Navigation – Plan du site

Luc Provost présente Mado

Entretien
May I introduce you to Mado? By Luc Provost
Charlotte Prieur
p. 101-116

Résumés

Cet entretien a été réalisé avec Luc Provost1, la drag-queen montréalaise la plus célèbre dont le personnage Mado est une effigie des milieux LGBT montréalais. Une drag queen est généralement une personne qui s’identifie comme un homme, mais qui performe de manière ponctuelle un personnage féminin. Les drag queen sont nombreuses à Montréal et font partie intégrante du Village gay de Montréal, notamment grâce à l’institution du Cabaret Mado, ouvert par Luc Provost et ses associés, il y a maintenant dix ans. Mado fête ses vingt-cinq ans de scène cette année. Devenu personnage incontournable de la scène gay, c’est aussi un personnage apprécié par l’ensemble des Québécois pour son franc parlé et sa joie de vivre débordante. Ses expressions typiquement montréalaises son inspirées de la ville de son enfance et de la littérature québécoise, notamment de Michel Tremblay2. Luc Provost performe Mado non seulement dans son cabaret, mais organise également le spectacle Mascara qui a lieu à Montréal dans le cadre du festival LGBT Divers/Cité depuis quinze ans. Il a également conquis la France où il joue son spectacle depuis dix ans.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Avec la collaboration de Marie-France Prieur3

Texte intégral

Image 1.jpg

Comment définiriez-vous votre personnage Mado ?

1C’est un personnage justement au départ, ce n’est pas un travesti. C’est un personnage excentrique, extravagant, comédien. En fait, c’est quelqu’un qui fait rire, qui anime les spectacles, qui divertit les foules. C’est aussi un personnage qui a des messages ! C’est moi qui prend les messages pour Mado, disons que je m’en sers beaucoup pour ça. Elle a une culture générale sur tout. Quand elle s’adresse au public, ce n’est pas seulement pour faire de l’impro, ce n’est pas pour parler de la pluie ou du beau temps ou de l’actualité du jour. Ça parle de tout ! Mado est très militante sans l’être trop. Elle est engagée sans l’être trop aussi. C’est toujours très bien dosé. C’est aussi une icône pour certains jeunes gays qui n’ont aucun contact avec la vie gay, à l’extérieur de Montréal, dans les régions. Ils ont vu Mado à la télé. C’est des réactions que je reçois des gens, je ne prétends rien. Ils me disent : « On admire Mado parce qu’on sait que c’est un gars gay, on voit tout l’amour qu’il a du public, toute l’acceptation… ». Eux, ça les rassure qu’un gay ait du succès. C’est important surtout quand ils n’ont que quinze, seize ans. Ils sont tout seuls dans leur patelin à l’autre bout du monde. Ils voient une figure public qui a réussi à se faire accepter par tout le monde donc pour eux c’est important. Ce n’est pas une forme d’idole quand je dis icône, c’est plus une référence peut-être un modèle d’acceptation en fait. « On s’est servi de toi et du personnage pour avouer à nos parents qu’on était gay parce que nos parents t’avaient vu et t’avaient trouvé drôle et t’avaient aimé » ; c’est ce que m’ont rapporté de jeunes adolescents. Humblement, je suis une référence pour les milieux hétéro, un baromètre pour savoir si on peut avouer aux parents qu’on est gay… Sinon, on reste dans le placard… Sinon on dit : « Je déteste Mado moi aussi, maman, mais je suis gay ».

Quelles sont les activités de Mado ?

  • 4 Straight est un mot anglais qui en tant qu’adjectif signifie communément « rangé » ; dire de quelqu (...)

2Surtout concentrées au cabaret Mado à quatre-vingt pour cent depuis que j’ai le cabaret Mado, neuf ans déjà ! Depuis presque aussi longtemps que Mado existe, j’écris dans la revue gay mensuelle Fugues, j’ai eu une chronique toutes les semaines pendant huit ans dans un journal gratuit qui s’appelait Ici qui était le compétiteur du Voir. C’était très intéressant, un peu incongru parce que c’était un journal pour tout le monde. C’était disponible et gratuit à Montréal. Et puis, c’était un peu « intello ». Ce sont des journaux gratuits et moi j’étais complètement au bout du journal. Je faisais ce que je voulais, dans le fond, avec Mado. Je me souviens, bien souvent, j’ai provoqué des réactions parce qu'il y avait des intellectuels qui ne comprenaient pas ce que ma chronique faisait là. Puis il y a aussi le contraste : les intellectuels qui adoraient la chronique, ils disaient que ça apporte une légèreté à l’écriture. Il faut que les gens réalisent que l’écriture n’est pas obligée d’être prétentieuse tout le temps ! Le québécois, c’était le langage du peuple. Mado, c’est un personnage qui est inspiré de cela : les femmes du peuple. Moi, j’ai grandi dans un quartier populaire qui voyait beaucoup de scènes à la Michel Tremblay, des scènes dans la ruelle derrière chez moi. Mais, c’était des histoires de voisins qui se racontent, des histoires comme vous, en France, les histoires de banlieue. Les gens qui se parlent de balcon à balcon. Chez nous, on a ça dans les ruelles. Je me suis beaucoup inspiré des histoires de ces femmes-là. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de parodie de ça qui est fait avec Mado. Ça a commencé vraiment comme ça en fait. Aujourd’hui, ça a dû changer un peu parce que Mado c’est comme si elle avait été à l’école, elle a grandi, s’est éduquée un peu après vingt-cinq ans. Je ne peux pas toujours raconter les mêmes histoires ! C’est comme si Michel Tremblay racontait toujours les mêmes pièces de théâtre. Il a vieilli, son écriture aussi a changé. Moi (Luc), je me suis assagi aussi en vieillissant, donc Mado s’assagit sans devenir straight4, comme on dit.

Vous êtes une effigie du Village de Montréal. Prenez-vous ce rôle à cœur et en avez-vous conscience ?

