Navigation – Plan du site
L’écho de nos correspondants étrangers

Relancer la géographie au Québec : une autre étape de franchie

Jules Lamarre

Texte intégral

1Du 8 au 10 mai 2012, la Maison de la géographie de Montréal a organisé un colloque international sur le thème de « Et si la géographie servait, aussi, à faire la paix ? ». Ce colloque s’est déroulé dans le cadre de la rencontre annuelle de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) qui, en 2012, a tenu ses assises au Palais des congrès de Montréal.

2Le colloque « Et si la géographie servait, aussi, à faire la paix ? » a fait suite à un autre colloque présenté en 2011 également dans le cadre de l’Acfas, cette fois sur le thème de « Qu’advient-il de la géographie ? ». Colloque également organisé par la Maison de la géographie de Montréal, ses actes paraîtront chez Armand Colin/Recherches en septembre 2012 et comprendront des textes de certains des plus grands géographes de la Francophonie.

3L’objet de ce précédent colloque avait été de signaler, qu’au Québec, la géographie comme discipline de la connaissance n’en mène pas large. En effet, dans le monde professionnel, on n’en parle pas. En enseignement, au secondaire la géographie a été réduite à sa plus simple expression, au Cégep elle s’enseigne de moins en moins et, à l’université, elle est souvent méconnaissable. À ce dernier niveau d’enseignement, la géographie d’ici semble avoir été remplacée par des regroupements de spécialités indépendantes, en l’absence d’une corporation professionnelle qui pourrait venir jouer les trouble-fêtes. C’est ce qui explique qu’en recherche, des travaux issus de ces départements devenus fourre-tout n’aient rien de géographique. Bref, au Québec, dans la majorité des départements de géographie, on n’essaierait plus d’abord de comprendre le monde, mais on apprendrait aux étudiants à le gérer en fonction des spécialités de profs dont on n’exige plus qu’ils aient obtenu un doctorat en géographie.

4Il faut le répéter sans cesse : la raison d’être de la géographie consiste, aussi, à jeter un regard large sur le monde. Un tel regard laisse entrevoir, par exemple, à quel point la mondialisation exacerbe les nationalismes et les différences de toutes sortes en suscitant la méfiance envers l’autre, et ce, à toutes les échelles géographiques. Des politiciens peuvent même se faire élire en promettant de barrer la venue aux immigrants diabolisés à souhait par les médias, etc. Ainsi, sans la géographie, ces derniers peuvent librement nous rendre l’autre inhumain parce que vu à travers un prisme bourré de préjugés détestables, mine de rien. De là l’importance d’un bon enseignement en géographie culturelle et régionale.

5À titre d’exemple, pensons à tout ce que les médias colportent sur la seule Afrique, et qui nous conforte dans notre vision d’un continent éternellement « mal parti » avec lequel il n’y aurait décidément rien à faire. Or la géographie, qui a sans doute été inventée pour faire la guerre, peut aussi servir à faire la paix en nous amenant à la rencontre de l’autre auquel elle a d’abord pour tâche de rendre sa dignité humaine. Cela pourrait et devrait se faire à travers l’enseignement de la géographie dans nos écoles secondaires, dans nos Cégeps ainsi que dans nos universités, si la paix nous intéresse. Or on voit bien que, paradoxalement, si la géographie en venait à disparaître entièrement dans les départements de géographie eux-mêmes, alors il faudrait bien un jour ou l’autre la refaire, ne serait-ce que pour aider à faire la paix. Mais que de temps de perdu ! Heureusement, la géographie n’appartient pas aux spécialistes qui enseignent dans nos départements de géographie.

6Le colloque « Et si la géographie servait, aussi, à faire la paix ? » s’inscrit dans la démarche de la Maison de la géographie de Montréal qui vise à revaloriser la géographie en montrant ce à quoi elle peut bien servir, notamment à faire la paix, parce qu’au Québec, il faut bien admettre que personne ne sait encore à quoi ça sert, la géographie. Si la géographie peut aider à faire la paix en rapprochant les peuples et les communautés, en lançant des passerelles au-dessus de ce qui divise pour mieux montrer ce qui unit, par exemple, alors elle pourra reprendre fièrement la place qui lui revient au sein des disciplines nécessaires de la connaissance. De là l’importance de réorganiser l’enseignement et la recherche en géographie autour de thématiques porteuses.

Le colloque « Et si la géographie servait, aussi, à faire la paix ? »

7Les discours d’ouverture du colloque « Et si la géographie servait, aussi, à faire la paix ? » ont été prononcés par Édith Mukakayumba, la présidente de la Maison de la géographie de Montréal, par Giuliano Bellezza, un vice-président de l’Union géographique internationale, par Anne Godlewska, la présidente de l’Association canadienne des géographes (ACG) ainsi que par S.E. Edda Mukabagwisa, la haut-commissaire du Rwanda au Canada.

