Navigation – Plan du site

Les villes du Bénin méridional : entre nature et culture ?

Towns in the Southern Benin: between nature and culture?
Noukpo Agossou
p. 97-111

Résumés

Dans les villes du Bénin méridional, la nature est d’abord présente au travers de la religion et des mythes. C’est elle en effet qui pourvoie en divinités. Un arbre, un bosquet urbain cachent souvent un sanctuaire, ou signalent l’emprise d’un couvent vodun. L’existence des forêts sacrées strictement protégées de la divinité Oro, donne un autre exemple de la survivance de la nature dans les villes de l’aire culturelle Yoruba Anago. Mais les hommes n’ont pas toujours été de connivence avec la nature. Leurs établissements se sont développés au détriment de celle-ci. Parfois même l’homme choisit consciemment, pour des raisons politiques, économiques, ou autres, de ravager la nature. Certaines actions ou politiques tendent toutefois à mettre à l’abri des convoitises quelques lambeaux de forêts sacrées par le biais d’une logique de patrimonialisation, de même que des pratiques citadines peuvent contribuer au maintien d’éléments naturels en ville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les mythes, voir une réflexion toute récente de C. Saussol, 2006 : "Mythologies à l’internation (...)

1La présente contribution, qui s’inscrit dans la conception de la nature et de son rapport à la ville dans la partie méridionale du Bénin, rompt avec la dichotomie homme / nature, culture / nature. Ici, nature et culture ne sont pas devenues des « catégories de plus en plus tranchées », dans la mesure où la culture – héritage d’un passé plus ou moins long – est comprise comme « médiation entre les hommes et la nature » (Claval, 2003, p. 5). En conséquence, une géographie de la nature dans les villes du Sud doit intégrer le paradigme du vécu et des représentations des habitants dans leurs relations à cette dernière. Une telle géographie reste globalement à faire, en particulier au Bénin où la littérature sur la question est peu fournie. Il est vrai que celle-ci, au regard des difficultés autrement aiguës de survie en général et des enjeux de la croissance urbaine notamment, peine à se faire une place dans les préoccupations des décideurs à différents niveaux. L’intérêt du cas béninois vient de ce que dans la région méridionale de ce pays, la nature est d’abord présente au travers des religions et des mythes1. On s’intéressera ainsi à la place qu’occupe la nature en ville, par le biais notamment de divinités interposées : la nature constitue un élément central du paysage culturel citadin. Mais, la croissance démographique et urbaine, la modernisation économique, ainsi que des aléas politiques ont contribué au recul rapide et prononcé de la place de la nature en ville, les protections traditionnelles s’affaiblissant : la ville joue désormais contre la nature. Enfin, depuis quelques années, émergent des tentatives de réappropriation de la nature en ville, menées par des acteurs institutionnels mais aussi par des citadins.

La nature, pourvoyeuse de divinités présentes en ville

Des conditions biogéographiques locales à la forte anthropisation du milieu

2Le Bénin méridional stricto sensu s’étend sur le plateau continental (bassin sédimentaire côtier) (Slansky, 1959), c’est-à-dire de l’océan Atlantique jusqu’à la latitude 7° 30’ N. L’ensemble de cette région est soumis à un climat de type subéquatorial dont les caractéristiques sont connues : deux saisons pluvieuses alternant avec deux saisons sèches plus ou moins longues, un régime pluviométrique bimodal centré sur juin et octobre pour les deux saisons pluvieuses et dominé par la mousson du Sud-Ouest, des précipitations qui varient de 900 (au Sud-Ouest) à 1 400 (au Sud-Est) et à 1 100 mm d’eau par an dans la partie nord de la région ; une hygrométrie parfois proche de la saturation, des températures moyennes annuelles partout élevées et constantes, se situant autour de 25° C.

3La végétation naturelle dite originelle de forêts denses semi-décidues (ce que A. Mondjannagni appelle le climax de forêt dense humide) ne subsiste à peine que sous forme de reliques éparses, l’action de l’homme dans la dynamique de ces formations végétales et son emprise étant prépondérantes. Les Aja Tadonu sont des peuples présumés autochtones en raison de l’ancienneté de leur présence et de leur marque très profonde sur les paysages. Les marges orientales sont occupées par les Yoruba Anago, dont la présence serait encore plus ancienne. Au total, les interactions entre différents facteurs biophysiques, eux-mêmes constamment sous l’action anthropique, engendrent du littoral vers le nord une grande variété de zones agro-écologiques : celle des pêcheries, celle des terres de barre, celle de la dépression, etc. C’est de la rencontre de tels milieux que les hommes ont créé les divinités qui régissent les paysages. Dès lors, la question se pose, non seulement en terme de présence physique brute du végétal, de l’animal et/ou du minéral, mais encore et surtout du vécu quotidien des populations et concerne tout autant leur sens que leur expérience du sacré, ainsi que des liens qui les unissent à cet univers biophysique.

Un contexte religieux marqué par la prégnance du Vodun

  • 2 Sautter, 1979, "Le paysage comme connivence", Hérodote n° 16, p. 40-67.

