Navigation – Plan du site

Existe-t-il une « morale globale » de la régulation de la rue ?

Réflexions autour de l’hypothèse d’un imaginaire écosanitaire
Does a « global morality » of controlling the streets exist? Reflections on the hypothesis of an ecosanitary imaginary
Michel Parazelli
p. 91-110

Résumés

À partir d’une analyse des enjeux d’appropriation et de régulation de la rue face aux populations marginalisées du Canada et d’ailleurs, l’auteur pose l’hypothèse d’un « imaginaire écosanitaire » guidant les rationalités gestionnaires de l’urbanité de la rue dans un contexte de globalisation des marchés. Les multiples mesures judiciaires répressives ou celles associées aux dispositifs spatiaux ayant des fonctions dissuasives qui se sont déployées dans les espaces publics, seraient légitimées par trois grands champs normatifs tendant à s’imposer comme un ordre moral urbain : l’utilitaire, le sanitaire et le sécuritaire. À partir de l’exemple du centre-ville de Montréal, ces champs normatifs sont présentés autour de quatre pôles de représentations sociospatiales mises en tensions contradictoires : la saleté / propreté ; l’insécurité / sécurité ; l’incivilité / civilité ; et le sauvage / cultivé. L’imaginaire écosanitaire de la régulation de la rue deviendrait ainsi une morale positiviste de l’urbanité en réduisant les questions sociales de marginalisation à des déséquilibres environnementaux soulevant ainsi des inquiétudes sur le plan de la vie démocratique. Cette vision normalisée du monde de la rue servirait aux villes désirant entrer dans le club sélect des villes globales ; notamment à occulter le politique inhérent à cette opération de transformation urbaine que constitue la spatialisation d’une urbanité consommatoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La globalisation est définie par Fayolle (2002, p. 18) comme un processus dominant de la mondialisa (...)

1En quoi la rue serait-elle affectée par la globalisation des marchés ?1Comment une forme urbaine d’abord vouée aux fonctions de mobilité et d’interconnexion de réseaux pourrait-elle avoir à jouer un rôle quelconque dans le développement de la globalisation de l’économie capitaliste ? Mentionnons d’abord que la globalisation des marchés favoriserait la compétitivité territoriale entre les villes métropolitaines où leur centralité sociopolitique constituerait un enjeu stratégique pour le développement spécialisé des avantages économiques (Sassen, 1998, 2002 ; Brenner, 2004). On souligne ici la qualité des infrastructures d’accueil aux nouveaux investisseurs non seulement en ce qui concerne les technologies, les équipements culturels ou les avantages fiscaux, mais aussi la dimension sécuritaire des espaces publics (Ley, 1997). C’est pourquoi l’étude des modes de gestion actuels des lieux publics occupés par les populations marginalisées vivant de la rue peut nous éclairer sur le rôle joué par la globalisation en ce qui concerne nos rapports à la rue. Cette globalisation de l’économie capitaliste, souvent qualifiée de « néolibérale » ou « d’autoritaire » n’affecterait-elle pas nos représentations de l’urbanité par la marchandisation croissante des activités humaines ? Ne soumettrait-elle pas les modes d’usage des espaces publics aux exigences de l’ordre concurrentiel entre les grandes métropoles ? À partir de l’étude des représentations sociales associées aux pratiques gestionnaires de l’espace de la rue au centre-ville de Montréal, je formule l’hypothèse selon laquelle ce type d’ordre marchand tendrait à dévaloriser le potentiel transitionnel de la rue (en référant au concept de Winnicott, 1975) de façon à renforcer sa fonction de transition des activités économiques entre les occupations ; incorporant ainsi davantage la rue au marché. Et que pour ce faire, cet ordre marchand a besoin de recourir à un ordre sociosymbolique (l’imaginaire écosanitaire) pour en légitimer l’institutionnalisation. Cet article vise donc à développer cette hypothèse de départ et à rendre plus explicites « […] des codes émis par un groupe dominant [qui] vont s’élaborer et s’édifier comme les codes référentiels du comportement admissible en ville, le “savoir vivre” urbain : l’urbanité […] » (Pizzorni, 1997, p. 221).

2À partir de l’exemple montréalais, mon propos vise à cerner les contours d’un imaginaire collectif qui tendrait à se retrouver au sein des administrations des grandes villes en voie de globalisation. Il vise non pas à pondérer de façon « interactionniste » les rapports de force à l’œuvre dans ce processus de globalisation, mais à rendre visible une structure de représentations sociales qui tend à constituer l’un de ces rapports de force envers les populations marginalisées. Ainsi, seront laissés en suspens les aspects associés à la formation des réseaux globalisés de résistance face à cet imaginaire néolibéral de la gestion urbaine. Quatre éléments ponctueront la structure de ce texte à commencer avec une description du contexte empirique relatif aux pratiques de gestion urbaine de la rue qui ont cours depuis une dizaine d’années à Montréal. Suivra un commentaire théorique sur le potentiel d’urbanité de la rue, pour ensuite aborder des éléments d’une morale spatiale de l’imaginaire écosanitaire auprès des gestionnaires urbains montréalais. Et enfin, terminer par un survol des pratiques gestionnaires des populations marginalisées dans d’autres pays.

Montréal : ville festive, viles marginalités

  • 2 Ce quartier est délimité par un quadrilatère formé des rues Sherbrooke et Ste-Catherine pour l’axe (...)

3Dans un article traitant de l’imaginaire urbain de Montréal, Bélanger (2005) retrace historiquement l’évolution des représentations sociales associées au Faubourg St-Laurent, lieu attractif des marges sociales québécoises. Elle mentionne qu’entre 1790 et 1930 cette ville portuaire située au carrefour de l’Est du Canada et des villes américaines a construit sa réputation de « Mecque du spectacle et du divertissement » (Bélanger, 2005, p. 19). Ouverte aux courants artistiques et musicaux en émergence (jazz, burlesque, etc.) au début du XXe siècle, Montréal était qualifiée de « Paris de l’Amérique du Nord », ou d’« oasis de plaisirs » (Ibidem, 2005, p. 20). Plus précisément c’était le secteur est du centre-ville appelé Faubourg St-Laurent2, lieu d’accueil des immigrants, qui en constituait le foyer par ses activités nocturnes intenses, son quartier latin et son attractivité pour le monde interlope notamment. Outre les bordels manifestant la présence d’un red light district, de nombreux cabarets, clubs, théâtres, lieux de jeux illégaux s’y retrouvaient jusqu’aux années d’après-guerre où débuta une « croisade de moralité publique » (Ibidem, 2005, p. 21), début des opérations de « nettoyage » qui se prolongeront jusqu’à la fin des années 1980 et ponctueront certains épisodes plus contemporains. Ainsi, l’entrée du Québec dans la modernité (années 1960) a transformé l’imaginaire urbain de ce secteur pour le rendre conforme aux impératifs des échanges économiques des villes internationales. Laissés dans un état de délabrement et d’abandon, plusieurs secteurs de l’ancien Faubourg St-Laurent furent considérés comme un désert socio-économique ponctué de terrains vacants et occupés par les réseaux de vente de drogues ainsi que par des personnes marginalisées telles que les jeunes de la rue, les itinérants et les prostitués.