3J’essaie de ne pas trop en avoir conscience. Je n’ai pas envie de m’enfler la tête, ce n’est pas dans ma nature de toute façon. Je ne pense pas que je suis diva et que je profite de mon statut d’effigie comme vous dites. Mais, en même temps, je réalise que j’ai une importance pour certaines personnes. Oui, je le prends à cœur parce que quelqu'un qui vient me voir, se confie à moi, me fait un témoignage d’amour, je sais que beaucoup d’artistes vont faire : « Ouais c’est bon, je n’ai pas le temps de gérer ça ». Moi, je gère au cas par cas. Les vingt e-mails que je reçois par jour, je réponds à tous même si c’est « merci pour les compliments, bisou. Mado ». Je prends la peine de le faire parce que je n’en reçois pas mille par jour. Je ne suis pas Lady Gaga et encore là je pense que je ne pourrais jamais devenir ça car ce n’est pas dans mon intérêt de devenir big ou impersonnel. J’ai une carrière qui réussit très bien et j’en suis très heureux, mais je n’ai pas besoin d’être international, parce que je vois bien que ces gens-là ont une vie complètement médiatisée donc ils ont une vie avec leur personnage. Eux, il ne peuvent pas aller dans un petit café faire une interview, marcher dans la rue. Je ne pourrais pas avoir cette liberté-là si j’étais trop connu même si c’est sûr que sur les sept à huit millions de Québécois, il y en a sûrement la moitié qui connaît Mado à cause de la télé. Mais comme j’ai un maquillage, j’ai un masque, je peux me le permettre dès que je sors du Village. Au Village, ils me reconnaissent plus mais ils ne sont pas harcelants. Quand j’ai des gens qui m’approchent pour me dire : « On te reconnaît, on aime ce que tu fais », c’est évident que ça me touche. Je prends mon rôle au sérieux c’est-à-dire que si on me demande des conseils, les jeunes qui commencent, les jeunes drag queens par exemple, c’est sûr que je réponds mais je leur dis toujours : « Je ne peux pas me consacrer cinquante heures à ton cas. Si tu as un problème, ce n’est pas mon travail, je ne suis pas psychologue mais je peux te référer des gens ». C’est arrivé que des jeunes se confient à moi parce qu’ils ne savaient pas à qui parler et j’étais la seule image gay qu’ils connaissaient : « Je suis mal dans ma peau, j’ai quinze ans, je sais que je suis gay, ma mère ne m’accepte pas, mon père veut me rejeter » et là je peux leur donner une référence je leur dis : « Écoute, je sais que ce n’est pas toujours facile, mais je te conseille, va voir là, mais lâche-toi, cache toi pas, affirme-toi ». J’essaie de donner deux ou trois conseils mais pas trop. Ce n’est pas mon métier, je ne veux pas être responsable de ce qui arrive. Mais en même temps, je sais que j’ai peut-être fait du bien à des gens comme ça, encore aujourd’hui. Des gens ordinaires m’écrivent pour me dire : « On est venu voir tes spectacles. Ça nous a fait rire, ça fait du bien. J’avais des petits problèmes dans ma vie, tu me les as fait oublier pendant deux heures ». Ça me fait plaisir, c’est un peu ça mon métier c’est de faire rire de divertir, faire du bien. Si je n’étais pas un personnage public je serai peut-être professeur parce que j’aime enseigner je pense, j’aime être sur scène, j’aime me donner en spectacle, j’aime que les gens m’écoutent, mais que les gens repartent avec quelque chose.

Quelles sont les valeurs que vous défendez à travers le personnage de Mado ?

  • 5 « Crisse-toi de ma face » est une formulation familière dont l’équivalent en France est : « Dégage (...)

4Toutes les valeurs humaines. Mado est très sociale donc l'égalité, la justice, l’harmonie. Je n’aime pas le mot tolérance, je suis toujours dans l’acceptation parce que dans le mot tolérance, il y a toujours un discours qui fait qu’on n’accepte pas nécessairement mais que l’on tolère juste. Je déteste ce mot-là. Donc, il faut accepter totalement. Tu ne peux pas tolérer quelqu'un. Tu ne me tolères pas, tu m’acceptes, si tu ne m’acceptes pas, « Kriss-toi de ma face ! »5. Moi je n’explique pas, je performe. En fait, je n’ai pas envie de perdre mon temps avec des gens qui ne comprenne qu’à moitié : « Finis ton cheminement, après ça tu viendras me revoir ». Quand je parle sur scène, si j’ai des messages à passer c’est pour justement dire aux jeunes : « Prenez votre place, affirmez-vous ! Il n’y a pas de plus forts, de plus faibles, les messages que la société vous envoie, qu’il faut toujours être le premier partout, ce n’est pas vrai ! » Je suis contre ce message là, ça détruit des vies. En ce moment, tout le monde veut se surpasser, tout le monde veut être le meilleur, le numéro un, le plus beau. Tout le monde veut être parfait, mais tous ceux qui ne sont pas parfaits sont malheureux. Il y a des gens qui ne se rendent pas compte qu’ils nagent dans le bonheur. C’est malheureux ! Je leur dis toujours : « Le bonheur, ce n’est pas ce que la société vous enseigne. Le bonheur c’est ce que vous vous enseignez, c’est à dire votre cheminement personnel ». C’est toujours fait avec l’humour évidemment mais quand Mado dénonce des messages de politique, un mode de société, c’est cela que ça veut dire dans le fond : « Arrêtez d’être des moutons et d’être comme tout le monde ». Ce n’est pas parce que tu n’as pas l’Iphone 4 que tu es un nul, moi j’ai un vieux Nokia qui marche très bien et je suis numéro un en ce moment sur le palmarès drag queen. Je les rassure en disant cela… C’est quelques valeurs comme ça même si le personnage est très artificiel.

Quelle importance vous accordez plus précisément au respect des différences ?

  • 6 « Bitcher » vient du terme anglais bitch qui, au sens premier du terme, désigne une femme mauvaise (...)
  • 7 Faire partie de la gang : faire partie du groupe, de l’équipe.

