Navigation – Plan du site

Le libre mouvement des corps

Le « parkour », une nouvelle expérience du déplacement dans la ville
Bodies in free motion: A renewed experience of urban circulation with Parkour
Sylvie Miaux
p. 99-116

Résumés

L’apparition de nouvelles formes de déplacements dans la ville, telles que le « parkour », vient remettre en question la mise en scène et l’aménagement des espaces publics urbains. En effet, cette nouvelle pratique qui consiste à tracer son chemin en étant capable de dépasser certains obstacles, met en scène la liberté de mouvement dans des espaces contraignants. Nous présenterons, pour commencer, les origines du « parkour », le milieu dans lequel il s’est développé, puis nous insisterons sur l’importance accordée au corps, à la liberté de mouvement par les traceurs (pratiquants du « parkour ») et, enfin, nous nous interrogerons sur l’espace public et sur ses mises en scène.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le "parkour" est le nom donné à une nouvelle pratique sportive qui consiste à tracer le chemin le p (...)
  • 2 Le terme "contre-culture" sert à désigner une sous-culture d’un genre particulier : elle se caracté (...)

1Depuis une trentaine d’années, de nouvelles formes de mouvements apparaissent dans nos villes, telles que la glisse urbaine et plus récemment le « parkour »1, qui viennent remettre en question la mise en scène et l’aménagement des espaces publics urbains. Ces pratiques se positionnent comme une « contre-culture »21 en cherchant à maîtriser une architecture opprimante. Elles témoignent aussi de l’urgence de donner davantage de place aux corps en mouvement au coeur de nos villes. En effet, c’est la recherche de sensations, de liberté qui nourrit ces nouvelles « cultures urbaines » (glisse urbaine, parkour, etc.) où priment la liberté de mouvement et la recherche d’obstacles à franchir. Le corps, à travers ces activités, retrouve une place centrale qui réaffirme la relation de l’individu à la ville.

2Du point de vue des aménageurs qui s’acharnent à canaliser le mouvement, à lisser l’espace pour éviter les débordements, ce genre de pratiques est à proscrire car elles ne s’insèrent pas dans la grille des déplacements possibles. En effet, le skater et le traceur donnent à voir l’espace public différemment, tant d’un point de vue matériel qu’idéel.

3C’est sur l’image du traceur, qui aborde l’espace public au-delà des rues et des places et nous montre de nouveaux chemins plus aériens, que nous allons centrer notre propos. Quelles sont les raisons qui motivent de jeunes adolescents à pratiquer le parkour (Cazenave, 2007) ? Pourquoi cette activité s’est-elle développée dans les banlieues ?

4Dans cet article, nous avons tout d’abord choisi de présenter la nouvelle pratique du parkour, ses origines, et, ensuite, de révéler l’importance accordée au corps dans la philosophie du parkour ainsi que la liberté de mouvement recherchée par les traceurs dans des espaces qui offrent peu d’attraits (les banlieues ghettos, les tours, etc.). Enfin, nous voulons analyser cette pratique au prisme de l’espace public et de sa mise en scène. Cet article ouvre donc sur une réflexion sur les effets des corps en mouvement dans la ville.

Le « parkour » : réaffirmer la place du corps et de l’individu dans l’espace public

Origine

  • 3 Voir les travaux des artistes Lord Kossity et Lyion Gwatinik.

5Le parkour a été mis en place par deux jeunes Français, David Belle et Sébastien Foucan, dans la banlieue parisienne à Lisses et à Évry. Le nom « parkour » vient de l’idée du parcours du combattant, dans la mesure où David Belle (par le biais de son père) s’est inspiré de la méthode naturelle mise en place par un militaire, Georges Hébert, dans l’objectif de développer la force et l’agilité des soldats. Cette méthode a été reprise pour développer les parcours de santé, qui sollicitent différentes capacités du corps (par exemple courir, sauter, grimper et rouler). Dans un premier temps, le parkour s’est développé dans les banlieues dépourvues d’attraits où de jeunes adolescents, en manque d’espace et de sensations, sont devenus des traceurs. Le nom de « traceur », donné aux pratiquants du parkour, provient de l’idée de tracer une trajectoire ; il s’apparente également à l’expression familière « je trace ma route » (titre donné à plusieurs chansons de style ragga ou rap)3, soulignant la liberté de déplacement et l’intégration de cette pratique dans une culture urbaine de banlieue (graffiti, rap, hip-hop) où la volonté de s’affranchir d’espaces opprimants domine. En quelques années, suite à la sortie de différents films comme les Yamakasi, Banlieue 13, Rush Hour, Jump London ou encore Casino Royale, le parkour s’est répandu dans le monde entier. Mais que reste-t-il de la philosophie du parkour née en banlieue parisienne ?