  • 3 Dans un article de La Presse de 2006, on soulignait que "depuis 2000, le centre-ville s'embourgeois (...)

4C’est en 1990 qu’un architecte, Melvin Charney, produisit un rapport pour la Ville de Montréal afin de faire renaître le « Faubourg St-Laurent » (Charney, 1990) en s’inspirant du New Urbanism, approche urbanistique visant à concilier écologie patrimoniale et modernisation (Katz, 1994). Le Faubourg St-Laurent sera progressivement vidé de ses « adhésions vernaculaires » (Bélanger, 2005, p. 23) pour être investi sur le plan narratif de la dimension spectaculaire : « Au nettoyage moral et physique correspond un nettoyage narratif : on s’efforce de représenter le Faubourg comme un lieu, certes toujours festif, mais désormais décent, moral et sécuritaire » (Ibidem, 2005, p. 23). Sauf qu’il faudra attendre la fin des années 1990 pour que Montréal active son plan d’urbanisme et de revitalisation du centre-ville. Des chantiers de construction d’habitation résidentielle (condominiums) ainsi que des projets d’aménagement de parcs et de places ont été entrepris de façon à spatialiser l’imaginaire associé au spectaculaire (dont le quartier des spectacles) ou à la culture selon les groupes de promoteurs mis en concurrence pour les investissements3. Selon Gibson (2005, p. 175), cette façon de voir évoluer le contexte urbain de Montréal rencontrerait bien le regard critique inspiré par « La société du spectacle » de Debord (1996).

5Rappelons que l’affaiblissement politique et économique des États-Nations rendrait particulièrement stratégique l’espace local des grandes villes pour la croissance économique dont le développement des marchés de consommation (Sassen, 2002). À ce sujet, Brenner et Theodore (2002) précisent qu’à la fin des années 1990, les politiques urbaines sont conçues pour mobiliser des ressources endogènes au territoire, et favoriser l’éclosion de projets visant à renforcer la compétitivité territoriale. La globalisation néolibérale de l’économie entraînerait donc les grandes villes telles que Montréal dans une course concurrentielle pour acquérir une position enviable sur le marché international.

6C’est au niveau des villes que doivent se développer des conditions favorables à un investissement des acteurs privés dans le développement urbain. Ce qui ne va pas sans contradiction. Parallèlement, la ville doit gérer les problèmes associés à la présence des populations marginalisées qui marquent l’espace urbain de signes de décadence et d’échec social aux yeux des investisseurs et d’autres acteurs publics. Le fait de financer des ressources d’hébergement pour sans-abri ou des projets d’intervention contribue en quelque sorte à conserver un ancrage dans la réalité sociale que l’on veut par ailleurs transformer en scène festive :

« La réhabilitation et la réappropriation de l’imaginaire montréalais autour du divertissement et du spectacle nocturne trahissent une volonté de promotion. Une telle démarche comporte cependant une contradiction interne : on doit à la fois préserver l’ancien et en faire du neuf. Les récits qui sont sortis de la réhabilitation ont donc été des compromis » (Bélanger, 2005, p. 27).

7L’émergence d’une industrie spectaculaire du divertissement à Montréal se serait donc appuyée sur les significations symboliques de cet héritage vernaculaire sans pour autant s’enraciner dans le milieu, sauf sous le mode de la nostalgie d’une vie de quartier disparue.

  • 4 Mentionnons à ce sujet l’adoption en 2004 des Safe Street Acts dans les villes de Vancouver et de T (...)

8C’est d’ailleurs depuis la dernière moitié des années 1990 que les populations marginalisées furent l’objet de nombreuses mesures de répression non seulement à Montréal mais aussi dans les autres grandes villes du Canada4. Les recherches traitant des jeunes de la rue et des sans-abri à Montréal révèlent un recours accru à des dispositifs sociospatiaux et à des pratiques de judiciarisation pour évacuer, expulser ou disperser les populations marginalisées vivant de la rue au sein des espaces publics et semi-publics (aménagement d’espaces vacants, interdiction de mendier, surveillance policière accrue, distribution zélée de contraventions, caméras de surveillance, etc.) (Sylvestre, 2007 ; Laberge, Poirier et Charest, 1998 ; Landreville et al, 1998). Les résultats de la recherche de Bellot (Bellot et al, 2005) à propos de la judiciarisation des populations itinérantes de Montréal révèlent un mode de gestion des populations marginalisées qui tend à se généraliser dans d’autres villes nord-américaines à l’instar de New York (Roché, 2002, p. 19). Selon les auteurs de ce rapport, les constats d’infraction ont quadruplé entre 1994 et 2004. C’est la prison qui fut le principal recours de ces populations pour payer leur dette de contraventions impayées.

9Dans un document présentant sa plate-forme de revendications, le Réseau solidarité itinérance du Québec (RSIQ, 2006) rappelle que l’interdiction d’accès à l’espace public aggrave le sort des personnes itinérantes. Des approches telles que la tolérance zéro ou le phénomène « pas-dans-ma-cour » (Gaudreau, 2005) tendent à influencer grandement l’orientation des modes de gestion des autorités municipales souvent axés sur la prévention et la répression des incivilités. Toutefois, ces approches font face à des résistances de la part des groupes sociaux défendant les intérêts des populations marginalisées. On le voit bien dans le dossier de la fermeture des parcs du centre-ville de Montréal entre minuit et 6h00 sous peine de contravention pour les itinérants qui oseraient y dormir (Côté, 2006, p. A-14). Tout récemment, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse a publié un rapport qui qualifie de « profilage social » les opérations policières de distribution des contraventions aux personnes itinérantes et aux jeunes de la rue (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2009).

10Ces mesures d’évacuation des espaces publics illustrent bien l’idée de Mitchell (1997, p. 305-311 ; 1998) qui désigne ces lois « d’anti-itinérance » après avoir analysé ce type de pratiques aux États-Unis. Il avance que ces mesures cherchent à criminaliser la survie même de ces personnes et à faire disparaître les itinérants en les rendant « invisibles ». Bref, le contexte de revitalisation des centres des grandes villes nord-américaines n’est pas étranger à ces modes de gestion de l’espace public (Smith, 2002, p. 442 ; Mercier, Morin et Parazelli, 1999) et la rue comme espace public y jouerait un rôle stratégique.