5Une très grande importance parce que je pense que je suis né dans un milieu différent. Mado ne fait pas un métier conventionnel. Luc n’est pas hétérosexuel, je ne suis pas dans la moyenne. Quand je suis sur une scène, que je vois un public bigarré, mélangé de toutes sortes de trucs : gay, hétéro, homme, femme, jeune, vieux, gros, petit, beau, laid, latino, noir, arabe, chinois, tous mélangés, je les inclus au complet dans le spectacle. C’est ma façon d’expliquer aux gens que ce n’est pas en ostracisant, en isolant quelqu’un, qu’on respecte la différence. Les gens, ils me disent : « Ah !, tu y es allé fort ce soir, t'as bitché6 les Noirs ! » Pourquoi je ne bicherais pas un Noir, un Arabe où un Chinois, je viens de bitcher un Blanc ! Si je le bitche, c’est justement pour prouver à quel point c’est le même niveau d’égalité qu’avec tout le monde. Si je fais attention à comment je parle à un Noir, c’est déjà que j’ai un problème. Les gens ne comprennent pas toujours que le racisme, ce n’est pas de déconner avec quelqu'un qui est consentent. Parfois, on me dit : « Ah !, mais qu'est-ce que tu as dit là ? ». Je n’ai rien dit, j’ai imité l’accent créole. Qu'est-ce qu’il y a de mal à ça ? Quand j’imite l’accent québécois, je ne suis pas raciste ! Les Créoles dans la salle, ils partent à rire évidemment, ils trouvent ça très drôle ! Ce n’est pas en les isolant, pas en disant « Ben, toi, je ne peux pas rire de toi parce que j’ai peur de passer pour un raciste ! Toute ta vie, on va t’isoler. Tu ne feras jamais partie de la gang7 en fait parce que je ne peux rien dire sur toi ». Mais, au Québec, on a toujours parlé du racisme. On est une petite société qui s’est faite persécutée tout le temps et aujourd’hui il faut respecter tout le monde. Oui, mais le respect ne veut pas dire que l’on ne peut pas s’amuser avec les gens. Le respect, c’est dans la vie de tous les jours, ce n’est pas qu’une fois par année quand c’est la journée de lutte contre l’homophobie ! La Gay Pride, ce n’est pas une semaine par année, c’est à l’année longue ! Moi, je suis gay toute l’année. C’est d’ailleurs pour cela que je la célèbre de moins en moins. À part les spectacles que je fais, je ne fais plus du militantisme comme j’ai déjà fait il y a vingt ou vingt-cinq ans. Souvent aujourd’hui on me dit : « Hé ben là, tu t’impliques moins ! ». Je leur dit : « Pardon ? ! Je m’implique moins ? Je fais des spectacles 360 jours par année, je passe mon temps à faire des messages pour les gays, je vais dans les émissions de télévision, je parle de respect, d’homophobie, de ci, de ça ». S’impliquer, ce n’est pas sonner les douze coups le jour de la parade, la preuve c’est que je ne la fais plus. J’ai décidé que c’est fini, il faut que les gens comprennent que faire les tatas sur un char, ce n’est pas comme ça que l’on s’implique ! Je l’ai fait l’année dernière, j’avais dit la dernière fois mais à chaque deux ans, je sais que c’est la dernière fois. C’est mon côté qui se sent toujours un peu coupable. On nous a élevé comme ça. Mais ça fait vingt-cinq ans que je m’implique, je prends une année sabbatique. Il faut que les jeunes prennent le relais ! C’est toujours les vieux qui s’impliquent, les jeunes regardent passer la parade, mais, non, il faut rentrer dans la parade.

Peut-on qualifier Mado de personnage queer ?

6Pas vraiment parce que j’ai un public qui est très varié maintenant. Je dirais que depuis l’ouverture du cabaret Mado le public c’est plutôt 60 % hétéro. Maintenant dans le cabaret c’est sûr qu’en général il y a vraiment plus de gens qui connaissent Mado, qui connaissent le travail de Mado, mais s’il y a des millions de personnes qui connaissent Mado, ils ne connaissent pas du tout son discours, ce qu’elle écrit, ce qu’elle dit. Ils ne l’ont même jamais vu en spectacle. Ils ont juste vu une image. Mais, mon public est assez mixte. Cependant, je m’inspire beaucoup de ce que les gays peuvent connaître, les gags des camp par exemple. Les trucs que les hétéros ne comprennent pas, je leur explique quand même. C’est un mélange finalement, c’est vraiment adapté à tous pour que les gens, quels que soient leur couleur, leur nationalité, leur sexualité, leur baguage culturel, puissent se sentir concernés. C’est une culture générale Mado à la différence de certains humoristes. Ils racontent leur histoire de couple hétéro, et moi, la vie de couple ça ne m’intéresse pas, et même si ça m’intéressait, ce ne serait pas une vie de couple hétéro, ça ne me ferait pas autant rire. Moi, j’essaie de parler de tout pour justement ne pas devenir confiner à un seul genre, Mado c’est gai, je suis invité partout dans toutes sortes de genres, je peux faire des spectacles pour toutes sortes de publics que ce soit presque des enfants ou des personne âgées.

J’aimerais maintenant vous poser des questions sur le rapport du personnage de Mado au masculin…

  • 8 Femme à l’allure masculine.