Définition

6Il existe plusieurs définitions du parkour dans la mesure où différents styles et pratiques se sont développés depuis la création de cette activité par David Belle et Sébastien Foucan. C’est à la forme d’origine que nous avons choisi de nous référer. Pour David Belle, le parkour ou art du déplacement se définit « comme une pratique sportive consistant à se déplacer en franchissant tous les obstacles que l’on rencontre sur son chemin »4. David Belle insiste sur l’importance d’adopter un état d’esprit qui permette de voir les chemins qu’un traceur peut emprunter. Ces chemins sont éphémères voire uniques. Lorsqu’un traceur évolue dans une rue, il va trouver spontanément des endroits par lesquels passer qui ne suivent pas les trajets tracés par l’urbaniste. Au contraire, il cherche les obstacles qu’il peut surmonter5 (Figures 1 et 2). Dans la ville nouvelle d’Évry, qui présente une forme urbaine particulière, le quartier des pyramides avec ses grandes terrasses, l’intégration d’espaces verts, David Belle a pu laisser libre cours à son imagination pour tracer à travers la cité et sur différents supports6. La dimension artistique donnée au parkour est liée à la capacité de créer sans cesse de nouveaux chemins, d’autant plus que le déplacement est vu comme une fin en soi et non comme un moyen. Cela correspond à l’idée d’art du déplacement où l’important est le rituel qui lui est associé et non la destination.

Figures 1 : Un chemin possible, par David Roodney, Montréal

Image 1.jpg

Sylvie Miaux, septembre 2007

7Dans le cas du freerunning développé par Sébastien Foucan, la dimension esthétique du mouvement est également très importante. Mais qu’en est-il des pratiquants ? Quelles conceptions et définition du parkour sont-elles retenues et appliquées ? Au regard des nombreux sites Internet et forums qui présentent le parkour ainsi qu’à partir d’entretiens réalisés dans le cadre de recherches comme celle de Nathaniel Bavinton (2007), on constate différentes conceptions et représentations du parkour, à la fois comme sport, comme discipline et comme art. Les médias ont tendance à mettre davantage l’accent sur l’aspect extrême du sport, au détriment de la philosophie de cette pratique. Sur les sites Internet, c’est davantage sur les dimensions artistiques et philosophiques (le dépassement de soi, la capacité d’analyse de ses performances) que les échanges s’opèrent, sur l’importance de la liberté de mouvement (sur laquelle nous insisterons dans la deuxième partie). Du point de vue des traceurs, interrogés par Nathaniel Bavinton, les trois conceptions (sport, discipline et art) sont présentes dans leurs propos, sport et discipline étant d’ailleurs souvent sujets à discussion durant les entretiens avec les traceurs (Bavinton, 2007, p. 401). Pour d’autres, comme pour Jonathan Roodney, responsable du « Parkour 514 » à Montréal, il s’agit davantage d’une activité physique qui implique un dépassement de soi que d’un art du déplacement. Ce qui a attiré ce sportif adepte des arts martiaux à pratiquer le parkour, c’est le défi sportif.

8En effet, même si la philosophie du parkour en fait toute sa richesse, cette pratique nécessite une grande maîtrise de son corps, et les premières limites que le traceur peut rencontrer sont des limites physiques.

Figure 2 : Un chemin possible, par David Roodney, Montréal

Image 2.jpg

Sylvie Miaux, septembre 2007

Les traceurs

9Il est difficile de savoir combien d’individus s’adonnent à la pratique du parkour dans la mesure où cette pratique n’est pas régie par une fédération sportive. On peut, par exemple, trouver quelques données sur le nombre de pratiquants dans certaines associations de traceurs en France, comme à Grenoble (50), Dijon (40), Strasbourg (20). Une étude réalisée par des étudiants à Lyon (Bencteux, Collet et al., 2006) nous donne quelques indications sur le nombre de traceurs dans cette ville et sur certaines de leurs caractéristiques (âge, sexe). On apprend ainsi qu’il s’agit avant tout d’un sport masculin avec 90 % d’hommes pratiquants, dont 70 % ont entre 15 et 25 ans. Ceci représente assez bien le public du parkour que l’on peut rencontrer sur Internet. On y trouve d’ailleurs des forums et des blogs qui mettent en scène le parkour. Certains traceurs présentent des vidéos et photographies de leurs pratiques. D’autres insistent davantage sur le parkour comme art du déplacement et rappellent les éléments clés qui permettent une pratique sécuritaire et optimale du parkour. En effet, cette pratique n’est pas sans danger. D’ailleurs, certaines recherches révèlent les différents types de traumatismes que peuvent développer les traceurs qui prennent des risques inconsidérés (Miller et Demoiny, 2009).

Le traceur à la recherche de la liberté de mouvement

10Ce qui stimule les pratiquants du parkour à intégrer cette discipline, c’est la possibilité de pouvoir élargir les champs du possible. En effet, pour des jeunes en recherche d’identité, demeurant dans une cité de la banlieue parisienne, le parkour est un moyen, d’une part, de s’affranchir de leur quotidien (parents, système éducatif, milieu précaire) et, d’autre part, de se dépasser, de renforcer l’estime de soi.

