Navigation – Plan du site

Abidjan

Rue des Jardins et rue du Commerce à l’épreuve de la mondialisation
Abidjan : rue des Jardins et rue du Commerce facing the challenge of globalization
Dabié Nassa
p. 73-90

Résumés

Le mouvement de la mondialisation n’épargne aucun pays. En Côte d’Ivoire, il s’exprime sous plusieurs formes dans les villes, villages et hameaux. Ce processus entraîne des mutations spatiales, sociales, économiques et culturelles. Cette contribution présente la manifestation de la mondialisation dans deux rues d’une métropole ouest-africaine portuaire. Aussi montrons-nous que le renforcement de l’économie libérale par la globalisation est révélateur des dynamiques souvent propres aux grandes villes ouvertes mais permet également d’accentuer le processus d’exclusion, de vulnérabilité sociale, de précarisation et de recomposition spatiale. En quelque sorte, la mondialisation fragilise une certaine fraction de population et la déverse dans les rues, pour en faire des parias de la société. Ces espaces publics se sont renforcés comme des lieux d’expérimentation et de constructions collectives ou individuelles d’alternatives économiques et sociales, devenant, pour ces populations précarisées, un rempart contre l’anéantissement social. De nouvelles solidarités se tissent à travers des formes inédites d’échange, de crédits et d’épargne qui mettent l’accent sur la mutualité. Une nouvelle forme de régulation sociale par la rue s’est créée.

Haut de page

Indexation

Mots-clés :

mondialisation, rue, commerce

Géographie :

Côte d’Ivoire, Abidjan
Haut de page

Texte intégral

1La mondialisation est envisagée comme un mouvement englobant, un processus dans le cadre duquel des réalités déterminantes (productives, monétaires, financières, culturelles, environnementales) se développent de manière organique sur l’ensemble de la planète en influençant d’une façon marquante la totalité des réalités sociales, cela à chacune des échelles territoriales où elles s’organisent (Cadène, 2007). Selon Lévy et Lussault (2003), en unifiant les marchés, y compris non monétaires ou non exclusivement monétaires, la mondialisation met à mal des frontières et réorganise à une échelle élargie un certain nombre de processus.

2Abidjan, une des métropoles ouest-africaines portuaires à l’interconnexion des réseaux mondiaux et des échelles géoéconomiques nationales ou continentales, est aussi une interface de la globalisation. Ce processus s’y manifeste à divers degrés : elle est ville-siège de la Banque africaine de développement (BAD), de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), du Marché des arts et du spectacle africains (MASA) et principal foyer de consommation national voire sous-régional mettant en relation acheteurs et vendeurs qui s’appuient sur une logistique efficace (diversité des modes de transport, marché, fret, stockage et télécommunications). C’est une ville qui assure l’articulation de la Côte d’Ivoire non seulement avec les pays de l’espace ouest-africain mais aussi avec le reste du monde. Les politiques d’ouverture adoptées par les gouvernants dans le cadre de différents accords et cycles successifs de négociations de l’Accord général sur le tarif douanier et le commerce (GATT) et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ainsi qu’au niveau régional, entre pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) y ont largement contribué.

3En revanche, pour ses habitants, le phénomène de la mondialisation a transformé la vie de tous. Leurs habitudes et leur existence apparaissent dépendre d’événements se déroulant en des lieux parfois éloignés. Ce phénomène est révélateur des dynamiques souvent propres aux grandes villes mais permet d’accentuer le processus de recomposition spatiale, de vulnérabilité sociale et de précarisation. Pour analyser les manifestations de ce mouvement dans la métropole ivoirienne par le « bas », deux rues de cette ville ont été retenues du fait de l’intensité des activités qui y sont exercées, à leur spécificité dans le commerce national, régional et mondial.

4La rue du Commerce située dans le quartier des affaires de la ville d’Abidjan a été rendue célèbre par le nombre impressionnant des commerces spécialisés dans la vente des tissus imprimés au Pays-Bas et en Côte d’Ivoire connus sous le dénominatif de « pagne wax ». Aujourd’hui, elle fait face à une recapitalisation et à une reconversion de ses commerces en des activités autres que la vente de ces « pagnes wax ». Quant à la rue des Jardins, rue paisible du quartier résidentiel de Cocody, elle est devenue en l’espace d’une décennie, une rue marchande sur laquelle plusieurs boutiques de mode à prix élevés, banques, restaurants et supermarchés de type européens sont installés.

5La présente contribution montre les réalités de ces deux rues au temps de la mondialisation en mettant en avant les particularités qui sont les leurs, mais aussi les diversités qu’elles peuvent connaître. Il s’agit aussi d’appréhender combien l’impact du processus de la globalisation en ces lieux, se traduit par une recomposition du milieu mais également par une rénovation de l’espace urbain.