4Au Bénin existent plusieurs religions endogènes au sein desquelles la nature donne au religieux ses fondements mythiques. Ce pays illustre la situation typique de la nature comme connivence2 avec l’homme et la société. Les vodun, présents dans les foyers traditionnels à travers autels, temples, sanctuaires, représentations picturales, marquent tout le paysage rural et urbain. Plus profondément, ils se manifestent par une certaine emprise sur les esprits. En effet, l’univers mental et psychosocial des peuples autochtones du Bénin méridional est fortement imprégné de la déité vodun. Le fait de penser et d’agir coutumier vodun, le recours fréquent aux pratiques coutumières vodun – cette « vodun-ité » ou de religiosité vodun – n’est pas l’exclusivité des seuls adeptes : même après près de deux siècles de présence et d’actions missionnaires, ce substrat culturel vodun n’a pas été totalement extirpé de l’esprit des fidèles des religions exogènes (chrétiennes et musulmanes), qui ont eux-mêmes souvent recours au syncrétisme. En effet, les disciples de Jésus-Christ (ou de Mahomet) le jour et au grand jour, le dimanche (ou le vendredi), deviennent pratiquants ou consultants vodun la nuit et au petit jour (ou dans l’ombre). Il suffit qu’un individu perde ses repères ou rencontre certaines difficultés, pour qu’il n’hésite pas à recourir aux pratiques ancestrales par Fa (Ifa) et Vodun et/ou Bo interposés.

5Ces peuples sont regroupés, pour simplifier (mais la réalité est infiniment plus complexe), en deux grandes familles socioculturelles : les Aja Tadonu et les Yoruba Anago. Bien que provenant d’origines géographiques opposées, les uns et les autres vénèrent les mêmes divinités appelées Vodun par les premiers et Orisha par les seconds. Un vodun peut se définir comme suit : 1) « Les idées que les croyants se font de diverses puissances immatérielles émanant soit de faits de la nature, soit de personnes humaines ayant rang d’ancêtres ; 2) les lieux, matérialisés par un autel, où s’effectue la communication avec ces puissances, … » (Rouget, 2001, p. V). Dès lors, en tant qu’éléments intrinsèques et représentations des forces de la nature, les vodun ne peuvent qu’introduire la nature en ville, investir la ville, inspirer les configurations de l’habitat vernaculaire.

Des paysages naturels « cultuellisés »

  • 3 L’élément xwe peut se traduire par habitat.
  • 4 Contrairement à l’idée répandue par les premiers missionnaires français, Legba dans le panthéon vod (...)
  • 5 Honto (de hon : porte et to : pays, peuple, établissement humain) place, placette, pourrait se trad (...)

6Traditionnellement, l’implantation (xweli3) d’une fondation (xwedo) préside toujours à l’installation de tout établissement humain (village agbegbe, concession xwe, xweta, case xo, etc.), lequel xwedo est symbolisé par un autel (agba ou asanyi) ou un xwelegba4 installé au pied d’un arbuste, deseletin ou kpatin. Tout autour est organisée l’architecture du bâti : cases composant la concession, cours ou placettes (honto)5, appartenant à toute la collectivité ou à la lignée, et arborées d’espèces végétales soigneusement choisies – notamment l’arbre à palabre dont les feuilles sont recherchées comme fourrage pour les moutons – à l’ombre desquelles veille Tolεgba, assisté des autels dédiés aux ancêtres divinisés et des vodun de la nature.

  • 6 En généralisant sans doute un peu trop ce genre d’observations, des chercheurs comme Juhé-Beaulaton (...)

7Le cœur de ce microcosme est la placette vodun, toujours implantée dans un décor, un paysage naturel qui lui imprime son identité6. Né de / dans la nature, le vodun ne se retrouve que dans son oïkos naturel. De tels paysages qui recèlent une dimension naturelle (physique) et culturelle (anthropologique), sont doublement muets : d’abord pour le profane, ensuite pour le non scientifique. Leur apparente hétérogénéité cache en réalité une densité de significations qu’il importe de décoder en restituant, « dans sa globalité matérielle et culturelle, le système géographique de l’environnement urbain » (Dorier-Apprill, 2006, p. 52). Il faut savoir percevoir au-delà des arbres ou des reliques forestières, un lieu de culte, un couvent vodun, un sanctuaire, un site purificatoire, un tombeau, un site funéraire ou un incinérarium. En réalité, de « nombreux arbres ou bosquets urbains ont une fonction rituelle, une dimension sacrée ou signalent l’emprise d’un couvent vodun » (Ibid.). La végétation naturelle offre, sous des dehors hétéroclites, des essences bien précises dont la présence, ou mieux la culture, obéit à des besoins utilitaires, rituels ou sacramentels.

  • 7 Curieusement l’hysope est reconnue dans la Bible pour les mêmes vertus.
  • 8 Un tableau présente en annexe les principales espèces végétales citées.

