Navigation – Plan du site
Lectures

Paul-David Régnier, Dictionnaire de géographie militaire

Philippe Boulanger
p. 138-140
Référence(s) :

Paul-David Régnier, Dictionnaire de géographie militaire, Paris, CNRS-édition, 2008, 261 p.

Texte intégral

  • 1 Paul-David Régnier, 2008, Dictionnaire de géographie militaire, Paris, CNRS-édition, 261 p.

1La production scientifique en géographie militaire en est encore à ses débuts en France. Elle apparaît limitée à quelques articles, études du ministère de la Défense et ouvrages de synthèse ou régionaux. Il en est tout autrement dans les pays anglo-saxons, pour l’essentiel aux états-Unis, Canada et Grande-Bretagne. Il suffit de rappeler certains titres récents pour souligner l’assise solide de cette approche de la géographie aussi bien dans le domaine militaire qu’à l’université : Geography military de Johns Collins (1998), Battling the elements, weather and terrain in the conduct of war dirigé par Harold Winters (1998), The Geography of war and peace coordonné par Colin Flint (2005), Military geography from peace to war de Eugene Palka et Francis Galgano (2005), Military geographies de Rachel Woodward (2005). Le congrès bi-annuel de l’association des géographes militaires, réunissant plusieurs centaines de membres et rattaché à l’Union géographique internationale, est l’un des rassemblements les mieux connus des chercheurs et des officiers géographes dans le monde. Le Dictionnaire de géographie militaire, rédigé pour l’essentiel par le lieutenant-colonel Paul-David Régnier1, agrégé de géographie et responsable pendant presque dix ans d’un « service dédié à la géographie des conflits » au ministère de la Défense, vient donc pallier la méconnaissance de cette forme de géographie que nous associons généralement à tort à la géopolitique et qui doit être reconnue pleinement dans toute sa dimension. Quoi qu’il en soit, l’auteur fait preuve d’innovation et d’audace dans cet ouvrage publié chez CNRS-éditions. Tout d’abord, il est bien le premier dictionnaire de géographie militaire que l’on ait pu publier depuis la naissance officielle de cette forme de géographie au XVIIIe siècle en France. Ensuite, produire un dictionnaire qui se veut grand public tout en étant un outil de travail pour les militaires d’état-major ou en opération est un véritable défi. Paul-David Régnier le relève et s’inscrit dans la lignée des géographes militaires français qui ont donné à la géographie une dimension vivante, dynamique, concrète et utile depuis le XIXe siècle.

2Ce dictionnaire est riche d’enseignements comme nous pouvons l’attendre d’un tel ouvrage. Pourquoi les terroristes préfèrent-ils les aéroports aux ports ? Pourquoi le milieu urbain est-il aussi prépondérant pour le militaire aujourd’hui ? Comment la forêt tropicale est-elle un terrain contraignant en opérations ? Comment les hautes technologies dont celle du géospatial ont-elles révolutionné la pratique de la géographie par le militaire ? Cet ouvrage pose des questions intéressantes auxquelles les auteurs donnent des réponses claires et synthétiques. Une centaine d’entrées permettent de comprendre les aspects essentiels de la géographie militaire. On pourrait reprocher peut-être la liste limitative de ces entrées. Mais l’auteur aurait pris le risque de noyer le lecteur sous une somme de connaissances qui auraient fait perdre de vue l’objectif essentiel de l’ouvrage : faire comprendre l’intérêt de la géographie pratiquée par le militaire aux niveaux tactique (terrain), opérationnel (théâtre d’opérations) et stratégique (grands espaces). Les entrées sont donc présentées en fonction de leur thème et de leur intérêt : milieux, concepts, doctrine militaire, cartographie et lieux. Prenons quelques exemples parmi d’autres. L’insurrection ou la contre-insurrection appartiennent à la rubrique des concepts où l’auteur montre la place qu’occupe cette forme d’action militaire dans la pensée géographique militaire, la définition de la lutte anti-insurrectionnelle, l’influence du milieu rural et urbain dans le champ d’action. Avec la rubrique doctrine, on découvre avec grand intérêt la définition de l’IPB (Intelligence Preparation of the Battlefield ou préparation renseignement du champ de bataille) qui naît dans la doctrine américaine au cours des années 1970, adoptée ensuite dans la doctrine des armées occidentales, et qui a pour objectif d’identifier les principales clés du terrain (avantages, contraintes) pour le militaire avant, pendant et après l’opération. La diversité des différents types de milieux et leur influence sur l’activité militaire est aussi traitée avec une grande clarté sur le plan de l’utilisation des systèmes d’armes, des pratiques tactiques et opérationnelles et de la gestion des hommes : milieu désertique chaud, milieux intertropicaux, milieu montagnard, etc. On reconnaît également l’importance de la cartographie de nos jours pour le renseignement militaire. Un nombre d’entrées important permet de mieux comprendre l’impact des nouvelles technologies dans la pratique militaire : géoréférencement, intervisibilité, modèle numérique de terrain, modèle numérique d’élévation, ordre graphique, systèmes d’informations géographiques entre autres exemples. En somme, le choix des entrées révèle une grande diversité de concepts et de pratiques qui témoignent de la spécificité de la géographie pour le militaire.

3L’ouvrage de Paul-David Régnier se veut donc un outil de travail pratique aussi bien pour les militaires et les géographes civils des questions militaires que pour un grand public dont on sait qu’il s’intéresse plus que par le passé à un monde militaire en pleine mutation. Il répond au besoin de clarifier les notions fondamentales de la géographie militaire en France tout en s’inscrivant dans un mouvement international de pensée. Il donne à penser que la géographie comme mode de pensée et d’action n’a rien perdu de son importance pour le militaire dont les missions ont évolué vers la gestion de crises et le maintien de la paix. En somme, cet ouvrage bien fait, rigoureux et instructif devrait répondre aux questions des uns et des autres dans ce domaine, à enrichir la connaissance scientifique pour les plus avertis et informer de manière didactique les plus curieux.

Haut de page

Notes

1 Paul-David Régnier, 2008, Dictionnaire de géographie militaire, Paris, CNRS-édition, 261 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boulanger, « Paul-David Régnier, Dictionnaire de géographie militaire », Géographie et cultures, 63 | 2008, 138-140.

Référence électronique

Philippe Boulanger, « Paul-David Régnier, Dictionnaire de géographie militaire », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2214

Haut de page

Auteur

Philippe Boulanger

Université Paris-Sorbonne

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org