7Il reste un peu de Luc dans Mado. Déjà, Mado, ce n’est pas une recherche de féminité, mais peut-être qu’elle est un peu butch8, parce que je ne joue pas sur son apparence physique. Je ne joue pas sur sa démarche. C’est pourtant là qu’il y en a qui vont peaufiner tout le côté coquine pour que les gens qui voient la performance fassent : « Ouah ! On a l’impression de voir une vraie femme bouger devant nous ». Moi je garde justement le côté un peu butch de Mado, le coté de Luc. Elle ne sait pas marcher en talons hauts, ce n’est pas important. La démarche n’est pas finie… Même le discours parfois, elle utilise des expressions, ce n’est pas une fille qui aurait osé dire ça sur scène. Parfois, on me dit : « Mon dieu, si une fille avait dit ça, ça ne serait pas passé ». C’est déjà un préjugé de dire que la fille n’a pas le droit de dire çi et ça. Bon… Peut-être que que Mado a un côté plus viril, un peu plus que certaines drag queens… En fait ce qui arrive c’est que, comme je dis toujours Mado ce n’est pas un homme, ce n’est pas une femme, c’est un peu là-dessus que je joue, elle a tous les sexes mais elle n’en a aucun. Je peux dire certaines journées : « J’ai rien, je suis comme Barbie, j’ai une culotte moulée à même le corps ». Puis, le lendemain, je vais parler de mes boules qui ne sont pas placées comme il faudrait… Pour justement que le public n’arrive pas à cerner, il ne pourra jamais dire : « Mado finalement c’est une femme ! » Il faut que ça demeure asexué. J’aime bien faire de la confusion pour le public. Quand quelqu'un dit qu’il a compris ce qu’était le personnage de Mado, BING, eh ! bien il dit n’importe quoi finalement ! Il vient de démolir ce qu’il venait de comprendre. C’est pour ça que les gens justement s’arrêtent d’essayer d’analyser le personnage. C’est une performance que je donne, ce n’est pas de trouver le rapport, il n’y en a pas de rapport. Une journée je dis blanc, le lendemain je dis noir et le lendemain je dis rose. C’est souvent dans les articles que les gens vont le réaliser. Ils vont se dirent : « Mais, tes histoires, ça ne tient pas debout, parce qu’il y a deux mois, tu as dit que tu avais une fille. Il y a trois mois, tu as dit que tu avais un mari. Après, tu dis que tu es veuve, que tu n’as jamais eu d’enfants, c’est quoi ces histoires ? ». Ben, je fais un peu n’importe quoi justement ! Pour vous montrer jusqu’à quel point on peut aller avec l’absurdité et puis on peut justement parce que c’est de l’humour que je fais, ce n’est pas la réalité. Je joue dans l’irréel tout le temps ! C’est absurde en fait. C’est le bon mot pour définir Mado, je nage dans l’absurdité totale, c’est pourquoi Mado peut être féminine et masculine à la fois. Il n’y a pas de sexe défini, ce n’est pas réel. Mado n’existe pas dans la société. Tu ne rencontreras jamais une Mado, mais tu vas rencontrer plein de personnes pour te dire que ça ressemble à Mado. Je me suis inspiré de plein de gens pour créer ce personnage en fait.

Comment Mado s’inspire de Luc ?

8Oui, c’est moi qui suis dessous le personnage. Quand je fais de l’improvisation, c’est mon cerveau à moi qui réfléchit, ce n’est pas celui de Mado. Elle n’a pas de cerveau, elle n’existe pas. C’est pour ça que je le dis c’est important, donc je peux dire une connerie, ou je peux faire une réflexion sur la personne, comme les ami.e.s hétéros, les amis gays, les amies lesbiennes. Des fois c’est vrai, des fois ce n’est pas vrai, des fois je m’inspire d’une anecdote à moi, à Luc et puis c’est Mado qui le dit et oups en disant elle transforme vite, vite, y a pas cinq secondes qui se passent dans ma tête pour transformer, pour que ça devienne la phrase à Mado. C’est la bouche à Mado qui parle donc c’est sûr que moi, ma vie d’homme gay est entouré de gays. Mado invente tout, elle réinvente tout. Par exemple, si je n’ai pas d’expérience sexuelle depuis trois mois, Mado en a eu vingt-cinq dans la semaine, on ne sait pas trop d’où ça sort tout ça. Mais en même temps, je sais que c’est des gags faciles. Le sexe, ça fait rire les gens, ça détend dans un spectacle quand on voit qu’un public s’ennuie un peu, ils sont un peu plus froid, gênés, ils n’osent pas rire même s’ils apprécient, ils ne sont pas trop habitués à l’humour. On parle de sexe, ça dégèle l’atmosphère. Donc on invente des trucs ou on raconte une histoire récurrente. Avec le sexe, on peut le faire, avec Mado surtout… Ça ne fait pas de Luc un obsédé sexuel.

Vous inspirez-vous dans vos spectacles d’artistes qui ont un côté queer, un côté masculin un peu développé ?

9Pas du tout, non, les seules sources d’inspiration venaient d’artistes qui n’était pas gay du tout ou pas déclarés. C’est aussi des textes écrits de Michel Tremblay, c’est la vie de tous les jours, de familles démunies de Montréal ou de Monsieur ou Madame tout le monde, de ses pièces de théâtre… Il a parlé de la main, des travestis de l’époque, c’est vraiment sa langue qui m’a inspiré plus que ses sujets. Il y a eu les monologues de Clémence Desrochers qui est une lesbienne qui vient de s’avouer, il n’y a pas très longtemps. À l’époque, on savait nous mais elle n’a jamais dit que ses textes avait un rapport avec les lesbiennes. C’était sa façon de raconter des histoires qui m’a inspiré beaucoup, son humour de conteuse aussi. C’est vraiment ça que je fais sur scène, je raconte des histoires, plus un gag toutes les cinq secondes comme se veut la norme chez les humoristes. Sinon les inspirations, c’est plus pour les looks, on s’est amusé avec Dalida, Michèle Richard, les excentriques, les divas à paillettes. Sinon mon couturier maintenant s’inspire de la haute couture. Pour les discours, je ne m’inspire d’aucune drag queen. Je n’ai pas d’idole. Je ne peux m’inspirer de personne justement, parce que j’ai créé un personnage unique, mais je ne peux pas dire que je n’ai pas d’attirance pour certaines performances.

Où une drag queen peut-elle performer à Montréal et comment les choisissez-vous ?