8Trois grandes catégories de peuplements végétaux peuvent être distinguées : les grands arbres (atingbo, 10 m et plus), les arbres et arbustes (atin, 2 à 10 m) et les arbrisseaux (atinvu) et les herbes (ama, < 1 m). Dans la première catégorie viennent l’iroko, le fromager, le kapokier, le baobab, et de plus en plus souvent l’arbre à palabre en raison de la rapidité de sa croissance et de l’épaisseur de sa frondaison ; dans la deuxième, il faut signaler l’hysope – cet arbre est réputé éloigner les mauvais esprits et ses feuilles interviennent dans toutes les cérémonies liturgiques et purificatoires7Fogara zanthoxyloides, Kpatin, Anyatin, Akikontin8, le palmier à huile dont les rameaux sont utilisés comme symboles d’interdiction par les Zangbeto, comme ficelles rituelles ; et parmi les arbrisseaux et les herbes, figurent Kesukesu, Cayo, surtout recherchés pour leurs propriétés thérapeutiques ou leurs fonctions magiques.

  • 9 Ce chiffre doit être revu à la hausse, dans la mesure où des groupes peuvent se former à la base av (...)

9Parmi les vodun du panthéon béninois, une place à part revient aux zangbeto (chasseurs de nuit) en raison de leur rôle sécuritaire. Organisés en sociétés de masques, richement parés de leur manteau de raphia, ils exercent une fonction de police nocturne dans un cadre territorial donné. Chaque quartier ou sous-quartier de ville est placé sous la protection de son Zangbeto. Ainsi, la ville de Porto-Novo, avec ses 223 000 habitants, organisée en 84 quartiers, 5 arrondissements et une commune, est-elle régie par « 229 sièges locaux de Zangbeto »9 (Barbier, 2001). Chaque siège représente un avali (Zangbeto vali) dont la configuration rappelle celle des placettes vodun. Quant aux divinités Oro, elles constituent de véritables sociétés secrètes dont le lieu de manifestation par excellence est la forêt.

La nature et la ville : entre destruction et protection

La survivance des forêts sacrées en ville10

  • 10 L’inventaire systématique des forêts sacrées du Bénin réalisé en 1997 par une équipe de recherche s (...)

10On vient de le voir, des espèces végétales sont présentes dans tout le panthéon du Bénin méridional. Les forêts sacrées sont dédiées à telle ou telle divinité ou consacrées pour tel culte comme sanctuaires d’initiation (hun-zinzon), de purification (hoko-lilε), et d’autres manifestations et pratiques plus ou moins secrètes réservées aux adeptes. L’atelier régional sur la problématique des forêts sacrées au Bénin et en Côte d’Ivoire qui s’est tenu à Cotonou les 30 et 31 janvier 1997, définit comme forêt sacrée :

« Tout espace boisé, vénéré et/ou craint, réservé à l’expression culturelle d’une communauté donnée, dont l’accès et la gestion sont réglementés par les pouvoirs traditionnels » (Agbo et Sokpon, 1997, p. 8).

11Si la plupart des « enclos du secret » (hunkpa) (Rouget, op. cit.) ont été rattrapés par l’urbanisation et réduits à la portion congrue, en revanche les espaces boisés n’ont pu être tous phagocytés, en raison de la protection dont ils sont l’objet de la part des communautés, et qui est liée à leurs multiples fonctions.

12Les forêts sacrées assurent différentes fonctions : écologique, socioculturelle, religieuse, économique et thérapeutique car elles fournissent des plantes médicinales et accueillent des séjours magico-thérapeutiques. Une même forêt peut assurer plusieurs fonctions à la fois, mais la fonction religieuse est primordiale. Toutes les divinités du panthéon béninois avaient une forêt dédiée à leur culte.

« Au plan écologique, les forêts sacrées servent d’habitat naturel pour les petits animaux et les oiseaux et protègent les sources d’eau pour les populations locales. C’est le cas de la source Kétê dans la ville de Covè ».

13K. Kokou (cité par Juhé-Beaulaton et Roussel, 2002, p. 415) voit dans les îlots forestiers sacrés « une démonstration de la capacité des sociétés traditionnelles à conserver la biodiversité », tandis qu’Agbo et Sokpon (op. cit.) observent que « les forêts sacrées comparativement à celles qui ne le sont pas, connaissent un niveau de dégradation moins élevé en raison de la fonction culturelle dont elles avaient été investies ». Les forêts des rois (Pobè, Porto-Novo, Ouidah, Savè, etc.) s’inscrivaient dans ce même registre et étaient d’autant plus respectées que le monarque regroupait en ses mains les pouvoirs exécutif, législatif, judiciaire et religieux.

  • 11 En principe, la sanction suprême infligée par Oro consistait à faire disparaître sans recours dans (...)

