Navigation – Plan du site
Lectures

Paul Claval, Un regard sur les idées reçues à propos du Brésil

Nicolas Bautès
p. 130-133
Référence(s) :

Paul Claval, Idées reçues : le Brésil, Ed. Le Cavalier Bleu, 2008, 124 p.

Texte intégral

1En 124 pages organisées en quatre chapitres, ce sont quelques 18 idées reçues qui sont mises à nu par le géographe Paul Claval. Pour chacune d’entre elles, la discussion est solidement rythmée par un fin mélange de faits historiques, de données géographiques, mais aussi d’anecdotes issues du savoir populaire brésilien ou d’expériences et d’observations plus personnelles. Cette forme intéressante de mise en récit permet au lecteur non seulement d’esquisser les fondements des idées reçues qui caractérisent le Brésil, son espace et sa société, mais aussi d’illustrer et de donner à discuter une série d’éléments relatifs à l’espace brésilien, à sa construction sociale et culturelle et aux enjeux auxquels il fait face dans la période récente et à venir.

2L’exercice proposé, par sa forme largement induite par le format de l’ouvrage et par les choix de l’éditeur, ne peut prétendre à un traitement – ou à une discussion – systématique de l’ensemble des traits qui caractérisent l’histoire et la civilisation du Brésil. C’est bien autrement que Paul Claval envisage de porter un regard sur ce vaste pays, dans les cadres imposés par la collection « Idées reçues » et depuis son point de vue de géographe français s’intéressant depuis longtemps à ce pays. Ce point de vue abonde, dans le texte, comme en attestent les références à des rencontres et des observations faites lors des multiples séjours de l’auteur, qui rendent le texte vivant. On peut néanmoins regretter certaines assertions rapides, comme celle qui consiste à caractériser les brésiliens pour leur générosité, à partir de la seule référence d’une amie qui, lors de ses visites à ses amis français, les couvraient de cadeaux ! (p. 39). N’est-ce pas ce type de raccourci, souvent fait en direction du peuple brésilien qui, justement, devrait être discuté, pour contribuer à battre en brèche ces fameuses idées reçues ?

  • 1 Rey A. (dir.). Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, p. 418.
  • 2 « Enfim, cada um o que quer aprova, o senhor sabe: pão ou pães, é questão de opiniães… O sertão est (...)

3Cette tendance s’illustre aussi dans nombre de rapprochements avec des « attributs » culturels ou des termes reconnus dans la langue française, à l’exemple du parallèle fait entre la feijoada et le cassoulet (p. 34), ou encore entre le sertão brésilien et le bled d’Afrique du Nord. Il y a là, justement, un phénomène qui aurait pu, au travers de cette figure rhétorique, être mis en évidence : le terme bled, emprunté à l’arabe classique bilad, renvoyait aux termes « contrée, pays », associé de manière affective au « lieu d’origine » avant d’évoluer pour désigner une petite localité, souvent sans ressource1. Or, au contraire du bled, le sertão, omniprésent dans les chansons populaires des Nordestins du Brésil et dans de nombreuses œuvres littéraires comme celles d’Euclides da Cunha, citées dans l’ouvrage, mais aussi celle de João Guimarães Rosa dont la référence fait, malheureusement, défaut. Tous deux espaces affectifs et lieux des origines de migrants, ils se distinguent néanmoins par les niveaux d’échelle qu’ils désignent, mais aussi par l’ampleur de l’imaginaire auquel ils sont associés, dans laquelle la géographie des hommes et des lieux occupe une place centrale : « Bref, vous le savez, chacun approuve ce qu’il veut : ail ou aulx, ça se vaut… Le sertão est de par le monde »2.

4Certes, ces rapprochements rendent l’accès à l’altérité brésilienne plus aisé pour le lecteur francophone ou européen. Mais il apparaît dommage de ne pas avoir préalablement soumis ces références aux jeux des échelles et d’un regard géographique plus systématique, plutôt que de soumettre au lecteur nombre de réflexions issues de vécus et de nombre de subjectivités.

5Or, ici, ce vécu, qui est avant tout celui d’un auteur phare dans la diffusion de la géographie culturelle en France, s’il montre bien de quelle manière « la culture est au cœur des processus de structuration des sociétés » (Crozat, Volle), place au second plan ce qui nous paraît l’intérêt principal de cette approche : « la culture est, certes, discours, mais aussi enjeu politique ». (Mitchell, 2000).

6C’est surtout l’absence de sujet qui nous semble le plus dommageable tout au long du périple auquel se prête l’auteur lorsqu’il est question de la culture, qu’il présente comme « profondément originale » (p. 31), sans pour autant dépasser l’adage alors même que quelques pages plus loin, la cuisine régionale du Minas Gerais est présentée comme « authentique » mais peu « originale ». Il apparaît difficile de comprendre, dès lors, ce qui fait cette originalité, si l’on considère que comme toute pratique, la cuisine est soumise à un perpétuel mouvement de transformation de l’exotisme alimentaire (Hassoun, 1995).