Le potentiel d’urbanité de la rue

11D’un point de vue urbanistique, la forme urbaine de la rue occupe une position géosociale stratégique parmi les autres formes urbaines étant donné sa structure réticulaire rendant possibles les connexions entre les divers lieux et les pratiques des citadins. Elle se présente comme une interface entre l’intériorité et l’extériorité devenant ainsi une catégorie fondamentale des espaces communs (Gourdon, 2001 ; Larsen, 1997) favorisant des contextes d’interactions interinstitutionnelles (Parazelli, Colombo et Tardif, 2007). Politiquement, la configuration et la régulation de ces espaces communs dépassent donc les simples enjeux d’opérationnalité des diverses modalités de transports, en affectant les pratiques collectives de socialisation et de négociation. Sociologiquement définie comme un espace public, la rue est ainsi considérée comme une forme urbaine exemplaire de l’urbanité en tant que lieu de civilité, de mise en scène de la société civile, et ouvert à tous sans discrimination (Ghorra-Gobin, 2000). Rappelons que l’idée d’urbanité tend à rendre compte des possibilités de coexistence des différences en ville où vivre ensemble renvoie aux modalités du droit à la ville pour tous les citoyens. Aussi idéalisée soit-elle, cette conception démocratique de la vie urbaine collective ne doit pas nous distraire des enjeux conflictuels qui existent entre des groupes sociaux qui n’exercent pas leur droit à la ville de la même façon étant donné l’hétérogénéité des conditions d’existence, des aspirations identitaires d’appropriation de l’espace, et des relations de pouvoir. À ce titre, l’analyse des enjeux d’appropriation et de régulation de l’espace de la rue face aux populations marginalisées (itinérants, prostitués, jeunes de la rue, mendiants, etc.), peut rendre visibles des transformations de l’urbanité de la rue par les pratiques associées à la globalisation des marchés.

  • 5 Ces acteurs urbains renvoient à plusieurs catégories d’emplois qui ont une influence concrète sur l (...)

12L’individu ne peut exister en dehors des lieux, même lorsqu’il est de passage. Hubert (1993, p. 192) avance que « Tout événement d’origine humaine est localisé ; il s’inscrit dans différentes topologies définissant des types de rapports de positions et conditionnant les relations avec les autres événements produits antérieurement ou simultanément ». Ainsi, importe-t-il de mieux comprendre comment les lieux participent à structurer notre existence individuelle et sociale. Pour s’identifier, l’individu est « […] à l’affût de tout ce qui peut constituer un support à des projections dans la réalité externe » (Mendel, 1977, p. 252). Et, selon le degré d’attractivité des lieux, ce processus d’identification permettrait à l’individu non seulement de se localiser au sein d’un réseau de lieux, mais aussi d’affirmer une place sociale revendiquée, de manifester son indifférence ou d’en subir l’assignation. En ce qui concerne les enjeux sociopolitiques entourant l’appropriation de l’espace, on peut comprendre qu’une « topologie des places » résulte du rapport de force entourant les enjeux d’appropriation spatiale et de contrôle des règles de l’imaginaire sociosymbolique qui fondent le processus identitaire à l’aide des prégnances attractives et répulsives des lieux. Contrairement au sens commun, on ne créerait pas des espaces stricto sensu, on s’y positionnerait. Ainsi, la connaissance des imaginaires collectifs des groupes d’acteurs représenterait une clé de compréhension des conflits d’appropriation de l’espace en lien avec la gestion de l’urbanité de la rue. Voyons maintenant quelles sont les représentations sociales des acteurs impliqués dans la gestion urbaine montréalaise5 concernant la présence des jeunes de la rue dans les lieux publics.

Une morale spatiale de l’imaginaire écosanitaire ?

13Afin de mieux comprendre les fondements idéologiques de cette tendance à réguler la rue en faisant « disparaître » les « irritants sociaux » du développement urbain, j’ai repris l’idée de « morale spatiale » appelée ainsi par Korosec-Serfaty (1991, p. 241) pour rendre compte des jugements énoncés sur les lieux de la rue par les gestionnaires urbains montréalais. Constitués par un ensemble de règles prescriptives de la conduite, les jugements moraux reposent sur des visions du monde inscrites dans une société donnée et à une certaine époque. C’est pourquoi, il est nécessaire de repérer les représentations sociales qui alimentent ces jugements à travers ce que Giust-Desprairies (2003) appelle les « imaginaires collectifs ». Cette auteure définit l’imaginaire collectif comme « un système d’interprétations destiné à produire du sens. Sens que le groupe donne à la réalité pour, en même temps, se signifier lui-même dans la mesure où la perception de la réalité est simultanément une perception d’existence » (Giust-Desprairies, 2003, p. 121 et 180). Elle ajoute que l’imaginaire collectif représente une illusion partagée dans le sens que celui-ci serait un « référent nécessaire au point de se confondre avec la réalité elle-même » et acquerrait ainsi un statut d’objectivité.

  • 6 Ce projet de recherche est subventionné par le gouvernement canadien (CRSH) sur trois ans (2007-201 (...)

14Sur le plan méthodologique, trois démarches de recherche sont mises à contribution pour les besoins de cet article. Notons d’abord les résultats de ma thèse de doctorat (Parazelli, 2002) en ce qui concerne les pratiques gestionnaires de certains groupes d’intervenants (24 entrevues qualitatives ont été réalisées auprès des répondants issus des catégories suivantes : élus municipaux, fonctionnaires, aménageurs, urbanistes, policiers, travailleurs sociaux, commerçants, associations d’affaires, etc.). Bien que cette recherche date de plus de dix ans, les résultats constituent le point de départ de mon hypothèse d’un imaginaire écosanitaire en ce qui concerne la gestion des jeunes de la rue localisés au Faubourg St-Laurent de 1985 à 1995. Une seconde démarche qui est en cours depuis 2008 consiste à en prolonger l’analyse par un examen systématique des articles de journaux francophones écrits traitant des populations marginalisées dans les lieux publics à Montréal. Il s’agit de repérer les représentations sociospatiales des discours associés aux modes de gestion urbaine des espaces publics pour la période de 1985 à 2008. Ceci m’a permis de dégager certaines constantes et de mieux étayer l’hypothèse initiale d’un imaginaire écosanitaire à partir duquel les acteurs impliqués dans la gestion urbaine des espaces publics légitiment l’adoption de certaines pratiques de régulation de la rue. De plus, mentionnons la poursuite de cette analyse dans un projet de recherche aussi en cours visant à comparer deux épisodes précis impliquant des populations marginalisées entre Paris et Montréal afin de mieux comprendre les tenants et aboutissants des rationnels qui ont justifié l’adoption des mesures d’intervention6. Au total, une cinquantaine d’entrevues seront réalisées auprès de l’ensemble des acteurs pouvant être impliqués dans la gouvernance des espaces publics face aux populations marginalisées, en 2006, en ce qui a trait à la distribution des tentes aux SDF par Les enfants de Don Quichotte pour Paris (Greilsamer, 2006), et pour Montréal, à la fermeture des parcs de Montréal la nuit (Côté, 2006a) et l’interdiction d’accès aux chiens dans certains parcs du centre-ville habituellement occupés par des jeunes de la rue.