14Cependant, les forêts sacrées les mieux protégées et conservées à ce jour restent celles de la divinité Oro. Le principe de conservation est fondé sur la peur11 inspirée par cette société secrète qui a émis une fois pour toutes des édits d’interdiction d’accès et d’exploitation très stricts. Un entretien saisonnier de la forêt (aménagement des entrées et des sentiers, élagage, éclaircissement de certaines frondaisons, sarclage des touffes d’herbes in situ) s’effectue à l’occasion des cérémonies rituelles. Ainsi s’explique la présence d’importants résidus forestiers Oro dans et autour des villes d’influence culturelle yoruba anago comme Ouidah, Covè, Zagnanado, Kétou, Pobè, Ikpinlè, Adja-Ouèrè, Sakété, Ifangni, Adjarra, Avrankou ou Porto-Novo (Figure 1), sans compter les villes proprement yoruba anago situées hors de notre région d’étude. L’arbre sacré de Oro est le Samba, reconnaissable à son fût très élancé, effilé et droit (en raison des élagages dont il est périodiquement l’objet) ; mais on rencontre également le Fraké et bien d’autres essences semi ombrophiles.

L’homme à l’assaut de la nature en ville

  • 12 On trouve encore certes quelques pythons à Ouidah, dans le temple qui leur est consacré en face de (...)

15Un souvenir personnel permettra d’introduire le propos. Dans les années 1960, le domicile familial à Hwεnmε recevait au crépuscule la visite des pythons en quête d’œufs à croquer, et ce d’autant plus aisément que la clôture de la maison n’était qu’un alignement de perches de palme tressées. Autant Yaokpobε, notre mère, nous exhortait chaque fois à ne point maltraiter le reptile inoffensif – divinité qu’elle vénérait (Dangbe = Dan Ðagbe, littéralement serpent bienfaiteur ou Providence) – autant mes frères et moi prenions un méchant plaisir à les frapper et à les jeter rudement dehors. Depuis lors, à la faveur de la croissance urbaine, traqués de toutes parts, vendus aux trafiquants occidentaux ou aux marchands béninois qui les proposaient à des populations pour qui ce n’était pas un totem et qui étaient peu soucieuses de protection des espèces, les pythons ont rejoint la liste des espèces en voie d’extinction, sinon éteintes12. Cet exemple, signe de l’incompréhension entre anciens (sages) et akowe (littéralement : clercs) ignorants, prouve que l’homme n’a pas toujours été de bonne connivence avec la nature.

Figure 1 : Les villes du Bénin méridional

Figure 1 : Les villes du Bénin méridional
  • 13 Nous avons appelé "Lacconurbation" cette succession de villes qui s’égrènent autour du système lagu (...)

16À l’échelle régionale, bon nombre de villes du Bénin méridional (Porto-Novo, Cotonou, Abomey-Calavi, Ouidah, Grand-Popo) bordent des sites lagunaires ou lacustres13 d’une étroite bande de terre limitée au Sud par la côte basse et sablonneuse du golfe du Bénin et au Nord par des plateaux de terre de barre. Ces écosystèmes particulièrement menacés en raison de la forte densité de l’occupation humaine : zones humides souvent marécageuses, vallées et berges des cours d’eau, plages de cocotiers parfois relayés vers l’intérieur des terres à l’ouest par des palétuviers et à l’est par des palmiers raphia. Il s’agit d’autant de zones non aedificandi pourtant occupées par l’habitat, par des dépotoirs sauvages de déchets urbains, et qui font l’objet d’exploitations inconsidérées. Or ces zones qui recèlent des ressources hydriques, floristiques, zoologiques et énergétiques, auraient dû être valorisées pour leurs potentiels touristiques, de villégiature et de loisirs.

  • 14 Et pourtant dans une nouvelle parue avant l’avènement du GMR, 1971 : Larbre fétiche. Yaoundé : Clé (...)
  • 15 La présence de noms de quartiers comme Atinkanme, Sojeatinme, etc. dans la toponymie de la ville de (...)
  • 16 Ayant crié ouvertement ma rage contre cette politique devant mes élèves du lycée M. Bouké en 1976-7 (...)

17Par ailleurs, les forêts et bois sacrés du Bénin ont beaucoup pâti de la « politique de lutte anti-sorcière » menée à partir de 1975 par l’ex-régime dictatorial. C’est ainsi que « des milliers d’hectares de forêts sacrées » (Agbo et Sokpon, 1997, p. 16), bosquets et autres essences, en particulier les irokos14 présumés servir de refuge aux esprits maléfiques et aux sorciers (azeto), ont été saccagés à travers tout le pays. Plusieurs centaines d’arbres bordiers séculaires qui ombrageaient généreusement les rues et avenues des grandes villes comme Porto-Novo, Cotonou15 et Parakou n’ayant pas été épargnés, les citadins ont perdu l’abri qu’ils constituaient contre les rigueurs du climat16. À partir de 1984 cependant, face à l’évolution désastreuse observée sur le couvert forestier et par crainte de ses impacts négatifs prévisibles, fut mise en place une politique de protection de l’environnement et en 1985 fut instituée la journée nationale de l’arbre, désormais organisée le 1er juin de chaque année. Malgré tout, aujourd’hui encore, nombre d’espaces boisés sont soumis à des pressions de plus en plus fortes, y compris de la part des pouvoirs publics.