Faire corps avec la ville

11La question du corps est abordée en géographie par les travaux de Francine Barthe, qui s’interroge sur le corps nu comme élément intervenant dans la production sociale de l’espace (Barthe, 2007). À travers l’analyse du parkour, nous avons choisi d’aborder la question du corps au regard de la relation particulière qu’entretient le traceur avec la ville.

12Le parkour symbolise un renversement de situation quant à la conception du corps. En effet, la société moderne a généré une passivité du corps, où le tout-automobile nous fait perdre contact avec le monde environnant. Ceci s’intensifie par l’avènement de l’homme « branché » qui, en ayant la possibilité « d’être, par l’écoute, la voix et bientôt le regard, dans au moins un autre endroit à la fois » (Jauréguiberry, 2003), quel que soit le lieu où il se trouve, semble avoir perdu le contact avec l’espace qu’il parcourt.

13L’histoire montre en outre que ce « corps des gens », sous l’influence des idées occidentales, est devenu moins sensible (Berque, 2000). Le corps se fait d’autant plus pénible à assumer à mesure que se restreint la part de ses activités sur l’environnement.

« Cet effacement entame la vision du monde de l’homme, limite son champ d’action sur le réel, diminue le sentiment de consistance du moi, affaiblit sa connaissance des choses » (Le Breton, 2000, p. 37).

14Comme le soulignait déjà Paul Virilio, « l’humanité urbanisée devient une humanité assise » (Virilio, 1976). Hormis les quelques pas qu’ils font pour se rendre à leur voiture ou en sortir, aller à leur travail et rentrer, une majorité d’individus demeurent assis toute la journée et sans autre mobilisation physique. C’est pourquoi, de nos jours, nous constatons de plus en plus de problèmes de santé liés au manque d’exercice, de mouvement du corps. « Le corps paraît un anachronisme dans le monde où règne l’homme pressé » (Le Breton, 2000). Il semble que le corps ait été oublié comme unité de mesure de l’espace des villes.

15À travers le parkour, on assiste à une revalorisation du corps au coeur de nos villes, de ses pleines capacités physiques. Le traceur comme le skater veut « créer du mouvement, du geste, du rapport au corps et à l’autre » (Pedrazzini, 2001, p. 41). En effet, étant donné la complexité des différentes figures, le corps du traceur doit être physiquement exercé, travaillé, pour pouvoir pratiquer ces sauts, ces roulades, etc. (Figures 3 et 4).

16Jonathan R. nous faisait part de l’importance de la coordination, de l’écoute du corps pour tracer en sécurité. Pouvoir être capable d’évaluer sa capacité physique à franchir un obstacle et juger de l’ampleur du mouvement à effectuer nécessite une bonne connaissance de son corps et de ses capacités. Les limites ne sont pas seulement physiques mais le mental a un rôle important à jouer. Ceci confirme l’idée développée par Augustin Berque selon laquelle « la pensée relève de la corporéité » (Berque, 2000, p. 191).

Figures 3 et 4 : Différentes figures réalisées par Jonathan Rooney

Image 3.jpg

Image 4.jpg

Sylvie Miaux, septembre 2007

17Selon David Belle, la confiance en soi fait partie intégrante de la culture du parkour. Elle nécessite une connaissance fine de ses capacités pour évaluer les possibilités de son propre corps. En effet, « la relation du corps et de l’esprit est conçue en fonction de ce qu’elle peut accomplir » (Varela et al., 1993, p. 63). L’expérience du traceur révèle cette dimension qui nécessite d’aborder le corps tout en intégrant l’esprit. La volonté du traceur existe par son engagement physique et mental. Cette expérience particulière qu’est le parkour « nécessite la présence du corps comme centre et unité de l’existence » (Andrieu, 1993, p. 393). Le déplacement s’accomplit, prend sens à travers le corps qui ne peut être limité à un simple « objet soumis à une volonté qui le meut et le transcende » (Detrez, 2002, p. 158). Au contraire, certains parlent même d’intelligence corporelle : « il y a en fait une compréhension du corps qui dépasse et précède la pleine compréhension visuelle et mentale » (Detrez, 2002, p. 158). Cette dernière est fort présente durant l’apprentissage du parkour pendant lequel le traceur apprend à écouter son corps pour éviter de se blesser et de ne pouvoir récupérer. On retrouve à travers cette discipline une idée de pédagogie du corps qui est centrale dans la pratique du parkour. Il s’agit de retrouver toutes ses capacités premières et naturelles (par exemple grimper, sauter) et de permettre le développement d’une force mentale et physique. C’est un individu agile et libre que le parkour met en scène.

