Navigation – Plan du site

La femme enceinte, la jeune mère et son bébé dans l’espace public

The pregnant woman, the young mother and her baby in public space
Anne Fournand
p. 79-98

Résumés

Cet article propose d’analyser les interactions entre corps et espace public en s’appuyant sur l’examen de deux symboles de la maternité : la femme enceinte et la mère allaitante. L’analyse appréhende les espaces corporels et publics comme des sphères ou des bulles qui créent différentes figures, qui s’interpénètrent ou s’excluent. Ainsi, sous l’effet des transformations corporelles mais aussi des représentations sociales, la sphère publique des femmes enceintes se réduit-elle peu à peu pour devenir quasi inexistante à l’approche de la naissance. En revanche, lorsqu’elle allaite dans un espace public, la jeune mère crée autour de son corps et de celui de son enfant une bulle d’intimité qui brouille les limites entre corps et espace.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de mon travail de doctorat ("Expériences du corps, expériences de l’espace. (...)

1Cet article1 a pour objet d’examiner le corps de la femme enceinte, de la jeune mère et du nourrisson dans l’espace public. J’ai choisi d’analyser ces figures du corps maternel dans la sphère publique car elles permettent de mettre en évidence les interactions entre espace et corps. En effet, le corps de la femme enceinte et celui de la jeune mère allaitant son nourrisson sont signifiants, ils donnent à voir des éléments de l’ordre de l’intimité construits comme antinomiques à la sphère publique. Ainsi, leur présence dans un espace public crée-t-elle de nouvelles configurations spatiales, qui résultent de la mise en présence de ces corps avec des individus, des objets, mais aussi des idées, des sentiments, des paroles. Leur dimension matérielle est prépondérante mais elle n’est pas suffisante, chaque mouvement, chaque idée, chaque affect est important. Les agencements spatiaux ne sont pas figés, ils sont labiles et fonctionnent comme des bulles, décrites par P. Sloterdijk de la façon suivante :

« La recherche de notre est plus sensée que jamais : car elle s’interroge sur le lieu que produisent les hommes pour avoir ce en quoi ils peuvent apparaître comme ceux qu’ils sont. Ce lieu porte ici, en mémoire d’une respectable tradition, le nom de sphère. La sphère est la rondeur dotée d’un intérieur, exploitée et partagée, que les hommes habitent dans la mesure où ils parviennent à devenir des hommes. Parce qu’habiter signifie toujours constituer des sphères, en petit comme en grand, les hommes sont des créatures qui établissent des mondes circulaires et regardent vers l’extérieur, vers l’horizon. » (Sloterdijk, 2002, p. 31).

2P. Sloterdijk propose une vision innovante qui donne aux sphères, aux bulles, une importance centrale. Chaque être humain vit dans une microsphère, à la fois contenue dans d’autres bulles et les contenant en puissance, dont la caractéristique serait d’être toujours déjà liée à d’autres, la première bulle étant celle de l’utérus. Je propose ici d’examiner les relations entre sphère corporelle et sphère publique en montrant que les bulles fonctionnent parfois en s’excluant les unes les autres et parfois en s’interpénétrant. Il s’agit donc ici d’une réflexion théorique, fondée sur l’expérience, qui a pour ambition de remettre en question la dichotomie entre espace privé et public en montrant que les limites entre sphères corporelle, privé et publique ne sont ni fixes ni stables.

3Afin d’approcher les relations entre les sphères corporelles et spatiales pendant la grossesse et la naissance, j’ai choisi de me concentrer sur l’expérience des femmes. Ainsi, les discours que les femmes produisent pour décrire leur vécu de l’enfantement dans ses dimensions corporelles et spatiales m’ont-ils permis de reconstituer les agencements spatiaux et leur évolution au rythme des transformations des corps. J’ai conduit ma recherche dans le canton de Genève auprès de douze femmes vivant leur première grossesse. J’ai effectué plusieurs entretiens auprès de chacune d’entre elles, deux pendant la grossesse et un après la naissance afin de saisir la lente maturation qui s’effectue pendant les neuf mois de grossesse et qui s’accomplit au moment de la naissance.

4Après avoir présenté le cadre théorique et méthodologique de la recherche, j’examinerai ici trois situations liées à la maternité dans l’espace public : le moment de la grossesse, la mobilité avec un bébé et l’allaitement.

Vers une géographie incarnée

Les fondements théoriques

5Les recherches sur le corps en géographie ont été principalement menées dans le champ des Feminist studies, d’abord dans le monde anglosaxon (Massey, 1994 ; Duncan, 1996 ; Pile, 1996 ; Nast et Pile 1998 ; Longhurst, 2001) puis francophone (Barthe-Deloisy, 2003). Ces géographes se sont inspirés de travaux féministes (D. Haraway, J. Butler, E. Grosz, etc.) pour proposer une définition plurielle du corps. Celleci s’appuie sur une approche à la fois discursive et matérielle visant à dépasser les dichotomies classiques telles que les oppositions corps / esprit, homme / femme, santé / maladie ou intérieur / extérieur. Leur approche est dynamique : le corps est un objet plastique et malléable, susceptible d’être soumis à des réinscriptions sociales. Le corps et l’espace sont ainsi analysés à la fois dans leurs dimensions matérielles et discursives. R. Longhurst, par exemple, explore certains recoins oubliés de la géographie. L’auteure questionne la place du corps sous ses aspects les plus triviaux :

« Les corps et les espaces ne sont jamais clairement séparables ou stables […]. Je glisse du corps comme espace (par exemple l’espace utérin du corps de la femme enceinte) aux espaces intimes que le corps habite (par exemple la salle de bain) » (2001, p. 123).

6Son utilisation de la notion de fluidité est représentative d’une démarche qui articule sans les hiérarchiser les dimensions matérielles et discursives de la réalité. La fluidité est définie à la fois comme une rupture des limites entre l’intérieur et l’extérieur du corps, et comme une remise en cause des frontières entre les sphères intimes et publiques. Ainsi le corps et l’espace ne sont-ils ni séparables, ni stables. Ce jeu s’inscrit dans une intimité « extimisée » :

« L’intime procède de l’affirmation du moi ’moderne’ et de son indispensable vecteur, l’intériorité. […] L’extime quant à lui, si l’on accepte ce néologisme commode à défaut d’être élégant, balise le domaine de cette forme particulière de relation au monde que constitue l’intersubjectivité, entendue comme le domaine de la relation subjective du moi (ego) à autrui (alter ego). » (Lussault, 2003, p. 335).