18Tel est le cas du domaine forestier du CRA-PP (Centre de recherches agricoles plantes pérennes) de Pobè. Créé en 1922 sous le nom de l’Institut de recherches sur les huiles et oléagineux (IRHO), le CRA-PP s’étend dans le Nord-Est de la ville de Pobè sur un domaine de 700 hectares dont 400 sont aménagés en palmiers sélectionnés et 150 en réserve forestière. Au plan agro-écologique, la région de Pobè au Sud-Est du Bénin se rattache à la « zone des dépressions ». Les missions du centre concernent la mise au point des innovations pour l’amélioration des performances du palmier à huile dans les conditions de faible pluviosité et de fort déficit hydrique. Cinq cents croisements de palmier Pobè sont actuellement en évaluation au Bénin, au Cameroun et en Indonésie ; cinquante autres sont envoyés chaque année en Côte d’Ivoire pour l’étude de leur sensibilité à la fusariose ; 4 000 arbres descendant des meilleurs géniteurs palmier Pobè sont en cours de test. La pépinière distribue 40 000 plants par an. Le centre emploie 200 permanents, sans compter des centaines de saisonniers. Outre son importance scientifique et économique, la présence de cette forêt exerce des impacts très bénéfiques sur l’environnement en termes de rafraîchissement du climat local, de recyclage du CO2, d’habitat naturel pour les animaux et de protection des cours d’eau. Mais les pressions répétées émanant des autorités locales avec l’aval du pouvoir central ont abouti à dépecer sur le domaine une première tranche de 7 hectares qui a servi à la construction de logements pour la ville de Pobè ; il est encore question d’y découper un site pour édifier un centre islamique.

Quelques tentatives de réappropriation de la nature en ville

Les usages sociaux des espaces naturels par les citadins : de la tradition à la modernité

19Outre les éléments étudiés plus haut, la présence de la nature dans les villes du Bénin concerne les usages quotidiens qu’en font les populations. Certains aspects importants de ces usages ont fait l’objet d’études anciennes relatives à la mise en culture d’espaces non construits, à l’aménagement de périmètres maraîchers dans les zones humides, à l’arboriculture (les habitants protégeant ou plantant toutes sortes d’arbres) ou encore à l’élevage intra muros. D’autres usages ont trait aux haies vives plantées et utilisées comme poteaux pour construire les cases ou renforcer les clôtures des maisons des catégories pauvres, aux espèces « cultivées » pour leurs propriétés thérapeutiques ou leurs usages culinaires. Nombre de femmes entretiennent un petit jardin de case planté de condiments. Ainsi, au sein des couches populaires, des pratiques très anciennes comme la culture d’essences utiles tels les arbres fruitiers se perpétuent ; autour et dans les concessions des collectivités, les bananiers prédominent nettement.

20Toutefois, les difficultés pour conserver la nature en ville tiennent à la pression démographique (même les forêts oro sont de nos jours menacées), à la densification de l’habitat, toutes conditions réunies dans les vieux quartiers. Ainsi, la densité de l’arbre est en relation inverse avec la densité de l’occupation humaine. Cependant, les formes récentes de l’urbanisation dans les grandes villes traduisent un intérêt, certes encore faible et limité, pour réintroduire la nature dans les villes. Ainsi, dans les habitations de haut standing de type villas, lorsque tout l’espace n’est pas sacrifié au béton ou au pavé, on rencontre nombre d’espèces exotiques à but décoratif.

Des exemples de valorisation et de patrimonialisation de la nature en ville

21À Porto-Novo, deux organismes, l’un privé, le centre Songhaï et l’autre public, le Jardin des plantes et de la nature, ainsi que la forêt sacrée de Kpasε à Ouidah, intègrent bien la nature en ville tout en développant d’autres activités. La gestion et la mise en valeur des sites y font l’objet d’une forte valorisation qui va jusqu’à prendre la forme d’une patrimonialisation dans les deux derniers cas.

  • 17 Sur la vision et les objectifs de développement de l’Afrique à travers les actions du centre Songha (...)
  • 18 Le centre Songhaï exploite trois autres domaines respectivement à Kenweji (Lokossa), Okpara (Parako (...)

22Au centre Songhai d’agrobiologie intégrée et de formation d’entrepreneurs agricoles, l’objectif premier de son fondateur étant le développement intégré en vue de l’autonomie agricole des pays africains17, un soin particulier a été mis sur le recyclage des déchets autoproduits et la protection de la nature. Les 17 hectares du domaine de Porto-Novo18, situé en tête du vallon du Zunvi (le site est une succession de coteaux escarpés retenus par des banquettes anti-érosives plantées de vêtiver –périodiquement exploité pour nourrir la volaille –, de dépressions aménagées, etc.), présentent un agencement judicieux d’unités de productions animales, végétales et horticoles, d’espaces de services, de transformation et de vente. étangs piscicoles, plantes ornementales, potagers, déchetteries, composteries, unités de biogaz, et espaces verts soigneusement aménagés et régulièrement entretenus, laboratoires, etc., se succèdent dans un cadre naturel unique. Les personnes qui y étudient reçoivent une formation polyvalente et globale intégrée avant toute spécialisation, les rendant aptes à influer sur leur milieu d’insertion futur en vue de le transformer dans le sens de la productivité et de l’efficacité économiques et de la durabilité écologique.