8Une vingtaine de conférenciers se sont succédés au micro et se sont ensuite prêtés à des échanges pour aider à préciser les contours d’une géographie de la paix qui reste à faire, l’invité d’honneur du colloque ayant été le sénateur Roméo Dallaire, ex-commandant de la Force Minuar des Nations Unies au Rwanda pendant le génocide de 1994. L’ex-lieutenant-général des Forces canadiennes s’est livré à un vibrant plaidoyer en faveur de la paix en insistant sur l’ampleur de la tâche que nous, et ceux qui nous suivront, devront accomplir. Parce que, selon lui, il n’existe pas de solutions immédiates ou toutes faites pour « gérer » une fois pour toutes la question des conflits. « Il faudra savoir prendre des risques », a-t-il lancé, avant d’ajouter que pour cela, il faudra toutefois aller à l’encontre d’une vision selon laquelle le risque serait devenu uniquement un objet de gestion.

9Le colloque voulait rappeler, à la suite de Lacoste, que la géographie devrait servir essentiellement à éveiller les citoyens quant au rôle de somnambules téléguidés que leur réservent tout au plus les états-majors, qu’ils soient militaires, économiques ou bien élus démocratiquement. Au Québec, signalons que les citoyens commencent à s’en rendre compte et, au moment d’écrire ces lignes, ils le montrent en battant des casseroles durant des soirées entières dans les rues de ses villes, entre les épisodes de charges policières. Il s’agit là de l’expression d’un « besoin », pour parler en termes d’offre et de demande, que la géographie devrait contribuer à combler.

Les invités au colloque

10Parmi les invités au colloque, il y avait des chercheurs intéressés par la question des conflits. Il y avait des gens de terrain qui sont continuellement confrontés à la tâche difficile et toujours à recommencer d’imaginer et de proposer des formes de compromis pouvant faciliter les rapprochements entre des communautés méfiantes les unes envers les autres. Il y avait aussi des jeunes qui ont survécu à des épisodes de massacres, qui ont pardonné aux assassins qui ont tué les leurs, parfois sous leurs yeux, et qui cherchent dans le christianisme, notamment, des voies pour la réconciliation. Le moment le plus fort du colloque a sans doute été celui au cours duquel tous ensemble nous nous sommes retrouvés suspendus aux lèvres des trois officiers supérieurs des Forces canadiennes que nous avions invités comme conférenciers, soit le capitaine de vaisseau Chris Dickinson, le colonel Alain Pelletier et le lieutenant-colonel Pierre St-Laurent. Lorsqu’Anne Godlewska, la présidente de l’Association canadienne des géographes, leur a demandé : « Qu’est-ce que vous, les militaires, pourriez attendre de nous, les géographes ? » Sans même hésiter, ils nous ont dit tout naturellement qu’ils aimeraient posséder une connaissance plus approfondie de la géographie culturelle du monde. Et dire que nos départements de géographie d’ici n’engagent plus de professeurs réguliers en géographie culturelle, ni en géographie régionale, des domaines qui n’attirent pas les subventions de recherche, ou bien qui ne permettraient pas de former des experts costauds en gestion des paysages ou bien des risques. « Trop tard ! » aurions-nous pu répondre aux militaires.

11Enfin, le colloque a été clôturé par une cérémonie au cours de laquelle Rose Ndayahoze a été honorée pour la lutte qu’elle a menée toute sa vie, seule et avec acharnement, contre les génocides. Rose Ndayahoze vivait au Burundi avant de venir s’établir à Montréal avec ses trois enfants à la suite de l’assassinat de son mari, alors ministre de l’économie dans ce pays. Dès le début des années 1970, ce dernier avait tenté de prévenir toutes les autorités possibles de l’imminence d’un génocide dans la région, mais en vain.

La géographie qui s’en vient

12La bonne nouvelle, c’est que dans quelques années d’ici, grâce encore une fois au jeu de l’offre et de la demande, les départements de géographie québécois devront probablement se remettre résolument à l’enseignement de la géographie régionale et de la géographie culturelle. En effet, le ministère de l’Éducation du Québec vient de décider de jouer les empêcheurs de tourner en rond en annonçant, le 14 mars 2012, la création d’un programme optionnel de géographie culturelle qui sera offert en secondaire V dans toutes les écoles secondaires du Québec à partir de septembre 2013. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction. En d’autres termes, dans quelques années seulement, des étudiants viendront sans doute frapper à la porte des départements de géographie du Québec pour y suivre des cours de géographie culturelle et de géographie régionale. Cela signifie que ces départements devront refaire rapidement leurs devoirs, s’ils veulent être en mesure de répondre à la demande, ou tout simplement changer de nom afin que les universités puissent ouvrir de nouveaux départements de géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Lamarre, « Relancer la géographie au Québec : une autre étape de franchie », Géographie et cultures [En ligne], 81 | 2012, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://gc.revues.org/224

Haut de page

Auteur

Jules Lamarre

Correspondant pour le Québec

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org