7Un ensemble de binômes (intérieur / extérieur, ouverture / fermeture, intime / extime) mérite donc d’être déconstruit, questionné, voire dépassé pour comprendre les articulations entre corps et espace.

8Le corps et l’espace sont des objets complexes qui fonctionnent selon de nombreuses interactions, à différents niveaux. Les constructions de chacun de ces concepts peuvent être comparées et la dialectique entre les dimensions matérielles et idéelles du corps et de l’espace fonctionnent selon les mêmes procédures. « L’idée d’une équivalence symbolique entre le corps et l’espace n’intéresse pas que l’espace imaginaire, car l’intuition primordiale de l’espace est par essence imaginaire puisqu’elle implique la possibilité d’une mise en ordre fondée sur la spatialité du corps propre », affirme C. Raffestin (1986, p. 173). Les interrelations entre les sphères corporelles et spatiales sont complexes et inscrites dans le temps. Le corps et l’espace sont construits dans des séquences temporelles qui inscrivent les relations dans des processus diachroniques. La présence d’un corps dans un espace transforme l’agencement des objets et la substance de l’espace en question. On a donc affaire à une succession rapide ou lente de configurations spatiales différentes. De même, la signification du corps est différente selon l’espace où il se trouve. Il y a donc interaction entre les significations spatiales et corporelles. Les corps et les espaces sont en constants mouvements. Leur porosité les rend malléables et fluides à leur mise en présence réciproque. Chaque séquence « corpo-spatio-temporelle » a donc une substance propre.

Produire un savoir situé et incarné

« L’espace du langage dans lequel s’inscrivent les revendications quant à la production du savoir – discours sur les frontières corporelles, les savoirs situés et les (dis)connexions – est maintenant si familier qu’il est peut-être difficile de se souvenir que cela n’a pas toujours été le vocabulaire utilisé par les féministes pour aborder les espaces de production du savoir. » (Rose, 2002, p. 253)

9Les choix que j’ai effectués sont inspirés des principes méthodologiques construits par les géographes féministes. Ce sont les seuls qui puissent me permettre d’analyser finement les relations entre corps et espace et de construire un savoir incarné.

10Comme H. J. Nast l’a montré (1994), les études féministes ont intégré la vie quotidienne des femmes dans des sciences sociales historiquement masculines. Il en a résulté des travaux fondés sur des échelles plus petites, avec des méthodes davantage interactives. Ces recherches ont également contribué à remettre en question la construction positiviste des sciences et l’objectivité des chercheurs. Il s’agit par exemple de créer des espaces de subjectivité afin de pouvoir entrer en relation, en interactivité avec les informateurs, ce dont témoigne H. Avis :

« Ainsi, j’ai trouvé un espace de subjectivité dans le processus d’entretien et, plus important, j’ai trouvé un moyen d’intégrer les différentes dimensions de ma subjectivité à la recherche. J’ai trouvé l’espace intermédiaire qui ouvre les possibilités de créer les mailles des identités collaboratives – entre moi comme chercheuse et celles qui sont interviewées – et de pouvoir mettre en valeur des réseaux de sens partagés qui s’inscrivent à leur tour dans mon projet de recherche » (2002, p. 207).

11Cet espace permet l’interaction entre le chercheur et les personnes interviewées pour entrer en communication et construire un discours qui aura du sens pour ces deux personnes mais aussi dans le cadre plus large d’une recherche en sciences sociales.

12Afin de comprendre comment les relations entre corps et espaces fonctionnent dans le cas de la grossesse, j’ai construit un protocole de recherche qui puisse à la fois constituer un espace d’intersubjectivité et permettre aux émotions de s’exprimer. Il a ainsi été possible de lever les barrières de l’intimité et de la sphère privée : les informatrices se sont confiées, elles ont pu extérioriser leurs joies, leurs peurs et leurs angoisses, elles ont exprimé (ou « extimé ») l’intimité de leur expérience corporelle. Je leur ai parfois moi aussi confié les souvenirs de ma grossesse pour interagir dans une compréhension mutuelle et produire un savoir pertinent sur les connexions entre corps, espace et temps.

13Pour mettre en oeuvre cet espace d’interaction, j’ai choisi de mener des entretiens compréhensifs, c’est-à-dire basés sur des grilles de questions ouvertes qui ont vocation à faire surgir une conversation permettant de comprendre la manière dont la personne pense et agit. Au cours de ces conversations, je ne suis pas restée neutre. Il s’agissait au contraire de concevoir l’entretien comme un évènement communicationnel au cours duquel les interlocutrices construisent collectivement une version du monde (Mondada, 2000, p. 90). Le protocole mis en place a permis le suivi des femmes pendant plusieurs mois, avec trois entretiens chacune, le premier entre trois et cinq mois de grossesse, le second entre huit et neuf mois et le dernier après l’accouchement.

14La partie qui suit est donc construite à partir de l’analyse des deux premiers entretiens. Les parties suivantes sont issues du troisième entretien, quelques semaines après l’accouchement.

Reconfiguration de la sphère publique pendant la grossesse

15La sphère publique est définie comme un ensemble d’agencements qui permettent la coprésence des acteurs sociaux sortis de leur cadre domestique. Ce sont des espaces de convergence et d’actes où les hommes et les femmes se retrouvent pour agir et interagir avec d’autres individus et objets (Lussault, 2003). La rue, les places, les parcs urbains sont des espaces publics. J’intégrerai parfois à mon analyse certains espaces communs (commerces, clubs de sport, restaurants, etc.) qui permettent également la pratique sociale des individus et qui, à ce titre, disent aussi quelque chose de la relation entre sphère corporelle et sphère publique.

16Les femmes qui entrent dans le processus de « maternalité » accompagnent leur état par des modifications de leur espace vécu. Dès le début de leur grossesse, elles reconfigurent leurs pratiques de l’espace public. Certains lieux sont désinvestis au profit d’autres, spécialisés, adaptés à leur état et davantage fréquentés.

