)8, pour ne citer que les principaux points faisant débat en la matière. Une telle reconnaissance engendre la méfiance, aussi bien de la droite conservatrice chilienne que des lobbies économiques (industrie forestière notamment), qui possèdent des investissements dans le Sud du Chili, au cœur des territoires mapuche historiques. Outre que cela puisse nuire au mythe d’une nation unitaire et homogène, ils craignent que cela n’implique également la reconnaissance légale de l’existence de « territoires » autochtones, à l’intérieur desquels les bénéficiaires auraient le contrôle sur les ressources naturelles, ainsi qu’un droit à des formes d’autogouvernabilité. Enfin, les organismes internationaux de défense des droits de l’homme, tels qu’Amnesty international, n’ont eu de cesse de dénoncer la répression policière et judiciaire subie par les communautés rurales mapuche qui tentent de récupérer ou de défendre leurs terres ancestrales par le biais d’occupations de facto de terres.

  • 9 Le mot winka est employé par le Mapuche pour désigner les personnes chiliennes non-mapuche.

17Par conséquent, si la postcolonialité existe au Chili, elle n’a de sens que pour ceux qui se considèrent comme des citoyens libres, à savoir les créoles, descendants des conquistadors espagnols, et les fils et filles d’immigrés allemands, suisses, français et autres, arrivés dès le xixe siècle au Chili. Aux yeux des peuples autochtones, le préfixe « post » ne renvoie qu’à une utopie. En réaction au déni dont ils font l’objet, les Mapuche revendiquent leur antériorité historique sur le territoire chilien et leur statut de pueblo-nación. C’est pourquoi, les dirigeants et intellectuels mapuche, ont fait du « colonialisme interne » un credo politique fondamental. Avancé pour la première fois au début des années 1990 par un intellectuel mapuche, José Marimán (1991), il a été repris en 2006 dans le premier essai systématique d’histoire mapuche écrit par des Mapuche eux-mêmes, trois historiens et un sociologue. Le titre du livre …¡Escucha, winka… !9, se veut l’écho d’un classique de la littérature de la décolonisation en Afrique : Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon (traduit en espagnol sous le titre : ¡Escucha blanco !). Pour les auteurs, il s’agit « d’écrire à nouveau l’Histoire pour y situer l’une de ses voix la moins écoutée » (Marimán, Caniuqueo, Millalén, Levil, 2006, p. 10, trad. personnelle).

Reconstruire le territoire : une lutte de re-classification des identités et des territoires mapuche

18Depuis la fin des années 1990, le sentiment de ne pas trouver d’issue à ce colonialisme interne a conduit un nombre croissant d’organisations mapuche à reformuler et à radicaliser leurs demandes. Déçues par les politiques indigénistes de la Concertación et influencées par un contexte international plus favorable aux droits territoriaux autochtones depuis plusieurs décennies, leurs revendications ont évolué d’une demande pour des terres à des territoires et de la participation à l’autonomie. Au-delà de la diversité des expressions de ce mouvement, on peut souligner qu’il ne cherche ni à renverser l’état ni à faire sécession. Les demandes portent plutôt sur la reconnaissance des territoires et de la territorialité mapuche – ignorée par la loi autochtone 19.253 de 1993 – ainsi que sur l’obtention de formes d’autonomie politique et culturelle.

19Dans le Sud du Chili, ce mouvement autonomiste s’est traduit par l’émergence des identidades territoriales (littéralement « identités territoriales »). Ces organisations locales ou régionales luttent contre la désarticulation sociale et territoriale, provoquée par la défaite mapuche de 1884. Comme déjà évoqués dans l’introduction, ces événements ont engendré l’annexion de la majorité des territoires des Mapuche, leur assignation à résidence par l’état sur des parcelles reconnues par un titre de propriété collective (títulos de merced) et l’installation dans le Sud du Chili de colons nationaux ou étrangers. L’objectif des identidades territoriales est de revaloriser le rôle des autorités traditionnelles mapuche et, selon leur expression, de « reconstruire » les entités qui composaient autrefois le système socioterritorial mapuche : les lof (unités de base, patrilinéaires et patrilocales), les rewe (association de plusieurs lof), les aillarewe (plusieurs rewe) ou encore les fütalmapu (plusieurs aillarewe). Ces entités correspondaient à différentes échelles géographiques et renvoyaient à des réseaux d’appartenances et d’alliances multiples. Les lof, plus petites entités politiques autonomes, ne s’associaient entre eux que pour répondre à des objectifs ponctuels, religieux ou politiques, ou pour faire face à des situations extraordinaires : guerres, catastrophes naturelles, etc. Quant aux fütalmapu, alliances macro-régionales issues de la pression coloniale espagnole, ils avaient pour but de renforcer la capacité militaire et le pouvoir d’interlocution des Mapuche face aux Espagnols lors des Parlements qui se tenaient régulièrement entre les deux nations.