Réalités de la rue des Jardins et de la rue du Commerce au temps de la mondialisation

6La rue est un espace public complexe. Elle est associée à la circulation et à l’habitat. Elle est également un produit des modes de construction, d’aménagement et de gestion urbaine. Cet espace supporte aussi les réseaux et pratiques sociales. Il est le lieu d’échanges, de débats et de négociations entre acteurs unis par un même intérêt ou non. Aujourd’hui, cet espace public est touché par de rapides changements sociospatiaux qui influencent sa dynamique. Dans le cas de la métropole ivoirienne, la rue fait face aux effets grandissants de la mondialisation véhiculés par une idéologie et des institutions étatiques néolibérales, mais aussi par les relations professionnelles, le système éducatif et les médias. L’avenue du Général de Gaulle connue sous le dénominatif de la rue du Commerce et la rue des Jardins sont l’expression de ce processus.

7La première se localise dans une zone urbaine de commerces et d’habitations dans la commune du Plateau, centre des affaires de la capitale économique ivoirienne. C’est une rue qui est longue de 150 mètres sur laquelle se trouvaient des pôles commerciaux organisés autour de cette structure viaire dont le plus célèbre était Pagnes d’Afrique. Dans les années 1970, à côté de ce pôle commercial étaient implantés quelques noyaux de commerce de proximité et de boutiques de textiles sur un alignement de vitrines bien organisées. C’était une rue qui bénéficiait d’une architecture et d’une décoration particulière, d’un bon éclairage, d’un pavage décoratif de ses trottoirs. Cet aménagement offrait un cadre intéressant à une marchandisation. C’est ainsi que quelques magasins d’anciennes maisons de commerce coloniales y apparaissent, entre 1970 et 1980 : Monoprix, Bata, les boutiques de la Compagnie française de commerce international (CFCI) et le Comptoir français d’Afrique de l’Ouest (CFAO). Ces structures ont longtemps animé le commerce de pagne et bien d’autres articles dans cette rue. À côté de ces magasins, merciers et marchands de mode vendaient des produits finis.

8Quant à la seconde, elle est l’émanation de la construction de villas et d’appartements pour le compte de cadres ivoiriens et expatriés français par la Société de promotion immobilière (SOPIM) à Cocody en 1982. Sur cette structure viaire s’était implantés deux centres commerciaux, Score et Vital, et un restaurant, Paco. C’est autour de ces polarités que s’étaient construites plusieurs temporalités d’usages : travail, repos, alimentation, loisir au cours de la même journée dans cette rue longue d’un kilomètre.

9Tous les traits caractéristiques initiaux de ces deux espaces publics ont disparu au fil des temps et à la faveur de la crise économique de la Côte d’Ivoire dans les années 80. Aujourd’hui à la faveur de cette troisième mondialisation, la rue se transforme, retrouve un autre souffle ou vit au rythme du temps. Le processus semble s’intensifier différemment dans ces deux rues (Figures 1 et 2). Il est destructeur des pratiques et activités qui ont longtemps fait la notoriété de l’une et permis un (re)développement de l’autre, liées au passage vers une économie de services, et vers la privatisation de la consommation et des prestations de services.

Figure 1 : Matérialité de la mondialisation dans la rue du Commerce

Figure 1 : Matérialité de la mondialisation dans la rue du Commerce

Figure 2 : Matérialité de la mondialisation dans la rue des Jardins

Figure 2 : Matérialité de la mondialisation dans la rue des Jardins

10Ainsi, la première accueille en 2008, 25 commerces de pagnes, 17 magasins d’informatique et assurance, 10 boutiques de mode, 2 hôtels, 5 restaurants et 5 boutiques de télécommunication soit respectivement 38 %, 27 %, 16 %, 3 % et 8 % de l’ensemble des activités qui s’y déroulent, alors que par le passé, la rue du commerce concentrait uniquement des boutiques spécialisées dans la vente de pagnes wax. La seconde supporte de plus en plus d’activités dans les secteurs de la restauration 23 % (15 restaurants), 15 boutiques spécialisés en commerce en tout genre (23 %), 15 magasins de mode (23 %), 1 boutique de télécommunication mobile (2 %) et 20 autres divers services à hauteur de 29 %. Si les différents restaurants installés dans cette rue sont pour la plupart spécialisés dans les mets asiatiques, italiens et libanais, les autres commerces offrent des produits provenant majoritairement de la Chine via les Émirats arabes unis. Il s’agit principalement de vêtements, chaussures, sacs, bijoux, mèches de cheveux, carrelages, autres matériaux de construction, articles de quincaillerie, jouets, meubles et matériel électroménager, informatique, hi-fi et téléphones portables. Ces différents commerces sont en progression continue le long de la rue et sur les trottoirs.

Figure 3 : Répartition des activités dans la rue des Jardins

Figure 3 : Répartition des activités dans la rue des Jardins

Figure 4 : Répartition des activités dans la rue du Commerce

Figure 4 : Répartition des activités dans la rue du Commerce
  • 1 Terme ivoirien pour désigner les vendeurs de la friperie.
  • 2 Terme utilisé par les Ghanéens et Nigérians sur les marchés frontaliers et désignant la fripe.
  • 3 Nom donné à la fripe en milieu rural et qui veut dire "secouer et prendre".
  • 4 Dénomination de la fripe en langue malinké et qui signifie "essayer pour voir".
  • 5 Dénomination de la fripe chez les Akan de Côte d’Ivoire qui signifie, "secouer, remuer et prendre d (...)