23Par ailleurs, sur le site de l’ancienne forêt sacrée des rois de Porto-Novo, fut créé en 1895 le Jardin d’essai du Dahomey. La forêt initiale, cinq fois plus vaste que l’actuel Jardin des plantes et de la nature (JPN) qui en a conservé quelques essences, s’étendait depuis les berges de la lagune jusqu’aux emplacements du palais des gouverneurs et du secrétariat administratif de l’Assemblée nationale. Du temps des monarques, la gestion relevait du ministre du culte Migan. L’administration coloniale y acclimatait des espèces nouvelles pour les redistribuer localement au Dahomey et dans ses autres colonies. Plusieurs fois amputé et réduit à sa superficie actuelle de 3,8 hectares, le jardin a dû acquérir un site annexe à Jasεn Daxo. Mené conjointement avec la direction de l’Agriculture du Bénin, le comité béninois du Conseil international des musées (ICCROM) et la Mairie de Porto-Novo, le projet de JPN actuel, officiellement lancé le 19 mars 1998, est devenu fonctionnel en janvier 1999, fondamentalement comme jardin de conservation du patrimoine naturel. Pour contribuer à améliorer les conditions de vie des citadins, le JPN a été accessoirement « aménagé en un espace restaurant buvette, des espaces en extérieur et des bâtiments réservés aux manifestations festives (à la location), des installations de jeux pour enfants » (Tafuri, 2006, p. 53). La plupart des activités sont ainsi axées sur des thèmes de l’éducation et de la sensibilisation à la nature. Le JPN, par son annexe, fournit de jeunes plants, contribuant ainsi à développer la nature dans la ville.

24Quant à la forêt sacrée de Kpasε à Ouidah qui a vu sa superficie initiale de 20 hectares se rétrécir jusqu’à 3,4 hectares, elle obéit aux mêmes impératifs que le JPN avec en sus la création d’un espace musée et la construction d’un couvent d’initiation aux cultes vodun.

25Dans les villes du Bénin méridional, la nature a toujours été l’objet d’attention soutenue émanant des forces religieuses comme des communautés traditionnelles. À travers ses différentes formes d’insertion dans le paysage géographique, social et culturel, ses multiples fonctions et usages, sa perception et sa représentation par les populations, la nature s’avère un bien à sauvegarder. Mais, les considérations culturelles, historiques et religieuses ne résistent pas longtemps face aux impératifs économiques ou à l’appât du gain. L’altération s’effectue d’autant plus que les structures sociales elles-mêmes évoluent fort rapidement. Si ce n’est la collectivité qui est en cause, ce sont les héritiers impatients de disposer librement de leur part du patrimoine familial. Les pouvoirs publics eux-mêmes ne constituent pas toujours des modèles en la matière. Au contraire, il n’est pas exceptionnel d’assister au morcellement et à la vente des réserves foncières urbaines ou des parcelles initialement réservées aux espaces verts. Même si une politique d’aménagement de la nature en ville est théoriquement définie, celle-ci n’est pas systématiquement mise en œuvre. Il existe des normes en matière de coefficient d’occupation du sol, d’espaces verts, etc. fixées par le code de l’urbanisme (variant selon les fonctions de l’habitat, de 30 à 70 %), qui ne sont guère appliquées.

26En définitive, après avoir détruit les paysages naturels préexistant à leur installation, les hommes se voient poussés par nécessité à réintégrer cette denrée vitale dans leurs villes presque totalement dé-naturées. Exemple significatif, des placettes vodun sont en train de reconquérir leur statut d’antan, jouant le rôle de lieu de repos, de jeux, de rencontre, de réunion, de commerce, de restauration, sans distinction d’âge ni de sexe. En redevenant ainsi des espaces de sociabilité intégrés à une citadinité actuelle et vivante, ces placettes pourront peut-être être préservées des destructions. La ville pourrait ainsi contribuer à sauver la nature qu’elle abrite.

Haut de page

Bibliographie

AGARWAL, A. et S. NARAIN, 1989, Towards green villages. A strategy for environmentally sound and participatory development, Delhi, CSE.

AGBO, V. et N. SOKPON, 1997, Forêts sacrées et patrimoine vital au Bénin, Abomey-Calavi, UNB/FSA, Projet CRDI n° 95-8170, 200 p.

Agossou, N. et J.-C. Barbier, 2003, Zone d’aménagement du bas-fond du Zunvi (Porto-Novo), Porto-Novo, CBRST, Département de recherche en sciences humaines et sociales (DRSHS), 4 p.