20La reconstruction des territoires mapuche comporte une dimension matérielle qui se traduit par des stratégies de récupération des terres usurpées. Mais ces dernières sont freinées par la vision restreinte que l’état chilien a de la notion de « terre autochtone » : il ne reconnaît comme mapuche que les terres dotées d’un título de merced, à savoir d’un titre de propriété délivré par lui-même. Les communautés mapuche, quant à elles, fondent la légitimité de leurs demandes sur un horizon historique plus lointain, remontant à la période antérieure à la conquête. Elles se fondent sur la mémoire orale, laquelle atteste l’ancienneté de l’établissement des familles mapuche sur les terres revendiquées.

  • 10 Corporación Nacional de Desarrollo Indígena.

21Par ailleurs, le processus de récupération de terres souffre des incohérences administratives de la CONADI10, l’organisme étatique chargé de mettre en œuvre la politique de restitution des terres autochtones, régulée par la loi 19.253. D’un côté, la CONADI renforce la désarticulation et le déracinement des familles, en réalisant des restitutions de terres dans des lieux éloignés de leur territoire d’appartenance. De l’autre, elle ne tient souvent pas compte du fait que les terres restituées sont déjà revendiquées par les communautés résidentes de ces lieux, qui les considèrent comme appartenant à leurs ancêtres. Par conséquent, les restitutions entraînent fréquemment des conflits entre communautés et le déplacement des familles. Certains analystes voient dans ces incohérences une volonté politique du gouvernement de diviser davantage la société mapuche ; d’autres considèrent qu’elles révèlent plutôt son ignorance du fonctionnement de la société mapuche et de sa culture. Si pour l’état, une terre n’a de valeur que pour son aptitude agricole et son coût marchand, pour les « Gens de la terre » (Mapu : terre, territoire ; che : gens), elle revêt une dimension affective et symbolique. Loin de se réduire à un espace matériel terrestre, elle inclut des sphères intangibles où vivent les ngen, les esprits protecteurs des lieux, ou encore les alwe, les esprits des ancêtres. C’est pourquoi, pour les Mapuche, une terre n’est pas interchangeable pour une autre : elle est investie d’une dimension sacrée et fait partie d’une histoire et d’un territoire particuliers.

22C’est pour cette raison qu’une part importante du processus de reconstruction territoriale a lieu sur le plan symbolique, culturel et des représentations. Pour les identités territoriales, la reconstruction du territoire implique la revitalisation de la culture et de l’identité autochtone, ainsi que des réseaux d’affiliation et d’alliances mapuche. Comme le remarque l’anthropologue français Le Bonniec, elles prennent également conscience que la reconstruction passe par la décolonisation idéologique des concepts et des discours de la société dominante sur l’histoire et la réalité contemporaine mapuche. Il s’agit donc d’engager une véritable lutte de (re)classification contre les stéréotypes véhiculés par les sciences historiques et sociales, comme par la classe politique et les médias chiliens, lesquels ont souvent été assimilés par les Mapuche eux-mêmes (Le Bonniec, 2002, p. 42).

23Cette lutte des identités territoriales est menée par des « intellectuels organiques », pour reprendre l’expression de Gramsci. Mais la définition de ces derniers doit être élargie par rapport à l’acception occidentale du terme : « l’intelligentsia » mapuche est constituée autant par des universitaires formés sur les bancs du système éducatif occidental, que par des dirigeants de base et des autorités traditionnelles maîtrisant les savoirs oraux mapuche ; en d’autres termes, des « sages » et des « anciens », selon les catégories des anthropologues, des kimche, pour employer celles des Mapuche. Les premiers sont généralement des professionnels résidant à temps partiel ou complet en milieu urbain et les seconds des paysans, issus des communautés rurales. Mais tous contribuent à leur manière à la lutte pour la reconnaissance de leurs identités et de leurs territoires, que ce soit à travers des prises de positions écrites ou dans les interactions quotidiennes, par exemple avec des fonctionnaires de l’état ou des représentants du pouvoir municipal.