11À côté de ces commerces, il existe ceux de la friperie qui ont donné naissance à un circuit de consommation populaire. Ici, l’espace de vente du produit a varié pour en donner un certain sérieux. Vendue, dès sa parution en Côte d’Ivoire dans les années 1980, sur les marchés ou sur des espaces à ciel ouvert, la fripe est commercialisée dans des maisons privées dans la rue des Jardins et dans la rue du Commerce. Elle a quitté ainsi les milieux défavorisés pour les quartiers bourgeois résidentiels et riches de la métropole ivoirienne. Son caractère peu onéreux fait qu’elle tend à s’imposer dans les habitudes vestimentaires des consommateurs. Des vêtements (pantalon, jupe, chemise, robe, tee-shirt, sous-vêtement), elle s’est rapidement élargie aux sacs à mains, chaussures, ceintures, chapeaux et même aux jouets. Des grandes personnes aux nouveau-nés, tout le monde y trouve son goût. La plupart des produits vendus sont étiquetés des grandes marques de la mode vestimentaire. La friperie est surtout appréciée par les populations jeunes et peu nanties. Mais, depuis quelque temps, elle enregistre une nouvelle clientèle : les populations aux revenus élevés. Ces personnes disent se tourner vers elle pour la qualité des articles qu’elle offre. Tel est le cas de K. S., cadre dans une banque de la place qui affirme préférer la friperie parce que les articles qui s’y trouvent sont résistants et de bonne qualité. De plus, chez les fripiers1, on peut marchander, ce qui n’est pas le cas des boutiques et magasins de marques qui se trouvent sur la rue des Jardins. Comment peut-on expliquer que le commerce de la friperie soit sorti des marchés et espaces à ciel ouvert pour inonder les boutiques et magasins des rues chics et bourgeoises et de commerce d’Abidjan ? D’où provient-il ? La fripe ou vêtements usés, est connue sous le dénominatif de Broad2, yougou-yougou3, ado-caflê4 et troutrounou5 en Côte d’Ivoire.

  • 6 Le prix de la balle de 45 kg se négocie entre 60 000 et 120 000 FCFA.

12Ce produit a fait son apparition sur les marchés ivoiriens, à partir du Ghana et du Nigeria. Jadis, les importateurs nigérians et ghanéens faisaient venir ces vêtements des États-Unis et approvisionnaient les différents marchés urbains et frontaliers (NASSA, 2005). Avec l’assouplissement des restrictions sur l’importation de la friperie et la crise économique aiguë enregistrée en Côte d’Ivoire depuis la fin des années 1990, la fripe est devenue un bien de consommation courant. Aujourd’hui, c’est un produit qui est directement importé en Côte d’Ivoire par des établissements d’import-export à partir des principaux foyers de charité de l’Armée du Salut, Goodwill, St Vincent-de-Paul, de la Croix Rouge du Canada, des États-Unis, de la France, de bien d’autres pays européens et asiatiques. Les articles ainsi récupérés, sont conditionnés dans des balles étanches de 45 à 55 kg après un tri préalable. Les balles sont ensuite acheminées vers l’Afrique en général et particulièrement vers la Côte d’Ivoire dans des conteneurs, et vendues par les grossistes importateurs à de gros commerçants de la place. Ces derniers sont les fournisseurs directs des détaillants qui, à leur tour vendent les fripes6 sur les marchés spéciaux (Kouté à Yopougon, Belleville à Treichville ou Jean-Folly à Port Bouët ou encore Adjamé-Bracodi) d’Abidjan. C’est en ces lieux que certaines boutiques de la rue des Jardins et de celle du commerce viennent s’approvisionner en divers articles qui sont ensuite revendus à prix fort dans leurs rayons respectifs. La fripe crée ainsi un lien entre la Côte d’Ivoire et le reste du monde.

13Un autre type de commerce se tient dès le crépuscule, aux descentes des bureaux et usines sur les trottoirs de ces rues. Il s’agit principalement de la vente des produits contrefaits ou du piratage industriel (Photo 1).

Photo 1 : Un parterre de produits contrefaits du marché mondial en vente sur le trottoir et devant des commerces de la rue des Jardins à Cocody

Photo 1 : Un parterre de produits contrefaits du marché mondial en vente sur le trottoir et devant des commerces de la rue des Jardins à Cocody

Cliché de l’auteur, avril 2008

14La gamme de marchandises vendues est très vaste. Nous en retiendrons les plus significatives. Il s’agit de tissus, pagnes, jeans, gadgets, chaussures, montres et surtout CD piratés.