L’abandon de certains lieux publics

17Les femmes enceintes délaissent certains endroits et certaines pratiques qui mettent en scène le corps d’une façon particulière. Dès l’annonce de la grossesse, le sport, les sorties nocturnes et les soirées au restaurant sont abandonnés, pour différentes raisons. Il y a parfois des soucis médicaux, mais ce n’est pas toujours le cas. Certaines causes relèvent davantage de la construction sociale de la « bonne mère », ce qui engendre parfois des frustrations assez fortes.

18Il y a tout d’abord les réponses désagréables du corps au début de la grossesse. Certaines souffrent de nausées, de chutes de tension et on comprend aisément qu’il est, dans cette situation, peu agréable de sortir de la sphère privée.

19La toxoplasmose constitue une deuxième cause. Lorsque l’on est enceinte et non immunisée contre certaines maladies, il est conseillé par les médecins de contrôler ce que l’on mange. Ce sont d’anciennes injonctions sociales, relayées aujourd’hui par certaines prescriptions médicales. Or les repas à l’extérieur ne permettent pas toujours ce contrôle, ce qui rebute parfois certaines futures mamans.

20La fumée est un troisième élément répulsif. Là aussi les injonctions médicales sont très fortes. Elles mettent en garde les futures mamans contre la cigarette et la fumée, les encourageant à rester dans les lieux privés où elles peuvent contrôler à la fois ce qu’elles mangent et ce qu’elles respirent. On se méfie donc des flux qui circulent entre l’extérieur et l’intérieur du corps. Même les femmes qui semblent les plus indépendantes face à ces recommandations avouent restreindre leurs sorties, sans pouvoir toujours en exprimer les raisons clairement :

« On sortait, on faisait la fête et tout ça, ça on fait moins, mais c’est normal. Mais la question c’est plus par rapport... Pour le monde, être bousculée... Ça ne me fait pas envie quoi, pour la fumée, pour le monde. Mais, j’y suis allée, on était à la montagne à Noël, je suis sortie presque tous les soirs dans les bars ou comme ça, ce n’est pas... Je n’exclus pas complètement les endroits enfumés. Et puis comme je travaillais à 100 %, le week-end, et surtout maintenant en fait, on est en train de préparer la chambre et tout, on a pas mal de choses à faire à côté, donc on fait des soirées plus calmes. Disons que je n’évite pas les endroits où il y a du monde, ce n’est pas ça, ça ne me stresse pas d’aller dans des endroits... Mais je sors moins, c’est vrai » (Entretien avec Irina).

21Avec la grossesse, les femmes deviennent réticentes face à certaines activités pratiquées dans la sphère publique. Il est devenu inacceptable de mettre en scène son corps, au nom de la vie qu’il abrite et que la future « bonne mère » se doit de protéger. Les prescriptions médicales sont utilisées pour justifier ces restrictions qui relèvent davantage, à mon sens, d’injonctions sociales. Le guide de grossesse dirigé par R. Frydman donne, au chapitre « loisirs », un bon exemple de ce discours ambigu et limitatif :

« Éviter le surmenage ne vous interdit ni de sortir ni d’aller danser si tel est votre désir : choisissez cependant les musiques chaloupées et langoureuses plutôt que les acrobaties et les rythmes endiablés ! […] Enceinte, vous récupérez plus difficilement, aussi est-il bon de ne pas accumuler les sorties, dîners, travail, balades et week-ends, les uns à la suite des autres » (Frydman et Cohen-Solal, 2008, p. 135).

22Ce paragraphe montre bien que, s’il n’est plus question d’interdire certains lieux ou certaines activités aux femmes enceintes, elles ne doivent pas en abuser. Les danses ne peuvent être que douces et calmes, adaptées aux représentations sociales de la bonne mère, et les sorties doivent rester exceptionnelles. Sous le prétexte médical de leur épargner de la fatigue, on limite temporellement et spatialement leur sphère publique. R. Longhurst relève d’autres facteurs limitatifs qui tiennent davantage à l’aménagement des lieux. Elle décrit une taverne équipée seulement de huit tabourets hauts qui ne permettent pas à une femme au ventre rond de s’installer confortablement :

« Ce n’est peut-être pas surprenant que les besoins corporels spécifiques des femmes enceintes ne soient pas considérés par ceux qui ont pensé le design de la taverne. Ce type d’environnement (longtemps associé au tabac et à l’alcool) n’est pas habituellement considéré comme approprié aux femmes enceintes » (1998, p. 29).

23Ainsi les injonctions sociales sont-elles inscrites dans la configuration spatiale des lieux, qui dissuade les femmes enceintes de les fréquenter.

24Les espaces d’activités sportives sont également rapidement délaissés. Le sport est pourtant socialement valorisé, il permet d’obtenir un corps jeune, sain, élancé, hygiénique. Ce faisant, ces pratiques mettent en scène le corps de façon particulière, dans des lieux spécifiques.

« La sportivisation de la vie quotidienne a estompé la différence autrefois bien marquée entre tenue de ville et tenue de sport. De nouvelles manières de parler du corps apparaissent. Mais à l’échelle du quotidien, dans les relations aux autres, dans la majorité des étiquettes corporelles qui régissent la socialité, rien ne change à l’effacement ritualisé des pratiques somatiques. Ce sont des lieux privilégiés, eux aussi réglementés et aux emplois du temps ritualisés, qui accueillent le plus souvent le corps valorisé : salles de mise en forme, stades, jardins publics, salles de musculation, espaces publicitaires, plages de l’été, etc. » (Le Breton, 1990).

25La femme enceinte est largement encouragée à abandonner ces lieux de pratique sportive. Son corps qui prend du volume et attire les regards doit s’effacer au profit de pratiques qui conviennent à son état. Cet abandon relève, là encore, à la fois de nécessités médicales et de l’obligation faite à la future mère de protéger le foetus. Ces recommandations sont largement relayées par les manuels de grossesse. L. Pernoud conseille de limiter tous les sports sauf la marche et la natation (2008, p. 63) :

« Vous le voyez, ce que l’on redoute dans certains sports, outre la fatigue qu’ils peuvent entraîner chez une femme enceinte, c’est le risque d’hypoxie (manque d’oxygène) pour le bébé si l’activité est pratiquée de façon trop intense. C’est aussi l’éventualité d’une chute. »

26Les raisons médicales sont là encore invoquées pour limiter la pratique sportive des femmes enceintes.