15Le constat est le suivant : la plupart des gestionnaires urbains des espaces publics face aux personnes marginalisées adoptent un discours économique teinté d’écologisme lié aux nécessités adaptatives de la revitalisation urbaine et ce, à partir de trois grands champs normatifs légitimant un ordre urbain : l’utilitaire, le sanitaire et le sécuritaire. Ces trois champs normatifs tendraient à valoriser des comportements diffusant des images de prospérité, de propreté et d’harmonie sociale ; s’opposant ainsi aux prégnances de décadence urbaine, de souillure et de menace potentielle de désordre que les populations marginalisées du secteur diffuseraient par leur simple présence. C’est pourquoi, le sentiment d’insécurité, les comportements ne respectant pas les normes dominantes de salubrité et les incivilités sont appréhendés comme autant de menaces à l’équilibre systémique d’une urbanité qui se veut économiquement « saine ». Par l’instauration de dispositifs sociospatiaux visant la régulation des nuisances urbaines, les gestionnaires spatialiseraient un imaginaire préventif et répressif se substituant aux autres imaginaires plus démocratiques face au monde de la rue.

  • 7 Pour prendre connaissance d’une analyse semblable, voir l’article de Séchet (2006) à propos de l’im (...)

16Au-delà de la diversité des formes d’exercice du pouvoir de répression urbaine, l’imaginaire des gestionnaires tendrait à être structuré par des projections subjectives imprégnées de l’idéologie positiviste de l’écologie urbaine datant du début du xxe siècle. L’imaginaire écosanitaire montre la revitalisation urbaine et les problèmes qui peuvent lui être associés comme relevant d’un milieu naturel ou de processus naturels. J’ai décliné ces modes de relations en quatre pôles de projections subjectives. Le premier correspond au premier pôle contradictoire propreté / saleté, le deuxième à celui de l’insécurité / sécurité, le troisième renvoyant aux incivilités / civilités et le quatrième à ce qui touche au sauvage / cultivé. Cette catégorisation vise à mettre en évidence une structure de relations sociosymboliques possédant une cohérence interne qui permet de légitimer un certain nombre d’actions répressives auprès des jeunes de la rue, des prostituées et des personnes itinérantes, ou de leurs traces7.

17En ce qui concerne le pôle propreté / saleté, il renvoie au sentiment d’insalubrité que les personnes vivant de la rue susciteraient sur le plan des normes urbaines ambiantes. Qu’il s’agisse de l’allure vestimentaire, de l’odeur qui se dégage parfois en les croisant ou des traces de leur passage (graffitis, boîte de carton usagée servant d’abri, détritus laissés sur place, seringues usagées, etc.), c’est la crainte d’une contamination réelle et symbolique dont il est question ici. L’expression « nettoyage » dans le sens de « nettoyer le secteur de ces nuisances publiques » est d’ailleurs le terme qui cristallise le sens de ce pôle où l’appel à la propreté exige des mesures de régulation urbaine. Par exemple, les actions suivantes s’inscriraient bien dans cette perspective : la fermeture des parcs la nuit en 2006, l’interdit d’accès aux chiens à certains parcs fréquentés par des jeunes de la rue en 2007, l’instauration de contraventions pour la malpropreté des façades de commerces, le nettoyage des graffitis, ou encore l’installation de lumière bleue dans les toilettes d’un restaurant pour dissuader les usagers de drogues par voie intraveineuse. À la suite d’un article d’une journaliste sur le caractère répressif de la fermeture des parcs et de l’interdiction des chiens, certains lecteurs lui ont demandé sur quelle planète elle vivait pour avoir été scandalisée par ces mesures visant les itinérants et les jeunes de la rue. La journaliste a répondu de la façon suivante :

« On traite du problème des jeunes de la rue comme s’il était de même nature que celui des poubelles qui débordent et des détritus qui traînent. Comme s’il suffisait de faire le ménage, de balayer un peu et hop ! Tout est réglé. Affaire classée. Planète libérée. La belle illusion » (Elkouri, 2007, p. A-7).

18Quant au deuxième pôle relatif à l’insécurité / sécurité, certains intervenants invoquent le syndrome de la vitre brisée (Broken Windows) tel que conçu par Kelling et Wilson (1982) qui consiste à établir un lien de causalité naturelle entre le laisser-aller des autorités lorsqu’il y a un début de dégradation physique des lieux, l’augmentation de signes de dégradation et le développement du sentiment d’insécurité des individus (spirale de la décomposition par propagation). C’est le sentiment d’instabilité, émanant de la détérioration physique des lieux et de l’incapacité des habitants à faire respecter des règles de « bon voisinage », qui ouvrirait la porte à la délinquance. L’état détérioré d’un quartier lancerait le message qu’il n’y a pas de lois, d’où le début d’une spirale menant à une délinquance plus grave. D’ailleurs, pour expliquer la présence des personnes itinérantes et des jeunes de la rue dans le secteur, les intervenants invoquent tous la présence de terrains vacants ou de graffitis dans une perspective naturaliste des pratiques spatiales de sociabilité. Certains intervenants ont invoqué la propension à vandaliser les équipements et les propriétés privées en présence d’édifices désaffectés ou à donner libre cours à leur agressivité. Toutefois, Harcourt (2005) nous met en garde sur le fait que cette théorie crée plutôt une illusion d’ordre, réduit les libertés individuelles et stigmatise les populations. Malgré cette critique, l’imaginaire écosanitaire est tellement prégnant que cette rationalité préthéorique devient en fait ce que Korosec-Serfaty (1991, p. 241) a appelé une « morale spatiale » qui guide notre jugement sur la valeur sociale des lieux :

« Nous nous complaisons à penser qu’il existe une sorte de morale spatiale, qui se résume à une adéquation entre gens et lieux. Dans une vision de la ville où les beautiful people fréquentent les lieux urbains estimés, les lieux sinistres sont habités par des gens louches. Et si les marginaux occupent les terrains vagues, c’est qu’il y a bien adéquation entre les restes sociaux que les premiers représentent et le reste spatial que sont les seconds ».

19Aussi, les moyens d’action préconisés par certains intervenants constituent la solution logique de cette rationalité : construire, rénover et surveiller notamment à l’aide de caméras. L’objectif de ces actions vise à conjurer cet effet d’entraînement pendant qu’on transforme les lieux à l’aide de nouveaux immeubles et en rénovant le cadre bâti ancien.