15Ce marché échappe aux contrôles des différents services de la police et commerciaux. Les produits ne respectent aucune norme et sont réalisés à partir de modèles d’inspirations africaines et européennes à des prix imbattables. Ainsi, une paire de tongs coûtait 1 000 FCFA (1,5 €), une copie d’une montre d’une grande marque pouvait être vendue entre 12 000 FCFA (18 €) et 15 000 FCFA (23 €) et la pièce d’un pagne wax était vendue entre 8 000 et 10 000 FCFA (15 €) en décembre 2008. Sur le marché, ce dernier produit imprimé en Côte d’Ivoire ou au Pays-Bas de bonne qualité est vendu autour de 16 000 FCFA (25 €) la demi-pièce. La clientèle de ce secteur est la population jeune, femmes, travailleurs, chômeurs et personnes en quête d’un premier emploi qui a vu son pouvoir d’achat s’amenuiser au cours de ces longues années de crises ivoiriennes.

16Parallèlement à cette situation, on voit aussi émerger de nouvelles pratiques de consommation, résultant de la mondialisation. Ces nouvelles pratiques s’expriment en premier dans la rue des Jardins. Le symbole le plus visible de ces changements est le développement de centres commerciaux de types européens (supermarchés). Le premier centre commercial de cette rue a ouvert en 1989 (Super Hayat). À partir de cette date, un autre centre commercial à l’initiative de la municipalité a vu le jour (centre commercial des deux plateaux). Plusieurs succursales de banques françaises, britanniques et saoudiennes y ont aménagé des bureaux, devenant ainsi les principaux éléments structurants de cette polarité. Les supermarchés et le centre commercial constituent la véritable locomotive de cette polarité.

17Les moments forts du shopping sont les moments de loisir, à la sortie des bureaux à 18 heures, et en fin de mois ; le samedi après-midi voit toujours une grande affluence, quelles que soient les circonstances ; la pause déjeuner autant que la sortie du travail à partir de 18 heures sont l’occasion de petites virées shopping d’une heure. Par contre, le matin en semaine les magasins ouverts ne voient passer que peu de monde. Aujourd’hui cette rue se trouve encombrée et embouteillée par la grande affluence dans les différents commerces, et la circulation automobile est impossible lors de ces forts moments de pratique du shopping.

18L’émergence d’un secteur de l’immobilier de bureaux paraît aussi constituer un indice de la mondialisation en cours dans cette rue. « Tournée vers les acteurs économiques étrangers, multinationaux » (Pérouse, 2007) ou vers les organisations diplomatiques onusiennes, cette offre immobilière s’est développée au point de contraindre les résidents de la rue des Jardins à transformer leurs habitations en bureaux et commerces. Par ailleurs, l’industrie hôtelière, fille du tourisme et de la puissance économique de la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest francophone, est aussi un puissant vecteur de la mondialisation. Les complexes hôteliers édifiés dans la rue du Commerce au Plateau et ayant une vue sur la côte lagunaire ressemblent à ceux construits en France par une multinationale, le groupe Accor.

19Un autre point essentiel de la manifestation de la globalisation dans cette rue est l’explosion de nouveaux secteurs d’activités. Ainsi, un ensemble luxueux de bureaux a été réhabilité pour permettre l’installation de compagnies de téléphonie mobile de groupes français, sud-africain et saoudien. Ce secteur abrite aujourd’hui 8 % des activités exercées dans la rue du Commerce. Par contre, il reste encore embryonnaire dans la rue des Jardins où il occupe 2 % de l’ensemble des différents secteurs d’activité exercés. Ces activités sont largement induites par l’émergence d’une culture urbaine globale qui tend à s’ériger en modèle planétaire unique que les populations ont du mal à intégrer à leur vécu. Or ces rues de l’agglomération abidjanaise sont aussi le produit d’une réalité culturelle, « d’un système de penser-sentir-agir qui se construit en fonction de dynamiques démographiques, sociales, économiques et de la permanence de forces traditionalistes » (Amselle, 1990). Ce combat perpétuel entre le local et le global se traduit par des enchevêtrements complexes qui influencent les hommes et leurs espaces publics.

Les effets induits de la globalisation sur les hommes et les rues respectives

20Les villes sont les espaces moteurs de la mondialisation qui favorise les grandes métropoles des pays développés et émergents puisqu’elles en sont les initiatrices. Elles sont des espaces de production et des nœuds de la circulation des richesses, des hommes, des connaissances et des informations à l’échelle planétaire. Ces métropoles sont en relation avec quelques grandes villes africaines parmi lesquelles figure Abidjan. Cette ville qui s’insère dans les réseaux économiques, industriels et financiers globaux en bénéficiant de l’interconnexion entre les différents acteurs mondiaux par le biais du relatif développement de ses logistiques portuaire, aéroportuaire et de télécommunication.

21Ces réseaux constituent les supports privilégiés des pratiques culturelles et des éléments de l’intégration à la mondialisation. C’est dans ce cadre que se révèlent également les mutations qui atteignent les sphères sociales, culturelles, économiques et spatiales de la ville. Ces mutations sont largement induites par l’émergence d’une urbanité globale qui influence les modèles de construction, d’aménagement et de gestion de l’espace urbain.