10Principalement au cabaret Mado, mais il y a d’autres bars où tu peux faire des trucs : le Drugstore, le Cocktail, le Sky, c’est les trois où il y a des drag queens. Il y en a peut-être d’autres, le Cléopâtre sur le boulevard Saint-Laurent. Sinon, c’est difficile hors Village. Autrement, ils vont faire cela dans des événements privés ou en région : à Sherbrooke, Québec et à Trois Rivières, à Saguenay parfois.

11Moi, je choisis les drag queens qui travaillent avec moi le mardi et la fin de semaine. Le dimanche, c’est la soirée pour la relève. Donc, il y en a qui s’essaie ces soirs-là. Après, des fois Dream me dit qui est venu ce soir-là. Elle me dit : « Il y en a trois, quatre qui sont prêtes, j’aimerais que tu viennes les voir ». Elle organise une petite soirée, où elles passent une audition. Le public ne sait pas trop que ce sont des auditions. Je regarde leur travail et je dis : « C’est vrai, ça pourrait bien marcher dans une de mes soirées ». En général, si les drag queens m’approchent pour me demander : « J’aimerais faire partie de l’équipe ». Je leur demande s’ils ont de l’expérience, s’ils sont pris ailleurs, je demande à voir des photos, des vidéos parce que ce n’est pas évident… On a beaucoup de bonnes drag queens à Montréal. Pour essayer de donner une soirée à quelqu’un qui commence, ça veut dire qu’il faut que j’enlève quelqu’un qui pourrait être bon. Je dois offrir le meilleur spectacle possible au public. Si je donne la chance à quelqu’un de nouveau, il faut que ce soit de la même qualité. Les dimanches, c’est fait pour apprendre. Pour faire partie des soirées à Mado, il faut qu’elles soient des artistes complètes et en plus être belles. Souvent, je leur dis : « Vous êtes très jolie mais vous n’avez aucun charme sur scène, aucune personnalité. Trouvez-vous une personnalité, un personnage surtout, et puis là on verra ». Il y en a qui essaient d’être drag queen depuis cinq ans et qui n’y arrivent pas et il y en qui, en trois mois, sont déjà dans la famille.

J’ai été fascinée par les différentes personnalités des drag queens du cabaret Mado. Elles ont toutes un style particulier, des physiques différents… notamment le mardi soir.

12C’est la soirée où on a le plus de régulières, c’est la soirée de la famille le mardi. Ce qui arrive c’est qu’on peut enchaîner les performances. On travaille comme une équipe, on est toujours ensemble les mardis. C’est plus agréable pour faire des folies ! Quand arrivent des nouvelles drag queens, elle ne sont pas dans la comédie, dans les folies donc ce n’est pas facile. Quand il y en a une qui est prête, on l’embarque dans l’équipe du mardi. Donc, j’en ai dix qui peuvent performer. De temps en temps, on en met une ou deux qui sont moins folles peut-être, pour justement avoir une bonne performance dans la soirée parmi les six autres folies qu’on a faites, comme je leur dis : « bon, on vous en donne une belle de Britney Spears parce que vous la voulez ! Sinon le reste c’est que de la comédie ».

L’ambiance du mardi est incroyable. On se sent tout de suite à l’aise dans ce lieu.

13Le mardi c’est la cause de ce genre de spectacle, à cause de l’ambiance et que la foule, le public devient libéré. Il laisse le fusil et les munitions, il nous ont vu déconner sur scène, ils se disent : « Ah !, mon dieu, on peut faire ce que l’on veut ici, c’est pas un spectacle coincé ! ». On les inclut presque dans le spectacle. Mon humour n’est pas le même le mardi. La façon dont je parle au public, c’est vraiment comme si je parlais à des enfants… Comme une mère parle à ses enfants ! Le public se sent beaucoup plus impliqué que si je fais le conférencier. Je fais comprendre au public qu’il fait partie de la gang. C’est pour ça que ça devient un endroit très convivial, le mardi.

Je voudrais maintenant vous poser des questions sur le cabaret Mado et le Village en général. Quel était votre but et votre conviction en ouvrant le cabaret Mado dans le Village et avez-vous atteint votre objectif ?

14Le but était d’avoir une salle de spectacle à moi. Comme ça, je n’avais pas besoin de travailler pour les autres, parce que je l’ai fait pendant quinze ans… Ça n’a pas toujours été gratifiant. On se donne pour peu c’est à dire que des fois c’est pour quinze minutes de performance. Ce n’est pas un cabaret spectacle, c’est un bar, on a quinze minutes de spectacle par soir. Quand la soirée fonctionne moins bien, ils se débarrassent de nous sans vraiment nous demander notre avis. Ce n’était pas vraiment stable comme emploi et puis on ne peut pas faire ce que l’on veut car on empêche les gens de danser pendant 15 minutes. Ils nous regardent en voulant dire : « Toi, tu vas pas déranger mon temps de danse ». C’est sûr, ils nous connaissaient bien, ils aimaient bien nous voir. Mais, ce n’est pas le même genre de chose que je faisais, je ne parlais pas autant, je n’avais pas une tribune. Au cabaret Mado, je peux parler, je peux faire des spectacles de deux heures avec un pianiste, je peux faire plein de trucs. C’est ma salle ! Déjà à la base, c’était une des raisons qui faisait que je continuais de travailler, sinon j’aurais fait autre chose, j’avais envie d’apporter de la substance au personnage. L’objectif n’est toujours pas atteint parce que je me lance toujours de nouveaux défis. Mais, oui, il est atteint parce qu’on a réussi à créer une institution maintenant. C’était ce que je voulais, qu’on puisse dire : « Le cabaret Mado fait partie des salles de spectacle montréalaises ». Et même si on n’a pas le même genre de variété, comme le Théâtre Saint Denis ou le Métropolis, on a quand même une clientèle régulière qui revient tout le temps. On a beaucoup de nouveaux chaque semaine qui viennent découvrir la salle et le genre de spectacle qu’on fait. En même temps, depuis que j’ai le cabaret Mado, ça a apporté une espèce de respect au personnage de la part des médias, de la part du milieu des artistes et maintenant : « Ah ! oui elle a sa boîte ! », parce qu’autrefois on m’a toujours pris pour le clown de service : « Toi, c’est pas vraiment du théâtre que tu fais, c’est pas de la comédie que tu fais, tu fais un peu n’importe quoi ! ». Il a fallu qu’ils voient mon travail sur scène pour comprendre que je ne faisais pas n’importe quoi. Les gens du milieu maintenant disent : « ouais, toi ce que tu fais, c’est un art à part ». Pour moi, c’est de l’art. Maintenant, on me respecte. C’est beaucoup parce qu’on a travaillé tellement fort, nous les drag queens, pour se faire dire après quinze ans : « Ce que tu fais, ça ne compte pas, ce n’est pas sérieux ». Attends là ! J’ai plus d’expérience que le petit nouvel humoriste qui vient de sortir, il va durer un an et sa carrière sera déjà fini ! Mais, parce qu’il a eu les bons producteurs et qu’il a était dans Juste pour Rire, il y a eu tout la pub qu’il fallait. Nous, il faut se battre pour faire comprendre aux gens qu’on n’est pas les clowns de service.