20Le troisième pôle incivilité / civilité renvoie au sentiment de vulnérabilité que la présence des personnes vivant de la rue peut faire naître ; bref, à tout ce qui concerne les comportements transgressifs de la civilité urbaine (violence verbale, dégradation d’équipements, tags et graffitis, cris, etc.). Ici, une association naturelle est établie entre les espaces interstitiels et la présence d’incivilités. Ces lieux auraient une fonction indéterminée ou non suffisamment déterminée, de sorte que d’autres fonctions puissent s’y enraciner et déranger les passants, les résidents ou les commerçants. Ici, la logique consiste à dissuader les jeunes de la rue et autres personnes marginalisées de trop « polluer » de leur présence et de leurs signes l’espace public ou indéterminé du secteur. Certains architectes vont d’ailleurs concevoir des places publiques en fonction d’une plus grande déambulation des piétons de façon à décourager le stationnement et la fixation des personnes itinérantes sur les lieux.

  • 8 Il s’agit d’une place publique situées dans le Faubourg St-Laurent qui était très fréquentée par le (...)
  • 9 Il s’agit de l’abri de l’une des stations de métro donnant accès au nœud du réseau situé dans le Fa (...)

21Quant au quatrième pôle sauvage / cultivé, il réfère spécifiquement à la gestion des risques de voir se développer d’autres ordres de pratiques urbaines que celles autorisées par la réglementation municipale et l’univers de la consommation. Ici, c’est le sentiment d’envahissement qui est éveillé par la présence des populations marginalisées de la rue. C’est comme si « la poussière attirait la poussière », ou encore comme s’il y avait une loi écologique distribuant naturellement les jeunes de la rue et les itinérants dans les lieux vacants, désaffectés, mal éclairés, sales et repoussants. Bref, selon cet imaginaire social, ces lieux constitueraient « leur milieu naturel », un peu comme des plantes pionnières colonisant un terrain laissé à l’abandon. L’écologie ne nous enseigne-t-elle pas que ce sont toujours les mêmes végétaux, des vivaces communément appelées des mauvaises herbes, qui viennent s’y enraciner en premier ? Il serait donc normal que ces lieux les attirent tant. Non seulement seraient-ils attirés naturellement par ces lieux, mais ils seraient aussi portés à étendre leur territoire en accélérant le processus de détérioration propice à leur établissement et leur développement. Autrement dit, ils menaceraient le développement des autres citoyens et accéléreraient ainsi la dynamique entropique de la dévitalisation. D’ailleurs, dans certains médias, ne parle-t-on pas d’eux comme d’une « faune » sauvage qu’il faut domestiquer en les contenant au square Berri8 afin d’éviter d’autres « migrations » nuisibles (Roy, 1995) ? Il s’agit ici d’équilibrer le niveau d’invasion de cette population avec des mesures telles que la programmation de pièces d’opéra dans les haut-parleurs de l’édicule du métro Berri9. Cette façon de faire renvoie aussi à l’utilisation par la mairie d’Argenteuil en France d’un répulsif nauséabond appelé Malodore pour déloger les SDF du centre-ville (Lehousse, 2007).

22Les termes dégénérescence, dévitalisation, malpropreté, dégradation, abandon, érosion, dévastation, nuisance, irritant, etc. reflètent bien cet imaginaire écosanitaire qui devient très commode étant donné l’engouement actuel pour les valeurs écologiques. Même le terme revitalisation témoigne de la prégnance de cette imaginaire écosanitaire : redonner une vie saine au cœur de la ville !

Vers une gestion globalisée des « rebuts humains » ?

23Lorsque nous explorons la littérature scientifique et les médias écrits en ce qui concerne les pratiques de gestion à l’échelle internationale, nous observons une tendance à la standardisation des pratiques de gestion des espaces publics. Assisterait-on à un durcissement de la répression face aux populations marginalisées en adoptant une logique gestionnaire qualifiée « d’aseptisation de l’espace » par Amster (2003) ? Celui-ci s’interroge sur ce type de violence légalisée étant donné le repli de ces personnes dans des lieux encore plus précaires. Relevons quelques études de cas qui pourraient illustrer des pratiques associées à l’un ou l’autre des pôles de représentations sociales de l’imaginaire écosanitaire.

24Dans un article traitant de la gestion urbaine de l’espace public au centre-ville de Portland, Lees (2003) mentionne que dans le contexte de revitalisation, des mesures ont été prises afin de dissuader les jeunes d’occuper l’espace public, telles que l’enlèvement des bancs, de la musique classique d’ambiance et un plan de piétonisation visant à augmenter la mobilité là où les jeunes occupaient les lieux. L’auteur mentionne que, tout en faisant la promotion de la diversité dans l’espace public, les pouvoirs publics favorisent la promotion des contrôles sociaux qui limitent cette diversité. Un autre auteur, Smithsimon (2008) a étudié la mesure appelée bonus plaza adoptée par la ville de New York et qui consiste en un accord entre la Municipalité et les développeurs de buildings pour aménager un espace public au pied de l’immeuble. À partir d’entretiens avec des architectes notamment, il constate que le design de ces espaces est conçu pour dissuader les passants de s’y arrêter. Ils mettraient donc en place des stratégies antipublic public space (Ibidem, 2008, p. 345). On retrouve les mêmes interrogations à Paris en ce qui concerne la tendance à privatiser l’espace public en recourant à la sécurité privée pour « fluidifier » la présence des sans-abri (Thomas, 2005, p. 54) ou « nettoyer » l’espace public des comportements incivils comme l’expriment Gardella et Le Méner (2005).

25Du côté de Mexico, Crossa (2009) analyse le type de gouvernance urbaine que la ville de Mexico a adopté et qui vise à aménager les espaces publics du centre-ville de façon à attirer investisseurs et touristes. L’auteure donne l’exemple du Programma de Rescate dont le but est d’embellir et de revitaliser le centre-ville historique de Mexico, mais aussi d’interdire l’accès des vendeurs ambulants à la grande place publique, le Zócalo au cœur de son centre historique en 2007 (Morissette, 2007). Crossa (2009, p. 44) qualifie ce type de gouvernance urbaine de « villes entrepreneuriales ». Cet enjeu de la visibilité/invisibilité des populations s’appropriant la rue pour vivre, est aussi au cœur des débats en France depuis plus de dix ans, qu’il s’agisse des arrêtés antimendicité, antibivouac, dans les gares ou sur les bords de la Seine (Zeneidi-Henry, 2005 ; Hatzfeld, 2005 ; Zeneidi-Henry, 2002, p. 226-231 ; Damon, 1996). En 2007, la ville de Genève a adopté une mesure semblable pour interdire la mendicité sur son territoire (Bach, 2007). Atkinson (2003) qui a étudié les politiques de l’espace public britanniques utilise l’expression « revanchist urbanism » pour définir le sens des politiques de sécurisation et de propreté nécessaires pour être en phase avec les nouvelles stratégies mondiales de compétition urbaine (tolérance zéro, lois antimendicité, antialcool, antilaveurs de rue). Selon lui, ces politiques légitimeraient l’exclusion des minorités et des indésirables, bref de ceux qui ne consomment pas. Pour qualifier l’importance du développement de ces nouvelles pratiques autant en Amérique qu’en Europe, le terme de « nouvelle pénologie » axée sur la « prévention situationnelle » est maintenant utilisé en criminologie (Rea, 2007 ; Delannoy-Brabant, 2008). Si d’autres exemples similaires peuvent être évoqués, une investigation plus étendue hors des pays occidentaux serait nécessaire pour conclure à une gestion globalisée des espaces publics.