22Aussi, ce processus façonne-t-il les rues à travers des réseaux sociaux, produits de nouvelles formes de sociabilité, d’échanges marchands et de mécanismes mis en place par la population pour lutter contre l’exclusion, la vulnérabilité sociale et la recomposition de l’espace. Cette situation fait d’Abidjan une ville affectée par la globalisation.

23À l’échelle de la rue, le mouvement de la globalisation est grandissant et favorise des transformations de l’espace et de la société-rue. Tel est le cas de la rue des Jardins et de la rue du Commerce d’Abidjan.

24Ces deux espaces publics font l’objet d’une appropriation collective et permettent la rencontre, la mobilité des acteurs et une accélération des vecteurs de modernisation. L’un des processus qui marque cette modernisation est la gentrification, phénomène lié à la restructuration spatiale, économique et sociale. Ce phénomène est apparu dans la rue des Jardins et dans la rue du Commerce. Ainsi, observe-t-on le développement des restaurants de luxe, de boutiques de mode à prix élevés, la transformation d’immeubles résidentiels en luxueux bureaux de type européen et à l’implantation des filiales de multinationales dans la rue des Jardins. Cette situation explique le prix élevé du mètre carré dans cette rue. Il a varié de 450 FCFA (0,70 €) en 1980 à 50 000 FCFA (76 €) en 2008. Eu égard à ces coûts élevés du loyer, on note une ségrégation spatiale qui juxtapose des rues socialement homogènes et des activités commerciales ou de service. La population résidente d’avant la mutation, ne pouvant faire face à la flambée du prix des loyers, se voit obligée d’aller s’installer dans les quartiers périphériques nord et est de Cocody, là où le coût du loyer est modéré, et de fuir cette nouvelle centralité trop onéreuse. Tel est le cas de N. A., avocate, et qui a habité cette rue de 1980 à 1995.

« J’ai assisté à toutes les phases de mutations de cette rue. Au début de la création de ce quartier (II Plateaux), la rue des Jardins permettait de rejoindre très rapidement les quartiers d’Adjamé, d’Abobo et de Cocody centre. C’était une voie de desserte qui permettait la fluidité de la circulation entre les quartiers centraux précédemment cités et les zones résidentielles de Cocody. Peu à peu des commerces de proximité et des services s’y sont installés à partir de 1982. Et les premiers commerces à s’être installés étaient Score et Vital et un restaurant Paco. Le loyer mensuel de la maison (180 m²) que nous occupions s’élevait à 36 000 FCFA (55 €). À partir de 1995, plusieurs autres commerces, des boutiques de modes et des restaurants asiatiques dont le plus célèbre, Nuit de Saïgon, font leur apparition. Avec cette pression des activités dans cette rue, des entreprises, pour se rapprocher de leur clientèle importante à Cocody, ont commencé à louer les maisons au lieu que ce soit des particuliers. C’est à partir de là que la rue a été colonisée par toutes ces activités (assurances, banques) que vous voyez maintenant. Elle est devenue bruyante et les prix des loyers ont aussi pris un coût. Notre maison par exemple vaut aujourd’hui 550 000 FCFA soit 840 € par mois pour un particulier mais pour une entreprise 2 500 000 FCFA soit 3 880 €. Il y a aussi des entreprises qui proposent aux propriétaires de leur racheter leurs maisons à des prix faramineux. L’exemple de la Société générale de Banque en Côte d’Ivoire est patent. Elle vient de racheter une villa ici à 100 millions de FCFA (152 450 €) et a relogé la famille ailleurs pour l’ouverture d’une nouvelle agence. Alors, pour nous il vaut mieux céder sa maison à une entreprise qui paie correctement et régulièrement qu’à un particulier qui a du mal à atteindre les fins du mois. C’est donc cette situation qui oblige les premiers occupants de ces villas à quitter les lieux. Tel est mon cas ».

  • 7 Une enclave résidentielle fermée et isolée de la trame viaire publique par une barrière qui permet (...)

25Cette partie de la population qui avait contribué à l’animation du quartier se retrouve exclue de ce lieu suite à l’envolée des prix de l’immobilier. Pour la population restée sur place, un autre mode de vie s’envisage sous la forme des enclosed neighborhoods7 sud-africains. Elle s’enferme dans des quartiers enclos dont la taille varie de 20 à 50 maisons. À l’origine c’étaient des espaces ouverts, mais les rues qui en permettent l’accès sont fermées par la pose d’une barrière, voire d’un poste de garde pour contrôler les entrées et sorties des piétons et des véhicules à cause des agressions enregistrées depuis l’arrivée et la pratique de nouveaux types de commerces. Au-delà de l’impact physique et économique de la gentrification, celle-ci sous-tend presque inévitablement une confrontation sociale entre les anciens habitants qui se sentent chassés de leur propre quartier et les nouveaux arrivants, parfois étonnés des critiques reçues.

26Quant à la rue du Commerce, elle fait face à un phénomène de déconstruction-restauration-reconstruction. Des immeubles de bureaux et commerces, résidences et boutiques sont restaurés ou réaménagés à l’européenne ou à l’américaine et permettent l’installation de nouvelles activités ayant besoin d’espaces et de luxe. C’est le cas des secteurs de la téléphonie mobile et de l’innovation technologique (Photo 2).