Oui, j’ai lu ce terme à propos de vous dans un article. Ce terme drag clown m’a un peu choquée.

15C’est moi qui avais insisté sur le mot clown. Je sais que chez vous ça peut être péjoratif. Mais ici, c’est vraiment l’image du clown qu’on voit : le comique, le côté excentrique, coloré de Mado, le côté maquillage extravagant pour justement ne pas dire drag queen, parce que quand les gens voient une drag queen, ils se disent : « Eh !, mais c’est une femme ». Toutes les drag queens à l’époque étaient des personnages. Aujourd’hui les drag queens sont des travestis. Ils ont juste transféré le mot travesti pour drag queen. La majorité des drag queen n’ont pas de personnage c’est la même personne. C’est pour cela que je dis toujours je ne suis pas un travesti. Je suis un comédien qui joue le rôle de Mado. C’est vraiment un personnage parce que ça ne s’appelle pas Luc Provost. Elle s’appelle Mado et quand je suis démaquillé, c’est une autre personne complètement. Je n’ai pas envie d’être Mado de toutes façons car je passe mon temps à faire le clown mais dans ma vie de tous les jours je suis un peu plus calme ! Alors, je l’ai expliqué aux médias. Je ne peux même plus me considérer comme une drag queen parce que je regarde les jeunes qui commencent, qui sont toutes belles. Mado, elle est belle dans son entité, ce n’est pas une recherche de la féminité qu’elle fait, ce n’est pas non plus une recherche de la perfection. C’est juste une image pour que les gens comprennent que ce n’est pas une femme que ce n’est pas un travesti… Ha, ha, il fallait que je sorte une phrase aux médias : « Mado, ce n’est pas un homme, ce n’est pas une femme, c’est une chose intelligente ». Ce n’est pas juste une chose Mado, c’est une chose intelligente !

En quoi le cabaret Mado est-il un lieu unique et qui y vient ?

16Monsieur et madame tout le monde. En général, beaucoup de femmes. C’est une place de filles le cabaret Mado : filles hétéro, quelque lesbiennes bien sûr mais les filles apprécient plus le divertissement que les gars. Les gars, une bière, un match de Hockey, ils sont heureux. Les filles ont besoin de plus, peut-être parce que les femmes sont plus, pas plus cultivées, plus curieuses… Même, à la limite, les femmes apprécient instantanément, c’est ça que j’aime. Des fois, les mecs, il faut les travailler après ils sortent du cabaret et font : « Ouah, quelle soirée on a passée ! Merci, on ne s’attendait pas à ça. Nous, on voulait aller voir les danseuses nues. Finalement, on se ramasse les drag queens, on ressort charmés ! ». Quand les filles arrivent, elles savent qu’elles vont avoir du plaisir. Puis, quand elles repartent : « Ouah, fabuleux ! On a tellement eu de fun ! ». Puis, évidemment, c’est un public gay qui vient aussi voir l’évolution du personnage. Il y en a qui suivent ma carrière depuis vingt-cinq ans, ils suivent Mado religieusement. C’est des fidèles. Il y a beaucoup de curieux qui ont entendu parler du personnage, qui me voient à la télé, et viennent voir ce que ça donne. C’est vraiment très varié ce n’est pas un public ciblé. Ils y a des Français, des touristes parce que les concierges d’hôtel recommandent beaucoup le cabaret, les guides aussi. Les gens qui voyagent cherchent un divertissement le soir, ils ne vont pas aller voir un humoriste québécois s’ils ne parlent pas français, ils ne vont pas aller au cinéma, donc ils ont envie de voir un spectacle. C’est ça dans n’importe quel pays : à New York, on va voir du Broadway ; à Paris, il y a des pièces de théâtre. Il y a toutes sortes de trucs qui se passent à Montréal. On a beaucoup de touristes qui débarquent, c’est recommandé par tous les guides. Le genre de spectacle est majoritairement drag queen… à 90 %.

Que pensez-vous du Village de Montréal ? Est-ce que c’est une bonne chose d’avoir un quartier gay ?

17Tout-à-fait, au même niveau que les Italiens qui se retrouvent dans un quartier sans que cela devienne ghettoïsé évidemment parce que les personnes qui ne veulent causer à personne, qui veulent imposer leur loi dans un quartier pour changer le mode de vie complètement, je ne suis pas pour ça. Dans le Village, on n’impose pas un mode de vie. Nous, on se promène comme ça, on fait ci, on fait ça. D’être obligé d’adhérer à cela, non, je ne serais pas pour si c’était cela. Mais le Village gay de Montréal, ce n’est pas un ghetto, on y retrouve tous les genres de gens. Tout est permis. Il y a une liberté, une ouverture d’esprit, que l’on devrait retrouver partout en ville. Je trouve que c’est un bel exemple de communauté, un bel exemple de vie en société. Les communautés culturelles qui se regroupent, c’est parce qu’elles ont envie de vivre leur culture. Elles ont envie de retrouver les produits qu’il y avait chez eux. Je suis contre tout ce qui est uniformisé, contre tout ce qui est mondialisé. On fait tous les mêmes choses, on bouffe tous la même chose et on est tous pareil ! Au contraire j’adore le côté communautaire du Village, le côté où moi je peux marcher sur la rue, et puis je connais des gens et puis tu t’en va d’un point A, à un point B, des fois tu es passé par C,E,R,D ! Ça m’a pris une heure pour traverser quatre rues. J’ai fait ça, j’ai parlé à des gens parce que j’ai improvisé avec tout ce que j’ai eu autour de moi.