  • 11 Je me réfère ici aux cartes topographiques et thématiques actuelles. Les cartes datant de la périod (...)

24La production de représentations cartographiques mapuche constitue l’une des expressions émergentes de ces processus de réappropriation territoriale et de décolonisation des savoirs et des représentations. Son objet est à la fois de déconstruire le discours normatif centré sur l’état-nation chilien, véhiculé par la cartographie officielle11, de contribuer à la revitalisation des identités locales et de documenter les revendications relatives aux terres et aux ressources.

Le « contre-pouvoir » des cartes mapuche

25En Amérique latine, l’essor de la cartographie réalisée par et pour les peuples autochtones a eu lieu au début des années 1990, d’abord au Honduras, Panama, Bélize et en Bolivie pour se diffuser ensuite dans d’autres pays (Chapin, Threlkeld, 2001 ; Herlihy, 2003). Au Chili, le développement d’une iconographie cartographique mapuche est plus tardif, ne remontant qu’au début de ce siècle.

26Quelques-unes de ces représentations sont publiées sur Internet, par des organisations comme les identités territoriales dont nous venons de parler, et par des médias alternatifs mapuche. Le journal Azkintuwe12, représentatif de la tendance autonomiste nationaliste mapuche, a contribué par le biais de son logo, à diffuser l’image du territoire mapuche dans sa dimension transandine, de l’océan Pacifique jusqu’à l’océan Atlantique, par-delà les actuelles frontières argentines et chiliennes (Figure 2). Comme le souligne Boccara, ce type de représentation, en omettant la cordillère des Andes, subvertit les cartes chiliennes et argentines où elle est toujours si fortement présente. Il questionne la géopolitique du cône sud et la naturalisation de la frontière entre le Chili et l’Argentine (Boccara, 2006). Par cette décolonisation de la géographie officielle, les Mapuche souhaitent ainsi rappeler l’existence d’un « continuum autochtone » transandin, artificiellement divisé depuis la formation des états-nations modernes. Cette contestation s’accompagne d’une révision de la toponymie chilienne et argentine, soit en la « mapuchisant », c’est-à-dire en la récrivant avec des consonances mapuche, soit en restaurant les toponymes mapuche qui avaient été remplacés par des noms de lieux espagnols ou créoles.

Figure 2 : Le territoire mapuche de l’océan Pacifique à l’océan Atlantique, tel que représenté dans le journal Azkintuwe

Image 2.jpg

  • 13 Séjour réalisé entre octobre 2004 et février 2006, grâce au soutien financier de la Fondation Ernes (...)

27Il existe un autre type de cartes mapuche. Encore très marginal, il résulte de processus locaux de cartographie participative. Dans le cadre de ma thèse de doctorat13, j’ai eu l’occasion de participer à l’une des premières expériences de ce genre au Chili, dont l’objet était la reconstruction cartographique des lof. Ceux-ci, comme déjà indiqué, sont les entités locales de base du système socioterritorial mapuche, sous l’autorité d’un logko (chef mapuche). Durant mon séjour, nous avons reconstitué cartographiquement le lof de Chodoy (lat. 39°30-39°36, long. 72°17-72°28), conjointement avec deux communautés mapuche-williche de ce lieu et une organisation régionale mapuche-williche, le Gvbam Logko Pikunwijimapu (Conseil des chefs du Nord des territoires Williche, ci-après Conseil). Aujourd’hui, au Chili, les Williche forment un sous-groupe mapuche, résidant au Sud du fleuve Toltén jusqu’à l’île de Chiloé. Le Conseil, fondé en 2001, regroupe plusieurs identités territoriales à l’intérieur de l’espace géographique qui s’étend du fleuve Toltén aux fleuves Bueno et Pilmaiquén et de la cordillère des Andes à l’océan Pacifique (espace à cheval entre les régions chiliennes de l’Araucanía et de Los Lagos).