27La globalisation de la rue du Commerce par ces activités revêt une dimension du commerce mondial intensifiée par des relations économiques de dépendance et de domination qu’entretient l’économie moderne de la Côte d’Ivoire avec les pays développés et émergents. En raison de cette nouvelle donne, 180 individus du secteur textile ne pouvant supporter le coût de location, ont délocalisé leur activité dans des quartiers où les loyers sont moins onéreux, ou ont fermé. Cette modernisation de l’espace-rue, loin de permettre une insertion des individus dans l’économie formelle, les déverse plutôt à la rue et vers l’économie souterraine. Ainsi, partout dans la ville et principalement dans les rues concernées par notre analyse, à côté des bureaux et des résidences de luxe se développent des activités commerciales à la sauvette dites informelles. C’est dans ce cadre qu’aux grands carrefours de la ville, aux arrêts d’autobus et sur les trottoirs, la rue essaie de faciliter l’insertion économique de ceux que la mondialisation a laissé pour compte. Ces derniers sont les principaux animateurs du commerce crépusculaire qui se déroule dans un vacarme indescriptible débordant les chaussées et créant du désordre dans l’espace urbain. Pour eux, la rue est souvent perçue comme une ressource, un espace à prendre, qui n’appartient à personne en particulier et à tout le monde virtuellement. Elle est ouvrière et travailleuse le matin, bruyante et s’assoupie progressivement pour être désertée à partir de 21 h 30 (Janin, 2001). Pour les femmes, la rue est un lieu où se concrétise la quête d’indépendance économique et où s’entretiennent les relations. C’est dans ce cadre qu’elles développent des relations furtives lorsque les rues sont désertées dès le crépuscule.

Photo 2 : Un immeuble restauré de la rue du Commerce au Plateau, abritant le siège d’une entreprise de téléphonie mobile à capitaux saoudiens

Photo 2 : Un immeuble restauré de la rue du Commerce au Plateau, abritant le siège d’une entreprise de téléphonie mobile à capitaux saoudiens

Cliché de l’auteur, avril 2008

28Aussi, d’autres acteurs et plus précisément ceux du textile essaient-ils de s’approprier les instruments de la mondialisation. L’une des solutions adoptées par ceux-ci, est d’introduire dans leurs commerces des produits bon marché provenant de la Chine pour garder une clientèle de plus en plus rare. Ainsi, à côté du pagne hollandais et ivoirien de bonne qualité coexiste celui de moindre qualité d’origine chinoise. Nonobstant cette situation, de nombreux commerçants continuent de voir leur chiffre d’affaires s’amenuiser à cause de la mévente de leurs différents produits. C’est le cas de S. F. dont le chiffre d’affaires est passé de 1 milliard de FCFA en 2006 à 400 millions de FCFA en 2007. Pour lui, l’entrée de la Chine dans l’économie-monde, loin de permettre le développement des industries textiles locales, contribue au contraire à anéantir des fleurons de l’industrialisation des États africains. Il évoque avec beaucoup de mélancolie ces années où ses affaires prospéraient : « Avant l’avènement du textile chinois, je disposais de 12 boutiques de pagnes et autres tissus dans cette rue du Commerce, aujourd’hui (janvier 2008), il ne me reste plus que 2 boutiques que j’essaie de faire fonctionner tant bien que mal. J’ai été obligé de mettre fin aux contrats de plusieurs de mes employés que je rencontre souvent dans cette même rue vendre quelques produits de contrefaçons. Sur quatre unités industrielles de textiles installées depuis les années 1980 en Côte d’Ivoire, il n’en reste plus que deux en activité. Et pour combien de temps ? », regrette-t-il.

29En 2008, l’une des entreprises phares, Uniwax Abidjan ne fait plus travailler qu’une petite équipe (450 employés sur un total de 860) et ce, pendant cinq jours sur sept. Le chiffre d’affaires de la société est passé de 45 millions d’euros il y a moins de 10 ans à 15 millions d’euros. À l’origine de cette chute vertigineuse, les produits contrefaits en provenance d’Asie et, dans une faible proportion, du Nigeria. Le faux wax produit dans les usines chinoises débarque aux ports de Tema, au Ghana, ou de Banjul, en Gambie, et transite par le Mali, avant d’arriver en Côte d’Ivoire par Bouaké, d’où il inonde les marchés ivoiriens. Il est vendu environ 6 000 FCFA la pièce (permettant de réaliser six pagnes), soit le quart du prix d’un original Uniwax.

  • 8 Les participants d'une tontine s'engagent à verser une somme prédéterminée à une fréquence donnée. (...)