Grâce à vous, je suis allée me promener dans le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve que je ne connaissais pas. Mais vous bitchez plus particulièrement ce quartier anciennement défavorisé de Montréal. Pourquoi ?

18Oui c’est un quartier très populaire, qui est en train de changer. J’ai grandi dans ces coins-là, c’était beaucoup plus trash à l’époque, c’était beaucoup plus petit peuple qui n’avait pas beaucoup de culture. C’était des gens qui vivaient dans ce quartier-là, qui ne sortaient pas de ce quartier-là… Donc qui n’avaient aucune connaissance de l’extérieur du quartier. Il y a beaucoup de gays qui ont déménagé par-là, beaucoup de jeunes familles parce que les logements sont moins cher. Il y a beaucoup de gens qui amène leur art, leur culture, leurs habitudes donc ils ont ouvert des petits commerces très sympathiques. Donc le quartier est en train de changer beaucoup. Mais j’aime me moquer bien sûr parce que je vais dans les extrêmes, Ce n’est pas aussi trash que Mado le dit !

Je vais sortir un petit peu du Village. Vous voyagez beaucoup. À votre avis, qu’est-ce que le Village a de particulier par rapport au Marais ou à San Francisco.

19Ça ressemble un peu plus à San Francisco qu’au Marais parce qu’il y a une forte concentration de gays qui habitent au Village comme à San Francisco dans le quartier Castro. La différence c’est qu’à l’époque, c’était un peu comme le Castro. Maintenant je connais plein d’hétéros qui habitent le quartier gay depuis que la rue est fermée. Les feux d’artifice sont à deux minutes du quartier gay donc les familles se promènent. Les hétéros viennent boire sur les terrasses du Village, manger dans les restaurants, parce qu’un restaurant gay ce n’est pas un genre de restaurant où on mange torse nu ! Alors que dans le Castro, j’ai habité San Francisco, c’est des commerces qui s’adressent principalement aux gays. Il y a quelques restaurants mais en général ce ne sont pas de bonnes fourchettes. Sinon, c’est sûr que le Castro c’est mythique, c’est une légende gay planétaire. Il y aura toujours plein de gays qui vont aller visiter le Castro parce qu’il y a de l’histoire. Il y a Harvey Milk, le mouvement gay, les premiers mariés, la politique donc il y a beaucoup de gens qui visitent le Castro. Dans Montréal, on ne visite pas le Village gay pour son histoire, on vient vivre. C’est une vie de quartier à la différence du Marais aussi qui est vraiment un endroit pour les bars, et restaurants. Les gays habitent peu là. C’est tellement cher ! On ne peut pas habiter le Marais. C’est un endroit très touristique parce que c’est beau. Le Village n’est pas vraiment un beau quartier à Montréal. On ne vient pas visiter l’architecture du Village, c’est même un peu en décrépitude, je dirais. Mais, avec la rue barrée, on a réussi à colorer ça, à rendre ça vivant. C’est comme les façades qui sont cachées. En fait, la rue fermée, ça vient cacher le côté un peu morne et triste du Village… C’est un trompe l’œil. Alors que le Marais et le Castro c’est vraiment touristique. On va visiter le Marais plus l’architecture, peut-être aussi pour la vie qu’il peut y avoir. On arrive dans une allée : « Ah !, les belles affaires ! ». On arrive dans l’autre allée : « Ah ! Les bijoux, ah les gays, les gays partout » et puis c’est beau l’architecture : « Ouah, le musée Carnavalet, c’est extraordinaire ! ». Au Village… Bon, ok, on ne se lèvera pas trop la tête parce qu’il n’y a pas de buildings, mais un petit café, une terrasse, un bar, des belles personnes, les gens sourient, des grands complexes. Donc, c’est sûr qu’il faut venir l’été pour vraiment voir la vie de quartier. Maintenant, j’habite le Village. Avant, je détestais le Village, parce que je voyais ça comme un ghetto. Je me rends compte que ça n’a rien à voir. C’est vraiment une vie de quartier, les amis ne sont pas loin, j’ai trois minutes pour aller au cabaret.

Pourquoi Mado s’exporte-t-elle en France ?

20En fait, ce n’est pas compliqué… Parce qu’on veut de moi là-bas, parce que mon ambition est d’être connu comme je disais, sans être reconnu mondialement, mais c’est quand même de pouvoir sortir du cabaret pour ne pas m’ennuyer parce qu’à un moment donné, c’est sûr qu’à travailler toujours avec le même public, c’est moins motivant pour moi. Mon but est de continuer à évoluer avec le personnage. J’aurais pu décider de faire toujours la même chose. J’ai déjà un public, j’arrête là, je n’en ai plus besoin mais non j’ai besoin de motivation. Et puis, la France c’est un nouveau challenge pour moi : un nouveau public, un nouveau discours même si je ne change pas trop mon langage. L’accent reste à peu près le même, les expressions se ressemblent. Des fois, je suis obligé de leur expliquer ce que veut dire le mot que j’ai employé dans ma phrase parce que je vois dans la salle qu’il y a des bouches ouvertes, qui ne comprennent pas trop. Mais en même temps, c’est un challenge et une fierté de sortir d’un spectacle à Paris et de voir tous ces gens-là qui ont apprécié le spectacle. Ouf ! J’ai réussi à faire passer mon humour qui n’est pas celui auquel les Français sont habitués. Dans le public, il n’y a pas que des gays, c’est très bien aussi de voir qu’il y a une ouverture d’esprit internationale pour Mado. Ça me touche beaucoup parce que si j’en ai envie, je peux m’expatrier et faire autre chose que le cabaret. C’est important pour faire évoluer mon personnage, c’est saint pour mon esprit de pouvoir avoir des challenges comme ça, de pas me dire qu’à quarante ans il n’y a plus rien qui se passe, que c’est fini, je fais la même chose jusqu’à la fin de mes jours et merde non ! Je vais apprendre jusqu’à la fin de mes jours, je vais étudier jusqu’à la fin de mes jours, c’est important, j’ai besoin d’inspiration.