« Bon déjà j’avais pas la pêche... Les muscles sont fatigués alors je me voyais pas faire du vélo... Et puis j’avais aussi peur de mettre en risque cet être parce que je roule vite... Je fais attention mais je suis un automobiliste en vélo, je me faufile entre les voitures et je trouvais ça un peu dangereux quoi » (Entretien avec Béatrice).

27Le vélo, l’équitation, le tennis, le ski sont souvent arrêtés spontanément, par peur des secousses et des chutes qui pourraient déclencher une fausse-couche. La future maman prend alors la responsabilité de ce foetus qui grandit en elle. Il existe, comme un être qu’elle se doit de protéger. Mais elles doivent aussi concilier cela avec l’obligation de rester en bonne santé et donc de continuer à bouger. Elles doivent ainsi articuler des injonctions sociales contradictoires :

« J’aime bien faire de la gym à la maison avec des DVD donc ça j’en ai pris pour femmes enceintes et puis voilà je vais essayer de me mettre un petit peu… Ça c’est plus facile d’être régulière, et puis c’est à la maison, c’est quarante-cinq minutes et puis voilà, là il y a vraiment, c’est plus faisable… Plutôt que d’aller à la piscine pour une demi-heure de nage… » (Entretien avec Karine).

28On a ici un bel exemple de repli sur la sphère privée, qui illustre aussi la volonté d’appliquer des conseils donnés par les médecins, la sagefemme ou lus dans des guides de grossesse :

« Vous êtes peut-être de ces femmes qui ne font aucun sport, jamais de gymnastique, et qui n’ont pas l’habitude de marcher. Maintenant que vous êtes enceinte, c’est le moment de prendre l’habitude de faire au moins un peu d’exercice physique, et peut-être, ayant découvert comme c’est agréable de faire de la gymnastique et de marcher régulièrement ou d’aller à la piscine, continuerez-vous après la naissance de votre enfant » (Pernoud, 2008, p. 58).

29Ainsi, ces changements de pratiques peuvent-ils s’accompagner de la découverte de nouveaux lieux. Dans certains cas, les perceptions de l’environnement se modifient et les femmes deviennent sensibles à des éléments qu’elles ignoraient auparavant :

« Si je vais à Carouge à mon boulot à pied, je vais le plus longtemps au bord de l’Arve après je suis contente… Je regarde les arbres, l’eau. […] Moi j’ai toujours aimé voir l’eau... Et puis c’est vrai j’ai jamais pris un chemin... Parce que j’étais toujours à vélo... Tu n’as pas la même perception c’est toujours rapide... Voilà c’est l’élément naturel qui te touche comme le vent, de l’air qui passe, c’est ce genre de choses qui sont magnifiques... Le soleil même l’hiver c’est super ! L’été est tellement chaud. Je crois que si je peux choisir un chemin où me promener je choisis les voies plus calmes... » (Entretien avec Béatrice).

30La grossesse est donc un moment particulier dans la vie d’une femme, où son corps ne lui appartient plus vraiment et où il fait l’objet de nombreuses injonctions sociales parfois contradictoires : sortir, mais ni dans des endroits enfumés, ni trop souvent ; danser mais pas trop dynamiquement ; bouger, mais sans faire de sport, etc. Les femmes sont donc invitées à reconfigurer leur sphère publique et à fréquenter des lieux construits comme convenables, adaptés à leur état.

L’immobilisation des femmes (fin de grossesse)

31En fin de grossesse, les femmes deviennent moins mobiles et délaissent l’espace public. Elles y sont contraintes pour des raisons nettement corporelles au sens où les changements de leur corps, en particulier le volume de leur ventre, les empêchent de se mouvoir « normalement ». Les rondeurs de la grossesse transforment les limites du corps et le rapport matériel à l’espace.

« Ce qui me fait hyper râler et où des fois j’ai envie de mettre des coups de pieds et de démolir les portières, c’est quand je me gare, ça m’est arrivé de devoir tourner en rond en me disant : ’Cette place elle est juste trop petite. Je ne peux plus sortir de ma voiture’. Une place, j’en trouve une, en ville c’est déjà difficile mais je ne peux pas sortir de ma voiture donc je ne peux pas la prendre… » (Entretien avec Laurence).

32Les nouvelles limites spatiales de son corps n’étant pas encore intégrées dans ses représentations mentales, elle doit faire l’effort de les prendre en compte pour chacun de ses gestes. D’autre part, les équipements urbains ne sont pas adaptés au volume des corps hors normes. R. Longhurst montre par exemple que les escaliers sont peu adaptés aux corps des femmes enceintes (1998, p. 30) : « Monter les escaliers peut-être fatiguant pour une femme enceinte et les escalateurs sont problématiques en raison du changement de leur centre de gravité ». Les femmes doivent en effet fournir une double adaptation, à des espaces peu aménagés et aux transformations de leur corps. Lorsqu’elles sortent, c’est pour aller moins loin et pour des durées plus courtes.

« Je me fatigue relativement vite. Et de plus en plus, je ne peux pas tenir debout. J’avais déjà un peu de peine pour les magasins, donc il faut vraiment que je fasse attention. Là, ça ne s’est pas amélioré. Et même au niveau de la marche au bout de quinze / vingt minutes, c’est lourd ! Donc, j’essaie de faire ce que je sens, si je le sens, je sors, je fais une petite promenade, si je ne le sens pas, voilà je ne bouge pas » (Entretien avec Oriane).

33On constate ici que la sphère publique se rétracte. Même les magasins, parfois assidûment fréquentés, sont moins accessibles. Le temps de marche devient très court. L’espace public n’est pas adapté à l’état de grossesse. Les femmes sont par exemple obligées de choisir des lieux pourvus de toilettes :

« J’ai remarqué qu’il me fallait toujours des toilettes à proximité parce que je vais tout le temps aux toilettes ! Donc, par exemple, la terrasse du Paradis, je ne sais pas si tu connais ? C’est sur le bord du Rhône, il n’y a pas de toilettes alors j’y vais un peu moins, plus beaucoup… C’est des petits détails, c’est fou mais… Je suis tout le temps… C’est embêtant ! » (Entretien avec Julie).

