Navigation – Plan du site
Exposition

L’art contemporain chinois au château de Tours

Laurent Vermeersch
p. 140-141

Texte intégral

  • 1 60-70-80, exposition d’art contemporain chinois, 2009, édition Mairie de Tours, 154 p.

1En octobre 2009, le château de Tours, en collaboration avec le musée Sunshine d’art contemporain de Pékin, a organisé l’une des plus importantes expositions d’art contemporain chinois présentée en France. Celle-ci, qui s’intitulait « 60-70-80 »1, présentait le travail de 61 artistes chinois, nés respectivement dans les années 60, 70 et 80, et soulignait ainsi l’évolution récente de l’expression artistique en Chine et l’ouverture du pays au monde, tout particulièrement à l’art contemporain occidental.

2Empruntant les canons de l’art contemporain globalisé, les artistes chinois expriment le choc culturel et le bouleversement des valeurs qu’ont suscité ces 40 dernières années d’évolution accélérée, de la Révolution culturelle à l’ouverture et au développement économique actuel de la Chine.

3Les artistes nés dans les années 60 avec la Révolution culturelle et son environnement dépressif expriment davantage les thèmes plus lourds et sombres de la lutte politique, du poids des idéologies, du positionnement de l’artiste – et au-delà, de l’individu – dans un environnement capitaliste. Ils traitent particulièrement les lieux emblématiques du pouvoir (Grande Muraille, Cité interdite, place Tian’anmen) pour en souligner à la fois la fragilité et le caractère presque dérisoire face à la mondialisation, mais également leur permanence. L’individu revient au centre (des femmes-soldats se débarrassent de leur uniforme pour souligner leur individualité) et expérimente la fin d’un enfermement.

4Les artistes nés dans les années 70 et 80 expriment davantage l’évolution de la société face à une culture globalisée. Les premiers insistent sur l’apparition d’une culture populaire teintée de Pop music, de rock et de blue-jeans. Les seconds, qui ont grandi avec l’évolution à grande vitesse de l’économie chinoise, sont ceux de la génération de l’enfant unique : influencés par les cartoons, ils interrogent particulièrement la place de l’individu face à la collectivité, aux règles de la société chinoise, à la consommation de masse, ainsi que l’exode rural et les souffrances du déracinement qu’implique l’urbanisation en marche. La ville, le corps, la mode (nouvelle forme d’uniformisation) sont omniprésents.

5Mais au-delà, l’exposition témoigne de l’entrée en force de la Chine dans le giron de l’art contemporain, certes globalisé, mais néanmoins issu de la culture occidentale. Si, comme le souligne le commissaire d’exposition, l’artiste traditionnel chinois, qui allait de village en village pour peindre la nature, est bien mort, celui d’aujourd’hui ne peut pas se contenter de « faire du contemporain » sans interroger la tradition chinoise emprunte de spiritualité et du lien étroit avec l’environnement naturel, sans y faire référence. C’est le défi actuel de l’art contemporain chinois et par là même du musée Sunshine : réinscrire l’univers chinois, la tradition chinoise, la culture chinoise dans une expression artistique contemporaine…

Haut de page

Notes

1 60-70-80, exposition d’art contemporain chinois, 2009, édition Mairie de Tours, 154 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vermeersch, « L’art contemporain chinois au château de Tours », Géographie et cultures, 71 | 2009, 140-141.

Référence électronique

Laurent Vermeersch, « L’art contemporain chinois au château de Tours », Géographie et cultures [En ligne], 71 | 2009, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2159

Haut de page

Auteur

Laurent Vermeersch

Laboratoire Espace, nature et culture (ENeC)

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org