18Il s’agit également pour le traceur d’une « expérience incorporée » (Fuggle, 2008, p. 214) où, en reprenant l’idée de M. Merleau-Ponty, le corps est perçu comme essence de l’être. En effet, c’est par le corps que le traceur prend contact avec la matérialité de l’espace urbain dans la mesure où le traceur est en contact direct avec les murs, les toits des édifices sur lesquels il grimpe avec pour seul instrument son propre corps, la force de ses bras et de ses jambes. Il saute au-dessus du mobilier urbain, atterri, roule sur le bitume, il touche, voit des parties de la ville auxquelles nous n’avons pas accès. Le traceur ne fait pas que changer sa perception de l’espace qui l’entoure, il change la perception de l’espace lui-même.

S’affranchir des barrières imposées par la « cité »

19La précarité de la vie dans de nombreuses banlieues parisiennes ou d’autres métropoles françaises, où dominent les grands ensembles, est indéniable. Ces grands ensembles sont « assimilés à des lieux de relâche du lien social, d’anonymat, d’isolement, de défaut d’intégration et de régulation, bref, d’anomie, conduisant ainsi une perte généralisée de repères et à une désocialisation régressive propice à la déviance » (Macé, 1999, p. 59).

20Parmi les réactions possibles pour s’affranchir d’un quartier, des règles et des barrières qu’il génère, on peut citer les actes de violences diverses (émeutes, voitures incendiées, agressions, etc.), la consommation de drogues, mais aussi l’apparition de nouvelles pratiques culturelles ou sportives comme le hip-hop, le rap ou le parkour. En réaction au système, aux limites et aux rôles que la société leur impose, les jeunes vont apprendre, à travers le parkour, à utiliser leur force physique et mentale pour créer leur propre chemin, pour s’affranchir. Comme le souligne Naïm Bornaz :

« On remet en cause les rapports que l’on entretient à l’espace public, et non point seulement l’usage qu’on en fait, mais également la fonction qu’on lui attribue. C’est également une remise en cause de l’unicité de l’espace » (Bornaz, 2008).

21Chaque nouveau chemin tracé, à la fois dans l’horizontalité et la verticalité de l’espace, ouvre le champ des possibles et donne à voir la ville et ses espaces publics d’une autre manière. Un banc public devient un tremplin pour accéder à une prise. Une rampe devient un obstacle pardessus lequel sauter alors que le piéton suivra le chemin délimité par l’aménageur.

22Comme le notait S. Fuggle, pour un traceur la ville est comme une jungle que l’on se doit de maîtriser (Fuggle, 2008). En effet, après avoir été exclu de la « jungle urbaine », les traceurs la dominent en la traversant par différents chemins créés suivant la configuration du lieu, du potentiel d’obstacles qu’il met en scène. En maîtrisant ces espaces du quotidien, ils en font des espaces moins hostiles qu’ils peuvent s’approprier.

23Lorsqu’on suit le trajet d’un traceur, on assiste à une transformation du paysage urbain qui donne accès à un espace beaucoup plus vaste que celui du piéton. De la même manière que le flâneur donnait à voir différemment la ville par la manière de l’arpenter et de la percevoir, le traceur embrasse la ville, il fait corps avec elle pour mieux la maîtriser ; les jeux de pouvoir s’inversent en quelque sorte.

Se dépasser

24La pratique du parkour dans une société particulièrement attachée au concept de sécurité et de prévention est problématique. Néanmoins, cette même société encourage la performance et le dépassement de soi (Le Breton, 2005) qui sont des qualités essentielles du traceur. Pour des jeunes en échec scolaire qui souffrent du manque de reconnaissance, la pratique du parkour peut leur permettre de gagner en assurance et en concentration. Comme le rappelle Nathalie Cazenave :

« Ces comportements de confrontation à l’environnement physique et social permettraient au sujet de se rassurer continuellement sur la valeur de son existence, éloignant de ce fait les affects négatifs liés à ce questionnement » (Cazenave, 2007, p. 155).

25En effet, le traceur doit être attentif à ce qui se passe autour de lui, aux obstacles qu’il doit franchir. En même temps qu’il se renforce physiquement, il doit également faire preuve de jugement et de maîtrise de ses émotions pour progresser et être capable de tracer sans se mettre en danger. Dans la mesure où cette discipline peut occasionner de graves accidents si elle n’est pas pratiquée avec prudence, des instructeurs sont formés, depuis peu, à la pratique du parkour pour transmettre les savoirfaire et éviter que les adolescents amateurs de prise de risque ne s’engagent pas, tels les yamakasis, à grimper sur des supports trop dangereux. Suite à une recherche sur la pratique du parkour chez les adolescents, Nathalie Cazenave conclut que pour des adolescents en mal de reconnaissance et d’estime de soi, le parkour peut servir d’outil thérapeutique à partir, d’une part, des émotions intenses que cette discipline procure et, d’autre part, de la valorisation de soi qu’elle développe (Cazenave, 2007, p. 158). Le sentiment de peur auquel doivent souvent faire face les jeunes des cités est expérimenté différemment dans la pratique du parkour. Le traceur apprend à canaliser ses émotions pour les transformer en force qui vont lui permettre de franchir des obstacles, ceux-ci pouvant symboliser une peur dominée. Le rôle des instructeurs est important dans cette phase pour ne pas brûler les étapes en choisissant des obstacles à la hauteur des capacités du traceur. En plus de la liberté de mouvement, le parkour permet à l’individu de s’affirmer et de se libérer de ses peurs en éprouvant l’espace qui l’entoure avec pour unique instrument son corps. Comme le précise Stephen John Saville qui a expérimenté le parkour en tant que chercheur, désireux d’en cerner l’ampleur des émotions, « mes engagements émotionnels avec l’espace ont changé à travers ma mobilité dans cet espace » (Saville, 2008).