26Il demeure que cette logique essentiellement utilitaire et comptable de la gestion des marges sociales ne prendrait pas en compte l’historicité des pratiques spatiales de socialisation marginalisée où des significations symboliques sont investies dans des lieux publics tels que la rue en tant que place sociale signifiante et non seulement anomique (Parazelli, 2004). Rappelons que l’appropriation de l’espace peut contribuer à la construction de l’identité même si celle-ci est associée à la marge sociale (Parazelli, 2002). Le sociologue et philosophe Bauman (2006) pousse plus loin la logique sociale qui serait à l’œuvre dans ce travail d’« invisibilisation » des populations marginalisées de la rue, en recourant à la catégorie de « rebut humain » pour qualifier le mode de relation symbolique aux personnes qui ne participent pas au processus de production économique :

« La globalisation est devenue la troisième – et actuellement la plus prolifique et la moins contrôlée – des »chaînes de production« de rebut humain ou d’êtres humains rejetés (Ibid, 2006, p. 19). Nous nous débarrassons des restes de la manière la plus efficace et la plus radicale qui soit : nous les rendons invisibles en n’y pensant pas. » (Ibid, 2006, p. 55).

27Au-delà du scandale éthique que cela implique, en les considérant comme des rebuts humains, à recycler ou non, on poursuivrait ainsi le processus de relégation dans des lieux désinvestis et encore plus précaires sur le plan psychosocial. C’est pourquoi des actions de résistance sont relevées ici et là de la part des personnes marginalisées et du monde associatif.

Conclusion : occultation du politique et détournement de l’urbanité démocratique

28La résurgence de l’idéologie écosanitaire de l’écologie urbaine du début du XXe siècle prend tout son sens si l’on observe comment le néolibéralisme tend aussi à se globaliser à partir d’une morale positiviste de l’échange économique naturalisé. Si autrefois, la ville était considérée comme un métabolisme vivant sécrétant de façon naturelle ses classes dangereuses et ses inégalités sociales, aujourd’hui, elle est devenue un écosystème régi par des lois d’équilibre homéostatique. C’est selon l’image forte de la ville comme « écosystème fragile » que l’on justifie le recours à des mesures assurant la sécurité, la civilité, la propreté et le développement de la culture du marché par un travail moral de régulation des déséquilibres environnementaux de la vie urbaine.

29La gestion écosanitaire de l’urbanité de la rue ne fait pas que fragiliser les populations marginalisées en déstabilisant leurs lieux d’appartenance, elle transformerait les droits en besoins et les inégalités sociales en déterminants de la santé ou en comportements à risque. En effet, cet imaginaire collectif de la gestion urbaine instituerait en quelque sorte la naturalisation des rapports sociaux en évacuant la dimension politique du droit à la ville et en substituant des lois écologiques aux relations de pouvoir. De plus, cet imaginaire tendrait à traiter la personne comme un moyen pour améliorer la revitalisation et non comme une fin ; et à ne pas reconnaître aux populations vivant de la rue le droit de s’exprimer. C’est ainsi que le maire de l’arrondissement Ville-Marie (centre-ville de Montréal) dit souhaiter que les associations et autres organismes de soutien aux populations itinérantes soient décentralisés hors des centres-villes. « Il a ainsi dit vouloir sortir ces personnes d’un milieu ‛malsain’«  (Shields, 2008).

30Pourtant, nous savons que les différences d’investissement dans l’espace instaurent des relations de positions et des conflits d’appropriation pour obtenir, conserver ou élargir une position. Il n’y a rien de naturel sur cet échiquier politique ; les normes, les idéologies et les relations de pouvoir structurant davantage ce type d’établissement humain qu’est la ville. La rue jouerait ici un rôle stratégique de catalyseur dans ces rapports de force en étant un espace commun de socialisation potentiel (un dispositif sociospatial de liaison-déliaison). Ce n’est pas tant la rue en tant que telle qui se transformerait en marchandise, qu’un certain type d’urbanité qui pourrait s’y déployer. L’urbanité serait un produit à repositionner sur le marché globalisé. Ainsi, les tourismes d’affaire, culturel et social sont recherchés en rendant la rue attractive pour la consommation d’ambiance et pour l’ambiance consommatoire. Bref, dans la perspective néolibérale de la ville globale, les principales rues ou places commerciales doivent devenir des vitrines animées (visibilité), des lieux d’agrément, respirant la prospérité, la convivialité et le plaisir euphorique de déambuler à l’image du modèle des lieux touristiques. Le citadin deviendrait un visiteur-client de sa propre ville par exemple. C’est pourquoi, le produit doit être en bon état, c’est-à-dire neuf et spectaculaire. « Sécuriser, c’est protéger le spectateur contre toute manifestation remettant en cause la communion hédoniste et consumériste » (Garnier, 2008, p. 76).

31La rue ainsi réduite à un auxiliaire du marché, à un « lieu où se juxtaposent des fonctions spécifiques » (Gourdon, 2001, p. 240), ne pourra plus assurer son rôle de « médium » (Ghorra-Gobin, 2000) en tant qu’espace commun propice aux échanges et aux usages multiples. Sans ce potentiel transitionnel, la rue risque fort de ne devenir qu’une accumulation d’éléments décoratifs favorisant la « déréalisation » du vivre ensemble, comme on peut déjà le constater dans certaines rues muséifiées pour le seul regard des touristes.

Haut de page

Bibliographie

AMSTER, R., 2003, « Patterns of exclusion: Sanitizing space, criminalizing homelessness », Social Justice, vol. 30, n° 1, p. 195-221.

ATKINSON, R., 2003, « Domestication by cappuccino or a revenge on urban space? Control and empowerment in management of public spaces », Urban studies, vol. 40, n° 9, p. 1829-1843.

BACH, P., 2007, « La droite exclut les pauvres à défaut d’exclure la pauvreté », Le Courrier, 30 novembre.

BAUMAN, Z., 2006, Vies perdues. La modernité et ses exclus, Paris, Manuels Payot.