30Une autre entreprise, Utexci, a tout simplement fermé boutique tandis que Cotivo et Challenger (Gonfreville) ont fortement réduit leur personnel respectivement à hauteur de 70 et 80 %. La filière a perdu environ 6000 emplois directs. Mais pour nous, il serait abusif d’affirmer que la crise des industries textiles en Côte d’Ivoire et des commerces des rues marchandes résulte de la concurrence du textile chinois. Nous pensons que le secteur est agonisant à cause de la fripe, du changement de mentalité de la population jeune en matière vestimentaire et de la porosité des frontières qui fait que des produits contrefaits entrent toujours sur les marchés par des moyens détournés. Les jeunes préfèrent les prêts-à-porter provenant de Chine et de Dubaï contrefaits et d’inspiration européenne et américaine en lieu et place de ceux confectionnés par de nombreux tailleurs et couturiers de la place. L’uniformisation de la mode vestimentaire à l’échelle planétaire est aussi un élément important de la mondialisation. Elle affecte toutes ces personnes greffées à l’industrie textile locale qui se trouvent dans l’obligation soit de recapitaliser leurs affaires soit de s’organiser en réseaux fonctionnant selon des logiques de solidarités ou au contraire de dépendance. Ces relations de sociabilité proviennent de groupements qui se fondent sur une communauté d’intérêts liés à l’exercice de la même profession. Ainsi, des personnes en difficultés, pour maintenir leurs activités, ou dans des cas de maladie, ont été aidées, soit à partir de la pratique du système de tontine8, soit à partir des fonds communs de placement entre les différents acteurs de la rue du Commerce. Ces formes de mutualité ont permis à 240 commerçantes de l’association de vendeuses de pagnes de cette même rue de faire face à la faillite de leurs entreprises. À travers ces formes de mutualisation, on arrive à sauver certaines entreprises de la faillite et à soustraire des familles entières de la rue.

31Au terme de cette analyse, il ressort que la mondialisation a une emprise spatiale, sociale, sociétale, culturelle et économique sur l’ensemble de la ville, la population et la rue. À travers les mutations qu’elle engendre, façonne, elle fait émerger une urbanité globale qui agit sur la manière de construire, d’aménager, de produire l’espace urbain et de l’habiter.

32En d’autres termes, la mondialisation est révélatrice d’un genre nouveau de cadre d’évolution global piloté par les métropoles des pays développés et reçu par les villes africaines par des institutions étatiques néolibérales, mais aussi par les relations professionnelles, le système éducatif, les médias et surtout par le biais du relatif développement des logistiques portuaires, aéroportuaires et de télécommunications qui permettent l’interconnexion entre les différents acteurs mondiaux. . Ces instruments et supports de colonisation planétaire permettent l’interconnexion entre les différentes villes inspiratrices comme réceptrices des retombées de la mondialisation.

33Ce tour d’horizon a présenté les manifestations de la mondialisation à travers deux rues de la métropole ivoirienne (Abidjan) qui sont des espaces publics complexes, supports des réseaux, des pratiques sociales, produits des modes de construction, d’aménagement et de gestion urbaine. Il révèle que la rue des Jardins et la rue du Commerce font face aux effets grandissants du mouvement qui se traduit au niveau spatial par un phénomène de déconstruction-restauration-reconstruction, des mutations qui atteignent les sphères sociales, culturelles, économiques de la ville.

34Ce processus façonne les rues à travers des réseaux sociaux, et produit-il de nouvelles formes de sociabilité, d’échanges marchands et de mécanismes mis en place par la population pour lutter contre l’exclusion et la vulnérabilité sociales. La rue est devenue pour la population un rempart contre l’anéantissement social, elle est régulatrice de l’espace sociosociétal en utilisant les instruments du processus de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE, J.-L., 1990, Logiques métisses, anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris, Payot, 152 p.

CADÈNE, P. (dir.), 2007, La mondialisation ; l’intégration des pays en développement, Paris, Sedes, 221 p.

CÔTE D’IVOIRE, DIRECTION GÉNÉRALE DU COMMERCE EXTÉRIEUR, 2001, Les exportations et importations ivoiriennes, n.p.

CÔTE D’IVOIRE, économie, 2005, « Et pourtant elle tourne », Jeune Afrique l’intelligent, Paris, n° 2337.

DEBARBIEUX, B., 1996, « Le lieu, fragment et symbole du territoire », Espaces et sociétés, n° 82-83, p. 13-33.

GIRAUT, F., 2007, « L’Afrique, un continent et ses territoires en mondialisation », dans P. Cadène (dir.), La mondialisation ; l’intégration des pays en développement, Paris, Sedes, p. 127-140.

HALL, P., 1998, Cities in civilization, New York, Pantheon Books, 1170 p.

HURIOT, J.-M. (dir.), 1998, La ville ou la proximité organisée, Paris, Anthropos-Economica, 238 p.

JACKSON, P., 1999, “Commodity cultures: The traffic in things”, Transactions of the institute of British geographers, Londres, News Series, vol. 24, n° 1 p. 95-108.

JANIN, P., 2001, « Une géographie sociale de la rue africaine, Bouaké Côte d’Ivoire », Paris, Politique africaine, n° 82, p. 177-189.