L’espace public à l’épreuve du parkour

26La pratique du parkour, au cœur de nos villes, met l’accent sur la complexité de l’espace public à différents niveaux.

L’espace public : un espace de tensions

27Le traceur doit composer avec les autres usagers de l’espace public. C’est d’ailleurs cette diversité d’usages qui est propice au conflit. L’espace public, qui est ouvert à tous et dans lequel tous se retrouvent avec leurs divergences d’intérêts est un espace de tensions. Les passants se croisent, se frôlent, se heurtent aussi parfois, mais s’évitent le plus souvent. C’est en cela que l’espace public est complexe. Dans la pratique du parkour, le conflit peut apparaître à tout moment. Ceci rejoint l’idée de Jean-Loup Gourdon pour qui « l’espace public est un lieu d’usages et d’échanges multiples, ce qui en fait sa richesse mais augmente aussi les risques de conflits » (Gourdon, 2003, p. 20).

28Comme nous l’expliquait Jonathan Rooney, le traceur essaye de limiter le conflit en recherchant la reconnaissance de l’autre. Celle-ci se base sur l’idée suivante : utiliser le même chemin, mais d’une façon différente. En fréquentant les mêmes endroits que les piétons, les flâneurs, les touristes et autres usagers, le traceur est en contact avec eux, et il est soumis à leurs regards et à leurs jugements.

29La mise en scène proposée par le traceur implique de susciter une interaction avec l’usager. Cette interaction doit, selon Jonathan, être provoquée par un effet de surprise plutôt que par la peur ou la méfiance. Ainsi, se faufiler derrière un passant et le surprendre en dévalant les escaliers ou en grimpant à un mur provoque-t-il sa surprise sans mettre en danger sa sécurité, ce qui permet au traceur de démystifier sa pratique tout en respectant sa philosophie. Cependant, cette proximité, qui ne dure que quelques instants, peut être perçue comme une intrusion dans la « zone tampon » (Lévy et Lussault, 2003 ; Hall, 1971) de l’individu. Cette zone, pouvant être qualifiée de bulle ou de limite, ne peut être traversée qu’avec le consentement de l’individu. Or le traceur, en se faufilant, n’obtient pas nécessairement cette autorisation, et, ce faisant, contribue malgré lui au sentiment d’intrusion. Les réactions varient en fonction du nombre de traceurs présents par rapport au nombre global d’usagers de l’espace public. Dans le cas où les traceurs sont minoritaires, il existe trois possibilités : soit le traceur est intimidé, soit il passe presque inaperçu, soit il doit composer avec la foule et l’accessibilité aux obstacles. Dans ces trois cas, le traceur est limité et doit s’ajuster. Dans le cas inverse, l’usager peut se sentir mal à l’aise puisque son usage devient secondaire dans l’espace et que c’est à lui d’éviter les traceurs.

30Souvent, le traceur doit faire face au jugement, voire à l’incompréhension des autres usagers de l’espace urbain. Quel rôle peut jouer l’aménagement pour une meilleure cohabitation respectant la diversité des usages ?

31Si l’on reprend les écrits d’Ilya Prigogine (1999), qui s’est intéressé au fait que le non-équilibre pouvait jouer un rôle organisateur :

« Il est impossible de prolonger ce que l’on a appris de l’équilibre, on découvre ainsi de nouvelles situations, parfois plus organisées qu’à l’équilibre. Cela se produit en des points particuliers, qui correspondent à des changements de phases de non-équilibre, ce que [l’auteur] appelle des points de bifurcation. »

32L’organisation des trajectoires des usagers est liée à un élément de référence pour l’ensemble de la population d’une ville, à savoir l’espace public, mais dépend aussi des aspirations du sujet qui génèrent des bifurcations influençant son parcours. Nous allons voir, dans les deux parties qui suivent, une forme de bifurcation à travers le hors-piste urbain utilisé par les skaters et traceurs, puis de quelle manière l’aménageur gère la diversité des usages et les comportements inattendus.