28La cartographie a porté sur les limites ancestrales du lof, les principaux sites sacrés et historiques ainsi que sur les terres possédées encore aujourd’hui par les Mapuche de Chodoy, et qui sont issues de la division en parcelles individuelles dans les années 1980 des títulos de merced délivrés par l’état en 1911 et 1914 (Figure 3). Ayant détaillé cette expérience dans d’autres textes (Hirt, 2006a, 2007b), je me contenterai ici de souligner quelques-unes de ses caractéristiques et de ses résultats. La première a trait à la dimension autonome du projet, aussi bien sur le plan politique qu’économique. Malgré les difficultés pratiques que cela a signifié, il ne s’est appuyé que sur les ressources économiques de ses participants, contrairement à la plupart des projets de cartographie participative réalisés en Amérique latine, soutenus par des ONG nationales ou étrangères ou par des instances locales étatiques. J’ai moi-même contribué au financement de l’équipement cartographique. Les protagonistes ont par ailleurs refusé l’ingérence d’acteurs institutionnels (partis politiques, église, etc.), estimant qu’ils induisaient des logiques assistantialistes et paternalistes et exerçaient une influence idéologique négative sur les Mapuche.

29Dans la même perspective émancipatoire, les formes autochtones de construction du savoir ont été préférées aux méthodes d’enquête classiques des sciences sociales. Le rôle des autorités traditionnelles a été valorisé. Ces dernières ont déterminé les principales orientations du projet ainsi que la conduite de l’équipe de chercheurs, composée, à l’exception de moi-même, de professionnels mapuche volontaires : deux journalistes, un professeur d’éducation interculturelle bilingue et un ingénieur forestier. Les modalités de ma participation ont quant elles été révélatrices de la volonté des Mapuche de décoloniser les savoirs et les méthodologies relatifs à leur société. En tant que géographe, on m’a confié la maîtrise d’un SIG et du GPS (Global Positioning System). D’une part, l’attribution de ce rôle témoigne d’une conscience critique croissante des communautés et des organisations mapuche à l’égard des chercheurs non-mapuche. Leur présence est acceptée, mais à condition que les Mapuche ne soient plus réduits à des « objets d’étude  » passifs. D’autre part, mon propre engagement dans une recherche qui ne serve pas seulement des objectifs académiques mais réponde à une demande sociale, illustre le renversement de perspective opéré par les géographes postcoloniaux. En effet, comme on l’a vu dans la première partie de ce texte, ceux-ci choisissent désormais de mettre leurs compétences au service des « colonisés » plutôt que des « colonisateurs ». Bien que ce type de « partenariat de recherche », pour reprendre le terme de Smith (2002, p. 17), tende à se généraliser depuis plusieurs années au Chili, ils n’y sont encore que faiblement formalisés, en comparaison par exemple, avec les Maori de Nouvelle-Zélande. Ceux-ci ont établi des déclarations de principe, garantissant des processus de recherche éthiques et respectueux des principaux intéressés.

Figure 3 : Territoire mapuche de Chodoy Lof Mapu

Image 3.jpg

  • 14 Une analyse plus systématique et approfondie fait l’objet de ma thèse de doctorat en cours.

30Quant aux résultats du projet de cartographie de Chodoy, quelques éléments peuvent être résumés ici14, qui illustrent le contre-pouvoir des cartes autochtones dans un contexte de colonialisme interne. D’abord, la carte du lof est représentative de la remise en cause par les Mapuche de la pertinence du maillage politico-administratif du pays (commune, province, région), en raison de son inadéquation avec la territorialité mapuche. Le territoire du lof chevauche trois communes chiliennes (Lanco, Panguipulli, Loncoche) et est traversé par une limite provinciale (Cautín, Valdivia) correspondant elle-même à une limite régionale (Araucanía, Los Lagos) (Figure 4). Mais le projet ne s’est pas réduit à contester la géographie officielle. Les méthodes participatives ont encouragé l’implication active des participants, non seulement dans l’acte cartographique lui-même, mais encore dans un processus réflexif et critique sur leur identité, qui a notamment favorisé la recomposition des liens entre certaines familles du lof. Par ailleurs, l’organisation des ateliers de cartographie, des sorties de repérage sur le terrain avec le GPS ainsi que les moments informels de partage des connaissances ont favorisé une resocialisation de la culture et une réappropriation symbolique de l’espace territorial du lof.