AKPOVO, C. J.-M., 2005, Anthropologie du « BO » (Théorie et pratique du gri-gri), Porto-Novo, CNPMS, 276 p.

AMAT, J.-P. et M. HOTYAT, 2006, « Les forêts urbaines, patrimoine citadin et territoires à ménager », dans é. Dorier-Apprill, Ville et environnement, Paris, SEDES, p. 249-271.

Barbier, J.-C., 2001, « Gouvernance démocratique et pouvoirs coutumiers : le cas des sociétés de masques à Porto-Novo (Bénin) », Bordeaux, communication au colloque Démocratie et gouvernance. université Montesquieu-Bordeaux IV, 12-14 septembre 2001, non publiée.

berque, a., 1999, Ecoumène, introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 271 p.

berque, a, 2000, Médiance : de milieux en paysages, Paris, Belin, 162 p., 1ère édition 1990.

bertrand, g., 2002, Une géographie traversière, l’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, éd. Arguments, coll. Parcours, 311 p.

BLEY, D. et alii (dir.), 1997, Villes du Sud et environnement, Marseille, Édition de Bergier, Travaux de la Société d’écologie humaine, 241 p.

CLAVAL, P., 2003, Géographie culturelle. Une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, A. Colin, 287 p.

CORMIER-SALEM, M. C. et al. (dir.), 2002, Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, IRD éditions, coll. Colloques et séminaires, 467 p.

DELAVIGNE, R., 1991, « Ville-campagne : une opposition dépassée », Les Cahiers de l’IAURIF, n° 95, « Gérer la nature », p. 9-14.

DESAI, A., 1985, Environmental perception. The human factor in urban planning, New Delhi, Ashish Publishing House.

Dorier-Apprill, É. (dir.), 2006, Ville et environnement, Paris, SEDES, 512 p.

ÉPA (école du patrimoine africain), 2003, Réhabilitation du patrimoine historique de Porto-Novo. Synthèse des résultats finaux, Porto-Novo, École du patrimoine africain, 46 p.

ÉPA (école du patrimoine africain), 2005, Forêt sacrée de Kpassè, Ouidah. Esquisse de plan de gestion, Porto-Novo, École du patrimoine africain, 46 p.

Haeringer, P., 1980, « L’arbre dans la ville. Lecture sociale en quatre tableaux du couvert végétal dans la ville africaine », Cahiers ORSTOM, série Sciences humaines XVII, 34, p. 289-308.

JUHE-BEAULATON, D. et B. ROUSSEL, 2002, « Les sites religieux vodun. Des patrimoines en permanente évolution », dans M.-C. Cormier-Salem et al. (dir.), Patrimonialiser la nature tropicale. Dynamiques locales, enjeux internationaux, Paris, IRD éditions,coll. Colloques et séminaires, p. 415-438.

Mondjannagni A. C., 1969, « Contribution à l’étude des paysages végétaux du Bas-Dahomey », Annales de l’université d’Abidjan, D3 Abidjan, UNCI, IGT, série A, G, fasc. 2, 191 p.

Mehu, 1997, Étude de la stratégie de l’habitat urbain au Bénin, Rapport définitif. Cotonou, 104 p.

MEHU / ABE, 2002, Rapport intégré sur l’état de l’environnement au Bénin, Cotonou, ABE, 187 p.

Pélissier, P., 1980, « L’arbre dans les paysages agraires de l’Afrique noire », Cahiers de l’ORSTOM, série Sciences humaines, vol. XVII, n° 3-4, p. 131-136.

ROUGERIE, G. et N. beroutchachvili, 1991, Géosystèmes et paysages : bilan et méthodes, Paris, Armand Colin, coll. U. Géo., 302 p.

ROUGET, G., 2001, Initiatique vôdoun. Images du rituel, St Maur, Éditions Sépia, 107 p.

Serhau, 2000, Revue permanente du secteur urbain au Bénin, Cotonou, 2e édition, 233 p.

Slansky, M., 1959, Contribution à l’étude géologique du bassin sédimentaire côtier du Dahomey et du Togo, DE Nancy, série 59, n° 165, mémoire BRGM n° 11, 170 p.

TAFURI, C., 2006, Géographie des convivialités et du loisir dans la région urbaine de Porto-Novo, maîtrise, Aix-en-Provence, 60 p., non publiée.

Tricaud, P. M., 1996, Ville et nature dans les agglomérations d’Afrique et d’Asie, Paris, GRET-ministère des Affaires étrangères, coll. Études et travaux, 103 p.

Haut de page

Annexe

Principales espèces végétales citées dans le texte

Français

Vernaculaire

Scientifique

 ?

Alomagbo, Ewewuro

Vernonia

?

Xεtin

Fogara zanthoxyloides

?

Anyatin

Dracaena arborea

?

Akikontin

Spondias mombin

 ?

Kesukesu ou Axisixisi

Ocimum canum

 ?

Cayo

Ocimum gratissimum

Amarante

Gboma

Amaranthus spp. 

Arbre à palabre

Avlatin

Ficus polita ?

