Navigation – Plan du site
Lectures

Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), Territoires et identités dans les mondes contemporains

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 135-137
Référence(s) :

Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), Chez Nous : territoires et identités dans les mondes contemporains, Paris, éditions de la Villette, 2006, 320 p.

Texte intégral

  • 1 Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), 2006, Chez Nous : territoires et identités dans les mond (...)

1Cet ouvrage collectif sous la direction de deux anthropologues1, résulte d'un colloque organisé en 2003 (avec le laboratoire Architecture / Anthropologie de l'école d'architecture de Belleville et l'école nationale supérieure d'architecture de Paris la Villette). Il réunit 22 chercheurs appartenant à différentes disciplines des sciences sociales et parmi eux, dix géographes, ce qui représente presque la moitié de l'ensemble. Il est vrai que la thématique de "Territoires / Identités" (T/I) est également centrale pour la géographie et notamment la géographie culturelle comme pour l'anthropologie.

2Dès l'introduction, les deux responsables soulignent la spécificité du contexte contemporain marqué par la dynamique de la mondialisation et, de ce fait, la pertinence du questionnement Territoires / Identités face à l'analyse classique qui privilégie l'adéquation entre le territoire et l'identité. Selon la tradition malinowskienne, identifier un territoire revient en fait à circonscrire une identité. Or, cette adéquation entre un territoire et une identité ne se vérifie plus aujourd'hui. Quant à la "vulgate transnationaliste" généralement véhiculée par les médias, elle part du principe que tout est globalisé et que les cultures sont déterritorialisées. Ce deuxième point de vue ne rend pas compte d'une situation plus complexe. Aussi le chercheur est contraint de vivre un "strabisme méthodologique" pour reprendre l'expression de Marc Augé : il lui faut d'une part éviter de perdre de vue le lieu immédiat de son observation et d'autre part maintenir en permanence l'horizon des "marches extérieures". D'où l'impératif de travailler et de réfléchir dans un cadre interdisciplinaire. Cet appel à différentes disciplines participe de la richesse et de la qualité de l'ouvrage qui par ailleurs met en scène une diversité d'aires culturelles : L'Italie avec la Padanie, le Mexique avec le Yucatan, la France avec Heidiland (les Alpes), la Bretagne et l'Aquitaine, l'Espagne avec Barcelone, la Syrie et le Cameroun, pour ne citer que quelques-uns.

3Le point de vue des différents auteurs convergent pour dire combien le territoire participe de la construction des identités sociales et combien les identités sociales façonnent à leur tour les territoires. Aussi, si les identités sont forgées par les territoires, ces derniers se forgent à travers des identités. L'analyse accorde également une place à l'imaginaire comme elle prend d'ailleurs en considération les mutations liées à la mobilité généralisée. Le groupe rock brésilien Sepultura a sorti il y a quelques années un album intitulé Roots qui s'est vendu dans le monde entier : ce fait illustre l'idée selon laquelle on peut faire du rock brésilien en anglais, vendre des albums dans le monde entier et revendiquer des racines indiennes, précise Ruben George Oliven. Le référent identitaire est plus difficile à appréhender avec la mobilité. En effet, le lien identitaire avec le lieu résidentiel s'affaiblit pour certaines personnes qui en raison de leur mobilité voit leur pratique du lieu de résidence se présenter de manière temporaire. On constate en outre que tout individu est en mesure de construire son identité autour des lieux de façon variée. Là encore, il n'y a pas un modèle comme l'indique clairement Mathis Stock. Certains individus peuvent faire coexister de manière simultanée leurs identités alors que pour d'autres il se produit un processus d'accumulation dans le temps, comme par exemple pour les mobilités résidentielles.

4L'intérêt de l'ouvrage réside non seulement dans la manière dont la thématique Territoires / Identités a été problématisée, pour la qualité des textes et pour la diversité des profils disciplinaires et des études de cas et la clarté de l'expression, mais aussi dans sa capacité à aller jusqu'à soulever une questionnement politique. Convient-il de valoriser ou de dévaloriser le principe d'une identité géographiquement multiple ?

Haut de page

Notes

1 Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), 2006, Chez Nous : territoires et identités dans les mondes contemporains, Paris, éditions de la Villette, 320 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), Territoires et identités dans les mondes contemporains », Géographie et cultures, 63 | 2008, 135-137.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Alessia de Biase et Cristina Rossi (dir.), Territoires et identités dans les mondes contemporains », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/2212

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRS –  UMR 8185 Espaces, Nature et Culture

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org