Figure 4 : Extension du lof sur trois communes

Image 4.jpg

31La délimitation cartographique de ce dernier a représenté un moment fort puisqu’il a permis de visualiser le fait que 85 % du lof appartient aujourd’hui à des propriétaires non mapuche (Figure 5). C’est pourquoi, alors que les objectifs initiaux du projet étaient surtout culturels, la prise de conscience de l’ampleur des pertes territoriales subies depuis le XIXe siècle, a conduit les participants à présenter une demande officielle de récupération de terres auprès de l’état. La carte du lof a permis de renforcer la capacité de dialogue et de négociation des dirigeants mapuche avec les agents de la CONADI. C’est ainsi qu’en novembre 2007, grâce au travail de reconstitution cartographique et historique du lof, elles ont obtenu un préavis favorable du gouvernement à leur demande de restitution de terres.

Figure 5 : Perte territoriale subie par la communauté mapuche du lof : 84,92 %

Image 5.jpg

32L’objectif de ce texte était d’analyser les processus de réappropriation territoriale mapuche au Chili, ainsi que l’émergence d’une cartographie mapuche. Les luttes mapuche pour le reclassement de leurs identités et de leurs territoires renvoient à des conflits sociaux, lesquels sont aussi des conflits de représentations autour d’un seul et même territoire. Autrement dit, c’est un thème qui se trouve au cœur des préoccupations de la géographie postcoloniale, telle qu’elle a été définie dans ce texte.

33Depuis les écrits de Brian Harley (1988 ; 1989 ; 1992), il est devenu banal de parler du « pouvoir des cartes ». Les Mapuche, comme d’autres peuples autochtones, ont longtemps été les victimes d’un tel pouvoir, faute de posséder eux-mêmes des cartes de leurs territoires. Pourtant, ils cherchent aujourd’hui à modifier ce rapport de force, en détournant la cartographie au service de la production de géographies mapuche de la résistance et de la décolonisation. Un tel exemple invite la géographie postcoloniale à inverser la perspective longtemps prédominante en matière d’étude des cartes, en s’intéressant à leur « contre-pouvoir » ou encore, comme le dit Rundstrom (1991), à leur caractère « insurrectionnel ».

34Mais une telle entreprise n’est possible que si la pratique des géographes postcoloniaux est cohérente et honnête. C’est la raison pour laquelle je souhaite conclure ce texte par une remarque d’ordre réflexif. Sidaway le dit bien, le projet postcolonial n’est pas exempt de discours autocomplaisants qui ne remettent pas véritablement en cause la perpétuation de l’hégémonie discursive des pays occidentaux sur le monde (Sidaway, 2002, p. 27). C’est pourquoi, il est sans doute nécessaire de s’interroger sur ma légitimité, en tant que chercheuse suisse, à instituer les processus et les discours d’émancipation des individus et des organisations mapuche en « objet d’étude ».

35On peut en effet se demander dans quelle mesure ma propre interprétation permet de rendre compte de la situation des Mapuche, sans les éclipser. D’un côté, puisque c’est moi qui publie cet article et non eux, on est tenté de penser qu’une fois encore, le privilège du dernier mot ou de l’ultime interprétation est détenu par un(e) représentant(e) du monde « occidental ». Mais de l’autre, on peut également considérer qu’un tel article contribue à diffuser auprès d’un public européen non initié, sinon la pensée mapuche, du moins leurs tentatives de produire, depuis la « marge », des visions alternatives du territoire.

Haut de page

Bibliographie

Blunt, Alison et Cheryl McEwan (dir.), 2002, Postcolonial geographies, Londres / New York, Continuum.

Boccara, Guillaume, 2006, « The brighter side of the indigenous renaissance (Part 1) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 6, mis en ligne le 16 juin 2006, disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/document2405.html.

Chapin, Marc et Bill Threlkeld, 2001, Indigenous Landscapes. A study in ethnocarto­graphy, Arlington (EEUU): Center for the Support of Native Lands.

COLLECTIF, 2006a, « Postcolonialisme et immigration », ContreTemps, n° 16, avril.

COLLECTIF, 2006b, « Faut-il être postcolonial ? », Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 24.