Baobab

Kpasa

Adansonia digitata

Cocotier

Agonkεtin

Cocos nucifera

Fraké

 ?

Terminalia superba

Fromager

Ajolohuntin Huntin

Ceiba pentandra

Hysope

Desele, Akoko

Newbouldia laevis

Iroko

Lokotin, Iroko

Milicia excelsa

Kapokier

 ?

Parkia biglobosa

Palétuvier blanc

 ?

Avicenia africana

Palétuvier rouge

 ?

Rhizophora racemosa

Palmier raphia

Ðεtin

Raphia vinifera

Palmier à huile

Detin

Elaeis guineensis

Samba

Olotin

Triplochiton scleroxylon

Haut de page

Notes

1 Sur les mythes, voir une réflexion toute récente de C. Saussol, 2006 : "Mythologies à l’international", Politique internationale, décembre.

2 Sautter, 1979, "Le paysage comme connivence", Hérodote n° 16, p. 40-67.

3 L’élément xwe peut se traduire par habitat.

4 Contrairement à l’idée répandue par les premiers missionnaires français, Legba dans le panthéon vodun n’est pas le diable, mais une divinité protectrice et ou un messager entre Dieu (Mawu) et les hommes.

5 Honto (de hon : porte et to : pays, peuple, établissement humain) place, placette, pourrait se traduire également par portique.

6 En généralisant sans doute un peu trop ce genre d’observations, des chercheurs comme Juhé-Beaulaton et Roussel écrivent que "Dans l’aire vodun, tous les espaces, toutes les composantes du territoire, sont perçus et gérés en fonction du sacré qui influence tous les usages…", p. 416.

7 Curieusement l’hysope est reconnue dans la Bible pour les mêmes vertus.

8 Un tableau présente en annexe les principales espèces végétales citées.

9 Ce chiffre doit être revu à la hausse, dans la mesure où des groupes peuvent se former à la base avant de se faire connaître aux responsables. Porto-Novo, berceau du Zangbeto, abrite le siège national où règne Kpakliyau le chef suprême.

10 L’inventaire systématique des forêts sacrées du Bénin réalisé en 1997 par une équipe de recherche sous la direction de Agbo et Sokpon, n’a pas fait la distinction entre milieu urbain et milieu rural.

11 En principe, la sanction suprême infligée par Oro consistait à faire disparaître sans recours dans sa forêt sacrée le ou plutôt la coupable (Obirin to lo un of’oju k’Oro, Oro a gbe koma s’eni to ni a mi = La femme qui prétend voir Oro, Oro va l’emporter et nul ne pourra broncher).

12 On trouve encore certes quelques pythons à Ouidah, dans le temple qui leur est consacré en face de la basilique cathédrale. Cet exemple montre bien qu’interdits et autres pratiques et représentations permettent la protection de la nature et de la biodiversité.

13 Nous avons appelé "Lacconurbation" cette succession de villes qui s’égrènent autour du système lagunaire et lacustre du Bénin méridional depuis Ouidah jusqu’à Cotonou et Porto-Novo via A-Calavi, Dangbo, Adjohoun, A-Missérété, Avrankou, Adjarra, Sèmè-Kpoji, etc. "Lacconurbation", Agossou, 1995, Porto-Novo, décapitale du Bénin, inédit.

14 Et pourtant dans une nouvelle parue avant l’avènement du GMR, 1971 : Larbre fétiche. Yaoundé : Clé, J. Pliya montre à l’aide d’une illustration tragique, qu’on n’offusque pas impunément les divinités en abattant les arbres sacrés ou sacralisés.

15 La présence de noms de quartiers comme Atinkanme, Sojeatinme, etc. dans la toponymie de la ville de Cotonou aujourd’hui totalement déboisée prouve qu’elle possédait des forêts ou à tout le moins des bois.

16 Ayant crié ouvertement ma rage contre cette politique devant mes élèves du lycée M. Bouké en 1976-77, je fus interpellé par les pouvoirs politiques et cela fut suivi de mises en garde sévères adressées à "l’anti-révolutionnaire".

17 Sur la vision et les objectifs de développement de l’Afrique à travers les actions du centre Songhaï, voir l’ouvrage de son fondateur G. Nzamujo, 2003, Songhaï. Quand lAfrique relève la tête, Paris, Cerf, 144 p.

18 Le centre Songhaï exploite trois autres domaines respectivement à Kenweji (Lokossa), Okpara (Parakou) et Ceti (Savalou).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les villes du Bénin méridional
URL http://gc.revues.org/docannexe/image/2384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noukpo Agossou, « Les villes du Bénin méridional : entre nature et culture ? », Géographie et cultures, 62 | 2008, 97-111.

Référence électronique

Noukpo Agossou, « Les villes du Bénin méridional : entre nature et culture ? », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://gc.revues.org/2384 ; DOI : 10.4000/gc.2384

Haut de page

Auteur

Noukpo Agossou

Université Abomey-Calavi, Porto-Novo (Bénin)
anoukpo@yahoo.fr

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org