7Les enjeux politiques de la culture et, plus largement, les questions socio-politiques sont néanmoins traités dans le fil des idées. Les deux derniers chapitres, « Problèmes du temps présent » (p. 75) et « Quel rôle et quels enjeux pour le XXIe siècle », ouvrent sur le problème de l’insécurité qui, sans nier ses effets sociaux et son caractère multiforme, très différencié sur l’ensemble du territoire national, est toujours soumise à la subjectivité de l’auteur, qui se prête à de longues descriptions d’insécurités vécues ou rapportées. Ce discours, qui mêle l’analyse des causes structurelles et historiques de ce phénomène à des nombreuses références à des processus aussi divers que la violence domestique, la sécurisation et la surveillance dans la ville, crimes spontanés ou organisés, souffre semble-t-il de la difficulté de devoir être traité en 6 petites pages (75-80), au risque de raccourcis et, toujours, de l’emploi de termes selon nous ambigus, comme celui de « délinquant » ou de « malandrin », très présents dans les discours politiques brésiliens. Il manque à cette rapide présentation une mention plus importante aux problèmes sociaux qui sont à l’origine de ce phénomène. Au point que la discussion, dont l’objectif est de mettre à mal une idée reçue particulièrement répandue, se limite à une simple affirmation : « le Brésil est le pays de l’insécurité ». N’aurait-on pas pu, hier ou aujourd’hui, écrire la même chose d’un autre pays d’Amérique, ou d’ailleurs ? Quelles sont les conséquences de ce phénomène sur les enjeux à venir de ce pays ?

8À cette question, l’auteur propose des éléments de réponse, sans jamais, pourtant, proposer d’articulation à chaque idée pourtant soigneusement traitée. Les « délinquants » cités page 75 ne sont-ils pas produits par la société, qui a tendu, depuis plus de deux siècles, à construire cette catégorie, lui associant des espaces, eux-aussi « marginalisés », au cœur desquels figurent les favelas ? Le traitement de la question urbaine et sociale que constitue l’occupation illégale ou informelle du sol urbain, rapidement close pour les besoins de l’ouvrage, oublie de mentionner les opérations d’envergure conduites par les institutions publiques, ceci depuis les années 1960. Le trafic de drogue, qui s’est effectivement progressivement étendu au point de contrôler certains de ces espaces des plus grandes villes, n’en font pas des « zones de non-droit » (p. 83), mais bien des lieux où il apparaît difficile, en raison de forces policières souvent concernées par la violence, la répression aveugle et la corruption, mais aussi des liens étroits qu’entretiennent certains responsables politiques, policiers et narcotrafiquants, d’intervenir sans remettre en cause le système politique du Brésil urbain dans son ensemble. L’histoire de la création d’une législation spécifique en direction des favelas (Soares Gonçalves, 2010) montre combien il n’est pas possible de se référer à l’absence de règles pour désigner ces espaces, d’autant que les trafiquants, bien que leurs pratiques tendent à contraindre la vie de millions de personnes, représentent une infime part de la population de ces espaces.

9Les idées qui clôturent cet ouvrage invitent à porter un regard nouveau sur ce pays « émergent », tout à la fois « moderne », « leader » dans le domaine des biocarburants, « berceau » de l’altermondialisme, ce Brésil qui nous parle de l’avenir (p. 124) et qui fait face à des défis majeurs pour l’avenir, parmi lesquels la survie des populations amazoniennes, le recul de la forêt par les incendies conduisant à sa déforestation. Ces aspects centraux, ici brièvement analysés, méritent d’être soumis à une analyse fine et approfondie, ce à quoi invite l’auteur de manière implicite.

10Dès lors, le principal mérite de cet ouvrage réside dans le caractère vivant du récit, qui permet de traverser l’immensité brésilienne, stimulant le lecteur à approfondir sa connaissance des dynamiques qui en structurent les espaces et les sociétés, tout en lui proposant un regard averti, nourri de références historiques et personnelles. Il est néanmoins regrettable que la bibliographie, très succincte, ne permette pas un accès direct aux nombreuses analyses actuelles portant sur les aspects traités dans l’ouvrage. Enfin, le lecteur géographe se trouvera sans nul doute déçu du nombre restreint de cartes (2 seulement, reportées sans mention de source) et de documents graphiques (aucun).

11Ces faiblesses ne ternissent néanmoins pas l’intérêt d’un ouvrage sur lequel il apparaît impossible de porter un regard scientifique, et dont le mérite est de permettre un certain nombre d’éclairages, tantôt distanciés, tantôt personnels, qui invitent à l’observation attentive et à la réflexion tant sur ce pays que sur les manières dont se forge le regard sur l’Autre. Comme le souligne l’anthropologue Jacques d’Adesky, « nous abordons toujours les phénomènes que nous observons à partir d’une représentation que nous construisons en fonction de notre histoire et de notre environnement culturel. Celle-ci simplifie la réalité sans jamais la reproduire complètement, car les mots sont toujours insuffisants pour la décrire. Supports d’idées, de discours et de représentations, les mots traduisent mal le vécu » (D’Adesky, 2008).

Haut de page

Notes

1 Rey A. (dir.). Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, p. 418.

2 « Enfim, cada um o que quer aprova, o senhor sabe: pão ou pães, é questão de opiniães… O sertão está em toda parte.”, « Grande Sertão : veredas », traduit en français sous le titre Diadorim (Paris, Flammarion).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Bautès, « Paul Claval, Un regard sur les idées reçues à propos du Brésil », Géographie et cultures, 81 | 2012, 130-133.

Référence électronique

Nicolas Bautès, « Paul Claval, Un regard sur les idées reçues à propos du Brésil », Géographie et cultures [En ligne], 81 | 2012, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/235

Haut de page

Auteur

Nicolas Bautès

ESO – Université de Caen

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org