Navigation – Plan du site
Lectures

Léna Krichewsky, Olivier Milhaud, Laura Pettinarolli et Marie Scot (dir.), Guide de l’étudiant européen en sciences sociales

Une géographie pratique des savoirs
Myriam Houssay-Holzschuch
p. 140-141
Référence(s) :

L. Krichewsky, O. Milhaud, L. Pettinaroli et M. Scot (dir.), ERASMUS, Guide de l’étudiant européen en sciences sociales. Sociologie - géographie - histoire, Paris, Belin, coll. Mappemonde, 2007, 335 p.

Texte intégral

  • 1 L. Krichewsky, O. Milhaud, L. Pettinaroli et M. Scot (dir.), 2007, ERASMUS, Guide de l’étudiant eur (...)

1Cet ouvrage1 s’ouvre sur un constat – les 20 ans du programme européen d’échange universitaire ERASMUS – et sur un chiffre : plus d’un million et demi de jeunes Européens en ont profité, se sont confrontés au quotidien à des sociétés différentes de leur société d’origine, à une autre langue, à des cursus universitaires apparemment similaires mais souvent déroutants.

2La première ambition de ce livre qu’il accomplit à merveille, est d’être un guide pratique, une véritable boîte à outils et à ressources pour donner aux étudiants et aux enseignants, toujours plus mobiles, des renseignements sur les systèmes universitaires (à la fois comme institutions pédagogiques et systèmes de savoirs disciplinaires situés) de six pays européens : Allemagne, Espagne, Italie, Grande-Bretagne, République tchèque… et France. Des universitaires confirmés des pays en question et de jeunes chercheurs de la génération Erasmus, ayant eux-mêmes fait l’expérience de ces échanges ont collaboré à ce guide dans une pluridisciplinarité exemplaire. L’introduction met en perspective l’histoire des universités européennes, les rapports de l’Europe et de l’enseignement supérieur, les richesses et les difficultés de la communication interculturelle. Des chapitres par pays proposent une carte des principales universités en sciences sociales, une présentation du système universitaire (très claire et pédagogique, comprenant par exemple les types d’exercices et de sujets), une partie par discipline considérée (sociologie, géographie, histoire). Ces dernières évoquent l’histoire nationale de chacune des trois disciplines, de leur institutionnalisation, de leurs liens et compromissions avec les pouvoirs, de leurs principaux concepts et objets d’étude, hauts lieux et grands hommes, de leurs relations avec les disciplines voisines et de leur place dans la cité. Bibliographie, « webographie », index et glossaire complètent l’aspect pratique de ce manuel, véritable pragmatique de l’interculturel.

3La seconde ambition qui court à travers tout l’ouvrage, est une réflexion de fond sur la géographie culturelle du savoir et les conséquences sur la structure de ces mêmes savoirs, d’une mobilité intellectuelle de masse. Cela permet dans un premier temps de remettre en perspective nos cadres de pensée, de pratique et d’action, comme de donner du grain à moudre aux réflexions passionnées sur l’harmonisation européenne. L’université allemande est par exemple confrontée aux mêmes problèmes de massification, de dualisation que la France. Ensuite, les auteurs montrent à travers les six cas étudiés les limites de la convergence voulue par le processus de Bologne, l’ampleur des hybridations nationales, et les polarisations et hiérarchisations croissantes au sein des systèmes universitaires de chaque pays. Enfin, le texte interroge la circulation des savoirs et des disciplines. Quelles réflexions circulent, en quelles langues, qui traduit, quand, quels effets de retour ? Est-ce finalement mieux d’être « périphérique » (Espagne) et de bénéficier ainsi de la traduction de nombreux penseurs de langue anglaise, française ou allemande, d’appartenir à un pays qui s’ouvre (République tchèque) et passe directement de la fermeture totalitaire à l’anglais globalisé, ou d’être dans un pays central, avec une forte tradition nationale dans les sciences sociales, qui traduit peu, lit et écrit dans sa propre langue (Allemagne et France) ? Une nouvelle carte de l’Europe des savoirs apparaît, où les périphéries ne sont pas forcément où l’on pensait, où elles prennent des significations différentes – de l’ouverture au provincialisme – et ce n’est pas le moindre des mérites de ce livre que de l’avoir esquissée.

Haut de page

Notes

1 L. Krichewsky, O. Milhaud, L. Pettinaroli et M. Scot (dir.), 2007, ERASMUS, Guide de l’étudiant européen en sciences sociales. Sociologie - géographie - histoire, Paris, Belin, coll. Mappemonde, 335 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Houssay-Holzschuch, « Léna Krichewsky, Olivier Milhaud, Laura Pettinarolli et Marie Scot (dir.), Guide de l’étudiant européen en sciences sociales », Géographie et cultures, 63 | 2008, 140-141.

Référence électronique

Myriam Houssay-Holzschuch, « Léna Krichewsky, Olivier Milhaud, Laura Pettinarolli et Marie Scot (dir.), Guide de l’étudiant européen en sciences sociales », Géographie et cultures [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/2216

Haut de page

Auteur

Myriam Houssay-Holzschuch

Visiting Research Scholar, Department of Geography, Syracuse University, USA
UMR 8586 PRODIG, Université de Lyon, ENS Lettres et Sciences humaines

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org