Navigation – Plan du site
Evénement

Les mobilités au prisme de l’approche culturelle

Hadrien Dubucs

Texte intégral

1Du 14 au 16 juin 2012 s’est tenu à Nîmes le colloque international « Les cultures du déplacement. Mobilités et requalification des lieux et des territoires ». Il constituait la cinquième édition des « Rendez-vous de géographie culturelle, ethnologie et études culturelles en Languedoc-Roussillon », sous la direction scientifique de spécialistes de géographie (C. Bernié-Boissard, D. Crozat), d’études culturelles (C. Chastagner) et d’ethnologie (L.-S. Fournier).

  • 1 Notamment les synthèses récentes : T. Cresswell and P. Merriman (eds), Geographies of mobilities: p (...)

2Dans le cadre remarquable du site Vauban de l’université de Nîmes, ce colloque a été l’occasion de mettre au jour certains enjeux de la recherche francophone actuelle sur les mobilités se rattachant plus ou moins explicitement à une approche culturelle. Ce colloque s’inscrit dans un contexte de montée en puissance, depuis au moins une décennie, du champ des mobilités spatiales dans les sciences sociales francophones et anglophones1. Si ce champ scientifique brille par son actualité et son dynamisme, il est aussi marqué par la diversité des approches qu’il rassemble : analyse démographique et économiste des migrations internationales et de leurs déterminants, étude des déplacements quotidiens par l’offre de transport, ou encore entrée par les pratiques et les représentations des individus mobiles, et par leurs relations avec les territoires qu’ils parcourent et contribuent à transformer. Deux grands thèmes avaient été identifiés par le comité scientifique : les liens entre « mobilité et vécu culturel des lieux » et les relations entre mobilités et « construction et organisation des territoires ». Fidèle à la tradition de ces « rendez-vous », le colloque était structuré en ateliers accordant une grande place à la pluridisciplinarité : citons entre autres la géographie du tourisme, la géographie urbaine, la sociologie des migrations, la sociologie du sport, l’ethnologie et l’anthropologie.

  • 2 Il convient d’autant plus de souligner l’intérêt de l’ouvrage d’A. Le Marchand, Enclaves nomades : (...)

3Sans viser à l’exhaustivité et en attendant la publication des actes on peut retenir plusieurs enseignements de ce colloque. Tout d’abord le tourisme apparaît comme un objet de recherche prépondérant dans la réflexion sur les liens entre mobilités et territoires, qu’on l’aborde du point de vue des acteurs du développement local (organisation des grandes « traversées » sur le modèle de la route 66 aux États-Unis, étudiées par A. Simon), des discours produits lors d’événements festifs mobilisant des traditions lointaines (comme les championnats de Highland Games à Bressuire, étudiés par L.-S. Fournier), ou encore des professionnels du secteur touristique (travail d’A. Gentil sur les processus de socialisation multi-située de salariés saisonniers). Le colloque a également confirmé combien les mobilités sont un puissant révélateur de quelques-uns des grands processus sociaux et économiques parcourant les sociétés contemporaines dans les pays du Nord – principale référence géographique des communications proposées au cours du colloque, ce que l’on pourrait regretter tant les travaux sur les pays du Sud ont depuis longtemps analysé l’importance sociale des pratiques de mobilité : nomadisme saisonnier, systèmes résidentiels familiaux multi-localisés, etc. Un tel éclairage comparatiste, tout comme une mise en perspective historique, auraient sans doute permis de nuancer l’idée d’une spécificité contemporaine et métropolitaine de la mobilité souvent dite « généralisée ». L’approche culturelle des mobilités contemporaines apporte à l’évidence un éclairage efficace sur des phénomènes très actuels. Ainsi, plusieurs exposés abordant les conséquences sociales de la crise économique en Grèce (M. Kefalaki, S. Vernicos) ont montré qu’elles interagissaient fortement avec la question des migrations, qu’il s’agisse du regard porté sur les immigrés d’Afrique et d’Europe de l’Est en Grèce, ou de l’émigration d’actifs grecs très qualifiés qui réactualise le débat sur la « fuite des cerveaux ». Les organisateurs du colloque ont également pris l’heureuse initiative d’inviter la documentariste et travailleuse sociale G. Loiseau à projeter un extrait de son film en préparation sur l’habitat mobile (mobile home, caravanes, tentes, etc.) et sur la tension qu’il incarne entre adaptation à la crise de l’emploi et du logement par des ménages précaires, et revendication assumée d’un certain modèle de vie et de territorialisation. Cette question, peu travaillée en France2 en dehors du cas particulier des gens du voyage, montre bien la complexité des phénomènes de mobilités, qui échappent souvent aux catégories usuelles produites par les chercheurs comme par les acteurs institutionnels.

4Plus largement les diverses présentations ont montré que les pratiques de mobilité sont multiples et difficiles à saisir, ce qui confronte le chercheur à un double défi. Le premier est d’ordre méthodologique : comment quantifier, situer, comprendre les mobilités ? Les solutions proposées sont d’une grande diversité, depuis le comptage de passagers empruntant le détroit de Gibraltar (N. Mareï) jusqu’à l’utilisation d’outils de collecte des représentations spatiales construits en psychologie environnementale (le « jeu de reconstruction spatiale » inventé par T. Ramadier et S. Depeau) pour comprendre les relations entre les déplacements quotidiens et les ambiances sonores perçues ou créées – écoute de musique au casque – par des étudiants (C. Guiu et B. Chaudet). Les échanges animés au sein des ateliers ont bien montré combien il est difficile d’articuler entre eux ces matériaux empiriques et de les faire dialoguer pour contribuer à un savoir cohérent sur les mobilités. Ce défi méthodologique rejoint un second défi, d’ordre théorique et conceptuel, clairement énoncé par D. Crozat lors de l’ouverture du colloque : finalement, de quoi parle-t-on lorsqu’on parle de « mobilité » ? Quelles sont les catégorisations pertinentes pour distinguer des formes spatio-temporelles très diverses de déplacement (circulation, migration, navette, etc.) tout en permettant des recoupements ou des résonnances entre des pratiques de mobilités qui reposent in fine sur les notions fondamentales de mouvement, de distance et de territoire ?

Haut de page

Notes

1 Notamment les synthèses récentes : T. Cresswell and P. Merriman (eds), Geographies of mobilities: practices, spaces, subjects, Farnham, Ashgate, 2011 ; F. Dureau et M. A. Hily (dir.), Les mondes de la mobilité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

2 Il convient d’autant plus de souligner l’intérêt de l’ouvrage d’A. Le Marchand, Enclaves nomades : habitat et travail mobiles, Broissieux, Éditions du Croquant, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Dubucs, « Les mobilités au prisme de l’approche culturelle », Géographie et cultures [En ligne], 81 | 2012, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://gc.revues.org/237

Haut de page

Auteur

Hadrien Dubucs

Université de Paris IV – Laboratoire ENeC UMR 8185

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org