Le « hors-piste urbain » : une remise en question de l’espace public

33Le « hors-piste urbain » est apparu à travers le mouvement de glisse urbaine. Comme l’explique Yves Pedrazzini :

« Cette sorte de prescience fondatrice d’un nouveau lien social vient de ce que les riders sont capables d’opérer un ’déracinement créatif’ dans leur propre environnement. Réinvention et réappropriation de la rue… contre la lourdeur des pouvoirs locaux par des déracinés, des errants là où ils choisissent de dériver » (Pedrazzini, 2001, p. 37)

34On retrouve dans les objectifs du rider ceux du traceur, en relation à la liberté de mouvement, lors de la création d’un chemin que personne n’a emprunté. À travers le hors-piste, le traceur comme le rider perçoivent et ressentent l’espace dans ses moindres reliefs et aspérités. Le traceur parvient à saisir la ville en la parcourant dans ses moindres parcelles. Le hors-piste urbain traduit la nécessité, pour des corps jeunes et entraînés, de pouvoir utiliser des espaces publics où la liberté de mouvement est facilitée. Cela ne veut pas dire qu’il faut de vastes espaces lisses, au contraire. Il faut de la diversité, en termes de dénivelés, de matières, d’expositions, etc. Le corps doit pouvoir être mis à l’épreuve dans ses différentes capacités (par exemple grimper, rouler, sauter et glisse). Il suffit de regarder un terrain de jeux pour enfants pour comprendre que le corps est naturellement capable de réaliser différentes figures.

35Il ressort de l’idée du hors-piste urbain la nécessité de laisser libre cours à son imagination dans le choix du chemin à suivre. Les traceurs et les riders démontrent à travers leurs pratiques que l’aventure est possible dans un environnement construit. Ils amènent d’ailleurs « l’usager à raisonner par lui-même, à développer une pensée active, à s’éclater, à changer de vie en changeant la ville, à sortir des balises et des ’banalisages’, à reconsidérer son espace et ses moyens de déplacement » (Pedrazzini, 2001, p. 52).

36On retrouve à travers le principe du hors-piste urbain la théorie de la dérive situationniste :

« Une technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Le concept de dérive est indissolublement lié à la reconnaissance d’effets de nature psycho-géographique et à l’affirmation d’un comportement ludique-constructif, ce qui l’oppose en tout point aux notions classiques de voyage et de promenade » (Debord, 1956, p. 6).

37Cette approche permet de légitimer le besoin de fonder la sociabilité sur d’autres logiques, comme celle du spot, qui représente le point d’ancrage d’une relation où les skaters ou les traceurs vont se retrouver pour glisser ou tracer. On peut alors se demander dans quelle mesure le hors-piste urbain peut être intégré dans la réflexion sur l’aménagement et la mise en scène des espaces publics. Y a-t-il des approches qui vont dans ce sens ?

38Un espace public cloisonné

39L’aménageur, qui prend conscience que dans la diversité d’usages de l’espace public existent des comportements inattendus, peut vouloir gérer ces bifurcations, voire les limiter, en renforçant l’accès de certains axes au détriment de ceux qu’il juge secondaires. Nous remarquons dans la plupart des aménagements proposés une volonté de gérer ou de qualifier l’espace public pour orienter les flux vers les secteurs retenus par les aménageurs. Un cas extrême : celui du trottoir-rapide à Londres où il est interdit de marcher à moins de 5 km/heure sur Regent’s Street (Monin et al., 2002). Il prouve à quel point la vitesse devient un élément structurant, à la fois pour les politiques et pour les citadins. Se déplacer, oui, mais de façon très fonctionnelle. Cette idée semble s’imposer dans certaines grandes villes où la gestion du temps est devenue prépondérante. La mise en place de couloirs piétonniers limite réellement les possibilités de bifurcations dans le parcours. Ceux-ci donnent souvent l’impression de vouloir canaliser au mieux les flux, cantonnant ainsi les corps en mouvement à une seule fonction : le déplacement d’un point A vers un point B. La liberté de choix d’un itinéraire de complaisance où fonctionnalité, convivialité et déambulation se côtoient, semble inexistante.

40Néanmoins, il existe un travail mené par les aménageurs pour mettre en perspective les comportements attendus et ceux que l’on souhaite susciter en proposant un effet de surprise :

« Il faut donc aménager cet effet de surprise qui est nécessaire autant dans la démarche esthétique et créatrice que dans la vie quotidienne... Cela correspond à une démarche politique qui vise à rendre compatibles des mondes très différents, présents dans un même milieu, quelle que soit l’échelle. » (Berdoulay, 2004, p. 134).