BÉLANGER, A., 2005, « Montréal vernaculaire / Montréal spectaculaire : une dialectique de l’imaginaire urbain », Sociologie et sociétés, vol. 37, n° 1, p. 13-34.

BELLOT, C., I. Raffestin, M-.N. Royer et V. Noël, 2005, Judiciarisation et criminalisation des populations itinérantes à Montréal, en partenariat avec le RAPSIM, Montréal, UDM.

BRENNER, N., 2004, New state spaces : Urban governance and the rescaling of statehood, Oxford, Oxford University Press.

BRENNER, N., et N. THEODORE, 2002, « Cities and the geographies of ‛actually existing neoliberalism’ », Antipode, vol. 34, n° 3, p. 349-379.

CHARNEY, M., 1990, Le Faubourg Saint-Laurent. D’un savoir urbain à une vision éclairée du développement du faubourg. Étude préparée pour le Service de l’habitation et du développement urbain de la Ville de Montréal - Rapport final, Montréal, Ville de Montréal.

Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2009, La judiciarisation des personnes itinérantes à Montréal, Montréal : un profilage social, Montréal, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

CÔTÉ, É., 2006a, « Sans-abri et sans parcs », La Presse, jeudi 31 août, p. A-14.

CÔTÉ, É., 2006b, « Sus aux sans-abri dans le centre-ville ! Des chiens de garde en renfort pour protéger les résidents », La Presse, 23 septembre, p. A-1.

CROSSA, V., 2009, « Resisting the entrepreneurial city: street vendors’ struggle in Mexico city’s historic center », International journal of urban and regional research, vol. 33, n° 1, p. 43-63.

DAMON, J., 1996, « La gare des sans-abri. Un miroir de la question sociale », Annales de la recherche urbaine, n° 71, p. 120-126.

DELANNOY-BRABANT, L., 2008, « Quelles évolutions des politiques de traitement du crime à l’ère de la ‛nouvelle pénologie’ ? Une perspective internationale », La note de veille, Centre d’analyse stratégique, n° 106, p. 1-7.

FAYOLLE, J., « Variations sur la globalisation », Revue de l’IRES, n° 40, p. 2-30.

Gardella, E. et E. Le Méner, 2005, « Les SDF victimes du ‛nettoyage’ des espaces publics ? », dans N. Hossard et M. Jarvin (dir.), C’est Ma ville ! De l’appropriation et du détournement de l’espace public, Paris, L’Harmattan, p. 71-81.

GARNIER, J.-P., 2008, « Scénographies pour un simulacre : l’espace public réenchanté », Espaces et Sociétés, vol. 134, n° 3, p. 67-82.

GAUDREAU. P., 2005, « Faire face au ‛pas-dans-ma-cour’ », Nouvelles pratiques sociales, vol. 17, n° 2, p. 160-165.

GHORRA-GOBIN, C., 2000, « Les espaces de la médiation : réinventer les ‛espaces publics’ comme symbole de la médiation », Page web consultée le 29 septembre 2008. http://www.unesco.org/most/cyghorra.htm

GIBSON, T.-A., 2005, « La ville et le ‛spectacle’ : commentaires sur l’utilisation du “spectacle” dans la sociologie urbaine contemporaine », Sociologie et sociétés, vol. 37, n° 1, p. 171-195.

GIUST-DESPRAIRIES, F., 2003, L’imaginaire collectif, Ramonville Saint-Agne, Érès.

Gourdon, J.-L., 2001, La rue. Essai sur l’économie de la forme urbaine, La Tour d’Aigues, Aube.

GREILSAMER, L., 2006, « Paris-tentes », Le Monde, Analyses, mardi 1 août, p. 2.

HARTCOURT, B.-E., 2005, Illusion of order. The false promise of broken windows policing, Cambridge, Harvard University Press.

HATZFELD, M., 2005, « Invisibles SDF », dans D. Ballet (dir.), SDF visibles, proches, citoyens, Paris, PUF, p. 79-87.

HUBERT, J.-P., 1993, La discontinuité critique. Essai sur les principes a priori de la géographie humaine, Paris, Publications de la Sorbonne.

KATZ, P., 1994, The new urbanism. Toward an architecture of community, New York, McGraw Hill.

KELLING, G.-L. et J.-Q. Wilson, 1982, « Broken windows. The police and neighborhood safety », The Atlantic Monthly, mars.

KOROSEC-SERFATY, P., 1991, « La ville et ses restes », dans A. Germain (dir.), L’aménagement urbain. Promesses et défis, Montréal, IQRC, p. 233-267.

LABERGE, D., M. Poirier et R. Charest, 1998, « Un étranger dans la cité : la présence de l’itinérant et la représentation de l’itinérance », Nouvelles pratiques sociales, vol. 11, n° 1, p. 19-24.

LANDREVILLE, P., D. Laberge et D. Morin, 1998, « La criminalisation et l’incarcération des personnes itinérantes », Nouvelles pratiques sociales, vol. 11, n° 1, p. 69-81.

LARSEN, S.-E., 1997, « La rue entre ville et nature », dans S.-E. Larsen et A. Ballegaard-Petersen (dir.), La rue – espace ouvert, Odense, Odense University Press.

LEES, L., 2003, « The ambivalence of diversity and the politics of urban renaissance : The case of youth in downtown Portland, Maine », International Journal of Regional and Urban Research, vol. 27, n° 3, p. 613-634.

LEHOUSSE, C., 2007, « Argenteuil chasse des SDF à coup de mauvaises odeurs », Libération, Site consulté le 4 octobre 2009 : http://www.liberation.fr/societe/0101109527-argenteuil-chasse-ses-sdf-a-coups-de-mauvaises-odeurs.

LEY, D., 1997, The new middle class and the remaking of the central city, New York, Oxford, University Press.

MENDEL, G., 1977, La chasse structurale. Une interprétation du devenir humain, Paris, Payot.

MERCIER, G., R. Morin et M. Parazelli, 1999, « La ville et le choc des imaginaires : populations marginalisées et revitalisation urbaine », dans L.-R. Morisset, L. Noppen et D. Saint-Jacques (dir.), Ville imaginaire, ville identitaire. Échos de Québec, Sainte-Foy, Nota Bene, p. 209-227.

MITCHELL, D., 1997, « The annihilation of space by law: The roots and implications of anti-homeless laws in the United States » Antipode, vol. 29, n° 3, p. 304-335.

MITCHELL, D., 1998, « Anti-homeless laws and public space: Begging and the first amendment », Urban Geography, vol. 19, n° 1.

MORISSETTE, N., 2007, « Mexico chasse les vendeurs ambulants de son centre historique », La Presse-Monde, jeudi 15 novembre, p. A-26.

PARAZELLI, M., A. Colombo et G. Tardif, 2007, « Dialoguer de façon démocratique avec les jeunes de la rue. Le potentiel du Dispositif Mendel », dans S. Roy et R. Hurtubise, L’itinérance en question, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 31-55.

