Navigation – Plan du site
Film

La vida loca, de Christian Poveda1

Djemila Zeneidi
p. 139-140

Texte intégral

  • 1 Documentaire, 2009

1La vida loca (la vie folle) est le titre d’un documentaire sorti en France le 30 septembre 2008, c’est aussi la formule que les membres des Maras, ces gangs d’Amérique centrale, utilisent pour parler de leur vie. Cette vie folle est filmée par le journaliste Christian Poveda assassiné par les gangs avant la sortie du film. L’auteur a voulu donner à voir le quotidien des gangs du Salvador qui font de ce pays le plus violent au monde avec 10 homicides par jour.

  • 2 De 1980 à 1992, le Salvador a connu une guerre civile opposant les partisans de l’extrême-droite de (...)

2Filmées dans les banlieues et quartiers populaires de San Salvador, les Maras sont des gangs de rue ultra-violents qui vivent du trafic de drogue, du racket et du proxénétisme. Elles doivent leurs noms à la marabunta, une fourmi agressive. Nées dans les rues de Los Angeles, comme groupes d’autodéfense d’immigrants d’Amérique centrale, ces bandes ont évolué vers la criminalité prenant progressivement de l’ampleur jusqu’à essaimer dans d’autres villes des États-Unis ou du Canada sous l’effet d’une forme de globalisation de la marge. Leur arrivée en Amérique centrale a pour origine l’expulsion massive des Pandilleros (membres des bandes) vers leur pays d’origine. Ils apportent avec eux une culture de gangs différente de la culture locale, des codes comportementaux appris dans les rues et les prisons américaines. Leur prestige a grandi sur fond de désaffiliation sociale et de restes de la guerre civile2. Ils entraînent alors dans leur sillage des milliers de jeunes en perte de repères. Deux bandes sont les plus importantes la Mara salvatrucha 13 (salvadorien éveillé) et la Mara 18 (du nom d’une rue de Los Angeles). C’est dans la seconde que l’auteur du film a mené son enquête. Christian Poveda a réussi à s’intégrer dans ce milieu difficile à la manière d’un anthropologue.

3L’intérêt de ce film réside dans cette mise à distance d’une vision stéréotypée des Maras. Le spectateur est au plus près des émotions, des désirs des individus, de leurs souffrances, de leurs espoirs également. On les voit soucieux des relations familiales, de leurs enfants, de leur apparence physique, fêtant leurs anniversaires, pleurant leurs morts. Un des faits les plus frappants dans ce film est l’omniprésence de la violence et en particulier des décès. Le documentaire en est rythmé. Il s’agit de morts violentes qui ont peu de sens et sont souvent motivées par la présence sur le territoire des adversaires. L’espace offre une clé de compréhension essentielle du vécu des membres des gangs. Rues, maisons, prisons, terrains vagues, centres d’internement pour mineurs, autant de lieux dont les membres des gangs sont captifs.

4Christina Poveda dévoile une géographie de l’enfermement et de la marge matérialisée sur les corps sous la forme de tatouages chargés de significations. Une larme tatouée par exemple dans le coin de l’œil représente le premier homicide. Les tatouages signent l’appartenance au groupe, mais aussi l’arrêt de mort des individus car ils font d’eux des cibles vivantes de la bande adverse. Les marques corporelles, notamment lorsqu’elles ornent le visage, sont aussi montrées comme une entrave à la réinsertion.

5L’espoir est faible dans ce film. Il semble difficile de sortir de cette spirale de la violence qui n’a aucun contenu politique. Le documentaire montre toutefois des issues possibles de cet enfer comme le projet de boulangerie montée par une ONG dont les employés sont les membres des Maras. Mais la route de la réinsertion est pavée d’obstacles. L’auteur quant à lui, croyait en une intervention du gouvernement pour obtenir une trêve entre les bandes. Est-ce cette démarche auprès des autorités qui lui a coûté la vie ? Difficile de le savoir. Reste l’impression que son assassinat fait de lui un personnage du documentaire, un membre de Maras, partageant le même destin tragique que ceux qu’il a filmés pendant des mois.

Haut de page

Notes

1 Documentaire, 2009

2 De 1980 à 1992, le Salvador a connu une guerre civile opposant les partisans de l’extrême-droite de l’Arena (Allianza Republicana Nacionalista) et les guérilleros marxistes du FMLN (Frente Farabundo Marti de Liberacion).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djemila Zeneidi, « La vida loca, de Christian Poveda », Géographie et cultures, 71 | 2009, 139-140.

Référence électronique

Djemila Zeneidi, « La vida loca, de Christian Poveda », Géographie et cultures [En ligne], 71 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2157

Haut de page

Auteur

Djemila Zeneidi

UMR ADES 5185 CNRS, Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org