Navigation – Plan du site
Exposition

La rue est à nous… tous1

Djemila Zeneidi
p. 142-143

Texte intégral

1La rue est à nous… tous, comment la partager ? Ce cri du cœur n’est pas le mot d’ordre d’activistes anarchistes. Non, il s’agit d’une exposition sous la direction scientifique de François Ascher et de Mireille Apel-Muller, membres de l’Institut de la ville en mouvement. Créé par François Ascher, professeur d’urbanisme, avec le groupe PSA Peugeot Citroën, cet institut regroupe des chercheurs et acteurs privés pour soutenir des recherches sur la ville et la mobilité. Le fondement de cette structure est basé sur un diagnostic : la mobilité serait partout, et notre époque celle de l’hypermobilité. On retiendra que la mobilité abordée ici est dotée de valeurs socialement positives. Elle est aussi associée à des préoccupations écologiques. La profession de foi de l’institut affichée sur le site comporte une part de préoccupations scientifiques et une volonté de préconisation et d’identification de solutions. Sur le site, on trouvera la promotion d’événements en direction du grand public, tels que des présentations autour du thème « Littérature et Mobilité ».

2Le site de l’exposition propulse d’emblée le visiteur sur le globe, car il affiche la volonté de dépassement du cadre national et de rayonnement dans le monde par le biais des liens avec des partenaires situés dans des grandes villes. Ce tutoiement avec les grandes métropoles donne l’impression d’être de plain-pied dans le global. C’est dans cet esprit que s’inscrit l’exposition intitulée « La rue est à nous… tous ». D’abord présentée en 2007 dans la nouvelle école d’architecture Paris-Val de Seine, l’exposition fait depuis le tour des grandes villes du monde (Tokyo, Montréal), un périple que l’on peut suivre sur la toile.

3L’argumentaire de l’exposition reprend des questionnements scientifiques sur la rue et des préoccupations concrètes en termes d’aménagement et de prospective. « On y circule, on y vit, on y travaille, on s’y expose, on s’y bouscule, on s’y cogne : innombrables pratiques qui se croisent et s’interceptent, faisant de la rue un lieu de rencontres et de conflits ! Et dans toutes les villes du monde, les mêmes questions : à quoi et à qui servent les rues ? À qui appartiennent-elles ? Qui décide, contrôle, surveille ? » (www.larueestatous.com). L’exposition présente une cinquantaine de projets d’urbanisme qui ont repensé la ville comme un lieu de rapprochements entre citoyens et de partage entre utilisateurs. Le catalogue de l’exposition associe réflexions sociologiques, urbanistiques, et illustrations avec les photos des agences de presse internationales.

4On notera, mêlée à des analyses scientifiques, une volonté de recherche de solutions concrètes concernant par exemple la conciliation des vitesses et des modes de déplacements. En arrière plan de cet impératif louable de préconisation, on perçoit une foi dans l’aménagement comme remède aux problèmes qui peuvent être posés dans la rue. On peut toutefois sur cette croyance se demander si elle n’élude pas les dimensions politiques qui construisent aussi la réalité de la rue d’aujourd’hui ?

Haut de page

Notes

1 Exposition www.larueestatous.com, Catalogue Diable Vauvert 2007, 280 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djemila Zeneidi, « La rue est à nous… tous », Géographie et cultures, 72 | 2009, 142-143.

Référence électronique

Djemila Zeneidi, « La rue est à nous… tous », Géographie et cultures [En ligne], 72 | 2009, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Djemila Zeneidi

UMR ADES 5185 CNRS, Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org