Navigation – Plan du site
Lectures

Ville et environnement

Catherine Fournet-Guérin
p. 131-132

Texte intégral

  • 1 . élisabeth Dorier-Apprill (dir.), 2006, Ville et environnement, Paris, Sedes.

1à l'occasion de la nouvelle question de géographie thématique proposée au programme de l'agrégation en 2005, Elisabeth Dorier-Apprill a réuni une équipe de vingt-sept collaborateurs autour du thème "ville et environnement"1. Le résultat, un ouvrage de plus de cinq cents pages, dépasse largement le cadre d'un travail de circonstance, si bien que Ville et environnement pourra sans difficulté être considéré comme un solide manuel de référence sur ce vaste sujet.

2L'une des originalités du livre tient à l'hétérogénéité disciplinaire des auteurs : si la plupart d'entre eux sont géographes, figurent également des anthropologues, un économiste ou encore une entomo-épidémiologiste. Qui plus est, plusieurs d'entre eux sont originaires de pays en développement, en l'occurrence d'Afrique, cas assez rare pour être souligné.

3Le livre s'organise en quatre parties. La première est consacrée à une mise en perspective épistémologique et disciplinaire du thème. Le premier chapitre en particulier constitue une mise au point très claire et précieuse de l'évolution de la place accordée à l'approche environnementale dans les études urbaines en géographie. E. Dorier-Apprill rappelle le long éloignement de ces deux champs d'étude, examinant l'absence de prise en compte de l'écologie dans les études géographiques et concluant que "la lente réhabilitation de l'approche hommes-milieux urbanisés dans la géographie française se réalise en majorité hors du champ de la géographie urbaine". Ce chapitre apporte également des précisions bienvenues sur la conception de la ville chez Elisée Reclus et explore la place des préoccupations relatives à l'environnement urbain dans les travaux des grands noms de la géographie française du xxe siècle : Vidal de la Blache, Max Sorre, Pierre Gourou, Jean Gallais, Joël Bonnemaison. Les chapitres suivants s'inscrivent davantage dans une démarche institutionnelle, examinant notamment la question de l'aménagement urbain dans la perspective des impératifs de développement durable.

4La deuxième partie est centrée autour de problèmes environnementaux exacerbés par le processus de métropolisation dans le monde : la présence industrielle en ville, la place de l'automobile, la question des transports dans les pays en développement, les nuisances sonores occasionnées par le transport aérien. A contrario de l'étude de cet ensemble d'effets pervers de l'urbanisation, un chapitre s'intéresse à la présence des forêts dans la ville. Ces thèmes sont étudiés à différentes échelles, allant de l'îlot urbain à l'approche globale et mondiale des espaces urbanisés.

5La troisième partie a été construite autour de la notion de géosystèmes urbains. à ce titre, quatre grands thèmes dont l'examen nécessite des études croisées sont présentés : le climat urbain, la pollution, la géographie de la santé en ville et les systèmes pathogènes dans les villes tropicales. Le cas de l'épidémie de choléra de 2004 au Cameroun est présenté.

6Enfin, la gestion de l'environnement urbain fait l'objet de la dernière partie du livre, à travers l'étude des déchets et de l'eau en ville. Plusieurs études de cas sont présentées au Maroc, au Sahara, au Mali (Mopti) et à Pondichéry. Un chapitre consacré aux cimetières urbains au Congo clôt l'ouvrage de manière originale.

7Trois points forts peuvent être retenus de cet ouvrage. Tout d'abord, soulignons la qualité et l'abondance de la bibliographie, judicieusement placée à la fin de chaque chapitre, voire de chaque étude de cas, qui pourra s'avérer fort utile aussi bien aux chercheurs qu'aux enseignants. La multiplicité des exemples proposés est également fort appréciable ; cela va de l'encadré d'une demi page (instructive et plaisante comparaison des villes de Curitiba et de Marseille) ou de fiches à un chapitre entier. Toutes ces études de cas peuvent servir de support à la construction d'un cours, que ce soit pour les enseignants de classe de seconde ayant justement à traiter le thème "ville et environnement" ou pour ceux de l'université préparant à la toute nouvelle question de l'agrégation "le développement durable". Enfin, même les géographes férus d'approche culturelle y trouveront des approches répondant à leurs attentes, au détour des chapitres consacrés à la santé ou aux cimetières. Dans un domaine plus méconnu, le cas de Mopti révèle de façon convaincante que même la gestion des déchets en ville fait l'objet de représentations culturelles et identitaires ; Xavier Godard nous apprend également qu'il en va de même pour les freins au développement de l'usage de la bicyclette dans les villes africaines : celle-ci est dévalorisée car assimilée aux ruraux et renvoyant à un statut social subalterne. Ces deux exemples nous rappellent bien que toute approche en termes d'aménagement ou de gestion de l'espace urbain ne doit jamais oublier la dimension culturelle des phénomènes, aussi triviaux soient-ils.

Haut de page

Notes

1 . élisabeth Dorier-Apprill (dir.), 2006, Ville et environnement, Paris, Sedes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Fournet-Guérin, « Ville et environnement », Géographie et cultures, 62 | 2008, 131-132.

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « Ville et environnement », Géographie et cultures [En ligne], 62 | 2008, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://gc.revues.org/2401

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

EA Habiter – université de Reims – ENeC-UMR 8185
catherine-guerin@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo ENEC
  • Logo CNRS
  • Logo Paris IV
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org