PARAZELLI, M., 2004, « Jeunes de la rue et gestionnaires urbains. Une topologie conflictuelle », dans P.-W. Boudreault et M. Parazelli (dir.), L’imaginaire urbain et les jeunes. La ville comme espace d’expériences identitaires et créatrices, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, p. 181-202.

PARAZELLI, M., 2002, La rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec.

PIZZORNI, F., 1997, « Les objets de la rue ont-ils un sens ? Une écriture du collectif », Espaces et sociétés (Les langages de la rue), n° 90-91, Paris, Montréal, L’Harmattan, p. 215-227.

REA, A., 2007, « Les ambivalences de l’État social-sécuritaire », Lien social et politiques, n° 57, p. 15-34.

ROCHÉ, S., 2002, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob.

ROY, M., 1995, « Square Berri. Périmètre d’insécurité », Montréal Campus, 6 au 19 septembre, p. 13.

RSIQ, 2006, Pour une politique en itinérance. Plate-forme de revendications du Réseau solidarité itinérance du Québec, Montréal, RSIQ.

SASSEN, S., 1998, « The impact of the new technologies and globalization on cities », dans F. Lo and Y. Yeung (dir.), Globalization and the world of large cities, p. 391-409, Tokyo, United Nations University Press.

SASSEN, S., 2002, « Locating cities on global circuits », Environment & Urbanization, 14/1, p. 13-30.

SÉCHET, R., 2006, « Le populaire et la saleté : de l’hygiénisme au nettoyage au Kärcher », dans T. Bulot et V. Veschambres (dir.), Mots, traces et marques. Dimension spatiale et linguistique de la mémoire urbaine, Paris, L’Harmattan, p. 205-228.

SHIELDS, A., 2008, « Commission parlementaire sur l’itinérance. Le maire Labonté essuie les critiques », Le Devoir, jeudi 2 octobre, p. A2.

SMITH, N., 2002, « New globalism, new urbanism: Gentrification as urban global strategy », Antipode, vol. 34, n° 3, p. 427-450.

SMITHSIMON, G., 2008, « Dispersing the crowd, Bonus plaza and the creation of public space », Urban affairs review, vol. 43, n° 3, p. 325-351.

SYLVESTRE, M.-È., 2007, Policing disorder and criminalizing the homeless in Montreal and Rio de Janeiro : A critique of the justifications of repression of law and practice, Thèse de doctorat en droit, Cambridge, Harvard Law School, non publiée.

THOMAS, H., 2005, « Le forum des Halles : gestion et usages », dans N. Hossard et M. Jarvin (dir.), C’est Ma ville ! De l’appropriation et du détournement de l’espace public, Paris, L’Harmattan, p. 51-60.

WINNICOTT, D.-W., 1975, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1ère édition 1971.

ZENEIDI-HENRY, D., 2002, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Bréal.

ZENEIDI-HENRY, D., 2005, « La visibilité des sans-domicile fixe, une mise à l’épreuve de l’écriture géographique », dans D. Ballet (dir.), SDF visibles, proches, citoyens, Paris, PUF, p. 179-187.

Haut de page

Notes

1 La globalisation est définie par Fayolle (2002, p. 18) comme un processus dominant de la mondialisation qui affecte la circulation du capital à plusieurs niveaux : "C’est une extension généralisée de la circulation des biens, des services et des savoirs sur un espace qui transgresse les découpages nationaux. C’est aussi une intégration renforcée des marchés qui organisent cette circulation : les normes et les prix deviennent de plus en plus déterminés au sein de l’espace commun constitué par ces marchés plutôt qu’au sein de chaque économie nationale ; les firmes multinationales sont devenues l’acteur dominant de cet espace élargi grâce à leur maîtrise d’une large part des échanges mondiaux. C’est enfin une globalisation des décisions productives et financières, qui concentre à l’échelle mondiale la détermination de l’orientation et des rythmes de l’accumulation du capital et qui fait ainsi retour sur la circulation des marchandises et l’intégration des marchés".

2 Ce quartier est délimité par un quadrilatère formé des rues Sherbrooke et Ste-Catherine pour l’axe nord-sud et par les rues Sanguinet et Berri pour l’axe est-ouest. Il fait partie de l’arrondissement Ville-Marie dont le territoire recouvre l’ensemble du centre-ville de Montréal.

3 Dans un article de La Presse de 2006, on soulignait que "depuis 2000, le centre-ville s'embourgeoise. Environ 2500 appartements ont poussé en six ans. Les terrains prennent de la valeur. Un nouveau pavillon de l'UQAM se construit, et le nouveau CHUM [centre hospitalier universitaire] se bâtira bientôt. Ville-Marie compte 75 000 résidants, soit 6 000 de plus qu'en 1991. […] ‛Nous sommes pris entre l'arbre et l'écorce. Il y a un choc entre les classes moyenne et élevée et la classe la plus pauvre’, résume Marc Riopel, commandant du poste 21, qui couvre une partie de Ville-Marie" (Côté, 2006, p. A-1).

4 Mentionnons à ce sujet l’adoption en 2004 des Safe Street Acts dans les villes de Vancouver et de Toronto interdisant aux sans-abri de mendier ou de pratiquer le squeegee.

5 Ces acteurs urbains renvoient à plusieurs catégories d’emplois qui ont une influence concrète sur l’adoption ou l’application de mesures de gestion des espaces publics ayant un effet sur des personnes marginalisées. On y retrouve donc des politiciens élus, des fonctionnaires municipaux, des commerçants, des travailleurs sociaux, des aménageurs, des urbanistes, des policiers, etc.

6 Ce projet de recherche est subventionné par le gouvernement canadien (CRSH) sur trois ans (2007-2010).

7 Pour prendre connaissance d’une analyse semblable, voir l’article de Séchet (2006) à propos de l’imaginaire hygiéniste face à la pauvreté et la culture populaire en France.

8 Il s’agit d’une place publique situées dans le Faubourg St-Laurent qui était très fréquentée par les jeunes de la rue durant la fin des années 1990 et qui a été transformée en parc pour en interdire l’accès la nuit.

9 Il s’agit de l’abri de l’une des stations de métro donnant accès au nœud du réseau situé dans le Faubourg St-Laurent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Parazelli, « Existe-t-il une « morale globale » de la régulation de la rue ? », Géographie et cultures, 71 | 2009, 91-110.

Référence électronique

Michel Parazelli, « Existe-t-il une « morale globale » de la régulation de la rue ? », Géographie et cultures [En ligne], 71 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2129 ; DOI : 10.4000/gc.2129

Haut de page

Auteur

Michel Parazelli

École de travail social
Université du Québec à Montréal
parazelli.michel@uqam.ca

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org