34Les limites du corps deviennent floues et les femmes ne se sentent plus sûres de pouvoir en contenir tous les fluides. Les espaces publics ne sont pas appropriés à cette situation et la pudeur les invite à rester chez elles. Vers l’approche du terme de la grossesse, la peur de perdre les eaux les retient également.

35L’espace public accessible en fin de grossesse se rétrécit donc encore. À pied, le quartier comme espace de vie se restreint et l’espace-temps des femmes diminue quand le volume de leur corps augmente :

« Maintenant mon quartier, il est plus petit, déjà la dernière fois il était plus petit, maintenant il est encore plus petit. Non, c’est plus comme avant, quand j’étais en vélo, j’allais partout où je voulais. Je préfère me reposer.  » (Entretien avec Béatrice).

36La mobilité et l’accès à l’espace public des femmes se recomposent donc avec l’avancement de la grossesse et les changements du corps. Ce processus relève à la fois de raisons physiques puisque le corps alourdi est plus difficile à mouvoir, et de raisons sociales liées au regard porté sur le corps de la femme enceinte. Après la naissance, les jeunes mamans pourront reconquérir progressivement cet espace public délaissé pendant les derniers mois de grossesse, mais elles devront encore adapter leurs pratiques, notamment pour allaiter leur enfant.

Après la naissance, ré-apprivoiser l’espace urbain

37La naissance d’un enfant est un bouleversement profond, à la fois identitaire, corporel et relationnel. La jeune maman recompose son espace vécu au gré de ce bouleversement et de la relation construite avec son enfant. Pouvoir quitter le cocon protecteur du domicile et envisager ne serait-ce qu’une promenade dans la rue avec un nourrisson peut parfois prendre des allures de grande aventure.

38Une certaine immobilité

39Les soins au nouveau-né ou l’allaitement peuvent être des freins puissants à la mobilité des jeunes mamans :

« - Tu n’es pas encore sortie ?

- Très peu, vraiment, je suis sortie deux fois seule avec le bébé et autrement avec Fabien on est sorti deux ou trois fois. Mais je n’arrivais pas, en plus il fait froid. Il m’a fallu une semaine avant de sortir seule. […]

- Et puis il faut s’organiser, il faut avoir envie d’allaiter à l’extérieur, tout ça…

- Oui, mais maintenant gentiment ça se met en place… Oui, hier je suis allée à l’Arcade pour le peser, pour avoir une idée et c’était l’expédition de la journée… et le temps de le préparer, tout ça, c’est tout un timing… » (Entretien avec Élodie).

40Le but de la première sortie d’Élodie est une visite à sa sagefemme. Si elle se lance à l’assaut de l’espace urbain avec sa poussette, c’est pour rejoindre l’un des lieux centraux de l’espace de la naissance genevois. Elle reste dans la sphère de l’enfantement et de la maternité, repliée sur son bébé et sa croissance, ce qui est rassurant pour elle. Elle ne peut pas encore quitter la bulle réconfortante de la maternité.

41La mobilité est liée à une bonne interaction mère-enfant, la maman doit se sentir en sécurité avec son enfant, avoir bien compris ses besoins et savoir les satisfaire pour oser sortir avec lui. Si ces conditions ne sont pas remplies, la situation peut impliquer une certaine immobilité, d’autant que la perception de l’espace urbain est souvent modifiée. Lorsque Laurence sort pour une petite promenade ou pour quelques courses, elle a le sentiment de redécouvrir la ville, les lieux qui lui étaient familiers lui sont devenus étrangers.

« C’était dur qu’il [son mari] n’arrive pas tout de suite…

- Et puis, il y a eu tout ça qui s’est enchaîné donc c’est vrai que je ne suis quasiment pas sortie. Et puis la première fois que je suis sortie vraiment, c’était le jour où on est parties en promenade avec cette copine qui a aussi un mari cubain. Et c’était un des premiers beaux jours où il y a eu du soleil. Et puis on reprend tranquille… Et puis, les fois où on est sortis pour faire les courses, où je l’ai mise dans la poussette, la première fois que je suis sortie faire les courses à la Migros, j’avais l’impression d’être une extraterrestre ! Ça fait un mois que je ne suis pas sortie, il se passe quoi ? On est où ? C’est quelle planète ? Je ne comprenais plus rien, j’étais bourrée, avec la musique, le bruit, les gens, la lumière. Et il y a tout le monde qui était là : ’Ah, le petit bébé, comme il est joli, elle est mignonne’. » (Entretien avec Laurence).

42Laurence a perdu ses repères quotidiens et doit les retrouver. Les gens transgressent les limites habituelles de sa sphère corporelle pour se pencher sur son enfant et faire des commentaires. Son bébé devient un objet public, un objet de sollicitations de la part d’inconnus, ce qui a un caractère déstabilisant. Par ailleurs, la manipulation d’une poussette dans l’espace urbain nécessite également un effort d’adaptation.

43Une certaine mobilité

44L’arrivée d’un enfant modifie les habitudes de mobilité de la mère et son espace vécu. Les rythmes de reprise des sorties varient d’une maman à l’autre. Les moyens de transport utilisés peuvent être différents après l’arrivée de l’enfant et la conduite d’une voiture peut devenir nécessaire dans certains cas.

« En fait, la même semaine que j’ai accouchée, comme nous avions une voiture, nous sommes allés à Montreux, on a fait le tour donc j’étais très, très bien. Je pouvais marcher et tout ça…

- Tout de suite après l’accouchement ?

- Oui, tout de suite. En fait, à cause de la bilirubine, je sais qu’en espagnol on dit la bilirobina. C’est une substance que le bébé lui-même éjecte mais il faut pour ça qu’il prenne du soleil. Et il n’y avait pas de soleil après l’accouchement, donc on a dû faire le tour en voiture. Parce que sinon ça peut être dangereux. Il devient tout jaune.

- Ah oui ! La jaunisse, d’accord.

- Donc on a fait le tour en voiture et tout ça même le jour après donc c’était très, très bien » (Entretien avec Irina).