COLLECTIF, 2006c, « La question postcoloniale », Hérodote, n° 120, p. 5-26.

Crampton, Jeremy et John Krygier, 2005, « An introduction to critical cartography », ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 4, (1), p. 11-33.

Fanon, Frantz, 1952, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil.

Hancock, Claire, 2001, « La géographie postcoloniale. ‘L’empire contre-attaque’. Introduction » dans J.-F. Staszak, B. Collignon et. al. (dir.), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, p. 95-98.

Harley, Brian, 1988, « Maps, knowledge, and power », dans D. Cosgrove et S. Daniels (dir.), The iconography of landscape: essays on the symbolic representation, design and use of past environments, Cambridge University Press, p. 277-312.

Harley, Brian, 1989, « Deconstructing the map », Cartographica, 26, (2), p. 1-20.

Harley, Brian, 1992, « Rereading the maps of the Columbian encount », Annals of the Association of American Geographers, 82, (3), p. 522-536.

Herlihy, Peter, 2003, « Participatory research mapping of indigenous lands in Darién, Panama », Human Organization, vol. 62, n° 4, p. 315-331.

Hirt, Irène, 2006a, ¿Para qué construir ’irreversibilidades’ ? La reconstrucción de Chodoy Lof Mapu, una experiencia autónoma de cartografía mapuche en el sur de Chile, communication présentée au 52e Congrès international des Américanistes, Séville, 17-22 juillet, disponible sur : http://www.observatorio.cl

Hirt, Irène, 2006b, « Descolonizando y reconstruyendo el lof : procesos de autonomía mapuche en el sur de Chile, a través una experiencia de cartografía indígena », dans P. González, M. Barahona et al. (dir.), Resistencia territorial en América Latina. Los espacios como posibilidad y como potencia, Santiago de Chile, Universidad Academia de Humanismo Cristiano, p. 43-77.

INE (Instituto Nacional de Estadísticas), 2002, Censo 2002. Resultados Población y Vivienda, Santiago, Chile.

Jacobs, Jane, 2001, « Espaces (post)coloniaux », dans J.-F. Staszak, B. Collignon, et al. (dir.), Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, trad. par C. Hancock, Paris, Belin, p. 99-115.

Johnson, Jay T., Louis Renee Pualani et Albertus Hadi Pramono, 2005, « Facing the future : encouraging critical cartographic literacies in indigenous communities », ACME : An International E-Journal for Critical Geographies, 4, (1), p. 80-98.

Le Bonniec, Fabien, 2002, « Las identidades territoriales o como hacer historia desde hoy día », dans Morales Urra Roberto (dir.), Territorialidad Mapuche en el Siglo XX, Concepción / Temuco, Escapa­rates / IEI-UFRO, pp. 31-49.

Loomba, Ania, 1998, Colonialism / postcolonialism, Londres / New York, Routledge.

Marimán, José, 1992, « Cuestión mapuche, descentralización del Estado y autonomía regional », vol. 59, Caravelle, Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien. Toulouse, IPEALT.

Marimán, Pablo, Sergio Caniuqueo et al., 2006, ¡...Escucha, winka... ! Cuatro ensayos de Historia Nacional Mapuche y un epílogo sobre el futuro, Santiago, LOM.

McClintock, Anne, 1992, « The angel of progress: pitfalls of the term "post-colonialism" », Social Text, 31/32, p. 84-98.

Rundstrom, Robert, 1991, « Mapping, postmodernism, indigenous people and the changing direction of North American cartography », Cartographica, 28, (2), p. 1-12.

Saïd, Edward, 1997, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, traduit par C. Malamoud, Paris, Seuil (éd. originale, Orientalism, 1978).

Sidaway, James D., 2002, « Postcolonial geographies. Survey-explore-review », dans A. Blunt et C. McEwan (dir.), Postcolonial geographies, Londres, Continuum, p. 11-28.

Sieber, R. E., 2003, « Public participation geographic information systems across borders », The Canadian Geographer / Le Géographe Canadien, 47, (1), p. 50-61.

Sparke, Matthew, 1998, « A map that roared and an original atlas: Canada, cartography, and the narration of nation », Annals of the Association of American Geographers, 88, (3), p. 463-495.