À Paris, vous vous produisez au Tango ?

21Oui, toujours au Tango ! Mais, il y a du nouveau après huit ans. J’ai été demandé pour faire un spectacle à Lyon l’année dernière. C’était une association de gays qui se réunissait pour un congrès pendant trois jours. J’ai fait le spectacle de fin de congrès. Il y avait cent-cinquante gays de toute la France qui sont venus. Ça a tellement marché que je viens d’être invité pour retourner à Lyon. Je retourne à Paris pour la neuvième année, l’année prochaine (2012) on parlera du dixième anniversaire de Mado à Paris. Je vais à Paris trois jours, faire le spectacle pour une boite à Lyon qui est venu voir mon spectacle l’année dernière. Il a tellement aimé qu’il m’a invité dans sa boîte et j’imagine que parmi les cent-cinquante membres, il y avait quelqu’un faisait partie d’un magazine du sud de la France parce que j’ai reçu une demande pour collaborer dans un journal du sud de la France. C’est une revue gay : on va parler de Marseille, de Lyon, de leurs clientèles. Ils veulent que j’envoie un genre de chronique que je fais dans Fugues donc une collaboration tous les mois où tous les deux mois. Ça m’enchante parce que je vais avoir un nouveau public c’est-à-dire que je vais avoir des milliers de Français qui ne m’ont jamais vu à Paris ; qui ont peut-être eu vent de Mado et il y a beaucoup de Français qui ont des connections avec le Québec donc ils connaissent le personnage. Alors pour moi les portes s’ouvrent peut-être pour aller faire des spectacles ailleurs qu’à Paris, ce qui me ferait bien plaisir parce que j’adore voyager et j’adore la France. Je considère la France comme le pays où je vais mourir, je dis toujours : « quand je vais être en retraite, je vais aller en France parce que je veux pouvoir aller vivre où il n’y a pas de neige d’abord, parce qu’il y a des endroits où il n’y a pas de neige en France ! ». Quand il fera trop froid, je traverserai en Espagne, où je traverserai en Italie, j’irais en Sicile, j’irais quelque part où il fait chaud pendant deux mois, en Corse. Quand les gens me disent je vais faire ma retraite en Floride, je leur dis : « Êtes-vous folles ? Je ne veux pas finir ma retraite aux États-Unis ! ». Je vais aller en France, on doit pouvoir parler Français, je veux aussi bien manger, je veux boire du bon vin, je veux faire des voyages dans le pays qui vont être extraordinaires et puis c’est à cinq minutes de partout. Donc, voilà, mon but est de voyager jusqu’à ma mort !

Haut de page

Notes

1 Nous nous sommes rencontré.e.s le 5 août 2011 au Café Tinto dans le Village de Montréal en début d’après-midi.

2 Michel Tremblay est un dramaturge et romancier québécois dont les ouvrages ont été traduits en plusieurs langues et dont certes pièces – dont Les belles-sœurs – ont été jouées sur les plus grandes scènes du monde. Tremblay exprime dans son œuvre le monde canadien-français des années cinquante à partir de scènes de la vie quotidienne de Montréal des années de son enfance. Il s’agit d’un milieu populaire, ouvrier, dominé économiquement dans une ville que les Canadiens français dominent pourtant démographiquement. Il s’appuie sur ses proches, notamment des femmes qui l’entourent, pour écrire ses œuvres. L’on peut dire que Michel Tremblay livre à travers son œuvre un des meilleurs documents ethnographiques du Québec d’avant la Révolution tranquille (1960), qui a transformé les Canadiens français en Québécois.

3 Charlotte Prieur a réalisé l’entretien et a assuré l’édition finale du texte. Marie-France Prieur a réalisé la transcription.

4 Straight est un mot anglais qui en tant qu’adjectif signifie communément « rangé » ; dire de quelqu’un qu’il est « un.e straight » signifie, pour un.e homosexuel.le, que la personne est hétérosexuelle.

5 « Crisse-toi de ma face » est une formulation familière dont l’équivalent en France est : « Dégage de là ». Le « crisse » est une déformation du mot « Christ », un des jurons issus du Canada français sur le registre de la religion chrétienne.

6 « Bitcher » vient du terme anglais bitch qui, au sens premier du terme, désigne une femme mauvaise qui critique une autre personne pour lui nuire. Cependant, on peut désormais qualifier un homme de « bitch » s’il a la même pratique. Le verbe « bitcher » est donc rattaché à un stéréotype sexiste, mais est ici complètement tourné en dérision par l’usage qu’en fait une drag queen (un homme performant la féminité).

7 Faire partie de la gang : faire partie du groupe, de l’équipe.

8 Femme à l’allure masculine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Prieur, « Luc Provost présente Mado », Géographie et cultures, 83 | 2012, 101-116.

Référence électronique

Charlotte Prieur, « Luc Provost présente Mado », Géographie et cultures [En ligne], 83 | 2012, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2076 ; DOI : 10.4000/gc.2076

Haut de page

Auteur

Charlotte Prieur

Laboratoire CNRS Espace, Nature et Cultures (ENeC)
UFR de géographie, Université Paris-Sorbonne 
charlotte.prieur@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org