Navigation – Plan du site
Lectures

Andrew Tucker, Queer visibilities

Charlotte Prieur
p. 147-149
Référence(s) :

Andrew Turner, Queer visibilities: space, identity and interaction in Cape Town, 2009, Chichester (UK) & Malden (USA), Wiley-Blackwell, 246 p.

Texte intégral

1Professeur de géographie à l’université de Cambridge, Andrew Tucker est spécialiste des géographies des sexualités et a réalisé la plupart de ses enquêtes de terrain en Afrique du Sud. Les résultats de ses recherches se trouvent dans Queer visibilities, un ouvrage incontournable pour découvrir la diversité des masculinités alternatives homosexuelles. Il innove en combinant des analyses sur les conflits culturels ancrés dans des territoires, avec une analyse très fine des différentes identités et identifications homosexuelles masculines. L’auteur s’intéresse plus particulièrement à la ville de Cape Town qui, tout en se transformant, conserve des traces de l’Apartheid dans l’organisation des espaces de vie. Cet héritage entraîne des différences dans les façons de concevoir le rapport des hommes homosexuels à leur sexualité et à leur société.

2L’ouvrage comprend deux parties, qui suivent un long chapitre introductif, où l’auteur critique la notion de placard (closet), telle que définie et défendue dans l’ouvrage de référence L’épistomologie du placard (Kosofsky Sedgwick 1994). Adoptant une perspective queer, Turner critique la dichotomie dans/hors du placard et invisibilité/visibilité, où la visibilité se prouve à travers l’épreuve de la sortie du placard. À l’instar d’autres chercheurs, il revient sur les assignations au coming out et à la visibilité, véhiculées dans les sociétés occidentales. De fait, selon Turner, le coming out est devenu une norme, un passage obligé par lequel affirmer son identité. La sortie du placard ne rime pourtant pas forcément avec l’accès à la liberté et à une vie épanouie. Il pose donc la question de la pertinence du coming out comme acte fondateur de l’identité homosexuelle chez les gays de Cape Town. Son but est de remettre en cause l’universalité supposée du coming out, des bienfaits de la visibilité ou encore d’un modèle homonormatif précis. Dans cette optique, Queer visibilities présente plutôt de manière pragmatique, les différents groupes homosexuels masculins dans l’espace urbain de Cape Town, ainsi que la manière dont leurs visibilités sont reliées à des espaces urbains particuliers, et comment celles-ci peuvent intervenir et perturber ceux-là. La visibilité queer, concept central de l’ouvrage, permet d’examiner comment trois groupes homosexuels habitant et se rencontrant dans des espaces différents de la ville, et aux conditions socio-économiques et culturelles disparates, sont capables de combattre l’hétéronormativité d’espaces urbains particuliers.

3La première partie s’intéresse aux stratégies de visibilité en partant du centre de la ville vers la périphérie. À Cape Town, la population est divisée en trois catégories d’individus, classés en fonction de leur couleur et de leur appartenance ethnique : les White sont les Blancs, anciens colons Boers ou Anglais ; les Coloured sont les populations métissées (ni blanches, ni noires, ni asiatiques) ; les Black African sont les populations Xhosa qui étaient présentes avant la colonisation, ainsi que les populations noires du reste de l’Afrique venues travailler en Afrique du Sud. Le plan de l’ouvrage s’articule selon les différents espaces occupés par ces trois groupes homosexuels. Dans la deuxième partie, l’auteur, envisage les interactions entre ces groupes fondées en grande partie sur leurs stratégies divergentes et les formes d’invisibilité qui en découlent. Turner présente des formes d’invisibilité sociales puis politiques et termine par un chapitre intitulé « le coût de l’invisibilité ». Il va au-delà de la simple exploration des performances publiques de ces minorités sexuelles. Cette étude s’intéresse à la manière dont les groupes se perçoivent eux-mêmes et entre eux dans le cadre d’une société hétéronormée. Ainsi, l’auteur montre l’hétérogénéité des moyens de se rendre visible et de vivre son attirance à quelqu’un considéré comme appartenant au même sexe. C’est enfin une recherche qui s’intéresse à la formation initiale de l’identité. Comment ces différentes identités sud-africaines homosexuelles masculines se rattachent-elles à l’espace hétéronormatif ?

4Cet ouvrage permet de montrer différentes manières d’être un homme homosexuel et de s’approprier cette identité ou identification, mais aussi de voir l’influence du modèle homonormatif occidental sur les autres minorités gays, sans se limiter aux questions d’hybridité. L’auteur a aussi pris en compte la logique ethnoculturelle de l’aménagement urbain influençant la représentation des identités fondées sur l’attraction vers une personne du même sexe. Méthodologiquement, il a non seulement pris en compte le contexte de l’apartheid, mais aussi les ravages du SIDA, l’accès aux soins et à l’éducation, les effets des violences et crimes et du racisme contemporain. Ces facteurs influent sur les contraintes matérielles et nécessitent de mettre en œuvre des solutions différentes. D’un point de vue épistémologique, il s’appuie à la fois sur la critical race theory et sur la théorie queer. Il utilise une lecture intersectionnelle des communautés qu’il étudie prenant en compte les logiques ethno-culturelles, spatiales et économiques. L’argument de la différente visibilité des masculinités selon la classe sociale à laquelle l’homme homosexuel appartient est particulièrement intéressant, notamment le parallèle entre masculinités drag et appartenance à un milieu populaire.

5On pourrait toutefois regretter que cette étude intersectionnelle ne prenne pas en compte la dimension genrée de ces phénomènes. Si on peut comprendre le choix explicite d’une étude sur les populations exclusivement masculines, ce choix limite la portée de l’étude. Cela entraîne la ré-essentialisation de la dichotomie hommes/femmes, alors que l’auteur en dénonce d’autres. Cela a pour effet d’invisibiliser également les communautés lesbiennes, queers et trans. De plus, l’auteur n’évoque à aucun moment les stratégies d’allié.e.s qui existent entre les différentes composantes LGBTQ, notamment dans les townships face à l’homophobie extrême (assassinats, viols correctifs…). On pourrait aussi reprocher à l’auteur de perdre un peu le lecteur dans la définition qu’il donne du terme queer. Les théories et les communautés queers ne sont pas seulement tournées contre l’hétéronormativité de la société. Elles cherchent également à remettre en cause l’homonormativité gay, autrement dit le modèle consumériste gay, l’appropriation d’un territoire identifié comme gay (Village gay) et l’homopatriarcat. Dans ce cadre précis, les hommes homosexuels blancs du Village gay de Cape Town peuvent être considérés comme des gays, mais pas comme des queers ; ce terme pouvant toutefois convenir aux deux autres communautés présentées.

6Malgré cela, cet ouvrage reste un exemple dans la manière de montrer à quel point l’étude des sexualités et des rapports aux genres ne sont pas dépourvus d’intérêts géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Prieur, « Andrew Tucker, Queer visibilities », Géographie et cultures, 83 | 2012, 147-149.

Référence électronique

Charlotte Prieur, « Andrew Tucker, Queer visibilities », Géographie et cultures [En ligne], 83 | 2012, mis en ligne le 12 juillet 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2109

Haut de page

Auteur

Charlotte Prieur

Laboratoire CNRS Espace, Nature et Cultures (ENeC)
UFR de géographie, Université Paris-Sorbonne 

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org