45Cette promenade est rendue possible par le prêt d’une voiture. Lorsque la mère ne dispose pas d’une voiture, elle doit utiliser les moyens de transport publics, bien souvent avec une poussette. Mais la manipulation de cet objet n’est pas toujours facile en milieu urbain et certains bus ou tramways genevois ne sont pas accessibles. Irina exprime les difficultés qu’elle rencontre liées à l’accessibilité des bus et au manque de coopération des autres usagers :

« Maintenant, pour aller en ville, je vois que j’ai de la chance d’habiter ici parce qu’en fait la ligne huit, c’est très bien pour avoir une poussette. Ce n’est pas le cas avec les trams ou les autres bus parce qu’il y a des escaliers qu’il faut monter. Maintenant, je suis avec une amie à moi, mais quand je suis allée toute seule, deux ou trois fois en ville, ce n’est pas évident. Il y a des gens qui ne t’aident pas, surtout dans le tram. Mais c’est bien, au moins elle dort tout le temps. La poussette, c’est miraculeux, quand elle ne veut pas dormir, on la met là. […] À la fête de la musique, nous sommes allés et nous avons raté le dernier bus et nous avons marché de Genève jusqu’à ici » (Entretien avec Irina).

46La poussette est un objet particulièrement intéressant à divers titres : c’est un objet quasiment incontournable, que tous les parents ont décidé d’acquérir, et il a pour éminente fonction de faciliter la mobilité de la famille dans l’espace public.

47L’observation d’une page de catalogue de matériel pour enfant montre les critères mis en avant pour inciter les parents à acheter cette poussette. Voici la description du modèle D :

« Très maniable en ville grâce à sa double roue avant pivotante ou fixe, elle est dotée de suspensions arrière / avant et de freins hydrauliques. Système de pliage et dépliage automatique qui s’effectue d’une seule main (dimensions, pliée avec roues : 100 x 66 x 44 cm, poids 16 kg). Hamac réversible pour positionner bébé face à la route ou face à vous. »

48Ce descriptif insiste sur les aspects mécaniques qui doivent permettre une très bonne maniabilité en ville. Cette poussette est donc particulièrement adaptée au territoire urbain. La position de l’enfant est évoquée pour préciser qu’il a la possibilité d’être tourné vers la rue (sphère publique) ou vers sa mère (sphère privée). Les différents accessoires présentés sur cette page montrent que l’objet s’adapte à tous les âges de l’enfant jusqu’à ce qu’il marche seul. Ce système très pratique et adapté au mode de vie urbain instaure néanmoins une distance entre le corps du bébé et celui de ses parents qui n’ont pas besoin de le prendre dans leurs bras pour le transporter. L’objet très technique enveloppe le corps du nourrisson dans une coquille protectrice des dangers urbains et automobiles (réels et supposés) mais l’éloigne en même temps de la chaleur des corps parentaux. La poussette est également conçue pour que l’enfant puisse être transporté d’un espace à l’autre sans jamais quitter sa coquille adaptable. En effet, la nacelle peut, par exemple, être utilisée comme lit (au domicile), comme siège-auto (pendant les transports) et sur ses roues dans la rue. La poussette est donc un objet qui permet de gommer les limites entre les sphères privées et publiques. L’enfant est transporté de l’une à l’autre sans être dérangé, sans qu’il s’en aperçoive.

49Cette partie a démontré que la sphère domestique, de l’intimité, est sécurisante et rassurante. Elle protège les corps de la mère et de l’enfant. En revanche, l’espace urbain, qui les expose au regard public et dans lequel se trouvent un certain nombre d’obstacles, doit être ré-apprivoisé. Comme à la fin de la grossesse, l’espace public est ségrégé, les mamans commencent par fréquenter les lieux de la sphère maternelle, le cabinet de sages-femmes par exemple. D’autres endroits deviennent inaccessibles notamment en raison des transports publics inadaptés. La voiture est alors considérée comme le moyen de transport le plus adéquat : il offre une grande liberté de mouvement et permet de se déplacer tout en restant dans une sphère privée. La poussette joue le même rôle de brouillage des limites entre sphère privée et publique, à l’échelle du corps du bébé.

Allaiter dans l’espace public

Allaiter : un geste signifiant

50L’allaitement est une pratique corporelle qui met fondamentalement en jeu la relation de la mère à l’enfant et qui instaure une circulation de nourriture entre les deux corps. On est ici dans une matérialisation de la relation, un moment unique et concret qui permet d’accéder au passage de l’intime à l’extime. L’allaitement est une circulation de liquide, le lait, entre le corps de la mère et celui de l’enfant. Les deux corps sont à ce moment-là collés l’un à l’autre dans un geste fusionnel. Ainsi, les limites entre corps et espace sont-elles rompues et on observe un « agencement corpospatial », c’est-à-dire qu’une bulle se construit, englobant les deux corps de manière à les isoler de la sphère publique.

51L’allaitement est un geste symboliquement chargé qui permet à la mère de garder un lien corporel avec son enfant. C’est une étape fondamentale sur la voie de la séparation de leurs deux corps. En effet, le nourrisson qui vient de quitter la bulle de l’utérus continue à être nourri par le corps maternel. L’allaitement est signifiant du sentiment maternel et il est socialement construit comme constitutif de la maternité. C’est un geste contrôlé par de nombreuses injonctions sociales venant du monde médical et de l’environnement social et familial. Il est représenté comme très bénéfique pour la santé de l’enfant et pour la construction du lien avec sa mère. Cela explique que certaines femmes s’acharnent à surmonter des difficultés importantes pour le mettre en place. Ces difficultés aboutissent parfois à une immobilisation de la mère qui s’isole dans son espace domestique.

« Parce que, se retrouver toute seule, toute la journée avec ton bébé... Tu es scotchée là, tu ne sors pas. Si elle avait tété normalement, tout de suite… Oui, si ton bébé il mange bien, il dit rien, eh bien voilà c’est facile. Tu le mets au sein, il mange et tu continues… Mais là comme ça ne se passait pas comme prévu… Eh bien voilà, ça fait deux mois que je suis sur ce canapé ! ! Une fois avec elle collée au sein, une fois avec la machine collée au sein ! » (Entretien avec Laurence).

52Les difficultés liées à l’allaitement se sont accompagnées d’une quasi-immobilisation de la mère dans son appartement. L’espace s’est refermé sur son corps et son appartement est devenu une bulle impossible à quitter, dans laquelle elle restait seule avec son bébé. L’allaitement est aussi inscrit dans des contextes spatio-temporels spécifiques. Ce geste ne se pratique pas de la même manière dans l’espace domestique et dans les espaces communs ou publics de la ville. Il est parfois difficile de mettre en jeu l’intimité qui lui est inhérente dans un espace trop ouvert.