41Un des grands dilemmes de l’espace public est en effet de le rendre accessible au plus grand nombre, afin que chacun puisse y trouver sa place. Pour appuyer l’idée de Vincent Berdoulay relative à l’effet de surprise que l’on aménage, on peut ajouter la remarque d’Edward Hall selon lequel, « très schématiquement, c’est ce que l’on peut y accomplir qui détermine la façon dont un espace donné est vécu » (Hall, 1971, p. 75). C’est la façon dont un espace va être aménagé qui va susciter ou non son intérêt. De ce fait, il semble important de ne pas négliger les attentes des citadins dans la conception de ceux-ci, de même qu’il est également nécessaire de composer avec la différence. Plutôt que de désigner des fonctions précises à l’espace, il semble préférable d’évoluer vers un espace public où l’indétermination procure suffisamment de souplesse au sujet pour s’épanouir (Miaux, 2005). De plus, l’espace public doit alors être le plus neutre possible pour ne pas risquer de susciter l’appropriation par certains, sans toutefois en faire un espace lisse, vide et dénué d’intérêt. C’est là toute la complexité de la mise en scène, c’est-à-dire susciter l’envie en proposant un espace à la fois convivial et ludique. En effet, cette dernière dimension est peu présente dans les espaces publics urbains. Pourtant, une ville comme Barcelone a su exploiter au mieux cet aspect. On peut citer comme exemple le parc de l’Espanya industrial, dans lequel une oeuvre d’art prend la forme d’un toboggan par lequel on peut choisir de passer, apportant un autre regard et une nouvelle expérience de cet espace (Miaux, 2008). De plus, en mettant en scène un espace favorisant la diversité d’usages, les aménageurs ont pour mission de composer avec les tensions qui peuvent apparaître, dans la mesure où le rôle de l’aménagement d’un espace public n’est pas d’éliminer les conflits, mais bien de les rendre vivables (Toussaint et Zimmermann, 2001, p. 77), tout en sachant qu’il est primordial de sauvegarder l’expérience du rapport à l’autre. En tant qu’espace public, « l’espace de mobilité doit rester un espace d’échange de rencontre » (Jaillet et Fortin, 2004, p. 22). L’aménageur peut ainsi mettre en scène différents possibles et non un chemin unique.

42La figure du traceur nous conduit à envisager différemment la place des corps dans l’espace public : d’une part, dans la mise en scène du mouvement libre des corps sous forme de chemins sans cesse renouvelés et, d’autre part, à travers le hors-piste urbain qui questionne la cohérence de la mise en scène de l’espace public. On se rend bien compte qu’à travers les choix d’aménagement de l’espace public, l’aménageur tend à restreindre le mouvement des corps plutôt que de le stimuler. Ceci est sans doute lié au fait que l’accessibilité à tous de l’espace public se voit souvent réduite uniquement à la question des déplacements et à la circulation. Pourtant, cela va plus loin. En effet, comme le souligne l’urbanologue Jean-Loup Gourdon :

« Il reste à assurer le fonctionnement dans sa pleine complexité et sa totale vocation de l’espace public (qui est aussi en partie l’espace de la circulation) et à garantir le jeu des indénombrables interactions urbaines » (Gourdon, 2003, p. 20).

43Néanmoins, l’espace de circulation occupe une place importante qui donne peu de place à d’autres usages de l’espace public. Le parkour, comme d’autres formes de mouvement dans la ville, reste stigmatisé, voire dérangeant, dans la mesure où il croise les parcours ordinaires à travers une autre forme de déplacement qui mobilise différemment le mobilier, les escaliers, etc.

44La configuration de l’espace peut-elle faciliter et permettre la diversité des usages ? Piétons, flâneurs, danseurs, touristes, acrobates et traceurs arpentent chacun à leur manière la ville dans un espace public aux différentes facettes : surprise pour certains, quotidienneté, inspirations, scène, support ou obstacle pour d’autres. Face à cette diversité de sens, comment concevoir des espaces publics accessibles ? L’existence et le renfoncement de ces nouvelles pratiques urbaines ne donnent-elles pas davantage de sens à l’espace public ?

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU, Bernard, 1993, Le corps dispersé : histoire du corps au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 451 p.

BARTHE-DELOIZY, Francine, 2007, « Géographie et nudité : un mariage extravagant ? (quelques pistes de réflexion sur la production sociale de l’espace) », Espaço e tempo, Sao Paulo, n° 22, p. 152-169.

BAVINTON, Nathaniel, 2007, « From obstacle to opportunity: Parkour, leisure, and the reinterpretation of constraints », Annals of leisure research, vol. 10, n° 3 et 4, p. 391-412.

BENCTUEUX, T., A. COLLET et C. CHAUDESAIGUES, 2006, « Le parkour : quelques différences entre représentations et réalité du Parkour ? », compterendu d’enquête, [http://tom.lyon69.free.fr/Autres/thomas/compte-renduenquete. pdf].

BERDOULAY, Vincent, 2004, « À propos de la forme urbaine », dans Nathalie Blanc, Jacques Lolive, et al. (dir.), Aimons la ville, Paris, Éditions de l’Aube, p. 134.

BERQUE, Augustin, 2000, Ecoumène, introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 271 p.

BORNAZ, Naïm, 2008, « Parkour : l’art de subvertir le rapport à l’espace public », dans [biblio.recherche-action.fr], non publié.

CAZENAVE, Nathalie, 2007, « La pratique du Parkour chez les adolescents des banlieues : entre recherche de sensation et renforcement narcissique », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, vol. 55, p. 154-159.

CHAUMARD, Denys, 2001, « L’espace public, scène et mise en scène », dans Jean- Yves Toussaint et Monique Zimermann (dir.), User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, p. 125-134.

