Navigation – Plan du site
Lectures

Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale

Olivier Labussière
p. 140-141
Référence(s) :

Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale, préface de Marcel Jollivet, Paris, Éditions Quae, 2008, 225 p.

Texte intégral

1Ce livre relève un défi majeur des sciences sociales. Celui de porter un regard sur les questions d’environnement au-delà d’une approche instrumentale et gestionnaire. Constitutive de nos « milieux de vie », notre relation à l’environnement appelle à travailler nos catégories de pensée et d’action afin d’en être des habitants responsables.

2Dans cette perspective, ce livre se saisit de la question esthétique pour caractériser notre relation à l’environnement et interroger la viabilité de nos modes d’existence. L’entrée esthétique ne valorise pas ici un point de vue expert ou élitiste, elle ouvre une polyphonie : elle donne accès à des mondes qui d’ordinaire nous échappent et elle met des êtres invisibles (végétal, animal, etc.) en capacité d’interroger nos conduites et nos normes.

3Cette pluralité des mondes, l’auteure choisit de la mettre à profit pour explorer la ville. Si proche et pourtant… si inconnue : telle est la force de la démonstration que de décentrer le point de vue du lecteur pour montrer en quoi la ville constitue un milieu bien vivant, qu’il faut apprendre à goûter, à découvrir sensiblement.

4Nathalie Blanc tisse ces trois fils – l’environnement, l’esthétique, la ville – pour s’engager vers une « esthétique environnementale », conçue comme un « apprentissage » à notre habitation du monde et de l’urbain. Elle nous propose un parcours en trois étapes qui situe théoriquement cette esthétique environnementale, précise les formes de son « expressivité » et explore ses « modèles d’action ».

5Dans une première partie, l’auteure examine la question du jugement esthétique et de son effectivité politique. En prenant appui sur l’art contemporain, elle montre comment les questions esthétiques se prêtent à l’ouverture de nouveaux espaces publics autour des enjeux d’environnement. Bien qu’original et accessible, le propos reste bref. L’auteure illustre son propos par les enjeux contemporains de la ville durable qu’elle resitue historiquement et selon une perspective internationale (Russie, France, États-Unis).

6Dans une deuxième partie, l’auteure décrit les médiations (le paysage, le récit, l’ambiance) grâce auxquelles l’environnement peut acquérir une présence dans l’espace public. Ces médiations ne sont pas inconnues des sciences sociales mais la façon dont elles sont mobilisées en renouvelle la portée analytique. Ainsi, différentes études de cas permettent d’étudier la place du végétal, de l’animal ou encore de la qualité de l’air en ville.

7Dans une dernière partie, l’auteure explore les formes d’interventions, celles de l’artiste et de l’habitant, qui mettent en jeu la question environnementale et l’ouvre au débat politique. Un des apports de cette partie est de montrer en quoi l’imagination et la création constituent des dimensions structurantes du développement durable et des enjeux qui le sous-tendent (requalification écologique, justice environnementale, etc.).

8Présenté comme un « essai », cet ouvrage constitue un jalon important dans l’ouverture de la relation homme/milieu aux interrogations de notre époque, et plus encore dans sa compréhension grâce au prisme du sensible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Labussière, « Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale », Géographie et cultures, 72 | 2009, 140-141.

Référence électronique

Olivier Labussière, « Nathalie Blanc, Vers une esthétique environnementale », Géographie et cultures [En ligne], 72 | 2009, mis en ligne le 22 mai 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2273

Haut de page

Auteur

Olivier Labussière

UMR 8568 EHESS / CNRS / AgroParisTech / CIRAD

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org