Les espaces de l’allaitement

53L’allaitement implique de découvrir une parcelle de nudité féminine. « La nudité individuelle ou collective, privée ou publique crée des lieux, des territoires, des pratiques travaillés par des normes, des codes, des histoires, des morales et des idéologies » (Barthe-Deloizy, 2003, p. 19). Le sein est un organe qui mêle plusieurs significations et le dévoiler n’est pas anodin. « Le sein est un organe particulièrement ambigu : du nourrisson qui tète à l’homme qui caresse et à la femme qui se regarde ; maternité, érotisme et narcissisme se rencontrent dans un même jardin et se nourrissent du même fruit » (Gros, 1987, p. 59). Sensation secrètement dissimulée : « il n’est pas rare par exemple que la femme qui allaite ressente un plaisir assimilable au plaisir sexuel. Et qui peut dire ce que voit l’homme contemplant la scène : la maternité ? La beauté ? La sensualité ? » (Kaufmann, 1998, p. 194). Chaque maman aura donc une manière particulière de gérer l’ambiguïté de ces significations et le regard des autres sur son corps allaitant. L’une préfèrera un environnement privé, une autre ne verra aucun inconvénient à allaiter dans l’espace public. Souvent, après s’être familiarisée avec l’allaitement chez elle, enfin à l’aise avec cette pratique, elle ose la vivre à l’extérieur. Oriane alterne les tétées en privilégiant la relation avec sa fille. Elle s’organise pour ne pas allaiter plusieurs fois de suite à l’extérieur de chez elle. Elle équilibre donc les lieux dans un rythme temporel :

« Et l’allaitement, vous allaitez… vous préférez être chez vous ou ça ne vous gênerait pas, par exemple d’allaiter ici, en public...

- Au départ, il fallait qu’on s’habitue les deux, donc qu’on se connaisse et maintenant, il n’y a pas de problème. J’essaye effectivement de faire une tétée dehors et celle d’après à la maison parce qu’elle aime bien avoir quand même du calme dans son environnement et j’essaye de... il y a une chose que je respecte, c’est la tétée du soir en fait. La tétée du soir, on la fait toujours à la maison et c’est un moment privilégié pour les deux... Et comme ça se passe assez bien, je n’ai pas vraiment envie d’interrompre ça ou de casser ce rythme qui… » (Entretien avec Oriane).

54Lorsque la mère et l’enfant ont trouvé leur rythme et que la relation est stabilisée, il est plus aisé d’allaiter dans n’importe quelle situation. Les mamans dépassent leurs réticences et s’organisent, elles trouvent des stratégies pour protéger leur intimité en allaitant à l’extérieur de chez elle. L’allaitement devient alors très pratique et confortable :

« Et tu l’allaites en public ?

- Oui, au début on se gêne, surtout que... Et après tant pis, on se dit que… On fait abstraction du reste. C’est-à-dire que ce qui est pratique c’est de pouvoir allaiter où on veut finalement. Parce qu’au moins elle a toujours à manger, c’est toujours prêt, stérile, à la bonne température. Donc ça m’est arrivé d’allaiter en marchant, dans la rue. En Italie, mon mari poussait la poussette et moi je l’allaitais ! Parce qu’on avait du retard, c’était l’heure de manger et je ne voulais pas la laisser hurler et on devait quand même rentrer, donc... Mais les gens en général, ils perçoivent ça bien. Bon, on peut faire ça discrètement aussi. On n’est pas obligé de se déshabiller complètement. On s’habille en fonction et puis du coup… pas de problème » (Entretien avec Henriette).

55À l’extérieur, il est nécessaire de recréer une sphère d’intimité autour de son corps et de celui de l’enfant grâce à un tissu protecteur des regards. Les mamans peuvent, par exemple, s’envelopper dans un châle ou choisir des vêtements spécialement conçus. La Leche League, une association mondiale pour la promotion de l’allaitement maternel, donne des conseils à ce sujet :

« Un autre obstacle culturel vient d’un croisement entre la pudeur de beaucoup de femmes et l’érotisation actuelle des seins. […] L’idéal serait évidemment que le geste d’allaiter son enfant redevienne aussi naturel que de prendre un verre à la terrasse d’un café. En attendant ce jour..., il est urgent de montrer aux futures mères qu’on peut parfaitement allaiter en public dans une totale discrétion, pour peu qu’on soit habillée de façon adéquate : un bas (jupe ou pantalon) et un haut (pull, tunique, T-shirt, sweat-shirt) qu’on soulève légèrement » (Disierjean-Jauveau, 1993).

56Certaines photographies publicitaires de vêtements de grossesse et d’allaitement illustrent cette préoccupation de discrétion. L’un d’elles, par exemple, met en scène une maman qui allaite son bébé, assise sur une murette, suggérant qu’elle est dans un jardin public. Son pullover ne laisse pas apparaître sa peau, lui permettant d’allaiter à l’abri du froid et des regards des passants.

57Lorsque les mamans sont à l’aise avec l’allaitement, elles apprivoisent des lieux de plus en plus ouverts pour le pratiquer : elles passent progressivement des espaces privés aux espaces privés des autres (chez des amis) puis aux espaces communs (cafés, centres commerciaux, salles d’attente) et enfin aux espaces publics de la rue ou des parcs. Chaque séance est une rupture des limites corps-espace qui nécessite un « agencement corpospatial ».

58Le geste de l’allaitement est vécu comme un acte intime pendant lequel les limites corporelles sont rompues puisqu’un fluide s’écoule du corps de la mère. Cet acte, construit comme naturel, renvoie aussi à l’animalité du corps humain. Ce qui explique le besoin de s’isoler, soit dans l’espace privé, soit dans un lieu protégé pour le pratiquer. Si cela est impossible, il est fait discrètement, sous les vêtements, afin qu’aucun regard ne puisse s’attarder sur le sein de la mère. Le sein doit être ramené à un seul de ses signifiants pendant l’allaitement, celui de l’organe nourricier. Toute sensualité est écartée. Aucune personne extérieure ne doit troubler ce moment d’intimité entre la mère et l’enfant. Ce moment d’intimité est réservé au bébé et ne se partage pas avec d’autres. Il n’y a donc pas d’extimité en dehors de la relation mère-enfant.