KASSA, S., 2004, « La fripe, un marché dévastateur pour les industries textiles locales », dans Marché de la friperie, un désastre pour l’industrie locale, Paris, Marchés tropicaux, n° 3077, p. 7-8.

LACOUR, C. et S. PUISSANT (dir.), 1999, La métropolisation. Croissance, diversité, fractures, Paris, Anthropos, Collection Villes, 190 p.

LARSEN, S.-E. et A. BALLEGAARD-PETERSON (dir.), 1998, La rue, espace ouvert, Odense, University Press, 219 p.

LASUR, ENAC-EPFL-CSRS (Abidjan), ENDA (Dakar)-CNH (Nouakchott), 2005, « Urbanisation, espaces publics et gestion urbaine durable en Afrique de l’Ouest : processus d’exclusion et d’intégration sociale à Dakar et à Nouakchott », http://nccr-ns.epfl.ch/autres_rech/pdf/EPA.pdf., 7 p. En ligne [consulté le 16/02/08].

LUSSAULT, M. et J. LEVY, 2003, Dictionnaire de la géographie, de l’espace et de la société, Paris, Belin, 1033 p.

MADORE, F., 2006, Le commentaire de paysage, en géographie humaine, Paris, Armand colin, 270 p.

MORELLE, M., 2006, « La rue dans la ville africaine (Yaoundé, Cameroun et Antananarivo, Madagascar) », Annales de géographie, n° 650, p. 339-361.

NASSA, D., 2005, « Commerce transfrontalier et structuration de l’espace au nord de la Côte-d’Ivoire ». Thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3, 336 p., dir. François BART et Koffi ATTA, non publiée.

PÉROUSE, J.-F., 2007, « Les formes de la mondialisation en Turquie et leurs expressions socio-territoriales », dans P. Cadène (dir.), La mondialisation, l’intégration des pays en développement, Paris, Sedes, p. 141-149.

ROCHEFORT, M., 2000, Le défi urbain dans les pays du Sud, Paris, L’Harmattan, 184 p.

SASSEN, S., 1991, La Ville globale, New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 398 p.

Haut de page

Notes

1 Terme ivoirien pour désigner les vendeurs de la friperie.

2 Terme utilisé par les Ghanéens et Nigérians sur les marchés frontaliers et désignant la fripe.

3 Nom donné à la fripe en milieu rural et qui veut dire "secouer et prendre".

4 Dénomination de la fripe en langue malinké et qui signifie "essayer pour voir".

5 Dénomination de la fripe chez les Akan de Côte d’Ivoire qui signifie, "secouer, remuer et prendre dans le tas".

6 Le prix de la balle de 45 kg se négocie entre 60 000 et 120 000 FCFA.

7 Une enclave résidentielle fermée et isolée de la trame viaire publique par une barrière qui permet de filtrer les voitures et piétons, bien que la zone ne soit pas privée.

8 Les participants d'une tontine s'engagent à verser une somme prédéterminée à une fréquence donnée. Pour chaque tour de versement, un des participants est désigné pour être le bénéficiaire des fonds des autres participants. Deux modes de désignation du bénéficiaire existent : soit il y a un tirage au sort avant chaque versement, soit le tirage au sort est fait une seule fois au début du cycle et les participants bénéficient des versements en fonction du numéro qu'ils ont tiré au sort. Lorsque tous les participants ont été bénéficiaires des fonds une fois, le cycle de la tontine est terminé. À la fin du cycle (quand tous les participants ont déjà reçu les versements) un nouveau cycle est généralement entamé. Pour le premier bénéficiaire, la tontine s'apparente à un crédit. Pour le dernier participant, la tontine s'apparente à une épargne. Le nombre des participants à une tontine est en principe connu au début du cycle. Cependant, d'autres membres peuvent rejoindre la tontine avant que tous les anciens participants aient bénéficié des fonds. Dans ce cas, chaque nouvel arrivant donne son épargne à chacun des anciens participants qui ont déjà perçu les versements. Voir l’article du Monde, sur Internet, du 5 septembre 2007 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tontine_(Afrique), (consulté le 26/04/08).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Matérialité de la mondialisation dans la rue du Commerce
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2 : Matérialité de la mondialisation dans la rue des Jardins
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 3 : Répartition des activités dans la rue des Jardins
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4 : Répartition des activités dans la rue du Commerce
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Photo 1 : Un parterre de produits contrefaits du marché mondial en vente sur le trottoir et devant des commerces de la rue des Jardins à Cocody
Crédits Cliché de l’auteur, avril 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Photo 2 : Un immeuble restauré de la rue du Commerce au Plateau, abritant le siège d’une entreprise de téléphonie mobile à capitaux saoudiens
Crédits Cliché de l’auteur, avril 2008
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dabié Nassa, « Abidjan », Géographie et cultures, 71 | 2009, 73-90.

Référence électronique

Dabié Nassa, « Abidjan », Géographie et cultures [En ligne], 71 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2124 ; DOI : 10.4000/gc.2124

Haut de page

Auteur

Dabié Nassa

Institut de Géographie tropicale
Université de Cocody-Abidjan
dabie@voila.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org