Smith Tuhiwai, Linda, 2002, Decolonizing methodologies. Research and indigenous people, Londres / New-York, Zed Books / Dunedin, New Zealand, University of Otago Press.

Smouts, Marie-Claude (dir.), 2007, La situation postcoloniale, Paris, Presses de Sciences Po.

Valdés, (Wekull) Marcos, 2004, « Reflexiones metodológicas en torno a los censos de 1992-2002 y la cuestión mapuche », dans Aylwin Oyarzún José (dir.) Derechos Humanos y pueblos indígenas. Tendencias internacionales y contexto chileno, Temuco, Chili, IEI-UFRO, p. 406-418.

Haut de page

Notes

1 Dans les régions politico-administratives correspondant aux territoires historiques, les Mapuche dépassent à peine le cinquième de la population régionale : 2,86 % dans le Bío Bío (région VIII), 23,45 % en Araucanía (IX) et 9,4 % pour Los Lagos (X) (INE, 2002). Cette dernière a été scindée en deux en 2007, pour donner naissance à la nouvelle région de los Ríos (XIV). La recherche, ayant porté sur une période antérieure à 2007, n’en tient pas compte.

2 Les autres peuples autochtones du pays sont les Rapa Nui (Ile de Pâques) les Aymara, les Atacamènes, les Quechua, les Collas (Nord du pays), ainsi que les Diaguita (Norte Chico), les Kawashkar et les Yámana (canaux austraux). Moins nombreux, ils ne constituent pas une force de contestation aussi importante que les Mapuche.

3 Voir la synthèse de Hancock (2001) sur la géographie postcoloniale.

4 En 2006 et 2007, la multiplication des publications relatives au postcolonialisme en France témoigne de l’intérêt qu’il y suscite depuis peu (voir Labyrinthe. Atelier interdisciplinaire, n° 24, ContreTemps, n° 16, Smouts 2007). En géographie, voir Hérodote n° 120.

5 à mon sens, le terme "d’ethnocartographie" constitue une catégorisation coloniale de plus : qui a le pouvoir de déterminer si quelque chose est "ethno" ou pas ? Et en quoi la cartographie des territoires autochtones serait-elle plus "ethno" que celle des territoires non autochtones ?

6 Hormis la cartographie, les géographes postcoloniaux s’intéressent à d’autres phénomènes sociospatiaux engendrés par la colonisation, comme par exemple, les diasporas ou les immigrés des ex-colonisés dans les ex-métropoles. Dans le domaine historique, les géographes décontruisent les imaginaires géographiques véhiculés par des supports discursifs produits durant la période coloniale (livres scolaires, cartes, magazines, récits d’exploration, etc.). Pour un aperçu de telles recherches, voir Blunt et McEwan (2002).

7 Concertación de Partidos por la Democracia.

8 La Convention n° 169 relative aux peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants, de 1989, contient des dispositions contre les mesures discriminatoires et pour la protection des droits fonciers, culturels et religieux autochtones. Avant l’approbation de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autocthones, en septembre 2007, la Convention n° 169 constituait le seul instrument légal international touchant à la problématique autochtone. Notons qu’au début de l’année 2008, aussi bien la reconnaissance constitutionnelle des peuples autochtones que la ratification de la Convention n° 169 de l’OIT faisaient l’objet de débats controversés au sénat chilien.

9 Le mot winka est employé par le Mapuche pour désigner les personnes chiliennes non-mapuche.

10 Corporación Nacional de Desarrollo Indígena.

11 Je me réfère ici aux cartes topographiques et thématiques actuelles. Les cartes datant de la période coloniale espagnole, ou encore les atlas historiques produits depuis l’indépendance du Chili, exigent une analyse plus nuancée.

12 Azkintuwe. El Mirador (<http://www.azkintuwe.org/>).

13 Séjour réalisé entre octobre 2004 et février 2006, grâce au soutien financier de la Fondation Ernest Boninchi et du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNRS).

14 Une analyse plus systématique et approfondie fait l’objet de ma thèse de doctorat en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Hirt, « Géographies de la Résistance et de la Décolonisation », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/1919 ; DOI : 10.4000/gc.1919

Haut de page

Auteur

Irène Hirt

Université de Genève
irene.hirt@geo.unige.ch

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org