DEBORD, G., 1956, « La théorie de la dérive », Les lèvres nues, n° 9.

DETREZ, Christine, 2002, La construction sociale du corps, Paris, Seuil, 257 p.

FUGGLE, Sophie, 2008, « Discourses of subversion: the ethics and aesthetics of Capoeira and Parkour », Dance Research, vol. 26, p. 204-222.

JAUREGUIBERRY, Francis, 2003, Les branchés du portable : sociologie des usages, Paris, PUF, 195 p.

JOSEPH, Isaac, 1998, La ville sans qualités, Paris, Éditions de l’Aube, 209 p.

HEBERT, Georges, 1943, L’éducation physique ou l’entraînement complet par la méthode naturelle, Paris, Librairie Vuibert, 274 p.

GOURDON, Jean-Loup, 2003, « La rue on partage, il dépend comment... », Urbanisme, n° 329, p. 18-23.

HALL, Edouard T., 1971, La dimension cachée, Paris, Éditions du Seuil, 256 p.

JAILLET, Marie-Christine et Jean-Patrick FORTIN, 2004, « La mixité sociale : un enjeu de la rénovation urbaine », Comme la ville, n° 13, p. 22.

LE BRETON, David, 2000, Éloge de la marche, Paris, Éditions Métailié, 176 p.

LE BRETON, David, 2005, « Conduites à risque à l’adolescence : spécificité des filles et des garçons. Approche anthropologique », Gynecol Obstet Fertil, 33 (1- 2), p. 39-43.

LÉVY Jacques et Michel LUSSAULT, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MACÉ, Éric, 1999, « Les violences dites ’urbaines’ et la ville : du désordre public au conflit dans l’espace public », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 83-84, p. 59-64.

MIAUX, Sylvie, 2005, « L’itinéraire, ou l’expérience du piéton dans la perspective de l’aménagement urbain », thèse de doctorat en géographie et aménagement, soutenue à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, sous la direction de Vincent Berdoulay, 471 p., non publiée.

MIAUX, Sylvie, 2008, « Le piéton : un acteur privilégié de l’espace public barcelonais », Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, n° 56, p. 175-190.

MILLER, J.-R. et S.G. DEMOINY 2009, « Parkour: A new extreme sport and a case study », The journal of foot and ankle surgery, vol. 47, n° 1, p. 63-65.

MONIN, Éric, Sophie DESCAT et Daniel SIRET, 2002, « Le développement durable et l’histoire urbaine », Les annales de la recherche urbaine, n° 92, p. 12.

PEDRAZZINI, Yves, 2001, « L’asphalte et le hors-piste urbain », dans Alain Loret et Anne-Marie Waser (dir.), Glisse urbaine, ‘esprit roller : liberté, apesanteur, tolérance, Paris, Autrement, vol. 205, p. 36-52.

PRIGOGINE, Ilya, 1999, Les lois du chaos, Paris, Flammarion, 125 p.

SAVILLE Stephen John, 2008, « Playing with fear: Parkour and the mobility of emotion », Social and cultural geography, vol. 9, n° 8, p. 891-914.

TOUSSAINT, Jean-Yves et Monique ZIMMERMANN, 2001, User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 290 p.

TURCOT, Laurent, 2007, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 426 p.

VARELA, Francisco, Evan THOMPSON et Eleanor ROSCH, 1993, L’inscription corporelle de l’esprit : sciences cognitives et expérience humaine, Paris, Éditions du Seuil, 377 p. VIRILIO, Paul, 1976, Essai sur l’insécurité du territoire, Paris, Stock, 283 p.

Haut de page

Notes

1 Le "parkour" est le nom donné à une nouvelle pratique sportive qui consiste à tracer le chemin le plus court pour se rendre d’un point A vers un point B, ce qui nécessite l’utilisation de différentes techniques pour être capable d’escalader un mur, sauter un obstacle.

2 Le terme "contre-culture" sert à désigner une sous-culture d’un genre particulier : elle se caractérise par le fait qu'elle inverse les normes et les valeurs de la culture dominante par rapport à laquelle elle se définit.

3 Voir les travaux des artistes Lord Kossity et Lyion Gwatinik.

4 Propos de David Belle, http://www.sportmediaconcept.com/parkour.

5 David Belle, blog du parkour.

6 Voir le reportage suivant à l’adresse suivante : www.koreus.com/video/david-belle-leparkour.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Miaux, « Le libre mouvement des corps », Géographie et cultures, 70 | 2009, 99-116.

Référence électronique

Sylvie Miaux, « Le libre mouvement des corps », Géographie et cultures [En ligne], 70 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://gc.revues.org/2328 ; DOI : 10.4000/gc.2328

Haut de page

Auteur

Sylvie Miaux

Université du Québec à Trois-Rivières
Sylvie.Miaux@uqtr.ca

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Corps urbains, mouvement et mise en scène
    Paru dans Géographie et cultures, 70 | 2009
Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org