59Cet examen des relations entre le corps maternel et l’espace public nous permet de mettre en évidence le fonctionnement des sphères corporelles et publiques. En effet, pendant la grossesse, on assiste à une sorte de ségrégation spatiale. Certains lieux ne sont pas adaptés pour recevoir le corps des femmes enceintes et celles-ci les évitent très vite. Leur fréquentation ne correspondrait pas aux représentations d’une « bonne mère ». Ces sphères publiques se referment sans s’adapter aux corps des femmes enceintes. Un processus d’exclusion s’enclenche rapidement lorsque la grossesse devient visible, et lorsque le volume du corps entrave la mobilité.

60Lorsque l’enfant est né, on assiste à la création d’agencements spatiaux qui restaurent des bulles privées dans les espaces publics : la poussette ou l’automobile permettent une mobilité qui protège le corps du nourrisson. En effet, il s’agit de construire une distance entre les corps de la mère et celui de l’enfant qui vient de quitter la bulle utérine. Cette distance s’installe peu à peu avec des épisodes de rupture qui brouillent la frontière entre corps et espace. Pendant l’allaitement, les deux corps ne forment à nouveau plus qu’un, l’espace se referme sur eux en une bulle, protectrice de l’intimité de la mère : lorsque le corps s’ouvre, pour laisser le lait s’écouler, l’espace se referme, dans un processus de « corpospatialité ». Cette fermeture peut être matérialisée par les murs d’une pièce close ou par le tissu de vêtements enveloppants.

61Ainsi cet article a-t-il permis de vérifier que les frontières entre les sphères publiques et privées, entre les corps, entre les corps et les espaces, ne sont jamais clairement établies et toujours réincarnées. Les aménageurs pourraient sans doute tirer profit de cette réflexion pour penser des espaces de l’entre-deux, dans lesquels des bulles d’intimité pourraient se créer au gré des besoins, dans lesquels les corps fluides de la femme enceinte ou de la mère allaitant pourraient trouver leur place.

Haut de page

Bibliographie

AVIS, H., 2002, « Whose voice is that? Making space for subjectivities in interviews », dans L. Bondi, H. Avis, R. Bankey, et al., Subjectivities, knowledges, and feminist geographies, Maryland, USA, Rowman and Littlefield Publishers.

BARTHE-DELOIZY, F., 2003, Géographie de la nudité, être nu quelque part. Paris, Bréal.

CLARKE, A. J., 2004, « Maternity and materiality. Becoming a mother in consumer culture », dans J. S. Taylor, L. L. Layne et D. F. Wozniak, Consuming motherhood, New Brunswick, New Jersey et Londres, Rutgers University Press, p. 55-71.

DISIERJEAN-JAUVEAU, C., 1993, « Pour un retour à la civilisation de l’allaitement maternel », Allaiter aujourd’hui, nº 16.

DUNCAN, N. (dir.), 1996, BodySpace. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Londres, New York, Routledge.

FRYDMAN, R., et J. COHEN-SOLAL, 2008, Ma grossesse, Paris, Odile Jacob.

GROS, D., 1987, Le sein dévoilé, Paris, Stock.

GROSZ, E., 1994, Volatile bodies. Toward a corporeal feminism, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press.

HARAWAY, D., 2007, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences - Fictions – Féminismes, Anthologie établie par L. Allard, D. Gardey et N. Magnan, Mayenne, Exils Éditeur.

KAUFMANN, J-C., 1998, Corps de femmes, regards d’hommes. Sociologie des seins nus, Paris, Nathan.

LE BRETON, D., 1990, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.

LONGHURST, R., 1998, « (Re)presenting shopping centres and bodies. Questions of pregnancy », dans R. Ainley, New frontiers of space, bodies and gender, Londres et New York, Routledge, p. 20-34.

LONGHURST, R., 2001, Bodies: exploring fluid boundaries, Londres, New York, Routledge.

LUSSAULT, M., 2003, « Espace public », dans J. Lévy, M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

MAMANANA, 2008, « Pour allaiter en beauté - Boutique en ligne », [http://www.mamanana.com/catalog/pull-fourrure-polaire-p-80.html], consulté le 16 juin 2008.

MASSEY, D., 1994, Space, place and gender, Oxford, Blackwell Publishers.

MONDADA, L., 2000, Décrire la ville. La construction des savoirs urbains dans l’interaction et dans le texte, Paris, Anthropos.

NAST H. J., 1994, « Women in the field: Critical feminist methodologies and theoretical perspectives », The Professional Geographer, vol. 46 (1), p. 54-66.

NAST H. J. et S. PILE, (dir.), 1998, Places through the body, Londres, New York, Routledge.

PILE, S., 1996, The body and the city. Londres, Routledge.

PERNOUD, L., 2008, J’attends un enfant, Paris, Horay.

RAFFESTIN, C., 1986, « Écogenèse territoriale et territorialité », dans F. Auriac et R. Brunet, Espace, jeux et enjeux, Paris, Fayard, p. 173-185.

ROSE, G., 2002, « Conclusion », dans L. Bondi, H. Avis, R. Bankey, et al., dans Subjectivities, knowledges, and feminist geographies, Maryland, USA, Rowman and Littlefield Publishers.

SOLTERDIJK, P., 2002, Bulles. Sphères I, Paris, Pauvert.

Haut de page

Notes

1 Cet article est extrait de mon travail de doctorat ("Expériences du corps, expériences de l’espace. Une géographie de la maternité et de l’enfantement", 2008) conduit à l’université de Genève sous la direction d’A. Bailly et de J-F. Staszak.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Fournand, « La femme enceinte, la jeune mère et son bébé dans l’espace public », Géographie et cultures, 70 | 2009, 79-98.

Référence électronique

Anne Fournand, « La femme enceinte, la jeune mère et son bébé dans l’espace public », Géographie et cultures [En ligne], 70 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://gc.revues.org/2320 ; DOI : 10.4000/gc.2320

Haut de page

Auteur

Anne Fournand

Université de Genève
Anne.Fournand@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org